Version classiqueVersion mobile

Poésie proscrite

 | 
James Petterson

Introduction : à savoir s’il y a lieu d’écrire

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il est devenu évident que tout ce qui concerne l’art, tant en lui-même que dans sa relation au tout, ne va plus de soi, pas même son droit à l’existence.
- T.W. Adorno, Théorie esthétique

Se peut-il que nous soyons désormais si habitués aux réflexions aporétiques sur l’art qu’il n’y ait plus guère de choc à l’idée que son droit à l’existence n’aille plus de soi ? Reste-t-il même quelque choc dans le fait que l’art est devenu l’expression même de cette inexistence ? La remarque d’Adorno repose sur une condition temporelle – « ne va plus de soi » – qui offre une première réponse signalant un repositionnement des fondements de l’art dans la période d’après-guerre. Elle suggère donc également qu’à d’autres moments de l’histoire le droit à l’existence de l’art coïncide avec sa question même. Moments tels celui où Stéphane Mallarmé écrit vers la fin du XIXe siècle : « à savoir s’il y a lieu d’écrire » ; formule qui circule déjà autour de la question d’un art qui n’est plus tout à fait fondé...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search