Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire critique de la RSE

 | 
Nicolas Postel
, 
Richard Sobel

Théorie

Développement durable

Bertrand Zuindeau

Texte intégral

1Si l’on en juge par l’ensemble foisonnant des contributions, propositions et textes divers, le développement durable (désormais DD) fait figure, à la fois, de problématique et de référentiel normatif mobilisé pour le développement. En tant que problématique, le DD a trait à une série de questions touchant aux interdépendances multiples et à leurs conséquences négatives. Ces interdépendances sont inter-domaines (économique, écologique, social, politique…), inter-territoriales (en particulier entre le Nord et le Sud) et inter-temporelles (les problèmes actuels résultent pour partie de décisions passées tandis que les décisions présentes sont susceptibles d’influer sur les générations futures). Comme référentiel normatif, le DD a pour cœur l’équité, laquelle a vocation à fonder les modèles de développement à venir. Évidemment, l’identification des deux registres n’invalide pas les possibilités de croisement. En particulier, l’approche de l’équité admettra deux composantes : l’équité intergénérationnelle (ou inter-temporelle) et l’équité intra-générationnelle ; composantes à ce point importantes qu’elles aident à déterminer une première définition du DD comme conjonction de l’équité intra-générationnelle et de l’équité intergénérationnelle.

Le creuset onusien et les nombreux antécédents intellectuels

2Le concept de DD serait né au milieu des années 1980. Une datation plus précise donne 1987, année de publication du rapport Our common future, réalisé par la « Commission mondiale sur l’environnement et le développement », mise en place par l’Assemblée Générale des Nations Unies en 1983 et placée sous la présidence de Gro Harlem Brundtland (CMED, 1987). Parmi les quelques définitions proposées dans l’ouvrage, celle qui suit l’a emporté en popularité : le DD – sustainable development en anglais – est « un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs » (CMED, 1987, p. 51). Cependant, des contributions antérieures attestent déjà le recours à l’expression sustainable development ; ainsi de la Stratégie mondiale de la conservation de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN, 1980). Surtout, outre les antécédents d’ordre sémantique, le DD dispose de racines intellectuelles, parfois anciennes, et s’inscrivant tout autant dans les littératures aussi bien économique qu’écologique (Vivien, 2010). Sont alors à considérer des constructions qui, dans une plus ou moins large mesure, traitent des liens entre croissance économique et contraintes naturelles. Des références telles que l’écodéveloppement (Sachs, 1981), la bioéconomie de Georgescu-Roegen, les travaux du Club de Rome (Meadows et al., 1972) ou, plus loin dans le temps, les travaux de l’économie politique classique sur l’état stationnaire, bien d’autres encore, sont de telles sources d’inspiration, étant entendu que l’apparente continuité qui se manifeste alors n’empêche pas des aspects antithétiques. Le principal de ces antagonismes, prenant même la forme d’une véritable rupture, tient dans la promotion de la croissance par le DD – fût-elle d’une autre « qualité » (CMED, 1987, p. 61) – alors que des courants anciens prônaient plutôt la « croissance zéro » (Club de Rome), voire la décroissance (Georgescu-Roegen, 1979).

Des conceptions différenciées et même antagoniques

3Dans une certaine mesure, le rapport complexe du DD vis-à-vis de ses antécédents intellectuels trouve un écho dans les relations parfois tumultueuses qu’entretiennent les diverses interprétations de ce référentiel depuis maintenant 25 ans. Tant s’en faut, le corpus n’est pas stabilisé et plusieurs lignes de clivage ressortent assez nettement.

4Un premier diptyque s’applique plutôt à la littérature théorique sur le DD : il oppose la durabilité dite « faible » à la durabilité « forte » (Neumayer, 2003). La durabilité est faible si l’analyse admet des possibilités importantes de substitution entre différents types de biens (par exemple « qualité de l’environnement » versus « biens matériels ») ou entre différentes composantes du capital (capital naturel versus capital physique). Derrière cette hypothèse, on trouve l’enjeu des possibles compensations monétaires à la raréfaction des ressources naturelles et à la dégradation de l’environnement. Cette approche est tout spécialement portée par l’analyse néoclassique. La durabilité est forte si, au contraire, ces possibilités de substitution sont estimées limitées, voire nulles. Le courant de l’économie écologique, nonobstant sa propre multiplicité interne, se rangera plutôt derrière cette vue particulière.

5Une deuxième ligne de clivage opère davantage sur l’éventail des discours d’acteurs et des propositions relatives au DD. La dimension-clé est ici la capacité du DD à cohabiter ou non avec la logique économique dominante, celle du capitalisme. La conception peut ainsi être modérée au sens où le DD réunit un ensemble d’outils et de pratiques palliant les conséquences écologiques et sociales défavorables du modèle majoritaire, mais sans porter atteinte au cœur de ce dernier. Par exemple, la mise en place de technologies « propres » ou « sobres », le recyclage des déchets, l’instauration de taxes écologiques, etc., sont des illustrations du rôle correctif du DD, une telle conception participant alors plutôt du monde des entreprises, de leurs représentants, mais aussi de la plupart des gouvernements et des institutions internationales. À l’opposé, une vision radicale du DD considère celui-ci comme un modèle alternatif au capitalisme. Les conséquences négatives du système économique dominant, qu’elles soient sociales ou écologiques, procéderaient des principales régulations de ce système (objectif de rentabilisation des capitaux privés, exacerbation de la concurrence, très forte préférence pour le présent…) et ne sauraient être traitées par des correctifs périphériques : une mutation des régulations dominantes est requise. Une telle vue est partagée par un certain nombre de mouvements politiques radicaux et des ONG.

6D’autres typologies de conceptions pourraient être ajoutées. Par exemple, dans un ouvrage récent, Jacques Theys (2009) distingue une approche « procédurale » du DD, suivant laquelle le DD invite à prendre en compte des dimensions telles que l’écologie, le social, etc., et ce, dans un cadre supposé plus participatif, et une approche « substantive », qui pose un certain nombre de conditions fortes, notamment une réelle priorité aux générations futures et aux ressources ou risques « critiques », une articulation global-local, une véritable intégration et non un simple collage des composantes économique, sociale et environnementale. Dans le premier cas, le DD est en quelque sorte un contenant ; dans le second cas, c’est un contenu.

Une multiplicité de questions traitées

7En appelant à des constructions, mêlant de l’économique, du social, de l’environnemental et ce, avec des degrés d’exigence et des hiérarchisations variables selon les interprétations privilégiées, le DD conduit de fait à s’intéresser à une multiplicité de sujets. Il est possible ainsi de le voir comme un référentiel générique qui se déclinerait suivant les types d’acteurs, les secteurs d’activités, ou les différents territoires (Zuindeau, 2010) et aborderait des enjeux de pollutions à gérer, de situations sociales à améliorer, de politiques et de procédures à modifier dans le sens d’une plus grande durabilité. Un circuit fermé pour les fluides, des pratiques agricoles sans pesticides, l’introduction de clauses environnementales et sociales dans des marchés publics, la promotion d’investissements « verts », des transports « doux », la recherche d’économies d’énergies, etc. : les illustrations sont légion et ne sauraient donner lieu à un recensement exhaustif. Notons, cependant, qu’un examen qui se réduirait à une question particulière, fût-ce à la lumière de la durabilité, s’inscrit de facto dans une optique « procédurale », selon l’acception de Theys (2009) et manque à développer une conception réellement intégrée et ambitieuse.

8Cependant, la problématique du DD a bénéficié aussi du traitement de grandes questions qui lui sont connexes, qu’il s’agisse de perturbations écologiques majeures (changement climatique, recul de la biodiversité…), de principes éthiques ou juridiques supérieurs (équité, responsabilité, prévention, précaution, principe pollueur-payeur…), de référentiels d’action (gouvernance, démocratie participative, évaluation…), ou de modèles économiques (croissance « verte », écologie industrielle, économie de la fonctionnalité, économie écologique…).

9De fait, sur l’ensemble de ces sujets, internes à la problématique ou en lien avec elle, une immense littérature s’est constituée, sur laquelle, par manque de place, nous ne nous étendrons pas, nous contentant de citer quelques références générales : en français (Zaccaï, 2002 ; Vivien, 2005 ; Zuindeau, 2010) ou en anglais (Neumayer, 2003 ; Atkinson et al., 2007).

Quelles priorités pour demain ?

10Si l’on retient comme acte de naissance le rapport Brundtland (CMED, 1987), le DD a 25 ans. Bon nombre conviennent qu’une seconde étape est à penser et à mettre en œuvre (Rauschmayer et al., 2009). Dans l’ensemble des thématiques et sujets à considérer, lesquels revêtent un intérêt stratégique majeur et paraissent devoir être traités prioritairement dans les années à venir ? Nous en sélectionnons deux.

11La première est la mutation institutionnelle nécessaire pour garantir une réelle diffusion du DD. Cette question rejoint le débat vu précédemment entre approche modérée versus radicale de la durabilité. Cependant, la dernière crise économique permet d’appréhender la question sous un jour renouvelé. Ces dernières décennies, particulièrement depuis la fin des Trente Glorieuses, les modes de régulation économique avaient été fortement secoués. Déréglementation, privatisations, promotion de la « soft law » face à la « hard law », avaient permis, dans une large mesure, le gonflement d’une économie financière : la crise amorcée fin 2007 en a clairement révélé les impasses et objectivé les conséquences délétères. Si l’objectif se porte maintenant vers un monde plus durable, un tel processus ne doit-il pas être revu ? D’autres itinéraires institutionnels ne doivent-ils pas être envisagés avec très probablement des régulations plus exigeantes ? L’interrogation est d’autant plus pressante que la crise écologique se renforce indiscutablement, se superposant alors, dans ses conséquences, à la crise économique et sociale, tout en lui étant liée dans ses causes. Évidemment, rapporté au monde de l’entreprise, l’interrogation va porter sur la RSE, son intérêt et ses limites. Si, en particulier, la RSE est vue comme une « brique » d’un édifice de durabilité, suffit-elle ? Probablement non, mais c’est bien la question de sa prégnance au sein de dispositifs institutionnels plus contraignants, portés par des acteurs publics, qui est posée ici.

12La seconde thématique a trait au « territoire du DD ». Certes, l’emploi du singulier paraîtra inapproprié ici car, sans nul doute, le DD est à concevoir et à appliquer à différentes échelles et, pour un échelon donné, sur divers territoires (Zuindeau, 2010). Il est possible, en l’occurrence, que des questions nouvelles de durabilité ou des questions anciennes revisitées à la lumière du DD requièrent des changements d’échelles ou des coopérations territoriales renouvelées. Cependant, il nous semble que, plus fondamentalement, le DD interroge le mouvement de mondialisation de ces dernières décennies. Que des hésitations persistent, que le tabou de « l’ouverture mondiale » ou symétriquement la hantise de l’enfermement exercent encore leur rôle, sont indéniables. Mais des réflexions en la matière commencent à bien se développer. Les analyses et les propositions deviennent nombreuses sur les ajustements aux frontières, notamment pour mieux garantir l’efficacité des politiques climatiques (Godard, 2011). Des auteurs vont même jusqu’à s’interroger sur l’intérêt d’une éventuelle « démondialisation » (Sapir, 2011). Pour le moins, le DD invite à envisager des formes de reterritorialisation économique, lorsqu’il fait la promotion des circuits courts en agriculture ou de l’écologie industrielle…

13À l’évidence, les deux questions de l’évolution institutionnelle et de la territorialité sont à croiser s’il s’agit de renforcer les chances de diffusion du DD. A minima, si la mondialisation est à préserver, encore devrait-il s’agir d’une autre mondialisation ; d’une altermondialisation, ainsi qu’en expriment le vœu de nombreux acteurs et mouvements, critiques d’un impossible capitalisme vert (Tanuro, 2010). Mais, on vient de le dire, le choix du mondialisme ne va pas de soi. Une autre géographie économique, elle-même fondée sur des institutions rénovées, constitue une autre voie possible. D’autres modèles sont également proposés : croissance « verte », économie écologique, social-écologie (Laurent, 2011), sans oublier la décroissance (Jackson, 2010 ; Gadrey, 2010), réactivant des conceptions parfois anciennes (Georgescu-Roegen, Gorz, Illich…). Le DD aura ainsi à cheminer entre ces différentes options dont les oppositions paradigmatiques ne suppriment pas, toutefois, les possibilités partielles de conciliation concrète. Pour autant, la poursuite du modèle économique actuel avec tout ce qu’il recèle de « non durable » n’est pas le moins probable des scénarios : jusqu’à quand ?

Bibliographie

Atkinson G., Dietz S., Neumayer E. (dir.) (2007), Handbook of Sustainable Development, Cheltenham, Edward Elgar.

CMED (Commission mondiale sur l’environnement et le développement) (1987), Notre avenir à tous, trad. fr. 1988, édition de 1989, Montréal, éditions du Fleuve.

Gadrey J. (2010), Adieu à la croissance : Bien vivre dans un monde solidaire, Paris, Les Petits Matins/Alternatives économiques.

Georgescu-Roegen N. (1979), Demain la décroissance – entropie-écologie-économie, Paris-Lausanne, Éditions Pierre-Marcel Favre.

Godard O. (2011), « Intégrité environnementale des politiques climatiques et ajustement aux frontières » in Godard O., Ponssard J.-P. (dir.), Économie du climat – Pistes pour l’après-Kyoto, Palaiseau, Les Éditions de l’École Polytechnique, p. 177-240.

Jackson T. (2010), Prospérité sans croissance – La transition vers une économie durable, Bruxelles, De Boeck.

Laurent E. (2011), Social-Écologie, Paris, Flammarion.

Meadows D. H., Meadows D. L., Randers J., Behrens III W. W. (1972), Halte à la croissance ?, trad. fr. 1972, Paris, Fayard.

Neumayer E. (2003), Weak versus strong sustainability – Exploring the limits of two opposing paradigms, 2e édition, Cheltenham, Edward Elgar.

Sachs I. (1981), Initiation à l’écodéveloppement, Toulouse, Privat.

Sapir J. (2011), La démondialisation, Paris, Le Seuil.

Tanuro D. (2010), L’impossible capitalisme vert, Paris, La Découverte.

Theys J. (2009), « Le développement durable vingt ans après : plaidoyer pour une seconde étape », in Rauschmayer F., du Tertre C., Theys J., Zuindeau B. (dir.), Le développement durable, la seconde étape, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. « Aube Nord », p. 21-60.

UICN (1980), Stratégie mondiale de la conservation, UICN/PNUE/WWF, Gland.

Vivien F.  D. (2010), « Les antécédents conceptuels du développement durable », in Zuindeau B. (dir.), Développement durable et territoire – nouvelle édition originale, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, p. 25-35.

Vivien F. D. (2005), Le développement soutenable, Paris, La Découverte, coll. « Repères ».

Zaccaï E. (2002), Le développement durable – dynamique et constitution d’un projet, Bruxelles, Édition Peter Lang.

Zuindeau B. (2010), Développement durable et territoire – nouvelle édition originale, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion.

Annexes

Voir aussi

Commerce équitable, Comptabilités environnementales, Conceptions de la RSE, Consommation responsable, Employabilité, Histoire de la RSE, Paternalisme, Rente environnementale

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540