Version classiqueVersion mobile

Poésie proscrite

 | 
James Petterson

II. André. Chénier et le degré zéro de la révolution

1. J’avais quelque chose là !

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La langue française a peur de la poésie.
André Chénier

On n’enverra personne à l’échafaud sous prétexte que son œuvre semble rhétorique et sans intérêt. On pourra l’y envoyer si ces formes caduques sont plus fortes que sa pensée et somme toute si ce qu’il dit est contre-révolutionnaire.
– Francis Ponge

« J’ai choisi de présenter deux poètes français qui étaient frères dans leur destin tragique : André Chénier et Robert Brasillach ».1 Ainsi débute une quelque peu surprenante étude de 1979 qui n’hésite pas à suivre de près la biographie de Chénier qu’écrivit Robert Brasillach en 1945. Étude qui lie de façon tout aussi curieuse l’exécution de Brasillach en 1945 à celle de Chénier en 1794 et où, entre autres, le lecteur est sommé de ne pas oublier « que Brasillach était un poète assassiné », ce qui est douloureusement confondre les sympathies pour la monarchie constitutionnelle de Chénier avec l'intelligence avec l’ennemi de Brasillach. C’est encore manifester un désir, aussi curieux que ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search