Version classiqueVersion mobile

Albert Camus au Quotidien

 | 
André Benhaïm
, 
Aymeric Glacet

Poétique de l’insignifiance. Les anecdotes d’Albert Camus

André Benhaïm

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Un an à peine après avoir commencé la rédaction de ses Carnets, Albert Camus y raconte une anecdote. Rien d’étonnant, dira-t-on. Sauf que ce n’est pas la sienne. L’anecdote de Camus est le récit même qu’il fait de l’anecdote de l’homme qui la lui a rapportée. En d’autres termes, son anecdote à lui, c’est l’anecdote d’un autre. Soyons clair : il s’agit là d’une des pages les plus obscures de l’œuvre. Une demi-page, en vérité. On l’écoutera donc intégralement :

Soleil et mort. Le débardeur à la jambe cassée. Les gouttes de sang, une à une, sur les pierres brûlantes du quai. Leur grésillement. Dans le café, il me raconte sa vie. Les autres sont partis, restent six verres. Villa en banlieue. Seul, ne rentrait que le soir pour faire sa cuisine. Un chien, un chat, une chatte, six petits. La chatte ne peut nourrir. Ses petits meurent un à un. Chaque soir, un mort raide et des ordures. Deux odeurs aussi : urine et mort mélangées. Le dernier soir (il allonge sur la table ses bras qu’il écarte...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search