Version classiqueVersion mobile

L’Agamemnon d’Eschyle

 | 
Pierre Judet de La Combe

Meurtre d’Agamemnon et dialogue des choreutes (v. 1343- 1371)

Commentaire

Texte intégral

Le meurtre. (ν. 1343-1347)

  • 1 Voir le chapitre « stichomythie », dans : W. Jens (éd.), Die Bauformen der griechischen Tragödie, ((...)
  • 2 Sur cet épisode essentiel dans l’histoire de notre discipline, voir les études de F. Ferrari, « L'E (...)
  • 3 La thèse de Hermann revient régulièrement. Elle est reprise par N.G.L. Hammond, « The Conditions of (...)
  • 4 Wecklein donne 1343 au chef d’un demi-chœur, qui dirait au coryphée (chef de l’autre demi-chœur) de (...)
  • 5 Les commentateurs de l’Agamemnon ne disent rien sur la structure métrique du passage. L’attention é (...)
  • 6 En se fondant sur une analyse morphologique précise des scènes de meurtre dans l’ensemble des tragé (...)

La « Mord-Stichomythie » (selon le mot employé par B. Seidensticker)1 qui précède le débat forme un tout délimité par l’alternance, unique, entre les trimètres iambiques d’Agamemnon et les trois tétramètres trochaïques du chœur (1344, 1346 s.). Ce trait formel disqualifie déjà l’une des hypothèses surgies lors de la « Querelle des Euménides »2, quand G. Hermann distribuait les trois tétramètres puis les douze distiques iambiques (ν. 1348-1371) entre les quinze choreutes qui selon lui devaient composer le chœur tragique, tandis que K. O. Müller, qui n’en admettait que douze, ne commençait — à raison — qu’avec les iambes la répartition des répliques entre les choreutes3. Non seulement le mètre, mais la présentation que le chœur donne de son propre discours signalent une rupture nette après 1347 : dans les tétramètres, le chœur s’interpelle lui-même (σῖγα, κοινωσώμεθ’) et s’engage dans un travail de délibération, sans donner encore un avis personnel, sinon sur l’urgence qu’il y a à débattre. C’est donc plutôt une seule voix, celle du coryphée, qui prononce les trois vers trochaïques4.
Agamemnon, expirant, emploie le mètre normal du dialogue, tandis que le chœur réagit avec des trochées, qui marquent d’habitude des échanges passionnés (cf, dans l’
Agamemnon, les ν. 1649-1673)5. La plainte de la victime ne sort donc pas des normes de l’échange (c’est d’ailleurs le cas dans les autres « stichomythies de meurtre ») ; elle dit ce qui arrive, sans que le rythme signale le passage à un discours pathétique. Dans ses deux répliques, le roi se fait même explicite, avec diverses formes de redoublement (figure étymologique : πέπληγμαι... πληγήν ; redondance : μαλ’ αὖθις δευτέραν), ou en définissant avec précision la portée du coup reçu (καιρίαν... ἔσω). En cela il se distingue des autres victimes tragiques, même si la scène de l’Agamemnon sert visiblement de référence constante ; la Clytemnestre de l’Électre de Sophocle est en effet plus concise : ὤμοι πέπληγμαι. (...) / ὤμοι μάλ’ αύθις, ν. 1415 s. ; le Polymestor aveuglé de l’Hécube plus métaphorique : ὤμοι τυϕλοῦμαι ϕέγγος ὀμμάτων τάλας... ὤμοι μάλ’αὖθις, τέκνα, δυστήνου σϕαγῆς (ν. 1035 et 1037), tout comme le Cyclope aveuglé par Ulysse dans l’auto-parodie de la tragédie qu’Euripide donne dans son drame satyrique (ν. 663, 665)6.
Le chœur, par contre, souligne le caractère critique de la situation en employant un mètre inédit dans la pièce, avec l’accélération de la diction propre aux trochées (les trétramètres de la fin du drame, où il sera aussi question d’une action violente, font donc écho à cette scène). Mais cette expressivité formelle signale également son exclusion : lui seul parle selon une forme conventionnellement liée à l’expression d’une tension, montrant par là qu’il est à l’écart de l’action. Cette exclusion se redoublera d’une contradiction au sein de son propre langage : le ton de l’émotion ne servira en effet pas à exprimer un empressement, un affect ou une colère, mais, dès le vers 1346, accompagnera un propos mesuré, explicitant ses propres critères de vérité (δοκεῖ μοι... οἰμώγμασιν : « D’après les gémissements, je pense que... ») et sa visée pragmatique (« Tenons conseil... »), dont il tient à fonder la pertinence : (« ... si jamais il est possible de formuler un avis ferme », ν. 1347 ; voir ad loc. la discussion de la syntaxe du vers). On retrouve là l’habitus intellectuel d’un chœur voué à l’examen méthodique des choses et exigeant quant à la vérité de son discours.
Dans sa reprise quasi littérale de la scène, lors de la mise à mort de Clytemnestre dans son
Électre, Sophocle établira une autre discordance ; à Clytemnestre expirant en iambes avec les mots de l’Agamemnon d’Eschyle, il fera répondre deux voix : celle d’Électre, qui ajoutera aux coups d’Oreste des iambes exhortant à agir plus violemment encore (ses deux répliques poursuivent les trimètres commencés par Clytemnestre, ν. 1415 s.), tandis que le chœur, après les deux vers du meurtre, commentera l’action dans un mètre lyrique. Sophocle lui attribuera alors les mots qu’avaient utilisés le coryphée de l’Agamemnon dans les anapestes qui précèdent le cri du roi (ν. 1431-1442) : dans l’Électre, la mort n’est pas considérée comme un acte appelant une réaction pratique, mais comme un malheur, qu’il faut interpréter ; le chœur parlera donc de la répétition des crimes dans la famille : « Les morts d’avant prennent le sang des tueurs en le faisant refluer » (παλίρρυτον γὰρ αἷμ’... οἱ πάλαι θανόντες, ν. 1419 s., qui est démarqué de προτέρων αἷμ’ ἀποτείσαι / καὶ τοῖσι θανοῦσι θανών de l’Agamemnon, ν. 1339 s.)

ν. 1343, καιρίαν πληγὴν ἔσω, « Un coup mortel me transperce ! »

  • 7 Cf. M. Vetta, « Aesch. gam.’ 1343 : una nota di scena passata nel testo ? », Giornale Italiano di (...)

1La note de Fraenkel, qui s’appuie elle-même sur celle de Paley, aurait pu clore un long débat sur la recevabilité, ici, de l’adverbe ἔσω. Mais la discussion a été relancée par Denniston-Page, qui trouvent l’emploi du mot sans déterminant au génitif « très inhabituel » (on a d’ordinaire un complément qui spécifie la partie du corps qui est transpercée par le coup porté « à l’intérieur » : πλευμόνων τῶνδ’ ἔσω, Ion, 767 s.). Et, dernièrement, West imprime πληγήν ἔσω entre cruces et exhume dans son apparat-critique les conjectures de Weil, πλευρῶν ἔσω (repris par Wilamowitz et Groeneboom), et de Karsten, πληγὴν ἐγώ. L’adverbe pourrait, selon lui, venir d’une glose sur la mise en scène introduite dans le texte : Agamemnon crie « du dedans »7. L’absence de déterminant ne fait pourtant en rien argument : à la mention de l’organe touché, selon l’usage, est substituée ici celle de la réussite du coup, avec καιρίαν (cf. Fraenkel), substitution d’autant plus facile qu’en spécifiant l’organe, on signale d’habitude que le coup a bien porté (comme souvent, la recherche de parallélismes grammaticaux sous-évalue la cohérence sémantique des phrases). Ici, de plus, le coup n’est pas réussi seulement parce qu’il touche un centre vital ; avec lui s’achève une embuscade préparée depuis longtemps : Clytemnestre, en frappant dans les conditions où elle le fait, montre qu'elle a atteint un but qu’elle s’était fixé. Si on replace la phrase dans le discours que le drame constitue, l’anatomie compte moins que cette idée d’achèvement. À κοαρίαν πληγήν répondra le καιρίως εἰρημένων de la reine lors de son entrée en scène (ν. 1372).

ν. 1343-1346 Sur l’alternance iambes/trochées

2L’organisation métrique du passage est étonnante. On ne voit pas ailleurs, dans la tragédie, une telle alternance. Quand ils viennent annoncer, interrompre ou conclure un dialogue en trimètres iambiques, les tétramètre trochaïques forment un bloc cohérent. Ici, les deux personnages, Agamemnon et le chœur, parlent chacun dans son mètre, dans une étrange stichomythie à distance. Par ailleurs, s’il arrive que le chœur prenne l’initiative d’employer des tétramètres (cf. Phéniciennes, 1308 s., Oreste, 1549-1553, pour annoncer l’entrée de Ménélas), il ne réagit normalement pas (sauf chez Eschyle, Perses, 211) en tétramètres à un discours en trimètres. En Iphigénie à Aulis, 376 s., il intervient en trimètres entre deux discours en tétramètres, de Ménélas puis d’Agamemnon, et conclut l’échange en trimètres (ν. 402 s.) ; de même en 917 s., après 855-916 ; en 1336 s., deux trimètres du chœur lancent une scène en tétramètres.

3Mais plusieurs traits semblent montrer qu’Eschyle reprend ici un emploi sans doute codifié du tétramètre. Les trochées accompagnent plusieurs fois des scènes de violence où le thème de l’épée est souligné (cf. Ion, 1250 ss., Oreste, 1506 ss. ; dans l’Agamemnon, ici et en 1649 ss.). Enfin, Thésée, dans l’Œdipe à Colone, ν. 887-890, commente comme ici un cri qu’il vient d’entendre et s’interroge sur la nature de l’acte auquel il correspond : τίς ποθ’ ή βοή ; τί τοὔργον ;.

  • 8 On renverra toujours à l’article de Th. Drew-Bear, « The Trochaic Tetrameter in Greek Tragedy », Am (...)
  • 9 De même, cela ne correspond pas à la valeur gnomique d’Œdipe roi, 1524 ss., ou à la distance que pr (...)
  • 10 P. Maas (cité et discuté par Th. Drew-Bear) insiste sur la valeur contrastive des deux mètres pour (...)
  • 11 « Valenza semantica e funzionalità drammatica del tetrametro trocaico nei Persiani di Eschilo », Qu (...)
  • 12 Dans la communication (« Les Perses et leurs résonances épiques ») qu’il a donnée au Colloque CorHa (...)

4Quant au sens du mètre en général, il est peut-être trop rapide d’y voir seulement la marque de la « vivacité de l’émotion » (Parmentier, à propos de Troyennes, 444-461)8. Cela ne va clairement pas pour les échanges solennels entre le chœur, la reine et Darios dans Les Perses9 ; même ici, le ton de la seconde réplique du coryphée est nettement distancié (« La chose est faite à en juger par les gémissements du roi. / Discutons tous, s’il y a une décision ferme à prendre »). Nous sommes évidemment victimes de la rareté du matériau conservé. Si l’on s’en tient à une définition minimale et seulement différentielle des tétramètres trochaïques, par opposition aux iambes10, et qu’on y voit la simple marque d’une accélération du débit (un « stretto », comme le dit J. Bollack ; cf. L.W. Willink ad Oreste, 729-806 : « an acceleration of pace »), la fonction d’un tel changement dépend du contexte. M. Centanni11 suggère une interprétation pragmatique du passage d’un mètre à l’autre pour Les Perses : le trimètre est plus distant, « objectif » et descriptif ; le tétramètre trochaïque, plus centré sur celui qui parle et son rapport à l’interlocuteur, est le rythme d’une familiarité complice et empressée. Ph. Rousseau12 montre comment ce contraste souligne les enjeux politiques et dramatiques de la pièce : les tétramètres correspondent aux moments où la communication entre les interlocuteurs est maintenue et se trouve au centre de l’entretien, tandis que les trimètres accompagnent des informations ou des réflexions extérieures à la situation présente et portant toutes sur le désastre ; ce mètre, plus objectif, « matter of fact », porte avec lui les éléments qui viennent, du dehors, détruire la communauté de parole de la cour de Suse (rêve d’Atossa, récits du messager, prédictions et leçons éthiques de Darios). Ici, comme l’emploi du tétramètre est exceptionnel dans l’œuvre (avant l’emploi, plus régulier, pour la fin du dernier acte), c’est sans doute la rupture qui fait sens, avec la manière insolite de parler qu’impose l’irruption soudaine et contrastée des trochées. Ce mètre n’est pas directement expressif d’un état subjectif, mais souligne un changement brutal de situation.

ν. 1344. « silence ! Qui crie la douleur d’un coup, blessé à mort ? »

5Le chœur minimisera la portée du mot en commentant le cri par καιρίως οὐτασμένος, « blessé d’un coup décisif, qui a atteint sa cible ». Au lieu d’entendre dans les mots la fin du roi, il reconstruira à partir d'eux une circonstance concrète et définie : il s’est en fait déjà engagé dans une analyse critique et scrupuleuse de la situation, analyse en retrait (dans quelles conditions a-t-on crié ?) et intempestive. Le temps parfait du participe ούτασμένος indique qu’est envisagée ici la situation dans laquelle on a crié (avec πληγήν objet de ἀυτεῖ, cf D.-P.) ; cela rend improbable la nouvelle distinctio proposée par West : καίρι’ ὡς οὐτασμένος, qui ferait de la blessure le contenu du cri.

  • 13 La correction de Nauck, πεπλήγμεθα, remise à l’honneur par West dans son apparat-critique, n’a pas (...)

6L’emploi d’un participe parfait au vers suivant, πεπληγμένος, à la même place dans le mètre, établit une relation définie entre l’interprétation du premier cri par le chœur et le second cri du roi. Πεπληγμένος, qui reprend πέπληγμαι πληγήν de 1343, corrige implicitement ούτασμένος13 : Agamemnon est abattu et non blessé, et là où le chœur voyait une circonstance particulière, il s’agit du malheur tout court, du désastre (le participe se rattache directement à μοι, sans ellipse d'εἰμί, cf. Fraenkel).

ν. 1347, ἤν πως ἀσϕαλῆ βουλεύματα « Associons nos avis, s’il y a un plan qui tienne »

  • 14 La discussion, au siècle dernier, portait sur la possibilité d’admettre dans le dialecte attique de (...)
  • 15 Une solution élégante était de substituer un optatif à κοινωσώμεθ’ (κοινωσοίμεθ’, Schütz ; κοινωσαί (...)

7On ne s’en sort pas avec les mots transmis par les manuscrits, ἄν πως... βουλεύματα, malgré Verrall. Il est vrai qu’Homère (auquel Verrall renvoie après Klausen et Conington) emploie le subjonctif avec ἄv, à la première personne, dans des indépendantes, mais il s’agit toujours de phrases où une protase se laisse facilement reconstruire. La particule y prend la valeur d’« alors », « dans ces conditions » (cf. Chantraine, Grammaire homérique, vol. 2, Syntaxe, p. 211 : δύσεο τεύχεα θᾶσσον έγώ δέ κε λαόν ἀγείρω, « Revêts vite des armes, et alors, moi, je vais rassembler mon monde », Iliade XVI, 129). Ici, le lien avec la phrase précédente est d’un autre type (« mais... »)14. Si l’on écarte la solution violente de Wilamowitz et de Keck (suivis par Mazon), qui substitue ἄνδρες à ἄν πως, il reste deux possibilités15. Ou bien on introduit un relatif interrogatif (cf. Prométhée, 915 et 996) : ἅν πως (E.A.J. Ahrens, Hermann) : « Mettons en commun ce qui pourrait constituer un avis ferme. » Mais Fraenkel note à raison que le tour est « artificiel » (πως irait mal avec l’interrogatif). Ou bien, on rétablit avec Paley (dans sa première édition) une conditionnelle : ἤν πως... C’est sans doute la meilleure solution. En général, on intervient une seconde fois dans le vers pour éviter l’ellipse d’εἶναι au subjonctif (βουλεύματ’ <ᾖ>, Enger), mais les deux corrections ne sont pas nécessairement liées : on a recensé plusieurs cas d’une telle ellipse (KG, I, 41 s. ; § 354, Anm. 2 ; mieux vaut ne pas appauvrir le dossier ; KG notent un seul cas après ἐάν, Antiphon, VI [Sur le choreute], 8 ; il est vrai dans une incise : ἐὰν ἀμῖν ἡδομένοις, « si cela vous plait » ; l’ellipse est plus fréquente dans les relatives du type ς ἄν).

8Avec une subordonnée à l’éventuel, le chœur suit sa démarche méthodique habituelle ; il distingue les étapes d’une délibération possible, dont la pertinence reste encore pour lui problématique : « Mettons nos avis en commun, si jamais il existe une résolution à prendre qui soit sûre. » Bien que le passage des trimètres iambiques aux tétramètres trochaïques pour 1346 s. indique la vivacité de l’énoncé, avant le retour aux iambes pour la délibération elle-même, le coryphée conserve sa rigueur critique dans l’analyse (« Il me semble... à entendre les gémissements, mais voyons... »). Sans doute la discordance entre le mètre, rapide, et la prudence des mots donne-t-elle à ce prélude une tonalité déjà comique et annonce-t-elle l’inanité du débat qui va suivre, où le chœur donnera une caricature de son mode habituel de discours réflexif.

Le débat (ν. 1348-1371)

  • 16 L’interprétation de G. Wills (« Agamemnon 1346-71, 1669-73 », Harvard Studies in Classical Philolog (...)
  • 17 R.P. Winnington-Ingram a proposé une autre ligne d’interprétation, servant à défendre ce dialogue e (...)

La voix unique du coryphée éclate en douze voix distinctes qui se contrediront. Chaque choreute a ainsi sa part. L’atomisation du chœur et les divergences entre les choreutes (plus nettes qu’on ne l’a admis en général) composent malgré tout un ordre, et à un double titre. Tout d’abord, parce qu’un certain plan se laisse dessiner dans la succession des répliques, et surtout parce que la contradiction que les derniers avis portent aux premiers et la décision finale de ne pas agir mais de s’informer seulement sur ce qui se passe ne font qu’achever le mouvement continu d’une réflexion qui se replie de plus en plus sur elle-même,
comme si à travers la diversité des opinions et la dispersion des voix, unique dans toute l’œuvre, se dégageait quand même l’unité d’un propos
16. Dans une fidélité ironique à lui-même, alors qu’il parle sur un mode inédit, le chœur illustre ici son souci de lier l’action juste à une réflexion sur les conditions de possibilité de la justice. Mais au lieu que le retrait réflexif se fasse vraiment selon un mouvement autonome et continu de la pensée, ses étapes sont ici dissociées de manière simultanée en autant d’opinions : la tension propre au lyrisme devient pure neutralisation, et le langage de la justice et de la réflexion sur l’action juste sera tenu de manière argumentée par un autre personnage, qui aura agi, quand Clytemnestre détaillera les étapes de son accomplissement du droit17.
Les douze répliques paraissent bien suivre un plan (3 + 6 + 3) :
– Les trois premières posent la nécessité de l’action immédiate, avec comme point d’orgue τὸ μὴ μέλλειν δ’ ἀκμή (« C’est le moment critique, le moment exact où il ne faut pas différer », ν. 1353). Le contenu de l’action dépend de la manière dont on lit le vers 1351. La reprise du γνώμην de la première intervention (ν. 1348) par γνώματος dans la troisième (ν. 1352) crée un effet de clôture pour cet ensemble.
– Les six suivantes (avec la reprise de τυραννίδος, ν. 1355, en 1365) adoptent une perspective plus contemplative (ὁρᾶν πάρεστι : « C’est limpide », ν. 1354) et envisagent les conditions d’une action possible, pour constater qu’il n’en est pas. Il y a, tout d’abord (répliques 4-5-6), contradiction entre réflexion et action, vu la situation qu’impose la nouvelle tyrannie ; le chœur est ainsi renvoyé à sa seule réflexion, qui perd tout sens, car on réfléchit normalement pour agir. Enfin (7-8-9), le débat sur les conditions de la réflexion n’a même pas lieu d’être, car la mort l’emporte doublement : pour Agamemnon et pour le chœur qui au lieu de perdre sa vie sous la tyrannie doit choisir de mourir tout de suite.
– Cette réflexion négative supposait malgré tout qu’il y ait accord sur la nature de la situation, or cela même doit être soumis à la critique, dans un nouveau retrait interprétatif (répliques 10-11-12) : que signifie ce que l’on a entendu, de quoi parle-t-on en fait ? Le chœur donnera en six vers un échantillon fourni de son vocabulaire cognitif.

ν. 1351, καὶ πρᾶγμ’ ἐλέγχειν σὺν νεορρύτῳ ξίϕει « Et établir le fait, sur la base d’une épée qu’on vient de tremper » Souci juridique

9Le vers le plus discuté du passage. Il est vrai que le désaccord entre les choreutes change du tout au tout selon qu’il est proposé ici d’enquêter seulement, en surprenant les coupables presque sur le fait, alors qu’il tiennent à la main « l’épée sanglante encore » (Mazon, en accord avec la majorité des commentateurs depuis Triclinius ; j’opte finalement pour cette solution), ou qu’il s’agit de les menacer ou de les combattre l’épée à la main (« ...die Tat zu überraschen, kühn das Schwert gezückt », Humboldt, « und schaffen uns gewissheit mit gezückten schwert », Wilamowitz). Le chœur serait ou bien juge (comme au début de son dialogue avec Clytemnestre), ou vengeur. Ce débat se double d’une discussion sur le sens du composé νεορρύτῳ : « dégouttant de sang frais », sur ρέω, s’il s’agit de l’arme du crime, ou, avec un υ long, « nouvellement tiré », sur ἐρύω, s’il s’agit de l’arme des citoyens (encore que ce sens soit possible s’il est question de l’arme des tueurs).

10La discussion n’interfère évidemment pas, malgré Denniston-Page, avec le (faux) débat sur l’équipement scénique du chœur (est-il armé ou non ?), que l’on a périodiquement ouvert pour les vers 1651 s. Si, là-bas, le coryphée se décide effectivement pour la résistance armée à la tyrannie, cela ne suppose en rien que sur le champ il dégaine une épée ou ce qui pourrait lui en tenir lieu : l’appel aux armes vaut pour toute la communauté argienne (voir ad loc.). De même ici, le vieillard parle comme « bouleute », dans une délibération qui doit définir la conduite à tenir par les Argiens. Les deux points à éclaircir sont la valeur de πρᾶγμ’ ἐλέγχειν σὺν... et la possibilité de donner une signification définie à νεορρύτῳ.

  • 18 Voir Jebb adloc. pour la construction du verbe (sans ατήν sous-entendu).

11La première interprétation, qui donne l’épée aux meurtriers, est facile dans les mots. Πρᾶγμ’ ἐλέγχειν appartient bien au vocabulaire juridique : « établir le fait » (cf. Antigone, 434 s., quand le garde raconte comment il a surpris Antigone et l’a interrogée : καὶ τάς τε πρόσθεν τάς τε νῦν ἠλέγχομεν / πράξεις18 ; ou Assemblée des femmes, 484 s. : ἡμῖν δ’ ἂν αἰσχύνην ϕέροι / πάσαισι παρὰ τοῖς ἀνδράσιν τὸ πρᾶγμα τοῦτ’ ἐλεγχθέν) : il s’agit donc d’entamer une procédure contre les meurtriers. L’acte juridique sera particulier en raison de l’urgence (ὅπως τάχιστα au vers précédent) : il faudra « se ruer », « fondre » sur les meurtriers (ἐμπεσεῖν, comme on le fait au combat, quand on attaque la première ligne des adversaires : ἐν δ’ ἔπεσον προμάχοισ’ ’Οδυσεὺς καὶ ϕαίδιμος υἱός, Odyssée XXIV, 526), et transformer la violence cachée des assassins en procédure publique, à laquelle tous les Argiens auront été conviés.

12On pourrait objecter que l’établissement de la culpabilité n’est déjà plus de saison et qu’il s’agit désormais de répliquer à la violence. Le verbe ἐλέγχειν ne s’opposerait pas à cette autre ligne de lecture : « établir l’affaire » reviendrait à la trancher en recourant à une contre-violence, comme en Œdipe à Colone, 1296 s. Polynice y reproche à Étéocle de s’être soustrait à toute confrontation en règle, tant dans l’ordre du discours : οὔτε νικήσας λόγῳ, que du combat : οὔτ’ εἰς ἔλεγχον χειρὸς οὐδ’ ἔργου μολών (cf. également Xénophon, Anabase III, 2, 8 : σὺν τοῖς ὄπλοις... δίκην ἐπιθεῖναι). Mais l’objection ne tient pas : pour ce chœur, qui vit tout au long de l’œuvre selon l’illusion d’un droit performatif, produisant sa propre réalisation, le droit est constamment la condition et le contenu de l’action ; confondre les coupables revient pour lui à les neutraliser (comme il le croira dans sa première réplique à Clytemnestre). La suite du dialogue montrera comment « établir le fait » devient même une fin en soi, comme si la justice se réalisait par là. Par ailleurs, on ne voit pas ce que dans νεορρύτῳ, qui serait à prendre au sens de « (l’épée) nouvellement tirée », l’adverbe « nouvellement » ajouterait (sauf à dire que cette violence entre dans un cycle qui chaque fois la renouvelle - mais cette interprétation est trop abstraite).

13Νεορρύτῳ peut recevoir deux sens : « fraîchement tirée » (cf. Fraenkel) ou « fraîchement dégouttante » (cf. Lloyd-Jones). La dérivation à partir de « tirer », sur le thème ῥυ-, ne soulève évidemment aucune difficulté (cf. ῥυτοῖσιν λάεσσι dans l’Odyssée VI, 267 et XIV, 10), même si l’on n’a pas dans la langue d’autres composés en-ρυτος (avec υ long) : la dérivation est régulière, le thème est fréquemment associé aux armes (Fraenkel cite Odyssée XXI, 173 : ῥυτῆρα βιοῦ τ’... καὶ ὀϊστῶν), et la dérivation sur ῥέω de νεόρρυτος au vers 894 de l'Électre de Sophocle (il s’agit de flots de lait) ne pourrait être invoquée. C’est, comme on la vu, νεο- qui ne s’accorde pas au contexte. L’autre sens, sur ῥέω, ne fait pas problème en soi. D.-P. trouvent le tour σὺν νεορρύτῳ ξίϕει « hardi » (par comparaison avec σν νεορράντῳ ξίϕει d’Ajax, 30 - que Blomfield avait voulu transposer ici). Mais on a dans le Sisyphe d’Eschyle un emploi analogue de composé en -ρυτος, au fr. 230 Radt : σοὶ δ’ οὐκ ἔνεστι κῖκυς οὐδ’ αἱμόρρυτοι / ϕλέβες. Les veines y sont le lieu où coule le sang, comme le serait ici l’épée. Peut-être le sang est-il une meilleure preuve que l’épée simplement dégainée.

ν. 1353, ψηϕίζομαι τι δρᾶν τὸ μὴ μέλλειν δ’ ἀκμή « Je vote l’action. C’est l’heure tranchante de ne pas différer » La crise

14Denniston-Page objectent au texte reçu et à la plupart des éditeurs que l’article est de trop dans le tour τό μὴ μέλλειν δ’ ἀκμή, puisqu’on a d’habitude des expressions du genre κοὐκέτ’ ἦν μέλλειν ἀκμή (Perses, 407), ou στείχειν δ’ ἀκμή (Euripide, Électre, 684 - passages cités par Wecklein, Fraenkel, etc., qui ne soulèvent pas le problème). Ils normalisent la phrase en reprenant la vieille correction de Musgrave :... τό δρᾶν τι· μὴ μέλλειν δ’ ἀκμή. Mais outre que τὸ δρᾶν τι sort de l’usage (on a ou τι δρᾶν, Choéphores, 553, ou το δρᾶν absolument, Philoctete, 118, 1241, Œdipe à Colone, 442), la présence de l’article souligne ici la fonction de sujet pour μή μέλλειν : « Le non-délai, c’est cela l’urgence, c’est cela le contenu du moment décisif. » Le choreute explique la raison de son « vote » : tout tourne autour de la notion de « non-report » de l’action, qui recevra une tout autre interprétation quatre vers plus bas (à la substantivation par l’article répondra le substantif personnalisant inventé par Eschyle : τής μέλλους).

ν. 1354 s. « Nous pouvons le voir. Ils jouent leur prélude en individus / qui posent pour la ville les signes de la tyrannie »

15Mazon rend ὀρᾶν πάρεστι par « on peut attendre et voir » (au lieu de « il est possible de voir », « c’est patent »), comme si le choreute avait déjà renoncé à agir. « Attendre » n’est pas dans le texte. On a bien là l’expression du dévoilement de la catastrophe, de son évidence (cf. Rhésos, 890).

  • 19 Selon le texte adopté pour la traduction de 1900 et dans l’édition de 1914. En 1885, Wilamowitz con (...)
  • 20 On céderait à un autre préjugé en écartant ὥς du lexique d’Eschyle. L’adverbe paraît bien attesté e (...)

16Par ailleurs, il suit Wilamowitz19 pour la syntaxe des vers 1354 s., avec un ὥς adverbial à la fin du vers 1354, qui formerait ainsi une unité syntaxique : Sic per regis caedem incipiunt, signa dantes venturae tyrannidis. Fraenkel a montré que cette lecture reposait sur un préjugé quant au style d’Eschyle, qui ignorerait encore l’enjambement « sophocléen » (voir les contre-exemples qu’il cite ; il faudrait ajouter le ν. 1271 : μετὰ / ϕίλων ; voir adloc.)20 ; ὡς appelle πράσσοντες : « Ils jouent un prélude comme des gens qui agissent en produisant les signes d’une tyrannie pour la ville. » Σημεῖα est complément d’objet interne de πράσσοντες (leurs πράξεις sont des « signes »).

ν. 1356, τῆς μελλοῦς κλέος « La lenteur glorieuse de la réflexion »

17Avec les trois répliques suivantes, on passe de la décision d’agir à l’interprétation de l’action des autres. Il y a dans ce changement à la fois un renoncement et un approfondissement de la délibération :

  • il faut agir, car ce qui s’est fait est révoltant et injuste (répliques 1-2-3) ;

  • c’est de fait injuste, puisqu’il s’agit, de manière évidente, d’un prélude à la tyrannie (réplique 4 ; voir la note précédente) ;

  • mais (réplique 5) s’il s’agit de la tyrannie, avec la violence qui lui est propre, la délibération (qui était notre rôle dans la cité) n’a plus sa place. Or c’est bien délibérer que nous faisons, même si nous décidons d’agir ; même cela, même dire que le moment est critique (τὸ μὴ μέλλειν δ’ ἀκμή) repose sur une réflexion, et donc sur un délai : χρονίζομεν. Nous sommes condamnés à différer, car nous savons ce qu’est agir justement ;

  • la réplique suivante complètera l’analyse de l’impuissance. De même que nous n’agissons pas parce que nous délibérons, de même nous ne pouvons même pas délibérer et décider, car tout avis vise en réalité une action (τοῦ δρῶντός ἐστι... πέρι), or nous ne pouvons agir (réplique 6 ; voir infra la discussion du texte).

18« Dire qu’il faut agir » est donc contradictoire, puisque la possibilité d’un agir rationnel (selon une décision argumentée) est anéantie. Le renversement se manifeste dans les mots par l’emploi à quatre vers d’intervalle de « différer » avec deux valeurs opposées : le terme est d’abord négatif en 1353 (μέλλειν, « retarder ») ; en revanche, au vers 1356, il désigne un bien : « le temps de la réflexion », « le délai que requiert toute pensée ». Cette durée, nécessaire à la délibération, est ici dotée d’une « gloire » (τής μελλοῦς κλέος) que « piétinent » (πατοῦντες) ceux qui agissent brutalement. La violence est ainsi destructrice du seul bien que le chœur pouvait revendiquer, et qui caractérise un régime politique juste. Avec la précipitation des autres, qui est le signe d’une action injuste, la ville n’est en effet pas moins lésée que le jour où Paris a emmené Hélène : chaque fois c’est une valeur qui est « piétinée ». Ainsi, dans la réflexion éthique qui ouvre le premier stasimon, le chœur utilise la métaphore pour la χἁρις qui a été détruite avec le rapt, en parlant de « ceux qui foulent aux pieds la beauté de l’inviolable » (ὅσοις ἀθίκτων χἁρις πατοĩθ’, ν. 371 s.).

  • 21 On explique en général l’erreur par le χερί du vers suivant. Mais le texte cité, amétrique (χρονίζο (...)

19Selon la version de notre texte que Blomfield a découverte dans le Traité des tropes attribué au grammairien alexandrin Tryphon (version qui lui a permis de restituer l’hapax μελλώ), nous aurions ici au lieu du κλέoς des manuscrits le même mot qu’en 371 ; Tryphon donne en effet τῆς μελλοṽζ χάριν. Mais « gloire » est parfaitement à sa place ici21, avec une valeur ironique : comme si le non-agir était porteur de renommée tout autant que l’ἔpyov, que l’acte violent (ν. 1346 : τοὗργον είργάσθαι). Les nouveaux tyrans ont cherché le κλέοζ dans un exploit de type épique (« Ils ne s’endorment pas en faisant leur coup », où καθεύδονσιν χερί, rappelle l’éloge adressé par Étéocle au défenseur thébain Lasthenès dans les Sept : χεĩρα δ’ o (βραδύνεται, ν. 623), sans voir que la vraie valeur est ailleurs, dans le temps de la réflexion. Clytemnestre répondra implicitement au choreute en faisant de son triomphe une « victoire ancienne » (νίκης παλαιᾶς, ν. 1378), c’est-à-dire un succès qui résulte d’une lutte réfléchie depuis longtemps (oὐκ άϕρόντιστος πάλαι, ν. 1378, voir ad loc.).

  • 22 Sur ces substantifs, voir Chantraine, Formation des noms, p. 115-117.

20Eschyle fabrique (apparemment) un substantif μελλώ) avec le suffixe-ὠ des noms féminins abstraits22. Il ne semble pas, à voir la liste des déverbatifs de ce type employés dans la poésie archaïque et dans la tragédie, que la dérivation indique par elle-même une personnification (les substantifs abstraits gardant par là le sémantisme originel des noms propres féminins en -ώ). Le nom commun πειθώ) est certes plus tardif que Πειθώ (on en a le premier emploi au ν. 523 des Suppliantes), mais il n’est pas à exclure que dans ce cas le sens propre au nom d’action soit premier (et à l’origine du nom propre, la divinisation étant seconde). Il se dégage en effet une cohérence de l’emploi des dérivés de verbes (ou de substantifs à valeur verbale). Chez Homère, ϕειδώ et χρεώ ne désignent pas proprement des actions, mais des situations qui s’imposent aux acteurs : ces mots sont souvent sujets de verbes comme « advenir », « se produire » (Iliade VII, 409 s. : o γάρ τις ϕειδὼ νεκύων κατατεθνηώτων / γίνετ’ ... ; Odyssée XIV, 92, XVI, 315 : κτήματα δαρδάπτουσιν ὑπέρβιον, οὐδ’ ἔπι ϕειδώ ; pour χρεώ : Iliade X, 118 : χρειὼ γρ ἱκάνεται οκέτ’ ἀνεκτός ; cf. I, 340 s. : εἴ ποτε δὴ αὖτε / χρειὼ ἐμεῖο γένηται ἀεικέα λοιγὸν ἀμῦναι). C’est également le cas pour le néologisme d’Euripide, δoκώ : ϕίλαι, βοῆς ἠκούσατ’, ἢ δοκὼ κενὴ / ὑπῆλθέ μ’... ; (Électre, 747 s.). Avec le nom, l’action désignée par le verbe n’est pas considérée pour son contenu seulement, mais comme un événement, que l’on constate ou que l’on repousse. Cela vaut sans doute pour l’hapax πευθώ en Sept, 370, dans un vers qui annonce le retour du messager envoyé dans le camp ennemi et qui ouvre la longue scène des blasons : πευθώ τιν ἡμῖν, ὦ ϕίλαι, νέαν ϕέρει. Ce n’est pas vraiment « qui vient à nous, amies, avec un nouveau message » (Mazon). Πευθώ ne signifie pas « nouvelle », mais « le fait que l’on va savoir » (πευθώ τιν’, comme on a τις Φειδώ en Iliade VII, 409). Ainsi conçue, l’action peut désigner une personne ou un être vivant, comme δολία κερδώ, qui sert à caractériser le « chien-renard » dans les Cavaliers d’Aristophane (ν. 1068). Ici, μελλώ ne désigne pas le « délai », comme τὸ μέλλειν en 1353, mais « la circonstance où il convient de reporter ».

ν. 1359, τοῦ δρῶντος... πέρι « Car décider concerne aussi l’agent » La délibération implique un sujet agissant

  • 23 Cf. dernièrement le πρέπον d’E. Viketos (Hermes 120, 1992, p. 376).

21Le vers a beaucoup heurté (πέρι multis frustra temptatum, West, dans son apparat). Fraenkel, Denniston-Page et Page se résignent aux cruces pour la préposition, et les corrections abondent23. La syntaxe de la phrase, pourtant, ne fait pas vraiment difficulté : περί est postposé, en fin de vers, et séparé du cas « régi », ρo δρῶντoς (cf. Moorhouse, Syntax of Sophocles, p. 94 s.) : « La réflexion aussi concerne celui qui agit. » Blomfield et Wellauer avaient défendu cette construction, que j’adopte, mais avaient limité la portée de la phrase en faisant de ρo δρῶντoς l’assassin d’Agamemnon (Quum caedem jam non prohiberepossimus, de eo qui fecit, i. e. de interfectoribus, consilium inire licet). Mais outre que le sens de la réplique échappe alors (le choreute conclurait sur la possibilité du βουλεύειν, alors qu’il vient de se déclarer incapable de formuler une βουλή), on ne rend compte ni du présent δρῶντος (cf. la traduction qui fecit), ni du καί. Le participe substantivé a une valeur générale : la délibération pratique porte aussi (καί) sur celui qui agit ; cela aussi lui appartient en propre.

  • 24 Cf. déjà Heath (critiqué par Schütz) : Ejus est, qui aliquid agere in animo habet, consilium etiam (...)
  • 25 Cf. Hense : « Anstössig ist πέρι, wozu man τοῦ δρᾶν erganzen möchte. »
  • 26 Deliberare decet de re gerenda, Scholefield.

22Une autre solution, moins bonne, serait de dissocier τοῦ δρῶντος, considéré come un génitif d’appartenance, et de supposer une construction elliptique de πέρι : « To a doer it belongs to advise about the doing » (Verrall)24. Mais l’ellipse serait peu claire : il faudrait tirer un τοῦ δρᾶν25, ou plutôt un τοῦ δρωμένου26 de τοῦ δρῶντος (on a bien une ellipse avec ὑπρ en Antigone, 518 : πορθῶν δὲ τήνδε γῆν ὁ δ’ ἀντιστὰς ὕπερ, sur les deux fils d’Œdipe : « [l’un] dévastant la terre, et l’autre ayant fait face pour elle [ὑπὲρ τῆσδε γῆς] », mais elle porte sur un mot de la phrase, comme on peut l’attendre ; cf. Jebb ad loc.).

  • 27 Voir la liste des principales interventions chez Fraenkel (πάρα, πάρος, τί μήν ;, τί μή ;). D.-P. p (...)

23La difficulté venait surtout de ce que l’on n’arrivait pas à faire correspondre le texte avec l’argument attendu27. L’intervention devait, pensait-on, reposer sur l’antithèse « pure et simple » (Fraenkel) de δρᾶν et de βουλεύειν, sans donc que soit introduit un terme intermédiaire comme βουλεύειν περὶ τοῦ δρᾶν (sans parler d’un βουλεύειν περί τοῦ δρῶντος, qui n’a pas été envisagé, semble-t-il). Pessimiste, le choreute démontrerait que sa délibération est sans objet, comme un discours vide, car si δρᾶν et βουλεύειν sont deux activités différentes, elles sont indissociables : « Je ne peux parvenir à une décision utile (βουλή), car à celui qui agit appartient aussi la délibération (elle ne nous appartient donc pas). »

24Περί, selon cette logique, était de trop. Si, en revanche, on construit περὶ τοῦ δρῶντον, le propos devient pertinent, et diffère, légèrement, par l’argument et, légèrement, dans sa conclusion : délibérer n’est pas une activité en soi, mais concerne toujours un acteur, une situation concrète où quelqu’un agit ; non seulement il faut décider le contenu d’une praxis, mais encore faut-il déterminer qui agit, et comment. Or cela échappe au chœur, qui ne peut se considérer comme un « agissant » (δρῶν). Mais, en plus, au-delà de la délibération, lui échappe aussi le discours : il n’a rien à dire. On a en effet une structure à trois termes (et non deux), avec l’opposition majeure entre « parler » (λέγω) et « agir » (περί τοῦ δρῶντος), puis le terme moyen « délibérer » (βουλή, βουλεῦσαι) : parler n’a de sens que si l’on « tombe juste » (τυχών), que si l’on décide d’un « plan » (βουλῆς... τυχών) ; or une telle décision touche d’abord celui qui agit. Comme le dernier terme manque, le second et le premier disparaissent aussi.

25Dans la formulation du vers, le pôle de l’action est personnalisé (τοῦ δρῶντος), de manière à montrer que l’impuissance du chœur est liée à la situation (et ne tient pas à sa condition générale de bouleute inactif). D’habitude, il délibère et laisse agir le roi ; avec la tyrannie, et la mort du roi, reste ouverte et sans réponse la question de qui va relayer le discours raisonnable par des actes.

ν. 1360 s. « Et moi, je suis comme lui. Car je n’ai pas le moyen / de redresser le mort par des mots »

26Denniston-Page et Fraenkel font du distique l’illustration de l’opposition nette entre « délibérer » et « agir » (et s’appuient sur ces vers pour leur interprétation de la réplique précédente ; voir supra) : « Nous parlons, or des mots ne peuvent rattraper ce que les autres ont fait, à savoir la mort du roi. » Mais cette lecture est incomplète, car il faut continuer : « ... des actes non plus ne sauraient faire revenir un mort. » Selon ce choreute, l’opposition entre dire et faire est désormais annulée : il ne reste que le discours, c’est-à-dire rien, puisqu’on ne redresse pas un mort par des mots.

  • 28 Le chœur pensait déjà à la mort d’Agamemnon, et non, comme beaucoup l’ont cru, à celle d’Iphigénie.

27Le vers 1361 fait évidemment penser au court théologème de la fin du troisième stasimon (ν. 1019-1024) : aucun homme ne peut par des incantations faire revenir un homme de la mort, car Zeus a mis fin définitivement à la médecine d’Asclépios qui savait guérir du trépas28 (théologème qui sera repris de manière ironique et déformée dans les Euménides par Apollon comme argument contre les Érinyes : Zeus n’a point créé d’incantations contre la mort des hommes, ν. 647-651). Ici, la réflexion sur la finitude radicale de l’homme n’est pas posée pour elle-même, comme dans le chant, qui analyse la condition des mortels : elle sert d’argument pour prouver l’impuissance du chœur à ce moment. Mais le passage d’un mode de discours à l’autre, de la liberté du monologue lyrique à la prise de parole dans un débat sur l’action, vaut une critique. De l’un à l’autre, il y a reflet et dérision : la sagesse maîtrisée ne sert de maxime pour aucune action ; si on l’applique, c’est pour découvrir en toute rigueur, finalement, qu’il ne subsiste que la parole laissée à elle-même. Le chœur devient ridicule parce qu’il est resté lui-même.

ν. 1362, ἦ καί βίον κτείνοντες « Mais allons-nous perdre notre vie à nous en nous soumettant... ? »

  • 29 Ainsi Hermann, contre Triclinius qui expliquait le texte transmis : Sed nemo non probavit Canteri e (...)

28Très peu d’éditeurs n’ont pas suivi Canter (et Dorat, cf. West), qui a rétabli ici le tour βίον τείνειν, « prolonger la vie »29 (Blomfield rappelait Prométhée, 537 : τòν μακρòν τείνειν βίον έλπίσι ; Médée, 670 : ἄπαις γὰρ δεῦρ’ ἀεἰ τείνεις βίον ;, et Perses, 708 : μάσσων βίοτος ἢν ταθῇ πρόσω). Le choreute serait ainsi prêt à mourir, plutôt que de prolonger sa vie en cédant aux transgresseurs comme à des maîtres (ήγουμένοις est prédicatif). Ce sens est évidemment envisageable. Mais le lien avec la réplique précédente est plus net, et le débat plus dur, si l’on garde βίον κτείνοντες (« Are we to make death of life... ? », Verrall). Le septième choreute avait renchéri sur le sixième en disant que l’objet même d’une délibération, et donc d’un discours, avait disparu : les mots ne font pas revenir les morts (λόγοισι reprenait λέγω de 1358). Avec le texte des manuscrits, le huitième critique fortement ce rappel de la « sagesse » : il ne s’agit pas, dans l’immédiat, de la vie d’Agamemnon, déjà perdue, mais de la leur. En parlant ainsi de la mort de l’autre, c’est en fait sa propre vie qu’on réduit à rien. Si elle est bonne, l’expression inattendue βίον κτείνειν (on tue « quelqu’un », et non la vie) rendrait le paradoxe d’une vie non vivante, selon la logique de l’oxymore. Elle laisse entendre, dans les sons, la formule corrigée : faire comme tu le dis, c’est-à-dire penser d’abord à sa vie, c’est la tuer. Sans dire comment agir, le choreute pousse à la révolte (des souilleurs ne peuvent être considérés comme des maîtres).

29Le neuvième dira son accord, tout en ajoutant que désormais s’est imposée une logique de la destruction, sans espoir : face à la maladie incurable qu’est la tyrannie, face à cette perte irrémédiable de la vie, il n’y a que la mort qui s’impose comme issue (avec βίον τείνοντες, le neuvième n’apporterait rien) : « Non (ἀλλ’), ce n’est pas cette fausse mort qu’il nous faut, mais l’autre. »

ν. 1368, τνδε μυθεισθαῖ πέρι « Il faut parler de ces choses... »

  • 30 Tout en préférant la correction θυμοῦσθαι.

30Pendant longtemps les éditeurs ont admis la leçon μυθοῦσθοα donnée par les manuscrits (elle est consignée dans le Lexicon de Linwood, et LSJ ouvrent une entrée pour μυθόομαι = μυθέομαι)30. La forme a été corrigée de deux manières, qui correspondent à deux interprétations divergentes du dialogue des choreutes. Dans son dictionnaire Grec-Allemand, J.G. Schneider a rétabli μυθεῖσθαι (correction faite indépendamment par Donaldson et Paley) : « Il faut parler de ces choses avec un savoir clair », tandis qu’E.A.J. Ahrens permutait les consonnes, avec θυμοσθαι, conjecture vigoureusement défendue par Hermann, et reprise par Mazon, après Dindorf, Weil, Wilamowitz et d’autres : « Ce n’est que lorsque l’on sait que l’on doit s’indigner. » D’un côté, un choreute fidèle à l’exigence critique du chœur, pour qui le langage doit s’appuyer sur une connaissance claire de la réalité ; de l’autre, un scrupule un peu bouffon (on se promet d’être en colère, mais plus tard). La manifestation répétée du souci du vrai dans les dernières répliques et la présence de μαντευσόμεσθα dans l’intervention précédente, font évidemment pencher pour « parler » (μυθεῖσθαι) : l’avant-dernier choreute rappelle qu’ils ne sont pas devins, et qu’ils ne peuvent parler qu’en connaissance de cause (par ailleurs, les réserves de Fraenkel sur un tour comme θυμοῦσθαι περὶ τινός sont fondées). Le chœur ne devient ridicule que par son intelligence, et non par ses expressions.

ν. 1370, πάντοθεν πληθύνομαι « De partout j’abonde dans ce sens... »

31L’éclatement du chœur en douze voix est reproduit par la dernière voix qui se dit nombreuse, multipliée (πληθύνομαι). Mais, dans une sorte de contre-mouvement, la pluralité renforce ici l’accord : les avis de la foule qu’est devenu ce dernier choreute convergent « de tous côtés ».

  • 31 C’est le sens que visait sans doute la correction de Porson πληθύομαι. La même intervention au vers (...)
  • 32 Cf. également Wilamowitz (1885) : « Dem stimm’ich bei, denn alles spricht dafür. »

32Pour comprendre le verbe πληθύνομαι, il vaut mieux s’en tenir au sens habituel : « rendre multiple », « transformer en πλῆθος, en masse » (et non pas « remplir », malgré Denniston-Page)31. Toutes ses voix intérieures et tout ce qu’il a entendu vont pour lui dans le même sens : chaque fois il a une raison d’approuver l’avis qu’il va donner dans le vers suivant (cf. Hermann : Undique conveniunt mihi argumenta32, sans toutefois rendre l’abondance des voix). Alors que la parole des autres était strictement individuelle (cf. ἐγ μέν, ν. 1348, ἐμοὶ δ’, ν. 1350, κἀγώ, ν. 1352, ν. 1360), car elle se confondait avec une γνώμη, unique, fondée sur un seul argument, lui rassemble une foule d’avis (cf. Conington : « This is the side I choose with all my votes »). On n’a sans doute pas à voir dans cette pluralité la discordance entre des avis contraires, dans un débat intérieur où une voix finirait par « prévaloir » (Fraenkel). Cela ne va ni avec le sens normal de πληθύνειν, ni avec πάντοθεν : il n’y a pas lutte, mais afflux de « partout ». Le dernier choreute ne se range pas non plus à l’avis d’une majorité extérieure à lui, comme s’il tirait le bilan du débat qui vient d’avoir lieu (D.-P. : « Many voters come over to my side ») ; on tenait à cette lecture quand on faisait du coryphée le dernier à parler (cf. Paley : « I am in a majority », avec une interprétation difficile du verbe). Mais cette voix, plus abondante que les autres, est simplement la dernière. Elle ne « prévaut » que parce que l’avis qu'elle prononce est la suite logique du repli progressif du chœur sur ses seules facultés cognitives, aux dépens de toute action politique. Rien n’indique qu'elle se réclame des autres.

33L’exigence finale de « savoir clairement » sera comblée ironiquement par l’irruption sur la scène de l’objet de l’enquête. L’entrée de Clytemnestre, avec le spectacle des deux corps, répète ainsi celle du premier épisode, où elle venait mettre fin à une incertitude, ou celle du messager après le revirement qui clôt le premier stasimon, mais avec un tout autre sens. L’incertitude était alors due à un mouvement autonome de la pensée, qui s’obligeait à s’interroger sur la réalité des prémisses de ses propres raisonnements : l’entrée d’un nouveau personnage, détenteur du savoir attendu, s’inscrivait par là sur un fond de réflexion et de signification déjà constitué. Ici, la décision du doute est commandée par un événement extérieur et trop réel (avec les deux cris du roi), dont le contenu rend vaine la réflexion, et la condamne à se mimer elle-même. Le discours du chœur ne sera donc pas relayé par un autre discours, informé, qui réponde à une attente définie. Il y aura simplement la brutalité du fait, quand les corps seront montrés, avec la meurtrière et les accessoires du meurtre. Un autre discours alors se déploiera, indépendant des raisonnements des choreutes : le domaine du sens aussi leur échappe totalement (il est clair qu’à « savoir clairement » du ν. 1371 répond immédiatement le spectacle, sans que l’on ait à imaginer une action du chœur se précipitant vers le palais ; voir Taplin, The Stagecraft of Aeschylus, p. 324, contre Wilamowitz).

Notes

1 Voir le chapitre « stichomythie », dans : W. Jens (éd.), Die Bauformen der griechischen Tragödie, (Beihefte zu Poetica 6), Munich, 1971, p. 183-220 ; voir p. 194.

2 Sur cet épisode essentiel dans l’histoire de notre discipline, voir les études de F. Ferrari, « L'Eumenidenstreit », Annali della Scuola Normale Superiore di Pisa. Lettere e Filosofia, 3e s., 14, 3, 1984, p. 1173-1184, et de G.W. Most, « K.O. Müller’s Edition of Aeschylus’ Eumenides », dans : W.M. Calder III-R. Schlesier (éds.), Zwischen Rationalismus undRomantik. Karl Otfried Müller und die antike Literatur, Berlin, 1998, p. 349-373.

3 La thèse de Hermann revient régulièrement. Elle est reprise par N.G.L. Hammond, « The Conditions of Dramatic Production to the Death of Aeschylus », Greek, Roman and Byzantine Studies 13, 1972, 419, n. 8, et envisagée par O. Taplin, The Stagecraft of Aeschylus, p. 323, n. 3 (pour lui, la répartition ne correspond pas nécessairement au nombre des choreutes ; cf. sa présentation du problème pour Euménides, 585-603, p. 393, η. 1).

4 Wecklein donne 1343 au chef d’un demi-chœur, qui dirait au coryphée (chef de l’autre demi-chœur) de se taire (comme s’il n’avait pas fini ses anapestes ?) ; le coryphée reprendrait en 1346 s. Mais σῖγα n’implique pas cette division des voix. L’idée est en fait tirée de l’Hécube, où les réactions du chœur à l’aveuglement, hors scène, de Polymestor sont partagées par certains manuscrits en deux demi-chœurs (ν. 1036 et 1037).

5 Les commentateurs de l’Agamemnon ne disent rien sur la structure métrique du passage. L’attention était entièrement prise par la question du nombre des choreutes et de la répartition des répliques (à la suite, déjà, de Triclinus).

6 En se fondant sur une analyse morphologique précise des scènes de meurtre dans l’ensemble des tragédies, R. Hamilton conteste l’idée que la mort d’Agamemnon ait été le modèle de toutes les morts tragiques (« Cries within and the Tragic Skene », American Journal of Philology 108, 1987, p. 585-99 ; voir p. 593 s.). Le meurtre d’Agamemnon est l’un des plus complexe (double meurtre, 300 vers séparant l’entrée de la victime dans le palais et son cri). Quant aux échos du double cri d’Agamemnon que seraient Sophocle, Électre, 1415 s., Euripide, Hécube, 1035, 1037 et Cyclope, 663, 665, ils peuvent tout aussi bien être pris comme des exemples de double lamentation, forme régulière que l’on retrouve en dehors de tout contexte meurtrier en Phéniciennes, 1067 ss. ou Oreste, 1018 ss. Mais s’il est sûr que le double cri d’Agamemnon mourant reprend une forme codifiée de cri, avec le renchérissement qu’apporte μάλ’ αθις, il reste que cette forme s’est réalisée de manière sans doute marquante pour les Athéniens dans cette scène ; et les emplois ultérieurs, dans un contexte similaire, devaient être entendus comme des rappels de cet événement théâtral. La complexité du meurtre, dans l’Agamemnon, n’interdit pas de penser que ce drame ait pu servir de référence par la suite. En effet, les auteurs ne reprenaient pas seulement une forme dramatique, mais des mots, avec leur effet dramatique immédiat.

7 Cf. M. Vetta, « Aesch. gam.’ 1343 : una nota di scena passata nel testo ? », Giornale Italiano di Filologia, n.s. 26, 1974, p. 159-64.

8 On renverra toujours à l’article de Th. Drew-Bear, « The Trochaic Tetrameter in Greek Tragedy », American Journal of Philology 89, 1968, p. 385-405 (avec la liste des passages dans la tragédie). L’auteur y insiste sur l’expressivité de cette forme. Il reprend à son compte la remarque de K.O. Müller, dans son édition des Euménides, p. 76, pour qui le chœur prononce ses trois tétramètres « im ersten Schreck ».

9 De même, cela ne correspond pas à la valeur gnomique d’Œdipe roi, 1524 ss., ou à la distance que prend Œdipe par rapport à son sort en Phéniciennes, 1758-61 ; voir Bollack ad Œdipe roi, 1515.

10 P. Maas (cité et discuté par Th. Drew-Bear) insiste sur la valeur contrastive des deux mètres pour le drame ancien (il devait penser aux Perses) : « In the early period the alternation between the two different dialogue metres of tragedy served only the purpose of variation for its own sake. Later drama reserved the tetrameter for animated scenes, a practice which may have been initiated by one particular famous instance, such a scene as the last one of the Agamemnon », Greek Metre, § 75.

11 « Valenza semantica e funzionalità drammatica del tetrametro trocaico nei Persiani di Eschilo », Quaderni Urbinati di Cultura Classica, n.s. 32, 1981, p. 39-46.

12 Dans la communication (« Les Perses et leurs résonances épiques ») qu’il a donnée au Colloque CorHaLi (Cornell-Harvard-Lille) de mai 1999 à Cornell, organisé par P. Pucci (The Language of Aeschylus).

13 La correction de Nauck, πεπλήγμεθα, remise à l’honneur par West dans son apparat-critique, n’a pas lieu d’être :-μένος n’est précisément pas une faute issue de 1344.

14 La discussion, au siècle dernier, portait sur la possibilité d’admettre dans le dialecte attique de la tragédie un tel homérisme syntaxique (cf. Paley contre Klausen et Conington contre Paley). Mais le sens de l’emploi homérique était mal compris (on y voyait un jussif atténué) : « But let us take councel somehow and concert a safe design » (Conington).

15 Une solution élégante était de substituer un optatif à κοινωσώμεθ’ (κοινωσοίμεθ’, Schütz ; κοινωσαίμεθ’, Porson). Mais, comme le note Fraenkel, ἀλλά correspond mal à un ordre ainsi atténué.

16 L’interprétation de G. Wills (« Agamemnon 1346-71, 1669-73 », Harvard Studies in Classical Philology 67, 1963, p. 235-267) va déjà dans ce sens, au risque de minimiser les contradictions entre les répliques : « There is not simple opposition in the speakers, but a ruminative journey through connected thoughts... The scene is not one of group debate but of an individual’s ‘rationalizing’ under the pressure of fear » (p. 258). L’inaction méthodique du choeur dans le reste de l’oeuvre devient ici un spectacle.

17 R.P. Winnington-Ingram a proposé une autre ligne d’interprétation, servant à défendre ce dialogue en apparence oiseux (pour conclure : « surely there is no need to apologize for this scene », Classical Quarterly, n.s. 4, 1954, repris dans : Studies in Aeschylus, Cambridge, 1983, p. 208-216). Il prend d’abord au sérieux une difficulté technique dont Thomson avait récusé la réalité en y voyant le produit d’un réalisme anachronique : dans une situation qui semble requérir une intervention (avec le cri du roi mis à mort), le choeur est comme interdit de se porter au secours de ce qu’il a de plus cher. Cette contradiction psychologique s’expliquerait en fait par les lois du genre tragique qui excluent que le choeur devienne un personnage agissant. Le soin que met Eschyle à faire argumenter cette non-intervention montrerait qu’il était conscient du problème. Il aurait surmonté l’aporie technique où il se trouvait en prenant soin de faire du chœur un personnage véritable, doté d’un caractère, avec notamment un refus répété d’affronter la réalité. Son inaction devient ainsi psychologiquement vraisemblable. Mais le problème technique n’est sans doute pas bien posé, puisqu’on mèle deux exigences contradictoires : la convention dramatique (le chœur n’agit pas) et la vraisemblance de la fiction, comme si la situation dramatique pouvait vraiment faire oublier pour un temps la convention, alors qu’il était d’emblée clair que dans un tel théâtre le chœur n’interviendrait pas. La tragédie joue plus sur son propre artifice qu’on ne le croit, donnant déjà sa place à la distanciation du théâtre moderne. Par ailleurs, le chœur parle moins en personnage pourvu d’un caractère qu’en « sujet » entretenant une certaine relation, parfois difficile, avec son popre discours. Cette relation se donne ici en caricature.

18 Voir Jebb adloc. pour la construction du verbe (sans ατήν sous-entendu).

19 Selon le texte adopté pour la traduction de 1900 et dans l’édition de 1914. En 1885, Wilamowitz conjecturait τορῶς pour γὰρ ὡς.

20 On céderait à un autre préjugé en écartant ὥς du lexique d’Eschyle. L’adverbe paraît bien attesté en 930 (voir ad loc).

21 On explique en général l’erreur par le χερί du vers suivant. Mais le texte cité, amétrique (χρονίζομεν ὧδε. τῆς μελλοῦς χάριν), pouvait être librement recomposé, à partir de 371.

22 Sur ces substantifs, voir Chantraine, Formation des noms, p. 115-117.

23 Cf. dernièrement le πρέπον d’E. Viketos (Hermes 120, 1992, p. 376).

24 Cf. déjà Heath (critiqué par Schütz) : Ejus est, qui aliquid agere in animo habet, consilium etiam inire circa ea quae facere debet.

25 Cf. Hense : « Anstössig ist πέρι, wozu man τοῦ δρᾶν erganzen möchte. »

26 Deliberare decet de re gerenda, Scholefield.

27 Voir la liste des principales interventions chez Fraenkel (πάρα, πάρος, τί μήν ;, τί μή ;). D.-P. partent d’un πάρα en onciales pour retrouver un τi δρᾷ.

28 Le chœur pensait déjà à la mort d’Agamemnon, et non, comme beaucoup l’ont cru, à celle d’Iphigénie.

29 Ainsi Hermann, contre Triclinius qui expliquait le texte transmis : Sed nemo non probavit Canteri emendationem τείνοντες (en fait Wellauer ne la fait pas « monter » dans son texte mais la donne en note ; Bothe garde κτείνοντες en glosant par vitam nostrum interimentes adenta libertate h. e. gratiam vitae). On a une même confusion, pour le thème du verbe, en 1229 (chaque fois Canter est intervenu ; la faute s’explique mieux là-bas).

30 Tout en préférant la correction θυμοῦσθαι.

31 C’est le sens que visait sans doute la correction de Porson πληθύομαι. La même intervention au vers 869 était justifiée, voir ad loc.

32 Cf. également Wilamowitz (1885) : « Dem stimm’ich bei, denn alles spricht dafür. »

© Presses universitaires du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search