Version classiqueVersion mobile

Poésie proscrite

 | 
James Petterson

II. André. Chénier et le degré zéro de la révolution

2. Je dis Chénier, et...

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’avocat général Pâquier a dit, il y a vingt ans, en plein Parlement : « Jusqu’à quand, Messieurs, ne brûlerons-nous que des livres ».
- André Chénier

Pourquoi n’y aurait-il pas des opinions coupables ? Voilà une question intéressante.
- Jean Paulhan

De 1794 à nos jours, André Chénier vient souvent à être le centre de bouleversements politiques et littéraires. Nous avons vu que c’est le récit même de son exécution sous la Terreur qui a ouvert la possibilité de ses futures identités multiples et parfois contradictoires. En 1819 par exemple, à la suite au récit de Chateaubriand, Charles Loyson, l’éditeur du premier recueil des poésies de Chénier, propose de dresser un monument à la mémoire du poète : « une pyramide de marbre noir » qui évoquerait Lucain, le philosophe et le compagnon de l’empereur Néron qui fut poussé au suicide à l’âge de vingt-six ans. Loyson cherchait ainsi à faire de Chénier un nouveau Lucain, un nouveau martyr, non plus de l’Empire romain mais de la Révolution frança...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search