Version classiqueVersion mobile

Poésie proscrite

 | 
James Petterson

I. Théophile de Viau, de retour au bûcher

2. Les guerres de l'écriture sont aussi des guerres de mots

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’œuvre pose des questions à la vie.
Jean-Paul Sartre

Mmmmmmmm
– Jean-Luc Nancy

Lors de son exil en 1619, plutôt que de garder le silence, Théophile décide de coucher par écrit son refus de parler :

J’ayme bien mieux ne dire mot
Du plus infame et du plus sot,
Et me sauver dans le silence,
Que d’exposer mal à propos
À l’effort d’une violence
Ma renommée, et mon repos.1

Si Théophile opte tout d’abord pour le silence, dans son « Élégie à une Dame » de 1620 il dénonce l’ignorance qui règne en France en général et autour du roi en particulier en ces termes : « Le sçavoir est honteux, depuis que F ignorance / A versé son venin dans le sein de la France »2 Or, au cours de son procès en 1623, les persécuteurs de Théophile lui ont donné la réplique : c’est sa poésie à lui qui est ce venin. Le poète, déclare Molé, « témoigne par tout son livre un mépris de Dieu contre lequel, sous couleur d’une licence poétique et sous un nombre pluriel, il vomit des blasphèmes exécrables et préfère ses brutalités à l...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search