Version classiqueVersion mobile

Albert Camus au Quotidien

 | 
André Benhaïm
, 
Aymeric Glacet

Écologies de l’appartenance chez Camus

Debarati Sanyal

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les nomades n’ont ni passé ni avenir, ils ont seulement des devenirs...
les nomades n’ont pas d’histoire, ils ont seulement de la géographie.1

Dans son appel pour une trêve civile, prononcé à Alger le 22 janvier 1956, Albert Camus défend sa conception de la terre algérienne comme carrefour de cultures, de races et de religions :

Sur cette terre sont réunis un million de Français établis depuis un siècle, des millions de musulmans, Arabes et Berbères, installés depuis des siècles, plusieurs communautés religieuses, fortes et vivantes. Ces hommes doivent vivre ensemble, à ce carrefour de routes et de races où l’histoire les a placés. (IV, 375 ; je souligne)

Si les nombreux écrits de Camus sur la crise en Algérie ne cessent de prôner la vision d’une cohabitation fraternelle entre fils nés de la même terre, celle-ci est rarement envisagée comme possibilité historique dans les ouvrages littéraires. La description de la nature Algérienne a tendance à déplacer l’histoire coloniale et les fract...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search