Version classiqueVersion mobile

Poésie proscrite

 | 
James Petterson

IV. André Breton seul contre tous

3. L’Affaire Aragon et la loi de la forme

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si rien n’est plus compromettant que cette permission de ne plus parler net, c’est bien précisément parce que seul le vrai poète y réussit.
André Gide

C’est que les mots sont aussi des idées.
Jean Paulhan

« Descendez les flics / Camarades / Descendez les flics ». Ce sont ces vers (parmi d’autres) de « Front Rouge » (1931) qui poussèrent le système juridique à accuser son auteur, Louis Aragon, de « provocation au meurtre dans un but de propagande anarchiste ». La réaction immédiate d’André Breton fut de publier « L’Affaire Aragon » (janvier 1932), une protestation (au nom du surréalisme) contre l’inculpation d’Aragon dans laquelle Breton convoque un certain nombre de factions politiques et littéraires tout à fait opposées autour de la question de l’antinomie apparente du rôle sociopolitique de la littérature et de sa vérité immanente.1 Quelques mois après « L’Affaire Aragon », Breton publie Misère de la poésie : « L’Affaire Aragon » devant l’opinion publique (mars 1932) qui, comme le...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search