Version classiqueVersion mobile

L’Œdipe Roi de Sophocle. Tome 1

 | 
Jean Bollack

La matière du texte. Les manuscrits et les éditions

7. La place des autres manuscrits

Texte intégral

L’extension à d’autres manuscrits

  • 1 Voir ci-dessus, p. 61 s.

1Le terme de recentiores (recc.) est purement conventionnel dans l’usage que nous en faisons. Ayant choisi, d’une part, de donner les leçons de A, puisque ce manuscrit et son groupe ne sont pas dénués d’éléments provenant d’une tradition ancienne, et distinguant, d’autre part, la branche italienne, même si nous n’en reproduisons les leçons que sélectivement, nous appliquons le terme, comme par exclusion et extension, à ce qui n’est pas LΛ ni A ni GR (des vetustiores de Turyn, augmentés de A)1. On sait que nous avons de l’interpolé au dedans ; il n’y a guère d’ancien au dehors.

  • 2 Et West. Sa valeur est relative.
  • 3 La valeur du rapprochement avec le papyrus, à savoir l’identité phonique de αι et η (v. 822), est (...)

2Le choix de ces manuscrits reste discutable, à défaut de critères objectifs. A titre d’exemple, C, que retient Dawe2, a été déprécié par Colonna3. Il est persuadé en revanche de la valeur du Vaticanus gr. 1332, Wb.

  • 4 Voir West, 1978, p. 239, appréciant de son point de vue contaminationniste les apports de Dawe. Po (...)
  • 5 Voir Wilson, 1976, p. 172 (à la suite de Diller, 1954,128 s., et Rattenbury, 1954, p. 104, pour ce (...)

3En ouvrant la tradition, Dawe a intégré dans son édition la collation d’une dizaine de manuscrits, en plus de LΛ et GQR, si l’on ne compte pas le groupe DXrXsZr, pouvant être rangé avec le Parisinus A au sein d’une recension savante, COFHNPaV de la fin du XIIIème et PTZc du XIVème siècle (O et H se distinguent ; avant CPV, et F)4. Certaines des dates devaient être précisées depuis Turyn5 ; elles sont moins tardives, ce qui s’accorde, sans que les deux faits soient directement liés, avec l’observation générale au sujet de l’activité savante antérieure.

Manuscrits appuyant la famille laurentienne

Le Laurentianus 31,10 (K)

  • 6 Voir ci-dessus, p. 112 et n. 3.
  • 7 Loc. cit., p. 213-302. Metlikowitz établit les accords et les divergences avec L et avec A pour si (...)
  • 8 1983, p. 163 s. Voir aussi, avant Wilson, J. Irigoin dans l’étude (1982), citée ci-dessus (p. 109, (...)

4L’étude du manuscrit K (Laur. b ou l), dont les leçons ont été communiquées d’abord (en 1825) par Dindorf6, a été reprise par Metlikowitz7. La description des productions issues du « Scriptorium byzantin de Joannikios et de ses collègues », a permis à Wilson de le situer au XIIème siècle, alors qu’il était couramment daté du XIVème — une différence de 200 ans ; le volume de tragédies est l’un des manuscrits littéraires sortis de l’atelier (avec la Bibliothèque du pseudo-Apollodore et l’Iliade)8.

  • 9 Voir Turyn, Manuscript Tradition, p. 166 s. (les savants auraient omis de reconnaître le caractère (...)
  • 10 On n’a de la famille romaine, pour cette pièce, que R jusqu’au vers 372.
  • 11 Manuscript Tradition, p. 167 s. Le manuscrit a quelques scholies marginales. Pour Turyn, comme pou (...)

5K, avec les sept pièces de Sophocle (il contient aussi huit tragédies d’Euripide), est dans certaines sections « proche de L » (ce qui explique l’intérêt qu’on lui a porté)9. Pour Oedipe roi, Turyn a vu dominer les traces de la branche italienne, comme dans Antigone (à partir du v. 523) et les Trachiniennes10 (à côté de l’influence de ses deteriores φ, ψ) ; la pièce se distinguerait, au sein de la triade, d’Ajax et d’Électre, qui dépendent davantage de L (comme Philoctete, Oedipe à Colonne et le début d’Antigone)11.

  • 12 Manuscript Tradition, p. 168. « Pourtant » (voir ci-dessus) quelques excellentes corrections.

6Les données étaient embarrassantes aux yeux de Turyn. La descendance de L était altérée. D’abord, comment situer « chronologiquement » les corrections dans le manuscrit L par rapport « au modèle présomptif, intermédiaire entre L et K » ? Et du côté des «interpolations » concordant avec l’une des recensions reconstruites (Moschopoulos, ou l’une des autres), il fallait admettre un successeur où K les eût accueillies — en même temps que (par une autre voie ?) les leçons de la famille de L, et les modifications non empruntées à l’un de ces maîtres12. Une recension mitigée et re-recensée. L’embarras est instructif.

  • 13 Wilson, 1983, p. 163. Cf. West, 1980, p. 365 et n. 2.

7Avec les données chronologiques qu’établit Wilson, c’est la thèse même de Turyn qui est ébranlée, indépendamment des analyses de Dawe, puisque des leçons qui existaient au XIIème siècle ont été attribuées par lui à des recensions du XIVème. S’il se confirmait que « le texte est la source unique d’une série de bonnes leçons », celles-ci proviennent d’une ou de plusieurs autres traditions que LΛ et GR, comme pour A ; la répartition des provenances doit être révisée13, tout comme, à leur tour, les « interpolations » supposent des activités correctrices et éditoriales beaucoup plus anciennes.

Le Palatinus gr. 40 et le Vaticanus gr. 904 (P et Pa)

  • 14 XIVème siècle pour l’un et l’autre, selon Turyn (Manuscript Tradition, p. 158 s. ; Dawe, p. XV) ; (...)
  • 15 Bon exemple : σημήνας, v. 957, si Pa confirme la lecture de Lac (comme GR).
  • 16 « Proches parents » de L, pour Dawe, Studies, I, p. 33, distincts, en dépit des affinités, de CFNO (...)
  • 17 « Preface », p. XLI s.

8P et Pa14 partagent fréquemment avec L une même leçon15. L’accord est particulier à Oedipe roi, et suppose donc à ces deux manuscrits une source proche de L, pour cette pièce16. La proximité était si frappante que Campbell y voyait un cas privilégié pour combattre la thèse de l’unicité de L. Il confrontait les accords (si nombreux) avec les divergences afin de démontrer que P ne pouvait pas être un apographe, mais que les deux manuscrits dépendaient d’un ancêtre commun17.

9Aux vers 349 et 1480, PPaZc (v. 1480 aussi V) ont la même omission que L ; aux vers 604 (cf. Λ) Paac V, et, 1024, P et Zc servent de révélateurs, peut-être, pour une lecture incertaine de Lac ; de même P (avec O et Zr) au vers 1151. Vers 449 τoι n’est pas dans L (Dain), mais dans P. Pour la leçon ἐκεῖνος, au vers 139, Lac a été suivi par P et Zc, mais aussi par FNO (est-ce la même source, partout ?). Au vers 1111, la leçon de Lac πρέσβεις est confirmée par Pa (et aussi FHZc et T s.l.), etc.

Le Vaticanus gr. 1333 (Zc)

  • 18 Il ne figure encore dans les relevés ni de Campbell ni de Pearson.
  • 19 Comparable au Laurentianus 31, 8 (F) pour Eschyle, au Parmensis 152 pour Euripide (1978, p. 723). (...)
  • 20 Cf. Turyn, ibid. (différences avec les autres manuscrits thomaniens) ; Dawe, Studies, III, p. 12,2 (...)
  • 21 Pour l’accord avec L (ou LA) de Zc, Turyn, (op. cit., p. 47), avance les vers 349, 1024, 1480, cit (...)

10Le manuscrit Zc, peu connu autrefois, à la différence de P ou K18, est, d’après Irigoin, un manuscrit de type thomanien révisé, « un travail probablement prototriclinien »19. Il est proche de L, comme K20. Manuscrit byzantin interpolé, mais contribuant indépendamment à attester la tradition de L21.

  • 22 Selon Turyn, aussi dans Pa1 (ce que Dawe ne signale ou ne confirme pas).

11Au vers 253, Turyn pense que, par Ζc(τῆσδέ γε PZc)22, on pourrait rétablir une leçon « oblitérée » dans L. L’exemple est incertain. La leçon « ancienne » de Lac (τής δεῦτε) semble être plutôt une correction (ancienne ?) pour τήσδέ τε ; la relecture confirme τε Lac, et non γε.

Le Venetus Marc. gr. 468 (V)

  • 23 Vol. I, Praefatio, p. XXVIII, n. 2 ; contre Turyn, Manuscript Tradition, p. 130-136, 153, 165 s., (...)
  • 24 Op. cit., p. XXXVI.
  • 25 Op. cit., p. XXIX, n. 1 (voir F. Bevilacqua, 1972).
  • 26 Turyn (op. cit., p. 165 s.) distingue une partie V1, dérivant d’un manuscrit de la famille romaine (...)
  • 27 Op. cit., p. XXX s., XXXV.
  • 28 proprietates, quas ad genuinum poetae textum referre nullus... dubito, op. cit., p. XXXI. Ailleurs (...)
  • 29 Voir ci-dessus, p. 93, 98, 101 s.
  • 30 Colonna dresse une liste pour Ajax et Électre, op. cit., p. XXXIV s.
  • 31 Voir ci-dessus, p. 87, 115.

12A côté de L, de A et de la famille romaine (GR), Colonna a intégré dans son apparat les leçons de V (de la main du moine Saba, autour de 1280)23, ce qui explique sa place dans notre commentaire. Colonna a été le premier à le faire24, disposant des collations de F. Bevilacqua25 ; le manuscrit s’accorde, selon lui, dans les sept pièces, tantôt avec la famille laurentienne tantôt avec GR26, et remonterait à une source proche du modèle de L27. Depuis, il a été lu aussi par Dawe, qui l’a intégré dans un groupe, l’associant à d’autres manuscrits, CFHNO et PPa. Colonna s’appuie encore sur le témoignage des papyrus pour affirmer qu’il est seul à conserver certaines leçons du poète28. La situation offre une analogie, pour l’ambiguïté, avec celle du Parisinus A29 ; en outre, les accords entre les deux manuscrits sont nombreux30 ; ce sont des traces communes de l’activité éditoriale plus ancienne, antérieure à l’époque des Paléologues31 (conjectures passées de V à la source de A, selon Colonna).

  • 32 1976, p. 172. La question est laissée ouverte pour ces manuscrits : « intelligent conjectures or a (...)
  • 33 Manuscript Tradition, p. 90.

13Il n’y avait pas lieu de considérer la classe des manuscrits d’Iéna, dont l’importance est défendue par Wilson32 contre Turyn33 ; ils n’ont qu’Ajax et Électre.

La place des recentiores dans notre apparat

  • 34 Il n’est pas tenu compte des cas où ils contribuent à révéler une leçon probable de L (ante corr.) (...)

14L’examen de la liste des 27 leçons adoptées qui sont attestées dans les recentiores seulement informe sur la nature des détériorations et sur les interventions éditoriales légères et nécessaires34. Ce qu’on est contraint (ou qu’on peut être tenté) de faire a déjà été fait.

  • 35 Il s’agit des manuscrits HNOVZr (et un pap.) pour le v. 827, DΣ PaT v.l. XrΣv.l. pour le v. 1518.
  • 36 Il n’est pas inintéressant de noter que les deux cas qu’on envisage (ἃποικον, v. 1518, et l’interv (...)

15Les cas où l’on peut avoir affaire à une « variante » ancienne sont très rares. L’acceptant, on valorise ou optimalise des différences qu’on n’aurait pas inventées. Le fait qu’on ne les aurait pas imaginées si on ne les lisait pas peut plaider pour elles35. Par hypothèse, on aura introduit une série de cas-limites, dans la masse ; d’un côté ils confirment, d’un autre, ils limitent singulièrement la contamination36.

16Confusion de ει et ι, v. 258 (ἐπεὶ κυρῶ pour ἐπικ.) ; v. 1217 ; de ει et η, v. 628 ; de o et ω, v. 1314 ; v. 1518.

17Simplification (métrique) d’une géminée, v. 1352. Erreur d’esprit, v. 281 (ἄv) ; v. 1270.

  • 37 La division est fréquente. Antig., 884 : χρεῖ’ ἦ codd. (selon Dawe) ; Trach., 162 (d’après Dawe) : (...)

18Fausse division, absence de division (distinctio), v. 258 (voir ci-dessus) ; v. 555 et 791 (χρείη pour χρεῖ’ ἦ)37 ; v. 829 ; v. 1240 (métrique). Accentuation, v. 1245 (prés./imparf.). Apocope, v. 985.

19Coloration dorienne (des chants), v. 1087 ; cf. v. 1212 (ci-dessous).

20γ’ pour τ’, v. 516 (avec la trad. indir.).

21Interversion, v. 827 (avec un pap.).

22Variation morphologique (désinence de datif), v. 1203 ; (forme d’aoriste), v. 1212 ; (d’imparfait, ἦν, ἦ), v. 1389 ; haplographie (d’une itération) corrigée, v. 1217.

23Omission (d’une syllabe), v. 281 (ἄv), cf. v. 1203 (ci-dessus).

24Syllabe surnuméraire, v. 630 ; v. 657 (avec la trad. ind.) ; v. 1157 ; v. 1513.

  • 38 Triclinius (T, voir aussi Ta) intervient avec d’autres aux vers 516, 628, 985, 1157, 1518, seul au (...)
  • 39 Voir par exemple ci-dessous l’éventail plus large, pour le vers 827.

25Les manuscrits collationnés par Dawe suffisent à rétablir le plus souvent le « texte » édité, C (1 fois), D (4), F (3), H (6), N (5), O (8), P (1), Pa (5), T (8)38, V (5), Xr (7), Xs (2), Zc (0), Zr (6). La liste n’offre qu’une sélection39 mais un bon aperçu du travail éditorial effectué pour réparer une matière défectueuse. D’autres manuscrits n’ont à être sollicités qu’aux vers 258 (Conv. soppr. 66), 1245 (W).

26La différence avec les onze cas où l’on a relevé l’accord des recentiores avec GR est frappante ; il s’agit là le plus souvent (ou il pourrait s’agir) de variantes, plus rarement de corrections (v. 1182 ; v. 1337 ?). Il est vrai que, dans notre apparat, A occupe cette fonction grammaticale.

Variantes éventuelles

  • 40 Pa Xs, fort. Zcac chez Dawe ; aucun ne figure parmi les manuscrits de Brunck (cf. ci-dessus, p.81, (...)
  • 41 Voir le comm., II, p. 133 s.

27V. 212. Brunck dit que deux de ses manuscrits ont ὁμόστολον, qu’il adopte (en prenant appui sur les gloses)40. C’est sans doute une correction ancienne41, suivant les raisons qui la font adopter par Brunck, après Canter, et les modernes qui les ont suivis. Erfurdt a remarqué que la variante était dans les scholies de L.

  • 42 Voir le comm., II, p. 508 s.
  • 43 Turyn voit encore une pure coïncidence entre un erreur de transposition dans le papyrus et la même (...)
  • 44 Voir son commentaire, 1982, p. 177, ad l.
  • 45 Pour le principe, voir Wilson, 1976, p. 174 s.
  • 46 Comme le suppose Wilson, p. 175.

28V. 827. La leçon ἐξέϑρεψε καξέφυσε a une chance d’être bonne42 ; elle se lit dans un papyrus et aussi dans V. Ce que Colonna a exploité en faveur de ce manuscrit se trouve également, dans plusieurs autres, HNOZr, selon les collations de Dawe (avec ENOVWHΔ selon Turyn)43, si bien que le passage ne concerne pas particulièrement V, mais pose le problème de l’origine de la leçon. Le jugement diffère selon qu’on exclut ou non qu’il y ait de l’ancien dans ces deteriores (de Turyn) ; il est vrai qu’on peut aussi rejeter l’interversion quand on adhère à la doctrine de la transmission horizontale, comme Dawe44. L’interprétation, dans un cas pareil, ne parvient évidemment qu’à une probabilité ou à une simple possibilité. La répétition de la même erreur ou confusion45 pourrait cependant ne pas être « probable » pour cette interversion46.

Variantes hypothétiques ou fictives

  • 47 Cf. Studies, I, p. 253. West, 1977, p. 267 ; 1978, p. 239 ; et Lloyd-Jones, 1978, p. 216, l’ont su (...)

29Au vers 1079, Dain et Colonna lisent ἐμήν γ’ dans la première main de L. La lecture n’a été confirmée ni par Dawe ni par M. Devienne-Hecquet. Dawe la réintroduit en interprétant l’accent d’enclise dans certains recentiores (έμήν δ’ FHPPa) comme un vestige, témoignant d’une leçon ancienne (ut vid. antiqua lectio)47. La faute d’accent est exploitée en faveur d’une attente incertaine. Il y a plus de chance que L, sous la rature, portait δ’, en dépit de l’accent (ἐμήν δ’ NZr) ; ce serait donc plutôt ce texte qu’on pourrait éventuellement prendre en considération.

  • 48 Fitton Brown, 1961 (ci-dessus, p. 29, n. 1), p. 162.

30Le cas est comparable à celui du vers 1213 où Pearson donnait ἄκρονϑ’ comme leçon de Lac. Elle a été interprétée comme une erreur pour ἄρχονϑ’48, fournissant une conjecture comme on en faisait du temps de Nauck ou de Housman. L’enjeu n’était pas mince. La leçon éliminait ἄκονϑ’, un mot capital pour l’interprétation globale de la tragédie, touchant au problème de la culpabilité d’Oedipe. D’après Dawe et M. Hecquet-Devienne, elle ne se lit pas dans L.

Conjectures érigées en variantes

  • 49 Voir le comm., III, p. 716-719.
  • 50 Voir, au sujet de ce débat, mon article, à paraître, « Une philologie à la recherche d’elle-même »

31Au vers 1099, L et A (et la plupart des autres manuscrits) ont ἆρα. La correction de Heath (ἄρα) repose sur une compréhension erronée des modernes, qui a contribué à susciter les corrections ultérieures d’autres mots49. Dawe note que certains manuscrits, parmi les recentiores qu’il a lus (CPa, voir aussi R), portent l’aigu. Il y voit une confirmation de la lecture des modernes, considérée comme certaine. On devrait se dire, du moins a-t-on autant de droits pour le faire, que l’interprétation moderne a déjà été envisagée dans la tradition des commentaires et que la gêne devant la paradosis a été anticipée50.

  • 51 Fitton Brown, 1961, p. 162.

32Il en va des leçons des recentiores comme des conjectures — ce que le plus souvent elles sont — ; on s’attend à les trouver dans l’apparat. Ainsi, au vers 685, pour προνοουμένῳ dans V, qui est une conjecture de Margoliouth (cf. προπονουμένω CHG, R in face à προπονουμένας)51.

Notes

1 Voir ci-dessus, p. 61 s.

2 Et West. Sa valeur est relative.

3 La valeur du rapprochement avec le papyrus, à savoir l’identité phonique de αι et η (v. 822), est contestée par Colonna, vol. I, Addenda, p. 145.

4 Voir West, 1978, p. 239, appréciant de son point de vue contaminationniste les apports de Dawe. Pour lui, les leçons de NPaTZc pourraient d’après ce tri ne pas être retenues dans l’apparat, sans que, pour autant, on puisse se limiter au reste.

5 Voir Wilson, 1976, p. 172 (à la suite de Diller, 1954,128 s., et Rattenbury, 1954, p. 104, pour ce tournant) : autour de 1280 pour C, avec Dawe, contre Turyn ; de même, fin du XIIIème, pour N, contre Turyn, et pour Pa, Wa ; entre 1260 et 1300, pour O. Ci-dessus, p. 96, n. 4.

6 Voir ci-dessus, p. 112 et n. 3.

7 Loc. cit., p. 213-302. Metlikowitz établit les accords et les divergences avec L et avec A pour situer le manuscrit entre ces deux familles, en une dépendance autonome des deux ancêtres. L’auteur relève les cas où K partage ses leçons avec d’autres manuscrits, dont G (voir Turyn, p. 168), ou est seul à les avoir. Selon ses préalables, K devait être tributaire de la famille de L et de celle du Parisinus.

8 1983, p. 163 s. Voir aussi, avant Wilson, J. Irigoin dans l’étude (1982), citée ci-dessus (p. 109, n. 3), p. 138 s. (dépendance partielle de la branche « italienne » d’origine orientale) et p. 142 s., pour l’interruption du mouvement humaniste inauguré autour de Nicolas d’Otrante (au début du XIIIème siècle), qui explique la tradition fermée ; voir ci-dessus, p. 115. Le manuscrit de Joannikios (« vers 1360... aux mains de Léonce Pilate », maître de Boccace ; Irigoin, à la suite des études de Pertusi) pourrait être un tardif exemplaire d’importation. Il est de la main de Joannikios pour le texte, selon Wilson, loc. cit., p. 163 (p. 172 s. : le papier d’origine espagnole pouvait être importé à Constantinople).

9 Voir Turyn, Manuscript Tradition, p. 166 s. (les savants auraient omis de reconnaître le caractère disparate du manuscrit, outre l’incohérence à l’intérieur de chacune de ses parties disparates) ; Dindorf, 1860, vol. I, p. VII ; vol. III, p. III : unum tantum superesse videri apographum (l)... ; Laurentianae stirpis, avec F, apud Colonna, Praefatio, p. LXV. Schneider, 1877, p. 449 : privilégié comme « Zeuge der ursprünglichen Lesart von L ».

10 On n’a de la famille romaine, pour cette pièce, que R jusqu’au vers 372.

11 Manuscript Tradition, p. 167 s. Le manuscrit a quelques scholies marginales. Pour Turyn, comme pour Colonna, le manuscrit est « de peu, voire d’aucune valeur ». Pour la dépendance de GR, voir, par exemple, τοῦπος, v. 525, ci-dessus, p. 121 s.

12 Manuscript Tradition, p. 168. « Pourtant » (voir ci-dessus) quelques excellentes corrections.

13 Wilson, 1983, p. 163. Cf. West, 1980, p. 365 et n. 2.

14 XIVème siècle pour l’un et l’autre, selon Turyn (Manuscript Tradition, p. 158 s. ; Dawe, p. XV) ; voir cependant Wilson, 1976, p. 172 (pour Pa, « pas plus tard que le tournant du siècle »).

15 Bon exemple : σημήνας, v. 957, si Pa confirme la lecture de Lac (comme GR).

16 « Proches parents » de L, pour Dawe, Studies, I, p. 33, distincts, en dépit des affinités, de CFNO (φ pour Turyn) HV (ψ pour Turyn).

17 « Preface », p. XLI s.

18 Il ne figure encore dans les relevés ni de Campbell ni de Pearson.

19 Comparable au Laurentianus 31, 8 (F) pour Eschyle, au Parmensis 152 pour Euripide (1978, p. 723). C’est l’opinion aussi de Turyn, Manuscript Tradition, p. 47. Post-triclinien pour Dawe (cf. Studies, I, p. 62-67).

20 Cf. Turyn, ibid. (différences avec les autres manuscrits thomaniens) ; Dawe, Studies, III, p. 12,22 (les liens avec L pour la triade se confirment pour Antigone ; « the primary affiliations of Zc are... seen to lie outside the ZfZoT group ») ; Irigoin, 1980, p. 53. Contestant l’existence de la recension thomanienne du texte, Dawe s’est appuyé sur la présence de scholies tricliniennes dans Zc, représentant privilégié pour Turyn du travail de Thomas. L’argument chronologique ne tient pas. Wilson (1976, p. 172 s.) précise (après Turyn) que Thomas est en activité jusqu’en 1346, tout en acceptant les conclusions générales de Dawe. Zc est par Dawe classé dans un groupe avec ZfZgZnZo dépendant de ζ (par x) comme T de Triclinius qui offre par ailleurs souvent un meilleur texte (relations diverses des manuscrits du groupe Z entre eux et avec d’autres sources ; cf. Studies, III, p. 12, p. 23). Il retrouve pour Antigone les affinités de Zc et de L notées dans les pièces de la triade.

21 Pour l’accord avec L (ou LA) de Zc, Turyn, (op. cit., p. 47), avance les vers 349, 1024, 1480, cités pour P et Pa ; pour le dernier vers, voir aussi V.

22 Selon Turyn, aussi dans Pa1 (ce que Dawe ne signale ou ne confirme pas).

23 Vol. I, Praefatio, p. XXVIII, n. 2 ; contre Turyn, Manuscript Tradition, p. 130-136, 153, 165 s., datant le manuscrit du XIVème siècle (« on internai grounds », p. 153).

24 Op. cit., p. XXXVI.

25 Op. cit., p. XXIX, n. 1 (voir F. Bevilacqua, 1972).

26 Turyn (op. cit., p. 165 s.) distingue une partie V1, dérivant d’un manuscrit de la famille romaine, avec la triade et le début des Trachiniennes (V est tronqué pour cette pièce et Oedipe à Colone), et une partie V2, avec les autres pièces, dérivant de la famille λ.

27 Op. cit., p. XXX s., XXXV.

28 proprietates, quas ad genuinum poetae textum referre nullus... dubito, op. cit., p. XXXI. Ailleurs cependant, ses conclusions sont moins tranchées : variantes originales, provenant soit de l’archétype ω, soit d’un fonds de « conjectures » introduites par un grammairien du XIIème siècle, et largement recueillies dans le Parisinus A (p. XXXV s.). Voir ci-dessous, p. 132. Au vers 75, Colonna n’adopte pas χρόνον, il se contente de renvoyer à Dawe qui l’adopte pour trouver confirmation d’une conjecture (et coni. Purgold).

29 Voir ci-dessus, p. 93, 98, 101 s.

30 Colonna dresse une liste pour Ajax et Électre, op. cit., p. XXXIV s.

31 Voir ci-dessus, p. 87, 115.

32 1976, p. 172. La question est laissée ouverte pour ces manuscrits : « intelligent conjectures or access to independent sources of tradition ».

33 Manuscript Tradition, p. 90.

34 Il n’est pas tenu compte des cas où ils contribuent à révéler une leçon probable de L (ante corr.). Voir ci-dessus, p. 72 et 128. La liste dressée ici ne tient pas compte des différences de l’accentuation, comme au v. 270 où άροτόν (contre ἃροτον) est dans Pac Zc (cf. Dawe).

35 Il s’agit des manuscrits HNOVZr (et un pap.) pour le v. 827, DΣ PaT v.l. XrΣ v.l. pour le v. 1518.

36 Il n’est pas inintéressant de noter que les deux cas qu’on envisage (ἃποικον, v. 1518, et l’interversion, v. 827, voir ci-dessous) n’ont pas été retenus ailleurs par d’autres éditeurs.

37 La division est fréquente. Antig., 884 : χρεῖ’ ἦ codd. (selon Dawe) ; Trach., 162 (d’après Dawe) : χρεῖ’ ἦ Lc (χρεῖ’ ἢ LΣ, selon Col.), χρεί’ ἦ A (χρεί’ ή R) ; 166 (selon Dawe) : χρεῖ. ἠ fort. Lac (χρεῖ’. ἤ Lpc), χρεῖ’ ή A (χρὴ ἢ R) ; Oed.à Col., 268 (d’après Dawe) : χρεῖ’ ἠῖ Lc, χρεῖ’ ῆ A (χρεί’ ἢ R).

38 Triclinius (T, voir aussi Ta) intervient avec d’autres aux vers 516, 628, 985, 1157, 1518, seul aux vers 630 (métrique), 657 (métrique ; cf. Souda), 1217.

39 Voir par exemple ci-dessous l’éventail plus large, pour le vers 827.

40 Pa Xs, fort. Zcac chez Dawe ; aucun ne figure parmi les manuscrits de Brunck (cf. ci-dessus, p.81, n. 2). Les gloses de Moschopoulos ou Thomas Magister, ὁμοδίαιτον ou συνόμιλον, lui semblent s’appliquer non à μονόστολον des manuscrits mais à όμόστολον (voir Longo, p. 19, ad 212 a) ; Elmsley : ὁμόστολον schol. et codd. opinor fere omnes.

41 Voir le comm., II, p. 133 s.

42 Voir le comm., II, p. 508 s.

43 Turyn voit encore une pure coïncidence entre un erreur de transposition dans le papyrus et la même erreur dans ses manuscrits « récents », Manuscript Tradition, p. 143 et 194 ; la leçon est aussi dans le supplément grec 1229 de la Bibl. Nat., cf. p. 151 ; dans un manuscrit de Dresde (Da. 22), cf. p. 194 ; et un autre (Phil. gr. 164) de Vienne, cf. p. 196.

44 Voir son commentaire, 1982, p. 177, ad l.

45 Pour le principe, voir Wilson, 1976, p. 174 s.

46 Comme le suppose Wilson, p. 175.

47 Cf. Studies, I, p. 253. West, 1977, p. 267 ; 1978, p. 239 ; et Lloyd-Jones, 1978, p. 216, l’ont suivi. Voir le comm., III, p. 688 s.

48 Fitton Brown, 1961 (ci-dessus, p. 29, n. 1), p. 162.

49 Voir le comm., III, p. 716-719.

50 Voir, au sujet de ce débat, mon article, à paraître, « Une philologie à la recherche d’elle-même ».

51 Fitton Brown, 1961, p. 162.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search