Version classiqueVersion mobile

L’Œdipe Roi de Sophocle. Tome 1

 | 
Jean Bollack

La matière du texte. Les manuscrits et les éditions

2. Le parti pris en faveur du sens

Texte intégral

La condamnation. De l’usage des cruces

  • 1 Lloyd-Jones, dans ses comptes rendus de l’édition de Mazon-Dain (1956, p. 106 ; 1959, p. 478), reg (...)

1On pose un sens, considéré comme vraisemblable, sinon certain. Les mots ne le fournissent pas. Ils sont condamnés dans l’attente d’une conjecture qui l’exprime1. La condamnation est « méthodique », peut être temporaire : une incitation, dans l’attente d’une médication. Le rigorisme et le laxisme sont inhérents à la philologie. Les mots sont suspects. La négation frappe la démarche herméneutique, qui, devant l’attente déçue, construirait d’autres hypothèses mieux en accord avec les mots.

  • 2 Voir le comm. ad v. 707-709, II, p. 447 s.

2Le vers 709 offre un bon exemple. Le « sens » attendu est, dans l’apparat de Dawe, formulé selon Hermann2. Une conjecture est signalée, mais ne paraît pas assez sûre pour être substituée à ἔχον, qui sera orné des marques du non-être sémantique. Le bon sens triomphe de la « difficulté ».

  • 3 Voir le comm., III, p. 546-548.

3Les cruces posées par Dawe aux vers 866 s. révèlent parfaitement le rapport d’une école philologique à la langue poétique, et, à travers elle, au texte transmis. La correction d’Enger et Housman, reformulant ce que Jebb avait signalé comme une attente : « engendré dans » et non « à travers » (ἐν... pour διά...), répond dans l’apparat au rejet d’une anomalie qui, en vérité, est une précision3. Le paradoxe objectif de la naissance extensive de l’ordre céleste n’avait pas davantage été reconnu par Jebb, mais accepté grâce à une retraduction figurée du verbe (si « né » valait : « montrant son efficacité », on pouvait comprendre : « à travers »). La rigueur de l’analyse, selon l’option initiale, conduit soit à l’acceptation d’un sens singulier, soit au rejet. Le critère de la norme élimine les solutions de compromis, comme celle de Jebb. Il élimine en même temps le texte.

  • 4 Cf. Colonna, et le comm., III, p. 879-882.

4De même au vers 1280, le signal est préféré à la conjecture dans le texte pour encourager la recherche d’autre chose (cette fois contre le choix de Jebb). Le problème touche au style et au goût ; la défense du texte4 n’est même pas prise en considération. Le verdict est une incitation ; la conjecture doit se substituer au texte transmis. De 1975 à 1984, la conjecture κάρα d’A.C. Pearson passe, chez Dawe, de l’apparat dans le texte du vers.

  • 5 O.C.T., Praefatio, p. VI.

5Page, éditeur d’Eschyle, formule le problème. Laisser la faute en l’état, marquant le passage de l’obèle, ou remédier, selon ses options, qui sont celles de Dawe, par des « pansements »5. Le diagnostic et la médication sont liés ; ils s’enchevêtrent, pour l’analyse de la corruption, qui est moins étendue, et pour la possibilité d’y remédier, beaucoup plus restreinte qu’il ne le dit.

Les conjectures

  • 6 Cf. P. Maas, Textual criticism, p. 11 (§ 15), qui distingue des propositions de remède, équivalent (...)
  • 7 Le principe formulé par Maas (ibid.) reste irréfutable : la conjecture repose sur l’idée que l’ano (...)

6Les conjectures (divinatio) pourraient être distinguées, et divisées en trois catégories. Il y a la réparation, les rétablissements possibles, qui le plus souvent ne touchent pas directement le sens, mais plutôt les défauts de la grammaire ou du mètre6. Les interventions adoptées par nous entrent dans cette catégorie de l’emendatio. Il est impossible dans les textes difficiles de faire des conjectures qui inventent le sens particulier7.

7Une deuxième classe, où figurent les plus répandues et les plus classiques, comporte les adaptations du sens à l’attente, selon d’autres normes, plus esthétiques ou morales ; ce sont encore des « corrections », bien que le texte ne soit pas corrompu, et quelles redressent parfois Sophocle plutôt que les accidents de la transmission.

  • 8 Lire les pages 246-248 de l’Einleitung ; voir ci-dessus, p. 26 s. « Les vers de terre recueillis a (...)

8Il y a, enfin, les exercices plus ou moins virtuoses, avec ce qu’ils ont de scolaire et de gratuit. Les détériorations sont inventées aux fins de l’exercice. Ce sont au sens strict des « conjectures », avec une finalité propre, déterminée par la maîtrise de la langue ou par les lois de la critique verbale. On sait le grec ; on sait la paléographie. Ils ont survécu à la grande vogue (de la génération 1850-80), caricaturée avec beaucoup de talent par Wilamowitz8 ; il s’est trompé en pensant que la partie avait trouvé une fin ; il n’avait pas lui-même fini d’y occuper sa place.

  • 9 Voir Brunck, ou Hermann, dans la modération ; Nauck, dans l’excès. La célèbre colère de M. Haupt ((...)

9La frontière, pour être tracée, exigerait qu’on discute de la légitimité des attentes que la conjecture se devait d’exprimer mieux que le texte9. La gratuité guette partout. Une typologie, toujours approximative, vu le flou de la matière, aurait à distinguer entre l’évacuation spontanée des problèmes, par défaut d’analyse et de reconnaissance, et la solution apportée par l’intervention dans les passages qui ont traditionnellement embarrassé la critique. L’aporie, au lieu d’animer la discussion, suscite la négation du problème dans la transformation de la lettre.

Les limites de la restitution

10Dans beaucoup de cas, la différence même entre le sens tel qu’il s’est imposé dans la vulgate et ce qui a été recouvert dans l’histoire de l’exégèse offre un argument très convaincant en faveur de l’origine sophocléenne. On se dit que sinon, si ce n’était le texte, on ne serait pas parvenu à cette pensée ou à cette forme. L’interprétation confirme la fidélité de la transmission.

11Dans d’autres, en particulier dans certains passages lyriques, on n’arrive pas à la même certitude. Le problème se pose différemment pour les chants de chœur ; le degré de corruption n’est pas le même. Alors que le sens d’ordinaire garantit le texte, ce n’est pas également vrai pour les chants du Chœur ; mais il ne faut pas se servir de la corruption incontestable et métrique en faveur d’un principe général de corruption. On comprendra ce qu’on a, en luttant moins contre l’altération de la transmission que contre les remèdes (philologiques), qui la supposent et parfois l’inventent ; les uns sont plus arbitraires que l’autre. Un certain degré de technicité, avec les conséquences que l’observation et l’application ont sur la forme de l’attente, exclut l’intérêt, l’attention aux possibilités de sens. Il y a incompatibilité. Lorsque, par exemple, on exclut d’emblée un passage à cause de ses anomalies métriques.

  • 10 Le travail dans les parties lyriques, en dépit des « lacunes », ne peut consister à compléter la p (...)

12On ne peut se cacher que souvent la discussion ne peut déboucher sur une solution sûre, et qu’on parvient au mieux à un stade, parfois antique, du travail éditorial. La démarche est alors plus défensive, ou plus protectrice ; on préserve pour pouvoir évaluer. Le problème discuté reste entier, à savoir ouvert. Ce n’est pas l’ars nesciendi, au contraire. On touche forcément à une limite fixée par l’écart de l’original, mais au lieu de miser sur la corruption, et le soupçon plus ou moins généralisé, on misera sur le jugement, et sur une évaluation, pour mesurer l’angle et le degré de l’altération, quand elle s’analyse, et là où elle ne s’interprète plus10. Il est vrai que le texte altéré est si souvent un texte lu (ou édité par les Byzantins), et donc adapté, et qu’on reste donc confiné dans le domaine du probable. Et pourtant, on a moins perdu qu’on ne pense. En effet, l’option interprétative en faveur du texte, qui examine méthodiquement les virtualités de sens, défend son hypothèse de l’écart originel avec des arguments plus rigoureux que l’option du soupçon systématique n’en manifeste dans ses démonstrations de l’erreur, où les virtualités de sens sont le plus souvent disqualifiées a priori.

  • 11 Voir ci-dessus, p. 27.
  • 12 Voir ci-dessous, p. 49.

13Le procédé ne recouvre pas l’expertise ni la critique « supérieure » d’authenticité. Il dépasse le simple tri entre le bon et le faux11 et suppose que le stade de l’altération non accidentelle n’a pas seulement un intérêt propre, comme témoignage d’une attente ou lecture dans l’histoire de la déformation, mais offre parfois comme une traduction au détriment de la lettre. La pensée est alors retrouvée contre la transformation de son expression dans le texte. C’est manifestement le cas lorsque les structures syntaxiques sont complexes (comme aux vers 943 s.)12. Ces passages doivent être traités avec la même méthode herméneutique que le reste, sans soupçon préalable, pour la confrontation du sens qu’ils livrent avec celui des corrections. La différence n’est qu’entre le certain, qui s’impose, et le probable (ou approximatif), qu’on ne peut pas amender.

Les variantes. Origine et utilisation

  • 13 Voir le comm, III, p. 1085.

14Dans le cas d’une « variante » inhabituelle ou rare, on est naturellement pris entre deux partis. On est tenté de la préférer, par principe, pour combattre la normalisation, mais on cherche également à se fortifier par l’autorité de la tradition. Au vers 707, ἑαυτόν, pour la deuxième personne, est dans Lac13 : le sens n’est pas touché (plutôt l’histoire de la langue).

  • 14 Voir le comm., III, p. 1093. La variante résulte sans doute d’une lecture.
  • 15 Turyn, Manuscript Tradition, p. 159. Ci-dessous, p. 128. ; cf. Dawe (B.T., 1984), Préface, p. VI : (...)
  • 16 Sur la relative indépendance de R, cf. Turyn, op. cit., p. 118 s., Dietz, 1967, p. 246.
  • 17 Turyn, op. cit., p. 122 s.

15Vers 976. Si μητρός est bon, comme le commentaire le suppose14, πατρός, dans Pa (proche de L)15 et dans R (G a μητρός)16, pourrait être une ancienne variante. μητρός, qui est plus naturel, s’est imposé. Turyn ne signale pas le cas parmi les « doubles lectures »17, sans doute parce qu’il considère que ματρός n’est pas une variante sérieuse. On corrigerait la leçon si elle y était. L’analyse herméneutique mérite d’être conduite, même si elle n’aboutit pas à justifier la variante.

  • 18 Voir le comm., III, p. 1095-1097, et ci-dessous, p. 124.

16Au vers 1061 en revanche, pour choisir entre ἐγώ et ἔχω, elle pourrait bien fournir un argument pour trancher18. Méthodiquement la question reste ouverte. Les deux cas (976, 1061) sont exemplaires. Il s’agit d’évaluer les chances de l’intervention savante.

  • 19 Voir le comm., II, p. 293 s.
  • 20 Dawe adopte pourtant cette leçon (dans l’édition de Cambridge sans apparat).
  • 21 1980, p. 366.

17Vers 659. φυγήν (LA A) est introduit, contre φυγεῖν (Lac), pour la symétrie avec ὄλεϑρov, bien que l’harmonisation secondaire soit probable. Si εἶδε (G in/.) est la bonne leçon au vers 464, εἶπε est également issu d’une normalisation19 ; εἶδε est difficilior ; Dawe (1984) y voit l’indice, à savoir la forme corrompue, d’une conjecture non moins normalisante (ᾖδε, J.E. Powell) que εἶπε. Le rejet est premier (voir Jebb). Lorsque la leçon apparaît comme secondaire, comme une réfection évidente et inutile, l’accord avec des manuscrits d’une autre branche est interprété comme une dépendance ancienne, selon le point de vue adopté arbitrairement. Ainsi, au vers 1130, l’aoriste ξυνήλλαξας dans VZc et A (συv-) repose sur un travail de grammairien, jugeant le participe trop elliptique20. Où tracer la frontière entre variantes orthographiques et substantielles, que West21 reproche, avec raison, à Dawe de ne pas considérer ?

La leçon « difficile » non considérée

  • 22 La leçon est si aberrante pour Brunck qu’il pense que dans l’Aldine il doit s’agir d’une faute d’i (...)
  • 23 Voir le comm., II, p. 461-464. Pourtant, τριπλᾶις paraît à première vue une normalisation dans A, (...)
  • 24 Dans le premier exemple, il n’a pas d’apparat. Peut-être ne lisait-il pas le ε, comme Elmsley, Din (...)
  • 25 Voir ci-dessus, p. 43.

18La valeur accordée au manuscrit ne conduit pas à en considérer les leçons quand elles vont contre l’attente et ce qu’on prend pour le bon sens, comme au vers 375, où personne ne retient βλέψαι22, ou au vers 730, où personne ne défend διπλαῖς23. Jebb ne discute ni l’une ni l’autre de ces leçons24. Le rejet s’est fait dans la tradition et a empêché de reconsidérer les cas. Ce n’était donc plus une « difficulté » susceptible d’être rendue plausible, mais une faute. Ailleurs Jebb a pu défendre une leçon plus difficile dans L ; il n’a été suivi, pour ἔπουρον, v. 194, ni par Pearson ni par Dawe. δι’ αἰϑέρα dans le Deuxième Stasimon (v. 866 s.) est corrigé avant d’être analysé25.

Intervention des grammairiens

  • 26 Jebb, dans ses notes critiques, donne γέρον à « un manuscrit tardif » que Dawe ne signale pas ; vo (...)
  • 27 Voir le comm., III, p. 616.
  • 28 La sagacité de l’éditeur se montre dans la sélection opérée dans le fonds immense des conjectures. (...)

19Si l’on suit GR aux vers 943 s., on a une lacune à la fin de 943 (εἰ μὴ λέγω en 944, texte de Dawe). Triclinius l’a comblée avec (που Πόλυβος) γέρων (matière de la correction (ὦ γέρον de Bothe, où les mots sont rapportés à l’interlocuteur)26. Le texte complet dans L et A est rejeté pour des raisons de style (voir Jebb)27, sans doute arbitraires, et donc considéré comme une correction. L’appréciation littéraire détermine la décision paléographique. Or l’hypothèse d’un rejet d’une disposition un peu inhabituelle rend mieux compte de la simplification, avec la lacune qui s’en est suivie, comblée par les grammairiens, que celle d’un élargissement maladroit du texte de L, par avance discrédité chez les modernes, bien qu’il s’analyse28.

Les leçons de la transmission ouverte

  • 29 Voir par ex. J. Irigoin, 1978, p. 723,725. L’éclectisme généralisé a connu un reflux de Dawe à Wil (...)
  • 30 Voir ci-dessus, « L’obsession du faux », p. 24.

20On a reproché à Dawe de ne pas s’en tenir suffisamment aux données paléographiques et codicologiques dans le classement des manuscrits29. Il passe outre, parce que ces données ne l’intéressent pas au premier chef, en comparaison du travail philologique qu’il y découvre en abondance. En fait, il s’intéresse à toutes les divergences interprétables. A la différence de Nauck30, contre l’ambition conjecturale absolue du passé, il fouille la tradition à la recherche de leçons authentiques. C’est là le but, la justification des lectures et de la reproduction des leçons. Il s’appuie sur la « lettre » (non du « texte », mais des manuscrits), exploitant toutes les combinaisons possibles, parce qu’il pense qu’il reste à y faire des « trouvailles ». Ce n’est pas le texte, original par hypothèse, qui est mis à l’épreuve ; l’hypothèse initiale de sa détérioration produit des significations possibles, inconnues ou soupçonnées. Rien ne peut être proprement inattendu, objet de découverte herméneutique : le possible ne découle pas d’une aporie de l’interprétation, il est une « variante » de sens. Pourquoi ne pas envisager plutôt « cela », qu’on lit dans tels manuscrits ?

  • 31 P.E. Easterling, p. 252, reprend le jugement de Wilamowitz, sur l’homogénéité du texte, discuté ci (...)
  • 32 Voir ci-dessous, p. 65 et 88.
  • 33 On souscrira au principe général formulé par Jebb, p. LVII-LIX. Il manifeste plus de bon sens que (...)

21Les divergences ne sont pas souvent importantes31 ; la limite entre une variante, plus exactement entre une leçon authentique moins (ou non) altérée et la correction savante ou éditoriale d’une faute est nécessairement mouvante, d’autant que les historiens du texte se sont à juste titre convaincus que les corrections n’étaient pas en soi un indice de datation postérieure (supposant l’activité, comme on l’a cru, des exégètes de l’époque des Paléologues)32. Le texte est sujet à altération, les fautes sont sujettes à correction, aussitôt que le texte n’est pas reproduit seulement, mais lu. Le critique devra disposer d’arguments très précis avant de pouvoir trancher dans un sens ou dans l’autre33.

22Il y a des corrections si minimes et si mécaniques, ou encore si vraisemblables, quelles ne peuvent sans doute pas être attribuées à une époque ou à un auteur savant. Mais d’autres, on le sait, procèdent de tendances éditoriales précises ; certaines normalisations, intervenues aux dépens d’une difficulté, supposent des attentes historiquement déterminées, comme la plupart des conjectures modernes. Ce sont des traductions. Les interventions ont leurs « raisons » ; elles sont tributaires de l’histoire culturelle, contribuant donc à l’analyse de la pratique de lecture et du travail sur les textes. On n’accède pas directement à la tradition authentique en glanant selon la convenance les possibles, sans soumettre le document, qu’est virtuellement chaque leçon, étant aussi un témoignage, à l’épreuve d’une critique historique.

23Tout autre est le point de vue qui, par hypothèse purement herméneutique, accepte le texte reconnu (comme une forme de vulgate), non pour en tirer le potentiel de sa correction, mais pour accéder à sa puissance sémantique ante correctionem et pour disposer des critères philologiques propres à reconnaître les interventions. Prenant parti pour le sens, on fortifie le texte contre ses détériorations, largement reconnaissables grâce à lui.

  • 34 Voir ci-dessous, p. 130-132.

24Qu’on opère par le modèle identifiable d’un manuscrit ou par l’identité plus large du groupe, l’idée d’une utilisation de plusieurs sources, plus large que celle d’un modèle, répondant à une représentation plus actuelle par le pluralisme, ou plus « moderne », n’enrichit le texte, toujours unique, comme un point idéal de la reconstitution, que par ce qu’elle lui apporte, en comblant les manques. Les leçons valent ce que valent les sources ; sinon, l’accumulation, profitant à la « science », bloque la compréhension. Le correctif apporté à la rigidité du stemma reste soumis aux mêmes lois ; sans elles l’ouverture serait une illusion. A priori, on n’écartera l’apport d’aucun manuscrit ; les alternatives ne peuvent être appréciées que cas par cas. Or, à l’examen, les apports sont extrêmement réduits34.

  • 35 1976, p. 172,175.

25Ce n’est pas l’accord avec les témoignages anciens de la tradition indirecte qui peut démontrer la valeur, selon Wilson, des manuscrits « anciens » (XIIIème siècle) dans les groupes constitués par Dawe, mais leur intérêt propre, s’affirmant par lui-même, sans qu’on puisse être sûr que l’excellence de certains choix ne remonte pas « à des savants anonymes et non identifiables de Byzance »35.

26Le point névralgique restera le pas qu’on fait en concluant d’une consultation réciproque et de la rencontre à la présence vraisemblable d’une tradition ancienne et authentique. L’accès à la source peut-il, même indirectement, être supposé sur une échelle si large ? L’étape des « éditions », antérieures aux recensions supposées, nous échappe. On ne peut qu’admettre l’hypothèse, et la vérifier par les résultats.

La contrainte syntaxique

  • 36 A. Gercke, « Methodik » (voir IV : « Formale Philologie ») dans Einleitung in die Altertumswissens (...)

27Si l’on sépare l’exégèse de la critique formelle, incluant la recension et la correction comme moyens de l’établissement du texte transmis, l’analyse syntaxique est faite par avance, si bien que l’on ne voit pas ce qui doit alors proprement faire l’objet d’une explication spécifique. Les commentaires sont faits de grammaire explicative, qui applique la règle générale au cas particulier pour l’usager, ou de realia, assimilés au contenu du texte ; c’est « selon l’usage, tout et rien »36. Tous les rapprochements sont possibles, aucun n’est indispensable. En fait, c’est nécessairement le sens même, que la critique suppose connu, la compréhension des phrases, qui est à trouver, et que le commentaire discute ici avec la part de grammaire qu’il faut et les références que les mots impliquent, matérielles ou externes, littéraires ou intertextuelles. Rien ne peut être séparé ni présupposé dans la matérialité linguistique qui, décomposée dans l’acte de son écriture, par définition réflexive quant à l’usage de la langue, se recompose en se mettant en place.

Le parti pris en faveur d’une histoire de l’interprétation

  • 37 1976, p. 604.

28L’édition du texte doit servir de base à un commentaire, destiné à éclairer une tradition de compréhension. L’exégèse s’appuie sur des données paléographiques ; elle en est tributaire, et doit se laisser guider par elles. Mais la tradition manuscrite porte de son côté les traces d’une activité savante et scolaire, qui peuvent être reconnues comme telles. Le commentaire, s’attachant à comprendre les préalables des commentaires anciens, met à nu les habitudes de lecture ; il situe, dans leur dépendance, des leçons, qui ne sont souvent que des conjectures, et permet ainsi d’évaluer les manuscrits et d’apprécier leurs apports. L’interprète est toujours pris entre une tradition qui est celle du texte, étant celle de sa transmission matérielle, dont il dépend, et une autre qui en est l’altération, souvent identifiable, qui le sépare du texte. On a ici tenté de tirer les conséquences, pour l’établissement du texte, d’un travail qui porte sur les positions interprétatives. Van Looy a essayé de définir le critère des choix si coûteux de Dawe : « celui qui procure le texte le plus satisfaisant à tout point de vue »37. Que signifie « à tout point de vue » ? La formule n’exige-t-elle pas qu’on détermine les « points de vue » et qu’on les rapporte donc aux attentes de correction et de propriété qu’ils satisfont ?

29Le point de vue sera toujours différent selon que l’on relit un manuscrit, ou qu’on en lit d’autres, non lus encore, pour mettre à la disposition du lecteur une information précise, souvent inédite, et selon qu’un parti pris, par définition exclusif, pour la lettre du texte conduit à s’interroger sur l’intérêt, et donc la valeur, des renseignements reproduits. La ligne de partage, pour indécise qu’elle doive rester par définition, repose en fait sur des options inséparables de l’interprétation.

30L’exégèse, au lieu d’être négative (comme elle l’est aujourd’hui pour la plupart des Anglais), peut être positive en se laissant guider par la recherche du « sens ». L’authentique se démarque ; l’interpolation démarquée portera les traits d’une intervention et d’un intérêt historiques virtuellement identifiables. La recherche de l’authentique sépare les significations, l’une de l’autre ; elle ne s’accommode pas de l’observation pure du paléographe, ni de la position qu’elle implique sur la matière du texte. La difficulté n’a pas la même fonction. Dans la pratique philologique d’un Page ou d’un Dawe, elle est l’indice d’une altération ; elle témoigne d’une carence, dans une vision pathologique générale, alors que nous percevons la différence comme un instrument pour accéder à une intention originale, historiquement déterminée.

Notes

1 Lloyd-Jones, dans ses comptes rendus de l’édition de Mazon-Dain (1956, p. 106 ; 1959, p. 478), regrette l’absence de l’obèle dans le texte, autant que de conjectures dans l’apparat. Il définit l’objet de l’opération conjointe : faire voir au lecteur qu’il y a une « difficulté » (non pour l’entendement, mais pour la forme du texte ; elle porterait, sinon, sur le texte transmis et non sur sa correction), et « promouvoir nos connaissances par une nouvelle exploration critique ». Contre la paresse (et le chauvinisme) du conservatisme français, le « progrès » est situé dans l’invention, en dehors du « texte ». Dans le compte rendu des Studies et de l’édition Teubner de Dawe (1978, p. 217), Lloyd-Jones dresse une liste des obélisations qu’il approuve, pour Ajax, Électre, Oedipe roi.

2 Voir le comm. ad v. 707-709, II, p. 447 s.

3 Voir le comm., III, p. 546-548.

4 Cf. Colonna, et le comm., III, p. 879-882.

5 O.C.T., Praefatio, p. VI.

6 Cf. P. Maas, Textual criticism, p. 11 (§ 15), qui distingue des propositions de remède, équivalentes et multiples, la catégorie de la « self-evident emendation ».

7 Le principe formulé par Maas (ibid.) reste irréfutable : la conjecture repose sur l’idée que l’anomalie éliminée « n’a pas pu être admise, voire recherchée par l’auteur ».

8 Lire les pages 246-248 de l’Einleitung ; voir ci-dessus, p. 26 s. « Les vers de terre recueillis au cours d’une longue vie, ramassés dans une cuvette » (p. 247). La conclusion est acerbe et désabusée : « le dégoût inspiré par la vanité de ce jeu était reporté sur la science qui se voyait ainsi frustrée du travail qui aurait pu lui être substitué » (ibid.).

9 Voir Brunck, ou Hermann, dans la modération ; Nauck, dans l’excès. La célèbre colère de M. Haupt (Opuscula II, p. 286-296) a été illustrée par l’Électre de Sophocle : De emendatione Electrae Sophocliae (1865). Fidèle à l’esprit de Hermann, son maître, Haupt se fait en 1865 le champion de la résistance contre les excès de l’interpolation mécanique (voir Christian Belger, Moriz Haupt, als academischer Lehrer, p. 129-136).

10 Le travail dans les parties lyriques, en dépit des « lacunes », ne peut consister à compléter la pensée, comme Wilamowitz le demande au traducteur (si elle est perdue, elle est introuvable), mais à analyser la phrase transmise, dans l’état (voir la traduction d’Oedipe roi, p. 85).

11 Voir ci-dessus, p. 27.

12 Voir ci-dessous, p. 49.

13 Voir le comm, III, p. 1085.

14 Voir le comm., III, p. 1093. La variante résulte sans doute d’une lecture.

15 Turyn, Manuscript Tradition, p. 159. Ci-dessous, p. 128. ; cf. Dawe (B.T., 1984), Préface, p. VI :... in Oedipode Rege textum simillimum...

16 Sur la relative indépendance de R, cf. Turyn, op. cit., p. 118 s., Dietz, 1967, p. 246.

17 Turyn, op. cit., p. 122 s.

18 Voir le comm., III, p. 1095-1097, et ci-dessous, p. 124.

19 Voir le comm., II, p. 293 s.

20 Dawe adopte pourtant cette leçon (dans l’édition de Cambridge sans apparat).

21 1980, p. 366.

22 La leçon est si aberrante pour Brunck qu’il pense que dans l’Aldine il doit s’agir d’une faute d’impression. Il ne la trouvait « même pas » dans Triclinius. En fait, elle est dans G in l., R, etc. (cf. Dawe). Pour Kamerbeek, elle est dans L, mais comme une ancienne erreur, antérieure à la translittération. Voir le comm., II, p. 233-235.

23 Voir le comm., II, p. 461-464. Pourtant, τριπλᾶις paraît à première vue une normalisation dans A, T in l. et quelques autres.

24 Dans le premier exemple, il n’a pas d’apparat. Peut-être ne lisait-il pas le ε, comme Elmsley, Dindorf ou Wolff, 1854, p. 124 ? Dans le second, il ne commente pas.

25 Voir ci-dessus, p. 43.

26 Jebb, dans ses notes critiques, donne γέρον à « un manuscrit tardif » que Dawe ne signale pas ; voir aussi West, c.r. de l’éd. de Dawe, 1978, p. 239.

27 Voir le comm., III, p. 616.

28 La sagacité de l’éditeur se montre dans la sélection opérée dans le fonds immense des conjectures. Il en est qui, tout à fait superflues, redondantes pour ainsi dire, n’ayant rien à voir avec le sens, sont néanmoins attendues, comme ici cet Οἰδίπου πατήρ (pour Πόλυβος — εἰ δέ μὴ) Nauck, v. 943, que Fitton Brown reprochait à Dain et Mazon de ne pas avoir retenu (ci-dessus, p. 28 s. et p. 29, n. 1). L’exercice d’école débouche sur une quasi-évidence. Voir la doctrine de Nauck, ci-dessus, p. 24 s.

29 Voir par ex. J. Irigoin, 1978, p. 723,725. L’éclectisme généralisé a connu un reflux de Dawe à Wilson, qui distingue plus fortement l’identité de certains groupes de manuscrits (comme le montrera l’édition de Sophocle [O.C.T.]) et limite la contamination dans le cadre de la transmission horizontale. Ce même mouvement s’observe du Dawe de la triade au Dawe recensant les autres drames (voir les remarques de Lloyd-Jones, 1978, p. 215, de Wilson, 1980, p. 218, ou d’Irigoin, 1980, p. 52).

30 Voir ci-dessus, « L’obsession du faux », p. 24.

31 P.E. Easterling, p. 252, reprend le jugement de Wilamowitz, sur l’homogénéité du texte, discuté ci-dessus, p. 38, n. 1.

32 Voir ci-dessous, p. 65 et 88.

33 On souscrira au principe général formulé par Jebb, p. LVII-LIX. Il manifeste plus de bon sens que de simple prudence.

34 Voir ci-dessous, p. 130-132.

35 1976, p. 172,175.

36 A. Gercke, « Methodik » (voir IV : « Formale Philologie ») dans Einleitung in die Altertumswissenschaft, vol. 1, p. 57 : « ... der Erklärung unterliegt, je nachdem, alles und nichts ». Il ne peut y avoir ni règles ni limites.

37 1976, p. 604.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search