Version classiqueVersion mobile

Poésie proscrite

 | 
James Petterson

III. Charles Baudelaire et le vouloir-dire

1. Genus irritabile vatum

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le malentendu prend des formes singulières.
Jean Paulhan
Baudelaire, lui, est encore ce qu’il a été, je veux dire : tout autre chose, quelque chose de beaucoup plus grand.
Francis Ponge

En 1851, dans « Les Drames et les romans honnêtes » Charles Baudelaire conclut que tout étudiant de l’obscure moraliste Arnaud Berquin pourrait bien « s’installer à l’auberge du vice, croyant loger à l’enseigne de la morale ».1 Baudelaire, dont l’œuvre manifeste de multiples malentendus, aurait pu être cet étudiant. Baudelaire, le poète malentendu des Fleurs du mal (1857) qui, plutôt que d’être condamnées pour leur immoralité, auraient dû, selon lui, exprimer une « terrible moralité ».2 Ou bien, Baudelaire, le critique d’art malentendu dont Le Peintre de la vie moderne (1863) signifie non seulement « autre chose que ce qu’il dit, mais le fait systématiquement ».3 Ou alors, Baudelaire vieilli et toujours malentendu, comme critique social à présent, banni à Bruxelles et contraint d’abandonner son Pauvr...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search