Version classiqueVersion mobile

L’Œdipe Roi de Sophocle. Tome 1

 | 
Jean Bollack

Métrique

Composition des strophes

Texte intégral

1La diversité des rythmes et des tonalités, dans Oedipe roi, est grande. Chaque chant à son aura propre, et sa fermeture. Il est lié à une situation dramatique très précise, qui n’évolue pas vraiment vers une autre, mais est dépassée, moins par les revirements de l’intrigue que par l’horizon différent que le chant à lui-même s’est créé. La gamme des schémas métriques autonomes contribue, par ses moyens propres, à élargir le champ des dimensions sociales parcourues, comme si toutes, en dehors de la geste guerrière, elles devaient être représentées par les malheurs d’une cité, vécus dans l’histoire de ses rois.

2Il n’en va pas ainsi dans toute tragédie. Il y en a de plus unitaires lyriquement, où les chants se répondront autrement. Dans Oedipe roi, ils sont fortement clos sur eux-mêmes, et directement rapportés à l’action dramatique, sans recours à d’autres illustrations mythiques que l’approfondissement de l’unique mythe que cette tragédie a pour sujet.

3La diversité de l’expression lyrique fait partie des ressources de l’art. Certains rythmes restent marqués par les situations consacrées dans la vie des cités, ils reproduisent l’usage rituel, le thrène, le péan, l’épithalame. D’autres peuvent avoir été choisis pour les effets de contraste dans la composition d’ensemble ; ils sont moins médiatisés par le rite, d’un art plus directement lié aux ressources cultuelles et mélodiques du genre. Les dactyles de la Parodos n’ont peut-être pas été choisis parce qu’ils convenaient rituellement à la prière. La relation entre l’idée et l’insistance rythmique est autre ; le rite est entré dans les conventions subtiles de la médiation du théâtre. La tragédie a hérité de la lyrique chorale, d’un répertoire qu’elle réaménage pour en faire son langage propre ; il évolue au cours de son développement, se référant aux emplois qui ont été faits dans ce genre dramatique, avec la liberté et la dose d’arbitraire que comporte l’invention. En même temps, elle intègre, comme elle le fait pour la composition verbale, des modèles, culturels ou « littéraires », reconnaissables, et externes au genre. Elle est doublement référentielle, comme le sont les mots. L’emploi des dactylo-épitrites dans le Troisième stasimon situe le chant, par le rythme, dans une tradition précise de la narration et des célébrations lyriques. Le ton est plus profondément parodique qu’on ne pense, s’il est comme réattribué librement par l’usage, et par le recours à une tradition et à un genre auxquels il avait été soustrait.

***

  • 1 Voir la liste chez West, Greek Metre, dans l’introduction aux parties lyriques du théâtre, p. 98. L (...)

4Des huit types principaux de mètres employés dans la tragédie, le iambique (1.), le crétique-péonique (2.), le dochmiaque (3.), l’éolien (4.), l’anapestique (3.), l’ionique (6.), le dactylique (7.), et le dactylo-épitrite (8.)1, quasiment tous sont représentés dans les treize paires de strophes de la Parodos, des quatre Stasimons et des deux Kommoi.

La dominante des iambes

  • 2 West, op. cit., p. 99 : « particularly prominent in Aeschylus ».
  • 3 Voir West, op. cit., p. 101 ; il relève certaines des particularités de Sophocle par rapport à Esch (...)
  • 4 Le mouvement va des dactyles aux iambes : str. 1, dactyles prépondérants ; str. 2, dactyles et iamb (...)
  • 5 L’association est usuelle. Voir West, Greek Metre, p. 111 s. (Agamemnon, v. 1136-1145) : « from the (...)

5Les iambes sont prépondérants, dans la tradition d’Eschyle2. Toutes les pièces conservées de Sophocle contiennent au moins une ou deux strophes ou paires de strophes iambiques3. On les trouve dans les strophes 2 et 3 de la Parodos, d’abord mêlés aux dactyles4 ; mêlés aux anapestes, dans la strophe 1 du Premier stasimon ; aux dochmiaques, dans le Premier kommos et dans les deux strophes du Second5 ; dans les deux strophes du Deuxième stasimon, central ; mêlés aux trochées, dans la strophe 2. Ils forment comme une matrice, un fond, sur lequel peuvent se détacher d’autres rythmes, comme les deux vers d’anapestes (1er stas., str. 1, v. 469 s.), ou les trochées, se distinguant, doublés de lécythions (2ème stas., str. 2), imprimant à la strophe une coloration distinctive.

6Pohlsander appelle iambiques-choriambiques les strophes 1er stas., 1,2ème stas., l,4ème stas., 2, en raison de la présence en alternance de mètres isolés (v. 463 ; v. 866) ou de dimètres (v. 465), mais aussi de télésilliens (par paires, v. 467, 468a ; v. 868 s.). Le rythme choriambique s’autonomise à la fin du 4ème stas. (v. 1209b-1212) : trois dimètres, puis la reprise d’un choriambe, dans le dernier vers, se réduisant à un crétique et à un bacchée, ou à un ithyphallique.

7Il y a lieu, sans doute, de distinguer ce dernier passage de l’alternance régulière des rythmes voisins, comme celle des iambes, crétiques et bacchées. Le passage des iambes aux trochées (2ème stas., str. 2) est plus fortement marqué ; les iambes, en alternance, font ressortir la différence des trochées et des lécythions, introduits dès le début (v. 883), et repris dans une paire avant la clausule du reizianum (v. 894-896), d’après un schéma de composition usuelle, que le rythme repris vers la fin soit celui de la tonalité générale, comme ici pour les trochées, ou qu’il introduise une orientation nouvelle, comme pour la paire des anapestes (1er stas., str. 1, v. 469 s.).

8Les iambes s’associent, le reste se distingue. Ce qui implique que les iambes peuvent à leur tour s’imposer pour eux-mêmes, pour une valeur distincte, plus « originelle ». Ils comportent, dans leur propre orbite, des éléments de structure diverse ; on comprend que l’analyse et la délimitation des unités soient moins aisées et plus controversées que pour d’autres mètres.

9Les effets, sinon les rythmes mêmes, sont des produits de la disposition dans la strophe.

  • 6 Sans entrée anapestique du Chœur.

10Les dochmiaques (3.) s’affirment dans trois situations extatiques de bouleversement, dans les deux Kommoi, et dans la lamentation de la strophe 2 du Quatrième stasimon, se concentrant sur les excès de l’égarement infligés au héros ; les mètres éoliens (4.), dans l’évocation mélique d’une destinée représentative (4ème stas., 1) ; les larges ioniques (6.), dans le mouvement délibératif, pris entre l’accusation et la défense (1er stas., 2) ; les dactyles (7.), en contrepoint avec les iambes, dans l’imploration de la Parodos lyrique6 ; les dactylo-épitrites (8.) de la lyrique chorale et des narrations mythiques, dans la célébration parodique de la naissance sauvage de l’enfant du Troisième stasimon.

Pour les anapestes (5.), on a montré leur présence au milieu des iambes (1er stas., 1) ; les trochées entrent avec les iambes dans un système d’alternance. Les crétiques ou péons (2.), si on distingue les formes mêlées aux iambes (commeImage 10000000000000290000000F7C1BBDE77C7F64F6.jpg), ne sont pas proprement représentés dans la pièce (les exemples dans la tragédie sont rares). Sinon, tous les schémas du théâtre trouvent dans la pièce une application.

11La suite souvent notée : iambes, crétique (cf. Dawe, v. 190, v. 194, v. 652, v. 1337), peut être analysée comme un dimètre iambique, syncopé au milieu7.

  • 8 Voir v. 195, 197, 472, 867b, 1212 (choriambes). Pour la double interprétation, voir West, op. cit., (...)

12On regroupe un crétique et un bacchée à côté d’un ithyphallique, qui reprend les mêmes rythmes, dans une unité (lécythions catalectiques, dans un contexte de iambes et de lécythions)8.

13La relation rythmique entre les chants est principalement soutenue par la reprise des iambes (et choriambes), de Parodos 3 à 1er stasimon, 1 ; 2ème stas., 1 ; et 4ème stas., 2 ; et, d’autre part, par la liaison qu’établit l’association des iambes et des dochmiaques dans les Kommoi, en relation avec 4ème stas., 2. Les autres strophes se distinguent, par leur autonomie plus forte, et par la singularité rythmique.

Deuxième stasimon, 1, iambes

  • 9 Voir la succession de deux vers clausules, reizianum, ithyphallique, après la paire des anapestes, (...)

14Le cours de la strophe est deux fois marqué par une pause, à la catalexe du vers 865, puis avec l’ithyphallique (ou le bacchée) fermant le vers 867. Trois, puis deux vers iambiques (et choriambiques). La troisième unité comporte alors une paire de télésilliens, qui débouchent sur deux séquences iambiques dont chacune se termine par la double longue que note le spondée, une double clausule (v. 870 s.), marquant fortement l’arrêt, ou la lenteur, à la fin de la strophe9.

Division des unités iambiques

15Les différences dans le Premier kommos entre Pohlsander et Dawe portent exclusivement sur les dimètres ou trimètres que les uns constituent, et sur les variations rythmiques que d’autres n’intègrent pas.

16V. 650. Deux dimètres iambiques syncopés (Pohlsander) ; ou dipodie iambique, suivie d’un trimètre crétique (Dawe). On pourrait penser à un tétramètre iambique à triple syncope.

17V. 652. Dimètre iambique syncopé (P.) ; dipodie iambique et crétique (D.).

18V. 653. Trimètre iambique syncopé (P.) ; dimètre crétique, dipodie iambique (D.).

19V. 660. Trimètre iambique syncopé (P.) ; spondée, dimètre iambique (D.).

  • 10 De même au vers 665, les trois crétiques peuvent être analysés comme un trimètre syncopé. Au vers 6 (...)

20V. 666. Trimètre iambique syncopé (P.) ; bacchée, crétique et iambes (D.) ; plutôt : bacchée, spondée, crétique, puis iambes, ou bien alors un tétramètre, quatre fois syncopé10.

  • 11 La liberté dans la responsio (voir le commentaire) est en faveur du trimètre à deux syncopes (selon (...)

21V. 667. Trimètre iambique syncopé, catalectique (P.) ; bacchée, ithyphallique (D.). Ce serait plutôt la succession : bacchée, crétique, et soit un bacchée (strophe), soit une dipodie iambique (antistrophe)11.

22Pour plusieurs vers du Deuxième stasimon, 1, les regroupements diffèrent comparablement d’un auteur à l’autre.

23V. 863. Dawe en 1982 suit Pohlsander, présentant le vers comme un trimètre iambique syncopé ; en 1984, il revient à sa première analyse (1975), et en fait une dipodie iambique, suivi d’un lécythion. C’est une autre lecture.

  • 12 Selon la nomenclature adoptée par Dale.

24V. 866. Dimètre choriambique B12 syncopé (P.) ; D. détache un crétique et un choriambe.

25V. 867. Trimètre syncopé catalectique (P.) ; dipodie iambique et ithyphallique (D., pour le crétique et le bacchée). La divergence porte sur l’interprétation d’un schéma rythmique identique. L’analyse du texte peut conduire à admettre une syllabe supplémentaire. Il y aurait une syllabe anceps séparant la dipodie et l’ithyphallique.

26V. 870. La divergence est importante ; dimètre iambique et une forme de télésillien (P.) ; autrement découpé, le vers s’analyse en dipodie iambique, anceps, dimètre choriambique (qui devient l’élément dominant du vers) et spondée (D.).

  • 13 Pour cette fin de strophe, voir aussi l’analyse ci-dessus (p. 322 s., n. 3).

27V. 871. Les onze syllabes sont, pour Pohlsander, regroupées, peutêtre artificiellement, en une unité appelée hendécasyllabe choriambique (cf. Dale). Plus descriptivement, c’est un ionique mineur, un basilique (« dodrans A ») et un spondée13.

28Pour le Deuxième stasimon, 2, il n’y a, au contraire, aucune différence d’analyse, si ce n’est, tout juste, au début (v. 883), où Pohlsander, avec résolution de la deuxième longue, admet un énoplios choriambique (comme aux vers 885 et 887), alors que Dawe détache deux dipodies (ou un dimètre) trochaïques.

29Dans le Quatrième stasimon, 2, les divergences, comme dans la strophe 1, portent sur le regroupement iambes, crétique, iambes (Dawe), v. 1204 ; Pohlsander, comme pour la succession bacchée, crétique, iambes (Dawe), v. 1205, en fait un trimètre iambique syncopé.

  • 14 « ... deserves precedence » (Metrical Studies, p. 109).

30Contre Kraus (et aussi Dawe), il donne au vers 1207 la préférence à un trimètre iambique avec spondées « lourds » dans le premier mètre14, plutôt que d’y voir, annonçant la série des hypodochmius (v. 1208-1209a), un dochmiaque suivi de iambes. Leur présence ne forme pas un argument contraignant. Des dochmiaques isolés se trouvent mêlés aux iambes ; ils ont une autre fonction que les dochmiaques groupés.

  • 15 Greek Metre, p. 111.

Les divergences d’analyse sont mineures dans le Deuxième kommos, et du même ordre que dans le Deuxième stasimon. Au lieu de distinguer, au vers 1333, des iambes et un spondée, Pohlsander les réunit en un dimètre contracté (à spondées « lourds »), et au vers 1337, au lieu de ïambes et un crétique (D.), en un dimètre syncopé. Enfin, au vers 1339, les deux dipodies iambiques séparées par un spondée forment un trimètre avec spondées contractés. West15 envisage la possibilité d’y analyser la pentapodie iambique comme l’association, qui se trouve ailleurs, d’un penthémimère et d’un hypodochmius (avec la possibilité d’un autre découpage encore : iambes et un dochmiaque kaibelianus (Image 10000000000000810000000FD3298B962AC25682.jpg).

 

31La comparaison montre bien le problème de la délimitation des unités. Certaines associations rythmiques sont naturelles, et privilégiées, comme celle des iambes, bacchées et crétiques, et d’autres rythmes apparentés. Quand faut-il franchir le pas, et les faire entrer dans une unité de compte, pour la mesure ?

32Il n’est sans doute pas impossible de considérer ces césures rythmiques entre deux unités. Au vers 650, les deux temps des iambes et des crétiques pourraient avoir une autonomie, en dehors de la division des mots, qui s’ajoute ailleurs. Sans doute est-ce également vrai des crétiques et des autres rythmes aux vers 652-653, du spondée du vers 660 (on peut citer beaucoup de cas). On peut donc se demander ce que l’on gagne, et que l’on perd, à dépasser ce stade compositionnel de l’association, selon les affinités rythmiques que l’on observe, pour retrouver le retour régulier d’unités identiques plus larges, à renfort de syncopes et de contractions. Le problème en vérité se pose presque exclusivement dans le domaine large et souple du iambe, plus libre et accueillant que les autres. L’option du regroupement plus ample, sous le chef d’une nomenclature globale, masque peut-être une réalité plus nuancée.

Deuxième stasimon, 2, iambes et trochées

  • 16 L’interprétation du premier vers diffère : dimètre trochaïque (Kraus, Strophengestaltung, p. 145 et (...)
  • 17 Inversion de la succession lécythion-énoplios que l’on trouve dans le Parthénée d’Alcman ; voir l’é (...)
  • 18 Theiler, loc. cit., p. 188, ne les distingue pas de la suite ; la strophe offre pour lui l’exemple (...)

33La première (v. 883-888) des trois périodes de cette strophe à dominante trochaïque est elle-même divisée en trois unités distinctes16 ; chacun des membres, trochées ou énoplios puis lécythions, coïncident avec une division syntaxique17. Dans la seconde (v. 889-891), les trois trimètres iambiques sont unis par les catalexes qui les encadrent18. La reprise du rythme trochaïque dans la troisième (v. 892-896) est introduite par des iambes et suivi d’un reizianum, qui clôt le groupe et la strophe.

Quatrième stasimon, 2, iambes et dochmiaques

  • 19 Voir ci-dessus (p. 324), pour le début de la strophe.
  • 20 Ainsi Eschyle a des dimètres et trimètres comme côla finaux, cf. West, Greek Metre, p. 100.
  • 21 Voir les indices énumérés par Pohlsander, Metrical Studies, p. 108 s., en faveur de cette fin de pé (...)
  • 22 Pohlsander, Metrical Studies, p. 108, y renonce, sans vraiment trancher ; optant pour un trimètre i (...)
  • 23 Serait-ce un nouvel hypodochmius, avec une entrée de deux brèves, ou un dimètre acéphale (l’analyse (...)

34Il semble que la strophe puisse être divisée en trois unités, même si le regroupement offre matière à discussion. On peut préférer fixer une première fin de période au vers 120619 ; le dimètre20 est suivi d’un nouveau départ, marqué par une exclamation dans la strophe et dans l’antistrophe21. Cette coupure peut être invoquée en faveur de l’analyse adoptée au vers 1207 ; le dochmiaque22 annonce la série des hypodochmius (à fin de vers marquée, voir les anceps), avant le dimètre choriambique acéphale qui clôt ce groupe23. La dernière période avec les autres choriambes est fermée par une clausule plus forte (l’ithyphallique), appuyant la fin de la strophe.

Périodes dans le Kommos 1, iambes et dochmiaques

  • 24 Voir l’analyse de Kraus, Strophengestaltung, p. 143 s.
  • 25 Même succession de formes résolues (v. 661) et régulières (v. 662) qu’aux vers 1314 s. Le mouvement (...)
  • 26 Une succession spondée + dimètre (cf. Dawe) ou trimètre syncopé (cf. Pohlsander, Metrical Studies, (...)
  • 27 Voir ci-dessus, p. 323.

35La structure du 1er kommos paraît être tripartite24. On détache un premier groupe (a.), iambique, jusqu’à la dipodie qui suit les crétiques (v. 650-653). Dans la prochaine unité (b.), les deux paires de dochmiaques sont encadrées par un, puis par deux trimètres iambiques (v. 655-659 ; voir plus loin, Kommos 2,1). Enfin (c.), la deuxième paire de dochmiaques25 est précédée d’une introduction iambique26 et suivie de trois vers de type iambique, jusqu’à la clausule (crétique et bacchée, ou ithyphallique, v. 660-667)27.

Kommos 2, 1, iambes et dochmiaques

  • 28 Dain, Traité, § 201, p. 129.
  • 29 Ce sont : (...)

36La dipodie (ou monomètre) iambique est employée par Sophocle dans les exclamations comme ici28. Elle est suivie de deux paires de dochmiaques, à unités séparées (sans synalèphe) ; la première, avec, deux fois, rien que des résolutions, est relayée par une seconde, offrant les formes courantes29. Les deux longues à la fin, notées comme un spondée, peuvent être interprétées différemment (par exemple comme des iambes à doubles syncopes, deux entités longues, juxtaposées).

  • 30 Voir les trimètres dans la scène de Cassandre, Agamemnon, v. 1138 s. (West, Greek Metre, p. 111 s.  (...)

37La strophe se prolonge dans les trimètres qui suivent (v. 1317 s. et v. 1319 s.), comme la deuxième, dans la paire de trimètres (v. 1347 s.)30.

Kommos 2, 2, iambes et dochmiaques

  • 31 Prédilection de Sophocle pour le dimètre avec deux longues contractées dans la deuxième mesure (...)
  • 32 La syncope que marque le crétique final (quelle que soit l'analyse retenue) accentue la pause. Les (...)
  • 33 Le vers 1340 offre l’exemple d’une brève en dernière position (brevis in longo), face à la longue d (...)

38La strophe 2 est clairement divisée par le dimètre iambique réservé à l’intervention du Chœur (v. 1336). La première partie offre une disposition inverse de la seconde. Les dochmiaques (v. 1329 s., 1334) sont relayés par des iambes, deux fois (v. 1332 s.31 ; puis 1335-1337) avec une clausule iambique32 ; puis les iambes, au contraire, débouchent sur une série de sept dochmiaques33 ; après trois dimètres, un dernier fait fonction de clausule.

39Tous les dochmiaques sont systématiquement séparés par une fin de mot (ce n’est pas entièrement vrai pour le Premier kommos, bien que la tendance n’existe pas moins, voir v. 662).

Premier stasimon, 1, anapestes parmi les iambes et les rythmes éoliens

  • 34 Jebb, Wilamowitz ; cf. Kraus, Strophengestaltung, p. 142 ; Pohlsander, Metrical Studies, p. 96 s., (...)
  • 35 Pour West, le vers 465, qu’il définit comme une forme anaclastique du glyconien, aurait déjà une co (...)
  • 36 Kraus, Strophengestaltung, p. 23 (§ 5), sur les effets de contraste.
  • 37 Wilamowitz, Verskunst, p. 464, Dale, Lyric Metres, p. 202 s. ; Theiler, loc. cit., p. 188 (« Überab (...)

40Les trois périodes sont clairement distinctes. Un premier groupe (v. 463-466) de iambes et choriambes (deux tétramètres pour certains34, avec retardement par la succession des longues dans le deuxième temps de l’itération) est relayé (v. 467 s.) par un autre, de type éolien (ou éolisant)35. Les deux télésilliens débouchent sur leur forme catalectique, le reizianum. Suivent les deux dimètres anapestiques (v. 469 s.), se détachant dans la strophe par un effet de contraste appuyé36 ; ils débouchent sur la même clausule (v. 471), doublée, dans cette dernière période, d’une deuxième (l’ithyphallique, v. 472), pouvant ainsi faire fonction de clôture à l’ensemble de la strophe37.

Les rythmes éoliens

  • 38 Voir ci-dessus, p. 320 s.

41On classe dans une même catégorie de côla éoliens des unités dont l’usage dans la tragédie diffère. Parmi les chants d’Oedipe roi, une seule strophe est proprement ou purement éolienne dans sa totalité (4ème stas., 1), composée exclusivement de télésilliens, glyconiens, phérécratiens, et d’un reizianum final. Le télésillien comme le reizianum se retrouvent dans d’autres compositions, mêlés à d’autres dominantes, et, en un sens, changent donc de fonction selon la structure générale de leur entourage. Ils aident à articuler les ensembles et servent de clausules, tout comme le lécythion et l’ithyphallique, qui entrent plus naturellement encore dans des ensembles à dominante soit iambique soit trochaïque (Parodos, 3 ; 2ème stas., 1, avec des iambes ; alternance de trochées et de lécythions, str. 2)38. En revanche, ni le glyconien ni le phérécratien ne se rencontrent ailleurs dans la pièce que dans la strophe éolienne au sens strict, avec coloration dominante, comme au 4ème stas., 1.

Le rythme et les structures verbales

  • 39 « Perhaps the explanatiori is a kind of staccato delivery... », West, Greek Metre, p. 110, pour les (...)

42L’autonomie d’un côlon, avec les signes de fin de période, ne répond pas nécessairement à une halte et à une division de la strophe, mais peut faire partie de la nature propre de la figure rythmique, comportant ces pauses39. On peut citer comme exemple les dochmiaques des vers 1340-1345, ou les hypodochmius des vers 1208a-1209a. Le rythme s’empare de la disposition des mots, il façonne autrement l’assemblage verbal, et le structure plus qu’ailleurs. Ce sont des moments d’une coïncidence. La phrase se soumet au rythme ; elle lui concède une part de sa charge expressive et sémantique, montrant qu’elle n’est plus portée seulement, mais coproduite par lui.

La structure du chant, Quatrième stasimon, 1

  • 40 Même fonction finale, 2ème stasimon, v. 896.
  • 41 Structure tripartite également pour Kraus, Strophengestaltung, p. 146, Pohlsander, Metrical Studies(...)

La strophe de rythme éolien peut être divisée en trois mouvements. Le télésillien lance le rythme, puis, par son itération (au v. 1189), le relance pour une deuxième période. Le premier introduit la succession d’un glyconien et d’un phérécratien (v. 1187 s.), le second de deux glyconiens débouchant sur un phérécratien (v. 1190-1192). La différence entre les côla est plus ou moins accentuée, variant simplement (comme aux vers 1187 s.), ou s’autonomisant. On voit au vers 1192 que le phérécratien, par la différence de son rythme final Image 10000000000000240000000C5406539C0C9F4C3D.jpgpour…Image 10000000000000230000000F0286E2EDF6E253AE.jpg peut, à certains endroits, offrir un élément distinctif et structurant, et marquer ainsi un arrêt, qui ailleurs peut ne pas être mis en valeur. Les éléments changent de nature, et recouvrent leur fonction selon leur disposition, au sein de l’organisation d’ensemble de la strophe. Avec ἀποκλῖναι (v. 1192) et ἀνέστα (v. 1200b), la clausule rythmique a une correspondance sémantique très évidente. Le reizianum alors, à la fin, apporte une clôture plus ferme40, après la reprise ample du rythme initial par la succession de trois glyconiens41.

Les ioniques du Premier stasimon, 2

  • 42 Voir ci-dessus la disposition des choriambes, p. 326.

43Les deux tétramètres choriambiques au début du 1er stas., 2 (v. 484 s.), marquent une transition ; la reprise des choriambes de la strophe 1 est aussi large et insistante42 que le sont les ioniques dans cette strophe 2.

  • 43 Voir West, Greek Metre, p. 124. Le rythme est lié à des chants cultuels d’origine asiatique. La lar (...)
  • 44 Le Kommos d’Électre, v. 823-84, que West, op. cit., p. 124, cite comme autre occurrence de strophes (...)

44On peut se demander quelle est la tonalité, qui ici n’est ni exotique ni asiatique43, notée par les ioniques ; la longue succession des mêmes mètres, syncopés ou purs, après les longs tétramètres de l’introduction, s’accorde au rythme apparenté des choriambes (on passe du vers 485 au vers 486, dans les tétramètres, d’un rythme à l’autre, pour ne plus quitter le second, jusqu’à la fin). L’évidente majesté doit être choisie pour l’ampleur et la souveraineté, qui permettent de tirer de l’itération monotone des deux brèves et des deux longues un effet d’insistance très large, d’autant plus marqué que le rythme se fournit à lui-même, sans autres variations comme dans les systèmes, ses temps d’arrêt par les catalexes, toutes accordées à l’évolution sémantique. On voit bien que la largeur du rythme, et l’assurance que l’argument peut en tirer au profit de son déploiement, sont accordées au balancement des pour et des contre que le Chœur exprime à ce moment de la pièce, où son jugement doit rester en suspens. Le rythme accueille l’argument, il conduit la parole, il offre son ampleur et sa lenteur (la longueur) à la dualité des points de vue développés dans le chant, avant le revirement44.

La Parodos, dactyles et iambes

45La dominante dactylique apparente le début de la Parodos à celui de la Parodos lyrique de l’Agamemnon (dans sa première partie, avant l’Hymne, v. 104-139). Le rythme implique un mouvement plus solennel. La virtualité expressive dans les temps sémantiques peut s’accorder à des contenus en apparence aussi différents que le départ des Argiens dans l’Orestie, et que l’interrogation inquiète du Chœur, sur le mode épique, et ici la prière désespérée adressée à tous les Olympiens. L’inquiétude appelle, et scrute.

  • 45 Un élément iambique (v. 152) parmi les dactyles ; un élément dactylique parmi les iambes de la stro (...)
  • 46 Ce sont les seules strophes dactyliques qui le soient entièrement, ou par la prépondérance, dans le (...)

46Les dactyles lyriques donnent le ton de la Parodos, occupant presque entièrement la première paire strophique45, restant dominants dans la deuxième paire, à côté des iambes. Les iambes prennent ensuite le dessus dans la troisième46. La répartition permet de poser un pôle de l’élan, dans l’appel et dans les invocations, et un pôle de la gravité, plus proche de la lamentation, qui répondent à la dualité thématique. Ils se rencontrent et s’articulent indépendamment sur le plan du rythme ; l’antithèse est présente une deuxième fois, mais elle ne recouvre pas, phrase par phrase, ni d’un côté les élans de l’espoir, ni de l’autre les motifs de l’angoisse.

  • 47 En contraste avec les tétramètres et dimètres, débouchant sur un dactyle. La « diérèse bucolique » (...)
  • 48 Ou parémiaque (Dale), parémiaque-énoplios (Pohlsander).

47Le dimètre iambique, outre que l’annonce rythmique établit d’emblée une relation avec les strophes 2 et 3, détache un premier groupe dactylique fermé (hexamètre, ou tétramètre et dipodie avec spondée final, v. 151)47. Dans le deuxième groupe, le même schéma dactylique (hexamètre, ou tétramètre et dipodie fermée) débouche sur un énoplios48, dans le même ordre rythmique (v. 153 s.)· Le crescendo se perçoit facilement, accentué dans le dernier groupe, où un tétramètre dactylique est d’abord suivi d’un hexamètre ou autre tétramètre avec dipodie ouverte, figure nouvelle dans la séquence, puis d’un troisième avec dipodie fermée. La différence, ainsi marquée dans l’alternance, fait clausule. La structure s’organise par différenciation dans un tissu rythmique homogène.

  • 49 L’emploi des dactyles initiaux dans les mètres iambiques ( (...)
  • 50 Voir le poids de -πέρου ϑεoῦ, v. 177, ou -ψον ἀλκάν, v. 189·
  • 51 Les divisions quadripartites de Mazon-Dain dans les trois strophes paraissent arbitraires.

48La deuxième strophe développe l’alternance entre iambes et dactyles, esquissée dans le premier groupe de la première. Le nombre des résolutions dans leurs premières mesures rapproche sans doute les deux dimètres iambiques du parémiaque qui clôt le premier mouvement (v. 168-170)49. Le rythme dactylique prend le dessus dans le second : deux tétramètres, disjoints par une syllabe anceps (faisant fonction d’iambe amputé, élément séparateur), débouchent sur une dipodie iambique et un parémiaque (v. 171-174). Dans le troisième groupe, une dipodie iambique détache à nouveau le même schéma de tétramètres dactyliques consécutifs, fermés cette fois par un dimètre iambique catalectique ; dans cette répartition, il fait clairement fonction de clausule forte50. Les virtualités s’actualisent grâce au jeu de ces différences (v. 175-177)51.

49La troisième strophe iambique comporte à son tour une progression très marquée à trois temps, avec des mouvements plus lourds. Ils s’amplifient de la première catalexe iambique (clausule du groupe des vers 190-192) aux ithyphalliques (des vers 195 et 197), encadrant l’énoplios (rythme repris des strophes précédentes), et détachant le deuxième groupe (v. 193-197) ; et enfin jusqu’à la catalexe iambique finale (v. 198-202) ; trois, cinq, puis encore cinq unités rythmiques.

Les dactylo-épitrites du Troisième stasimon.

  • 52 Découpage ou analyse un peu différents des dactylo-épitrites chez Pohlsander, Metrical Studies, au (...)
  • 53 « Désintégration » en côla dactyliques, iambiques, trochaïques, étudiée par Dale, op. cit., p. 182  (...)

50Les mouvements se succèdent à trois phases : v. 1086, suivi d’un dimètre iambique (1.) ; v. 1088 s. (2.) ; v. 1090 (3.)52 ; jusqu’à un dernier groupe (v. 1092-1097), où les dactylo-épitrites sont encore suivis d’éléments iambiques dans les derniers vers53.

  • 54 Cf. Dale, op. cit., p. 187 s. (« ... impossible to say what effect, if any, was intended in the ext (...)

51Les deux unités strophiques en correspondance ont leur dissymétrie. Contre l’usage qui veut qu’une fin de mot soit évitée après la liaison d’une syllabe anceps longue, la première strophe offre une série de diérèses inhabituelles aux vers 1088-9154. L’effet de brisure détache fortement chaque terme de la « prophétie » parodique ; ces coupures ne se retrouvent pas dans l’antistrophe.

Notes

1 Voir la liste chez West, Greek Metre, dans l’introduction aux parties lyriques du théâtre, p. 98. Les trochées entrent dans l’unité des iambes (voir Dale, Lyric Metres, p. 69-71,91) ; voir ci-dessous, pour Deuxième stasimon, 2.

2 West, op. cit., p. 99 : « particularly prominent in Aeschylus ».

3 Voir West, op. cit., p. 101 ; il relève certaines des particularités de Sophocle par rapport à Eschyle (choix particulier des clausules ; emploi du trimètre catalectique, cf. v. 192, 202).

4 Le mouvement va des dactyles aux iambes : str. 1, dactyles prépondérants ; str. 2, dactyles et iambes ; str. 3, iambes et rythmes voisins. Voir ci-dessous, p. 331.

5 L’association est usuelle. Voir West, Greek Metre, p. 111 s. (Agamemnon, v. 1136-1145) : « from the beginning closely associated... ».

6 Sans entrée anapestique du Chœur.

7 Image 100000000000009C0000000F6EC30EF6D1008248.jpg, cf. West, Greek Metre, p. 99.

8 Voir v. 195, 197, 472, 867b, 1212 (choriambes). Pour la double interprétation, voir West, op. cit., p. 99 s. (lécythion catalectique, l’une et l’autre unité valant un côlon iambique).

9 Voir la succession de deux vers clausules, reizianum, ithyphallique, après la paire des anapestes, 1er stas., str. 1 (v. 471 s.). Suite de deux dimètres iambiques catalectiques, Trachiniennes, v. 223 s. Les problèmes de division à la fin de la strophe sont résumés par Pohlsander, Metrical Studies, p. 103 ; au vers 870, il étend la dipodie iambique jusqu’à μήποτε (dimètre, terminant une période), et réunit le deuxième choriambe avec le spondée en un télésillien à clôture lourde (Image 100000000000004C0000000FA096FCD580A5AC66.jpg). Le dernier vers est interprété comme un hendécasyllabe (avec résolution de la première longue) par Dale (« perhaps the best explanation of the puzzling line », Lyric Metres, p. 141, n. 2). Voir ci-dessous, p. 324.

10 De même au vers 665, les trois crétiques peuvent être analysés comme un trimètre syncopé. Au vers 666, l’analyse dépend dans le détail de la restitution du texte (voir le commentaire).

11 La liberté dans la responsio (voir le commentaire) est en faveur du trimètre à deux syncopes (selon l’antistrophe) ; le bacchée final (strophe) répond à la dipodie (antistrophe). La syncope se révèle (cf. Dale, Lyric Metres, p. 72 ; West, Greek Metre, p. 99) par le double traitement du même mètre.

12 Selon la nomenclature adoptée par Dale.

13 Pour cette fin de strophe, voir aussi l’analyse ci-dessus (p. 322 s., n. 3).

14 « ... deserves precedence » (Metrical Studies, p. 109).

15 Greek Metre, p. 111.

16 L’interprétation du premier vers diffère : dimètre trochaïque (Kraus, Strophengestaltung, p. 145 et n. 3 et d’autres ; cf. Pohlsander, Metrical Studies, p. 104) ou énoplios, avec résolution de la deuxième syllabe (voir v. 885, 887) ; Wilamowitz, Verskunst, p. 388 ; Theiler, « Die Gliederung der griechischen Chorliedstrophe », Museum Helveticum, 12, 1955, p. 181-200 (ici p. 188), etc.

17 Inversion de la succession lécythion-énoplios que l’on trouve dans le Parthénée d’Alcman ; voir l’édition de D. Page, Oxford, 1951, p. 23.

18 Theiler, loc. cit., p. 188, ne les distingue pas de la suite ; la strophe offre pour lui l’exemple d’une structure bipartite.

19 Voir ci-dessus (p. 324), pour le début de la strophe.

20 Ainsi Eschyle a des dimètres et trimètres comme côla finaux, cf. West, Greek Metre, p. 100.

21 Voir les indices énumérés par Pohlsander, Metrical Studies, p. 108 s., en faveur de cette fin de période. Incertitude de Kraus, Strophengestaltung, p. 147, ne retenant pas la double fonction, en arrière et en avant, qu’avait envisagée Snell, Griechische Metrik, p. 39.

22 Pohlsander, Metrical Studies, p. 108, y renonce, sans vraiment trancher ; optant pour un trimètre iambique syncopé au début. Voir ci-dessus, p. 324.

23 Serait-ce un nouvel hypodochmius, avec une entrée de deux brèves, ou un dimètre acéphale (l’analyse retenue par nous) ?, se demande Kraus, Strophengestaltung, p. 147. Un énoplios, pour Pohlsander, Metrical Studies, p. 109 (appelé à clore la période). Hypodochmius aussi pour D. Korzeniewski, « Interpretationen zu sophokleischen Chorliedern », 1961, p. 197 s. — analysant par ailleurs, au début : iambes, lécythion (v. 1204) ; bacchée, lécythion (v. 1205) ; spondée (ἰώ), lécythion (v. 1207), sans exclure les divisions ou appellations retenues ici (cf. p. 197, n. 14). Il importe selon lui de saisir « la cohérence d’une structure interne », qu’il relie fortement au mouvement sémantique (staccato de la partie médiane, conduisant au crescendo de la fin, etc.).

24 Voir l’analyse de Kraus, Strophengestaltung, p. 143 s.

25 Même succession de formes résolues (v. 661) et régulières (v. 662) qu’aux vers 1314 s. Le mouvement inverse produit un effet différent, voir v. 1329 s.

26 Une succession spondée + dimètre (cf. Dawe) ou trimètre syncopé (cf. Pohlsander, Metrical Studies, p. 100 : trois longues, crétique, dipodie), selon le découpage ; voir ci-dessus, p. 323.

27 Voir ci-dessus, p. 323.

28 Dain, Traité, § 201, p. 129.

29 Ce sont : Image 100000000000003F0000000F79E9E6A2BECEDD5C.jpget Image 10000000000000410000000F1FF6E11AD15AD008.jpg ; ces deux formes fournissent 60 %, sur la vingtaine des types employés, chez chacun des trois tragiques (West, Greek Metre, p. 109 ; N.C. Conomis, « The Dochmiacs of Greek Drama », 1964, p. 23-50).L’allongement de la deuxième brève (Image 10000000000000560000000FDD83BEBA2C10A220.jpg) est en responsio avec le type normal, aux vers 1315, 1323 (Conomis, p. 27).

30 Voir les trimètres dans la scène de Cassandre, Agamemnon, v. 1138 s. (West, Greek Metre, p. 111 s. ; exemples dans Sophocle, chez Pohlsander, Metrical Studies, p. 111). Ils entrent dans la construction strophique (cf. Pohlsander), bien que leur structure, où elle ne se distingue pas du dialogue, fasse penser qu’ils étaient parlés (par le coryphée, v. 1319 s., après 1312 ; mais aussi pour Oedipe, v. 1317 s., 1325 s. ; selon Dale, Lyric Metres, p. 86, même le vers 1335, qui ne se distingue pas non plus).

31 Prédilection de Sophocle pour le dimètre avec deux longues contractées dans la deuxième mesure Image 10000000000000390000000F30885013A5B7EA3B.jpg(voir Dale, op. cit., p. 84 s.). Les contractions tombent sur le mot τλάμων.

32 La syncope que marque le crétique final (quelle que soit l'analyse retenue) accentue la pause. Les mètres mêlés aux dochmiaques (de près, dans le vers, ou autour) sont « quasi exclusivement » de type iambique (Conomis, 1964, p. 47s.).

33 Le vers 1340 offre l’exemple d’une brève en dernière position (brevis in longo), face à la longue du vers 1360 (Conomis, 1964, p. 44).

34 Jebb, Wilamowitz ; cf. Kraus, Strophengestaltung, p. 142 ; Pohlsander, Metrical Studies, p. 96 s., pour la séparation (dicôlon choriambique), avec Dale, Lyric Metres, p. 202.

35 Pour West, le vers 465, qu’il définit comme une forme anaclastique du glyconien, aurait déjà une couleur éolienne (Greek Metre, p. 119).

36 Kraus, Strophengestaltung, p. 23 (§ 5), sur les effets de contraste.

37 Wilamowitz, Verskunst, p. 464, Dale, Lyric Metres, p. 202 s. ; Theiler, loc. cit., p. 188 (« Überabschluss ») ; Kraus, op. cit., p. 143 (« allgemeine Klausel »).

38 Voir ci-dessus, p. 320 s.

39 « Perhaps the explanatiori is a kind of staccato delivery... », West, Greek Metre, p. 110, pour les dochmiaques.

40 Même fonction finale, 2ème stasimon, v. 896.

41 Structure tripartite également pour Kraus, Strophengestaltung, p. 146, Pohlsander, Metrical Studies, p. 107. West introduit une période supplémentaire pour les vers 1189 s., subdivisant les vers 1189-1192 (Greek Metre, p. 115).

42 Voir ci-dessus la disposition des choriambes, p. 326.

43 Voir West, Greek Metre, p. 124. Le rythme est lié à des chants cultuels d’origine asiatique. La large utilisation dans les Perses et dans les Bacchantes a cette couleur asiatique ou orientalisante.

44 Le Kommos d’Électre, v. 823-84, que West, op. cit., p. 124, cite comme autre occurrence de strophes « purement ioniques » dans Sophocle, n’est en fait pas comparable, ni pour l’étendue ni pour l’éthos.

45 Un élément iambique (v. 152) parmi les dactyles ; un élément dactylique parmi les iambes de la strophe 3, ajoute D.S. Raven, « Metrical Development in Sophocles’ Lyrics », 1965, p. 230 s. (il pense sans doute à l’énoplios du vers 196).

46 Ce sont les seules strophes dactyliques qui le soient entièrement, ou par la prépondérance, dans les pièces connues de Sophocle ; voir West, Greek Metre, p. 129.

47 En contraste avec les tétramètres et dimètres, débouchant sur un dactyle. La « diérèse bucolique » accentue la division du vers (autonomie de l’adonique Image 100000000000004B0000000F23F330B565A2DD27.jpg) ; voir Dale, Lyric Metres, p. 31.

48 Ou parémiaque (Dale), parémiaque-énoplios (Pohlsander).

49 L’emploi des dactyles initiaux dans les mètres iambiques ( Image 100000000000005A0000000F036C779BC199F9F1.jpg) est étudié par Raven, 1965, p. 230 s. La succession est plus attestée chez Sophocle, et son emploi parmi les dactyles originaux doit être « accepted as a Sophoclean subtlety ».

50 Voir le poids de -πέρου ϑεoῦ, v. 177, ou -ψον ἀλκάν, v. 189·

51 Les divisions quadripartites de Mazon-Dain dans les trois strophes paraissent arbitraires.

52 Découpage ou analyse un peu différents des dactylo-épitrites chez Pohlsander, Metrical Studies, au vers 1086 : choriambe (monomètre), suivi de e U (au lieu de d1 e) ; E au vers suivant (au lieu du dimètre iambique ; voir le texte) ; au vers 1088 s. : D – e – et E (au lieu de D et – E – e). Voir aussi Dale, Lyric Metres, p. 191, pour le choriambe au début, et p. 188, pour les vers 1088-1090.

53 « Désintégration » en côla dactyliques, iambiques, trochaïques, étudiée par Dale, op. cit., p. 182 s. Pour la fin de cette strophe, elle admet, avec un autre découpage, une substitution aux éléments à deux brèves de côla éoliens (« aelo-choriambic ».). C’est l’analyse de Pohlsander, op. cit., réunissant 1092-1094 (dactylo-épitrites) et faisant ensuite se succéder, avec une syllabe de moins (ajoutée au vers 1094) : ithyphallique, énoplios choriambique, ithyphallique (pour dimètre, télésillien, iambes et spondée final).

54 Cf. Dale, op. cit., p. 187 s. (« ... impossible to say what effect, if any, was intended in the extraordinary series of violations... », p. 188) ; « difficulté... qu’apparente », pour Irigoin (Recherches, p. 36), qui pensait que les diérèses marquaient le début des périodes 2 et 3 ( ?).

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search