Version classiqueVersion mobile

L’Œdipe Roi de Sophocle. Tome 1

 | 
Jean Bollack

La matière du texte. Les manuscrits et les éditions

3. Les critères de notre édition

Texte intégral

Le commentaire et notre édition

  • 1 Voir ci-dessus, p. 20 s.

1Le travail de lecture et notre recherche sur l’histoire de la compréhension dans sa relation avec les choix critiques nous ont conduit à la fin à nous rapprocher d’une vue qu’avec moins d’informations pouvaient avoir les philologues du XIXème siècle, lorsque le tri s’était fait dans la confusion des « apographes ». L’examen des ressources de la tradition s’est arrêté quasi exclusivement à des leçons des manuscrits L et A, avec plus ou moins de G ; c’est une option qui répond à celle de Masqueray (1922) ou de Pearson (1924), plus en arrière à un courant partiellement éclipsé et partiellement provoqué par le parti pris d’exclusivité de Dindorf1, à cela près qu’on « ouvrait » parfois l’éventail, en incluant sous le signe de l’authenticité d’autres traditions comme « la famille de T » que, pourtant, on avait fini par laisser tomber. En établissant une source beaucoup plus sûre, par limitation, on ne s’était jamais senti assez certain de l’option restrictive pour éliminer le reste.

2Le point de vue se comprend, et en partie se défend, parce que, quand même « tout le reste » était secondaire, dérivé et corrigé, il offrait un arsenal de solutions de rechange, soit pour remédier à des détériorations, même si les « remèdes » n’étaient qu’un indice de plus de la corruption, soit pour éviter d’être contraint d’adopter une leçon, à savoir une construction et une pensée, réputée « difficile ».

  • 2 La désignation vise la nouvelle vulgate de Brunck-Elmsley, décrite ci-dessus, p. 10 s., 13 s.

3Autre est la question majeure du profit de l’utilisation des manuscrits dans d’autres branches de la tradition ou issus des « recensions » plus altérées, et donc de la contamination. Un travail mené selon des principes primordialement herméneutiques comme celui-ci ne contribue que partiellement à la solution du problème. Concluant à la supériorité très manifeste d’une tradition adoptée par la critique, proche de l’« Aldine » (L A), sur les autres2, on rejette celles-ci, sans se demander longtemps à quels endroits les autres manuscrits confirment la bonne leçon que nous avons déjà ; on serait moins armé encore pour y trouver (ou y chercher) la leçon authentique qui, à supposer que le cas puisse exister, y attendrait, ignorée ou méconnue, un déchiffreur. Les divergences, qui témoignent si souvent d’un souci de normalisation, parlent contre. On a beau « ouvrir », on n’étend pas le choix.

4La fermeture des stemmatistes était deux fois tempérée, par la conjecture et les autres sources manuscrites. On a vu le parti que Dindorf tirait des apographes pour les conjectures anciennes. La tradition s’était ouverte à d’autres leçons, régulièrement ou sporadiquement. On ne parvenait pas à se passer de ces subsides. L’inclusion pourtant restait modérée. L’état d’ouverture limitée ne pouvait guère être dépassé. Le dépassement qui a eu lieu n’a pas été fructueux.

5La position de repli et de déviation qu’offrait autrefois la famille de T est aujourd’hui, chez les stemmatistes, comme Dain ou Colonna, occupée par la famille « romaine » (par V, en outre, chez Colonna), et chez les autres par la série des regroupements qui mettent pratiquement toute la tradition manuscrite sur le même plan. Dans l’un et l’autre cas, c’est l’usage exégétique qui tranche empiriquement, au sujet de l’utilité, à l’épreuve d’un sens qui s’impose, à partir d’une leçon, contre une autre, ou contre une variante.

  • 3 Voir l’échantillon des réactions citées, ci-dessous, p. 91-93 ; voir aussi p. 87, 90.

6Personne n’a fait d’édition en suivant les conclusions de Turyn au sujet de A. Son opinion insoutenable a été fréquemment réfutée3. Reste à savoir comment, en vertu de quels critères (partiellement justifiés), ce manuscrit, si essentiel, a pu être dévalorisé par un connaisseur aussi averti, tout comme il convient de l’autre côté, de comprendre les raisons (partiellement justifiées) pour lesquelles la famille romaine a été intronisée par Turyn et par Dain. Les options de Dawe sont plus dogmatiques, elles reposent sur une conception si particulière et, selon nous, si discutable du travail critique qu’elles ne peuvent être jugées que par leurs graves conséquences et leurs résultats décevants ; le commentaire a pris soin de les rapporter à leurs préalables.

7La fermeture rigoureuse des stemmatistes s’était doublement tempérée, s’ouvrant sur la nécessité de la conjecture et les subsides équivalents d’autres manuscrits. Ce que l’existence même d’un « texte » devait à cette notion d’une tradition plus concentrée était maintenu. L’option, dans son principe, ne peut pas être dépassée.

  • 4 Voir ci-dessous, p. 119, n. 1 ; 164 et n. 1.
  • 5 Voir les indications plus systématiques dans le commentaire sur GR (sous le sigle Φ, d’après Dain) (...)

8Le commentaire a été rédigé à l’aide des éditions de Mazon-Dain, Dawe et Colonna (avec en plus les indications ajoutées, grâce à des éditions plus anciennes, dont Campbell, Jebb, ou Kamerbeek ou certaines études particulières) ; progressivement, et en rédigeant notre apparat critique abrégé, nous avons pris la pleine mesure des contradictions qui existent entre les éditions4. La masse des informations qui nous a manqué pour résoudre les problèmes était considérable. Nous nous sommes résolus alors, et comme par contrainte, à prolonger notre travail par une investigation paléographique propre. Les divergences dans la présentation des données manuscrites entre l’apparat du volume I et la discussion des données de la critique dans les volumes II et III s’expliquent par là5. Il n’était pas utile d’éliminer les traces de ces deux temps du travail et de la différence des modèles. La rencontre des éclairages différents est profitable. Elle s’est souvent révélée fructueuse. Les résultats de l’interprétation des phrases aident à comprendre la tradition ; l’analyse sémantique est inversement confrontée avec des données qu’elle découvre, et qui risquent de la compromettre. Il ne subsiste plus de contradictions cependant. Les différences ne concernent que le choix des manuscrits cités dans les éditions utilisées.

  • 6 Pour les motifs de l’insertion sélective, voir la discussion, ci-dessous, p. 117-119.
  • 7 Voir la liste des vers, ci-dessous, p. 130-132.
  • 8 Voir ci-dessous, p. 144-148 ; 151-156 ; et 149-151.

9Nous présentons comme base, pour le travail et la réflexion sur les mots et les phrases, un texte reposant principalement sur L et sur A. Cela nous a paru à l’usage être le meilleur parti, bien que, en un sens, le choix ne soit pas dépourvu d’arbitraire. Ce n’en est pas moins un « texte », capable de « se défendre », et d’être mis à l’épreuve, au sens plein du terme. Les limites apparaissent parce qu’on n’arrive pas à bout de l’élucidation, avec ces seules ressources ; on a eu recours dans un certain nombre de cas à la famille romaine (GR)6 ou à d’autres manuscrits, appelés « récents »7 ; on est soutenu dans quelques cas par la tradition indirecte ou les papyrus8. La masse de ces appuis supplémentaires n’est pas énorme. Il faudrait, pour infirmer l’option choisie, montrer que les leçons écartées ne sont pas de simples erreurs ou des conjectures inutiles (quel que soit leur intérêt, je le répète, pour l’histoire des traditions savantes).

10Devant l’étendue du matériel, Dawe allège l’apparat en sélectionnant les entrées grâce aux relevés des Studies ; plus systématiquement, nous reproduisons quasiment tout dans les limites d’un segment. La part d’arbitraire, à laquelle on n’échappe pas, se situe moins dans un dehors, dans l’élargissement ; elle s’est installée dans la description exhaustive, qui cherche à éviter l’arbitraire. La responsabilité des choix, il est vrai, s’accroît.

  • 9 1976, p. 176.
  • 10 Pour les quatre autres pièces, A est corroboré par les jumeaux U et Y (Turyn, 1949, p. 142-144 ; M (...)

11Wilson, à la fin de sa discussion des Studies de Dawe, s’interroge sur ce qui manquerait dans une édition si l’on s’en tenait à L et Ʌ, à la famille romaine et à Triclinius9 ; il dresse une liste de ce qui mérite l’attention dans la branche représentée par A et dans les autres manuscrits « anciens » (du XIIIème siècle), pour la triade10. Comparant ce point de vue avec le nôtre, nous pourrions avoir à justifier, d’une part, l’absence de GR et de T dans nos relevés. Cherchant à offrir l’instrument utile permettant au lecteur de suivre, à partir d’une présentation dépouillée, un commentaire qui englobe la discussion de phases diverses de l’histoire de la critique verbale, nous n’avions pas lieu de reproduire la recension de Triclinius, qui, importante dans l’optique de cette histoire, n’apporte en fait pas grand-chose pour le texte, quand même on n’exclut pas qu’il ait disposé d’autres témoins de valeur. Mais, même pour la branche « italienne », nous avons fait de ses indications un usage très sélectif, nous bornant à reproduire les plus utiles ; les leçons originelles qui ne sont pas dans L ne sont pas très nombreuses. Ce n’est pas que nous contestions la valeur ni l’indépendance d’un fonds de leçons dans ce groupe, mais, n’ayant pour propos ni d’introduire cette branche, comme Dain, Colonna, et, selon ses principes, Dawe, ni de la situer face aux autres branches, nous avons fortement élagué, par l’élimination d’une multitude d’erreurs matérielles manifestes. Le choix ne reconsidère pas la provenance antique, il repose sur une séparation qui doit alléger l’apparat.

  • 11 Voir ci-dessus, p. 8 s. et p. 13.
  • 12 Il offre plus souvent que les autres une leçon devant être soit retenue soit considérée.
  • 13 Voir ci-dessous, p. 93-96.

12Parmi les manuscrits d’avant 1300 (la date forme un seuil), nous avons retenu A non seulement pour le rôle, presque plus important que celui de L, qu’il a joué dans les éditions modernes depuis l’Aldine et Brunck11, mais parce qu’il est plus travaillé que d’autres parmi les textes remaniés plus anciennement, à Byzance12. L’intervention du grammairien est constamment sensible, la tendance à l’harmonisation évidente. On prend la mesure en confrontant dans notre apparat L et A, dans les leçons et dans les corrections apportées dans L, de ce que représente le passage du texte par les écoles byzantines. Nous avons, en accord avec quelques critiques récents, écarté la thèse de la dépendance moschopouléenne13. La question de l’accès que l’auteur du texte pouvait avoir à des traditions autres que L ou GR, qui dans l’hypothèse d’une transmission horizontale se résout, peut se reposer, dans des termes assez semblables, pour un stemmatiste.

  • 14 Voir, pour cette leçon, la note de Triclinius, p. 287,1. 7-9 Longo, que cite Irigoin, 1980, p. 53. (...)

13Il est clair qu’une édition comme la nôtre ne peut offrir une vue complète de l’histoire de la transmission. Elle ne permet pas de suivre le travail fait sur les textes à Byzance. On aurait dû pour cela relever systématiquement d’autres témoins, qui, d’après notre option initiale, n’ont pas à y figurer. On le voit d’après la leçon ἀναπλάκητοι LPDT, v. 472 (contre ἀναμπλ.). Elle est dans notre apparat attestée pour L seulement (contre A, puis LA et la Souda), dérivant peut-être de L dans D ou P ; son adoption par Triclinius pourrait cependant provenir d’une autre source et en attester l’utilisation14. L’apparat repose sur un choix, il découpe la tradition.

La limitation et l’ouverture. L’élimination de la famille parisienne dans le cadre stemmatiste (Turyn) et le choix ouvert (Dawe)

  • 15 Voir ses Sigla, p. XXII-XXIII ; pour le XIXème siècle, voir p. 15.
  • 16 Voir ci-dessus, p. 34.
  • 17 Il regroupe selon les recensions, avant d’arriver aux vetustiores et à leurs filiations.
  • 18 Codicum index, vol. III, p. 179-183.
  • 19 Manuscript Tradition, p. 5-9.
  • 20 1976, p. 273-275.

14Un certain nombre de manuscrits, dont la collation plus systématique faisait encore défaut à l’époque de Pearson, étaient pourtant connus et inventoriés par lui. Il dresse une liste15 qui complète celle de Campbell16, après plus de quarante ans. Turyn s’est intéressé à leur classement pour distinguer les recensions byzantines, et éliminer la plupart des manuscrits en situant les appartenances et dépendances17. Une liste des manuscrits de Sophocle actuellement inventoriés est dressée par Colonna18, à la fin de son édition, sur la base du travail de Turyn19, complété par Bernardinello20.

  • 21 Manuscript Tradition, p. 17,23, selon la distinction des scholies (voir ci-dessous, p. 160 s.) ; Z (...)
  • 22 Op. cit., p. 139,145-149.
  • 23 Elle a subi l’influence de la classe φ ; op. cit., p. 152 s., 158-160. P et Pa révèlent dans Oedip (...)
  • 24 Praefatio, p. IX (utilisation de LɅ par Zc).

15Héritant d’une situation d’information extensive, mais levant le barrage des recensions de Turyn, Dawe a repris et élargi la lecture par de nouvelles collations de dix-neuf manuscrits. Dawe, pour la triade, regroupe d’une part, comme Turyn, L et Λ, et d’autre part quatre manuscrits, DXrXsZr, avec A. Ce sont pour Turyn des témoins de la recension « moschopouléenne pure » (ξm), à savoir Zr ; ou de la « moschopoulo-planudéenne » (ξρ), à savoir D, Xr et Xs21. Entre ces deux groupes, il en situe un autre, plus large, CFHNOPPaV, et, dans son voisinage, la famille romaine (GQR). Quatre des huit manuscrits (CFNO) sont pour Turyn des témoins de sa classe φ, dépendant de la tradition laurentienne λ (« mainly F et N »), antérieure à la période des Paléologues22 ; les quatre autres (H, V, P et Pa) de sa classe ψ (ou vénitienne à cause de V) dépendent surtout de la tradition romaine ρ, postérieure à l’autre23. Zc est par Dawe regroupé avec T24. Il fallait se demander si le travail avait un sens pour l’établissement du texte de Sophocle. Les regroupements élargissaient notre connaissance de l’histoire des techniques éditoriales ; ils permettaient de mieux analyser sans doute la transmission, la nature et la qualité des lectures médiévales.

  • 25 Turyn distingue deux classes de vetustiores, remontant à deux « subarchétypes », dont l’une (λ), l (...)
  • 26 Sans ignorer l’axiome de Pasquali (recentiores, non deteriores, cf. Maas, Textual Criticism, p. 52 (...)
  • 27 Énumération des imperfections, op. cit., p. 125.
  • 28 Voir surtout op. cit., p. 128. Pour Oedipe roi, v. 50, 117, 1252 ; voir p. 102. La démonstration d (...)
  • 29 « ... younger recensions » — que celles de λ et ρ, ibid.

16La tradition authentique est maintenue chez Turyn dans des limites circonscrites par un système de dépendances ; un espace plus restreint est détaché de la masse des textes. Il a été élargi, avec la branche italienne, et en même temps rétréci par le retranchement de la classe parisienne. Turyn distingue trois stades de la transmission à l’époque byzantine, les plus anciens ou vetustiores, à savoir les familles λ (LɅ) et ρ (GR), séparées par des erreurs distinctes, qui sont pour nous les témoins les plus anciens, indépendamment de leur date25, ou les moins altérés, puis, dépendant d’eux, des manuscrits plus récents de la triade (écrits après 1290), qu’il appelle deteriores26, en raison de leur qualité relativement inférieure par rapport aux premiers27, relevant de la tradition originelle28, et qu’il distingue des recentiores que seraient les manuscrits influencés selon lui par les « recensions » plus récentes de la fin du siècle ou du début du XIVème. La distinction entre les interpolations dans les deteriores et les « leçons » tributaires de Moschopoulos ou de Thomas est en soi difficile à maintenir ; Turyn ne peut éviter ni d’admettre l’influence des recensions récentes dans les veteres deteriores ni de supposer l’existence de « recensions » plus anciennes, dont il ne définit pas le caractère29.

17Pour Dawe, la masse est valorisée dans son ensemble ; elle n’est pas entièrement homogène, pouvant être divisée, mais rien ou presque n’est retranché. Les lectures sont toutes rentabilisées. Les résultats sont douteux. Ainsi la réplique à la fermeture de la tradition chez Turyn, éliminant la famille parisienne, ne serait pas l’ouverture complète, avec les critères somme toute arbitraires qu’on introduit pour la justifier, mais l’application d’une méthode philologique stricte, et herméneutiquement ouverte, qui ne se laisse pas enfermer dans un terrain clos.

La contamination dans le cadre d’une tradition fermée

  • 30 Le principe est répété, par exemple, pour le groupe uni chez Turyn par la dépendance de la recensi (...)
  • 31 Voir pour φ et ψ, op. cit., p. 131-133.

18Ce qui rapproche en définitive Colonna des tenants de la transmission horizontale, c’est qu’il n’exclut pas la présence d’une leçon authentique dans un manuscrit même récent30, par voie directe ou indirecte, encore que le principe soit avant tout défendu par lui, contre la rigueur de Turyn, pour les manuscrits A et V, du XIIIème siècle. Ce qui distingue l’éclectisme de Turyn31 de la transmission horizontale n’est pas dans le principe, mais dans l’extension ; l’utilisation reste limitée à des sources antérieurement identifiées.

  • 32 Voir dans Manuscript Tradition, chap. VIII, Codices vetustiores, la liste, aux pages 105-107, de c (...)
  • 33 Op. cit., p. 16. Voir la note 3 pour la date de la recension moschopouléenne (avant 1290), qu’il d (...)
  • 34 Vian, dans l’« Introduction » de l’édition d’Apollonius de Rhodes, « Histoire du texte », p. LIX ; (...)

19Turyn renonce en fait à l’idée de contamination ouverte ; il ne peut pas élargir la tradition authentique, telle qu’il la présente avec λ et ρ32 quasi exclusivement ; en considérant que les autres manuscrits procèdent du travail éditorial des « recensions », il élimine la possibilité que les éditeurs, du XIIIème et du XIVème siècle, serait-ce Moschopoulos ou Triclinius, aient eu d’autres voies d’accès à la tradition33, si ce n’est par le truchement de parties de l’archétype non recopiées dans les vetustiores (variantes et scholies ; une redécouverte de l’archétype au XIIIème aurait-elle donné lieu à une nouvelle translittération plus tardive comme on l’admet pour la deuxième famille ω, chez Apollonius de Rhodes)34 ?

  • 35 Voir ci-dessus, p. 60 s.
  • 36 Turyn, op. cit., p. 140.
  • 37 Les deteriores (ψ) n’ont pas à être préférés aux « anciens », ils sont, même écrits autour de 1290 (...)

20Restreignant les voies de la transmission, Turyn, en cherchant à justifier les cas où ses deteriores parmi les veteres (CFNO = < φ, mais aussi VWWa = ψ)35 préservent une leçon qui n’est maintenue ni dans L ni dans GR, peut se servir d’une divergence dans Λ pour en conclure que des variantes optionnelles supplémentaires ont pu exister dans l’archétype, et manquer dans L, en dépit du soin qu’ont pris les auteurs de ce manuscrit à consigner les divergences36. L’élargissement de la tradition se fait bien par le truchement des contaminés, mais dans les limites de la voie reconstituée37.

Hiérarchie à l’intérieur de la transmission ouverte

  • 38 Voir ci-dessous, p. 126 s.
  • 39 Cf. 1980, p. 219.
  • 40 1980, p. 365. Voir le classement par rang d’arrivée chez Dawe, Studies, III, p. 72.
  • 41 Studies, III, p. 72.
  • 42 1980, p. 52.

21Pour les pièces hors triade, West conclut qu’en plus de L et de K, vraiment intronisé par Metlikowitz38 (et réhabilité par Wilson)39, le groupe des manuscrits Z (ZcZfZgZnZo, Triclinius) et AUY figurent en tête, plus importants que la branche romaine, et que les manuscrits S, V et T, si l’on considère ce dernier pour lui-même (et non comme associé au groupe Z)40 Dawe estime le rôle de L « étonnamment modeste »41. Irigoin42 explique le fait par l’utilisation, à la fin du XIIIème et au début du XIVème siècle, et de L et d’autres manuscrits, proches de lui et peut-être non moins anciens, comme en témoignent la relation de Zc et de K avec le Laurentianus, et la consultation d’autres manuscrits que L par l’éditeur de A et par Triclinius.

Entre la dépréciation et l’indifférence

  • 43 1960, p. 64 et n. 1 : la solution de compromis, face à Kamerbeek, pour l’ancienneté de A (voir ci- (...)

22Easterling n’accepte pas qu’une autre tradition authentique (en dehors de λ et ρ) ait existé à l’époque byzantine, tout en admettant par force que d’autres leçons ou variantes de ces mêmes familles ou provenant d’autres familles étaient connues des éditeurs43. L’utilisation d’anciens manuscrits peut être étendue, comme elle l’est maintenant par Dawe et d’autres. Le principe reste le même. Mais on glisse de plus en plus vers la valorisation d’activités éditoriales ou philologiques qui apportent peu à l’étude du texte de Sophocle, quel que soit leur intérêt par ailleurs pour la connaissance des pratiques scolaires d’édition et de lecture au Moyen-Age.

23Quand la base est limitée par un travail de sélection, l’interprète lit un « texte », devant lequel il peut se demander s’il livre un sens ou non. Il peut être mis à l’épreuve d’une interprétation nouvelle, sans prévention, ce qui est essentiel. Quand l’information de l’apparat s’ouvre à des indications multiples, il n’y a plus, à la place du « texte », que des attentes qui peuvent se satisfaire selon des critères soit normatifs soit subjectifs. La matière devient polymorphe. Si le texte, qui peut s’imposer contre l’attente, fait défaut, les choix deviennent fatalement arbitraires. L’accumulation des renseignements qu’implique l'ouverture de la tradition, chez Dawe, sur la masse des manuscrits anciens et récents (vetustiores, veteres ou Byzantini), entraîne en fait un renforcement des critères subjectifs. On est forcé de trier le matériau, rejetant ici tel élément comme une glose, le valorisant là pour mieux légitimer l’extension.

Corrections byzantines

  • 44 Manuscript Tradition, p. 106.
  • 45 On ne lit pas Lac, mais l’interversion est dans le palimpseste.
  • 46 Le groupe de Dawe répond partiellement à la « recension » (ξ) de Turyn (XXaXrXs) ; voir ci-dessus. (...)
  • 47 Turyn, op. cit., p. 106. Dawe retrouve la leçon fautive dans Zc, manuscrit « triclinien » (sscr Zc(...)
  • 48 Alors que A intervient dans L pour corriger aux vers 42 et 874, il ne le fait pas au vers 77 ; et, (...)

24La question de la correction des fautes de l’archétype implique une autre, sur la provenance des informations dont disposaient les correcteurs. Les erreurs communes à L et GR, et donc à l’archétype, sont anciennes et n’ont pu être corrigées que par les éditeurs byzantins. Dans les quatre cas que Turyn énumère pour Oedipe roi (v. 42,77, 874, 1157)44, deux corrections (adaptations au mètre), selon lui, sont moschopouléennes (v. 42, εύρεῖν ἡμῖν, au lieu de l’interversion45, le groupe ADXrXsZr, et Triclinius, T, cf. Dawe46 ; v. 77, ὅ σ’ ἄv pour όσα, amétrique, exactement la même répartition, avec C en plus), une autre, l’élimination de έν, v. 1157, triclinienne, Zr T. Le cas de μάταν, v. 874, pour μάχαν, est plus complexe ; la correction μάτην se trouve comme une variante dans les scholies de G et de R, et dans G (γρ)47. Dans ce dernier cas, la bonne leçon était déjà dans les anciens manuscrits ; elle n’aurait pas facilement pu être trouvée par les philologues48. Rien ne prouve que μάταν n’était pas lu ailleurs, ni même que l’une des autres « interpolations » ne provienne pas d’un modèle.

Notes

1 Voir ci-dessus, p. 20 s.

2 La désignation vise la nouvelle vulgate de Brunck-Elmsley, décrite ci-dessus, p. 10 s., 13 s.

3 Voir l’échantillon des réactions citées, ci-dessous, p. 91-93 ; voir aussi p. 87, 90.

4 Voir ci-dessous, p. 119, n. 1 ; 164 et n. 1.

5 Voir les indications plus systématiques dans le commentaire sur GR (sous le sigle Φ, d’après Dain), et sur V (Colonna), éliminés en un deuxième temps partiellement, ou totalement, de l’apparat.

6 Pour les motifs de l’insertion sélective, voir la discussion, ci-dessous, p. 117-119.

7 Voir la liste des vers, ci-dessous, p. 130-132.

8 Voir ci-dessous, p. 144-148 ; 151-156 ; et 149-151.

9 1976, p. 176.

10 Pour les quatre autres pièces, A est corroboré par les jumeaux U et Y (Turyn, 1949, p. 142-144 ; Manuscript Tradition, p. 175) ; voir ci-dessous, p. 85 s. West, 1978, p. 106-108, à la suite de Dawe, a examiné ce que les manuscrits « mineurs » apportaient d’essentiel et ajouté d’autres manuscrits non intégrés par Dawe. Pour Oedipe roi, j’ai repris l'examen de ces leçons dans l’article (cité p. 133, n. 4) où sont examinées les raisons de ces choix supplémentaires.

11 Voir ci-dessus, p. 8 s. et p. 13.

12 Il offre plus souvent que les autres une leçon devant être soit retenue soit considérée.

13 Voir ci-dessous, p. 93-96.

14 Voir, pour cette leçon, la note de Triclinius, p. 287,1. 7-9 Longo, que cite Irigoin, 1980, p. 53. Triclinius choisit la leçon pour la responsio, ajoutant : εὕρηται γὰρ ἔv τινι τῶν παλαιῶν οὕτω βιβλίων.

15 Voir ses Sigla, p. XXII-XXIII ; pour le XIXème siècle, voir p. 15.

16 Voir ci-dessus, p. 34.

17 Il regroupe selon les recensions, avant d’arriver aux vetustiores et à leurs filiations.

18 Codicum index, vol. III, p. 179-183.

19 Manuscript Tradition, p. 5-9.

20 1976, p. 273-275.

21 Manuscript Tradition, p. 17,23, selon la distinction des scholies (voir ci-dessous, p. 160 s.) ; Zr est pour Turyn un apographe de Zp, thomanien en dehors de la triade (p. 29, 43, 67). On a relevé que la démonstration de Dawe, au sujet du travail critique de Thomas, inclut à tort Zr qui, pour Turyn, est moschopouléen dans la triade (voir Irigoin, 1978, p. 722, et d’autres critiques).

22 Op. cit., p. 139,145-149.

23 Elle a subi l’influence de la classe φ ; op. cit., p. 152 s., 158-160. P et Pa révèlent dans Oedipe roi une influence très marquée de LA (Pa en particulier dans les parties lyriques) ; voir aussi p. 47, au sujet du cas du manuscrit thomanien Zc, qui n’a pas été utilisé avant Turyn. Voir ci-dessous, p. 128 s.

24 Praefatio, p. IX (utilisation de LɅ par Zc).

25 Turyn distingue deux classes de vetustiores, remontant à deux « subarchétypes », dont l’une (λ), la plus importante, est représentée par la famille de L, l’autre principalement par la famille romaine (avant tout G). L’éloignement géographique qui a mis G à l’abri (en Italie) permet à Turyn de raffermir en contrepartie l’influence déterminante des recensions à Byzance. G est de 1282, et les autres manuscrits de la branche italienne du XVème, voir du XVIème siècle ; Manuscript Tradition, p. 125 ; voir ci-dessous, p. 109 s.

26 Sans ignorer l’axiome de Pasquali (recentiores, non deteriores, cf. Maas, Textual Criticism, p. 52).

27 Énumération des imperfections, op. cit., p. 125.

28 Voir surtout op. cit., p. 128. Pour Oedipe roi, v. 50, 117, 1252 ; voir p. 102. La démonstration de Turyn ne tient pas ; du moins la recension de Moschopoulos dépend d’un état plus ancien, de provenance différente (que λ et ρ).

29 « ... younger recensions » — que celles de λ et ρ, ibid.

30 Le principe est répété, par exemple, pour le groupe uni chez Turyn par la dépendance de la recension de Thomas, p. XXXVII. Les textes utilisés par Thomas peuvent avoir contenu des variantes antiques.

31 Voir pour φ et ψ, op. cit., p. 131-133.

32 Voir dans Manuscript Tradition, chap. VIII, Codices vetustiores, la liste, aux pages 105-107, de ce qui n’est ni p ni λ.

33 Op. cit., p. 16. Voir la note 3 pour la date de la recension moschopouléenne (avant 1290), qu’il détermine à partir des manuscrits interpolés Zf (1301) F et H (tous deux autour de 1290). La recension thomanienne est également antérieure à F, qui la connaît.

34 Vian, dans l’« Introduction » de l’édition d’Apollonius de Rhodes, « Histoire du texte », p. LIX ; ci-dessous, p. 72 s.

35 Voir ci-dessus, p. 60 s.

36 Turyn, op. cit., p. 140.

37 Les deteriores (ψ) n’ont pas à être préférés aux « anciens », ils sont, même écrits autour de 1290, déjà virtuellement tributaires d’altérations supplémentaires, provenant des recensions postplanudéennes ; et pourtant il y a de l’ancien, non conservé ailleurs. Répétons : pour peu qu’on rétablisse la date paléographique, la situation d’A est exemplaire pour cette catégorie.

38 Voir ci-dessous, p. 126 s.

39 Cf. 1980, p. 219.

40 1980, p. 365. Voir le classement par rang d’arrivée chez Dawe, Studies, III, p. 72.

41 Studies, III, p. 72.

42 1980, p. 52.

43 1960, p. 64 et n. 1 : la solution de compromis, face à Kamerbeek, pour l’ancienneté de A (voir ci-dessous, p. 92) serait de laisser aux éditeurs leurs mérites sans exclure qu’ils disposaient d’une tradition plus ample que nous.

44 Manuscript Tradition, p. 106.

45 On ne lit pas Lac, mais l’interversion est dans le palimpseste.

46 Le groupe de Dawe répond partiellement à la « recension » (ξ) de Turyn (XXaXrXs) ; voir ci-dessus. Dawe n’a inclus dans ses lectures ni X ni Xa.

47 Turyn, op. cit., p. 106. Dawe retrouve la leçon fautive dans Zc, manuscrit « triclinien » (sscr Zc1) qui suit souvent L.

48 Alors que A intervient dans L pour corriger aux vers 42 et 874, il ne le fait pas au vers 77 ; et, au vers 1157, il porte lui-même la faute.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search