Version classiqueVersion mobile

L’Œdipe Roi de Sophocle. Tome 1

 | 
Jean Bollack

La matière du texte. Les manuscrits et les éditions

5. Le Parisinus A

Texte intégral

Le Parisinus 2712 (A). Son modèle, sa date

  • 1 Elmsley, puis Dindorf, ont regretté les négligences de Brunck dans la collation de A. Cf. Elmsley, (...)
  • 2 Par. A, distingué notamment, au XIXème siècle, de Par. B. (Paris. gr. 2787 = Zn) et Par. T (Paris. (...)
  • 3 La succession des pièces, qui réunit les trois thébaines au centre, paraissait à Wilamowitz répondr (...)
  • 4 Turyn, en relevant les apographes de A, constate la trace d’une présence du manuscrit à Venise en 1 (...)
  • 5 Les trois colonnes, les rares scholies, les gloses inexistantes ; compte rendu d’Aubreton (1949) et (...)

1Le Parisinus gr. 2712, noté A, depuis Brunck1, et le XIXème siècle2, fait partie d’un volume qui contient six tragédies d’Euripide, les pièces de Sophocle (la triade est suivie, dans l’ordre, d’Antigone, Oedipe à Colone, Trachiniennes, Philoctète)3, et sept comédies d’Aristophane ; le manuscrit est entré à la bibliothèque royale avec le fonds de Mesmes en 173l4. Oedipe roi occupe les pages 139 à 152. Le texte est disposé sur trois colonnes ; trois vers se suivent à la même hauteur de la page, sur la même ligne. J. Irigoin a repris l’étude de cette disposition ; elle ne représente pas une configuration plus ancienne que la colonne entourée de scholies5.

  • 6 Le texte, pour Turyn, est postérieur aux travaux de Moschopoulos, Thomas et Triclinius, dont A (ou (...)
  • 7 Turyn, ibid.
  • 8 Voir, 1958, p. 161 et p. 168, n. 3 ; voir aussi Euripides, p. 89, n. 146 : « thus, on internai grou (...)
  • 9 Voir, par exemple, Jebb, p. LVI ; Pearson ; Masqueray, « Introd. », p. XVI. L’opinion n’était pas g (...)
  • 10 1958, p. 168, n. 3, Euripides, p. 89, n. 140, avec l’argument post quem portant sur la présence des (...)
  • 11 Dans la Préface du fac-similé.
  • 12 Koster, 1956, p. 171, n. 1. Turyn avait d’abord (Traditio, 1944) opté pour la date ancienne comme D (...)

2Turyn, faisant dépendre le texte de A, à savoir la classe Parisienne (AUY = π), de la recension moschopouléenne6, renversant l’appréciation séculaire de ce manuscrit7, a proposé une date assez tardive, le deuxième quart du XIVème siècle8, alors qu’on l’avait auparavant attribué à la deuxième moitié du XIIIème9. Dans sa réplique10 à Dain et Irigoin, Turyn, défendant la date tardive, invoque l’autorité de E.M. Thompson11 pour la main de A dans L, et l’avis de Koster. Depuis, on est revenu sur ce jugement paléographique, visiblement influencé par la thèse soutenue12.

  • 13 « Introd. », p. XLVI. Hypothèses sur le modèle de la classe : un témoin des deux autres familles, s (...)
  • 14 Voir Les manuscrits, p. 115. A côté de la translittération d’un manuscrit déjà « savant » du Vème s (...)
  • 15 Voir son compte rendu de l’ouvrage de Turyn, 1954, p. 105.

3Dain, tentant de situer l’archétype de la famille parisienne π (α pour d’autres), le voit « rapproché dans le temps de l’ancêtre commun des deux premières familles » (λ et ρ) ; il représente le même type d’édition critique13. Face à l’archétype qu’on construit, comme une édition savante entourée de scholies, pour les branches LA et GR, on peut imaginer un état plus ancien sans scholies, un autre « Sophocle », selon Dain14. Les conclusions de Rattenbury, s’opposant à la thèse de Turyn, sont comparables ; il propose de faire dériver π, au même titre que λ et p, d’un unique archétype, écrit en minuscules, pourvu de variantes en marge15. Il est certain que le texte du (ou des) modèle(s) est considérablement altéré, que l’état que nous lisons dans A est marqué par un travail grammatical byzantin important ; il faut donc s’interroger sur la relation entre la disposition matérielle, si elle n’est pas indépendante et donc fortuite, et le caractère savant, ou du moins scolaire, du texte ; l’absence d’un corps nourri de scholies, en dépit de la forme qui y renvoie, pourrait confirmer indirectement la priorité accordée au travail critique sur le texte.

  • 16 Voir ci-dessous, p. 126 s., 127 s.
  • 17 Voir Dawe, Studies, III, p. 22, 36-38.
  • 18 1980, p. 53.
  • 19 Voir ci-dessus p. 59, n. 4 ; Blaydes, « Preface », p. XXXVII.

4L’utilisation fréquente de L dans des manuscrits postérieurs, comme Zc et K16, dont on a fait beaucoup état17, est interprétée par Irigoin18 comme un indice à côté d’autres, tel le témoignage de Triclinius19 ou le travail de A sur L, de l’utilisation des manuscrits anciens au XIIIème comme au XIVème siècle. Ce qui vaut pour L, vaut pour un autre modèle de A et de la famille romaine.

Les corrections dans A

  • 20 Voir chez Dain l’indication A2 (v. 107, v.l., il faudrait : corr ; v. 201, v.l., il faudrait : s.l.(...)
  • 21 Et sera publié dans son étude. Nous ne donnons pas d’indications sur la différence des couleurs dan (...)

5Les corrections apportées dans A ne sont étudiées dans l’« Introduction » ni de Dain ni de Colonna. Il semble qu’ils aient reconnu une autre main20. Les caractères que Dain et Colonna retracent pour le modèle de la classe s’appliquent, d’une manière analogue, au travail du scribe même de A si l’on considère qu’il a lui-même relu, vérifié et complété à l’encre rouge (devenue rose pâle) le texte qu’il a copié à l’encre noire (devenue marron clair à partir de la p. 147), introduisant des gloses interlinéaires, quelques scholies dans la marge extérieure, portant quelques corrections. Le relevé de ces interventions a été dressé par M. Hecquet-Devienne21.

A et ses interventions dans le Laurentianus

  • 22 L’encre qu’on observe ne doit pas restreindre la portée de ces différences, bien que la couleur ne (...)
  • 23 Voir les vers 1056 et 1492.
  • 24 On peut supposer que Colonna, dont le principe d’attribution des corrections de L à la main de A se (...)
  • 25 Voir ci-dessus, p. 79.

6Les cas où les corrections apportées par le scribe de A dans L divergent, d’une façon ou d’une autre, du texte retenu dans A ne sont pas isolés22. Il pourrait s’agir à certains endroits d’une autre main que A23. Cependant, la différence des leçons n’est pas en soi un argument qui doive conduire à rejeter l’intervention de A24. Le même grammairien, travaillant à un certain moment, pouvait adopter une solution dans son remaniement qu’il n’avait pas retenue dans son « propre » texte. Réflexions mouvantes. Il arrive à A d’ajouter dans L une variante qu’il a dans son texte, comme au v. 1306. Celle de L est écrite au-dessus du mot dans A. On peut imaginer un échange ; il complète25. A retrace fréquemment, pour plus de clarté, les lettres liées στ dans L (voir v. 257).

Le groupe AUY

  • 26 Le regroupement de Dawe (ADXrXsZr) ne vaut que pour la triade ; voir ci-dessus, p. 60. La « discipl (...)
  • 27 La question est posée par West, 1980, 365. Dawe, Studies, III, p. 12, n’y répond pas clairement ; v (...)
  • 28 Manuscript Tradition, p. 174 ; cf. Dain, p. XLV (U, Y n’apportent de nouveau que des fautes). Sur l (...)
  • 29 Leur utilité est dans l’élimination des fautes propres de A. Voir Studies, III, p. 12. Il n’a été t (...)

7Le manuscrit de Venise U (Marcianus gr. 467) et le Vindobonensis Y (Phil. gr. 48) forment un groupe homogène avec A. U et Y (ils ont aussi les sept pièces)26 ont un ancêtre commun autre que A, qui pourrait être une copie de A27 ; Turyn avait considéré que les trois manuscrits étaient des jumeaux28. La confrontation permet d’identifier les fautes propres à A29.

  • 30 Voir Studies, I, p. 35-37.

8Si les leçons de A de notre édition valent, dans l’optique contaminationniste d’un Dawe, pour tout le groupe homogène ADXrXsZr30, la question de savoir comment celui-ci s’est constitué reste ouverte. Quel système de dépendance ? Utilisation commune d’une source partagée avec la famille parisienne ? Ou bien le travail plus ancien qu’on voit fait dans AUY (antérieur à Triclinius) n’a-t-il pas plutôt été pris pour modèle par les autres ?

  • 31 Easterling, 1960, p. 64, η. 1 : les mêmes branches, mais plus amplement connues.
  • 32 Turyn, Manuscrit Tradition, p. 177 ; p. 181, sur les intérêts de l’éditeur, la critique textuelle, (...)

9L’usage éventuel d’autres manuscrits anciens que ceux connus par nous, qu’on n’exclut pas pour expliquer certaines divergences chez Moschopoulos ou d’autres éditeurs31, peut aussi être supposé pour la famille parisienne, si c’est un « texte édité », ce qui est manifestement le cas32.

  • 33 Voir ci-dessus, p. 61-63, et ci-dessous, p. 125 s.

10Des manuscrits classés par Turyn parmi les deteriores, avec un texte prémoschopouléen, quatre (CNOV) figurent dans l’apparat de Dawe et permettent, selon les catégories mêmes de l’auteur, d’apprécier l’accord avec le groupe de A dans les cas où il diffère de LΛGR33.

Le débat autour de la famille parisienne : l’enjeu des variantes

  • 34 Voir Chantraine, 1956, p. 303 ; « il est difficile de faire le départ ». Il n’est pas très exact de (...)
  • 35 Cf. Laurent, dans son compte rendu de Turyn, 1951, p. 264.

11L’appréciation de la valeur du Parisinus A a beaucoup divergé. Reconnaissant qu’il est seul à porter un bon nombre de bonnes leçons, on convient, depuis la réhabilitation du manuscrit (voir Lipsius, 1860), que d’autres sont issues d’un travail de philologues byzantins ; la distinction n’est pas toujours facile34. Le mérite attribué au travail de Moschopoulos est l’une des raisons qui a conduit Turyn à concentrer toutes les interventions grammaticales sur ce nom35.

  • 36 Manuscript Tradition, p. 125 et 144.
  • 37 Op. cit., p. 145.
  • 38 Op. cit., p. 177.

12Turyn a relégué A au rang d’une recension byzantine anonyme36. Pour la triade, il y a vu une version du texte de Moschopoulos, avec quelques scholies de Planude ; les quelques variantes seraient connues par d’autres sources37, si bien qu’il est dénué de valeur pour la reconstitution de la tradition antérieure, byzantine et prébyzantine. A propos des autres pièces, il dit que le fonds est dérivé, dans ce qui n’est pas interpolé, de L ou de la famille romaine (ce qui, pour lui, reste d’origine)38.

  • 39 1960, p. 52.
  • 40 Dietz (1972, p. 119) suit Turyn pour admettre que les manuscrits portant les traces des recensions (...)
  • 41 L’auteur retient de l’étude d’Easterling les évidences du travail philologique byzantin. Pour la co (...)
  • 42 Loc. cit., p. 117.

13Renversant les données de la présentation de Turyn, défendue par P.E. Easterling39, Dietz appuie la thèse traditionnelle de la valeur autonome de la branche parisienne (π), en montrant que Thomas Magister et Triclinius, le premier plus que le second, se sont servis dans leur recension d’un manuscrit confectionné au XIIIème siècle, qui serait le prototype de A. L’auteur a, pour Oedipe à Colone, étudié des cas où des leçons indépendantes, remontant à ce rédacteur, ont été utilisées, ou au contraire négligées, à tort, par l’un ou l’autre éditeur40. Le texte de A (ou π) serait le fruit d’un travail éditorial minutieux, antérieur à l’utilisation qu’il étudie. L’hypothèse permet de tenir compte à la fois des nombreuses interpolations41 et de la présence d’éléments anciens et authentiques, collationnés à cette date tardive. La tradition se distingue ainsi des sources plus intégralement conservées comme les branches laurentienne et romaine42.

  • 43 Manuscript Tradition, p. 177 s.

14Selon Turyn, le copiste ou rédacteur (modèle de AUY) avait emprunté des interpolations de l’une et l’autre éditions, ajoutant des interpolations de son cru, qui ont pénétré dans les textes byzantins43. Pour Dietz, Thomas Magister et Triclinius (qui tient souvent ses éléments de Thomas comme d’un intermédiaire) se servent de la copie π, disposant d’un ancêtre de leur propre travail par les corrections apportées à la tradition, mais le fonds remonterait à une autre origine que le leur. Toutes les bonnes leçons de A, auparavant considérées comme anciennes, ont été mises par Turyn sur le compte d’emprunts faits à la divination de Thomas. On voit, par cette divergence d’interprétation, combien la différence entre conjecture (ou correction) et variante ancienne est incertaine pour les analyses des traditions manuscrites.

  • 44 1972, p. 118, 121. Le modèle était déjà écrit en minuscules (contre l’hypothèse de la découverte d’ (...)
  • 45 Dietz ne se prononce pas définitivement sur le nombre : « principalement un texte unique » (1972, p (...)
  • 46 Ibid. Comparer l’opinion de Dain (ci-dessus, p. 83).

15Le souci relatif de précision grammaticale et prosodique qui caractérise le texte de A répond à un stade évolué de la philologie byzantine, il explique sa correction (dans le double sens du mot) ; cette même exigence aurait conduit à confronter d’autres témoins anciens (du moins un autre). Ce n’est pas nécessairement un unique exemplaire, écrit en minuscules44 ; Dietz n’exclut pas une collation multiple, comme le montre la confrontation du Laurentianus. Elle émane d’une volonté de remonter à d’autres sources disponibles pour purifier la tradition altérée, issue des autres branches. On s’explique ainsi l’autorité de cette rédaction auprès des autres éditeurs byzantins — en partie du moins, elle a été utilisée par eux —, mais aussi le travail que ce rédacteur autorisé a pu effectuer sur le manuscrit L, ne doutant pas qu’il y introduisait des améliorations décisives et y éliminait des erreurs. Or ce modèle inconnu45, grâce auquel on renouvelle la connaissance du « fonds », peut logiquement, s’il est vrai qu’il permet de corriger des altérations anciennes de L, être situé à une date très haute (« un texte écrit en minuscule, sans doute du IXème siècle, assurément plus ancien que l’archétype de λ et ρ »)46.

  • 47 Easterling, 1960, p. 52 ; l’enquête est limitée à la triade. Il s’agit pour elle de démontrer que A (...)
  • 48 Voir ci-dessous, p. 92 s.

16Tout, dans cette reconstruction d’un fonds, inséré dans un état composite, dépend de l’analyse lorsqu’elle réussit à démontrer que le rédacteur π présente des leçons non « moschopouléennes » (dans la formulation d’Easterling, suivant Turyn), si elles ne peuvent pas être issues de λ (ou ρ), et dépassent en même temps la sagacité philologique des éditeurs byzantins47. La défense de Kamerbeek48, il faut le souligner, émane d’une expérience sur « le texte de Sophocle » (non sur les manuscrits), où il a été frappé par la force d’une différence, et a observé que l’unité d’un groupe se détachait.

17Les approches du problème sont presque opposées. Easterling retient, pour une pièce de la triade (Oedipe roi), des manuscrits de la classe moschopouléenne de Turyn, dans l’intention de montrer la dépendance de π. Dietz, pour une pièce hors triade, compare des manuscrits thomaniens ou tricliniens (toujours selon Turyn) qui forment un ensemble distinctif, dans l’intention de démontrer leur dépendance de π.

18En tout état de cause (et dans le meilleur des cas), l’état ancien est pour nous une source déjà utilisée, et donc reconstruite. Il y aura toujours entre nous et la tradition antique, représentée par A, l’écran d’une étape intermédiaire, la reconstruction d’un accès, à défaut d’une immédiateté perdue. Le cas de L est différent. Nous possédons, dans le manuscrit transmis, un stade très ancien, même si son existence et sa survie ne sont pas moins liées à l’utilisation qui en a été faite et s’il en porte les marques. Il est du Xème, et il est du XIIIème siècle. A n’est que du XIIIème, témoignant d’une activité spécifique, mais il atteste (et nous saisissons à travers lui) l’existence d’un objet plus « vénérable » encore.

La position de Turyn dans les pièces hors triade

  • 49 L’argument de l’utilisation de A par la Souda en faveur de A (l’Aldine, contre l’ancienneté de la t (...)
  • 50 Voir Manuscript Tradition, p. 178 ; la liste des rencontres de GRQ et du groupe permet d’attribuer (...)
  • 51 Op. cit., p. 183.
  • 52 Dawe, Studies, III, p. 5, 12, confirme, pour ses propres relevés, la cohésion du groupe AUY (« il n (...)
  • 53 Élément qui a compté, avec le reste, pour la date tardive, après Triclinius, op. cit., p. 183 (« … (...)
  • 54 Manuscript Tradition, p. 180, 183.

19Pour les pièces hors triade, Turyn n’a pas de texte moschopouléen pour le groupe AUY. Il incorpore donc le travail éditorial de Thomas et de Triclinius (voir aussi la Souda)49, sur un texte ancien, plus proche de L dans Antigone et Oedipe à Colone, de la famille romaine, mais de façon éclectique, dans les deux autres50. Il compare les deux traditions51. Les divergences remontent à l’influence de la recension de Thomas (les manuscrits Z), plus souvent qu’à Triclinius52 ; dans les nombreux autres cas, A intervient de son propre chef, montrant ses qualités de critique et sa sensibilité au mètre53 ; ses leçons ont séduit les éditeurs au cours des siècles, il faut donc, c’est la conclusion logique, tenter de les éviter, en dépit des habitudes, en cherchant d’autres et meilleures solutions, puisqu’on sait qu’elles sont secondaires et « fausses » (la critique devant au moins rester ouverte, véritablement « conjecturale »), ou, à défaut, si on les adopte, les présenter pour ce qu’elles sont : des conjectures, parfois heureuses et originales54.

  • 55 Op. cit., p. 183.

20L’ambiguïté des conclusions de Turyn apparaît dans une phrase comme : « regardless of our evaluation of a Paris reading in a given case [on peut compléter : conduisant à une conclusion positive], we should never forget that we have before our eyes a Byzantine interpolation » [la pétition de principe]55. C’est virtuellement dire que la bonne leçon, pour bonne qu’elle soit, peut ne pas être authentique, mais être une « conjecture originale » (dans A, même non puisée dans le stock des différentes recensions).

21Le texte que nous avons adopté serait plus altéré par la conjecture qu’il ne faut (alors que c’est le conjectural qu’on cherche à éliminer). Les exemples ne peuvent pas être abondamment discutés ici, parce que Oedipe roi fait partie de la triade ; mais la discussion telle que nous la menons concerne évidemment l’hypothèse que Turyn a défendue plus généralement pour le texte de AUY (et non pour les manuscrits moschopouléens seulement).

La défense de A

  • 56 Einleitung, p. 206 s. Pour les autres appréciations, avant Cobet et après la réhabilitation, voir c (...)
  • 57 Voir Dain, « Introduction », p. XLIV s. (pour Chantraine : « la conclusion de M. Dain reste prudent (...)

22Le texte de A, ayant par deux fois déterminé directement, ou indirectement, la lecture de Sophocle, par l’Aldine et par Brunck, avait été de nouveau réhabilité, après avoir été négligé face à L. A, c’est le compagnon plus jeune (« aussi précieux » pour les trois), qui prend la place de l’aîné (le Laurentianus pour Sophocle, le Venetus pour Aristophane, le Marcianus 471 pour Euripide) quand il est déficient, avait estimé Wilamowitz56. On comprend que sa destitution par Turyn ait suscité des réactions de défense vives, parfois violentes57.

23On dresse ici une liste (partielle) de défenses parues après le livre de Turyn, en faveur de l’appréciation traditionnelle du manuscrit A ou de la famille parisienne, en énumérant en même temps les arguments principaux.

24Irigoin (loc. cit., 1951, p. 384) : « ... le manuscrit A n’est pas... un pur représentant de la tradition ancienne », « cependant ne pourrait-on... pas voir en lui la source, déjà interpolée et corrigée, de l’édition de Moschopoulos ? » ; 1954, p. 509 s. : « Le problème capital reste celui de la classe parisienne... », « Ne devrait-on pas plutôt croire que Moschopoulos a utilisé un manuscrit de la classe parisienne ? ».

25De même, Rattenbury (loc. cit., 1954, p. 104 s.) : « But how can he [Turyn] be sure that π or even A was written after the Byzantine scholars had made their recensions, and that these recensions were not themselves partly founded in a manuscript of the π class ? », « The nature of many of these readings makes it easier to believe that they are part of the ancient tradition... ». Les deux exemples qu’il exhibe pour la défense de A ne sont toutefois pas les meilleurs. Nous n’avons adopté la leçon ni pour 297 ni pour 1306.

  • 58 1956, p. 166. Voir ci-dessus, p. 82, n. 4, pour la nature des scholies de A.

26Aubreton, dans son compte rendu de Manuscript Tradition de Turyn58, pose la question du texte (à savoir des sources) de la « recension » de A. Il est dépourvu de commentaire philologique, ce n’est pas moins une édition. On s’attendrait, dans l’hypothèse de la dépendance, à trouver des scholies (pures) de Moschopoulos, comme dans les nombreux autres manuscrits qui le suivent.

  • 59 Voir encore en faveur de A, pour Euripide, K. Matthiessen, « Manuscript Problems in Euripides’ Hecu (...)

27Kamerbeek (1958, p. 31) : Quarum [lectionum] quia multae a et a familia Romana diversae sunt, tertius ramus e stirpe exemplaris translitterati enatus extitisse nobis sumendus est,..., plus affirmatif que Lloyd-Jones (compte rendu de Mazon-Dain, vol. 3, 1961, p. 545 : « ... the more I study the Φ readings which Dain has made available and compare them with those of A, the more I incline to suspect that Turyn’s judgment of A’s value is correct » ; voir aussi 1959, p. 479)59.

  • 60 Scholia in Sophoclis Oedipum Coloneum, rec. V. De Μ., p. VIII. Turyn l’a suivi pour le rôle de la f (...)
  • 61 « Introd. », p. XLIV. Objection de Lloyd-Jones, dans son compte rendu, 1956, p. 107 ; et de Colonna (...)

28Il faut en premier lieu rappeler les éditions de Dain (1955) et de Colonna (1975). Dain cite un jugement de V. De Marco : « il est souvent le seul à conserver le vrai »60, estimant lui-même que « le nombre des leçons qui remontent à l’Antiquité est grand » (il étudie l’exemple de λακπάτητον, Antigone, v. 1275)61. Colonna a étendu le dossier, défendant la valeur de la leçon de A dans une série de passages (Ajax, v. 1008, 1113, 1214, 1330 ; Antigone, v. 235 ; Philoctete, v. 220 ; il tire argument aussi des fautes communes de A et de la tradition indirecte). Friis Johansen (1962, p. 114) se range à l’avis de Dain.

  • 62 1958, p. 27 s. Pour Oedipe roi, v. 297, 824, 1306, 1355, contre L ou LGR. Pour les vers 297, voir c (...)
  • 63 1958, p. 26 s.

29Kamerbeek recueillait des cas de coïncidence de leçons dans les papyrus avec celles de A62. Il insistait sur l’indépendance de A par rapport à Moschopoulos (selon les manuscrits de Turyn)63.

  • 64 1949, p. 139-149 ; Manuscript Tradition, p. 176.

30Le problème doit se concentrer sur deux points. Si l’on accepte les conclusions de Turyn, difficilement contestables, sur la parenté de certaines leçons de A avec les manuscrits moschopouléens64, la question de la dépendance doit, comme on l’a dit, se poser en sens inverse, en faveur d’une influence exercée sur les commentateurs par une recension plus ancienne.

31Le deuxième point est celui des manuscrits dont disposait l’auteur de la recension dans A. Pour importantes que soient les traces d’un travail éditorial et de l’harmonisation dans ce manuscrit, rien n’exclut l’utilisation d’une tradition indépendante. Les deux opérations devaient ou pouvaient aller de pair. Tout dépend donc du jugement que l’on porte sur les cas où A présente une leçon ou variante distincte de L ou de GR. Il faut s’assurer d’abord qu’elle se distingue véritablement, et, en second lieu, qu’elle reproduit vraisemblablement autre chose qu’une conjecture. La décision est par définition difficile. Dawe opère paléographiquement avec les fautes. Il préférera ἀϑλίῳ, v. 789, parce que ἂϑλια a été assimilé aux adjectifs qui suivent.

32Quand on admet qu’un texte comme celui de A est le résultat d’un travail philologique, et que l’auteur a eu accès à des sources dont certaines ne sont pas connues, la distinction reste hypothétique. Les exemples ne manquent pas, qui peuvent être discutés in utramque partem, selon le but de la démonstration.

  • 65 « ... one of the prime pieces of evidence for the independent value of the A group », Dawe, Studies (...)
  • 66 A ne scande pas toujours les trimètres (voir ὁ λόγος, v. 684).

33Le texte qu’on imprime dans Ajax, v. 1214, ἀνεῖται, est dans A (et son groupe) seulement, avec le manuscrit triclinien T (Ta n’est pas confirmé par Dawe). Turyn l’a classé parmi les leçons de Moschopoulos, à tort ; le commentateur doit hériter d’une « recension » antérieure65 ; la leçon de A paraît être ancienne (ἔγκειται de GR, et d’autres manuscrits, est amétrique ; Dawe ne lit pas le γ de ἄγκειται dans L ; la leçon y a été corrigée par la main de A, d’après Colonna)66. On comprend, avec Musgrave, qu’Ajax a été consacré comme une offrande au dieu de la destruction (devovetur, consecratur ; la valeur est discutée par Jebb). Hermann, « plus simplement », voyait, avec un instrumental, Ajax défait et comme annulé, décomposé par son démon ou son destin, laissé à l’abandon. Il est peu probable qu’on ait affaire à une conjecture savante, mais peut-on affirmer que le défaut métrique n’a pas joué de rôle comme critère d’intervention avant Triclinius, même si l’on tient compte de l’incohérence ? Beaucoup de leçons sont amétriques. Kamerbeek se contente de juger A difficilior ; pourtant le mètre exclut ἔγκειται, ou ἄγκειται.

  • 67 Je cite Dindorf (corrigeant L), Campbell, Jebb, Pearson, Masqueray, Dain, Colonna, Dawe, Kamerbeek. (...)
  • 68 Voir Manuscript Tradition, p. 180, ZnZoZp ; Jebb citait L2 (= K) et B (= Zn).
  • 69 Cf. Colonna, Praef., p. XXV.
  • 70 Op. cit., p. 180 ; voir aussi la note 191.
  • 71 Voir ci-dessus, p. 41.
  • 72 Aristophane, Cavaliers, v. 1331, cité par Schneidewin et Nauck ; ὁpᾶv, il est vrai, y est déterminé

34Au vers 138 de l’Oedipe à Colone, la leçon qu’adoptent les éditeurs67, ὅδ’ ἐκεῖνος ἐγώ, qui répond à un tour idiomatique, est dans A ; elle n’est ni dans les manuscrits Z68, ni dans L, ni dans R (R a ὅδ’ ὁpᾶv, L ὅδ’ ἐκεῖνος ὁpᾶv). La leçon de A s’est retrouvée dans un papyrus de Michigan (140). C’est l’un des cas certains, déjà relevés69, où le jugement de Turyn, réduisant cet accord à une « coïncidence fortuite, témoignant de l’acuité critique de l’éditeur du papyrus »70, est formulé sous la contrainte de sa thèse — quand même on concèderait que l’accord en soi ne fournit pas une preuve71 Il est évident que R (avec Q, et Triclinius, T, Ta) conserve l’une des variantes et que l’autre est dans AUY. Pourtant, Turyn lui-même supposait à un stade de la tradition la double leçon ὅδ’ ἐκεῖνος ὁpᾶν72, ὅδ’ ἐκεῖνος ἐγώ (dont témoigne, d’ailleurs, la superposition dans L). Si A conserve l’une des variantes, il n’est pas certain en revanche qu’il faille la préférer. « Car je vois avec ma voix » (φωνῇ γὰρ ὁρῶ) pourrait expliquer qu’il réponde : « cet homme, vous pouvez le voir ». Les habitants du bourg le « verront », comme lui il les voit, par le moyen du contact qui lui reste.

La réhabilitation de A par la contamination généralisée

  • 73 Studies, I, p. 57. Sinon, dans le cas inverse, comme il l’écrit, la source de A aurait étudié la tr (...)
  • 74 Voir aussi Van Looy, 1976, p. 598, se rangeant aux conclusions de Dawe : la présence des scholies d (...)

35Avec un point de vue différent, Dawe, dans le cadre de sa propre thèse, arrive à une position de défense. Il envisage, contre Turyn, la possibilité que Moschopoulos se soit servi de notes, pour la triade, qu’il a enrichies d’un texte, comme celui de A, de caractère uniforme dans les sept pièces73. Comme il n’exclut pour aucun de ses manuscrits la présence de leçons originales, non recueillies ailleurs, son hypothèse ne diffère pas beaucoup, pour A, de celle qui est défendue ici, à cela près qu’il ne fait pas cas de l’intervention critique particulière, et donc de l’individualité se reflétant éventuellement dans les choix74.

  • 75 Dawe les traite comme un seul manuscrit (« so closely related... »), Studies, I, p. 13 s. ; voir su (...)
  • 76 Cf. Studies, I, p. 37 s., 57. Voir ci-dessus, p. 86.
  • 77 Voir ci-dessus, p. 41 s.
  • 78 Studies, I, p. 42.
  • 79 « L-like », ibid. ; Dawe reste méthodique pour cette pluralité de sources.

36Dans le groupe relativement homogène, autour de A identifié par Dawe75 avec les manuscrits « moschopouléens » DXrXsZr de Turyn, A est le seul manuscrit qui ait les sept pièces ; les autres n’ont que la triade76. D’après la comparaison avec les leçons d’autres manuscrits dont Dawe dresse la liste, ce groupe offre, parmi tous ceux qu’il étudie, le plus de divergences ; il n’en conclut pas qu’il faille suivre les éditeurs qui, comme Pearson77, ont pris pour base principale ces deux manuscrits, L et A ; « on comprend du moins facilement comment cette opinion a pu se former »78 ; elle est loin en effet de manquer de fondement. Les erreurs communes aux manuscrits de ce groupe et au Laurentianus se présentent comme des accords originaux ; ils pourraient remonter à des ancêtres « semblables »79.

  • 80 En particulier dans Ajax, op. cit., p. 24.
  • 81 Dont L, en particulier dans Électre. L’autonomie peut-elle être interprétée comme le signe d’une in (...)
  • 82 Op. cit., p. 33 s. Voir ci-dessus, p. 75.

37En fait, l’attente de divergences notables et de leçons positives diminue, en raison de la similitude supposée, proportionnellement à la diminution de l’écart. Les accords de la famille romaine avec ce groupe sont moins nombreux80 que pour les autres manuscrits81. Si A se distingue globalement, et se distingue logiquement de GR en particulier, la similitude avec L revendiquée pour le modèle, comparé au palimpseste82, ne peut avoir qu’une valeur très générique.

  • 83 Manuscript Tradition, p. 29 (moschopouléen pour la triade), et p. 67 (suivant Thomas pour les quatr (...)
  • 84 Op. cit., p. 17 ; ci-dessus, p. 60.
  • 85 Studies, I, p. 55. Voir aussi Wilson, 1976, p. 172. Il date l’écriture du manuscrit C (Paris, gr. 2 (...)
  • 86 « Préface » (B.T.), p. VI.
  • 87 ἀνεῖται (voir ci-dessus, p. 93 s.) ne lui paraît pas une correction probable à l’époque où fut écri (...)

38Ce que, après Dawe, Wilson ou West appellent le groupe A ou a dans la triade ne recouvre pas, à côté de A, que des manuscrits « moschopouléens », comme Xr, Xs et aussi Zr (Marc. gr. 616)83 ; D (Neapolitanus II F 9), selon Turyn, a des scholies de Planude84. Discutant la justification d’un groupe de manuscrits « moschopouléens », Dawe établit que certaines leçons sont attestées dans des manuscrits plus anciens que Moschopoulos (ou remontant à une époque où le grammairien était trop jeune encore pour avoir exercé cette influence, entre 1290 et 130085.) Dissociant les scholies (moschopouléennes) de la recension, Dawe — c’est le progrès pour lui86 — fait accéder la série des manuscrits DXrXsZr, qu’il groupe autour de A (ou simplement avec A), à des sources anciennes87.

Le travail éditorial

  • 88 Voir le comm., III, p. 660. La leçon de L, ἐν καιροῖς, semble être une corruption ; voir aussi East (...)
  • 89 ἀρεῖσϑε, qu’on retient, est préférable à αἱρεῖσϑε.
  • 90 Le papyrus note la tradition. LGR portent une faute, ἄχϑος pour ἄχός. Le cas est indécidable : corr (...)
  • 91 L’abondance de divergences dues à des interventions byzantines dans la classe romaine ne peut pas ê (...)
  • 92 Voir ci-dessus, p. 88 s.
  • 93 En fait τε (L) est une variante qui semble une correction de la leçon de GR avec les deux δέ. A, qu (...)
  • 94 Le datif et le génitif, dans GR et A, sont visiblement des corrections de l’accusatif, qui est « di (...)
  • 95 Là encore, si la troisième personne άνέστα est bonne (voir le comm., III, p. 784-787), on ne peut p (...)

39Pour plusieurs choix de leçons, A corrige L (et Λ). Il s’accorde très souvent avec GR. Ce sont fréquemment des redressements d’erreurs, comme au vers 72 (distinctio), ou 145 (le futur), 290, 349 (omission), 789 1031 (ἐν κακοῖς)88, 1151 (interversion), 122589, 1330 (haplologie), 1336 (démonstratif métrique), 135590, 1469 (τἂν pour δ’ ἂν). La correction est souvent l’explication manifeste de l’accord entre A et GR91. Dans d’autres cas, il s’explique (contre L) parce que A suit une source proche de GR ou parce qu’il en connaît une autre lignée qui présente des écarts similaires92. La dépendance de GR n’est pas une donnée nécessaire. Ailleurs, ce sont des corrections erronées ou des normalisations, parfois acceptées par les modernes, comme aux vers 139 ou 221 (avec une variante dans G), 52893, 113894, 120095.

  • 96 Ni donc aux vers 72 (A = R), 349 (A = GR), 397 (A = GpcR), 1024 (A = GR, le rétablissement de l’ord (...)
  • 97 Pour Électre et Oedipe roi, où pc est représenté par GR ; Manuscript Tradition, p. 115.
  • 98 Voir la liste, op. cit., p. 116 s. Ci-dessous, p. 113 s.

40Les fautes de scansion ne sont pas toutes éliminées. Hors mètre (et hors contexte), A écrit ᾔδει, v. 1232, appliquant la phrase au savoir qu’avait Oedipe ; ajoute ὦ, v. 1329 ; a ποτɛ pour ποτ’ ἂν, v. 1348. Le vers 800 est dans G et R (aussi dans les quinze autres manuscrits de Dawe) ; il est dans P ou Pa, qui suivent souvent L et ont, là, une autre provenance. A, ou sa source, ne dépendent pas nécessairement de la branche de GR96. Les autres apports de GR, selon Turyn97, sont tous, ou presque, conjecturaux ; les deux manuscrits lui servent de révélateurs des différences entre les classes λ et ρ98.

  • 99 Le ξ, en fait, est ajouté dans L par le διορϑότης. Lpc (Easterling) n’est pas assez précis.
  • 100 Turyn, Manuscript Tradition, p. 22 s.
  • 101 Voir le comm, II, p. 195.
  • 102 IIème siècle.
  • 103 Easterling, I960, p. 62.

41On peut ranger ici l’exemple du vers 297, qui a embarrassé en raison de l’accord entre A (et son groupe) et un papyrus pour le futur (οὑξελέγξων) contre LGR, qui ont le présent99. Si l’on admet qu’il n’y a pas de continuité de transmission100, on expliquera la coïncidence des mouvements distincts de normalisation par une réaction commune. La tendance naturelle du lecteur était contredite dans le texte101. Avec l’opinion contraire d’une continuité, on doit, quand on retient le futur, ούξελέγξων, expliquer le présent « ancien » (LGR) comme une corruption intervenue « entre la date du papyrus102 et le IXème ou Xème siècle »103, à moins d’y reconnaître une variante antique, ce qui n’est pas très différent. Si le présent est bon, comme on le soutient dans le commentaire, le papyrus pourrait montrer que le futur est une variante ancienne ; elle pouvait être dans le modèle, suivi par le diorthotès de L, et peut-être dans une autre branche encore, et être parvenue indépendamment à A.

  • 104 Faut-il expliquer οἲαν GR, face à ποίαν, paléographiquement (Easterling, 1960, p. 63) ? Pourquoi oἵ (...)
  • 105 Easterling n’a pas de doute : « τοίαν (clearly the right reading)... », ibid.
  • 106 1976, p. 175.
  • 107 Voir le comm., III, p. 1102.

42Le problème est semblable (bien que moins net) au vers 1306, si l’on préfère ποίαν (L A s.l.)104 à τοίαν (Π10LΑs.l. A)105. Le texte du papyrus suivait la pente d’une lecture. U (de la même famille α ou π) a ποίαν s.l. Peut-on en inférer que, dans la source, la variante était notée avec la leçon « originelle » ? Les « mérites » du groupe α (ou A) de Dawe sont soulignés par Wilson106, à propos de la variante τοίαν ; bien que confirmé par le papyrus, l’exemple n’est pas très concluant. L’interprétation apporte dans d’autres cas plus de certitude, sans apporter un accord. Un lecteur, à n’importe quelle époque, a pu être porté à écrire τοίαν, au vers 1306, pour établir un lien avec le vers précédent, si ποίαν était le texte, comme je le crois107. La marge entre le rejet de l’interversion attestée dans un papyrus, au vers 827, considérée comme une erreur fréquente, et la substitution d’une lettre, acceptée ici, est bien faible.

  • 108 Contre Earsterling, 1960, p. 57.

43On ne peut pas toujours extrapoler l’utilisation d’un manuscrit plus ancien. Il s’agit le plus souvent de travaux de correction dans l’un et l’autre cas. Pour la famille romaine, on mesurera mieux l’importance relative de la tradition savante. On ne peut pas démontrer souvent que la correction était une variante dans l’archétype. Parfois on ne formulera pas l’hypothèse. Au vers 221, par exemple, αὐτό Gγρ (comme L) peut provenir d’une autre tradition que celle de GR et A (αὐτός), et celle-ci être complétée avant la correction d’après L108 Au vers 543, GR et A semblent ne pas admettre la construction avec l’impératif ; mais ποιήσων n’est pas nécessairement une variante. La correction ἥξει (contre ἥξοι L) au vers 713 ne s’impose pas non plus.

  • 109 Voir le comm., II, p. 156 s.
  • 110 εἶπες est dans le palimpseste. Lac ne se lit pas (fortasse Lac, Dawe ; la leçon est corroborée par (...)
  • 111 Voir le comm., II, p. 207 s., et ci-dessous, p. 107 s.
  • 112 Voir ci-dessous, p. 107.
  • 113 Easterling, 1960, p. 59, considère que les vers 240 et 337 (όρμήν) sont, comme 904 (λάϑοι L), des « (...)
  • 114 Le datif ἀιϑλίῳ Lac ( ?), s’il se lit (et que Dawe retient, voir p. 93), pourrait être une erreur, (...)

44La tradition peut être anciennement double. La divergence révèle alors une ambivalence. Les hésitations se perpétuent, dans la plupart de ces cas, chez les modernes. C’est vrai au vers 240 pour χέρνιβας, GR et A (χέρνιβος L)109 ; peut-être 322, pour εἶπας (GR et A) (εἶπες Λ) si la variation n’est pas fortuite110, et surtout pour προσφιλές, v. 322, où la leçon προσφιλῆ, vraisemblablement secondaire111, est dans L in l.112, 337113, 789114.

Harmonisations plutôt que variantes

45ἴσως pour ἴσος, dans GR et A au vers 677, si c’est une mauvaise graphie (et non une « variante »), pourrait témoigner d’une dépendance commune des deux branches.

46L’exemple de l’intervention grammaticale du vers 779 (μέϑης ALA, avec ὑπερπλησϑείς, pour le datif) atteste très clairement le souci de normalisation.

  • 115 Cf. Pearson.
  • 116 Voir le comm., III, p. 546-548, et ci-dessus, p. 43 s.
  • 117 Lgl dans Dawe peut induire en erreur. M. Hecquet-Devienne retrouve la main de A. Dans A, ουρανίας e (...)

47Le génitif οὐρανίας δι’ αἰϑέρος, au vers 866, au lieu de l’accusatif, peut traduire, avant la conjecture de Housman115, une tentative byzantine de résoudre de force, par une correction, une « difficulté » du texte116 ; la correction est une variante supra lineam, issue d’une glose de commentaire dans A (adaptée dans Xr s.l.), et introduite dans L117. Ce n’est peut-être pas l’un des cas où la variante dans A provenait d’une source ancienne, différente de L. La décision reste toujours arbitraire. On imagine là un travail d’analyse ou de lisibilité, plutôt qu’un choix, dans la documentation. Rien n’est certain pourtant. On n’a pas d’appui dans les vetustiores.

  • 118 La présomption en faveur d’une intervention de A dans L est forte.
  • 119 Pour l’esprit, il est vrai, les manuscrits n’ont pas une grande autorité. On suivrait tous les anci (...)

48Il y a sans doute des cas où, dans l’ambiguïté, on a choisi, avec la leçon de A, et Lpc, une correction normalisante plutôt qu’une variante. Au vers 966, δ’, après ὑφηγητν, est dans Lac et GR (avec les recc. sauf le groupe a et PaT) ; la particule a pu être supprimée par un grammairien, γέ τoι, v. 1171, dans A et LA, peut être une correction de δέ τοι (Lac HNPaV)118. Autre incertitude au v. 1270 ; elle est comparable, bien qu’elle touche moins directement le problème119.

Incertitudes

  • 120 Easterling, 1960, p. 55, ne considère pas A.
  • 121 Ci-dessous, p. 102.

49τίς σ’ (pour τίς), v. 1299, offre l’exemple d’une correction probable, à la fois sémantique et métrique, où A s’accorde avec d’autres manuscrits (« moschopouléens ») ou avec Triclinius (XrXsT chez Dawe). La dépendance peut en soi être revendiquée dans l’un et l’autre sens120. La même remarque vaut pour εἰσέπανσεν (AXrXscZrT, pour εἰσέπεσεν) au vers 1252, si la variante n’est pas plutôt ancienne, comme nous l’envisageons plus loin121. Au vers 1446 on suit A (et LAs.l.) pour τε (ἐπισκήπτω τε) contre γε dans L et GR (qui pourrait se justifier : καί σοί γ’, ἐπισκήπτω γε, καὶ...) ; il corrige (plutôt qu’il ne suit un meilleur texte ?).

50On écrit τὴν, v. 549 (A et d’autres). Corrigerait-on τήνδ (L GR etc.) si l’on n’avait que cette leçon (et non le choix) ? λέξοιμ’ (L et GR), v. 773, que retient Dawe, se défend aussi bien que λέξαιμ’que j’ai choisi (comme Dain, Colonna) ; voir le v. 792. On adopte (voir aussi Dawe) ἐστιν de A au vers 815 parce que le défaut métrique de νῦν έστ’ (L et GR) est réparé ; sans certitude sur la forme ancienne.

Variantes plutôt qu’harmonisations

  • 122 1976, p. 176.
  • 123 Manuscript Tradition, p. 108.
  • 124 Pour Dawe (Studies, I, p. 210), ce serait une correction byzantine, ici vraisemblablement métrique  (...)

51Les exemples de corrections byzantines peuvent être éclairés différemment. Au vers 77, ὅσ’ ἂν pour ὅσα amétrique est dans le groupe de A (voir DXrXsZr), Triclinius, et C. Dans ce cas, Wilson122 considère la leçon, sans doute à juste titre, comme une correction d’avant l’époque des Paléologues (pour Turyn, elle est de Moschopoulos)123, alors qu’ailleurs il ne semble pas trancher aussi nettement entre tradition ancienne et intervention éditoriale. Il a raison en tout cas de prendre position en faveur d’une activité philologique antérieure, à Byzance124. Au vers 1157, la suppression d’un ἐν, amétrique, est chez Triclinius (ZrT) seulement. Ce sont deux fois des emendationes, très vraisemblablement. On ne peut cependant jamais exclure que des leçons anciennes aient été utilisées dans ces traditions savantes.

  • 125 « restored... on the basis of the scholia », Manuscript Tradition, p. 143 (la leçon de Gγρ proviend (...)
  • 126 G n a pas la leçon corrigée s.l. (voir Dawe). L’indication est dans Turyn, Manuscript Tradition, p. (...)

52Au vers 874, la leçon μάταν (pour μάχαν), adoptée partout, sauf dans Lac ( ?) (et Zc1 s.l.) GR, n’offre pas nécessairement l’exemple d’une correction de grammairien byzantin ; elle est commentée dans les scholies125. On cherchait à écarter la consultation par l’éditeur byzantin d’un autre manuscrit où la leçon n’était pas altérée126. Le cas se présente différemment si l’on admet que A a disposé de sources autonomes.

  • 127 Manuscript Tradition, p. 128 : habet Moschopulus (et A).
  • 128 Voir le comm., II, p. 31 s.

53Turyn donne comme exemple d’une leçon des deteriores non influencée par le travail des grammairiens du temps des Paléologues l’absence de τ’ dans στάντες τ’ au vers 50 (groupe de A, chez Dawe, LA)127. Mais si la particule est bonne128, ce n’est pas Moschopoulos d’abord, mais la tradition représentée par le groupe A (ADXr1pcZr) et que Triclinius corrige (γ’ T), qui est ancienne.

54La leçon métrique élidée κατεΐδ’ (v. 117), dans le même groupe A (ALADXrXsZrT), pourrait être une « variante » aussi bien qu’une correction. La leçon correcte pouvait se trouver dans le modèle suivi par A. La pluralité des cas rend l’hypothèse plus plausible. Ainsi on pourrait de la même manière dire qu’au vers 1252 εἰσέπαισεν, dans A et LA (avec Tricl.), est vraisemblablement originel, plutôt qu’une correction byzantine de la leçon amétrique εἰσέπεσεν. Il y a des « corrections » métriques, dans le trimètre, qui, par A, pourraient provenir de l’ancien texte. C’est chaque fois une leçon qui redresse une faute dans LGR, et qu’on est ainsi tenté de prendre pour une intervention grammaticale. Au vers 229, la leçon ἀβλαβἡς de A (LA) face à ἀσφαλής LGR, partagée par d’autres manuscrits, est présentée comme une variante ; elle peut être ancienne.

Vers 375

  • 129 Voir le comm., II, p. 233-235. L’origine n’est pas indécidable : antique plutôt que byzantine.

55L’interprétation est tributaire de l’opinion (bien établie) que βλάψαι est la bonne leçon, qui, comme le montre la variante dans G, remonterait à l’Antiquité, comme βλέψαι du papyrus (et peut-être Lac). L’appréciation des leçons change si la relation est inversée129, βλάψαι doit être une normalisation, mais prébyzantine. A retient la variante qu’interprète la scholie (διαϑεῖναι κακόν) ; il est suivi par Moschopoulos. La variante est notée dans G.

Vers 194

  • 130 Voir le comm., II, p. 117 s.
  • 131 Voir le texte chez Easterling, 1960, p. 59, n. 1.
  • 132 Exemple de leçon plus difficile écartée ; voir ci-dessus, p. 48 s.

56Le commentaire défend ἒπουρον130. A est encore du côté de l’harmonisation, avec ἄπουρον (ἄπορον L, G, ἄπουρον Gγρ). Les scholies montrent que la discussion remonte à l’Antiquité131. Si l’éditeur byzantin y a puisé la correction, la variante dans G devrait également dépendre soit de la même recension, soit de la même tradition132.

Vers 273

  • 133 Voir le comm., II, p. 179 s.
  • 134 Easterling, 1960, p. 59, n. 2, envisage les deux possibilités, à partir d’une interprétation qui éc (...)
  • 135 Voir l’exemple suivant.

57Le commentaire défend ἡμῖν LG133 contre ὑμῖν. Les manuscrits de Dawe ont pour moitié l’une, pour moitié l’autre leçon. A entre dans le deuxième groupe, la leçon peut être une conjecture byzantine, aussi bien qu’une variante ancienne134. Elle est cependant aussi dans R (G et R ont pu retenir deux choses différentes dans leurs sources)135.

Vers 730

58L’harmonisation, préférée par A, est patente, τριπλαῖς est, selon l’attente, alignée sur le vers 716 où inversement διπλαῖς est dans R (avec DXscZr et T). La dissymétrie est maintenue dans L et dans GR. Il est vraisemblable que la leçon harmonisée, qui a été adoptée dans toutes les éditions, a été transmise comme une variante. HOPPacXr, T (in lin.) et C (C2s.l.) l’ont adoptée, mais on voit que l’autre leçon, déroutante, était consignée dans certains textes byzantins (T s.l., C in l.). Ou bien une correction byzantine s’était imposée ; ou bien l’harmonisation est plus ancienne.

Vers 11, 792

  • 136 Que Moschopoulos et Triclinius ont partagée.

59στέξαντες, au vers 11 (avec A : DXrXsacZcZrT), si la valeur de ὑπομείναντες est possible, aurait un appui dans les scholies. Ce n’est pas sûr. La leçon témoigne plutôt d’une gêne éprouvée devant στέρξαντες136. On a vu qu’on pouvait être tenté par λέξαιμι, v. 773, qui est dans A ; en revanche on peut préférer au v. 792, dans la finale, le futur δηλώσοιμι (L et GR), contre A.

Variantes dans A

  • 137 Cf. Colonna, Praef., p. XXXVII, n. 2 ; au vers 21, la variante curieuse du neutre, en dehors de la (...)
  • 138 A, dans ce cas, ne corrige pas L selon la leçon qu’il adopte dans son propre texte ; voir ci-dessus (...)
  • 139 exemplaria, quibus ipse (Thomas) usus est ; Colonna, Praef., p. XXXVII.
  • 140 Cf. Irigoin, 1954, loc. cit., p. 509 s. ; 1978, p. 722 ; Dawe, Studies, I, p. 57 ; voir ci-dessus.
  • 141 εὕρηται καὶ ὑφ’ ής, πρός τò μνήμην, p. 251, Longo.
  • 142 Voir le comm., II, p. 303 s.

60Comme exemple de varia lectio, mentionnée dans les scholies byzantines137, qui n’est ni dans L ni dans GR, on a μαντεῖα A, v. 21, à côté de μαντείας Lac et μαντεία LA et GR138. C’est une trace de l’utilisation d’autres sources (une translittération peut-être différente)139. Dawe ne distingue pas les accents ; la différence notée dans A (et peut-être ailleurs), répondant à la distinction de la scholie, n’apparaît pas dans ses apparats. A pourrait être la source utilisée par Thomas, comme on le voit pour Moschopoulos140. Colonna cite, des mêmes scholies de Thomas, la variante difficile ὑφ’ ἧς, v. 1246 (pour ύφ’ ὧν), non attestée, il semble, dans la tradition manuscrite141. Si πετραῖος ὁ, v. 478, est bon142, la leçon πέτρας ὡς (A, avec d’autres), peut être une ancienne variante, et les leçons de G (πέτραις ὡς) et R (et Zc V) πετραῖος ώς résulter d’une contamination des deux.

  • 143 Voir le comm., II, p. 1084.

61Au vers 631 κυρίαν (« qui a autorité pour vous »), dans L corrigé et GR, est une variante, à côté de καιρίαν, A (peut-être aussi dans Lac), qu’on retient. Au vers 696, τανῦν τ’ qui semble, face à δ’ (fort. Lac, GR), être la bonne leçon143 est dans A (et reporté dans L).

Vers 722

  • 144 Voir le comm., II, p. 453. Dawe retient également παϑεῖν ; il prend ϑανεῖν pour une interpolation ( (...)
  • 145 Pour Turyn, la leçon caractérise la recension « moschopoulo-planudéenne », Manuscript Tradition, p. (...)
  • 146 La correction inverse serait plus naturelle, pour la symétrie.

62La leçon παϑεῖν, qui se défend, à côté de ϑνεῖν144, est notée comme une variante dans A, et reportée par lui comme telle dans L. Elle figure en plus comme variante dans d’autres manuscrits (outre A, C et D ; dans Xr παιϑεῖν est dans le texte)145. Les deux leçons étaient confrontées. Si παιϑεῖν est considéré comme une conjecture byzantine, il faudrait se demander pourquoi ϑανεῖν a été suspecté146 ; sinon, la leçon conserve un texte qu’on ne connaît ni par L ni par GR.

 

  • 147 Voir le comm., II, p. 506 s., pour le problème syntaxique.
  • 148 Ou une ancienne variante (cf. Easterling, 1960, p. 62).
  • 149 μή μ’ ..., pour Easterling, est une corruption soit de μηδ’ soit de μήτ’ (p. 61 s.). On pourrait co (...)
  • 150 Easterling, 1960, p. 62, pense à l’utilisation possible d’un ouvrage lexicographique où les Byzanti (...)

63L’analyse des possibilités de construction peut, aux vers 824 s., conduire à choisir μήτε... μήτ’…147, avec A et (partiellement) un papyrus, que l’on considère souvent comme une corruption148, face à μἤστι (LGR)... μή (LGR) μ’ ou με (L ? GR)...149. Si les éditeurs byzantins n’ont pas corrigé le texte, selon leur analyse propre, la leçon de A, somme toute différente, leur était accessible par une autre source que LGR150. Le papyrus montre que le texte de A pourrait être ancien ; si, comme il semble, il n’est pas erroné, il représente la leçon transmise ; ou bien, si celle de LGR n’est pas une altération, elle figurait comme une variante à côté de l’autre. L’autorité de A, une fois de plus, n’est éliminée que si on lui substitue arbitrairement une autre.

64Quand même on renonce à valoriser παλαιά, v. 906, pour composer un texte métriquement satisfaisant, la leçon Λαῗου παλαιά peut être considérée comme une variante éventuelle de A LA (et sous une forme identique ou voisine dans une série d’autres manuscrits), face à la lacune dans LGR.

  • 151 1929, p. 169.
  • 152 Studies, I, p. 247 s.
  • 153 Qu’on peut avoir tendance à défendre, peut-être à tort, contre des corrections non nécessaires.

65Si, au vers 935, où j’ai suivi L (et GR) pour écrire παρά, comme Dain, Colonna, il fallait choisir πρός (DXrXsT avec A), selon Pearson, parce que παρά glose d’ordinaire πρός, non l’inverse151, et selon Dawe152, contre L153, on tiendrait un autre exemple, de l’autorité de A (« a préservation of the truth », dit Dawe ; peut-être ; l’enjeu sémantique est presque insaisissable). Au vers 1097, A connaît une variante (ancienne ?) ἄριστ’ pour ἀρέστ’ ; il la reporte comme une variante dans L.

Vers 1108

  • 154 Erfurdt, d’après Porson, ad Euripide, Oreste, v. 614. Brunck n’avait pas considéré dans A la leçon (...)
  • 155 Voir au vers 1350 έπιποδίας.
  • 156 Elle tire argument aussi de l’absence des gemelli UY.
  • 157 Comme il arrive ; voir au vers 741 la leçon ἔσχε (face à εἶχε), qui n’est corroborée par aucun autr (...)
  • 158 On comparera les cas où la leçon introduite par A dans L diffère de la sienne propre, p. 85.

66Aac porte la leçon introduite pour le mètre par Porson154, ‘Ελικωνίδων. Peut-être faut-il garder la synizèse (‘Ελικωνιάδων), comme ailleurs155. Dans ce cas, A corrige son texte, d’après la tradition de LGR. Pour réduire la valeur de ce que le scribe a d’abord écrit, et que l’on a souvent adopté, Easterling en fait un pur accident, vite effacé, de copiste156. A est seul ici, abandonné de Moschopoulos157. Selon l’option de plusieurs éditeurs modernes, cet « accident » de sa première leçon offre le bon texte. L’interprétation peut être renversée. Si la leçon avec synizèse est bonne, le rédacteur de ce texte peut l’avoir adoptée en seconde lecture, d’après L ou un autre manuscrit, contre l’autre texte qu’il a d’abord suivi158. Ce serait un exemple de poids contre Turyn (et Easterling).

  • 159 Au vers 1267 la correction ἔκεɩϑ’ ὁ est dans Lac et A, face à ἔκειτο L2 (et DXscT) que l’on retient

67La correction due à un souci de normalisation peut être dans L plutôt que dans A, et A peut présenter un texte vraisemblablement plus original que L et GR. Cela semble être le cas au vers 1260 pour ὑφηγητοῦ, si la distinctio ὑφ’ ἡγητοῦ relève d’une interprétation postérieure159.

  • 160 Voir ci-dessus (p. 79), pour le vers 957.

68On étudie dans la suite quelques cas où une variante de A s’accorde avec l’une des deux autres familles, mais il ne faut pas perdre de vue que lors même quelle se trouve dans l’une et l’autre, A peut la tenir d’une source indépendante160.

A avec les familles laurentienne et romaine

  • 161 Voir le comm., II, p. 207 s.
  • 162 Doutes de Turyn, Manuscript Tradition, p. 22.
  • 163 1960, p. 61.
  • 164 Voir ci-dessus, p. 99 ; P suit L (Turyn, Manuscript Tradition, p. 158).
  • 165 Ce qu’Easterling (1960, p. 61) accepte comme l’une des éventualités, pour Moschopoulos.
  • 166 La capacité conjecturale requiert un nom. Voir Easterling, 1960, p. 63, se référant à Turyn, 1949, (...)

69Le groupement AɅ, au vers 322, pose un problème particulier. Le palimpseste a ἔννομ’ (avec A et L2 et DXrXsT) contre ἔννομον (Lac et la plupart des autres manuscrits), et προσφιλές (avec A, GR LA Lδ s.l. et la plupart des autres manuscrits) contre προσφιλῆ (LacPZc) ; c’est dire qu’il a probablement le bon texte·161, ce qui, si l’information sur Ʌ est sûre162, peut faire supposer une double variante dans l’archétype. La présentation du problème par Easterling163, en faveur d’une supériorité de la branche laurentienne, est inexacte si le pluriel προσφιλῆ (LacPZc)164 est secondaire. A (et Moschopoulos, comme lui) choisit des leçons qui ne sont pas dans Lac (la seconde est dans Lδ et GR). Si l’on presse, on arrive à se dire qu’il a pu lire Ʌ ou un autre texte de la branche, en tout cas ancien165. Il n’a pas introduit ici l’une des harmonisations (ni ἒννομον, cf. Lδ, GR, ni προσφιλῆ). Pour Easterling, les dés ont été jetés par Turyn : « it concerns Moschopulus and not A »166.

  • 167 Lpc, chez Dawe, n’est pas précis. Pour A, celui-ci indique la première main, A1c

70L’accord entre L et A (avant la correction dans L), comme au vers 1056, peut remonter à L (voir Zc), on ne peut l’exclure ; mais aussi bien à une autre (troisième) source, distincte de GR qui ont τίς pour τί, avec d’autres ; la correction dans L167 pourrait en provenir.

  • 168 Occasion pour Brunck de s’emporter contre ses ennemis : veterem scripturam (de l’Aldine) male immut (...)
  • 169 Pearson (Lc), Dain et Colonna donnent un mauvais renseignement : attribuant μακίστων à LA. Lpc est (...)

71Au vers 1301, μακίστων, à la place de κακίστων (qui est dans Lac ut vid. Ʌ et GR), est deux fois introduit par une correction, du scribe de L et peut-être du scribe de A2 (voir DZr, et μηκίστων T)168. A a pu trouver la variante de son côté, si l’on admet qu’il ne reproduit pas les deux états de L169.

72Le cas du vers 762 est plus difficile, ἄστεως est dans L ; tous les autres manuscrits, dont A et GR, ont ἄστεος. Est-ce une faute (ο/ω), ou un témoignage, réel ou savant, en faveur de l’emploi de cette forme de génitif chez les tragiques ? ἔλυσεν (A), ἔλυσε μ’ (GR), v. 1350, est une variante dans A et GR. Elle semble avoir été notée dans L (A, en intervenant, a effacé la leçon inscrite s.l., et qui était peut-être ce qu’il introduit in l.). ἵξεσϑ’ et ἥξεσϑ, v. 1491, pourraient être des variantes, et la confusion remonter à l’Antiquité ; la première leçon est introduite dans L par A ; elle est dans GR, où elle résulte d’une substitution de lettres (voir Dawe). A a retenu la même préférence que GR.

*

  • 170 « Livre et texte », 1984, p. 85-102 ; voir notamment p. 91 s. et 98 s.

73Irigoin, comparant les types de mise en page (ci-dessus, p. 82, n. 1), montre qu’en fait l’ordonnance horizontale à deux ou trois colonnes s’explique par les difficultés de conserver la présentation traditionnelle des commentaires, disposés en couronne autour du texte en pleine page, lorsque le livre était d’un grand format et (ou) que la cursive se resserrait. La commodité de la référence, à proximité, commande la disposition horizontale des vers. Le procédé permettait de rester à la même hauteur dans la page et de ne pas s’écarter du commentaire170.

Notes

1 Elmsley, puis Dindorf, ont regretté les négligences de Brunck dans la collation de A. Cf. Elmsley, 1824 (ci-dessus, p. 11) ; Dindorf, 1860, p. VII ; voir Blaydes, « Introd. », p. XXV.

2 Par. A, distingué notamment, au XIXème siècle, de Par. B. (Paris. gr. 2787 = Zn) et Par. T (Paris. gr. 2711) ; voir ci-dessus p. 11, pour Brunck ; et la liste de Dindorf, p. 15, n. 2 (cf. Blaydes, p. XLI-XLIV, Campbell, p. XVII-XXIV). Brunck, préface de la première éd., p. XI s., distingue parmi les manuscrits royaux de Paris qu’il a sous la main : A, B (Zn), C (Par. gr. 2794, la triade, cf. Turyn, p. 163 s.),D (Par. gr. 2820, la triade), E (Par. gr. 2884 = Zf de Turyn ; triade et Antigone) et T, qui lui paraît bien meilleur que le manuscrit utilisé par Turnèbe (cf. p. XII ; voir ci-dessus, p. 9 ; Turnèbe s’était bien servi de ce manuscrit, les divergences notées par Brunck ne remontent donc pas à T ; voir Irigoin 1977/78, p. 322, plus affirmatif qu’Aubreton, Démétrius Triclinias, p. 265 s.). Noté sous le sigle A aussi dans les éditions d’Euripide, cf. Murray, et Diggle (O.C.T.) ; Grégoire, Parmentier, etc. (C.U.F.) ; Turyn, Euripides, p. 89 s. Daté par Diggle de la fin du XIIIème siècle. Sous le sigle A aussi dans Aristophane, cf. Coulon (C.U.F.).

3 La succession des pièces, qui réunit les trois thébaines au centre, paraissait à Wilamowitz répondre à un choix originel (Einleitung, p. 197, n. 149).

4 Turyn, en relevant les apographes de A, constate la trace d’une présence du manuscrit à Venise en 1506 (Manuscript Tradition, p. 190). Les trois manuscrits de la classe parisienne, A, U et Y, sont à Venise fin du XVème, début du XVIème siècle (op. cit., p. 176).

5 Les trois colonnes, les rares scholies, les gloses inexistantes ; compte rendu d’Aubreton (1949) et de Turyn (1949), 1951, p. 384. La difficulté de la lecture, lorsqu’on doit passer d’une colonne à l’autre, est soulignée par Dain (Les manuscrits, p. 34). Type ancien, mais remis en honneur par souci d’économie, pour répondre aux difficultés matérielles de l’époque (l’Empire grec du XIIIème et XIVème siècle, op. cit., p. 149 s.) ? Voir encore p. 108, sur cette disposition.

6 Le texte, pour Turyn, est postérieur aux travaux de Moschopoulos, Thomas et Triclinius, dont A (ou π) se sert, ajoutant ses propres interpolations (« original conjectures »), M.anuscript Tradition, p. 183.

7 Turyn, ibid.

8 Voir, 1958, p. 161 et p. 168, n. 3 ; voir aussi Euripides, p. 89, n. 146 : « thus, on internai grounds, the Paris. 2712 could not be earlier than ca. 1300 A.D. » ; s’il y a quelques scholies moschopouléennes, le manuscrit ne peut pas être antérieur à env. 1300 (c’est déjà moins tardif ; voir aussi la remarque orale rapportée par Dain, p. XLIV, n. 1 : « à la date..., voire de 1290 »), L’argument ne semble pas pertinent ; Aubreton, 1956, p. 166, soutenait que le manuscrit ne comporte aucune scholie moschopouléenne ; pour Irigoin, 1951, p. 384, elles étaient de « type planudomoschopouléen » ; renversant le point de vue, il voyait dans A « la source, déjà interpolée et corrigée, de l’édition de Moschopoulos » ; cf. aussi « La tradition manuscrite de Sophocle », 1954, p. 510. Selon Dain, certaines scholies remonteraient à Tzetzès, « Introduction », p. XLIV, 1958, p. 167. Pour Turyn, 1958, p. 162 s., les scholies marginales dans A, de la main du scribe, sont moschopouléennes (sa classe ξm) et planudéennes (ξr) (certaines notes de la première provenance peuvent appartenir à la seconde ; Moschopoulos a adopté des gloses de Planude ; l’ensemble représente une « section limitée », que Longo n’a pas prise en considération). Elles sont toutes dans U, qui est plus abondant. Elles proviennent donc de π. Voir aussi ci-dessous, p. 95, n. 2.

9 Voir, par exemple, Jebb, p. LVI ; Pearson ; Masqueray, « Introd. », p. XVI. L’opinion n’était pas générale, voir le jugement plus ancien de Dobree (éditant Porson) de 1820, cité par W.J.W. Koster, « De codicis Par. Gr. 2712 aetate », 1959, p. 135. Dobree s’appuyait sur la compétence de Gaisford et de Hase. Thompson, dans l’introduction du fac-similé, avait daté l’ajout du vers 800 dans L, selon l’écriture, « aussi tôt que le début du XIVème siècle » (op. cit., p. 11 ; voir aussi l’apparat de Jebb, ad. v. 800). La présentation du cas de A par Dain comme un modèle d’incertitude (Les manuscrits, p. 65) est peut être influencée par l’opinion qu’a soutenue Turyn.

10 1958, p. 168, n. 3, Euripides, p. 89, n. 140, avec l’argument post quem portant sur la présence des scholies de Moschopoulos, qui ne contredit pas l’hypothèse contraire d’une utilisation de A.

11 Dans la Préface du fac-similé.

12 Koster, 1956, p. 171, n. 1. Turyn avait d’abord (Traditio, 1944) opté pour la date ancienne comme Dain, « Introd. », p. XLIII ; Colonna, p. XXII.

13 « Introd. », p. XLVI. Hypothèses sur le modèle de la classe : un témoin des deux autres familles, sur lequel on a reporté les leçons d’un ancien manuscrit, « récemment découvert » ; ou plutôt, « un exemplaire ancien », recueilli au XIIIème siècle, « une nouvelle et tardive translittération » ? Archétype en minuscules (à la différence de celui de L), avec des leçons marginales ou interlinéaires d’une autre source, pour Colonna de même, op. cit., p. XXV. Voir ci-dessus, p. 72 s., pour l’hypothèse d’une translittération tardive de l’archétype de L.

14 Voir Les manuscrits, p. 115. A côté de la translittération d’un manuscrit déjà « savant » du Vème siècle, dans L, A ne représente pas la même tradition ; il ne s’agit pas d’une branche qui aurait du même modèle fait un usage différent, plus fruste et réducteur, mais d’un autre archétype. Dain (p. 132), précise que la translittération pourrait être tardive, « mais faite d’après une tradition remontant plus haut », dans l’antiquité tardive, que le modèle de λ et de p (selon Turyn). Pour la forme, due à la présence d’un commentaire, voir ci-dessous, p. 108.

15 Voir son compte rendu de l’ouvrage de Turyn, 1954, p. 105.

16 Voir ci-dessous, p. 126 s., 127 s.

17 Voir Dawe, Studies, III, p. 22, 36-38.

18 1980, p. 53.

19 Voir ci-dessus p. 59, n. 4 ; Blaydes, « Preface », p. XXXVII.

20 Voir chez Dain l’indication A2 (v. 107, v.l., il faudrait : corr ; v. 201, v.l., il faudrait : s.l. ; v. 332, corr., plutôt : s.l. ; v. 722, avec l’indication « lettres rouges », v.l.), ou Ar (v. 1108, v.l., plutôt : pc). Colonna utilise le sigle A2 aux vers 722 (A2 v.l. in marg. add., plutôt : s.l.) et 1108 (A2). Masqueray, « Introd. », p. XVI, ou Turyn, 1958, p. 161 (pour les scholies), notent que les corrections et les scholies sont de la même main que le texte, certaines à l’encre rouge. Ainsi, Dawe utilise le sigle A1 dans les Studies, II (voir, par exemple, v. 107 ou 1108) ; au vers 722 cependant, il note, pour παϑεῖν, A2

21 Et sera publié dans son étude. Nous ne donnons pas d’indications sur la différence des couleurs dans l’apparat.

22 L’encre qu’on observe ne doit pas restreindre la portée de ces différences, bien que la couleur ne soit pas alors celle de la correction modèle du vers 800, que le marron y soit plus soutenu, et que l’écriture soit différente. Pour ces divergences entre LA et A, comme aux v. 543,598, voir le relevé de M. Hecquet-Devienne. Elles peuvent être attribuées avec certitude à la main de A aux vers 21, 287, 543, 598, et avec une forte présomption aux vers 138 et 1267.

23 Voir les vers 1056 et 1492.

24 On peut supposer que Colonna, dont le principe d’attribution des corrections de L à la main de A semble avoir reposé sur l’identité de Lpc et A (voir p. 77), a, inversement, rejeté d’emblée toute attribution à A de corrections dans L divergeant du texte parisien.

25 Voir ci-dessus, p. 79.

26 Le regroupement de Dawe (ADXrXsZr) ne vaut que pour la triade ; voir ci-dessus, p. 60. La « discipline » du groupe AUY pour les quatre pièces est comparable à celle du groupe qu’il constitue pour la triade, Studies, III, p. 5.

27 La question est posée par West, 1980, 365. Dawe, Studies, III, p. 12, n’y répond pas clairement ; voir cependant plus loin, p. 90, n. 3.

28 Manuscript Tradition, p. 174 ; cf. Dain, p. XLV (U, Y n’apportent de nouveau que des fautes). Sur l’utilisation de Y dans l’établissement de la princeps, ci-dessus, p. 8.

29 Leur utilité est dans l’élimination des fautes propres de A. Voir Studies, III, p. 12. Il n’a été tenu compte de UY dans notre apparat qu’au vers 1011.

30 Voir Studies, I, p. 35-37.

31 Easterling, 1960, p. 64, η. 1 : les mêmes branches, mais plus amplement connues.

32 Turyn, Manuscrit Tradition, p. 177 ; p. 181, sur les intérêts de l’éditeur, la critique textuelle, la versification.

33 Voir ci-dessus, p. 61-63, et ci-dessous, p. 125 s.

34 Voir Chantraine, 1956, p. 303 ; « il est difficile de faire le départ ». Il n’est pas très exact de dire que « toujours, depuis le temps de Brunck,... A était considéré comme second par rapport au Laurentianus seulement » (Easterling, 1960, p. 51). Brunck ne s’est pas servi de L. Voir ci-dessus, p. 7 et 13.

35 Cf. Laurent, dans son compte rendu de Turyn, 1951, p. 264.

36 Manuscript Tradition, p. 125 et 144.

37 Op. cit., p. 145.

38 Op. cit., p. 177.

39 1960, p. 52.

40 Dietz (1972, p. 119) suit Turyn pour admettre que les manuscrits portant les traces des recensions de Thomas et de Triclinius remontent dans leur fonds à la famille romaine ; il le suit aussi en supposant que les deux savants ont édité les sept pièces (opinion contraire d’Irigoin, 1978/79, p. 277).

41 L’auteur retient de l’étude d’Easterling les évidences du travail philologique byzantin. Pour la consultation (ou collation) d’un modèle ancien, voir, ci-dessus, l’hypothèse de Dain, p. 83, n. 5.

42 Loc. cit., p. 117.

43 Manuscript Tradition, p. 177 s.

44 1972, p. 118, 121. Le modèle était déjà écrit en minuscules (contre l’hypothèse de la découverte d’un manuscrit écrit en onciales, Dain, « Introduction », p. XXVII).

45 Dietz ne se prononce pas définitivement sur le nombre : « principalement un texte unique » (1972, p. 121).

46 Ibid. Comparer l’opinion de Dain (ci-dessus, p. 83).

47 Easterling, 1960, p. 52 ; l’enquête est limitée à la triade. Il s’agit pour elle de démontrer que A ne puise pas ses leçons dans la tradition (antérieure à la recension) de λ ou ρ, à laquelle il a accès, comme Moschopoulos lui-même (p. 53).

48 Voir ci-dessous, p. 92 s.

49 L’argument de l’utilisation de A par la Souda en faveur de A (l’Aldine, contre l’ancienneté de la tradition triclinienne, cf. Blaydes, p. XXXVII) est renversé.

50 Voir Manuscript Tradition, p. 178 ; la liste des rencontres de GRQ et du groupe permet d’attribuer à p des leçons qui avaient été attribuées à A. L’accord, évidemment, n’inclut pas la dépendance.

51 Op. cit., p. 183.

52 Dawe, Studies, III, p. 5, 12, confirme, pour ses propres relevés, la cohésion du groupe AUY (« il n’y a pas d’autre groupe aussi discipliné » parmi ses manuscrits, p. 12) ; la parenté des manuscrits Z (« corrupt rather than clever », p. 26) avec le groupe a est en balance avec les accords entre a et T, que Dawe fait remonter aux « sources » des deux groupes (p. 23 s., 26).

53 Élément qui a compté, avec le reste, pour la date tardive, après Triclinius, op. cit., p. 183 (« … the spirit of textual criticism » de la première moitié du XIVème siècle). L’enjeu est de taille. Une correction liée à la responsio, comme ὥσπερ, Trach., v. 118, ne peut qu’être postérieure à Triclinius (qui ne corrige pas ὥστε). Voir le comm., III, p. 706-708. Pour Turyn, « l’esprit » de Triclinius est à l’œuvre (op. cit., p. 182). Dans Oedipe à Colone, v. 327, la correction métrique de A, que l’on retient, est reconnue excellente. Elle est suscitée par une tentative moins bonne de Thomas (et de Triclinius). Pourtant, δύσμοιρος (A) est un hapax ; la correction embarrassée de Triclinius (ἐσορᾶν pour ὁρᾶv) ne fait que compléter la mesure. Le critique a de la divination. Invoqué contre la thèse, l’argument paraîtrait extravagant.

54 Manuscript Tradition, p. 180, 183.

55 Op. cit., p. 183.

56 Einleitung, p. 206 s. Pour les autres appréciations, avant Cobet et après la réhabilitation, voir ci-dessus, p. 14, 30-33.

57 Voir Dain, « Introduction », p. XLIV s. (pour Chantraine : « la conclusion de M. Dain reste prudente, donc vague », 1956, p. 303) ; Colonna, Praef., p. XXII-XXVI, et « Codicum familia Parisina », dans Studi classici in onore di Quintino Cataudella, I, p. 205-212.

58 1956, p. 166. Voir ci-dessus, p. 82, n. 4, pour la nature des scholies de A.

59 Voir encore en faveur de A, pour Euripide, K. Matthiessen, « Manuscript Problems in Euripides’ Hecuba », 1969, p. 296 s.

60 Scholia in Sophoclis Oedipum Coloneum, rec. V. De Μ., p. VIII. Turyn l’a suivi pour le rôle de la famille romaine mais non pour l’appréciation de A.

61 « Introd. », p. XLIV. Objection de Lloyd-Jones, dans son compte rendu, 1956, p. 107 ; et de Colonna, p. XXII (qui fait remarquer pourtant que la leçon de A doit être une variante).

62 1958, p. 27 s. Pour Oedipe roi, v. 297, 824, 1306, 1355, contre L ou LGR. Pour les vers 297, voir ci-dessous p. 98 et 150 ; 824, p. 105 s. ; 1355, p. 97.

63 1958, p. 26 s.

64 1949, p. 139-149 ; Manuscript Tradition, p. 176.

65 « ... one of the prime pieces of evidence for the independent value of the A group », Dawe, Studies, I, p. 168, comme Colonna, Praef., p. XXVI.

66 A ne scande pas toujours les trimètres (voir ὁ λόγος, v. 684).

67 Je cite Dindorf (corrigeant L), Campbell, Jebb, Pearson, Masqueray, Dain, Colonna, Dawe, Kamerbeek. Brunck avait naturellement suivi A. Voir Dawe, Studies, III, p. 10.

68 Voir Manuscript Tradition, p. 180, ZnZoZp ; Jebb citait L2 (= K) et B (= Zn).

69 Cf. Colonna, Praef., p. XXV.

70 Op. cit., p. 180 ; voir aussi la note 191.

71 Voir ci-dessus, p. 41.

72 Aristophane, Cavaliers, v. 1331, cité par Schneidewin et Nauck ; ὁpᾶv, il est vrai, y est déterminé.

73 Studies, I, p. 57. Sinon, dans le cas inverse, comme il l’écrit, la source de A aurait étudié la triade de façon à appliquer « anonymement » les méthodes critiques de Moschopoulos aux autres pièces.

74 Voir aussi Van Looy, 1976, p. 598, se rangeant aux conclusions de Dawe : la présence des scholies de Moschopoulos ne prouve pas que le texte soit nécessairement de Moschopoulos aussi.

75 Dawe les traite comme un seul manuscrit (« so closely related... »), Studies, I, p. 13 s. ; voir surtout les listes données p. 35-37. Zr est séparé de Zc, contre Turyn, p. 37. Ci-dessus, p. 60.

76 Cf. Studies, I, p. 37 s., 57. Voir ci-dessus, p. 86.

77 Voir ci-dessus, p. 41 s.

78 Studies, I, p. 42.

79 « L-like », ibid. ; Dawe reste méthodique pour cette pluralité de sources.

80 En particulier dans Ajax, op. cit., p. 24.

81 Dont L, en particulier dans Électre. L’autonomie peut-elle être interprétée comme le signe d’une indépendance originelle ?

82 Op. cit., p. 33 s. Voir ci-dessus, p. 75.

83 Manuscript Tradition, p. 29 (moschopouléen pour la triade), et p. 67 (suivant Thomas pour les quatre autres pièces).

84 Op. cit., p. 17 ; ci-dessus, p. 60.

85 Studies, I, p. 55. Voir aussi Wilson, 1976, p. 172. Il date l’écriture du manuscrit C (Paris, gr. 2735) non du XIVème siècle, comme Turyn, mais d’avant 1300 (peut-être des années 80). De même, parmi les manuscrits de Dawe, N (Madrid 4677), O (Leyde, Vossianus gr. Q 6) ou Pa (Vaticanus gr. 904) semblent être tous antérieurs aux recensions supposées par Turyn ; voir ci-dessous, p. 125 s.

86 « Préface » (B.T.), p. VI.

87 ἀνεῖται (voir ci-dessus, p. 93 s.) ne lui paraît pas une correction probable à l’époque où fut écrite la source (progenitor) de la famille (ibid.).

88 Voir le comm., III, p. 660. La leçon de L, ἐν καιροῖς, semble être une corruption ; voir aussi Easterling, 1960, p. 58, n. 1.

89 ἀρεῖσϑε, qu’on retient, est préférable à αἱρεῖσϑε.

90 Le papyrus note la tradition. LGR portent une faute, ἄχϑος pour ἄχός. Le cas est indécidable : correction métrique dans un vers iambique du Kommos, ou consultation d’une source non altérée ?

91 L’abondance de divergences dues à des interventions byzantines dans la classe romaine ne peut pas être mise en question ; voir aussi les réserves exprimées par Lloyd-Jones à l’égard de la thèse de Turyn sur la « pureté » de GR, 1961, p. 543.

92 Voir ci-dessus, p. 88 s.

93 En fait τε (L) est une variante qui semble une correction de la leçon de GR avec les deux δέ. A, qui a le deuxième δέ, pourrait corriger GR (en comparant L ? ce n’est pas certain). Malgré les apparences, A ne va pas avec GR (contre Easterling, 1960, p. 57).

94 Le datif et le génitif, dans GR et A, sont visiblement des corrections de l’accusatif, qui est « difficile » ; voir le comm. III, p. 743 s. Easterling, 1960, p. 58, suppose (arbitrairement, il semble) que le datif et l’accusatif sont deux variantes de l’archétype.

95 Là encore, si la troisième personne άνέστα est bonne (voir le comm., III, p. 784-787), on ne peut pas sans arbitraire affirmer que la correction est dans l’archétype. Toutes les harmonisations ne sont pas anciennes.

96 Ni donc aux vers 72 (A = R), 349 (A = GR), 397 (A = GpcR), 1024 (A = GR, le rétablissement de l’ordre pourrait avoir été fait d’après la faute), 1151 (A = GR, c’est le même cas que pour 1024), 1480 (A = GR). Le vers 139 n’offre pas l’exemple d’une faute ; il semble bien que la leçon de L soit la bonne, contre GR, peut-être corrigés ; voir le comm., II, p. 78 s.

97 Pour Électre et Oedipe roi, où pc est représenté par GR ; Manuscript Tradition, p. 115.

98 Voir la liste, op. cit., p. 116 s. Ci-dessous, p. 113 s.

99 Le ξ, en fait, est ajouté dans L par le διορϑότης. Lpc (Easterling) n’est pas assez précis.

100 Turyn, Manuscript Tradition, p. 22 s.

101 Voir le comm, II, p. 195.

102 IIème siècle.

103 Easterling, I960, p. 62.

104 Faut-il expliquer οἲαν GR, face à ποίαν, paléographiquement (Easterling, 1960, p. 63) ? Pourquoi oἵαν ne serait-il pas une leçon introduite (comme όποιαν ; cf. H, Xrs.l.) ? Si l’on retient οἵαν GR, on a, avec ποίαν L A s.l. et τοίαν pap., A et LA s.l., trois leçons entre lesquelles les éditeurs byzantins avaient à choisir et à hésiter.

105 Easterling n’a pas de doute : « τοίαν (clearly the right reading)... », ibid.

106 1976, p. 175.

107 Voir le comm., III, p. 1102.

108 Contre Earsterling, 1960, p. 57.

109 Voir le comm., II, p. 156 s.

110 εἶπες est dans le palimpseste. Lac ne se lit pas (fortasse Lac, Dawe ; la leçon est corroborée par PPaZc, à côté de T).

111 Voir le comm., II, p. 207 s., et ci-dessous, p. 107 s.

112 Voir ci-dessous, p. 107.

113 Easterling, 1960, p. 59, considère que les vers 240 et 337 (όρμήν) sont, comme 904 (λάϑοι L), des « private errors » de la famille laurentienne. Ce n’est pas certain. Du moins la leçon erronée a trouvé des défenseurs (voir ad l.).

114 Le datif ἀιϑλίῳ Lac ( ?), s’il se lit (et que Dawe retient, voir p. 93), pourrait être une erreur, mais aussi une variante ancienne (duplex lectio).

115 Cf. Pearson.

116 Voir le comm., III, p. 546-548, et ci-dessus, p. 43 s.

117 Lgl dans Dawe peut induire en erreur. M. Hecquet-Devienne retrouve la main de A. Dans A, ουρανίας est écrit en noir, αἰϑέρος à l’encre rouge (deux moments d’intervention).

118 La présomption en faveur d’une intervention de A dans L est forte.

119 Pour l’esprit, il est vrai, les manuscrits n’ont pas une grande autorité. On suivrait tous les anciens dont A et LGR avec αὐτοῦ (voir l’apparat de Dawe). L’esprit rude est dans XrXspc.

120 Easterling, 1960, p. 55, ne considère pas A.

121 Ci-dessous, p. 102.

122 1976, p. 176.

123 Manuscript Tradition, p. 108.

124 Pour Dawe (Studies, I, p. 210), ce serait une correction byzantine, ici vraisemblablement métrique ; il note la tendance de A d’ajouter la particule modale dans les relatives indéfinies, comme il corrigeait ɛἰ en ἢν.

125 « restored... on the basis of the scholia », Manuscript Tradition, p. 143 (la leçon de Gγρ proviendrait de manuscrits corrigés d’après la tradition des scholies). Il est intéressant de noter que ni Jebb ni Pearson n’ont d’apparat ; Easterling, 1960, p. 143 s.

126 G n a pas la leçon corrigée s.l. (voir Dawe). L’indication est dans Turyn, Manuscript Tradition, p. 106, 143 s.

127 Manuscript Tradition, p. 128 : habet Moschopulus (et A).

128 Voir le comm., II, p. 31 s.

129 Voir le comm., II, p. 233-235. L’origine n’est pas indécidable : antique plutôt que byzantine.

130 Voir le comm., II, p. 117 s.

131 Voir le texte chez Easterling, 1960, p. 59, n. 1.

132 Exemple de leçon plus difficile écartée ; voir ci-dessus, p. 48 s.

133 Voir le comm., II, p. 179 s.

134 Easterling, 1960, p. 59, n. 2, envisage les deux possibilités, à partir d’une interprétation qui écarte ήμϊν.

135 Voir l’exemple suivant.

136 Que Moschopoulos et Triclinius ont partagée.

137 Cf. Colonna, Praef., p. XXXVII, n. 2 ; au vers 21, la variante curieuse du neutre, en dehors de la scholie de Zc et T, est dans la ligne de Zr et se trouve écrite au-dessus de la ligne par le glossateur de Zc ; Dawe, Studies, II, p. 101.

138 A, dans ce cas, ne corrige pas L selon la leçon qu’il adopte dans son propre texte ; voir ci-dessus, p. 85 et n. 1. Il porte μαντεία (nouvelle lecture de M. Hecquet-Devienne), mais transforme dans L le génitif μαντείας en datif (comme d’autres manuscrits apud Dawe).

139 exemplaria, quibus ipse (Thomas) usus est ; Colonna, Praef., p. XXXVII.

140 Cf. Irigoin, 1954, loc. cit., p. 509 s. ; 1978, p. 722 ; Dawe, Studies, I, p. 57 ; voir ci-dessus.

141 εὕρηται καὶ ὑφ’ ής, πρός τò μνήμην, p. 251, Longo.

142 Voir le comm., II, p. 303 s.

143 Voir le comm., II, p. 1084.

144 Voir le comm., II, p. 453. Dawe retient également παϑεῖν ; il prend ϑανεῖν pour une interpolation (voir le vers 713).

145 Pour Turyn, la leçon caractérise la recension « moschopoulo-planudéenne », Manuscript Tradition, p. 24.

146 La correction inverse serait plus naturelle, pour la symétrie.

147 Voir le comm., II, p. 506 s., pour le problème syntaxique.

148 Ou une ancienne variante (cf. Easterling, 1960, p. 62).

149 μή μ’ ..., pour Easterling, est une corruption soit de μηδ’ soit de μήτ’ (p. 61 s.). On pourrait conclure qu’elle a entraîné la « corruption » supplémentaire de μἤστι en μήτε.

150 Easterling, 1960, p. 62, pense à l’utilisation possible d’un ouvrage lexicographique où les Byzantins auraient puisé la variante comme une lecture plus commode. Le chemin est tortueux. Il y a une certaine contradiction à soutenir, pour la difficulté syntaxique de μήτε... μήτε..., l’argument de la meilleure intelligibilité.

151 1929, p. 169.

152 Studies, I, p. 247 s.

153 Qu’on peut avoir tendance à défendre, peut-être à tort, contre des corrections non nécessaires.

154 Erfurdt, d’après Porson, ad Euripide, Oreste, v. 614. Brunck n’avait pas considéré dans A la leçon corrigée.

155 Voir au vers 1350 έπιποδίας.

156 Elle tire argument aussi de l’absence des gemelli UY.

157 Comme il arrive ; voir au vers 741 la leçon ἔσχε (face à εἶχε), qui n’est corroborée par aucun autre manuscrit byzantin.

158 On comparera les cas où la leçon introduite par A dans L diffère de la sienne propre, p. 85.

159 Au vers 1267 la correction ἔκεɩϑ’ ὁ est dans Lac et A, face à ἔκειτο L2 (et DXscT) que l’on retient.

160 Voir ci-dessus (p. 79), pour le vers 957.

161 Voir le comm., II, p. 207 s.

162 Doutes de Turyn, Manuscript Tradition, p. 22.

163 1960, p. 61.

164 Voir ci-dessus, p. 99 ; P suit L (Turyn, Manuscript Tradition, p. 158).

165 Ce qu’Easterling (1960, p. 61) accepte comme l’une des éventualités, pour Moschopoulos.

166 La capacité conjecturale requiert un nom. Voir Easterling, 1960, p. 63, se référant à Turyn, 1949, p. 136, et Euripides, p. 117 s.

167 Lpc, chez Dawe, n’est pas précis. Pour A, celui-ci indique la première main, A1c

168 Occasion pour Brunck de s’emporter contre ses ennemis : veterem scripturam (de l’Aldine) male immutatam fuisse a Triclinio, qui μηκίστων dedit, hosque versus foede interpolavit, ad l.

169 Pearson (Lc), Dain et Colonna donnent un mauvais renseignement : attribuant μακίστων à LA. Lpc est plus juste (voir Easterling, 1960, p. 55, qui omet cependant de signaler que dans A la leçon résulte d’une correction).

170 « Livre et texte », 1984, p. 85-102 ; voir notamment p. 91 s. et 98 s.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search