Version classiqueVersion mobile

Poésie proscrite

 | 
James Petterson

IV. André Breton seul contre tous

2. Nadja, en passant

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La France a HORREUR de la poésie, de la vraie poésie.
Charles Baudelaire
Le droit c’est moi (écrit en taxi ayant bu)
André Breton

Si, pour le surréalisme, la langue peut tomber en panne du fait de fonctionner trop efficacement, alors l’automobile qui emportait André Breton et « une femme à mon côté qui était Nadja » sur la route entre Versailles et Paris pourrait tout aussi bien exprimer la fascination de Jean-Paul Sartre pour les voies du langage. Mais rejoignons Breton et Nadja (1928) :

Il ne m’avait pas été donné de dégager jusqu’à ce jour tout ce qui, dans l’attitude de Nadja à mon égard, relève de l’application d’un principe de subversion totale, plus ou moins conscient, dont je ne retiendrai pour exemple que ce fait : un soir que je conduisais une automobile sur la route de Versailles à Paris, une femme à mon côté qui était Nadja, mais qui eût pu, n’est-ce pas, être toute autre, et même telle autre, son pied maintenant le mien pressé sur l’accélérateur, ses mains cherchant à se...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search