Version classiqueVersion mobile

L’Œdipe Roi de Sophocle. Tome 1

 | 
Jean Bollack

Avant-propos

Note de l’auteur

Les références aux p. 893-1106 du commentaire, d’abord intégrées au volume III, renvoient maintenant au volume IV.

Texte intégral

1Les deux volumes du commentaire (II et III) ont été achevés, avec leurs compléments, il y a quelques années déjà. Leur parution a été différée, en attendant l’aboutissement d’autres recherches sur les manuscrits et la tradition matérielle que je n’avais pas initialement prévues sous cette forme. Ces recherches ont suscité un examen de l’histoire de la critique qui, bien que complémentaire, est d’un autre type que celui qui avait été mené sur les problèmes du texte et sur l’histoire de la compréhension, se proposant d’éclairer les interrelations complexes entre l'étude du sens et l’établissement de son support textuel. Les données sur lesquelles je m’étais appuyé ont pu être partiellement précisées dans la matière par les vérifications du parchemin (pour les doutes qui ont été à l’origine de cette extension, voir l’introduction sur La matière du texte, au chapitre 3) ; le problème plus général de l’évaluation des informations dont on dispose et des options qu’elles impliquent m’a permis de donner une assise plus solide aux résultats déjà obtenus par le travail strictement herméneutique, au sein de l’investigation critique de la discipline.

2L’ensemble s’est ainsi constitué en plusieurs temps. Des divergences, dans la présentation, ont été rendues inévitables par les retours sur les problèmes. Elles ne seront pas préjudiciables, je l’espère, à l’appréciation de la multiplicité des aspects ; l’analyse des déterminations, souvent si contradictoires, au sein des pratiques de l’activité philologique, et de ses entraves, forme l’une des finalités premières du présent ouvrage. La compréhension simple du texte ou de l’œuvre reste l’objet. On a cherché à démontrer que les difficultés d’accès n’en étaient pas séparées. A quelques rares exceptions près, les études parues depuis 1984 ou 1985, après la rédaction, qui s’était étendue sur plusieurs années, du commentaire, n’ont pas été incorporées. On a tracé une ligne, et laissé à la tradition cette fin fictive. Le lecteur s’apercevra de ce qui dans la poursuite de la discussion aura été anticipé. La tradition forme un tout que l’actualité ne saurait peut-être vraiment déborder sans l’avoir maîtrisé. Les opinions ont leur place dans un système d’exégèse — le système que l’exégèse s’est construit. La présente recherche porte sur une très longue durée. Dans la logique de la discussion savante reconstruite, ce qui manque devrait paraître négligeable. La présentation des positions en est rarement affectée.

3J’ai été grandement aidé, dans l’élaboration et dans la réalisation, par l’équipe du Centre de recherche à Lille. Je nomme en premier son directeur actuel, Pierre Judet de La Combe, avec qui j’ai eu le bonheur de pouvoir discuter, dans la pleine signification du mot, des problèmes que je rencontrais au cours de la recherche du sens, dans les méandres, que parcourt progressivement la pensée, dans ses avancées et ses reculs. Je n’aurais pas accordé sans doute à l’étude des tragiques le rôle qu’ils ont fini par tenir dans mes études si une collaboration aussi fructueuse et amicale ne s’était instaurée entre nous dans ce domaine-là, bien avant les Agamemnons de 1981 et 1982, auxquels se rattachent ces volumes, pour différente que soit leur organisation, à cause de la part réservée ici à la tradition, étudiée davantage pour elle-même. Il s’est créé une continuité dans la réflexion commune, qui se poursuit.

4Fabienne Biaise a montré beaucoup de patience lorsqu’elle a affronté les états successifs de la rédaction du commentaire et des autres parties du livre, qu'elle a vu prendre forme et se mêler. Elle m’a aidé par son courage à me dépêtrer de ces matériaux réunis par nous et de ces morceaux de livre. C’est dire la part qu’elle a prise dans une composition aussi diverse. Elle est entrée dans ce livre, lorsqu’il se faisait, elle en a fait son exercice principal ; elle en est sortie à la fin avec toute la compétence qu’elle a acquise, notamment sur l’histoire de la critique, en y participant si intelligemment. Je dis ailleurs, dans La matière du texte (chap. 4 sur le Laurentianus, et 5 sur le Parisinus), combien la présentation des problèmes relatifs aux manuscrits qu’elle a lus a bénéficié de la précision des observations de Myriam Hecquet-Devienne. Je remercie tous ceux qui l’ont aidée à Florence et à Pise lorsque, avec une remarquable ténacité, elle a rempli la mission en 1987 qui lui était confiée de collationner le manuscrit L. L’apparat dans sa forme définitive est le fruit d’un travail commun qui nous a souvent réunis tous trois. Il ne s’est pas fait en une fois. J’ai profité des lectures de Philippe Rousseau, pour la tradition indirecte, de Jean-François Balaudé pour les index, de Marie-Odile Boulnois pour les scholies.

5Je transgresse les limites du Centre en mentionnant l’avantage que j’ai tiré des conseils pour les questions de paléographie, dans l’Introduction de ce volume I, que m’a donnés Philippe Hoffmann à l’École Normale. Je ne les franchis pas en rappelant que la traduction a été faite en commun avec Mayotte Bollack. Le dessein était de faire passer les options sémantiques, issues d’un travail d’érudition qui les justifie, dans l’espace autonome d’un texte français. Ébauchée en 1982, en pleine élaboration du commentaire, elle a été reprise pour les représentations de 1985 dans la mise en scène d’Alain Milianti à Lille et à Paris, et publiée aux Éditions de Minuit à cette date. Agnès Mallet et Françoise Benhamou ont travaillé le commentaire en profondeur pour les acteurs et pour l’auteur. La traduction figure ici avec quelques modifications en face du texte. Confrontée au commentaire dont elle est issue, sa fonction sera forcément différente.

6Nadine Deregnaucourt, responsable de l’exécution typographique, est la collaboratrice experte sans qui nous ne saurions concevoir notre existence. Il suffit d’imaginer l’ingéniosité qu’exige la réalisation de mises en page aussi complexes que celles-là, confectionnées sur des machines présentant alternativement les défauts du vieillissement et de l’innovation, pour mesurer toutes les prouesses accomplies. Christine Samain nous a assistés de son énergie. De façon générale, j’ai rencontré beaucoup de gentillesse auprès des personnes travaillant au Secrétariat du Conseil Scientifique et aux Presses Universitaires.

7J’ai bénéficié du soutien d’autres institutions que celles de l’Université de Lille III, qui héberge notre Centre de Recherche, et du Centre National de la Recherche Scientifique, auquel il est associé. La Maison des Sciences de l’Homme à Paris m’a facilité le travail de documentation par des subsides réguliers. Je remercie très amicalement son Administrateur, Clemens Heller, de sa générosité, qui ne s’arrête pas à l’aide matérielle seulement. Je dis aux dirigeants du Wissenschaftskolleg de Berlin, à savoir à celui qui en était le recteur, Peter Wapnewski, et à son secrétaire général, Joachim Nettelbeck, que je me suis senti comblé d’avoir pu, pendant toute une année, bénéficier de conditions de recherche aussi privilégiées. L’avancement et la précision du commentaire s’en sont ressentis.

8Pour l’impression, les Presses de Lille ont été soutenues par la Maison des Sciences de l’Homme, par le Centre National des Lettres, et par la Fondation Otto et Martha Fischbeck à Berlin.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search