Version classiqueVersion mobile

Albert Camus au Quotidien

 | 
André Benhaïm
, 
Aymeric Glacet

Camus et ses histoires de concierge

Aymeric Glacet

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le mot « étranger », qui revient fréquemment dans les pages des Carnets datant de la genèse du roman, de telle sorte que le titre L’Étranger, en mars 1940, semble répondre à une nécessité – nécessité d’autant plus grande que le mot, dans Le Mythe de Sisyphe, est omniprésent –, n’apparaît pourtant qu’une seule fois dans le récit. Et c’est pour décrire le concierge : les jurés « concluront qu’un étranger pouvait proposer du café, mais qu’un fils devait le refuser devant le corps de celle qui lui avait donné le jour. » (I, 194)

L’étranger, contre toute attente, ce n’est pas Meursault – c’est le concierge. Et le concierge, premier personnage que rencontre le narrateur lorsqu’il arrive à Marengo pour assister à l’enterrement de sa mère, c’est celui qui met fin à ses jours. C’est celui, en effet, qui donne le ton du procès, celui qui donne à l’accusation sa ligne d’attaque. Il est le premier témoin qui conduit le procureur à accuser Meursault « d’avoir enterré une mère avec un cœur de crim...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search