Version classiqueVersion mobile

Poésie proscrite

 | 
James Petterson

IV. André Breton seul contre tous

1. Surréalisme, Terreur et L'Affaire Barrès

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Nous célébrons tous quelque enterre ment.
Charles Baudelaire

On devrait tous les brûler sur la place publique.... Les gens qui sont à la tête de ce mouvement Dada sont des marchands de démence, des entrepreneurs de folie.
Georges Courteline

Dans un des chapitres les plus virulents et bizarres que la haine du surréalisme devait inspirer, dans sa lettre ouverte du 7 décembre 2001 (Le Monde) Jean Clair, ancien directeur du musée Picasso, dénonça le terrorisme du surréalisme d’André Breton comme l’une des causes de la destruction des tours du World Trade Center le 11 septembre 2001. Si, dans les œuvres futuristes d’un Prampolini, d’un Lissitzky ou d’un Malevitch, les motifs de gratte-ciel et d’avions sont souvent l’un à côté de l’autre tels les « emblèmes simultanés de la gloire du monde technique », pour Jean Clair en revanche les surréalistes sont « les premiers à [les] imaginer l’un contre l’autre, préfigurant ce que les terroristes accompliront ».1 Perspective qui oublie qu’accuser ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search