Version classiqueVersion mobile

L’Œdipe Roi de Sophocle. Tome 1

 | 
Jean Bollack

La matière du texte. Les manuscrits et les éditions

La matière du texte. Les manuscrits et les éditions

Texte intégral

1L’introduction à l’histoire de l’édition forme dans ce premier volume un complément indispensable à l’histoire de la discussion savante sur le sens dans les volumes II, III et IV. On ne peut guère comprendre les positions de la critique sans les situer dans le cadre des informations dont disposaient les auteurs au sujet de la matérialité du texte. L’étude des conditions de sa constitution, principalement depuis la fin du XVIIIème, tend à montrer les liens étroits qui rattachent les principes de la critique verbale à la pratique ou au refus de l’herméneutique. Mon travail s’est fait en deux temps ; une certaine divergence dans le choix des références d’une partie à l’autre en témoigne. Je me suis d’abord appuyé sur les informations fournies par les éditions existantes, ce qui (à de rares exceptions près) était suffisant pour mon premier propos, exclusivement herméneutique. Les choix pourtant se traduisent dans la lettre du texte ; l’opinion sur la qualité ou l’utilité des manuscrits est consolidée par la sélection qui s’y opère au moyen de l’évaluation sémantique. Ce n’est donc pas l’histoire de la transmission en elle-même qui m’a intéressé. Cherchant à analyser les raisons autres que paléographiques qui guident les choix des éditeurs, je me suis trouvé confronté à l’histoire du problème éditorial, à savoir des options qui ont façonné les recherches sur la transmission matérielle (souvent reprises au même point, comme pour le reste). Ayant d’autre part à éditer mon propre texte, sur la base d’une information restrictive quasiment limitée à L et A, que je justifie au cours de cette introduction, j’ai rencontré les vues contraires, et souvent déroutantes de la tradition horizontale (chez Dawe par exemple), qui reposait avec force le problème de la relation entre la masse des leçons et l’analyse des conditions historiques de l’édition. Qu’en retiendra-t-on lorsque les informations nouvelles, au lieu d’être soumises aux critères d’une simple possibilité empirique qui tient souvent d’un pur jeu, sans que les règles de la convenance soient définies comme telles, auront été dûment considérées dans la tradition comme des choix d’éditeurs, des interventions anciennes ou médiévales quand il s’agit de manuscrits, modernes quand il s’agit d’éditions ?

2Le problème de la tradition manuscrite se concentre, pour Sophocle, sur le manuscrit L du Xème siècle (un Laurentianus de Florence), qui n’est utilisé que depuis le XIXème siècle, et a été considéré un temps comme la seule source fiable. En réalité, on ne peut renoncer aux informations complémentaires de deux autres familles, se constituant, l’une principalement autour d’un manuscrit A de Paris, l’autre, appelée « romaine », autour d’un autre manuscrit de Florence, G ; nous avons, pour des raisons développées plus loin, fait un usage beaucoup plus systématique de la première.

3Les manuscrits « divers », qui n’ont d’abord pas été séparés du corps des différentes « vulgates » de l’histoire, ont été ensuite traités comme une réserve marginale d’informations subsidiaires, comme on le voit chez Pearson, avant que la masse indistincte fût transformée par la nouvelle école en un système ouvert de virtualités équivalentes.

4Les « variantes » sont des hypothèses de la transmission et doivent être discutées comme telles. L’examen décide, lorsqu’on parvient à une décision ce qui n’est pas toujours le cas. L’hésitation souvent l’emporte. Du moins le problème de l’appropriation primitive doit-il toujours être posé en premier, avant toute utilisation. L’alternative quelles ouvrent se situent entre le texte et sa transformation, elles ne le « varient » pas, mais témoignent d’adaptations, de déviations, qui reflètent les interprétations (ou interventions) du passé. L’interprétation présente tente d’en rendre compte comme d’un phénomène identifiable, et dans le meilleur des cas d’en préciser l’origine.

5L’angle de l’ouverture n’est pas déterminé seulement par l’information. On ne peut exclure qu’une autre chose puisse être connue, conduisant plus loin. La contamination ne peut être éliminée que dans l’application expansive et arbitraire du principe. La conscience de la limite de l’information reste toujours vive ; avec elle, la possibilité d’un état du texte qu’on ignore. Seule la discussion sur les critères du choix est à même de limiter l’excès de l’ouverture. Elle repose sur la possibilité d’un consensus qui retrancherait une grande part de l’information, en objectivant les conditions où un tour ou une réflexion peuvent être défendus contre un autre, entre la règle et l’exception. Au lieu de discuter ce qui simplement est là, et qu’on est tenté d’utiliser fortuitement, on s’interroge sur la légitimité des points de vue et donc sur l’origine de la matière examinée, toujours tributaire de lectures et d’utilisations antérieures, tout en sachant qu’on ne peut toujours parvenir à avoir une certitude sur ce qui a été écrit, ni donc à fixer la provenance des adaptations secondaires. Le commentaire reproduit le moment d’une discussion orientée par la recherche de l’originel ; il expose point par point les tentatives de sélection.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search