Version classiqueVersion mobile

L’Œdipe Roi de Sophocle. Tome 1

 | 
Jean Bollack

La matière du texte. Les manuscrits et les éditions

9. Règles et conventions

Texte intégral

Numérotation des vers

1La numérotation conventionnelle est celle de Brunck, qui pose des problèmes dans les parties lyriques, en raison des découpages qu’il a faits.

2Dans les chants de chœur, j’ai fini par adopter, pour plus de simplicité, une numérotation selon les unités métriques (voir aussi Dawe), sans revenir sur tous les chiffres cités dans le commentaire, qui répondent à des divisions dans les éditions utilisées ; les légères divergences sont repérées sans peine.

L’apparat

Choix des recentiores et de G (R)

3Les sigles des recentiores suivent les désignations chez Turyn, Manuscript Tradition, p. 5-9, et chez Dawe. Certaines indications, comme au vers 281 dans Pearson, Dain, Dawe ou Colonna, ne sont pas faciles à identifier avec précision.

  • 1 Pour les très rares possibilités d’une variante ancienne, voir la liste ci-dessus, p. 132.
  • 2 Préférée ou mise en balance, qu’elle fût représentée dans la vulgate de Turnèbe (comme T), ou tirée (...)
  • 3 Voir aussi ci-dessous (p. 165 s.) le relevé des conjectures. Certaines mentions s’expliquent par le (...)

4La leçon des recentiores, indiquée lorsqu’elle a été adoptée, est en principe traitée comme une émendation byzantine1. Dans certains cas, cependant, comme aussi pour G, la leçon présente un intérêt dans la discussion philologique2, anticipant parfois une conjecture moderne3 ; ou bien le choix fait entre L et A y trouve un appui qui méritait d’être noté.

5Les recentiores permettent parfois d’interpréter par contraste une divergence réelle entre L et A (et leurs corrections) qu’on pouvait être tenté de négliger comme fortuite (voir par exemple v. 1260, avec GR, ou v. 1088-1089, sans GR).

6Parmi les manuscrits autres que L et A, cités occasionnellement, on a distingué G (avec, en l’occurrence, le supplément : « et R »), Dans la série des manuscrits choisis par Dawe (élargis à Turyn), on signale les cas où la leçon se trouve dans un seul ou dans deux d’entre eux en ajoutant le sigle rec. N ou recc. NO, et ceux où elle est dans plusieurs, recc.

  • 4 Quelques exemples tiennent lieu d’une liste plus exhaustive qui serait plus longue qu’on imagine. P (...)

7Les incertitudes concernant les manuscrits L et A ont pu être levées par la nouvelle lecture. Pour celles qui concernent G et R, nous nous en sommes remis à Dawe, comme pour ses recentiores4.

Corrections dans le texte

8Les corrections nécessaires ne sont pas nombreuses dans la pièce. Il est difficile d’en faire le décompte exact. Certains rétablissements ont été faits par les Byzantins ; ils se trouvent dans A, dans G, R et dans les recentiores ; on constate que le plus grand nombre de modifications concernent la graphie, et non le sens. Ils relèvent d’un travail de recension, et donc d’insuffisances réparées au cours de la tradition éditoriale. Il reste alors quelque dix-neuf cas dont il faut dire que très peu ont une influence décisive sur le sens. A quelques exceptions près, ils touchent la métrique, ou l’ordre des mots. Les deux tiers (douze sur dix-huit) concernent le Deuxième Stasimon et l’Exodos. Ce n’est sans doute pas un simple hasard si l’on est contraint d’accueillir plus de conjectures vers la fin de la pièce.

  • 5 Au vers 248, νιν manque dans des recc. ; Lac a une Lacune, pouvant être comblée par un κ ; avec κἄμ (...)
  • 6 La correction de Hermann, rétablissant le mètre, pourrait être dans Cac (cf. Dawe). La tradition su (...)
  • 7 On n’a pas pris en considération des rétablissements phonétiques (vocalisme : η pour ει, v. 18 ; ει (...)

9On peut classer dans les adaptations au mètre : ἄμορον, v. 248 (pour ἄμοιρον, Porson)5 ; τς [ ?], v. 510 (pour τῷ ; évitant l’hiatus, Lloyd-Jones) ; oἶ’, v. 763 (pour ὅ γ’, Hermann) ; γ’, v. 987 (anonyme du XVIIIème s.) ; ϑεμιστòν, v. 993 (pour -ιτòν, Johnson) ; ἐὰν, v. 1062 (pour ἃν, ἢν et élimination de ἐκ surnuméraire, Hermann) ; ούδέν, v. 1195 (pour ούδένα, amétrique, Hermann)6 ; transposition de mots, v. 1205 (pour rétablir la correspondance, Hermann) ; -ήϊον, v. 1216 (pour -ειον, metri causa, Bothe) ; δύρομαι, v. 1218 (pour δύρομαι, Seidler) ; αἱματοῦς, v. 1279 (pour αἵματος, Heath) ; -ατον, v. 1315 (pour -αστoν, Hermann) ; <ὅv>, v. 1315 (pour combler le vers, Hermann) ; με, v. 1323 (pour ἐμέ, Erfurdt) ; μέγ’ ὀλέϑριον, v. 1342 (pour λέϑριον μέγαν, Erfurdt) ; ἔτι, v. 1365 (pour ἔφυ(ι), Hermann ; on n’y aurait pas touché sans la nécessité de la scansion) ; περιίδῃς, v. 1505 (pour παρ-, Dawes)7.

10La décision a une origine (et une nécessité) plus sémantique (partant moins certaine) aux vers 351 (προ- pour προσ-, Brunck) ; 1360 (ἄϑεος pour ἄϑλιος, Elmsley et d’autres).

11La quasi-totalité de ces réfections remontent au XVIIIème et au début du XIXème siècle ; comparées aux corrections de la Renaissance, elles procèdent de connaissances linguistiques ou métriques plus sûres. Elles sont imposées, et touchent peu au sens, mais réparent, comme les éditions de Byzance (voir par ex. v. 1513), des accidents qui proviennent soit de l’imprécision des scribes, soit d’un état, dans l’histoire de la transmission, où, dans le dialogue même, l’on n’était pas toujours sensible au mètre (voir les vers 993 ou 1062).

Les testimonia emendationum

12Aucune conjecture non recueillie ne figure dans l’apparat critique. Les corrections sont traitées comme des étapes de l’histoire de la compréhension du texte, et servent à ce titre de complément à la discussion des solutions proposées. Tous les exemples cités ou discutés dans le corps de notre commentaire ne sont pas repris dans les testimonia, (ou specimina) emendationum. L’échantillonnage repose sur un choix d’éditions, de Brunck jusqu’à Dawe. Nous traversons la montée et le déclin des écoles interventionnistes. Blaydes ne s’y prêtait guère, parce que l’éventail est trop méthodiquement ouvert et probabiliste. Nauck représente mieux le moment de la suspicion généralisée.

  • 8 L’édition de 1823, lorsque la conjecture diffère de celle de 1833 ou a été abandonnée après.
  • 9 Certaines des conjectures accueillies par Dawe ne sont pas mentionnées, parce que, trop isolées, el (...)

13On a fait figurer les interventions philologiques retenues dans le texte (non dans l’apparat) de treize éditions qui jalonnent l’histoire de la critique : Brunck (1786), Hermann (1833)8, Schneidewin (1855), Bellermann (remaniant Wolff, 1876), Campbell (1879), Nauck (remaniant Schneidewin, 1881), Mekler (rééditant Dindorf, 1885), Jebb (1887), Bruhn (remaniant Schneidewin-Nauck, 1910), Pearson (1924), Dain (1958), Colonna (1978), Dawe (1984)9.

  • 10 Voir par exemple les vers 791, 1217, 1232, 1245 ou 1352.
  • 11 Le choix de Dawe (Studies, I et II) a été élargi aux indications communiquées par Turyn (Manuscript (...)

14L’apparat montre que certaines corrections, d’abord introduites par les modernes, ont été lues ensuite dans les manuscrits portant des interventions byzantines (peut-être parfois plus anciennes)10. Le même phénomène se fait voir dans les testimonia ; à l’insu de leurs auteurs, les conjectures modernes ont été anticipées par l’activité savante du Moyen-Age. La leçon des manuscrits a, dans ce cas, été ajoutée aux noms des philologues11.

Conventions de notation

15Les mots ou parties de mots qui ne se lisent plus dans la première main de L ou A ont été relevés, avec l’indication du nombre de lettres illisibles (voir par ex. v. 1414 ou 1429).

16Les indications s.l. (supra lineam) portent, en l’absence d’autres précisions, soit sur le mot entièrement réécrit, soit sur les seules lettres qui font la différence entre les leçons.

17Les mots ou signes, soit entre les lignes, soit dans la marge, qui ne sont pas des corrections mais des gloses et éventuellement des variantes, ont été notés comme tels dans l’apparat (voir par exemple v. 60, 442 ou 745). Colonna, sur ce point, est sélectif ; Dawe ne les retient pas.

18Les références de la Souda ne sont pas répétées lorsqu’elles renvoient à la même rubrique (cf., par exemple, v. 54 et 55 ou 58 et 59 ; cf. ci-dessus, p. 152 s.).

Omissions

  • 12 Cas de simplification de géminée pour les mains de L, de A (et LA) : v. 475, 602, 667, 746, 761, 84 (...)

19Les lapsus les plus manifestes, lorsque le scribe se reprend aussitôt pour redresser l’erreur, ne sont pas consignés systématiquement dans l’apparat. Une portion de Ls (qu’on trouve dans les Studies, II, de Dawe) est omise12.

20Les divergences d’attribution des répliques (attestant une interprétation, cf. Kannicht, op. cit., p. 104) ne sont pas indiquées quand une nouvelle entrée n’est pas signalée (paragraphos dans Lac aux vers 863 et 1056) ou pour des attributions démenties dans la lettre (v. 1178).

21Pour les scholies dans le manuscrit L, on ne précise pas l’endroit (marge latérale extérieure, supérieure ou inférieure) ; on s’est borné à préciser s’il s’agit de l’entrée (LΣ lemma) ou du texte (LΣ).

22Pour alléger l’apparat on a renoncé à distinguer les couleurs à l’encre rouge dans A. Ces additions proviennent du scribe (on reconnaît sa main, dans les gloses et les variantes).

23Le trait horizontal au-dessus des voyelles comme signe prosodique (voir Irigoin, « Le livre et le texte », 1982, p. 93 s.), marquant en général une longue (voir cependant, l’α de μάτην, 1520), n’est pas signalé. Ce sont le plus souvent des a de la coloration dorienne dans les chants de chœur ou les anapestes (v. 158, 195, 475, 477, 480, 494, 694, 863, 877, 885, 891, 905, 1302, 1308, 1348) ; mais on trouve dans les vers du dialogue notées des longues où l’on pouvait douter de la quantité (voir v. 913 : κἀπιϑυμιᾱματα, v. 914 : ϑῡμόν, v. 961 : σμικρᾱ, v. 1438 :ἔδρᾱσ’) ; une voyelle brève en fin de vers (v. 1023 : μέγᾱ).

  • 13 Les iotas adscrits sont notés comme souscrits quand ils y sont, comme au vers 697, δύνςι. Dans L, l (...)
  • 14 Au vers 74, on ne distingue pas πέρα (A) de πέρα (L). Dawe y retrouve l’amorce d’une correction περ (...)
  • 15 Voir pour αὐτοῦ/αὑτοῦ, v. 138, 1270. D’autres alternances n'apparaissent pas (voir Dawe, v. 457,458 (...)
  • 16 Voir λύῃ et λύει, v. 317 ; τῆς LacA pour τίς, v. 838 ; ’πίκηρα A pour ’πίκαιρα, v. 875. On a gardé (...)

24Les différences résultant de l’absence (qui se comprend mieux) ou de la présence d’un iota souscrit (ou adscrit)13 ne sont notées que par exception14 La même règle a été observée pour l’accentuation et pour les esprits15, qui ne sont signalés que lorsque le sens est engagé de quelque manière, et pour les effets de l’itacisme, relevés pour des virtualités syntaxiques réelles16. Il est certain que, dans ce dernier cas particulièrement, la frontière n’est pas facile à tracer, et donc parfois arbitraire.

  • 17 Voir cependant vers 380, 385, 431.

25L’absence d’accents dans les papyrus n’est pas toujours maintenue17.

26Le manque de division ou les fausses séparations n’ont pas toujours été relevés. Certains cas, comme τᾶς Lac pour τά σ’ au v. 405, τί σ’ LAA au lieu de τις Lac, v. 433, peuvent sans doute être utilement négligés.

  • 18 Exemples de suppression (simplifications) aux vers 842, 1254, (gémination) v. 1277.
  • 19 Au vers 1008, καλός A (amétrique) n’est pas reproduit.

27On pourrait éliminer χαίρων Lac (χαίρων νῦν) de l’apparat, v. 596, comme une gémination (ainsi ἓλληξεν L, v. 686), ou au vers 667, προσφῷν L, comme une simplification de géminée. La limite des enjeux sémantiques est floue18, comme pour la confusion de o et ω. On ne peut pas écourter l’apparat aux vers 29 ou 35, 543, 603,633, 677, 679, 762, 1299, 1459 ; on le pourrait plus facilement aux vers 176, 236, 261, 1140, 131419

Questions d’orthographe historique

  • 20 Lejeune, Phonétique, § 282, p. 255, et n. 1. Chantraine, Morphologie, § 102, p. 101.
  • 21 Il prenait -ῆς pour une contraction de -έες. L est souvent seul à présenter la forme ancienne. Ajax (...)

28On écrit -ῆς pour -εῖς (réfection du IVème siècle avant J.-C.)20 contre la tradition manuscrite unanime au vers 18 (cf. Dawe ; Lobeck, ad Ajax, v. 188)21.

29On écrit -ρσ- contre les manuscrits, depuis Brunck (ϑάρρει, codd., v. 1062 ; ἀρρένων LAΑ, v. 1459 ; voir aussi ϑαρρῶν L, Oed. à Col., 491 contre d’autres passages où il y a ϑάρσει, ϑαρσεῖν ; on a introduit un atticisme de la κοινή) ; l’usage de la tragédie se distingue (par archaïsme, en suivant les modèles littéraires ioniens ; Schwyzer, I, p. 285).

30Le vocatif Οἰδίπου, v. 405, a été maintenu (avec Hermann, Jebb, etc., contre Valckenaer, Elmsley, etc.) ; le nominatif est bien plus fréquent (cf. v. 14,646, etc. ; cependant -που, Oed. à Col., 557,640 sauf A, 1346) ; liberté du poète dans l’emploi des formes, pour Colonna, vol. III, praef., p. XIX.

  • 22 τλήμων (possible), au vers 1299, est dans Lac, contre -ον LA A.

31Le vocatif des noms en -ντ- a été rétabli quand même il n’est pas transmis ; on a opté pour Κρέον (avec Jebb, Pearson ou Dawe) au vers 637 (au vers 1459, la forme est dans A, mais non dans L)22.

32La forme attique Ἅιδης des dialogues a parfois l’esprit doux (v. 30, LA) dans les manuscrits (sous l’influence de Ἀίδης, Ἀίδας des parties lyriques ?) ; mais voir aux vers 972, 1372, où L et A ont l’esprit rude (Ἅδη et Ἅδου pour A).

33L’esprit rude dans ἁγήλατησειν L (et ailleurs), v. 402, pourrait être ancien (voir Eustathe, ad Od. XI, 618, p. 1704, 5), et alterner avec la psilose dans ἄγος (cf. v. 1426) ; cf. Chantraine, Dictionnaire, s.v. ἄγος.

  • 23 Thomas, Triclinius, selon Turyn, Manuscript Tradition, p. 59. De même, au vers 481, αἰεί se lit dan (...)

34On a maintenu la graphie plus archaïque, avec la diphtongue, αἰεί, où elle était attestée, sans l’introduire ailleurs. Ainsi, au vers 786, on écrit αἰεί avec A (contre L et GR), au risque de reproduire comme ailleurs une correction byzantine23 (on a ἀεί aux vers 368, 481, 929, 1223, 1465, 1513).

35τό αὐτό est plus rare en attique (Schwyzer, I, p. 609, n. 6). ταὐτόν est requis au v. 325 ; au v. 734 ταὐτό (l’un et l’autre sont dans les manuscrits) ; au v. 1405 les manuscrits ont ταὐτόν ; on pourrait lire ταύτό (trad. ind.). On hésite à adopter la leçon parce qu'elle serait métriquement possible.

36νυν enclitique (υ long ou bref), particule à valeur emphatique, dans l’injonction par exemple, a été distingué par l’accentuation de l’adverbe temporel (εἰπέ νυν..., v. 1142 ; ou μή νυν... βάλῃς, v. 975), que la voyelle soit longue ou brève. Les manuscrits confondent souvent les deux valeurs (Schwyzer, I, p. 570, n. 5) ; il semble que L et A portent toujours le circonflexe.

37μηδὲ ἕν, v. 628, Lac et d’autres manuscrits (cf. μηδέ νɩν G) pourrait ne pas être une faute ; μηδ’ ἓν est plus expressif (KühnerGerth, § 538, A. 5 ; I, p. 538 ; renforcement au moyen de la séparation).

  • 24 Voir le papyrus au vers 521. Au vers 1353, le papyrus porte ἐς, qu’on aurait dû reporter dans l’app (...)

38Pour l’alternance εἰς, ἐς, on a retenu la brève dans les cas où εἰς n’est pas exigé par le mètre, l’assimilation s’étant faite au profit de la notation εἰς24.

  • 25 Comm. De l’Hippolyte, p. 164. Au vers 1110, on écrirait ξυν- avec GR (LA ont συν-) ; 1113 Dawe écri (...)

39Pour la répartition entre σύν et ξύν, on a suivi les propositions de Barrett. On écrit ξύν quand le mètre le requiert ; quand les manuscrits et la tradition indirecte offrent le choix, on préfère ξύν. On ne corrige pas sans nécessité métrique, ni sans l’appui de la tradition25.

40L’accentuation de la crase dans les mots trochaïques est fluctuante. Vendryes (Traité, § 321, p. 250,) cite des témoignages de grammairiens en faveur du propérispomène que nous avons adopté (τοὖπος, τοὖργον), avec les manuscrits L et A.

  • 26 Peut-être à tort (Chantraine, Dictionnaire, s.v., ne fait pas la distinction). Cf. Vendryes, Traité (...)
  • 27 Suivis dans le commentaire.

41On a suivi, au v. 270, les derniers éditeurs (Dain, Colonna, Dawe), qui distinguent26 par l’accent, contre Jebb, Pearson, etc.27, ἀροτόν « les blés » de la saison des labours (ἄροτος), comme le faisait Ellendt (de fruge, de anni tempore).

42La coronis est notée dans la crase du préverbe προ- (Lejeune, Phonétique, § 372, p. 322). προὐφάνης, v. 395 (= Lpc, A), προὔλεγον, v. 973 (LA).

  • 28 Au vers 1126 τίσιν Lac est corrigé.

43Le ν éphelcystique a été en général maintenu devant consonne s’il était dans les manuscrits et métriquement possible (εἶπεν, v. 573, ἔπεφνεν, v. 1497, ou τίσιν, v. 1126, toujours avec L contre A, qui l’omet)28, avec la part d’arbitraire que comporte le choix (il n’est pas signalé s’il a été ajouté, comme pour ἔστι au v. 1047 Lac, ou retranché, comme pour πᾶσιν L au v. 223, selon les besoins du mètre).

44Les manuscrits, dans la crase des mots aspirés, notent deux fois l’aspiration, et marquent la crase par une coronis (χ’ pour χ, v. 232 ; cf. pour χοἰ, v. 275, pour χὠ, v. 401, etc.) ; nous adoptons l’esprit doux (cf. Schwyzer, p. 401 ; Lejeune, § 378, p. 325,).

  • 29 La scansion tranche. A normalise en οɩ, même contre la prosodie (v. 543, 918).

45Les différences de graphies pour ποιεῖν sont signalées (cf. v. 537, 543,918)29.

46Si l’on exclut la possibilité que Sophocle ait pu connaître la forme ᾔδειμεν du nouvel attique (Chantraine, Morphologie, § 232, p. 201 s. ; « erst nachklassisch », Schwyzer, I, p. 778), on corrige au v. 1232 avec Elmsley et les Byzantins. Le problème est comparable pour κλεῖϑ ρα LA (corrigé par LA), v. 1262, κλεῖσαι LA, v. 1388 (corrigé par Elmsley) ; comme le passage de ῃ à ει n’est pas antérieur au IVème siècle (Lejeune, Phonétique, § 236, p. 227), les manuscrits portent une forme de l’époque alexandrine.

  • 30 Dans les manuscrits (cf. v. 89).
  • 31 άλλ’, v. 370 (LA), 917 (LA) ; οὐκ, v. 61 (LA), 370 (LA), 849 (LA) ; non pour τοῦτ’, v. 847.

47L’accentuation de ἐστι est réglée sur la position du mot dans la phrase, sans considération de la sémantique (orthotone au début30, avec les exceptions d’usage31, peut-être mal justifiées ; cf. Vendryes, Traité, § 123, p. 109 s., ; Barrett, p. 426) ; τρίτ’ ἐστί (et non τρίτ’ ἔστι, v. 283, Dain, Colonna, avec LA).

  • 32 Aux vers 801, 1123, 1389, 1393, tous les manuscrits (cf. Dawe) ont ἦν (sauf Dac, v. 1389) ; ἦ est d (...)

48R. Kannicht (ad Hélène, v. 992) renvoie aux relevés de Barrett (ad Hippolyte, v. 700), qui montrent que, dans les manuscrits, la forme ancienne ἦ (eram) a été remplacée par ἦν sans nécessité prosodique ; c’est vrai pour L et pour A32.

  • 33 Voir, pour la statistique, et les interprétations divergentes de l’alternance, Kannicht, comm. De l (...)

49Pour la 3ème personne du pluriel de l’optatif aoriste, -αιεν (LcA et A, cf. R et Gs.l.), plus rare, peut être préférée au vers 843, et -ειαν dans les recentiores, que retient Dawe, répondre à un souci de normalisation33.

50Pour la variante (παρ) εστώς, avec contraction, au vers 633, voir le Commentaire, II, p. 1082. La longue est dans A LA et R (il faut corriger Dain qui la donne à L ; Colonna, par erreur typographique).

  • 34 Vers 68, 346 (sans apparat), 982, 1050, 1213.
  • 35 Voir P. Chantraine, Morphologie, p. 311, remarque, et 1956, p. 303, pour Antigone, 395 et Trachinie (...)

51L’augment « temporel » (ηὐ-) a été rétabli34 quand il manque dans les manuscrits, selon l’usage de la koinè35.

Les dorismes des parties lyriques

  • 36 Cf. Colonna, Sophoclis Fabulae, vol. III, Praefatio, p. XVII s. ; voir aussi son article « De Doric (...)
  • 37 Voir, par exemple, l’alternance entre φάμα, dans LA en Oedipe roi, v. 158 (φήμα P), et φήμα, dans l (...)

52La forme dorienne n’est pas souvent attestée de façon univoque dans les chants (ou dans les anapestes)36. Quand elle l’est, on peut citer d’autres passages où elle ne l’est pas, pour les mêmes mots37.

  • 38 Voir les corrections anciennes d’Elmsley (περιβόατος pour περιβόητος des manuscrits, au vers 192 de(...)

53La question est donc de savoir jusqu’où aller en corrigeant les choix transmis, soit pour unifier dans un sens ou dans l’autre, soit pour restituer des dorismes non notés dans les manuscrits38.

  • 39 Au vers 869, L et GR ont ϑνητή, des recentiores ϑνατή, A ϑνατά.

54Si l’on maintient les divergences entre les emplois d’un même mot, les raisons d’intervenir globalement deviennent nécessairement arbitraires. La répartition des leçons dans les cas de divergences laisse à penser que la forme dorienne pouvait avoir été introduite par un souci d’harmonisation savant, sans qu’on puisse trancher39.

Notes

1 Pour les très rares possibilités d’une variante ancienne, voir la liste ci-dessus, p. 132.

2 Préférée ou mise en balance, qu’elle fût représentée dans la vulgate de Turnèbe (comme T), ou tirée postérieurement d’un autre manuscrit.

3 Voir aussi ci-dessous (p. 165 s.) le relevé des conjectures. Certaines mentions s’expliquent par le rôle que les leçons, soit erronées (cf. v. 1221), soit conjecturales (cf. v. 1245), ont joué dans les éditions depuis Brunck.

4 Quelques exemples tiennent lieu d’une liste plus exhaustive qui serait plus longue qu’on imagine. Pour Lac, v. 638, οἴσεται (Dain et Colonna) est inexact ; de même v. 1079, ἐμήν γ’ (D., Col.) ; v. 1232, ἠίδεμεν L (D., Col.) ; v. 1264, ἐκπεπλ. Lac (D., Col.) ; v. 1302, προσῇ (D., Col.) et πρò σῇ (Dawe) ; v. 1335, ϑ’ (D., Col. ; voir Pearson). — v. 772 Lac (D., Col.) ne se lit pas ; ni v. 794 (D., Col.) ; au v. 824, la correction n’est pas signalée (φυγόντι, D., Col.) ; v. 825 Lac ne se lit pas (D., Col.) ; ni v. 843 (Col.) ; ni v. 917 (pour εἰ et λέγοι, D., Col.) ; ni v. 1130 (D. [ ?]) ; ni v. 1284 (D., Col.) ; ni v. 1350 (D., Col.) ; ni v. 1373 (D., Col.) ; ni v. 1512 (D., Col.) ; ni v. 1515 (D., Col.). Lac et pc sont confondus (D., Col.), v. 1251. ἔκειτο, L2 n’est pas noté, v. 1267 (Col.). — LA de D., Col. n’existe pas au v. 165 (πόλεις) ; ni au v. 281 (ἂv) ; ni au v. 976 (λέκτρον) ; ni au v. 1031 (κακοῖς) ; ni au v. 1046 (ἂν εἰδῆτ’) ; ni au v. 1251 (D., Col.). Au v. 1237 il manque (D. Col.). Au v. 1422, la leçon est erronée (D.). — Lr, v. 1084 (D.) n’a pas d’appui ; ni v. 1504 (D.). — A n’a pas βραδύς (D., Col.), v. 673 ; il n’a pas έστ’(D.), v. 815 ; ni αποτμον, v. 877 (D., Col., qui ne distinguent pas ac de pc ; αποτμον pc Dawe est inexact) ; ni καμάτευες, v. 1052 (D.) ; ni τοιόσδ’, pour τοιόσδε δ’ (D.), v. 1084 ; ni προὔχοις (D., mais προὔχεις in l. ; Col. ne reporte pas -οις s.l.), v. 1116 ; ni πως (D., Col.), v. 1130 ; ni ήίδεμεν (D., Col.), v. 1232 (voir aussi pour L) ; ni αυτής (D., Col., mais αύτής, que l’on choisit), v. 1237 ; ni φέρειν (D., Col.) v. 1320 ; ni où (D., mais ούχ ; où Lpc, que Col. ne distingue pas), v. 1422. — La leçon de A manque, v. 1378 (Col., chassé par Φ). — Pour G, v. 815, νῦν ετ’Gr (D.) est infirmé par Col., Dawe. — Pour R, v. 801, ἦ (D.) est infirmé par Col. et Dawe. — Absence d’une entrée dans l’apparat (cf. R), pour μητρός, v. 976 (D.). — Les inexactitudes ou divergences avec Dawe seul sont beaucoup plus rares ; on peut en dresser une liste plus ou moins complète (pour les divergences de lecture avec à la fois Dain, Dawe et Colonna, voir l’article de M. Hecquet-Devienne). Le v. 46 a été ajouté dans la marge par le scribe de A ; en 595, L a κέρδει ; en 1032, le texte de A est μαρτυρήσειεν, et en 1068, εἶ, sans grattage. D’autre part, nous lisons, comme Dain et Colonna, τῆιδε dans Lac en 102 ; ἐγείνετο dans Lac en 127 ; δ’ ἀγενέϑλα dans L en 180, où l’accentuation est, semble-t-il, simplement rendue plus lisible par L2 ; OÙK όμμ’ dans Lac en 676 ; en 1140, LA corrige en τούτων (Lα chez Dain) ; de même en 1186, LA corrige en ἰώ (Lα, D.) ; en 1200, il corrige en ἀνέστας (Lα, D.) ; en 1225, en ἀρεῖσϑε (Lα, D.) ; en 1407, Lac a, semble-t-il, γ’ ὢ ποσα, corrigé en χὠπόσα par LA (Lα, D.) ; en 1451, L a δρεσσιν. Et nous lisons avec Colonna γ’, restitué par LA en 836 ; εὐϑὺς Lac en 1242 ; et en 1266, LA corrige, semble-t-il, en ἐπεὶ.

5 Au vers 248, νιν manque dans des recc. ; Lac a une Lacune, pouvant être comblée par un κ ; avec κἄμοιρον le vers est complet.

6 La correction de Hermann, rétablissant le mètre, pourrait être dans Cac (cf. Dawe). La tradition suppose une lecture hors mètre, avec ούδένα et βροτῶν comme masculin (adaptation au « sens »). Voir le comm., II, p. 784.

7 On n’a pas pris en considération des rétablissements phonétiques (vocalisme : η pour ει, v. 18 ; ει pour ι, v. 810 ; ῃ pour ει, Elmsley, v. 1388 ; consonantisme : γν/ν, v. 127 ; ρσ/ρρ, v. 1062 ; cf. v. 1459) ; l’augment ηύ- pour εύ- (v. 982, 1050, 1213 ; ci-dessous, p. 172) ; le changement d’accent (οὕκουν, v. 342, 440 ; εἶμι, v. 1517, Brunck) ; la coloration dorienne (v. 870 ; 1091 Dindorf) ; les phénomènes d’apocope ou d’élision (v. 215, 1218) ; omissions (v. 689, cf. G) ou itérations (v. 162) ; fausse division (v. 1469). Ces interventions sont souvent un résidu ; les autres ont été anticipées au Moyen-Age. Elles sont pour la plupart anonymes. Là non plus la frontière ne manque pas d’être mouvante.

8 L’édition de 1823, lorsque la conjecture diffère de celle de 1833 ou a été abandonnée après.

9 Certaines des conjectures accueillies par Dawe ne sont pas mentionnées, parce que, trop isolées, elles ne représentent guère la tradition interprétative ; elles proviennent souvent des répertoires de corrections possibles, comme celui de Blaydes.

10 Voir par exemple les vers 791, 1217, 1232, 1245 ou 1352.

11 Le choix de Dawe (Studies, I et II) a été élargi aux indications communiquées par Turyn (Manuscript Tradition).

12 Cas de simplification de géminée pour les mains de L, de A (et LA) : v. 475, 602, 667, 746, 761, 842, 919, 1015, 1100, 1254, 1376, 1493, 1510 et 1524. Cas d’omission pour Lac : v. 641, 642, 857, 968, 1004 et 1104.

13 Les iotas adscrits sont notés comme souscrits quand ils y sont, comme au vers 697, δύνςι. Dans L, les iotas sont régulièrement adscrits. Ils sont, dans A, ou omis, ou souscrits, très rarement adscrits ; omis, ils sont parfois ajoutés dans L par le scribe de A, ainsi au v. 39 νομίζη LacA, νoμίζῃ LA, de même en 341 pour σιγῆ.

14 Au vers 74, on ne distingue pas πέρα (A) de πέρα (L). Dawe y retrouve l’amorce d’une correction περᾇ de Porson, éliminant le vers 75. Ni λάϑρᾳ (A), λᾴϑρᾳ (λάιϑραι L), v. 787.

15 Voir pour αὐτοῦ/αὑτοῦ, v. 138, 1270. D’autres alternances n'apparaissent pas (voir Dawe, v. 457,458) ; ne sont pas signalés αυτός Lac (sans esprit), v. 138, ou ἢν Lac, ἢv A, v. 103 ; ʻἂv Lac, ʻἂν LA A, v. 580 (crase + esprit) ; etc...

16 Voir λύῃ et λύει, v. 317 ; τῆς LacA pour τίς, v. 838 ; ’πίκηρα A pour ’πίκαιρα, v. 875. On a gardé ἱκέτης, pourtant amétrique, pour ίκέτις, v. 920. Témoignages de lectures.

17 Voir cependant vers 380, 385, 431.

18 Exemples de suppression (simplifications) aux vers 842, 1254, (gémination) v. 1277.

19 Au vers 1008, καλός A (amétrique) n’est pas reproduit.

20 Lejeune, Phonétique, § 282, p. 255, et n. 1. Chantraine, Morphologie, § 102, p. 101.

21 Il prenait -ῆς pour une contraction de -έες. L est souvent seul à présenter la forme ancienne. Ajax, v. 189, L a βασιλής, contre -εῖς ; de même v. 390 ; Électre, v. 690, 709, 1107. Ajax, v. 959, les manuscrits ont la forme homérique -ῆες (-ῆς rec.).

22 τλήμων (possible), au vers 1299, est dans Lac, contre -ον LA A.

23 Thomas, Triclinius, selon Turyn, Manuscript Tradition, p. 59. De même, au vers 481, αἰεί se lit dans T.

24 Voir le papyrus au vers 521. Au vers 1353, le papyrus porte ἐς, qu’on aurait dû reporter dans l’apparat (déjà révisé). L porte toujours ές (à l’exception du vers 918, où il a une autre leçon), parfois contre A, cf. v. 1160, 1416 ; et contre G (et R), cf. v. 734, 975, 1160. Voir R. Kannicht, comm. De l’Hélène, vol. I, « Introd. »,p. 108.

25 Comm. De l’Hippolyte, p. 164. Au vers 1110, on écrirait ξυν- avec GR (LA ont συν-) ; 1113 Dawe écrit σύμ- avec des recc., 1225 avec LGR.

26 Peut-être à tort (Chantraine, Dictionnaire, s.v., ne fait pas la distinction). Cf. Vendryes, Traité d’accentuation, § 179, p. 149 s., pour le principe (l’action, l’objet concret) et les limites de ses applications.

27 Suivis dans le commentaire.

28 Au vers 1126 τίσιν Lac est corrigé.

29 La scansion tranche. A normalise en οɩ, même contre la prosodie (v. 543, 918).

30 Dans les manuscrits (cf. v. 89).

31 άλλ’, v. 370 (LA), 917 (LA) ; οὐκ, v. 61 (LA), 370 (LA), 849 (LA) ; non pour τοῦτ’, v. 847.

32 Aux vers 801, 1123, 1389, 1393, tous les manuscrits (cf. Dawe) ont ἦν (sauf Dac, v. 1389) ; ἦ est dans Porphyre (au vers 1123 ; voir ci-dessus, p. 146, n. 2). Voir aussi ad v. 1355, Comm. II, p. 931.

33 Voir, pour la statistique, et les interprétations divergentes de l’alternance, Kannicht, comm. De l’Hélène, vol. II, p. 39 s. (ad v. 74 s.). Il cite le vers de l’Hélène (75), à côté de celui l’Oedipe roi, et invoque contre ces exemples l’évidence statistique en faveur de -ειαν.

34 Vers 68, 346 (sans apparat), 982, 1050, 1213.

35 Voir P. Chantraine, Morphologie, p. 311, remarque, et 1956, p. 303, pour Antigone, 395 et Trachiniennes, 16 ; R. Kannicht, vol. I, « Introd. », p. 108.

36 Cf. Colonna, Sophoclis Fabulae, vol. III, Praefatio, p. XVII s. ; voir aussi son article « De Doricis formis in Sophoclis codicibus adversatis », 1977, p. 43-46.

37 Voir, par exemple, l’alternance entre φάμα, dans LA en Oedipe roi, v. 158 (φήμα P), et φήμα, dans les mêmes manuscrits, v. 475 ; cf. aussi ἁδυ(επὲς ou -ὴς) LA, v. 151 contre ἡδύ(πολις), v. 510, ou ϑνατῶν codd., Électre, v. 250, contre ϑνητῶν codd., au vers 177 du Philoctete (cf. Colonna, vol. III, Praefatio, p. XVII s.).

38 Voir les corrections anciennes d’Elmsley (περιβόατος pour περιβόητος des manuscrits, au vers 192 de l’Oedipe) ou d’Erfurdt, qui restitue la forme dorienne ἁδύπολις, contre les manuscrits, au vers 510. Elles ne figurent pas dans le relevé des conjectures. Pour une démarche inverse, cf. G. Björck (Das Alpha impurum und die tragische Kunstsprache, p. 368 s.), repris par Barrett, dans son commentaire de l'Hippolyte d’Euripide (notamment ad v. 61-71, p. 169 s., et ad v. 155-8, p. 191), et par Dawe, qui, au vers 158, choisit la leçon de P, φήμα, contre φάμα de LA. Björck, p. 237 s., relève pour Oedipe roi, contre les choix de Dindorf, le η dans les manuscrits pour περιβόητος, v. 192 ; ἦμαρ, v. 199 ; φήμα, v. 475 ; ἡδύπολις, v. 510 ; ἡδονᾷ, v. 1339. Pour la désinence, Dain et Colonna conservent ἀγκύλων (-ῶν GR) des manuscrits, v. 204 ; Jebb, Pearson, Dawe écrivent -ᾶν avec Elmsley.

39 Au vers 869, L et GR ont ϑνητή, des recentiores ϑνατή, A ϑνατά.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search