Version classiqueVersion mobile

L’Œdipe Roi de Sophocle. Tome 4

 | 
Jean Bollack

Postface de la seconde édition

Texte intégral

1Le commentaire d’Œdipe roi, au moment où je l’ai entrepris, faisait suite à une rupture dans mon travail, qui m’a conduit de la philosophie grecque (les présocratiques, Epicure) à la poésie, et en particulier à la tragédie grecque. J’ai passé plusieurs années à essayer de comprendre, en collaboration avec Pierre Judet de La Combe, les phrases de l’Agamemnon d’Eschyle, une œuvre difficile, que l’on a toujours qualifiée d’obscure, avec l’intention ferme de montrer que l’on n’avait pas affaire à une opacité inspirée, oraculaire et quasi obligée. J’ai appris à m’attacher, à tous les niveaux, à la façon, et à me demander pourquoi ce qui s’est écrit fut écrit comme cela. C’est presque accompagner l’auteur dans son travail compositionnel, en suivant tant qu’on peut celui d’entre les points de vue possibles qui était le sien, et c’est accueillir largement un principe de liberté au niveau de l’arrangement, lui rendre sa transparence, un sens et une simplicité si le dessein d’une construction complexe devient visible.

 

2D’Eschyle, je suis passé à Sophocle à la fin des années 70. Le choix d'Œdipe n’était pas fortuit. Les principes de lecture que j’appliquais, peut-être plus méthodiquement qu’auparavant, modifiaient en profondeur la pratique philologique ; il fallait en faire la démonstration sur un texte. Lequel s’y prêtait le mieux ? Agamemnon a été souvent étudié, et par les plus grands philologues, en raison même de ses difficultés ; ils y mettaient à l’épreuve leur talent et leur science. Pour Œdipe roi, beaucoup lu avant Freud, plus encore après lui, la situation était différente. On pouvait plus ou moins dominer la matière scénique et rester maître du sens. La pièce était lue dans les classes de lycée. Le défi consistait à apporter la preuve que le supposé connu était inconnu. Le problème épistémologique était inversé ; il fallait dégager du texte des niveaux de sens et des inventions encore impensées ; il fallait redresser sans doute, mais il restait autant à découvrir. La lecture systématique des interprétations du passé y invitait.

3De cette pièce, je me suis fait une bible pendant plusieurs années. L’édition présente reproduit un état inchangé (en dehors de la correction de quelques fautes matérielles). L’œuvre était construite, sa construction pensée. L’investigation, aussi exhaustive que possible, n’excluant que l’exclusion quelque peu désinvolte des modernes, avait une double fonction ; elle situait les lectures et les compréhensions suivant leur lieu d’origine et les époques, établissant leur interdépendance dans le cadre de la philologie, et leurs différences suivant les traditions culturelles nationales, dans leur cadre scolaire et littéraire. L’inventaire historique permettait de constituer des dossiers, études dans l’étude, décrivant les divergences, à savoir les nombreuses possibilités d’analyse d’une même structure syntaxique. La lecture ne devenait pas science ; au moins les décisions reposaient sur une argumentation, les choix se justifiaient, et se faisaient en connaissance de cause.

4Ainsi je me persuadais que les interprétations devaient être situées dans leur cadre d’origine et qu’elles n’allaient pas de soi, elles se relativisaient mutuellement ; elles étaient confrontées, et elles réclamaient ensemble le regard critique qui permet un jugement. Les chances d’une erreur étaient singulièrement réduites par ce procédé de contrôle et d’objectivation. Les partisans de la polysémie et de l’indécidable étaient mis en difficulté par un système raisonné, qui avait pour fonction de classer les significations.

5L’empirisme anglo-saxon qui tenait (et tient encore) le haut du pavé dans les vastes entreprises éditoriales qu’il gère, non sans compétence, serait-elle en partie plus technique qu’herméneutique, n’avait pas de motif pour relever le défi et engager un débat de fond sur la méthode ; la discussion s’y déroulait à partir de critères établis dans un cercle fermé, où le sens commun défendait ses droits. Et pourtant la publication fut accueillie avec faveur ; la présentation fouillée de mon travail dans L’Antiquité classique par Herman van Looy, de l’Université de Gand, spécialiste incontesté de la tragédie grecque, en donne une idée. Ce livre, épuisé depuis quelques années, a par ailleurs trouvé des lecteurs en dehors des cercles universitaires.

6Le problème de l’actualisation, dans le recul de l’enseignement des humanités, prend une importance primordiale. On opérait naguère dans le cadre d’une organisation scientifique complexe, mais bien délimitée. Or l’intérêt suscité par une approche nouvelle, et les résultats qu’elle obtenait dans la tragédie grecque, se manifestaient plus vivement en dehors de l’enceinte scolaire. On délaissait, il est vrai, les pratiques régulières de la discipline, celles qui avaient formé la base du travail. Il s’agissait de théâtre, et d’un théâtre que l’on pouvait jouer. Dans le cas d’Œdipe roi, il y avait en plus la présence cruciale que la psychanalyse lui avait assurée dès ses débuts. La plupart des essais, écrits à la suite de ce commentaire, porteront sur le mythe des Labdacides, les ancêtres d’Œdipe. Sophocle a repensé le mythe, il l’a remanié et réécrit. J’ai cherché à le souligner dans des interventions faites au cours des années dans des cercles très divers de psychanalystes – freudiens, lacaniens, dissidents. Tentatives d’une compréhension globale de l’histoire et de sa dramatisation, ils figurent dans La Naissance d’Œdipe avec des extraits de commentaires, de façon à ce que les problèmes éclairés dans les épisodes de la tragédie et l’étude de la composition de l’œuvre dans son intégralité se soutiennent réciproquement. La pièce devait parler, et pour cela, être d’abord accessible. La diffusion s’est faite essentiellement par le théâtre.

7Pendant l’été de 1982, alors que le commentaire était déjà très avancé, nous avons eu l’idée, Mayotte Bollack et moi, de nous essayer à traduire le tout. Le plus appréciable, c’est que ce travail, par la clarté et l’explicitation qu’il exigeait à sa base dans le texte grec, m’a permis de multiples révisions, tout en me donnant l’assurance que nous étions sur la bonne voie. Il fallait savoir, avant de rendre en français, ce qu’on devait ou voulait traduire. La compréhension des vers, loin d’être produite par les traducteurs, était un préalable. Que lit-on ? La fourchette, s’ouvrant théoriquement entre le vrai et le faux, confirmait que le sens des phrases, dans la rencontre du signifiant et du signifié que l’auteur a scellée, précédait la transcription ; il était séparé en quelque sorte de toute « adaptation ». On trouve ensuite à le restituer ou non. Cette liberté dans le choix orientait la recherche des mots dans la langue d’accueil ; l’invention, les trouvailles, et la hardiesse répondaient à l’existence de cet antécédent sémantique. Ainsi le problème de la fidélité se laissait apprivoiser dans la distance. On pouvait en un sens refaire le français grâce au grec, mais seulement en passant par une « monosémie ».

8n même temps, les acteurs du théâtre de La Salamandre à Lille répétaient Œdipe roi. Alain Milianti, le metteur en scène, attendait que les parties du texte lui arrivent une à une. La scène était comme une autre naissance d’Œdipe, de l'Œdipe de Sophocle, l’auteur, qui s’est prolongée depuis vingt-cinq ans, et n’a pas cessé depuis. Les spectateurs ont découvert plus qu’une pièce, un monde, non insondable, mais plein d’énigmes qui attendaient d’être élucidées. L’ancienne Athènes nous appelait à réfléchir moins sur des problèmes que sur une problématisation construite par un artiste. La distance historique et esthétique peut être surmontée, la pièce rendue actuelle sans autre actualisation. Le même principe, d’abord appliqué à l’analyse des phrases dans l’original, puis à la traduction, peut être transféré à la performance théâtrale, sa finalité (et celle de mon travail).

9Pour savoir ce que la pièce nous dit maintenant, il faut la jouer telle quelle, dans son entier. La perspective a changé depuis 1980. La tragédie grecque comme telle, dans la multiplicité qui nous a été transmise, a pris la place de cet Œdipe unique. Son exemple, quasiment hors mesure, ne pouvait être suivi. Ce fut seulement un modèle, dans lequel une suite est venue s’inscrire. La traduction n’en est pas devenue plus essentielle, elle l’était toujours, mais plus centrale. La demande s’est prolongée : nous avons travaillé pour Euripide, pour la mise en scène antique, celle de l’auteur. C’est avec d ‘autres moyens que les metteurs en scène futurs défendront toujours la même pièce. Le travail sur la compréhension fait rayonner l’original. Neuf traductions de tragédies ont paru à ce jour dans la collection des Éditions de Minuit, souvent accompagnées de notes critiques, parfois d’un commentaire (pour Antigone et pour Hélène, à paraître), d’autres fois d’une monographie (pour Antigone encore, et pour les Bacchantes), dans le sillage d’Œdipe roi.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search