Version classiqueVersion mobile

Albert Camus au Quotidien

 | 
André Benhaïm
, 
Aymeric Glacet

Les aliments dans l’œuvre romanesque de Camus

Gerald Prince

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

On ne mange peut-être pas beaucoup dans l’œuvre romanesque anthume de Camus mais on y mange quand même. Et on y boit, on y fume. Dans les quelque soixante-dix pages de La Chute, il n’y a qu’une dizaine de très courts passages renvoyant à la consommation de ce que j’appellerai par commodité « aliments » (au lieu de « substances ingestibles ») et seulement deux passages mentionnant des solides (le poulet laqué, la langouste). Dans La Peste, les résultats ne sont pas beaucoup plus impressionnants : trente ou trente-cinq passages pour plus de deux cents pages. Mais dans « La Pierre qui pousse », j’ai relevé une douzaine de passages en vingt-huit pages ; dans « Le Renégat », sept en quatorze pages ; dans « Jonas », une douzaine pour vingt-quatre pages. J’en ai trouvé proportionnellement plus encore dans L’Étranger (une quarantaine en soixante-dix pages)1 comme dans « La Femme adultère » (neuf ou dix en seize pages) ; et j’ai noté près d’une référence par page dans « Les Muets » et dans «...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search