Version classiqueVersion mobile

Poésie proscrite

 | 
James Petterson

III. Charles Baudelaire et le vouloir-dire

2. Lola & « Lola »

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

On doit toujours s’excuser de parler peinture.
Paul Valéry
« Qu’est-ce que... ? » pleure la disparition du poème – une autre catastrophe. En annonçant ce qui est tel qu’il est, une question salue la naissance de la prose.
Jacques Derrida

La controverse autour de la littérature et de l’engagement est sans doute une bien vieille histoire mais elle n’est résolue en aucun cas, et elle semble destinée à continuer de ronger toute tentative de formulation théorique des liens entre la politique et la littérature.1 Même si on voulait l’oublier, le fait que l’analyse de la littérature engagée de Sartre demeure si incertaine laisse penser que la conception d’engagement de la prose qui est la sienne ne saurait être entièrement sevrée de la poésie. Car, si dans Qu’est-ce que la littérature ? la poésie ne se montre pas à la hauteur de ce qu’exige l’engagement, puisqu’elle ne fait que jouer à « qui perd gagne » et puisque les choses’ de la poésie demeurent illisibles, on peut tout de même remarque...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search