Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire critique de la RSE

 | 
Nicolas Postel
, 
Richard Sobel

Théorie

Rente environnementale

Maël Rolland

Testo integrale

  • 1 Pensons aux physiocrates, ou à Sir William Petty pour qui, si le travail est le père de la richesse (...)

1Les processus de RSE s’envisagent comme promoteur d’un mode de production respectueux de l’humain (dimension sociétale) comme de la nature (dimension environnementale) et ce, de manière intra et inter générationnelle. En matière environnementale, ils sembleraient porteurs d’une grande nouveauté en ce qu’ils pourraient faire apparaître des éléments indispensables au processus de production depuis longtemps ignorés : la consommation par l’univers productif d’éléments de la biosphère. Que ce soit pendant la révolution industrielle, la période fordiste, ou notre période récente, la dégradation environnementale provoquée par le phénomène productif capitaliste est demeurée largement invisible, non cadrée, non repérable juridiquement (Ost, 1995), bien que déjà décelable théoriquement1. Afin de saisir et expliquer cette absence de compensation, Rousseau (2002) propose le terme de « quasi-rente » environnementale, reposant sur l’invisibilité juridique de ces captations. Après avoir rappelé brièvement le sens de ce concept, en le comparant à celui de rente, nous montrerons que la RSE peut avoir comme objectif, ou comme effet, de rendre visible ces quasi-rentes les transformant de facto en une rente, un paiement, que la société serait à même d’exiger du monde productif quant à l’utilisation qu’il fait des éléments de notre environnement.

2Mais derrière le voile conceptuel unifiant qu’est la rente, il est nécessaire de prendre comme objet des rentes multiformes, afin de dissiper tout malentendu. Ainsi, nous substituerons aux termes génériques de rente et quasi-rente, celui plus vaste de sphère de la rente (qui les contient tous deux) afin de ne pas exclure ce qui ne rentrerait pas dans une définition univoque : ce concept n’est autre qu’un palimpseste théorique venu s’étoffer de manière cumulative.

La sphère de la rente

3La sphère de rente est ontologiquement porteuse d’une dichotomie capitale pour ce qui a trait aux problématiques environnementales : (i) les rentes et (ii) les quasi-rentes. Ce sont les faces opposées d’une même pièce dont la tranche, institutionnelle, porte sur la définition du droit. Pour définir les termes de cette division, il nous faut comprendre que les valeurs d’usages (ii) viennent toujours à « déborder » les valeurs d’échange (i), qui seules apparaissent dans nos livres de compte. Les rentes prennent forme dans un système économique où existent des droits de propriété, régulant l’accès à un espace donné (Usus-Fructus-Abusus), les quasi-rentes quant à elles touchent des situations où les droits de propriété, et donc l’usage comme les parties prenantes, ne sont pas clairement définis (Rousseau, 2002). Ainsi, la sphère de rente n’est autre qu’une facette du rapport social à l’environnement, une « convention » primordiale toujours questionnée, sur l’usage (réglementé ou non) de l’environnement. Fondant le visible et l’invisible, l’imputable et le non imputable, elle institue des régularités orientant les pratiques comme les stratégies des agents, et donne lieu à des transferts économiques (monétaires ou non).

Les rentes environnementales

  • 2 A. Smith, The Wealth of the nation, vol. 1.

4La première acception du mot rente dérive du mot anglais « rent », c’est-à-dire le « loyer qu’un fermier paie à son propriétaire, [...] ce loyer représente le profit dû au fond de terre, déduction faite des frais de culture et du profit du capital » (Say, t. II cité par Romeuf). Smith ne disait pas autre chose quand il déclarait que « dès que la terre d’un pays devient entièrement propriété privée, les propriétaires, comme tous les autres hommes, aiment moissonner là où ils n’ont jamais semé et exigent une rente même pour son produit naturel. »2. C’est cela que Marx repris sous le nom de rente absolue : elle est prélevée sur tous les terrains (même les plus mauvais) au titre de pur tribut de la propriété foncière sur le capital.

5Ricardo enrichira ce concept en délimitant une rente de nature différente : la rente différentielle. Celle-ci naît « des différences naturelles de coût d’exploitation. [...], le prix du blé [étant] égal au coût de production sur la terre moins fertile, [il fait] apparaître une rente sur les autres terres, égale à la différence entre le prix du blé et son coût marginal de production. » (Rotillon, 2005). Cette notion peut être étendue à tous les stocks de ressources naturelles (épuisables ou non) pour lesquelles il existe une hétérogénéité quant à la qualité de la ressource, à sa localisation, aux coûts d’exploitation, etc. Marx, grand lecteur de Ricardo distinguera deux origines à ces fertilités différentes, l’une naturelle et l’autre économique (Rousseau, 2002), cette dernière correspondant à des différences « institutionnelles » (législations sociale et environnementale, Recherche & Développement, etc.).

  • 3 « The Economics of Exhaustible Resources », Journal of Political Economy, vol. 39 (1931). Il est à (...)

6Avec lui, bon nombre d’économistes classiques vont établir un amalgame, stérile quant à notre propos, entre ressources renouvelables et ressources épuisables. En effet, le caractère épuisable d’une ressource fait apparaître, comme l’a démontré Hotelling (1931)3, une rente de nature singulière : la rente de rareté. Pour condenser les caractéristiques essentielles de la rente et de ses différentes formes, nous retiendrons la définition que nous en donne Barre. Ainsi, comme il nous l’explique la rente n’est pas un phénomène propre au domaine agricole, puisqu’un tel surplus peut « échoir à tous facteurs de production… [il est] imputable à l’inélasticité de l’offre d’un facteur par rapport à son prix : cette inélasticité peut se présenter sous deux formes : 1) une inélasticité due au caractère non reproductible ou peu reproductible de certains facteurs. 2) une inélasticité due à des inadaptations de courte période de l’offre. » (Barre, t. II, cité par Romeuf). L’auteur omet l’inélasticité de la demande qui se révèle toute aussi importante. Les ressources naturelles étant la base matérielle primordiale à l’accumulation, la demande peut se trouver captive. C’est là, enfin, un « monde de concurrence imparfaite » faisant poindre des situations monopolistiques ou oligopolistiques dont émergent les rentes affiliées (rente de monopole…). On sort de la logique de marché pour rentrer dans un monde où les producteurs étant « price maker » peuvent, en fonction de la dépendance des consommateurs (inélasticité-prix lié à la présence ou non de substituts), tirer leurs prix au plus haut, et bénéficier de rentes élevées. Ce sont ces dernières qui nous seront nécessaires pour comprendre l’arbitrage dialectique que portent les stratégies de RSE.

  • 4 Sur la distinction Valeur et Richesse se reporter à J. M. Harribey : « Richesse et valeur : un coup (...)

7Ainsi, ces concepts, sous-parties du tout composite qu’est la sphère de rente, ont une approche similaire du surplus économique pris sur l’environnement, retenu comme facteurs productifs, par la sphère de production. En ce sens, ils sont « éco-centrés », car si « une production conduit à la destruction d’un facteur naturel qui n’entre pas dans un autre processus productif, ces approches ne considéreront pas qu’il y a là opportunité de rente » (Rousseau, 2002). Cette précision est essentielle : la sphère de pertinence de la rente est la « réalité économique » entendue comme la sphère monétaire (« la valeur »). Celles-ci nous renseignent sur les transferts économiques à tous les niveaux (micro-méso-macro), que les ressources en tant que facteurs agissant sur l’accumulation entraîneront. Mais certains transferts portant sur la « richesse »4 (extérieur à la réalité économique) restent invisibles si l’on s’en tenait à cette conception restreinte.

Les quasi-rentes : la « face cachée » de la sphère de rente

8La notion de quasi-rente doit être vue comme le second appendice constitutif de la sphère de rente, exclusif aux rentes ci-dessus, elle ne lui est pas moins complémentaire. Exclusives, elles le sont par leurs caractères « arbitraires » (droit d’usage non réglementé) à l’opposé de la conception de la rente. De fait, si celles-ci étaient encadrées ce terme serait ipso facto substitué par celui de rente.

  • 5 Dans le jargon des économistes on parle d’externalité pour souligner l’existence de « transferts de (...)
  • 6 Cette citation n’est qu’une partie de la définition du « mode de production » défini par la Théorie (...)

9En d’autres termes, les quasi-rentes représentent des richesses (valeur d’usage procurant de l’« utilité ») non intégrées dans les valeurs économiques (valeur d’échange)5. La trace de ces richesses nous étant donnée par le consentement à payer des agents quant à l’usage d’une ressource dont la jouissance était pour eux précédemment gratuite (Lipietz, 1998). Ainsi, elles correspondent à la prise en compte d’externalités (pollution, etc.) produites par l’utilisation gratuite de la nature en vue d’un gain pour l’agent (entreprise, État, consommateur final) ayant pour corollaire la dégradation d’un environnement sain. Celles-ci n’entrent pas dans le processus productif (ou sous forme de coûts socialisés, correspondant à des rentes, s’ils sont imputables) et ne sont pas comptabilisées : elles existent hors de la « réalité économique » puisqu’elles lui sont réputées « extérieures ». Pour Lipietz, comme pour Rousseau, leur existence part du constat simple qu’il « existe une quasi-rente tirée par le système productif dans son ensemble sur l’environnement » (Rousseau, 2002), puisque celui-ci est irréductiblement nécessaire à « la production et la reproduction des conditions matérielles requises pour la vie des hommes en société. » (Boyer 1986 a)6.

10Rousseau (2002) reprenant Ricardo puis Marx, distingue deux types de quasi-rentes : (1) la quasi-rente absolue qui « constitue l’utilisation minimale de l’environnement requise à l’activité de production ou de consommation. C’est une sorte de seuil en dessous duquel il est impossible de descendre sauf à arrêter l’activité. ». (2) La quasi-rente différentielle qui « apparaît chaque fois qu’il existe un choix entre deux techniques, l’une polluante, l’autre moins et que l’on choisit la plus consommatrice d’environnement. Ainsi, cette rente est en fait la différence de profit réalisée entre les techniques les plus consommatrices d’environnement sain et celles qui le sont le moins. » (idem).

11Ces raffinements conceptuels étendent la sphère de rente à des domaines où l’environnement est utilisé librement en vue d’un profit supérieur (privatisé) retiré d’une « jouissance libre », et ce, au « prix » de la dégradation (socialisée monétairement ou non) d’un ou plusieurs éléments naturels dont la préservation aurait été coûteuse. Elles permettent de penser la recherche d’avantages comparatifs (quasi-rentes potentiellement élevées de par la faiblesse des législations) et faisant, les stratégies de dumping que peuvent développer les firmes vis-à-vis des diverses zones économiques.

Rente et RSE

12La « sphère de rentes » est une composition plurielle de rentes et quasi-rentes complémentaires. Au niveau pratique, certaines seront plus présentes que d’autres, et ce, de par les caractéristiques intrinsèques du marché ou du secteur pris en considération (substituabilité possible entre ressources, inélasticité tant de l’offre que de la demande, etc.). La sphère de rente, somme des rentes et quasi-rentes, dévoile ainsi dans toutes leurs altérités les mécanismes à l’œuvre dans la ponction des richesses et dans la répartition des valeurs. Elle se traduira au niveau macro, méso comme micro économique par des transferts entre branches, secteurs et entreprises en fonction des rapports de forces et des interdépendances se nouant entre elles.

  • 7 Par essence l’objectif d’une firme est la maximisation de son profit (elle est instrumentalement ra (...)

13Celle-ci n’est alors pas indépendante des questions de RSE. Dans un premier temps, elle correspondrait à une « tentative de légitimation de nature politique » (Bodet et Lamarche, 2007), visant à « poser les jalons légitimes de l’activité de l’entreprise » (Rousseau et Postel, 2008) permettant par là même de « prendre et de contourner le rôle qui incombe sur grande période à l’État. » (Lordon, 2006). Ainsi, en voulant légitimer sa capacité à produire elle-même les règles encadrant son action (soft law), l’entreprise sous couvert de l’« éthique »7 se poserait en tant que juge et partie afin de dissimuler une ponction sur l’environnement ne donnant pas lieu à compensation (quasi-rente). Elle serait seule à « trancher » ce qui est de l’ordre des rentes et quasi-rentes, ce qui donne lieu ou non à paiement, tout en étant la première des bénéficiaires. La question des rentes étant une question de transfert économique, elle donnerait lieu à des rapports de forces et des conflits d’intérêt nombreux et potentiellement inégaux.

  • 8 Optimisation de l’accumulation sur chaque segment de marché, chaque famille de client étant « capté (...)

14Cependant, sous une seconde acception, la RSE peut avoir pour effet de relever d’anciennes quasi-rentes afin de jouir au grand jour de nouvelles (rentes), liées à ce nouveau positionnement. Elle correspond ici, de manière dialectique, à abandonner les quasi-rentes (par « éthique »), ce qui en soit la priverait de profits potentiels dont l’existence est sa raison d’être intime. Les entreprises feront ce choix, par souci d’image et d’anticipation stratégique, elles rendront visible ces quasi-rentes et les assumeront vis-à-vis de la société en payant le tribut nécessaire ou en renonçant à la dégradation environnementale qui lui est inhérente. Une telle attitude prive certes l’entreprise de profits potentiels, mais elle se donnerait à voir comme des stratégies d’accès, ou de création de nouveaux segments de marché encore non exploités. En effet, en assumant publiquement des formes de dégradation de l’environnement qui ne sont pas durables, en y renonçant ou en assumant leur caractère coûteux, l’entreprise apparaîtra « responsable ». Ce faisant, elle anticipe sur une visibilité prochaine, où l’image et les représentations semblent de plus en plus corrélées à la « création de valeur ajoutée », elle prendrait ainsi de vitesse ses concurrents. Cette stratégie se révélerait pertinente si, contre l’abandon de quasi-rentes tirées sur l’environnement, l’entreprise peut tirer des rentes de monopole (ou d’oligopole) suffisante sur ces « niches » nouvelles8. Par mimétisme conventionnel, des stratégies offensives de RSE pourraient voir le jour. Certaines firmes à la pointe dévoileraient à l’encontre des autres, les quasi-rentes en présence, afin de les obliger, par souci d’image ou par le biais de l’intervention du législateur (via la soft ou hard law) à les assumer sans quoi, elles se verraient évincées du marché (phénomène de destruction créatrice).

15Pour finir, les stratégies RSE vont contribuer à réarticuler les différentes dimensions de la sphère de rente. Elles rendront visible ce qui ne l’était pas tout à fait pour mieux s’insérer dans l’inélasticité des offreurs et des demandeurs (dépendances et profits), ou au contraire et simplement pour mieux dissimuler ce qui peut encore l’être. C’est ce sur quoi le législateur comme le citoyen, doit être vigilant afin d’éviter que la RSE ne devienne un succédané de développement durable, un Greenwashing de plus et faire en sorte qu’elle amène les entreprises à révéler le vrai poids de leur activité productive sur l’environnement.

Bibliografia

Bodet C., Lamarche T. (2007), « La responsabilité sociale des entreprises comme innovation institutionnelle. Une lecture régulationniste »,Revue de la régulation Capitalisme, Institutions, Pouvoirs, n° 1.

Boyer R. (1986), La théorie de la régulation : une analyse critique, Paris, La Découverte.

Harribey J.-M. (2006), « Richesse et valeur : un couple qui ne fait pas bon ménage », L’Homme et la société n° 76, Paris, L’Harmattan, p. 27-46.

Hottelling H. (1931), « The Economics of Exhaustible Resources », Journal of Political Economy, vol. 39, p. 137-175.

Lipietz A. (1998), Économie des écotaxes. Fiscalité de l’environnement, rapport du CES.

Lordon F. (2003), Et la vertu sauvera le monde… Après la débâcle financière, le salut par l’éthique ?, Paris, Éditions Raison d’agir.

Lordon F. (2006), Métaphysique des luttes, Working Paper Recherche et régulation, série PH.

Ost F. (1995), La nature hors la loi. L’écologie à l’épreuve du droit, Paris, La Découverte.

Robinson J. (1967), Philosophie économique, trad. par B. Stora, Paris, Gallimard.

Romeuf J. (1958), Dictionnaire des sciences économiques, t. II, Paris, Presses Universitaires de France.

Rotillon G. (2005), Économie des ressources naturelles, Paris, La Découverte, coll. « Repères ».

Rousseau S. (2002), Économie et Environnement : Une analyse régulationniste de la rente environnementale, thèse sous la direction de Stankiewicz F., Zuindeau B., soutenue à l’Université Lille 1 le 26 février 2002.

Rousseau S., Postel N. (2008), « RSE et éthique d’entreprise : la nécessité des institutions », M@n@gement, 11 : 2, p. 137-160.

Allegati

Voir aussi

Commerce équitable, Comptabilités environnementales, Conceptions de la RSE, Consommation responsable, Développement durable, Employabilité, Histoire de la RSE, Paternalisme

Note

1 Pensons aux physiocrates, ou à Sir William Petty pour qui, si le travail est le père de la richesse, la nature en est la mère (citation célèbre reprise par Marx, Georgescu Roegen, etc.).

2 A. Smith, The Wealth of the nation, vol. 1.

3 « The Economics of Exhaustible Resources », Journal of Political Economy, vol. 39 (1931). Il est à noter que Marshall (1890), avait remarqué qu’un stock de matière nécessaire à la production, apparaissant limité, était l’occasion d’un profit supplémentaire lié à cette rareté.

4 Sur la distinction Valeur et Richesse se reporter à J. M. Harribey : « Richesse et valeur : un couple qui ne fait pas bon ménage » 2006.

5 Dans le jargon des économistes on parle d’externalité pour souligner l’existence de « transferts de richesse » réalisés dans un extérieur au marché, un ailleurs de la théorie. Celles-ci jouent sur le niveau d’utilité des agents, à la hausse comme à la baisse sans donner lieu à des échanges marchands.

6 Cette citation n’est qu’une partie de la définition du « mode de production » défini par la Théorie de la régulation. Tronquée ainsi, elle colle parfaitement au rôle de l’environnement, sous théorisé par ces mêmes auteurs.

7 Par essence l’objectif d’une firme est la maximisation de son profit (elle est instrumentalement rationnelle !), ne laissant que peu de place à une éthique autre qu’utilitariste. C’est un rôle marketing ou managérial qui peut lui être donné, le terme étant, de fait, vidé de son contenu. C’est ce qui fait dire à Lordon (2003) que la RSE ne serait qu’« argumentaire de façade ».

8 Optimisation de l’accumulation sur chaque segment de marché, chaque famille de client étant « captée au plus juste » en fonction de la propension à consommer de chacune. La multiplication des normes qualités, des labels, etc. peut-être analysée sous l'angle de la différenciation des produits – stratégie permettant de se dégager du monde de concurrence parfaite.

Autore

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540