Version classiqueVersion mobile

L’Œdipe Roi de Sophocle. Tome 1

 | 
Jean Bollack

Introduction. Le comment-faire

Texte intégral

  • 1 Les monographies ont leur unité, imposée par l’analyse syntaxique de la phrase, ou par un autre pro (...)

1L’analyse de la tradition savante tient dans ces livres plus de place que ne le demandent l’éclaircissement et la justification du « sens ». Ce n’est donc pas un commentaire, si l’on en attend d’abord une aide pour la compréhension des phrases, bien que cet aspect plus traditionnel soit largement représenté, mais la reconstruction d’un enseignement écrit et oral. Les choix de l’édition sont sans cesse justifiés au sein de la logique de l’argumentation traditionnelle, dans les paraphrases, distinctes du commentaire, et dans la suite de notes consacrées aux problèmes du texte. Les digressions (ou « dissertations ») d’ordre grammatical ou thématique ne sont jamais au premier plan non plus. Elles ne forment pas l’objet du livre, où la place accordée à la reconstitution de la discussion savante par l’analyse comparative des opinions a une nécessité épistémologique. Le travail, tendant à présenter aussi exhaustivement le débat scientifique, procède d’une finalité propre : montrer dans un cas particulier, pour une œuvre continûment présente dans le patrimoine culturel, ce que recouvrent des lectures qui ont eu cours, en relation avec la recherche du sens. L’analyse de la tradition recouvre donc une large indépendance, elle reproduit systématiquement les points de vue qui ont présidé à l’élaboration des traductions, et rétablit, où la chose est possible, les orientations majeures des commentaires depuis deux cents ans ; elle est soucieuse de circonscrire les problématiques, et d’abord parce qu’on a des chances de parvenir par ce biais jusqu’au point où l’on peut discuter plus généralement et plus librement des conditions où la compréhension du texte a la chance de s’établir. On a choisi à cette fin d’éclairer la discussion en mettant les options face à face, et en dressant fréquemment des inventaires doxographiques, qui font ressortir les différences entre elles, pour aboutir à une problématisation, non plus des interprétations du texte, mais des termes de la discussion et des préalables1.

2Les commentaires, monographies et articles embrassent une période de deux cents ans. L’édition de Brunck a été choisie comme limite parce qu’elle marque le seuil d’une modernité qui ouvre la reconstitution historique. Les périodes antérieures sont représentées par les scholies, anciennes et byzantines, et par le travail éditorial, antérieur à Brunck, du XVIème au XVIIIème siècle, qui a façonné la vulgate du sens autant que le texte. Ils ont été accueillis dans les éditions ultérieures, qui se sont toutes appuyées sur la recension textuelle et sémantique de Brunck. Notre but était de reproduire la controverse, autour des problèmes, unité par unité, et point par point, dans la logique d’un déroulement où la présentation systématique en général domine. La reproduction de la polémique conduit mieux que tout autre point de vue vers l’objectivation de la discussion savante, et fait voir ses préalables et ses enjeux. L’analyse doxographique ne tend donc pas directement à fournir des matériaux à l’établissement du texte, ni même à la fixation du sens. Le but n’était pas d’établir un répertoire ou une réserve d’émendations ; lorsque le stock a été constitué, il doit illustrer une histoire, et avant tout les modalités transhistoriques de la compréhension. Le corpus éclaire le statut de l’autorité, les limitations sur lesquelles elle se fonde et qu’elle impose. La mise à nu du mécanisme est le moyen le plus efficace pour se libérer de son empire.

3La différence est grande, entre la simple présentation des options élaborées par la tradition, comme l’a fait, le plus souvent, Eduard Fraenkel, où elles sont en général au nombre de deux (il s’agit souvent d’accepter ou de refuser un écart de la norme), et la problématisation radicale où ces mêmes options apparaissent comme des réponses quand elles en apportent, ou se trouvent à côté, si le problème n’a pas été reconnu ou discuté. L’écart ne distingue pas ici la règle et l’exception, décrétée tolérable ou non, mais la question est circonscrite par la démarche d’une recherche sémantique pleinement assumée, et la codification des solutions effectivement proposées dans l’histoire de la critique, hors problème. L’hésitation qui subsiste au dedans est infiniment moins importante. L’erreur que la problématisation a démontrée l’emporte de beaucoup sur l’incertitude qui, à certains endroits, subsiste, délimitée.

4L’énumération des noms n’apporte rien en soi ; dans beaucoup d’ouvrages, elle donne avant tout de l’autorité à des lectures, divergentes ou contradictoires. Pour que les relevés aient un sens, il faut que les noms soient représentatifs des tendances, et leurs opinions situées dans ce cadre, et que le système recouvre l’histoire. Le travail de classement n’est fructueux et ne devient signifiant que si la problématisation est méthodique, que l’interrogation précède, que les options figurent comme des réponses, contre les intentions mêmes, et que le critique qui construit le système a conquis une position indépendante, et comme externe, quand même il finit lui-même par se rallier à l’une des positions inventoriées.

  • 2 Le « collège invisible » a sa justification dans ce contexte d’une communauté si fortement intégrée (...)

5Les pratiques les plus érudites restent marquées par les conventions restrictives, inhérentes aux fonctions sociales de la discipline comme aux techniques spécialisées, relativement plus indépendantes. On sait combien les opinions sont tributaires de l’utilisation des textes dans les systèmes éducatifs. La discipline a perdu sa position dominante, les orientations limitatives n’ont pas été supprimées pour autant. La sauvegarde reste confiée à des techniciens du texte, qui se sentent investis comme pour une défense territoriale. Les approches externes apparaîtront toujours comme des dépassements factices, tant il est vrai que la matière appartient aux experts et qu’une connaissance renouvelée des œuvres repose sur une critique interne, poussant jusqu’à la constitution du savoir. Les propositions ne sont accueillies qu’au sein d’une société fermée, qui n’est pas préparée à reconsidérer ses règles de fonctionnement. L’aversion à l’égard de tout point de vue théorique, qui serait nécessairement plus ouvert, lui sert d’enseigne. On n’y entre qu’en s’y introduisant parce que le cercle ne parle que pour un petit nombre, pour un « jury invisible »2.

6Ainsi le passé de la discipline est le plus souvent décrit ou reconstruit en fonction des habitudes scientifiques et de la relation à l’objet qui les commande. Les lignées généalogiques sont appelées à consolider les règles reconnues du jeu. La pratique que les références autorisées servent à défendre est tantôt légitime, tantôt usurpée, le plus souvent les deux faces sont indiscernables. Devant l’approche naïve, les spécialistes défendent à juste titre les prérogatives de l’initiation. La compétence est requise, elle est indispensable pour la matérialité du texte (pour la critique verbale et pour l’histoire de la langue) et pour son déchiffrement sémantique. Le domaine est réservé par la science ; en même temps, il est ouvert, parce que les réquisits forment des préalables, et ne touchent pas l’intelligibilité de la chose, qui risque d’être façonnée en fonction des instruments de l’approche érudite, à la suite d’une division du travail mal analysée. Le problème herméneutique est comme laissé en blanc ; il figure comme une préoccupation secondaire ; il est fixé partiellement et provisoirement, pour que les compétences érudites de la discipline puissent se déployer prioritairement, sans entraves. Les préjugés, toutes les charges idéologiques non analysées, inhérentes aux interprétations, se perpétuent largement, sans être même revendiqués ou assumés, en raison de cette limite, et d’une division du travail où les lois de l’établissement du sens ne sont pas considérées. L’hypertrophie crée un vide, qui s’expose sans cesse à être comblé par des intérêts extérieurs à la science du texte. La séparation interne amène les défaillances, qui suscitent et autorisent les adaptations arbitraires. Le dédoublement de Wilamowitz, à la fois expert en la matière et propagandiste des humanités, peut être inhérent à une même logique de production, plus exclusive en un lieu, plus exotérique ailleurs. Mais il s’observe partout, à toute époque. Il suffit de mesurer le fossé infranchissable (parfois artificiellement comblé) entre l’horizon intellectuel qui oriente les éditeurs et les commentateurs traditionnels, opérant avec une exigence de technicité et de précision de plus en plus grandes, et donc exclusives, et d’autre part les approches structuralistes, poststructuralistes, psychanalytiques, ou simplement littéraires, que les premiers n’ont pas à récuser en théorie, tout comme les secondes n’ont pas à être confrontées avec les positions propres de la spécialité. L’entreprise philologique s’ampute de sa finalité, en dépit de toutes les affirmations fondatrices. La guerre n’a pas lieu. Les adversaires font bon ménage parce qu’en fait ils s’ignorent. Le terrain du sens peut être réoccupé multiplement, parce qu’il n’est pas revendiqué par les ayants droit.

  • 3 Combien de fois a-t-on été poussé à écrire, en croyant diagnostiquer une correction dans les manusc (...)

7L’attitude sceptique, prévalant dans les écoles anglaises qui dominent actuellement, doit être confrontée avec ce que j’appelle la problématisation, et la discussion théorique qu’elle implique. Elle ne se présente pas moins que la nôtre comme une mise en question systématique du texte et ne réexamine pas moins les solutions proposées ; comme elle s’en tient à l’horizon sémantique existant, déjà constitué par la maîtrise de l’usage et par « le sens commun », l’interrogation oscille entre une tendance d’exclusion méthodique (de Page à Diggle) et une autre plus libérale (suivie parfois par Lloyd-Jones), sans jamais inclure le cadre de la discussion. La recherche est ainsi arrêtée par une limite qu’à elle-même, par ce consensus, elle se fixe, alors que le mouvement premier du doute la conduisait virtuellement au questionnement méthodique, qui est au principe de la démarche herméneutique. La raison de la différence remonte jusqu’à la relation établie par nous avec le texte premier, antérieurement à sa transmission, alors qu’il n’est pas considéré par les autres au moment où il est apparu nouvellement au public comme une chose qui n’avait pas existé encore3. La compréhension ne peut éviter d’entrer dans le processus initial, en supprimant par hypothèse la distance dans le temps.

8Et pourtant il n’y a pas d’approche immédiate. L’immédiateté est un leurre. Pour la compréhension des phrases, le détail toujours arrête. Les traductions, qui vont droit au texte, montrent qu’elles n’y parviennent pas en croyant le faire. L’exemple de la méprise est surtout net dans le domaine des Présocratiques. On traduit librement : l’effet obtenu peut sembler génial ; c’est rarement le cas — il n’est pas en cause ici. L’échec n’est pas le fait seulement de la dépendance inconsciente, incontrôlée, mais d’une acceptation. Le réexamen des sens adoptés est une étape nécessaire à la découverte. Le sens convenu y conduit, il désigne ses propres failles lorsque sa justesse est mise à l’épreuve. Mais la dépendance reste entière quand on s’est donné les moyens d’évaluer tout l’arsenal textuel et syntaxique. La tradition savante restera le partenaire d’un dialogue sur les potentialités. Le débat du passé contribue au débat renouvelé avec elle, fournissant ses propres hypothèses, qui offrent une instance de contrôle indispensable, et comme un garde-fou pour l’interprète, contraint d’objectiver son interprétation, puisqu’il apprécie en même temps la pertinence des autres.

9Pour l’interprète, la tradition est dans sa nature une matière toujours ambivalente. Toutes les informations de base qu’il faut avoir pour l’établissement du sens ont pratiquement été élaborées, en relation étroite avec les opinions, qu’on peut inventorier ; elles sont marquées par le travail interprétatif des siècles et ne peuvent en être détachées et réinvesties qu’en connaissance de cause. Tout, ou presque, a été virtuellement mis à la disposition des philologues par une tradition savante, qui, en même temps, est partout limitative et agit contre son propre propos. L’occultation est au sein de la matière ; le critique s’arme en s’arrachant sans cesse à ce qui lui permet de progresser.

10Le corpus des opinions fournit une instance de contrôle. D’abord, l’hypothèse de sens est mise à l’épreuve par comparaison ; elle doit s’imposer contre les autres, se maintenir ou non. La tradition peut venir la fortifier autrement. L’argumentation, qui est intimement liée à la production d’un sens non représenté encore, est obligée de tenir compte de tout le complexe où la nouvelle solution s’insère et de discuter les autres choix, si bien que la proposition, issue du texte, est aussi issue de la tradition.

11Ainsi la partie se joue à trois, le texte, l’ego qui le lit, et toutes les lectures qui ont précédé la sienne. L’approche directe, toujours imprégnée quoique première, fournit le critère qui permet de juger de la justesse des thèses soutenues, pour les accueillir ou pour les rejeter. Ce n’est pas qu’on ne soit pas déjà allé à la tradition en allant à Sophocle, mais d’avoir posé les deux termes du texte et de la tradition sur le texte, et postulé la distinction permet de démêler la lettre et ce qui n’est pas elle. À mesure qu’elle s’impose, la contestation se transforme en une appréciation de l’écart ; la lecture s’affine, et s’affirme parallèlement. Les deux voies se séparent indéfiniment et ne cessent de s’appeler.

***

12Il ne serait pas impossible de faire abstraction des «  problèmes  » pour développer, à partir de la controverse, des divergences souvent factices au sein d’un consensus, une typologie de la discussion savante depuis Brunck dans une république européenne des lettrés (que l’on pourrait diversifier, suivant les traditions culturelles nationales, voire les écoles). On ne se contenterait pas d’examiner des listes d’interprétations, d’un point de vue descriptif et cumulatif, comme dans une doxographie. La production des opinions nouvelles et l’utilisation des anciennes se situent dans l’histoire, mais elles sont enfermées dans un espace propre à la discipline, et même à Sophocle, dont le caractère artificiel se reconnaît à la précarité et à l’intermittence, liées à l’existence de groupes. Il serait vain d’y constituer des lignées, si constantes sont les ruptures, entre Hermann et Vellacott ou Winnington-Ingram. On ne reconstitue que les enchaînements, qui précisément font ressortir la discontinuité de l’ensemble où ils flottent.

  • 4 Voir les vers 1405-1408 ; Comm., III, p. 960-964.

13Dans certains cas, jusqu’à six ou sept traductions ont été proposées. L’insatisfaction entraîne une nouvelle formulation ; les termes sont redistribués, sans que les données soient reconsidérées. Lorsque Œdipe crée dans son langage d’après la mutilation ses parentés délirantes, elles ont été apparentées d’autant de manières que l’admet le jeu des combinaisons possibles4 ; et l’on peut multiplier les exemples de ces interprétations qui ne reformulent pas le problème. La question, dans ce cas, prolifère dans les limites qu’elle s’est fixées. Dans la liste des propositions, il peut se faire qu’ait été formulée la lecture que soi-même on défend, mais elle ne se confond pas avec elles, puisque les critères, et surtout les implications diffèrent. S’il se trouve que l’interprétation que l’analyse nous a fait retenir en rencontre une autre, parfois à quelques années ou à quelques siècles de distance, cette coïncidence est donc nécessairement fortuite, si bien qu’en un sens la doxographie n’apporte à l’interprète que l’exercice, ou la rupture même qu’il dépasse.

  • 5 Voir par exemple le vers 638 ; Comm., II, p. 388. Comme la philologie n’est pas une science dont on (...)

14Plus souvent, l’alternance règne, avec deux ou trois variations, gratuites ou importantes, ou avec deux thèses qui s’excluent. Un mouvement pendulaire peut s’installer alors qui se prolonge indéfiniment5, alimenté par les lacunes de la communication et le manque d’information. Formellement du moins, malgré la rupture en profondeur, l’auteur récent répète souvent, sans s’en douter, ce qu’avait combattu le critique qu’il combat.

  • 6 Voir ad v. 813-820 ; Comm., II, p. 501 ; ad v. 1381-1383 ; Comm., III, p. 943 (Scutt, apud Tanner 1 (...)

15D’autres idées ne sont pas reçues. Les propositions ne sont recevables que si elles restent dans les règles qui fondent le consensus savant. Les conventions tacites qui régissent le débat exercent une autorité anonyme. Ainsi la justification d’une leçon peut ne pas être accueillie, pour convaincante qu’elle soit par elle-même6. Elle sera combattue, ou passée sous silence. Les références restrictives se transmettent, en dépit des mouvements d’idée ; du coup, lorsque la fausse continuité enferme, l’invention, qui rompt, n’a pas de fonction.

***

16Si le commentaire vise un objet historique, la chose qu’est l’œuvre, son objet premier sera de montrer ce qui fut fait à travers l’histoire pour le constituer. Outre l’intérêt d’explorer le travail qu’a élaboré le passé, pour y trouver, dans les mille tentatives du devenir de la philologie, la décision adéquate, soit qu’elle ait déjà été formulée, et qu’il lui ait manqué une consolidation, soit que la négation la fasse venir au jour dans la discussion, une nouvelle discipline se constitue dans les dépouilles de la discipline. C’est précisément dans la mesure où la rupture n’a pas été consommée, ou le progrès n’a pas été nié (encore fallait-il se représenter le terme que l’on niait), qu’il ne peut pas y avoir de progrès, malgré tous les perfectionnements techniques (Mazon ou Dawe n’ont pas pu monter sur les épaules de Hermann). En fait les gloses des scholiastes anciens ou des Byzantins, dans leur naïveté ou dans leur désordre, lorsqu’elles sont rapportées à leurs catégories, ont autant d’intérêt dans l’histoire du comment — à savoir de la genèse de la compréhension du texte ou des sens donnés aux phrases.

17Bien que la production du sens soit le souci le plus commun de l’interprète, quel qu’il soit, tout change si c’est le déroulement et la signification des opérations en cours qui comptent, et que les expulsions sont considérées comme les admissions. C’est que le questionnement de la critique fait rejoindre le comment du texte, et l’art. La façon est la chose même. Il n’y a pas d’autre contenu que les problèmes de traduction ou d’analyse, accueillis ou esquivés par les écoles de philologie, à Leipzig ou à Glasgow.

18Si cet Oedipe échappe à la grandeur ou à la misère de la tragédie humaniste, du XVIIIème siècle jusqu’à Cocteau, s’il ne succombe pas à la psychologie, comme chez Freud, s’il n’est pas l’homme du péché, s’il n’entre pas, à titre d’exemple, dans une structure historique contradictoire, comme celle du bouc émissaire, c’est qu’il est ici l’image en relief d’un creux. Il a surgi d’une longue chaîne d’énigmes, si bien que ce qu’il fait reconnaître d’abord, avant toute grandeur et misère d’un caractère, c’est l’intelligence en acte — sophistique entièrement et pas seulement et pas du tout —, qu’il doit à l’intérêt si aigu du commentaire pour le comment. Ce savoir-faire, ce savoir-dire d’un homme de pouvoir, qui n’est pas un tyran, n’a rien à voir avec la raison hybride, aux yeux pers de la Prière sur l’Acropole (et de ses homologues), ils sont marqués par la recherche du métier de la parole par des gens de métier ; ils appartiennent tout entiers à l’ordre de l’énigme, et du déchiffrement, qui est leur contenu, comme il est le nôtre, lorsque nous lisons.

19Le sens n’est pas. La façon de dire ne répond pas à une chose qui existerait avant elle. Le commentaire fabrique à tout instant un sens inconnu, un sens en formation — loin de chercher à dégager les linéaments d’un sens qui fut connu, ce qui est la définition du réalisme positiviste.

 

20Reste à savoir comment s’effectue la production du sens.

  • 7 Définition du Dictionnaire universel de Pierre Larousse, vol. XIV, 2 (1982), s.v., « Syntaxe ».

21La syntaxe « traite des rapports des mots entre eux et des variations de forme qu’entraîne la diversité de ces rapports »7. Elle n’est pas un ensemble de règles seulement, comme lorsqu’elle s’énonce dans un manuel ; mise en relation des idées qui sont dans les mots, elle s’expérimente et se constitue dans les textes.

  • 8 L’affirmation est restée célèbre ; elle sert de paradigme. Je la lis dans l’article d’un magazine ((...)
  • 9 Voir ci-dessous, La matière du texte, chap. 1, p. 26.

22Wilamowitz croyait pouvoir se passer de grammaire par dédain de virtuose8, et il revendiquait une immédiateté intuitive, non réglementée9. Si les énoncés n’étaient pas réglés, l’interprète leur imposait librement le sens. Pourtant les dépassements sont trompeurs. L’art de dire reste lié au code, alors même qu’il s’en éloigne et qu’il transforme les idiomes du langage.

  • 10 Voir mon étude, « Un futur dans le passé », dans : Peter Szondi, Introduction à l’herméneutique lit (...)

23Il n’est pas nécessaire d’entrer dans la mise en question de l’univocité, qu’on a tenté ailleurs de rapporter à ses préalables10. La pluralité, quand elle n’est pas utilisée pour les besoins du double-sens, répond à une orientation qui n’est pas vraiment représentée dans la critique du texte d’Oedipe roi (si ce n’est, en un sens, dans l’enrichissement par superposition chez Longo). Il suffira de voir que les décisions, dans l’immense majorité des cas, sont d’ordre syntaxique. Douter de la pertinence de l’idée de sens revient à contester l’instance du critère de la grammaire, ce qui serait absurde. Les différences de compréhension ne procèdent pas toujours directement de l’analyse syntaxique, elles s’y rapportent toujours, et lorsque l’une d’entre elles s’impose, c’est par la grammaire. La pluralité des lectures qu’on légitimerait au nom d’un principe de polyvalence inhérent au langage ne serait jamais que la variance multiple d’une lecture antérieure, arbitrairement choisie comme point de départ dans l’une des langues modernes. La précision de la phrase dans l’original grec n’est pas impliquée. Or tout repose sur la gamme des différences grâce à laquelle l’expression s’affirme contre d’autres virtualités préexistantes. Elles sont dans la langue, quand même elles ne sont pas dites. L’écart n’est jamais hors norme ; le tour exceptionnel suit la règle qu’il outrepasse. Les codifications sont restrictives par rapport à l’énoncé, plus tendu ou plus distendu, plus ou moins contracté, elles ne sont pas arbitraires.

  • 11 Vers 425 ; Comm, II, p. 267 s.
  • 12 Voir les vers 457 s., 1215, 1250, etc.
  • 13 Voir les vers 220 s. ; Comm., II, p. 142-145. La négation se condense au point de devenir une réali (...)

24L’acceptation de la valeur pleine de particules de liaison11 conduit à des sens effacés, qu’on ne trouve qu’occasionnellement dans l’histoire, sans doute parce que la simultanéité qu’ils impliquent a quelque chose d’« inouï ». La diction tragique n’a pas été arrêtée par la peur des violences faites au sens commun. Le monstre qu’est Œdipe est plus d’une fois cerné par l’audace des tropes12. Par ailleurs, la syntaxe de la négation est un outil de la spéculation. Elle accompagne l’action, qui avance dans le vide à la recherche des repères qu’elle manque13.

  • 14 Vers 759 ; Comm., II, p. 469.
  • 15 Voir son édition, p. 168, n. 3.

25C’est la syntaxe aussi qui rapproche la prise du pouvoir par Œdipe et la mort de Laïos dans la vision fractionnée de l’événement, lorsque Jocaste se met à la place du berger sans savoir ce qu’il savait14. « On a noté, écrit Masqueray (sa position résume celle de la critique),... une... invraisemblance... Cet esclave raconte (aux v. 122 s.) que son maître a été tué »15. Mais si l’on va jusqu’au bout de l’idée de coordination, on voit que le fractionnement du récit marque une étape sur le chemin de l’éclaircissement. L’organisation du temps de la pièce s’appuie sur cet arrêt. Il fallait préserver la coordination bancale pour que se développe l’enchevêtrement d’actions, les emboîtements rigoureux qui font le drame.

  • 16 Vers 1481 ; Comm., III, p. 1009 s.

26Les plus folles audaces restent liées à l’observation des structures codifiées de la langue. Mais la règle conduit à son dépassement. Ainsi l’usage de la préposition grecque (hôs) fait des « sœurs » que sont pour ses filles les mains d’Œdipe16 une allégorie de la confusion des liens de parenté. Les mains de la mutilation ne sont pas fraternelles par métaphore ; elles sont érigées en personnes, puis ravalées jusqu’aux enfants. L’invention utilise les structures existantes, les poussant dans d’autres champs.

27La démarche herméneutique reproduit le mouvement de la production poétique. Lorsque le cas est difficile, si elle trouve, c’est que la grammaire était trouvée. Elle invente une invention. Cette vérité évidente est recouverte par le rôle qu’on fait jouer à « Sophocle » dans la constitution des canons esthétiques. La syntaxe recouverte est celle que ces canons ne prévoyaient pas.

28Dans l’une des formules de malédiction qu’Œdipe lance contre les Thébains, la terre même est, selon la syntaxe de la phrase, frappée comme productrice de blé et des hommes (v. 270). Malgré des générations d’anthropologie, l’assimilation est rejetée au nom d’une grammaire de la bienséance. La métaphore est niée parce qu’elle est associée à une expression non métaphorique. La correction de Vauvilliers, de goût français, s’est incrustée depuis le XVIIIème siècle.

  • 17 Vers 1209 s.

29L’exploration des liaisons syntaxiques fait que beaucoup de phrases de Sophocle ne peuvent pas être « lues » directement, alors même que l’audition les entend, si l’on n’inclut pas dans la lecture les temps de leur analyse. L’oreille sait accueillir les progrès de la prolepse dans l’espace de sa mémoire. « Un même port a suffi pour qu’Œdipe s’y perdît, en servant le lit, comme père et comme fils »17. Quelle que soit la difficulté, l’oreille en triomphe ; elle perçoit l’effet et elle a vite fait de combler les lacunes de sa compréhension ; l’interprète-lecteur recherche la cause et reconstitue plus lentement les étapes de sa mise en œuvre.

  • 18 Vers 44 s. ; Comm., II, p. 29-31.
  • 19 Vers 724 s. ; Comm., II, p. 454-457.

30Certains passages se présentent comme énigmatiques à l’interprète ; ils ont été plus discutés que d’autres, comme si les difficultés obligeaient à recourir à une démarche plus herméneutique, ignorée ailleurs. C’est vrai pour les « circonstances de la décision, qui survivent »18, pour l’intérêt du dieu19, mais aussi pour les pièces de la porte de la chambre de Jocaste. Pour résoudre ces rébus, dont la doxographie démontre la complexité, le « sens commun » qui inspire les traductions et les redressements ne vaut rien. Il faut passer par le dictionnaire et la mise en relation des mots pour « produire » un sens. L’idée du sens dialogue avec les ressources de la lettre et se fixe en elle.

  • 20 Vers 1486.
  • 21 Voir aussi le vers 305, sur l’intuition du devin, face à l’information contingente ; Comm., II, p.  (...)

31Il peut sembler que c’est presque une facilité ou un simple expédient que de prêter à Sophocle une astuce qui lui permet de se sortir d’affaire, et nous avec lui. On pense que l’interprète, plus intelligent que l’auteur, cherche malhonnêtement un sens riche qui outrepasse l’intention. En réalité le sens est pauvre quand il n’est pas riche ; il reste en-deçà quand il ne va pas au-delà. À preuve les corrections qui le dévastent quand on ne passe pas par-là, et les traductions qui les rejoignent. Lorsque les pleurs d’Œdipe devant ses filles se substituent à la vue qu’il n’a plus (« je pleure sur vous, puisque je ne peux plus vous voir », selon Masqueray)20, on tombe dans la non-signifiance, qui n’est palliée que par le degré le plus élevé de la subtilité que Sophocle manie partout. Œdipe pleure les malheurs que se représente son regard intérieur. L’enrichissement, ou pour mieux dire la lisibilité des textes, est du côté de leur ombre21.

  • 22 Vers 1091 s. ; Comm., III, p. 705-709.

32La forme imprimée au langage façonne la chose traitée, elle fait être. Ainsi la figure de l’accumulation embrasse les sphères contradictoires des couples d’opposés (le masculin et le féminin, la cité et la nature sauvage) dans l’indistinct du Troisième stasimon22. Le réalisme a voulu les éliminer. Les différenciations sémantiques ne sont pas moins marquées ni moins précises dans l’énumération, mais elles s’abolissent dans l’égalité de leurs contraires.

  • 23 Formule employée par G.F. Meier (1718-1777) ; voir le chap. 6 du livre de P. Szondi, cité ci-dessus (...)
  • 24 Vers 640 ; Comm., II, p. 389-391.
  • 25 Voir la distinction entre deux concepts de vie dans le discours de Créon (v. 518 ; Comm., II, p. 33 (...)
  • 26 J.-P. Vernant et P. Vidal-Naquet dans la « Préface » de Mythe et tragédie en Grèce ancienne, t. 2, (...)

33« L’équité herméneutique »23 nous aura conduit à refuser la contradiction entre deux énoncés — à moins qu’elle n’ait une signification —, elle la démasque comme illusoire, puisqu’elle succombe à une distinction lexicale24 ; elle n’est pas à la recherche d’une logique seulement, mais aussi de la précision, et d’une différenciation infinie25. D’où l’aversion de l’interprète pour la redondance, malgré l’abondance du style. Ce qu’on doit rendre au texte avec libéralité, c’est d’avoir accueilli le langage parlé pour le marquer d’un style distinctif, d’avoir raisonné et discouru. Il n’est pas « juste » que la scélératesse d’Œdipe s’exprime coup sur coup par accumulation (v. 822). La souillure vécue développe et creuse un mal natif et absolu. L’immonde intégral a d’abord été « damné » à sa naissance26, condamné à détruire.

  • 27 Vers 718,1034.
  • 28 Vers 1270,1276.
  • 29 Vers 1276-1279.
  • 30 Vers 726 s.
  • 31 Vers 469.
  • 32 Vers 878.
  • 33 Vers 868.
  • 34 Vers 987.
  • 35 Vers 1271-1274, 1370 s.

34La différence des termes dans la désignation des parties du corps fait souvent problème. Pieds ou chevilles27 ; orbites et prunelles28 ; sang pourri et sang pur29 ; la mémoire s’analyse dans les mouvements physiques30. Le pied a autant de présence dans la fuite31, dans la chute32 — il règle la marche du monde33 — que l’œil solitaire et vivant, comme le témoin du mort34, dans son activité et son absence35.

  • 36 Vers 1386 s.
  • 37 Vers 718, 1270.

35L’articulation est celle d’un mécanisme bien démonté par les physiologistes grecs. L’oreille est pleinement ce qu’elle est, un organe producteur de sons36. Le corps n’est ni la chair ni le sexe, mais plus abstraitement un assemblage de fonctions séparées. Le « joint » du membre est le membre comme joint37. La pluralité du corps pénètre la langue, plus fonctionnelle que symbolique ; grâce à elle, à la parcellisation de la machine humaine, la présence physique du héros s’impose sur la scène. Le flou des traductions, qui flottent entre cœur et courage, brouille un schéma précis.

  • 38 Vers 1396 ; Comm, III, p. 952-955.

36La « concision », non la polysémie, fait que l’on trouve, dans une antithèse, le terme positif exprimé dans sa qualité contraire ; c’est vrai pour une splendeur factice qui traverse le malheur caché38. L’abstraction de la figure permet de résoudre un problème syntaxique difficile. Ce sont deux vertus, la concision et la subtilité, que prête le lecteur à l’auteur pour obtenir en échange la gratification d’une idée neuve.

  • 39 Vers 264.
  • 40 Vers 124.
  • 41 Vers 140.
  • 42 Vers 238.
  • 43 Vers 250 ; Comm, II, p. 164.

37Mais le sens n’est pas « simple ». Se fixant, il peut renvoyer à lui-même et à autre chose. Sans doute la cohérence des termes linguistiques conduit-elle dès les premières scènes à élargir considérablement le champ d’application du défi d’Œdipe (« j’irai jusqu’au bout » = « je ferai tout », et d’abord parce que la recherche se différencie de son aboutissement). Les critiques de l’Antiquité déjà montraient qu’Oedipe roi était une école de l’ambiguïté textuelle, que l’ironie soit assumée comme une arme ou qu’elle dise ce qu’elle ne vise pas. L’ironie est l’expression d’une relation objective. Elle associe la parole d’un personnage à une réalité qui le dépasse. Il n’est presque pas de mots qui ne puissent se lire sur deux registres, ainsi, juste à côté, le « comme si c’était mon père »39. Or la grammaire, souvent, a été expliquée en fonction de ce que le personnage n’entend pas, comme ce singulier, « le brigand », par lequel Œdipe corrige le pluriel de Créon40, alors qu’en fait il n’est possible de passer au sens second, s’il y est, que par la notion abstraite d’assassin qu’extrapole le roi ; comme aussi ce vengeur41 qu’Œdipe est en profondeur et qu’on n’a accepté qu’au nom de l’implicite, en effaçant l’explicite. L’ambiguïté est déterminée, elle est cernée. Comme il n’y a de sens allégorique qu’à partir d’un sens littéral, le sens second repose sur le sens premier et ne se substitue jamais à lui. Le Corinthien traite Œdipe d’enfant, dans l’apostrophe, d’abord par affection ; l’état d’ignorance est implicite. C’est ainsi que des références supplémentaires ont été paradoxalement trouvées grâce à cette restriction, comme lorsque Œdipe, en demandant au coupable de s’exclure42, s’inflige l’exécution qu’il réclamera à la fin de la pièce. De même la dialectique de la complicité et de l’action directe, du crime assisté ou individuel43, ne redevient focale que dans sa mise en abîme à l’intérieur d’une expression juridique précise qui, à un premier niveau, se suffit entièrement à elle-même.

  • 44 Vers 273 ; Comm., II, p. 179 s.
  • 45 L’importance de la situation pour la compréhension de la valeur sémantique d’un mot apparaît claire (...)

38Dans la conclusion de l’exécration, c’est le contexte qui décide entre le « nous » et le « vous » que proposent les manuscrits44. Toute l’argumentation d’Œdipe tendait à inclure le tard venu qu’il est dans la cité. À celui qui cherche à produire un sens différencié, celle des deux variantes qui illustre l’idée s’impose ; le « vous » de l’apostrophe est hors situation. Le « nous » volontariste et confiant de l’intégration cadméenne est à sa place. Dans ce cas, l’idée se fortifie par le passage45.

  • 46 Comm., II, p. 406-408.

39L’idée de la relation cosmique du soleil avec le panthéon conduit à la valeur lexicale d’« avant-poste », qui s’impose, en évitant celle de « chef » ou de « champion », sur laquelle on achoppait, au vers 66046.

  • 47 Voir Comm., II, p. 388 s.

40On tient l’exemple d’un va-et-vient éclairant entre l’idée (ou le contexte) et la syntaxe distinctive ou difficile, au vers 63847. L’idée, c’est ici le « caractère », le rôle de Jocaste, la sophiste, qui lui dicte une réflexion terre-à-terre.

41Mais c’est surtout d’un contexte à l’autre, tout lieu étant virtuellement principal ou secondaire, idée ou lettre, que circulent les informations d’un sens mouvant et précis. L’ici et Tailleurs se commandent.

  • 48 Vers 328 s.

42La distinction que fait Tirésias entre le fait de la communication et le contenu qu’il dévoile et ne dévoile pas48 donne son sens après coup à sa réticence initiale.

  • 49 Vers 1085.

43L’altérité que revendique Œdipe pour avoir la voie libre devant lui découle de l’origine qu’il se reconnaît dans « Fortune », dont il se dit le fils49. La logique du texte réunit l’application, « devenir un autre », à la pureté d’un concept — la fortune. L’une ne peut pas être moins absolue que l’autre. Quand on a reconnu ce lien, on voit aussi, par ricochet, dans le Troisième stasimon tomber tout un pan d’obscurité. L’enfant divin que se passent les nymphes est toujours le fils d’un autre, fils de l’indistinct. La dimension carnavalesque de cet interlude apparaît alors pleinement.

  • 50 Vers 879 s.

44La morale qui figure à la fin de la pièce, comme une légende dans le théâtre de Brecht, est un cas d’autant plus intéressant de rapport au contexte que l’épilogue doit nécessairement reprendre les éléments de l’action et qu’il s’ajoute du dehors comme une fin après la fin. Cette partie a été profondément remodelée, parce que l’usage était d’adapter, si bien qu’on se bloquait l’accès de la découverte. Si l’analyse du vers 1526 a pu se faire, c’est à cause de la compréhension d’autres passages qui eux-mêmes ont pu être élucidés, ou dont l’élucidation a été confirmée par celui-ci, ou par d’autres encore. Si Œdipe est à la fin ce roi hors pair, au-dessus de la cité et de ses luttes, plus grand que l’émulation, c’est qu’il se soustrait à la définition de la vie publique telle que la formule le Deuxième stasimon dans les limites d’une hybris modérée50.

  • 51 Voir Comm. au vers 873, III, p. 552-557.

45Il ne suffit plus alors de dire que sa grandeur cause sa chute ; sa grandeur royale est issue de sa chute tragique. Il était extérieur avant d’être exclu (selon le Quatrième stasimon). La lecture littérale renverse l’image, que l’effacement du sens d’un mot a produite, d’un Oedipe tyran. Son hors-norme est une sur-norme, qu’il soit bon, qu’il soit méchant. On savait que le mot de tyrannos ne pouvait pas signifier cela51 et qu’on n’y était porté que par un tissu de représentations externes à la tragédie. Le contexte ne va pas sans l’idée, ni l’idée sans la lettre.

  • 52 Voir le début de cette introduction.
  • 53 Vers 624.
  • 54 Vers 337 s.
  • 55 Oedipe tyran est encore le titre de la dernière représentation parisienne d’Oedipe roi (1989/1990, (...)
  • 56 Vers 359 s., 374 s.
  • 57 Vers 441 s.

46L’histoire des opinions qu’on a soutenues sur tel ou tel point désigne les apories de la critique52. Parce que la haine doit d’abord être la haine de quelqu’un (soit de Créon, soit d’Oedipe)53, l’interprétation psychologique trop simple a poussé à remodeler tout le passage. L’interrogation de Créon, si elle a le tranchant d’une arme, porte sur les principes de la dissociation psychique et intervient comme un signe précurseur de la dissociation de l’Exodos. D’autres s’extasieront devant la « fécondité » des tâtonnements de la critique, impasses alimentées par les malentendus. Quant à la « colère »54 qui habite le cœur du devin, dans un des vers les plus torturés et les plus générateurs de spéculations, si l’on réexamine les termes du débat, reconstruit par l’histoire, elle cesse d’appartenir à un mouvement de l’âme et de fournir une culpabilité, voire un péché, dans l’excès d’un tempérament tyrannique55, lorsqu’on accepte qu’elle puisse s’appliquer à la censure de la personne qu’il incrimine. Plus que la syntaxe et le contexte, l’appréciation de la forme, qui cristallise dans une langue le faisceau des langues parlées, est le plus utile à l’interprétation. La dialectique de la stichomythie, forme implacable et guerrière, amène à rétablir la réplique émoussée56. Le mouvement de dépassement inhérent à la forme agonistique pousse à admettre les valeurs déportées. C’est suivre le texte dans ses distensions que de se laisser dévier de l’art à la royauté, d’une grandeur à l’autre, dans le combat mortel que se livrent le roi et le devin, puis de l’autre grandeur à la chute57.

47Lorsque la pièce se réduit à l’intrigue, que les mots restituent, le sens qui est dans les phrases disparaît. Quand le sens est une question d’inflexion, d’accent, on y va le mieux en se disant que Sophocle ne parle que théâtre, jeu, et jamais événement, fait ou histoire.

  • 58 Vers 1238.
  • 59 Vers 1254.

48Quand un acteur arrive sur scène, on croit qu’il apparaît pour l’inattendu qu’il prétend révéler, mais ce qu’il vient dire en réalité, c’est qu’il a la force de dire ce qu’il dit. La maîtrise de l’objet par le moyen du discours est sa fonction. Ainsi parle le Corinthien en se demandant comment il va discourir (Troisième épisode). Le messager, rapportant les scènes du suicide et de la mutilation, détache la vision immédiate d’un spectacle raconté. La parole sélective a le pouvoir de reconstituer58, comme si la chose existait dans le récit vraiment. On lit ce préambule comme une prescription, dans sa portée négative, alors que s’il est vital pour le messager de justifier sa fonction, c’est de la vision des mots qu’il parle. La recommandation est seconde par rapport à la poétique en acte. Le récit ne reproduit pas le spectacle sans restituer les regards59.

  • 60 En fait, le modèle même est illusoire. Voir Comm, II, p. 161 s.
  • 61 Comme dans les pseudoparabases d’Oedipe roi (voir le Comm., II, p. 533). L’événement, quand il est (...)
  • 62 Vers 227 s.
  • 63 Vers 236-240.
  • 64 Vers 644.
  • 65 Vers 99-131.

49Quand se sont retrouvées dans la pièce des formules et des procédures de droit attique, il est arrivé qu’on accepte la transcription, comme si le théâtre pouvait se servir directement de pratiques établies60. D’autres langues particulières percent dans le développement de l’action. Chaque fois on peut à juste titre rappeler qu’en dépit des ressemblances la référence sera toujours brisée, puisque le théâtre ne connaît ni le mot d’auteur ni la thèse ni la citation. La parole est interne à l’espace dramatique qu’elle crée. On rejettera aussi bien la référence directe à l’événement politique61 que la reprise textuelle. Et pourtant le théâtre parle toutes ces langues, et ne parle qu’elles, les moins techniques et les plus spécialisées, le droit, la religion, la politique, la philosophie. On aurait aussi tort d’admettre l’emprunt que de récuser l’appropriation. Le propre du genre est d’intégrer dans son style dialogique, il intègre même la monodie. Ce principe fait trouver. Ainsi la proclamation n’est pas un discours rituel, mais la nature de certaines dispositions, comme le tribunal de l’entretien privé avec le roi62 ou l’excommunication63 ne se comprennent que par contraste, bien loin quelles reproduisent l’usage. Le serment prêté par Créon64, pour ritualisée que soit sa mise en scène, au point que le rite devient à cet instant le moteur de l’action, peut être interprété d’un bout à l’autre comme une variation sur le thème. Inversement, il faut avoir situé dans la compétence de l’exégète des oracles le premier dialogue entre Œdipe et Créon pour saisir sa relation avec le point de départ, le texte65.

  • 66 Vers 1300-1302 ; Comm, III, p. 898.

50La brisure n’empêche pas d’identifier la référence, au contraire. Même si Sophocle ne pythagorise pas ni n’empédoclise, sa langue s’enrichit de tout un lexique et même d’une syntaxe empédocléenne, et l’on n’a pas vu, en s’interdisant par préjugé cette exploration, la haine apparaître dans le délire du héros et les bonds du démon du dehors66.

51Que s’enfle l’une de ces langues, et l’on verse dans la contrefaçon. Toute tragédie est assez parodique pour contenir aussi sa propre parodie. L’action, au moment d’aboutir à la catastrophe, se disloque dans la bouffonnerie du drame satyrique (Troisième stasimon). Ce qui n’est peut-être pas intolérable seulement pour une audition moderne, l’excès de rhétorique, montrant la souffrance, est l’effet du débordement de l’une de ces langues. On pourrait être tenté de jouer l’Exodos sur le mode de la parodie, pour éviter le larmoyant. Mais l’interprétation de la scène de la sortie d’Oedipe est dirigée, et comme notée par l’histoire du genre, par les indications que fournissent les formes rituelles de la lamentation, le kommos et le thrène, et, après, le monologue.

  • 67 Vers 1314 ; Comm., III, p. 908.

52Dans la suite de cris que la souffrance arrache à Œdipe, après la mutilation et l’ostension de sa plaie, on a vu la violence du réalisme, en se plaçant comme ailleurs au point de vue de l’effet scénique, et en accompagnement d’un pathos incontrôlé. Par le déferlement des mots, le héros blessé dirait la grandeur de son mal — et la grandeur du mal. Toute l’interprétation change lorsqu’on découvre qu’à l’intérieur d’une forme de la parole, de la vision théâtrale, Oedipe approche de son délire comme d’une chose qui survient et qui lui échappe67. Ce délire-là est une rupture, un éloignement, un arrachement. Le mal n’est pas indicible, c’est l’indicible. Le mal est agi, traité dans des structures dramatiques, c’est-à-dire dans les termes d’un échange, si bien que le non-échange est encore échange. L’autre qui est là, « l’ami fidèle », c’est l’autre acteur. Le théâtre fait qu’un dialogue se réinstaure, et que le héros, dans le langage, peut prendre possession de son exclusion.

Notes

1 Les monographies ont leur unité, imposée par l’analyse syntaxique de la phrase, ou par un autre problème de l’interprétation. Le mode de composition fait cependant que certains éléments de l’interprétation peuvent se trouver dans d’autres notes, voisines ou connexes.

2 Le « collège invisible » a sa justification dans ce contexte d’une communauté si fortement intégrée (je me réfère à l’article de Michael Pollak, « The Shapes of Scientific Rivalry : Careers, Resources and Identifies », Poetics today, vol. 9 (fasc. 1 : Interprétation in Context in Science and Culture), 1988, p. 29-41.

3 Combien de fois a-t-on été poussé à écrire, en croyant diagnostiquer une correction dans les manuscrits ou dans les commentaires, que le choix « va contre la tendance naturelle » ? La déviation de l’auteur est annulée ; ce qui était une « correction » à l’origine est corrigé.

4 Voir les vers 1405-1408 ; Comm., III, p. 960-964.

5 Voir par exemple le vers 638 ; Comm., II, p. 388. Comme la philologie n’est pas une science dont on aurait à reconnaître les résultats, rien n’est jamais acquis ni même admis. Les questions sont reprises à zéro, alors même que les réponses ont été données depuis longtemps ou depuis toujours. Ainsi la présence de Jocaste sur scène durant le Quatrième stasimon peut, encore et toujours, redevenir un problème dont on débat.

6 Voir ad v. 813-820 ; Comm., II, p. 501 ; ad v. 1381-1383 ; Comm., III, p. 943 (Scutt, apud Tanner 1966). Les critiques, en rejetant les « interprétations » nouvelles au profit de la tradition critique établie, les détachent du « texte » (ils le défendent contre elles), parce qu’ils s’entendent en fait pour défendre l’appropriation préalable de l’objet. Ce qui est si facilement taxé d’« over interpretation » montre les conséquences des critères d’exclusion, l’arbitraire objectif, aussi bien que les dépassements résultant de leur discussion ou de leur mise en question. L’arbitraire de l’un n’est pas celui de l’autre.

7 Définition du Dictionnaire universel de Pierre Larousse, vol. XIV, 2 (1982), s.v., « Syntaxe ».

8 L’affirmation est restée célèbre ; elle sert de paradigme. Je la lis dans l’article d’un magazine (Frankfurter Allgemeine. Magazin, 28 VIII 1989), à propos de la maîtrise des tempi d’une violoniste russe (Viktoria Mullova) : « Ulrich von Wilamowitz-Möllendorff, ein exzellenter Kenner der griechischen Grammatik, sagte oft, dass er sich für Grammatik kaum interessiere ».

9 Voir ci-dessous, La matière du texte, chap. 1, p. 26.

10 Voir mon étude, « Un futur dans le passé », dans : Peter Szondi, Introduction à l’herméneutique littéraire, Paris, 1989, p. IX.

11 Vers 425 ; Comm, II, p. 267 s.

12 Voir les vers 457 s., 1215, 1250, etc.

13 Voir les vers 220 s. ; Comm., II, p. 142-145. La négation se condense au point de devenir une réalité dans les vers 1271-1274 (Comm., III, p. 867-874).

14 Vers 759 ; Comm., II, p. 469.

15 Voir son édition, p. 168, n. 3.

16 Vers 1481 ; Comm., III, p. 1009 s.

17 Vers 1209 s.

18 Vers 44 s. ; Comm., II, p. 29-31.

19 Vers 724 s. ; Comm., II, p. 454-457.

20 Vers 1486.

21 Voir aussi le vers 305, sur l’intuition du devin, face à l’information contingente ; Comm., II, p. 201 s.

22 Vers 1091 s. ; Comm., III, p. 705-709.

23 Formule employée par G.F. Meier (1718-1777) ; voir le chap. 6 du livre de P. Szondi, cité ci-dessus (p. XV, n. 3), p. 76 s.

24 Vers 640 ; Comm., II, p. 389-391.

25 Voir la distinction entre deux concepts de vie dans le discours de Créon (v. 518 ; Comm., II, p. 330 s.), entre deux verbes déclaratifs, qui permet d’ouvrir le sens, dans l’une des répliques de Tirésias (v. 328 s. ; Comm., II, p. 210 s.) ; ou, dans le Quatrième stasimon, la possibilité de retrouver le sujet lyrique par la différenciation lexicale : « qui pleure de pleurer » (v. 1218 ; Comm., III, p. 815 s.).

26 J.-P. Vernant et P. Vidal-Naquet dans la « Préface » de Mythe et tragédie en Grèce ancienne, t. 2, Paris 1986, p. 15 et n. 24, contestent cette traduction pour ses connotations augustiniennes ou calvinistes. Mais « damné », dans le champ sémantique de la malédiction, est en corrélation tout aussi bien avec le démon. Est-il païen ou chrétien ? Il sera chrétien pour l’augustinien, païen pour le Grec. Oedipe ne cherche pas dans ces vers à s’identifier avec le meurtrier, qu’il a reconnu qu’il était, mais se demande comment, par l’action de quel démon, il a pu le devenir. En fait le reproche tend à nier sur le fond l’interprétation, au profit du mythe, et l’importance qu’elle accorde à la prédétermination familiale, contre le caractère.

27 Vers 718,1034.

28 Vers 1270,1276.

29 Vers 1276-1279.

30 Vers 726 s.

31 Vers 469.

32 Vers 878.

33 Vers 868.

34 Vers 987.

35 Vers 1271-1274, 1370 s.

36 Vers 1386 s.

37 Vers 718, 1270.

38 Vers 1396 ; Comm, III, p. 952-955.

39 Vers 264.

40 Vers 124.

41 Vers 140.

42 Vers 238.

43 Vers 250 ; Comm, II, p. 164.

44 Vers 273 ; Comm., II, p. 179 s.

45 L’importance de la situation pour la compréhension de la valeur sémantique d’un mot apparaît clairement encore aux vers 772 s., lorsqu’Œdipe apprécie le rôle de Jocaste à ses côtés.

46 Comm., II, p. 406-408.

47 Voir Comm., II, p. 388 s.

48 Vers 328 s.

49 Vers 1085.

50 Vers 879 s.

51 Voir Comm. au vers 873, III, p. 552-557.

52 Voir le début de cette introduction.

53 Vers 624.

54 Vers 337 s.

55 Oedipe tyran est encore le titre de la dernière représentation parisienne d’Oedipe roi (1989/1990, mise en scène par J.-P. Vincent).

56 Vers 359 s., 374 s.

57 Vers 441 s.

58 Vers 1238.

59 Vers 1254.

60 En fait, le modèle même est illusoire. Voir Comm, II, p. 161 s.

61 Comme dans les pseudoparabases d’Oedipe roi (voir le Comm., II, p. 533). L’événement, quand il est thématisé, comme dans les Perses, fait fonction de référence brisée.

62 Vers 227 s.

63 Vers 236-240.

64 Vers 644.

65 Vers 99-131.

66 Vers 1300-1302 ; Comm, III, p. 898.

67 Vers 1314 ; Comm., III, p. 908.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search