Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire critique de la RSE

 | 
Nicolas Postel
, 
Richard Sobel

Pratique

Épuisement des ressources

Jean-Luc Wingert

Texte intégral

1Le pic de production mondial de pétrole également appelé « peak oil » est parfois confondu avec la fin du pétrole alors qu’il ne s’agit en réalité que du début de la fin. Cette notion relativement simple nécessite toutefois une nouvelle représentation mentale pour décrire le phénomène de pénurie d’un bien pourtant encore abondant. Ainsi certains parlent parfois de « déplétion » du pétrole pour bien montrer que c’est un concept différent de l’épuisement total. En effet, il reste beaucoup de pétrole, simplement il n’est plus possible de le produire à un rythme suffisant pour que la production continue à augmenter. Il faut donc nécessairement diminuer la consommation pour s’ajuster à la baisse de production. Compte tenu de la forte dépendance de notre mode de développement industriel au pétrole, les conséquences du pic de production mondial seront considérables et difficiles à prévoir avec précision. Si la dernière goutte de pétrole est un événement éloigné (probablement au XXIIe siècle) le « peak oil » est proche, il pourrait survenir cette décennie.

Définition

2Pour expliciter la problématique du pic pétrolier, on peut prendre une image et dire qu’il s’agit en réalité plus d’un problème de débit du robinet qu’un problème de taille du réservoir. Cependant, afin de contribuer à la clarté du débat, nous proposons ici une définition concise du concept : Le « peak oil » ou le pic de production de pétrole survient lorsqu’il n’est plus possible d’augmenter le débit de la production bien qu’il reste encore des réserves non encore exploitées. Tout gisement s’épuise progressivement ; s’il existe d’autres gisements disponibles, il pourra être remplacé. Le moment du pic est difficile à déterminer avec précision compte tenu de deux incertitudes fondamentales : la première concerne le montant des réserves qui n’est qu’une estimation et la deuxième concerne les besoins futurs en pétrole. Implicitement, on fait l’hypothèse que compte tenu de sa facilité d’emploi et sa polyvalence d’usages (transports, produits plastiques et synthétiques…) la demande restera forte sauf en cas de crise économique majeure toutefois considérée comme temporaire à l’échelle de l’histoire.

3Pour l’estimation d’un pic de production, il faut également veiller à ce que le périmètre géographique et le type de pétrole pris en compte ne varient pas sur la période considérée. Or les définitions sont souvent variables et surtout dictés par des impératifs industriels et commerciaux. Le terme de « pétrole conventionnel » est fréquemment employé pour décrire une forme de pétrole non exotique et dont l’exploitation ne présente plus de défi technique majeur. Les défis techniques ont donc été relevés avec succès auparavant, par exemple les tout premiers forages en mer ou « les pieds dans l’eau » datent des années 1920, dans les années 1940 on a réussi à forer par 5 mètres de fond, à l’époque ce pétrole était « non conventionnel » alors qu’aujourd’hui le pétrole conventionnel comprend celui produit jusqu’à 500 m de fond.

4Le pétrole non conventionnel comporte essentiellement le pétrole extra-lourd et les sables bitumineux qui nécessitent des installations imposantes de traitement rendant le débit de sa production assez lent. Une partie du pétrole offshore fait partie du pétrole non conventionnel, l’ultra profond de plus de 1 500 m, parfois le pétrole offshore de plus de 500 m selon les auteurs et le pétrole de schiste dont les réserves sont certainement sur évalués. Sont également considérés comme pétrole non conventionnel les types de pétrole obtenus par transformation de gaz ou de charbon mais cela représente une production assez faible.

Histoire du concept

5Le concept de « peak oil » naît au cours des années 1950 aux États-Unis. Le géologue pétrolier M. K. Hubbert, en poste au sein de la compagnie Shell fera en 1956 une prévision fondatrice : la production de pétrole des États-Unis va commencer à décliner en 1970 (Deffeyes, 2003). Ce fut effectivement le cas. Certains parlent aujourd’hui encore de « pic de Hubbert » pour qualifier la notion de pic de production de pétrole. Avec « peak oil » cette notion possède donc trois dénominations.

6L’apport essentiel de M. K. Hubbert pour les méthodes de prévisions de la production est l’idée d’observer attentivement les découvertes et leur distribution dans le temps pour en déduire la production future. De plus, il tient compte du pétrole restant à découvrir (yet to find) dans ses prévisions (Laherrère, Wingert, 2008). Cependant il faut relativiser la précision de cette méthode. En réalité, M. K. Hubbert avait fait deux scénarios en 1956, le premier prévoyait un déclin de la production en 1966, c’est celui auquel il croyait le plus et le deuxième en 1970 qui s’est avéré juste.

7L’application de la méthode au niveau mondial est un exercice autrement plus complexe. M. K. Hubbert s’y est essayé, prévoyant un pic de production mondial vers 1995 à un niveau de production annuel bien plus élevé que ce qu’il fut en réalité à cette date compte tenu notamment d’une baisse de la consommation après les chocs pétroliers de 1973 et 1979 (Wingert, 2005).

8C’est en 1998 que la méthode de Hubbert a été reprise et améliorée pour considérer le cas relativement complexe de la production mondiale. Deux géologues pétroliers Colin Campbell et Jean Laherrère ont publié un article dans la revue Scientific American intitulé « The End of Cheap Oil » qui posait le problème du « peak oil » sans encore utiliser le terme et prévoyait que la production de pétrole devrait commencer à décliner avant 2010, , ce qui est une approximation raisonnable si l’on considère qu’il s’agissait de pétrole « conventionnel » malgré les imprécisions de définition (Campbell, Laherrère, 1998). Suite à ces travaux, le terme de « peak oil » a été inventé par Colin Campbell qui créa l’ASPO, Association for the Study of Peak oil dont la 1re conférence s’est tenue en Suède en 2002.

Une légitimité introuvable

9La question du pic de production de pétrole a toujours souffert d’un manque de reconnaissance officielle. Aucune organisation officielle n’assume ce concept. L’AIE (Agence Internationale de l’Énergie) a très longtemps nié le phénomène et le reconnaît du bout des lèvres depuis peu. Il faut dire que cette institution a été fondée en 1974 suite au 1er choc pétrolier et se trouve être de fait le pendant de l’OPEP (Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole) regroupant les principaux pays consommateurs. En plus de prendre des mesures contre un blocus du type de celui de 1973, un des rôles implicites de l’AIE est de maintenir les prix du pétrole bas. Dans ces conditions, admettre des difficultés structurelles de production à un horizon proche est contraire aux objectifs de ses pays membres (les principaux pays de l’OCDE). L’institution est conçue pour que les informations ne sortent pas sans validation politique. Ainsi les rares employés de l’AIE qui souhaitent annoncer ce qui nous attend doivent jouer de ruses pour parvenir à leurs fins. Dans le rapport phare de l’AIE, le World Energy Outlook, de 1998 on trouve en effet la mention sibylline de « pétrole non conventionnel non identifié » considéré comme un « balancing item » (AIE, 1998). Cet artifice a permis de présenter des courbes de production future en croissance, tout en indiquant aux plus perspicaces des lecteurs qu’il ne fallait pas se faire d’illusions. Suite à ce discret exploit, Jean-Marie Bourdaire, le responsable de la partie prospective pétrolière du rapport a dû quitter l’AIE. Il rejoindra ensuite l’ASPO. Il faudra attendre le rapport 2010 de l’AIE pour voir admise l’existence du pic mondial de production de pétrole (AIE, 2010). Il y est prudemment dit que le pétrole conventionnel pourrait avoir atteint un pic en 2006, mais la production mondiale totale devrait être en croissance jusqu’en 2035 au moins grâce au pétrole non conventionnel.

10Si l’ASPO comporte des experts compétents et indépendants, ce n’est qu’une association sans grands moyens fondée par des géologues pétroliers à la retraite. Ils se sont retrouvés libres de pouvoir publier ce qu’ils n’avaient pas le droit de dire ou écrire lorsqu’ils étaient en fonction au sein de compagnies pétrolières. Contrairement au GIEC (Groupe Internationale d’Étude du Climat) cette association ne s’est jamais enregistrée auprès d’instances gouvernementales. En pratique, il existe peu de publications scientifiques sur le sujet mais beaucoup de littérature grise et de publication sur internet.

Estimer la date du pic mondial de production de pétrole

11Il est possible de s’intéresser au pic de production du seul pétrole dit « conventionnel », auquel cas le pic est passé depuis quelques années. Il est aujourd’hui admis que le pétrole conventionnel, qui représente plus de 80 % du pétrole produit aujourd’hui, a atteint un niveau qu’il ne pourra plus dépasser de manière significative à l’avenir. C’est une information d’une importance considérable mais qui reste abstraite dans la mesure où la production de pétrole non conventionnel, elle, continue à augmenter. Il est plus intéressant de s’intéresser au pic de production de pétrole « tous liquides », comme le préconise notamment Jean Laherrère, puisque cela évite le débat sur la définition exacte du « conventionnel » et correspond directement aux produits pétroliers disponibles à la pompe. Autrement dit lorsque le pic sera atteint, tout le monde pourra s’en rendra compte.

12Pour pouvoir estimer la date du pic de production avec précision, il est nécessaire de connaître le montant des réserves mondiales de pétrole. Pour cela il faut agréger des sources de données issues du monde entier et observer l’évolution des découvertes dans le temps. La courbe obtenue est irrégulière car l’activité d’exploration est par nature aléatoire mais sa forme générale permet de distinguer un maximum qui dans le cas des découvertes mondiales se situe vers 1965. Autrement dit, depuis cette date les découvertes diminuent progressivement et irrégulièrement. Mais il y a deux grandes méthodes de comptabilisation des découvertes qui donnent des résultats assez différents. Prenons un exemple. Lorsqu’un gisement est découvert, disons en 1970, une estimation initiale est faite concernant le montant des réserves du gisement, disons 10 milliards de barils. Tout le problème vient de la comptabilisation des réévaluations faites plus tard lorsqu’après avoir exploité ce gisement, et donc lorsqu’il est mieux connu, on réévalue son volume global (car jadis l’estimation initiale était conservatrice) le volume global. Disons qu’en 1990 le volume global (y compris ce qui a déjà été extrait) est ré-estimé à 12 milliards de barils. Que faire des 2 milliards de barils supplémentaires ? Soit on considère qu’ils ont été « découverts » en 1990 ce qui fait sens car justifie une extension du chantier pour extraire ces 2 milliards de barils. Soit on considère que c’est une réévaluation de l’estimation initiale de 1970 qui était fausse et on effectue la correction sur cette année-là. Le problème est que dans le 1er cas on obtient une courbe des réserves qui augmente continuellement alors que dans le deuxième cas (dit « backdated ») on obtient un déclin des réserves ! La méthode de M. K. Hubbert nécessite des données « backdated » et nous montre que le déclin de la production est proche, aux environs de la fin de la décennie actuelle soit vers 2020, si on fait abstraction d’une crise économique majeure (Laherrère, Wingert, 2008).

13Deuxième élément indispensable pour déterminer la date du pic de production : la demande en produits pétroliers, actuellement fortement tirée par les pays émergents. Cependant, la crise économique, en détruisant de la demande repousse nécessairement les échéances. Nous sommes actuellement sur un plateau ondulé (dit « bumpy plateau ») de la production situé entre 85 et 90 mb/j (millions de barils par jour) et nous devrions y rester jusqu’à la fin de la décennie (Laherrère, 2009).

14La date du pic de production n’est pas le seul élément important, la vitesse du déclin après le pic déterminera la facilité de gestion de notre cure de désintoxication au pétrole. Si nous devons nous adapter à une baisse de la production de l’ordre de 2 % par an, des efforts soutenus en matière d’efficacité énergétique et de réorganisation (relocalisation…) sont envisageables. Si par contre nous avons un taux de déclin de l’ordre de 5 % par an, le scénario le plus probable serait une forme de désorganisation générale, voire de chaos.

Une impréparation générale

  • 1 Voir l’entrée Capitalisme de N. Postel et R. Sobel.

15Le pic de production de pétrole va nécessiter une adaptation de l’appareil de production et va représenter un chantier considérable qui ne sera pas sans effet sur le système social. Quasiment tous les secteurs seront touchés : transport, agriculture, chimie, construction… Le manque de pétrole pourrait remettre en cause l’activité de certains acteurs économiques. Le cas le plus emblématique étant sans doute l’aviation pour laquelle il n’existe pas d’alternative crédible au pétrole. Le mode de production capitaliste actuel se trouvera certainement modifié, par le biais d’évolution d’institutions conventionnelles tout d’abord (norme de développement durable, indicateur de bien-être, temps de travail, entreprise, syndicat…)1. On peut même imaginer que cette transformation touche une institution fondamentale telle que la propriété privée des moyens de production. En effet le « peak oil » est la porte ouverte à une augmentation des productions de proximité avec une utilisation d’énergies renouvelables locales. Le contexte global sera celui d’un mouvement vers une relocalisation de l’économie due à un renchérissement des transports voire de difficultés à s’approvisionner loin. Une situation fort différente de la situation actuelle où les chaînes d’approvisionnement en pétrole depuis les régions dotées en ressources (Moyen Orient…) sont hors de portée de petites structures de production de proximité ou de l’économie sociale et solidaire. Les conditions techniques seront plus favorables aux acteurs économiques locaux.

16L’effort d’efficacité énergétique à fournir notamment dans le secteur des transports nécessite un retour vers le rail (train, tramway, métro, TGV). Ces investissements lourds demandent du temps, or l’urgence ne semble pas prise en compte (Hirsch, Bezdek, Wendling, 2005). On peut s’interroger sur les raisons de l’incompréhension des enjeux du pic de production mondial de pétrole. Sa faible visibilité médiatique en fait un problème peu présent dans le champ politique, il est souvent ramené à un sous-problème du réchauffement climatique. Il est vrai que la combustion du pétrole émet du CO2 et qu’il y a un lien entre les deux. Cependant si en matière de climat, l’objectif est de faire le maximum pour que le réchauffement ne dépasse pas 2 °C à la fin du siècle, le pic de production de pétrole va arriver bien plus tôt et s’imposer à nous. Il est vrai qu’il est plus confortable de se soucier d’un problème lointain et de proclamer son urgence plutôt que d’affronter un problème complexe et proche. Qui pourrait sonner l’alarme ? Nous avons vu que l’AIE jouait mal son rôle d’anticipation du pic de production de pétrole, est-ce que les entreprises privées sont susceptibles de pallier à ce manque. Les mieux placées seraient les compagnies pétrolières. Nous constatons que peu de compagnies ont prévenu de manière suffisamment précoce de l’imminence du « peak oil », TOTAL faisant sans doute figure d’exception avec la mention dans son « Rapport Environnemental et Sociétal 2003 » d’un pic de production mondial vers 2025. Notons également que la compagnie Chevron a fait une campagne de publicité en 2005 sur le thème de la raréfaction du pétrole.

17Fin 2011, un cadre de Shell a annoncé qu’il faudrait trouver l’équivalent de 4 fois l’Arabie Saoudite d’ici 10 ans pour compenser le déclin des gisements en production. C’est évidemment impossible, les connaissances en géologie pétrolière permettent d’écarter très clairement cette éventualité. Autrement dit cette impossibilité signifierait que le pic de production surviendrait dans le courant de la décennie. Pour quelle raison la compagnie Shell aurait-elle laissé un cadre faire une telle déclaration ? Est-ce pour se dédouaner de toute critique à quelques années du « peak oil » ? Est-ce pour justifier qu’ils ne parviennent pas à renouveler leurs réserves pétrolières et faire pression pour ouvrir des zones protégées à l’exploration (Alaska, voire Antarctique) ?

Un angle mort de l’économie orthodoxe ?

  • 2 Sinon, il faudrait dire : « nous consommons actuellement 30 milliards de barils par an et les réser (...)

18Les outils couramment utilisés pour représenter la problématique pétrolière posent problème. Ainsi le ratio R/P pour « réserves de pétrole ramené à la production actuelle » est très prisé des économistes et des médias. Dire qu’il reste « 40 ans de réserves de pétrole » est une vision statique et trompeuse du problème. Ce n’est jamais qu’une manière d’exprimer une quantité sans utiliser d’unités2 et non d’expliquer le déroulement des 40 prochaines années de production mondiale de pétrole. Mais cette confusion entre une vision statique et une vision dynamique n’est pas anodine. Le paradigme dominant en économie est celui de la théorie de l’équilibre général. C’est à travers ce modèle que les économistes orthodoxes modélisent et comprennent le monde. Leur raisonnement est simple : le pic de production de pétrole n’est pas un problème. Pourquoi ? Simplement parce que, pour eux, s’il y a rareté du pétrole, son prix va augmenter. Or à un coût plus élevé, il sera possible de mobiliser des réserves supplémentaires et la demande va baisser. Si le raisonnement semble logique, la confrontation à la réalité est plus problématique. Tout d’abord, compte tenu de l’inertie des transformations et des délais d’adaptation nécessaires, les marchés vont envoyer un signal bien trop tard. L’erreur principale du raisonnement est cependant que l’augmentation du prix du pétrole ne permet pas nécessairement d’augmenter les réserves. Ce raisonnement issu de l’industrie charbonnière ne fonctionne qu’en partie et seulement pour le pétrole « non conventionnel » qui représente moins de 20 % de la production actuelle. Rappelons que la lourdeur des investissements dans ce secteur interdit une augmentation rapide de la production. Le discours optimiste des sociétés qui vendent de la technologie avancée d’extraction peut entretenir l’illusion mais il s’agit surtout un discours commercial. C’est donc bien la baisse de la production du pétrole « conventionnel » qui va imprimer le rythme à la déplétion du pétrole « tous liquides ». D’un autre côté, la demande en produits pétroliers peut-elle baisser durablement avec la hausse des cours du brut ? Cela dépend essentiellement des possibilités de substitution, or la spécialisation vers les usages où justement il n’y a pas d’alternative évidente à grande échelle (transports et pétrochimie) est en marche progressive depuis les années 1970. Le gaz naturel pourrait présenter une alternative technique temporaire, car il connaîtra aussi son pic de production, mais il est encore trop tôt pour dire si les découvertes récentes (gaz de schistes) peuvent soutenir durablement une production significative ou si la hausse de la production constatée est simplement due au fait de la mise en exploitation de nouveaux gisements à un rythme soutenu. En réalité, le phénomène le plus fiable pour relâcher la tension sur le marché des produits pétroliers est la destruction de demande causé par la crise économique actuelle, crise qui semble bien faite pour durer.

19Le discours actuellement très répandu, même en dehors de l’AIE, selon lequel le problème de la production de pétrole n’est pas celui des réserves qui sont abondantes (ce qui est vrai) mais celui des investissements qui sont insuffisants, prête à sourire. Même avec des investissements infinis, il arrivera nécessairement un jour où la production de pétrole (qui est une ressource finie) devra diminuer. Il n’existe ni source d’énergie de substitution évidente ni mécanismes d’auto-équilibrage de la production pétrolière comme semblent encore l’imaginer nombre d’économistes orthodoxes. Le « peak oil » surviendra nécessairement un jour, toute la difficulté étant de savoir quand. Même s’il était possible de repousser le pic de quelques décennies (par exemple suite à de nouvelles découvertes très abondantes), il ne disparaîtrait pas pour autant. De ces croyances s’en suit une impréparation paradoxale : du manque de planification qui en découle, c’est dans l’urgence nous risquons de devoir nous tourner vers des solutions low-tech de bon sens qui n’arrangeront certainement pas le lobby du pétrole. Si nous remplaçons la voiture par le vélo là où cela est possible, c’est une bonne nouvelle pour la planète mais pas pour le PIB. C’est bien notre mode d’organisation sociale qui va devoir se transformer en profondeur avec l’entrée dans l’ère de la raréfaction des énergies fossiles.

Bibliographie

Boyer R. (2000), « L’économiste face aux innovations qui font époque », Revue économique, vol. 52, n° 5, septembre.

Campbell J. C., Laherrère J. H. (1998), « The End of Cheap Oil », Scientific American, mars.

Deffeyes K. S (2003), Hubbert’s peak : The Impending World Oil Shortage, Princeton NJ, Princeton University Press.

Hirsch L. R., Bezdek R., Wendling R. (2005), Peaking of world oil production : Impacts, Mitigation & Risk management, US Department of energy.

International Energy Agency (1998), World Energy Outlook.

International Energy Agency (2010), World Energy Outlook.

Laherrère J., Wingert J.-L. (2008), Forecast of oil production assuming strong economic constraints, ASPO VII Conference, Barcelone, 20-21 octobre.

Laherrère J. (2009), Perspectives pétrole et gaz à l’horizon 2030, Club de Nice VIIIe Forum énergie et géopolitique 3-5 décembre.

Wingert J.-L. (2005), La vie après le pétrole, de la pénurie aux énergies nouvelles, Paris, Éditions Autrement.

Annexes

Voir aussi

Bilan sociétal, Droits de propriété pharmaceutiques, Global Reporting Initiative, Paradis fiscaux, Reporting, Sport responsable ?

Notes

1 Voir l’entrée Capitalisme de N. Postel et R. Sobel.

2 Sinon, il faudrait dire : « nous consommons actuellement 30 milliards de barils par an et les réserves sont de 1 200 milliards de barils ».

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540