Version classiqueVersion mobile

Poésie proscrite

 | 
James Petterson

Épilogue : à demain, la poésie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Nous ne devons rien dire que d’absolument bien.
– Aristophane
De toute façon, la question « prose ou poésie ? » est mal posée.
Emmanuel Hocquard

En guise de conclusion, la recherche du lieu propre à la poésie continue son chemin, sans jamais vraiment avoir cessé d’être toute ouïe à son non-lieu éventuel, comme nous l’ont rappelé le « ne va plus de soi » d’Adorno, les procès de Théophile, de Chénier, de Baudelaire, de Barrès et d’Aragon. Bien entendu, la poésie ne trouve ni son origine ni sa fin dans tous ces procès. Elle les traverse plutôt, selon sa loi propre et selon la destination qui est la sienne. À demain, la poésie, écrivait Paulhan en 1947, et cet avenir pourrait bien ouvrir sur d’autres façons d’entendre la poésie, celle d’hier comme celle d’aujourd’hui, tout en préservant ce que Breton appelait sa destination.

On recommence : toujours à l’écoute de cette poésie qui, selon Blanchot, « si elle nous parle de quelque chose, nous parle de ce qui est à l’écart de toute valeur ou r...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search