Version classiqueVersion mobile

L’Œdipe Roi de Sophocle. Tome 1

 | 
Jean Bollack

La matière du texte. Les manuscrits et les éditions

6. La famille romaine

Texte intégral

La famille romaine

  • 1 Voir Turyn, Manuscript Tradition, p. 103,110 ; Dain, « Introd. », p. XXXIXs. ; Colonna, Praef., p. (...)
  • 2 Voir Dain, p. XXXIX ; A. Turyn, Dated Greek Manuscripts of the Thirteenth and Fourteenth Centuries (...)
  • 3 Discussion sur la localisation, Turyn, Manuscript Tradition, p. 111 s. Le texte de l’obit, p. 110, (...)

1Le manuscrit G de la Bibliothèque Laurentienne (du fonds des Couvents Supprimés, 152), d’abord lu par Dindorf pour son édition de 1825, est daté par la souscription (15 juillet 1282)1. C’est un parchemin palimpseste, écrit en Italie du Sud. Il contient la triade byzantine (Aj., Él., Oed. r.) et le Philoctete, avec des scholies anciennes pour les quatre pièces, réparties par tranches à la suite de chaque section importante du texte (parfois dans la marge)2. Colonna distingue deux types de corrections ; celles du scribe Augustios sont reportées du modèle noté sous le sigle Φ chez Colonna, après Dain (pc chez Turyn) ; d’autres sont plus récentes (G2 chez Colonna). A la suite du texte de Sophocle, sont copiées des lettres de l’empereur Frédéric II écrites en grec ; le voisinage fournit une preuve supplémentaire de l’origine italienne, en plus du lieu de Carpino, au nord de Manfredonia, qui figure dans un obit reproduit dans le manuscrit3.

  • 4 Chisianus, Chig. (de la collection Chigi) chez Campbell, Pearson.
  • 5 Turyn, p. 103, n. 106, cite un jugement de N. Schow, dans un ouvrage publié à Rome en 1788, sur l’ (...)
  • 6 Les pièces dans l’ordre : Ajax, Oedipe roi, Philoctete, Électre, Antigone, Oedipe à Colone, Trachi (...)
  • 7 Sur les scholies de R et leurs relations avec celle du manuscrit de Modène, voir De Marco, 1936, p (...)

2Le manuscrit R (Vaticanus gr. 2291), qui a donné son nom à la famille (« romaine »)4, est beaucoup plus récent (fin du XVème siècle)5 ; il contient les sept pièces (les Trachiniennes jusqu’au vers 372 seulement), avec les Theriaca de Nicandre et les Alexipharmaca6. Le scribe a ajouté quelques variantes7.

  • 8 « Premières années du XVIème siècle », Dain, p. XLI.
  • 9 Turyn, Manuscript Tradition, p. 103 s. ; Dain, « Introd. », p. XL s. ; Colonna, p. XIXs. A la suit (...)

3Les manuscrits Q de Paris (supplément grec 109, XVIème siècle)8 et M de Modène (Mutinensis α.Τ.9.4, 41 Puntoni, XVème siècle) de la même branche ne concernent pas le texte poétique d’Oedipe roi ; l’un ne comporte que l’Ajax, le Philoctete et l’Oedipe à Colone, sans scholies ; l’autre n’a que des scholies, pour les sept pièces9.

  • 10 1936, p. 5 s.

4De Marco ayant établi l’autonomie du groupe GMR pour les scholies10, Turyn a reconnu en outre que Q offrait un texte de la même classe (ρ) que GR, si bien que les quatre manuscrits ont pu être groupés. Ils semblent avoir tous les quatre été écrits en Italie (formant ce que Turyn appelle « la tradition occidentale de Sophocle »), d’après un modèle, apporté de Constantinople, qui, d’après Irigoin (« La tradition manuscrite », 1982), a dû être marqué par l’activité des frères Tzetzès.

  • 11 Voir le stemma reproduit, Manuscript Tradition, p. 119 et p. 137, complétant (pour Q) celui de De (...)
  • 12 La date de la deuxième moitié du XIIème siècle que Colonna assigne à la source, en raison de l’uti (...)
  • 13 ρa dans le stemma de Turyn est l’ancêtre de ρb et de la source commune des manuscrits qu’il classe (...)
  • 14 Dietz, 1967, p. 246 s. Il faut tenir compte de l’observation de Dain, « Introd. », p. LIII, n. 1 ( (...)

5Les manuscrits regroupés ne dépendent pas directement de l’ancêtre de la famille. Selon Turyn11, G et R ont une source intermédiaire (pc) en commun, dépendant de la source (ρb) de Q12 ; R en utilise une seconde (ρd)13. L’appellation Φ, adoptée par Dain et par Colonna, n’est donc appropriée que si l’on se dit qu'elle omet d’indiquer ces divergences entre les manuscrits de la classe14.

  • 15 Dawe situe, pour la triade, la famille avec les huit manuscrits plus disparates, entre les deux ex (...)

6La proximité de GR de la famille représentée par L est certaine. Elle en fait la qualité, et relativise leur importance. Tout dépend donc de l’étude systématique de la nature des leçons où p diffère de λ15.

L’utilisation de G au XIXème siècle

  • 16 Voir les additions introduites par Hermann dans ses notes, dans l’édition de 1833. V. 543 : non ma (...)
  • 17 Voir ci-dessus, p. 20. L’indication sur la publication des leçons (Dindorf dans le 2ème volume des (...)
  • 18 K était alors daté du XIVème siècle. Pour Dindorf, 1860, vol. I, p. VII, les leçons de L y étaient (...)

7Le rôle de G (sous le sigle Γ, Flor. Γ apud Dindorf) n’était pas négligeable dans le travail des éditeurs du XIXème siècle16. Communiquées par Dindorf, avec celles de deux autres manuscrits de Florence comportant la triade (Δ et X)17, dans sa première édition (Leipzig, 1825), les leçons établissaient, dans la logique de l’exclusivité de L, une distinction entre les apographes secondaires, plus purs, et les manuscrits plus chargés de conjectures antérieures ; il privilégiait (1860) G à côté de A, et, avec plus de réticences, K18, parmi les premiers. En éditant les scholies, Dindorf a distingué, mais pour elles seulement, une famille indépendante ; elle a été étendue depuis au texte poétique.

  • 19 Pour prendre l’exemple du vers 525, τοὗος est connu, par G et K, de Hermann (1833), puis adopté pa (...)

8Plusieurs leçons retenues dans les anciennes éditions proviennent par G de la source de la famille romaine19. Le nombre de méprises et de bévues, mesurées à l’aune d’une pureté « originale », a sans doute empêché qu’on lui accorde sa vraie place avant l’étude paléographique des sources des scholies par De Marco. La primauté accordée au Laurentianus a fait découvrir les passages où il fallait trouver autre chose que L.

  • 20 Par Herwerden ou Heimsoeth. Voir ci-dessous, p. 121 s. Au vers 957, G n’était pas une autorité suf (...)
  • 21 Lipsius (p. 12 s.), établissant la différence des erreurs dans L et G, s’appuie sur la différence (...)

9Les leçons avaient moins d’autorité parce qu’elles étaient connues par d’autres manuscrits consultés indifféremment par les éditeurs, et le verdict de Dindorf les signalait comme des conjectures, défendues surtout au vers 52520. L’évaluation nouvelle, depuis De Marco, reprenant le jugement des adversaires de Cobet (plus que de Dindorf) comme Lipsius (1860)21, n’a pas eu vraiment d’influence, ni sur la structure du texte ni sur la discussion savante.

Le débat (dépassé) au sujet de la famille

  • 22 Il avait évoqué la possibilité que les divergences non conjecturales dans p pouvaient provenir de (...)
  • 23 Errores separativi, Maas, Textual Criticism, p. 42 s.
  • 24 Op. cit., p. 276.
  • 25 Loc. cit., 1953, p. 441.

10La valeur indépendante de la famille romaine a été mise en question, après la démonstration de De Marco et de Turyn, par certains savants, dont P. Maas22. Erbse souligne que l’omission du vers 800 est la seule erreur distinctive23 dans L qui ne soit pas dans p (pour le reste, le groupe p pourrait être rapporté à λ)24. Il ajoute cependant : « on n’est sans doute pas autorisé à tirer cette conclusion », à savoir la dépendance de p, en dépit des hésitations de Maas25. GR sont des manuscrits recensés, comme A (et comme L, où le travail est visible), et pourtant ils ont des leçons anciennes. Il ne reste comme critère que la qualité des « variantes », à savoir des différences que l’on doit supposer originales, et non connues par l’une de nos autres sources.

  • 26 Du côté de la transmission ouverte, aussi bien (voir ci-dessous, p. 114 s.).
  • 27 On peut citer la contribution de 1927 (« Schicksale der antiken Literatur in Byzanz »), tome 3 du (...)
  • 28 Voir ci-dessous, p. 115 s. Turyn, Manuscript Tradition, p. 115-117.

11Le débat n’existe plus guère. Le groupe est reconnu, de part et d’autre26. Le problème porte sur sa qualité relative par rapport à L (et secondairement A), et sur l’influence des activités scolaires byzantines du XIIème et XIIIème siècle. P. Maas avait, du moins originellement, diminué la part de l’activité conjecturale sur les textes27. L’opinion ne peut pas être soutenue ; l’existence d’une activité savante ancienne grève largement les conclusions, ou les préalables, de Turyn, qui n’avait pas admis que G portait les traces d’une contamination savante. La famille ne présente pas que des fautes ; il y a des interpolations savantes dans tous ses témoins, dans G aussi (et non dans RQ seulement)28. Les deux activités, l’intervention scolaire et la consultation de sources, sont solidaires. Ce qui n’exclut pas qu’à partir d’un certain moment, et d’un certain stade atteint, les interventions savantes ne prévalent. La contamination se défend par le principe et a, en même temps, cette limite tracée par les apports effectifs et analysables.

  • 29 Turyn, op. cit., p. 124.

12Il y a quelques cas de divergence claire, où l’on peut hésiter. Mais là où la comparaison montre que ρ fait mal ses choix, quelle est la vraisemblance d’une déraison régulière ? Pourquoi ce tri ? Pourquoi, dans le partage, l’une des branches choisirait si souvent les mauvaises leçons ? Les éditeurs byzantins ont de préférence suivi L (ou λ)29.

Les interpolations antérieures à 1282

  • 30 Op. cit., p. 17. Voir ci-dessus et la référence citée η. 1.
  • 31 Op. cit., p. 16 et 17.
  • 32 Studies, I, p. 94-96.
  • 33 Préface de son édition (O.C.T.), p. XII :... tot erroribus et foedis interpolationibus scatet...
  • 34 Dawe (Studies, I, p. 95, n. 1) cite un jugement similaire de Kaibel. Voir aussi sa propre préface (...)
  • 35 Cf. ci-dessus, p. 109.
  • 36 Turyn, Manuscript Tradition, p. 104.
  • 37 Studies, I, p. 95 (les interpolations pour Dawe coexistent avec de bonnes leçons dans ses 19 manus (...)
  • 38 Dans les termes de la remarque de Dain, Les manuscrits, p. 169, G serait à la fois « bon », par ce (...)
  • 39 Studies, I, p. 95.

13Turyn admettait l’influence de quelques interpolations byzantines sur la branche italienne des vestustiores (Q et R)30. Il n’en reconnaissait donc pas la trace dans G. Les interpolations, suivant Turyn, sont rares dans QR et absentes dans G, comme dans LΛ31. La discussion concernant la classe romaine dans les Studies de Dawe32 est instructive. Dans un premier temps, il rappelle, après Pearson33, le mauvais état du texte de ces manuscrits34 ; il peut ainsi accorder l’évidente négligence de l’éditeur ou des scribes de G et de R au cas qu’en fait Turyn pour leur « pureté » ; il en reproduit l’argumentation : l’éloignement géographique, s’ajoutant à l’ancienneté pour G, daté de 128235, mettait la famille à l’abri des interpolations savantes des écoles byzantines (« c’est la raison de la pureté de cette tradition et de la préservation de leurs valeurs internes »)36. Dawe, cependant, n’a pas de quoi être gêné, selon ses prémisses, par la présence d’interpolations ; elles sont anciennes, antérieures à 128237, et la masse des fautes, d’autre part, n’est pas incompatible avec la perpétuation de leçons authentiques. Les trois points ne peuvent pas être contestés ; ni la très relative pureté (ou ancienneté) de la tradition, ni les traces d’interventions savantes, ni l’abondance de fautes matérielles38. Pour Dawe, les quatorze autres manuscrits de son édition (autres que L A G R Q) offrent une image comparable, même si aucun d’entre eux n’est aussi altéré, selon lui, que ne l’est la branche romaine39.

  • 40 Studies, I, p. 56 s., p. 109, n. 3.

14Ce n’est pas, il faut le dire, un argument décisif en faveur de la transmission horizontale systématisée ; un stemmatiste peut accepter l’argument ; l’interpolation se distingue de la contamination, important des leçons originelles de plusieurs sources, quel que soit le lien qu’à juste titre on suppose entre les deux activités. Le même argument est invoqué contre la recension de Moschopoulos, et en particulier le classement par Turyn du Parisinus A ; le travail de correction sur les textes est plus ancien que Moschopoulos40. Les manuscrits de la famille « romaine » (dont la source immédiate est antérieure à 1282), avec la masse d’interpolations du XIIIème siècle dans ceux de Dawe, corroborent cette activité, constatée dans d’autres branches que AUY.

15Certes, beaucoup de leçons de GR sont dans notre apparat représentées par A. L’un tient lieu des autres. Que A les ait reprises, ou les tienne d’une autre source. Comme le but n’est pas ici de déterminer leur interdépendance, le gain, pour la clarté et la simplicité, n’est pas négligeable, ἣ (GcR, avec d’autres) pour ὃ, v. 542, a tout l’air d’être une normalisation (le relatif accordé à τυραννίδα). L’adjonction amétrique, au v. 637, de la préposition ἐς (GR, avec d’autres) s’explique par une gêne devant l’accusatif (face à κατὰ στέγας ; ZrT ont εἰς, sans κατὰ, en facteur commun), χρήζτς (R, -εις G) pourrait avoir été introduit au v. 658 pour éviter l’itération ζητῇς... ζητών. De même οὐ μὰ pour où, v. 660, paraît être une correction de grammairien. ἴσως, que GR partagent avec A, v. 677, peut s’expliquer par la difficulté de comprendre ἴσος. L’article (amétrique) ajouté dans τίς ἦν ό λόγος (GR et A), v. 684, émane d’un souci de grammairien, ἐς πλέον, v. 700, est remplacé par le plus commun πλέον (τοΰδε G pour τοῦδε ἐς, τῶνδε R) ; ποῦ’ σϑ’ (ὁ χῶρος), v. 732, par τίς ποϑ’ (G) ; διὰ τοῦτ’ (amétrique), pour τοῦτ’, ν. 739, explicite la syntaxe, μέλας (GR ; voir aussi la Souda), pour μέγας, v. 742, semble bien être une correction byzantine plutôt qu’une variante.

  • 41 Contre Dawe ; ou West, 1977, p. 266, situant la lacune à une période antérieure à l’archétype (« a (...)

16Le texte de GR, v. 943 s., est lacunaire. Si l’on suit L41, la contraction peut provenir d’une intervention de grammairien (voir l’itération phonique) ; dans une troisième étape la lacune dans le texte de GR a pu être comblée (voir les recc.). Vers 975, εἰς a été introduit pour ές (L) ; v. 998 ἀπῴκιστ’ pour ἀπῳκεῖτ’ ; v. 1030 σοῦ δ’(G), avant Elmsley, pour éviter les deux γέ. Vers 1111, l’accusatif πρέσβυν, introduisant un complément, paraît être une correction secondaire, que GR partagent avec A s.l. ; v. 1117, μέν (GR) après ἔγνωκα évite γάρ (voir Λαϊου γὰρ...) ; v. 1284, le pluriel ἄται (G, recc.) pour ἄτη a l’air d’être une correction byzantine ; v. 1290 s., οὐδέ τι et μένων (GR, recc.), une interprétation pour οὐδ’ ἔτι μενῶν ; le subjonctif πέμψῃς, v. 1518 (GR avec plusieurs recc.), pour le futur ; la suppression de γ’, v. 1519.

17ἆρ’ οὐκ GR, v. 822, est hors scansion ; avec L, v. 1355, ἄχϑος, variante, à laquelle on a à Byzance préféré ἄχoς ; εμέ, v. 1323 (GR avec A et L) ; ἔφυ, v. 1365 (GR avec A, et L [ἔφυι]).

L’utilisation restreinte de GR dans cette édition

  • 42 C’est vrai pour Jebb, et avant lui ; ci-dessus, p. 55. Le jugement de Lipsius (1860), réhabilitant (...)
  • 43 1972, p. 125.
  • 44 Loc. cit., p. 126, 128. Par exemple au vers 444, ἐγώ π contre άεί L et RQ, ou au v. 853, σαυτòν π (...)
  • 45 Loc. cit., p. 127 s., 130,138. Vers 652, μ’ ἔχει contre σ’ ἔχει dans π ; voir encore v. 1110, 1124

18Nos analyses s’appuient entre autres sur Dain et Colonna ; elles nous ont conduit à renoncer à considérer la famille (p) comme un témoin de même valeur que λ (L et Ʌ). J’ai commencé, en étudiant la tradition, à la traiter en égale, avec ces éditions qui la reproduisent sous les yeux (voir le commentaire). Avec l’état de Pearson ou de Masqueray, on tient, à peu de choses près, la même information42. Le fait de la substitution par Turyn de GR à A ne peut pas être séparé de son point de vue, strictement paléographique ; elle n’est pas applicable dans la pratique de l’interprétation. Pour la préférence pratique, en faveur de A, on pouvait objecter que l’analyse sur l’étendue d’une seule pièce n’était pas concluante. Inversement, on dira aussi bien que c’est déjà beaucoup. L’examen se poursuivra, se confirmera ou s’infirmera. La conclusion tirée ici, qui repose sur cette enquête partielle, a quelque chose d’accidentel ; il fallait prendre une décision pour l’apparat critique. Certaines observations isolées sur d’autres passages, dans Oedipe à Colone et d’autres pièces, semblaient aller dans le même sens. Dietz, étudiant les leçons de A, notait de son côté, pour le vers 391 de l’Oedipe à Colone, que la leçon de RQ, comparée à celle de AUY = π, se présentait comme une tentative de remédier à la lacune de L43 ; il cite des cas où la famille romaine partage une moins bonne leçon avec L44, et d’autres où le groupe RQ remédie mal à un défaut dans L, n’ayant pas accès aux informations de A45.

  • 46 Studies, III, p. 72 ; voir Irigoin, 1980, p. 52. Ci-dessus, p. 63 s.
  • 47 Voir le jugement sévère de Pearson, cité ci-dessus, p. 114, n. 6, soulignant l’importance des inte (...)

19Dans le « palmarès » de Dawe46, le groupe GQR n’est pas classé. C’est que les erreurs matérielles y abondent. Quelle que soit l’opinion qu’on parvient, ou parviendra, à se faire pour préciser la valeur et le caractère de la famille, la raison pragmatique, dictée par un souci de clarté, nous a conduit à l’option d’une présentation sélective. En face des quelques rares cas où les leçons de ces manuscrits s’imposent, et sont seules à le faire, il y a le nombre de ceux où elles s’accordent soit avec L soit avec A, et celui où les divergences reposent sur d’évidentes interpolations ou des erreurs matérielles47, comme il y en a en bonne quantité, mais moins, dans A.

  • 48 Voir ci-dessous, p. 130-132 et 163 s.
  • 49 Ci-dessous, p. 121.

20Ne reproduisant pas tous les écarts de la famille romaine, nous ne lui avons pas moins réservé une place privilégiée, pour donner une image plus précise de la transmission, face aux recentiores, qui ne sont cités qu’en supplément, ou lorsque la leçon ne se trouve pas ailleurs48. Quelques leçons de la famille romaine ont été indiquées, quand même on n’a pas considéré qu’elles fournissaient un texte authentique, pour leur importance soit dans l’histoire de la tradition philologique moderne et la constitution du texte (voir au vers 200)49, soit pour les déformations probables (voir aux vers 310 ou 920).

  • 50 Sur la détérioration considérable du texte des scholies dans R et dans M (qui existent seuls dans (...)

21Les raisons qui nous ont fait renoncer à un relevé systématique des leçons de la famille romaine n’impliquent pas de doute sur l’authenticité de certaines d’entre elles, connues seulement par le groupe GRQ, détaché comme tel par un contaminationniste (cf. Dawe), aussi bien que par les stemmatistes, ni sur l’existence d’un noyau homogène de la famille, pourtant disparate50. Nous avons fait un tri, et retenu comme une information d’appoint ce qui nous a paru indispensable, ou parfois simplement utile, pour une juste appréciation des variantes. Le jugement qu’exprime la décision porte sur la qualité relative (à côté de L ou L + A), non sur l’authenticité de certaines leçons anciennes. L’utilisation repose sur une sélection préalable. Nous n’avons pris la résolution d’alléger l’apparat qu’après avoir travaillé en un premier temps avec toutes les leçons de GR (Φ), partout.

Notre édition n’offre pas de collation nouvelle pour G et R

  • 51 Quelques inexactitudes dans une tranche du texte (v. 38 à 55) sont relevées (d’après une planche d (...)

22Le manuscrit G n’a pas été relu pour cette édition ; les indications dépendent, comme pour R et les recentiores des éditions de Dain et Colonna, et de Dawe (moins erronée que celles de Dain et Colonna)51. Dans les (rares) cas indécidables, l’incertitude est signalée (voir, par exemple, au vers 204).

Corrections et variantes

23On peut, en analysant les leçons de GR adoptées dans notre édition, distinguer trois groupes.

241. Les cas où ces manuscrits apportent manifestement une bonne correction qui n’est pas ailleurs (LɅ ou A), mais aurait pu être trouvée indépendamment.

  • 52 Moschopoulos, selon Turyn, Manuscript Tradition, p. 22.

25Vers 657. λόγω est la leçon retenue par A (A et LA)52 ; L a λόγον, ce qui semble bien être une faute phonétique pour -ων. Elle est corrigée aussi dans CFPV (cf. Dawe).

  • 53 Hermann, avec Elmsley, d’après la lecture de Dresd. b. (= Da. 22 ; cf. Turyn, op. cit., p. 193 s.  (...)
  • 54 L’entrée ne figure ni dans notre apparat ni dans celui de Dawe ; l’itacisme est corrigé dans L.
  • 55 Pour les différences entre A et LA, voir ci-dessus, p. 85.
  • 56 La variante (amétrique) semble être une correction byzantine.

26Vers 695. οὔρισας corrige οὔρησας (ainsi que l’avait fait H. Estienne). La leçon est aussi dans un papyrus et Eustathe. Voir aussi v. 838 : τίς GR (avec de nombreux autres manuscrits et L53) pour τῆς (Lac A)54. Pour la même confusion (dans l’autre sens), voir le vers 1182 où G (avec Xr) a έξήκοι2 contre ἐξίκοι (notamment L et A) ou έξίκοιτο (OD) ; entre η (ηι) et ει, v. 1262 : κλῆυρα GR, comme Brunck, est aussi dans LA, contre κλεῖυρα LA55 ; entre ε et αι, v. 1264 : G in l. confirme ἐώραις dans LAc (et Eusth.), avec Brunck, contre αἰώραις G s.l., R et recc56.

27Dans tous ces cas, une correction d’éditeur ou de philologue a été anticipée.

282. Là où le texte est arrangé différemment, les divergences, qui ne sont pas grandes, impliquent certes une interprétation, mais elles peuvent être tirées, à peu de chose près, des lettres telles quelles sont transmises ailleurs ; ces leçons sont parfois visiblement moins normalisées (lectiones difficiliores).

  • 57 Voir ci-dessus, p. 72, n. 2. La même probabilité est acceptée au vers 917. Le groupe GR se disting (...)

29Vers 175. ἅπερ, face à ᾇπερ (LAA) amétrique, est dans GR et la plupart des manuscrits, mais sans doute aussi dans L (ac)57.

30Vers 528. Deux δέ consécutifs (ἐξ ὀμμάτων δ’, ὀρϑῶν δὲ...), n’ont pas été maintenus ailleurs que dans GR (on les trouve aussi dans NO, cf. Dawe).

31Vers 598. αὐτοῖσι παν, face à αὐτοῖς (ou αυτούς) ἅπαν ou απαντ’, n’est, dans cette combinaison, que dans GR.

  • 58 Cf. Brunck, Hermann ou Jebb. Voir le comm., II, p. 516 ; III, p. 1092.

32Vers 840. ταῦτ’ est dans R et un certain nombre d’autres témoins (CHPaVXrZcZr, Dawe), contre ταὔτ’, qu’ont préféré les modernes58. Choix d’éditeur. Le cas, comme ailleurs, est presque indécidable ; la correction ταὐτά est peut-être préférable.

  • 59 Voir Hermann, qui ne l'adopte pas : Triclinii recensio (écartée par Brunck).

33Vers 917. Sont en balance, ἢν avec le subjonctif, εἰ avec l’optatif (ou l’indicatif). Dans Lac, il semble que la seconde des constructions est choisie59, comme dans GR et T.

34Vers 1307. L’itération de l’exclamation aἰaῖ est dans GR, avec un papyrus.

  • 60 Voir encore Erfurdt et Hermann, avec leurs manuscrits, contre la vulgate τί δή ποτ’ de Brunck.

35Vers 1337. Avec une série de manuscrits (cf. Dawe), G et R ont τί δῆτ’, selon le mètre, contre τί δήποτ’ dans L, A et d’autres (la syllabe est surnuméraire)60.

  • 61 En 1833, Hermann, reprenant sa proposition, ne discute pas cette demi-confirmation mais, pour la r (...)
  • 62 Voir, ci-dessous, le papyrus, p. 151, n. 6.

36Le vers 200 est plus difficile à interpréter. Hermann, selon la nécessité de la responsio, a rétabli τòν ῶ τᾶν (... ἀστραπᾶν) contre τòν ῶ des manuscrits qu’il avait (en 1823), et Brunck61. G et R ont τᾶν ώ avec l’omission de τόν. L’interversion pourrait conserver les traces de la leçon restituée62.

  • 63 Voir le comm., III, p. 1058.
  • 64 De Marco, 1937, p. 145 (ὃς τε GMR). La leçon est corroborée par ὥστε dans une glose de L (LΣ).
  • 65 Voir ci-dessus, p. 48.

37Parfois, on trouve une variante qui vient en corroborer une autre dans la famille de L. Au vers 35, ὅς τ’ peut être défendu contre ὅς γ’63. On lit ὅς τε dans le lemma des scholies de G et R64. Au vers 464, G porte in linea εῖδε, pour εῖπε (s.l.) ; la leçon fait comprendre le commentaire de la scholie dans L65.

38Restent alors une ou deux leçons (v. 525 ; voir v. 1310) pour lesquelles le texte est proprement tributaire de GR (la première est plus certaine que la seconde). Dans deux autres cas (v. 957,1061), ces manuscrits confirment une variante connue par L (que nous avons adoptée au vers 957).

  • 66 Honestatem priscam comprobat locus qualis O.T. 525 (Praef., p. VII).
  • 67 Voir la liste de manuscrits du côté de τοῦ πρός et de l’interversion πρòς τοῦ (dont A), dont Mosch (...)
  • 68 La leçon est aussi dans K (cf. Bellermann ; Metlikowitz, p. 263 ; Turyn, op. cit., p. 167).
  • 69 Les modernes ont souvent hésité ; voir par exemple Campbell (τοῦ πρòς) ou Jebb, qui est passé d'un (...)

39Vers 525. La leçon de GR doit être préférée. Pour Dawe, c’est le fleuron (ou l’un des fleurons) de la famille66. La « faute » dans L, τοῦ πρòς pour τοὗπος, est attestée pour l’Antiquité par un papyrus. La variante, qui est une correction, est donc ancienne. Les Byzantins n’ont pas adopté la variante de G ; ils ont souvent interverti les mots de L, en normalisant comme A, sans changer le sens67. S’ils ont connu τοὗπος, sans l’avoir souvent accepté68, ils n’ont pas considéré que la leçon était supérieure : τοὗπος doit avoir été transmis à côté d’un autre texte (τοῦ πρòς)69 ; sinon il faudrait admettre qu’on a affaire à une conjecture, assez improbable. Elle supposerait qu’on se fût avisé de réparer une faute consécutive à une mauvaise division de τουπρος, et qu’on eût supprimé la lettre qui était en trop.

  • 70 Voir le comm., III, p. 901 s. Jebb estimait que διαπέπταται, « in the later MSS. », était une faut (...)
  • 71 L’apparat de Dawe montre que, des deux séries qu’il distingue, la plus éloignée de L (son « aile g (...)
  • 72 Voir la liste dans l’apparat de Dawe.

40Vers 1310. Si l’on retient (sans certitude) la forme διαπέπταται, comme nous l’avons fait70, plutôt que διαποτᾶται (Colonna ou Dawe, avec le pap. pc), elle est un doublet de διαπέταται dans L et A (suivis d’autres manuscrits ; elle est peut-être dans le pap. ac ; les Byzantins sont partagés entre les deux leçons)71. Le deuxième π a pu se perdre dans d’autres familles, et être conservé dans GR, ou être rétabli dans GR (comme dans d’autres manuscrits)72.

  • 73 Dawe, dans son apparat, tranche pour σημάντωρ (verum... dans l’apparat), contre Colonna : glossa f (...)
  • 74 Lisant la leçon dans L, Elmsley se dit séduit par le participe ; Hermann (1833) ne le suit pas.
  • 75 La leçon Lac n’est que probable, voir ci-dessus, p. 72.
  • 76 Si l’on suit l’indication de Dawe, Gs γρ, contre Turyn, Dain, Colonna.
  • 77 Manuscript Tradition, p. 123.

41Vers 957. On peut préférer σημήνας73 (les éditeurs se sont partagés depuis Elmsley)74. σημάντωρ a été retenu dans les recensions byzantines (cf. A LA). Le participe est dans L (et Pa, cf. σημάνας Zc) et GR75 ; l’autre leçon (de A) est une variante introduite par le diorthotès dans L et dans les scholies de G76. Les éditeurs byzantins ont, il semble, corrigé le texte d’après une leçon qu’ils ont prise dans les scholies, ou trouvée dans d’autres manuscrits. G et R sont libres en certains endroits des changements qui ont été importés ailleurs. L’analyse de Turyn (« double reading »)77 ne se limite pas nécessairement à λ et ρ. Une variante, qui n’a pas été retenue dans le texte de λ et p, a été préférée par les éditeurs byzantins.

  • 78 Il connaissait le manuscrit L indirectement par l’édition des scholies de Lascaris.
  • 79 Scholies de L et MR. Voir aussi ci-dessus, p. 47 s.

42Vers 1061. Brunck a corrigé ἒχω en ἐγώ d’après les scholies contre l’Aldine et « les manuscrits » (voir A)78. Les éditeurs plus récents ont retrouvé la leçon dans les manuscrits de la famille romaine, où ἒχω cependant figure également comme variante (Rγρ). Turyn y voit un témoignage en faveur de la présence des deux leçons dans l’ancêtre commun. A-t-elle été dérivée des scholies79 ?

  • 80 Pour K, voir Turyn, Manuscript Tradition, p. 167.

43Si πλάνοις du vers 67 est dans GR (l’apparat de Dain et de Colonna est muet ; mais cf. Dawe), comme dans le palimpseste, l’alternance des deux formes (-οις, -αις) apparaît plus clairement encore comme une variante ancienne. Notre choix trace forcément quelques frontières arbitraires. Certaines variantes secondaires dans GR comme, par exemple, σάς δ’ pour σάς (v. 295, aussi dans K et H)80 ont peut-être été évacuées à tort avec l’amas des fautes matérielles.

Cas problématiques

  • 81 Op. cit., p. 122 : « two alternative possibilities were recorded, σύ and εύ ». λ aurait choisi εὖ, (...)
  • 82 C’est douteux. L’interprétation (Manuscript Tradition, p. 122) n’est pas bonne, καλῶς paraphrase ε (...)
  • 83 On aurait une itération sémantique impossible, εἰς καλòν εύ τ’.
  • 84 Manuscript Tradition, p. 122 s.
  • 85 Voir Colonna, p. 195 (commentarium).
  • 86 G par inadvertance ne reproduit pas la variante mais la leçon qu’il avait déjà copiée.
  • 87 Voir déjà les doutes signalés par West, 1977, p. 266.
  • 88 D’après l’édition de Grenfell-Hunt (vol. 1,1898), on lit un λ ou un a au-dessus de la ligne ; le δ (...)

44Vers 78. σύ εὖ GR pour σύ. Turyn suppose que la translittération de ΣΥ a produit deux lectures, εὖ (cf. LacΛ, mais aussi plusieurs recc.) et σύ, réunies dans la famille romaine81. Il pense trouver trace de la mauvaise lecture, corrigée selon lui par Moschopoulos, dans la scholie du même auteur82, σύ est dans A et LA. Ou bien la leçon authentique σύ est anciennement transmise, et corrigée dans une tradition (λ) d’après l’autre (ρ) ; ou bien la présence de σύ, à côté de εὖ, dans GR témoigne d’une tentative byzantine, plus ancienne que A et G, d’interpréter la faute εὖ83. La bonne leçon dans A est soit ancienne (ne reproduisant pas la faute de L), soit conjecturale. Au vers 429, l’accord entre la variante en fait inintelligible, προσπόλου dans GR (leçon de R, var. γρ dans G) et un papyrus est douteux. Turyn84 et Colonna85 attribuent la leçon au modèle de GR ; la variante tautologique γρ πρòς τούτου dans G est interprétée comme un témoignage en faveur de la leçon attestée dans R86 ; Colonna retrouve en outre un λ au-dessus du deuxième τ de προστουτ[ dans le papyrus87 (Dawe est plus hésitant dans sa deuxième édition Teubner). L’incertitude (au sujet de la leçon de G) se fortifie par l’autre (au sujet du papyrus)88.

Éventualités

45Vers 542. R (avec F2pc et V) a ζητών pour ϑηρᾶν (ζητοῖν Fac) ; G1 écrit ϑηρᾶv ex correctione (avec C2). ζητούν est possible. La variante est-elle probable ?

46Vers 570. Si l’on retient τοσόνδε γ’, on est tenté de considérer cette graphie de GR comme une variante, voire l’unique bonne leçon. Si c’est τò σòν δέ γ’, elle pourrait être due à une correction d’éditeur, annulant une fausse division.

47Vers 1144, προς τί τοὗπος ἱστορεῖς τόδε ; (GR et Ο), pour...τούτο τοὗπος ἱ., est difficile. On prend le second parce qu’on suit L (d’abord). Difficile aussi de savoir si c’est une variante, ou si l’un des deux est une adaptation postérieure.

48Vers 1242, ἵκετ’ (G et A) pourrait être une variante (inférieure) face à ἵετ’ (L et R).

Notes

1 Voir Turyn, Manuscript Tradition, p. 103,110 ; Dain, « Introd. », p. XXXIXs. ; Colonna, Praef., p. XV ; Papageorgius (Praefp. XI) le dit du XIVème siècle, après Dindorf (voir ci-dessous, p. 112, n. 2). Il n’a pas été jusqu’à la fin du manuscrit. La collation des scholies a été reprise par De Marco, 1937, p. 105-190.

2 Voir Dain, p. XXXIX ; A. Turyn, Dated Greek Manuscripts of the Thirteenth and Fourteenth Centuries in the Librarie s of Italy, vol. I, p. 42-47, et les planches 26 et 27 du vol. II. L’interversion dans l’ordre de la triade (Oedipe roiÉlectre) pourrait provenir d’une transcription particulière des rouleaux sur codex (Blanchard, « Choix antiques », 1989, p. 187).

3 Discussion sur la localisation, Turyn, Manuscript Tradition, p. 111 s. Le texte de l’obit, p. 110, et Dated... Manuscripts, p. 43 : ’ Ιωάννης τοῦ ἀπò Κραπιλλ (...), peut-être Carpino. L’écriture « points clearly to the Terra d’Otranto as his origin » ; sur cette origine « otrantaise » ou « salentine » du manuscrit, voir l’article de A. Jacob, « Les écritures de terre d’Otrante », dans : La paléographie grecque et byzantine, p. 269-281 (voir p. 278), et J. Irigoin, « La tradition manuscrite des tragiques grecs dans l’Italie méridionale au XIIIème siècle et dans les premières années du XIVème siècle », dans : Bisanzio e l’Italia, p. 132-143 ;voir p. 133, pour la rareté du parchemin qui explique la réutilisation de deux livres liturgiques ; p. 135, pour l’origine de l’écriture (Terre d’Otrante). Le plus important, dans l’horizon de nos propres observations, est le travail de révision situé à date ancienne : « la famille romaine n’était qu’un rameau détaché de la classe ψ au terme d’une révision à laquelle est associé le nom de Jean Tzetzès » (p. 138).

4 Chisianus, Chig. (de la collection Chigi) chez Campbell, Pearson.

5 Turyn, p. 103, n. 106, cite un jugement de N. Schow, dans un ouvrage publié à Rome en 1788, sur l’utilité du manuscrit, dont le XIXème siècle n’a guère tiré profit (cf. De Marco, 1936, de R et M : « del tutto ignoti », p. 5 et n. 3).

6 Les pièces dans l’ordre : Ajax, Oedipe roi, Philoctete, Électre, Antigone, Oedipe à Colone, Trachiniennes, avec les scholies. Turyn, Manuscript Tradition, p. 103 s. ; Dain, p. XL ; Colonna, p. XVI (voir aussi du même auteur : « De codice quodam Sophoclis antiquissimo », 1940, p. 270-280 ; discussion de Turyn, p. 110, n. 118, contestant la date du Xème/XIème siècle pour la source de RM) ; De Marco, Rome, 1952 (voir p. 92, n. 3), p. IV. Colonna donne une liste sélective de divergences dans GR, face à la famille laurentienne (trois pour Oedipe roi, v. 199, 397,525), afin d’en défendre l’importance contre P. Maas (compte rendu de Turyn, 1953, p. 441), pour qui les divergences avaient une origine probablement conjecturale ; le vers 800 pouvait avoir été pris dans un florilège byzantin, et ainsi provenir de la tradition indirecte. C’est la discussion qui s’est engagée, autour de la thèse de Turyn, sur l’ancienneté des leçons dans A.

7 Sur les scholies de R et leurs relations avec celle du manuscrit de Modène, voir De Marco, 1936, p. 12, 15 s.

8 « Premières années du XVIème siècle », Dain, p. XLI.

9 Turyn, Manuscript Tradition, p. 103 s. ; Dain, « Introd. », p. XL s. ; Colonna, p. XIXs. A la suite des scholies anciennes, il comporte d’une autre main des notes de Thomas pour les pièces de la triade (Oedipe roi, v. 1-1111), op. cit., p. 68 ; elles n’ont pas été reprises, il semble, par Longo ; De Marco, 1952, p. V.

10 1936, p. 5 s.

11 Voir le stemma reproduit, Manuscript Tradition, p. 119 et p. 137, complétant (pour Q) celui de De Marco, 1936, p. 21. M et R étaient des jumeaux, dérivant de ρd, avec des fautes non partagées par G (p. 118 s.) ; cf. Irigoin, 1982, p. 132 (le modèle de R et M : « très proche de G »),

12 La date de la deuxième moitié du XIIème siècle que Colonna assigne à la source, en raison de l’utilisation de commentaires de Tzetzès dans les scholies (p. XVI, d’après les études qu’il mentionne de F. Bevilacqua), pourrait être celle de cet intermédiaire (cf. Turyn, Manuscript Tradition, p. 118-120).

13 ρa dans le stemma de Turyn est l’ancêtre de ρb et de la source commune des manuscrits qu’il classe sous le sigle ψ. Voir les restrictions apportées par Dawe, Studies, I, p. 3-26.

14 Dietz, 1967, p. 246 s. Il faut tenir compte de l’observation de Dain, « Introd. », p. LIII, n. 1 (« une cote générale notant une leçon de famille reconstituée »). West (1980, p. 365) rappelle la distance de deux siècles qui sépare la confection de R de celle de G.

15 Dawe situe, pour la triade, la famille avec les huit manuscrits plus disparates, entre les deux extrêmes de L d’un côté, et le groupe de A de l’autre (voir ci-dessus, p. 60). L’ensemble est peu homogène, dérivé de « trois ou quatre modèles, comparables à L au plus », Praefatio (B.T.), p. VII.

16 Voir les additions introduites par Hermann dans ses notes, dans l’édition de 1833. V. 543 : non male κάντί ; v. 630, 635, etc. Ci-dessous, n. 4.

17 Voir ci-dessus, p. 20. L’indication sur la publication des leçons (Dindorf dans le 2ème volume des scholies, 1852) chez De Marco, 1936, p. 4, n’est donc pas exacte (s’agissant du texte et non des scholies).

18 K était alors daté du XIVème siècle. Pour Dindorf, 1860, vol. I, p. VII, les leçons de L y étaient, en dépit de détériorations, souvent reproduites avec soin. Manière d’interpréter la parenté des familles. Voir ci-dessous, p. 126 s.

19 Pour prendre l’exemple du vers 525, τοὗος est connu, par G et K, de Hermann (1833), puis adopté par beaucoup d’éditeurs (cf. Wolff-Bellermann ou Jebb). Voir aussi ci-dessous, pour le vers 200, p. 121 et n. 3.

20 Par Herwerden ou Heimsoeth. Voir ci-dessous, p. 121 s. Au vers 957, G n’était pas une autorité suffisante pour faire considérer σημήνας (cf. Bellermann). Exemple type d’une variante ancienne, remontant à deux textes.

21 Lipsius (p. 12 s.), établissant la différence des erreurs dans L et G, s’appuie sur la différence des scholies pour défendre l’autonomie de la famille de G, rejetant la dépendance de la Souda à laquelle Dindorf avait eu recours (il concluait à une utilisation d’un modèle semblable à celui de G et L par le lexicographe). G provenait du même archétype que L ; il était plein de variantes (les double-readings de Turyn) ; L les reproduit plus largement. Elles expliquent aussi certaines leçons composites (dont σὺ εὖ, v. 78, infra, p. 123 s., pourrait fournir un exemple ; Lipsius ne l’a pas retenu dans la confrontation de L et G pour les vers 1-300 d’Oedipe roi, p. 10 s.).

22 Il avait évoqué la possibilité que les divergences non conjecturales dans p pouvaient provenir de citations d’auteurs anciens utilisés par les érudits byzantins (ci-dessus, p. 110, n. 3) ; voir encore Lloyd-Jones (en 1956, c.r. de Mazon-Dain, vol. 1) ; réponse de Van der Valk, 1956.

23 Errores separativi, Maas, Textual Criticism, p. 42 s.

24 Op. cit., p. 276.

25 Loc. cit., 1953, p. 441.

26 Du côté de la transmission ouverte, aussi bien (voir ci-dessous, p. 114 s.).

27 On peut citer la contribution de 1927 (« Schicksale der antiken Literatur in Byzanz »), tome 3 du manuel de Gercke-Norden, traduite par G. Pasquali en appendice de son ouvrage Storia della tradizione e critica del testo, 2ème éd., 1971, « Sorti della letteratura antica a Bizanzio », p. 487-492 (l’article a été mis à jour par l’auteur) ; voir sur ce point en particulier, p. 491 : peu d’activité philologique indépendante ; faisant rarement reconnaître les conjectures comme telles, les Byzantins ont le plus souvent détérioré le texte — obscurcissant la tradition. Le point de vue est déterminé par l’attente d’un apport supposant l’activité moderne. Sur les notations de l’origine, les distinctions qui sont faites maintenant sont plus nuancées (Dawe, Studies, I, p. 56).

28 Voir ci-dessous, p. 115 s. Turyn, Manuscript Tradition, p. 115-117.

29 Turyn, op. cit., p. 124.

30 Op. cit., p. 17. Voir ci-dessus et la référence citée η. 1.

31 Op. cit., p. 16 et 17.

32 Studies, I, p. 94-96.

33 Préface de son édition (O.C.T.), p. XII :... tot erroribus et foedis interpolationibus scatet...

34 Dawe (Studies, I, p. 95, n. 1) cite un jugement similaire de Kaibel. Voir aussi sa propre préface (B.T.), p. VII.

35 Cf. ci-dessus, p. 109.

36 Turyn, Manuscript Tradition, p. 104.

37 Studies, I, p. 95 (les interpolations pour Dawe coexistent avec de bonnes leçons dans ses 19 manuscrits). West, 1977, p. 266 (« les corrections pouvaient remonter à un exemplaire du XIIème siècle »). Irigoin, 1978, p. 723 (approuvant Dawe, contre Turyn et Maas ; soulignant la présence du nom de Tzetzès dans les scholies du groupe ; voir ci-dessus, p. 109, n. 3). Easterling, 1973, p. 251, ne conteste pas la possibilité : « free enough from interpolation to be taken seriously ».

38 Dans les termes de la remarque de Dain, Les manuscrits, p. 169, G serait à la fois « bon », par ce qu’il conserve, « mauvais » par le manque de soin dans la reproduction, et « altéré » par les remaniements.

39 Studies, I, p. 95.

40 Studies, I, p. 56 s., p. 109, n. 3.

41 Contre Dawe ; ou West, 1977, p. 266, situant la lacune à une période antérieure à l’archétype (« a clumsy repair of a lacuna... already incorporated in the archetype »).

42 C’est vrai pour Jebb, et avant lui ; ci-dessus, p. 55. Le jugement de Lipsius (1860), réhabilitant G, est irrécusable : permulta librarii alucinationibus corrupta (p. 9) ; il dresse sa liste, omissis eis Γ erroribus, quorum usus nullus est et varietate ad προσωδίαν pertinente, qua in re Γ non satis accurate collatus est (p. 10).

43 1972, p. 125.

44 Loc. cit., p. 126, 128. Par exemple au vers 444, ἐγώ π contre άεί L et RQ, ou au v. 853, σαυτòν π contre αὐτόν LRQ, etc.

45 Loc. cit., p. 127 s., 130,138. Vers 652, μ’ ἔχει contre σ’ ἔχει dans π ; voir encore v. 1110, 1124.

46 Studies, III, p. 72 ; voir Irigoin, 1980, p. 52. Ci-dessus, p. 63 s.

47 Voir le jugement sévère de Pearson, cité ci-dessus, p. 114, n. 6, soulignant l’importance des interpolations :... foedis interpolationibus scatet Γ, à savoir G, ut ne minima quidem fide dignus sit.... ; Dawe (B.T.), Praef., p. VIII, qui, pourtant, les a incluses : erroribus quidem hi scatent, praesertim Q (à côté de G et R).

48 Voir ci-dessous, p. 130-132 et 163 s.

49 Ci-dessous, p. 121.

50 Sur la détérioration considérable du texte des scholies dans R et dans M (qui existent seuls dans Oedipe à Colone pour la famille p), voir De Marco, 1952, op. cit., p. XIII. Pour la différence entre G et MR, 1936, p. 16 ; et pour l’influence, limitée selon Turyn, de recensions différentes dans R et Q, Manuscript Tradition p. 120 s.

51 Quelques inexactitudes dans une tranche du texte (v. 38 à 55) sont relevées (d’après une planche de Turyn) par Irigoin, 1978, p. 724 s. Les erreurs dans la collation des manuscrits de la famille sont si nombreuses dans l’édition Budé qu’on ne peut que partager l’étonnement de Colonna (il est vrai qu’elles ne se limitent pas à ce groupe de manuscrits). Voir Praefatio, p. XIV, et les exemples de mauvaises lectures dans la note 3 ; il dit qu’il signale les erreurs là où il est le premier à publier les bonnes leçons, sauf pour Ajax et Philoctete, où il s’en remet aux études de P.E. Easterling (1967 et 1969). En réalité, les vérifications faites sur L et A montrent que Colonna reprend très souvent l’apparat de Dain, sans le corriger ; s’il redresse certaines erreurs, il en ajoute d’autres (ci-dessous, p. 164, η. 1). Voir aussi les corrections apportées par H. Dietz, 1967, p. 246 s., pour le Philoctete et Oedipe à Colone.

52 Moschopoulos, selon Turyn, Manuscript Tradition, p. 22.

53 Hermann, avec Elmsley, d’après la lecture de Dresd. b. (= Da. 22 ; cf. Turyn, op. cit., p. 193 s. : pour Oedipe roi, c’est un texte ancien) et Zs.

54 L’entrée ne figure ni dans notre apparat ni dans celui de Dawe ; l’itacisme est corrigé dans L.

55 Pour les différences entre A et LA, voir ci-dessus, p. 85.

56 La variante (amétrique) semble être une correction byzantine.

57 Voir ci-dessus, p. 72, n. 2. La même probabilité est acceptée au vers 917. Le groupe GR se distingue du reste, en raison du choix que font Dain ou Colonna au v. 175. Hermann choisissait (pour le mètre) ἅπερ, d’après les manuscrits de Dresde (Da. 21,22), Turnèbe et les éditions qui le suivent (Estienne, Canter, etc.), contre la nouvelle vulgate (ᾇπερ) de Brunck.

58 Cf. Brunck, Hermann ou Jebb. Voir le comm., II, p. 516 ; III, p. 1092.

59 Voir Hermann, qui ne l'adopte pas : Triclinii recensio (écartée par Brunck).

60 Voir encore Erfurdt et Hermann, avec leurs manuscrits, contre la vulgate τί δή ποτ’ de Brunck.

61 En 1833, Hermann, reprenant sa proposition, ne discute pas cette demi-confirmation mais, pour la responsio, l’absence de ὦ devant Ζεῦ in optimo codice Flor. Γ.

62 Voir, ci-dessous, le papyrus, p. 151, n. 6.

63 Voir le comm., III, p. 1058.

64 De Marco, 1937, p. 145 (ὃς τε GMR). La leçon est corroborée par ὥστε dans une glose de L (LΣ).

65 Voir ci-dessus, p. 48.

66 Honestatem priscam comprobat locus qualis O.T. 525 (Praef., p. VII).

67 Voir la liste de manuscrits du côté de τοῦ πρός et de l’interversion πρòς τοῦ (dont A), dont Moschopoulos serait l’auteur (pour Turyn, Manuscript Tradition, p. 22).

68 La leçon est aussi dans K (cf. Bellermann ; Metlikowitz, p. 263 ; Turyn, op. cit., p. 167).

69 Les modernes ont souvent hésité ; voir par exemple Campbell (τοῦ πρòς) ou Jebb, qui est passé d'un choix à l’autre. Hermann, en 1833, disposant de l’information par Dindorf pour G et K, ne l’a pas adoptée, mais lit τοῦ πρòς contre « la vulgate » (πρòς τοῦ). Turyn ne donne pas cet exemple parmi les erreurs distinctives de λ ; c’était une variante.

70 Voir le comm., III, p. 901 s. Jebb estimait que διαπέπταται, « in the later MSS. », était une faute pour διαπέταται, que, dans le commentaire, il considère comme corrompu pour des raisons métriques.

71 L’apparat de Dawe montre que, des deux séries qu’il distingue, la plus éloignée de L (son « aile gauche ») va ici avec l’« aile droite » (LΛ), alors que l’autre, avec GR, au milieu (Praef., p. VII), pourrait suivre une tradition différente.

72 Voir la liste dans l’apparat de Dawe.

73 Dawe, dans son apparat, tranche pour σημάντωρ (verum... dans l’apparat), contre Colonna : glossa fuit.

74 Lisant la leçon dans L, Elmsley se dit séduit par le participe ; Hermann (1833) ne le suit pas.

75 La leçon Lac n’est que probable, voir ci-dessus, p. 72.

76 Si l’on suit l’indication de Dawe, Gs γρ, contre Turyn, Dain, Colonna.

77 Manuscript Tradition, p. 123.

78 Il connaissait le manuscrit L indirectement par l’édition des scholies de Lascaris.

79 Scholies de L et MR. Voir aussi ci-dessus, p. 47 s.

80 Pour K, voir Turyn, Manuscript Tradition, p. 167.

81 Op. cit., p. 122 : « two alternative possibilities were recorded, σύ and εύ ». λ aurait choisi εὖ, p l’un et l’autre, σύ εὖ. « Of course, the true reading is σύ ». Le rétablissement est plus ancien que Moschopoulos.

82 C’est douteux. L’interprétation (Manuscript Tradition, p. 122) n’est pas bonne, καλῶς paraphrase εἰς καλόν, et κατὰ τòv προσήκοντα χρόνον, le deuxième membre oἱ δέ τ’ άρτίως...

83 On aurait une itération sémantique impossible, εἰς καλòν εύ τ’.

84 Manuscript Tradition, p. 122 s.

85 Voir Colonna, p. 195 (commentarium).

86 G par inadvertance ne reproduit pas la variante mais la leçon qu’il avait déjà copiée.

87 Voir déjà les doutes signalés par West, 1977, p. 266.

88 D’après l’édition de Grenfell-Hunt (vol. 1,1898), on lit un λ ou un a au-dessus de la ligne ; le δ de West n’a rien de certain. Voir aussi, en faveur de λ, W. Crönert, « Literarische Texte mit Ausschluss der christlichen », 1900-1901, p. 110. Il n’y a guère de quoi poser un προσπόλου, afin d’établir un accord ancien avec R. Voir ci-dessous, p. 150, n. 4.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search