Version classiqueVersion mobile

Albert Camus au Quotidien

 | 
André Benhaïm
, 
Aymeric Glacet

Expérience et connaissance du quotidien dans l’œuvre de Camus

Edward J. Hughes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La tentation des besognes subalternes et quotidiennes. (II, 1023)

Le quotidien est-il connaissable ? Telle est la problématique abordée par Maurice Blanchot en 1965 dans son essai « La Parole quotidienne ». Blanchot y soutient que le quotidien, en dépit de la variété et de l’omniprésence de ses formes, est « ce qu’il y a de plus difficile à découvrir »1. Il n’en reste pas moins vrai que pour Blanchot, le quotidien (« nous-mêmes à l’ordinaire »), tout en étant le terrain de la banalité, est significatif dans la mesure où il ouvre la voie à la spontanéité : « Le quotidien, c’est la platitude [...] mais cette banalité est pourtant aussi ce qu’il y a de plus important, si elle renvoie à l’existence dans sa spontanéité même »2. De la même manière que Blanchot souligne « la profondeur de ce qui est superficiel » dans son évocation de « l’homme de la rue », nous voyons chez Camus la tentative de capter l’anonymat individuel et collectif, tant de ceux qui occupent « la terre de l’oubli » dan...

Auteur

Queen Mary, University of London

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search