Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire critique de la RSE

 | 
Nicolas Postel
, 
Richard Sobel

Pratique

Engagement éthique

Olivier Bérut

Texte intégral

  • 1 Comme un effet de mode ou parce que « l’entreprise citoyenne » n’avait, au fond, rien de réellement (...)
  • 2 Au périmètre de l’entreprise et de ses salariés. Le mot « sociétal » est aussi parfois employé pour (...)
  • 3 Impact général de l’activité sur l’environnement, entendu au sens le plus large, des partenaires, c (...)
  • 4 L’étymologie, grecque pour « éthique » et latine pour « morale », permet de maintenir dans le langa (...)

1Avec la « RSE », la question de l’engagement éthique de l’entreprise se pose de façon en partie renouvelée. En partie seulement, car l’entreprise avait déjà tenté, dans les années 90, de s’emparer du mot « citoyen », mettant ainsi délibérément les pieds dans un champ qui n’était pas censé la concerner directement1. Et les discours des dirigeants (plus que des actionnaires) sur la mission sociale de l’entreprise ne datent pas d’aujourd’hui. On verra que l’engagement éthique de l’entreprise dans la « RSE » ne se dégage pas de certains paradoxes que « l’entreprise citoyenne » devait déjà affronter. En revendiquant un rôle social2 et environnemental3, l’entreprise s’inscrit de fait dans une posture éthique, en partant de considérations morales4 : il s’agit, pour l’entreprise par la « RSE », de permettre à ses collaborateurs d’aller au-delà de la loi pour le « bien de l’homme ». Dont acte. Mais de quel « bien » et de quel « homme » est-il question ? De quel « au-delà » ? Et surtout, quel contexte socio-politique est-il indispensable à l’émergence d’une action éthique en entreprise ?

Engagement éthique de l’entreprise : le rôle déterminant du D.G.

2Dans le monde capitaliste, la première finalité de l’entreprise est de faire gagner de l’argent à ses actionnaires. Voilà une évidence qu’il faut rappeler dans le cadre d’une réflexion sur la « RSE » : si l’actionnaire perd durablement de l’argent, l’entreprise s’éteindra. L’obligation économique de l’entreprise ne devrait donc pas être exclue du champ de ses responsabilités : le social, le sociétal et l’environnemental ne peuvent pas s’opposer durablement à l’économique, sous peine de contradiction intrinsèque avec le modèle même de l’entreprise et d’une relégation de la « RSE » au rang d’un alibi, finalement sans fondement. Certaines entreprises, d’ailleurs, assument explicitement cette contrainte dans leur projet « RSE ».

3La question éthique immédiatement connexe à ce constat est donc celle de l’affectation des bénéfices par les actionnaires : partage avec les salariés, investissements dans le développement et dividendes. Encore faut-il que les actionnaires soient des personnes « adressables ». C’est-à-dire des personnes physiques ou morales mais ayant des représentants avec qui installer un dialogue sur les finalités dont nous parlons. Ces interlocuteurs doivent avoir le pouvoir de décider d’une répartition explicitement équilibrée des bénéfices. Sinon, le système capitaliste conduit mécaniquement à une destruction, par l’impératif de croissance de résultats alors uniquement au service d’actionnaires, voraces et aux orientations à court terme. Malgré toutes les démarches « RSE » sincères qui peuvent exister, le moins que l’on puisse dire est que notre monde n’est pas à l’abri de cet écueil.

  • 5 Le « D.G. » est à attendre ici au sens de la personne la plus élevée dans la hiérarchie de l’entrep (...)
  • 6 Cf., par exemple, les difficultés chroniques des entreprises de vente à distance en Europe. Certain (...)
  • 7 Cf., ici encore, l’exemple des sociétés financières françaises autour de la notion de « crédit resp (...)

4La poursuite d’une démarche « RSE » dans une entreprise doit donc conduire le Directeur Général5 à animer une réflexion avec ses actionnaires sur la question de la gestion et de la répartition « durable » des bénéfices. Sans cette réflexion (qui, soit dit en passant, redonne une mission très stratégique au « D.G. » dans la recherche d’un équilibre durable entre les intérêts des clients, des salariés, des partenaires et des actionnaires de son entreprise), la « RSE » est une démarche ambiguë puisqu’elle ignore la principale contrainte de l’entreprise tout en prétendant structurer le « reste » dans une posture « éthique ». Si la démarche « RSE » d’une entreprise ignore cette question, elle pèche par naïveté (en prétendant, par exemple, mener des actions que l’entreprise ne pourra en fait pas assumer face à ses concurrents6) ou elle manipule son corps social ou ses clients (la « RSE » devenant un alibi et une distraction pendant que les actionnaires touchent le maximum de dividendes7). C’est bien d’ailleurs un des tout premiers apports d’une démarche « RSE » consistante que d’obliger en même temps l’entreprise à un réalisme économique et à une réflexion puis une action sur ses méthodes et les moyens qu’elle emploie.

5L’« au-delà de la loi » visé par la « RSE » commence donc en réalité par la question concrète du partage des richesses : partage au sein des parties prenantes de l’entreprise (regardée comme système) et partage au sein du corps social de l’entreprise (inter et intra générationnel). Mais peut-on se permettre aujourd’hui de n’observer ces démarches responsables et durables uniquement chez des actionnaires « éclairés » ou des D.G. « persuasifs » ? La « RSE » peut-elle rester une question d’engagement éthique sans jamais déboucher sur des obligations morales ? Autrement dit, la « RSE » ne doit-elle pas s’accompagner d’une régulation assurée par l’État du monde de l’actionnariat, pour élargir justement l’enjeu du partage des richesses ? Cette question est d’autant plus importante que l’État est aujourd’hui, idéologiquement, fortement attaqué sur ce rôle qui lui est parfois contesté au nom même de la « RSE ».

Engagement éthique des entreprises & missions de l’État : le risque du mélange des genres

6Les dirigeants qui engagent leur entreprise dans une démarche « RSE » consistante, suivis alors par leurs actionnaires et leurs salariés, sont en effet parfois au cœur d’un paradoxe dont l’un des termes est en passe de devenir une « vérité indiscutable donc indiscutée » : l’État serait devenu incapable de jouer son rôle et il faudrait alors « tout » attendre de ces entreprises « heureusement responsables ».

  • 8 Cf. par exemple sur la thèse du rôle stabilisateur et pacificateur des sociétés marchandes, Attali (...)
  • 9 Cf. par exemple aux USA, le pacte social des salariés de « Google » (20 % du temps accordé à des re (...)
  • 10 Cf. par exemple « Initiative Clauses Sociales », ICS : « Les enseignes membres de l’ICS, Auchan, Ca (...)

7D’un côté, on vient de le voir, ces « dirigeants RSE » refusent une forme de diktat court terme des marchés ou des actionnaires. Ils ont aussi en général une haute opinion du rôle que l’économie et les entreprises doivent jouer dans la paix et la stabilité du monde8. Au nom de cette vision, leur éthique les engage sur le terrain de l’entreprise qu’ils adaptent et transforment, avec parfois des modèles réellement innovants9. Ils vont même jusqu’à se doter, entre sociétés concurrentes, d’instances de contrôle et de régulation10.

  • 11 Ainsi, l’introduction – apparemment acceptée – de principes économiques (coût, rendement, retour su (...)

8Mais, d’un autre côté, un discours méfiant est aujourd’hui parfois banalement tenu par une partie de ce monde des entreprises (et certains responsables politiques) sur l’État et son rôle déclinant. Il faudrait accepter puis assumer un État en retrait, dans une impuissance structurelle et devant au maximum déléguer ses missions au secteur privé, réputé plus « performant ». De plus, l’engagement « RSE » rendrait ce secteur privé « bon, juste et fiable », au-delà de ce que l’État lui-même aurait pu garantir. Pour le dire autrement, la posture « étique » de la RSE (de l’individuel vers le collectif) pourrait parfois contribuer à la production d’un discours refusant à l’État un rôle « moral » (du collectif vers l’individuel)11.

9Prenons par exemple, le cas des « éco organismes ». Ces entreprises privées sont agréées par le législateur et ont en charge du prélèvement de taxes et de la distribution des produits de ces dernières (Eco-Emballage, Eco TLC). Les actionnaires d’Eco TLC sont… les distributeurs assujettis à la taxe textile qu’Eco TLC est habilitée à prélever et à redistribuer12. Il n’est absolument pas question ici de remettre en cause l’intégrité de cet organisme dans l’exercice de cette délégation, mais de s’étonner de cette délégation. Celle-ci présuppose en effet que le secteur privé concerné par une taxe va mieux s’occuper de son prélèvement et de sa redistribution que l’État lui-même. Dans ce cas, la « RSE » (et l’écotaxe associée) ne sert-elle pas une idéologie parallèle qui n’a rien à voir avec la « RSE » et l’entreprise : l’idée qu’il faudrait faire sans l’État ? Or, bien évidemment, sans État, les modalités du collectif, nécessaires entre autre à l’entreprise, ne seront plus garanties.

10La « RSE » peut donc être parfois instrumentalisée au service d’une idéologie qui avance sans dire son nom : l’entreprise se responsabilise et l’État pourrait donc (voire devrait donc) se déresponsabiliser « en proportion ». La contradiction culmine lorsque les agences de notation, sans aucun problème de légitimité, finissent par noter un État. Il y a là un danger, une dérive puis un abus que l’éthicien se doit de repérer : l’État et l’entreprise, aussi « RSE » soit cette dernière, ne sont ni concurrents ni substituables.

11On peut donc que la pratique de la RSE par l’entreprise (qui relève de l’éthique) doit se dédoubler dans le champ public d’un rôle (moral) de régulation et de contrôle de l’État. Ce n’est qu’à cette condition, politique, que les initiatives individuelles des entreprises pourront prétendre avoir une consistance et réalité mesurables…

La mesure de la « RSE » : une question de cohérence et de finalités

  • 13 Cf. IDGroup : http://www.idgroup.com/
  • 14 Cf. « Green Marketing » d’entreprises polluantes qui revendiquent un impact écologique positif. Cf.(...)

12Les entreprises qui se lancent dans une démarche de « RSE » vont en pratique en « faire plus que la loi ne les y oblige » sur certains plans qu’elles choisissent donc librement : social et/ou environnemental. Les motivations derrière une telle démarche sont excessivement variées : depuis les plus militantes (« entreprendre pour que le monde progresse au service de l’enfant qui grandit13 »), au plus calculées (dans une logique de marketing des marques associées à ces engagements, au risque de la contradiction14).

13L’entreprise qui s’engage dans une démarche « RSE » a donc en général un objectif derrière cet engagement, engagement qui devient stratégique pour elle : clients (fidélisation forte, par le biais de valeurs communes), salariés (sens, cohérence, fierté d’appartenance), actionnaires (réassurance), partenaires (exemplarité), institutionnels (reprises de thèmes importants pour les électeurs), etc. Tout cela n’est pas incompatible avec la « RSE ». Si la « RSE » fixe en général le « quoi » (les actions, l’engagement) et le « pourquoi » (impact positif sur le monde), elle laisse une liberté sur le « pour qui ». Il est alors intéressant, éthiquement parlant, d’expliciter ce « pour qui » et, par là même, la finalité de la démarche « RSE » dans « l’écologie » de l’entreprise.

  • 15 Cf. ICS : http://www.ics-asso.org/doc4/presse/2007_rapport.pdf, p. 13 sur le travail des enfants.

14De plus, l’engagement volontaire à dépasser les contraintes légales peut sembler ambigu, voire contre-productif : en cas de non-respect de ces engagements, il n’y a pas de contrepartie. C’est pourquoi certaines entreprises se dotent d’un outil de mesure et de contrôle de leurs engagements, prenant parfois le risque d’éclairer des pratiques douteuses qui auraient pu rester, sans cela, ignorées. Ainsi, ICS apporte régulièrement des données factuelles sur le travail des enfants et montre, par exemple en 2007, qu’un fournisseur audité sur trois fait travailler des enfants. Après ce premier audit et une demande de changement, le même rapport indique qu’un fournisseur sur cinq reste hors-jeu15. Il faut reconnaître un certain courage à produire de tels chiffres et s’étonner, peut-être, que ces chiffres aient si peu d’impact dans la société au final.

15En tout cas, la présence d’un outil de mesure, objectif, communiqué et si possible « tiers » par rapport aux personnes ou aux entreprises moralement engagées par la « RSE », reste un point indispensable à la cohérence de cette démarche.

16Pour une entreprise engagée dans une telle démarche, la « RSE » implique donc des réalisations tout à fait spécifiques et qui doivent être mesurées de façon aussi impartiale que possible. La « RSE » implique aussi nécessairement des engagements économiques clairs (affectation des bénéfices) et implique ainsi un rôle raisonnable et durable pour ses actionnaires (accepter un juste partage des résultats). Une démarche « RSE » implique donc l’« adressabilité » des actionnaires. La « RSE » confère alors au Directeur Général un rôle tout à fait majeur de régulateur (ou de modérateur) entre les intérêts des actionnaires, des salariés et des clients. Et la « RSE », en ce sens, est aujourd’hui d’abord une éthique managériale. Cette « RSE » peut alors permettre que l’entreprise, comme œuvre collective, ait un impact mesuré, durable et positif sur « son monde » et, par extension, une contribution positive à l’état global du monde.

17Pour autant, on ne peut compter naïvement sur l’autorégulation des actionnaires ou sur le charisme des Directeurs Généraux. Et il faut donc que les États, en charge de l’intérêt collectif et au-delà des démarches volontaires de certaines entreprises, puissent contrôler et contraindre les actionnaires qui n’auraient pas l’intention de renoncer à des bénéfices irraisonnables, menaçant alors, à moyen ou long terme, le collectif. Cela oblige à définir les notions de « bénéfices raisonnables » et de « partage raisonnable des bénéfices ». Nul doute que ces définitions passent par une action régulatrice au niveau européen (législateur ou Banque européenne). La « RSE », éthique managériale, démarche volontaire des entreprises, loin d’induire « moins d’État », implique donc au final un rôle tout à fait complémentaire et impartial de l’État. Dans un contexte où il est de bon ton de ne plus rien attendre des États, ce n’est pas le moindre des apports de la « RSE » : induire, en complément d’une action volontaire des entreprises, un rôle au politique et à l’État : pour une économie au service de l’homme ou de l’éthique à la morale.

Bibliographie

Attali J. (2006), Une brève histoire de l’avenir, Paris, Fayard.

Sturgeon T. (1990), Les plus qu’humains, Paris, J’ai lu.

Eco TLC : http://www.ecotlc.fr/.

ICS : http://www.ics-asso.org/doc4/page1.htm.

Annexes

Voir aussi

Démocratie dans l’entreprise, Gouvernement de l’entreprise, « Juste » valeur ?, Liquidité, PME et RSE, Souffrance au travail, Stratégie sociale

Notes

1 Comme un effet de mode ou parce que « l’entreprise citoyenne » n’avait, au fond, rien de réellement nouveau à apporter à la question de la citoyenneté, l’oxymore « entreprise citoyenne » semble s’être éteint aujourd’hui… à moins que la « RSE » n’ait bénéficié d’une espèce de « report à nouveau ».

2 Au périmètre de l’entreprise et de ses salariés. Le mot « sociétal » est aussi parfois employé pour l’impact économique et social sur la cité, la Région, le pays, etc.

3 Impact général de l’activité sur l’environnement, entendu au sens le plus large, des partenaires, clients et concurrents au bilan écologique de l’entreprise.

4 L’étymologie, grecque pour « éthique » et latine pour « morale », permet de maintenir dans le langage deux concepts différents. La morale prescrit un comportement aux individus « une fois pour toutes », au nom d’un idéal stabilisé et indiscutable (elle commande). L’éthique demande à chaque individu la recherche d’un comportement qui tienne compte de chaque situation, au coup par coup (elle recommande). Cf. dans cet esprit, Sturgeon Theodore (1990), Les plus qu’humains, J’ai lu, p. 289 : « la MORALE : c’est un code de la société destiné à permettre la survie de l’individu ; l’ÉTHIQUE : c’est un code individuel destiné à permettre la survie de la société ».

5 Le « D.G. » est à attendre ici au sens de la personne la plus élevée dans la hiérarchie de l’entreprise, en interface directe avec l’actionnaire ou son représentant (Président, CA, etc.).

6 Cf., par exemple, les difficultés chroniques des entreprises de vente à distance en Europe. Certaines de ces entreprises « traditionnelles » (avec leurs gros catalogues) perdent durablement de l’argent (depuis plus de 15 ans en continu), leurs pertes ayant longtemps été masquées par les bénéfices des sociétés financières de leur groupe… Ces sociétés financières vendues, les entreprises ont cessé leur discours et leur engagement « RSE » (sur l’environnement en l’occurrence).

7 Cf., ici encore, l’exemple des sociétés financières françaises autour de la notion de « crédit responsable » alors que le modèle « revolving » n’a jamais pu être « réinventé raisonnablement », ce qui a conduit le législateur à prendre le relais (dispositif Loi Lagarde, 2011).

8 Cf. par exemple sur la thèse du rôle stabilisateur et pacificateur des sociétés marchandes, Attali Jacques (2006), Une brève histoire de l’avenir, Fayard, Paris, en particulier le chapitre 5. Cf. aussi la lecture chrétienne-démocrate de la constitution de la Communauté Européenne après la Seconde Guerre mondiale (par exemple, http://www.ena.lu/ou).

9 Cf. par exemple aux USA, le pacte social des salariés de « Google » (20 % du temps accordé à des recherches personnelles et avantages en natures les plus divers.

Sources : http://www.journaldunet.com/diapo­rama/­0610-livregoogle/3.shtml ; http://ww.agora­vox.tv/actualites/societe/article/heureux-comme-un-salarie-de-google-16414).

10 Cf. par exemple « Initiative Clauses Sociales », ICS : « Les enseignes membres de l’ICS, Auchan, Camif, Carrefour, Casino, Colruyt, Conforama, Cora, Jules, Leclerc, Adeo, Monoprix, Okaïdi, PPRP, Système U et Les 3 Suisses se sont engagées dans une démarche pragmatique et progressive destinée à inciter leurs fournisseurs à respecter les principales conventions et recommandations de l’Organisation Internationale du Travail (OIT, http://www.ilo.org/public/french) et les réglementations sociales locales dans les pays émergents ». Source : http://www.ics-asso.org/doc4/page1.htm.

11 Ainsi, l’introduction – apparemment acceptée – de principes économiques (coût, rendement, retour sur investissement) dans les champs de l’éducation, du social ou de la santé s’inscrit dans une idéologie qui institue le modèle de l’entreprise (et en particulier de l’entreprise « raisonnable » ou « RSE ») comme seul modèle possible. Comme on l’a rappelé, toute « RSE » qu’elle puisse être, une entreprise a d’abord la mission de gagner de l’argent. Cet impératif est évidemment absurde, transposé ex abrupto dans les champs évoqués précédemment. Il s’agit bien d’une idéologie, ultralibérale, qui fait faire au politique des choix dogmatiques par « forçage » ou généralisation du principe économique de l’entreprise (refus de l’impôt, limitation de moyens aux Services Publics conduisant à des contre-performances disqualifiant ces derniers – et légitimant le recours au privé dont les performances ne sont pourtant pas mesurées de façon comparable –, sous-traitance, y compris de la perception de certains impôts ou taxes, etc.).

12 Cf. le site officiel d’Eco TLC (http://www.ecotlc.fr/page-53-gouvernance.html) : « Les Associés : Eco TLC compte 29 associés représentatifs de l’ensemble des metteurs en marché de produits textiles d’habillement, de chaussures et de linge de maison. Ces associés sont répartis en cinq collèges correspondant aux différentes familles d’assujettis : Collège A : Grande distribution diversifiée, Collège B : Commerce spécialisé et magasins de centre-ville, Collège C : Vente à distance et vente directe, Collège D : Industriels et importateurs, Collège E : Indépendants et autres assujettis). Le Conseil d’Administration : La société, présidée par le groupe PPR, est administrée par un conseil qui compte douze membres personnes morales, désignant chacune un représentant permanent (Auchan, Carrefour, Cora, Monoprix, Décathlon, PPR, Id Group (Okaïdi), Etam, 3 Suisses, Eram, Cotonflor, Fédération des Détaillants en Chaussure de France) ».

13 Cf. IDGroup : http://www.idgroup.com/

14 Cf. « Green Marketing » d’entreprises polluantes qui revendiquent un impact écologique positif. Cf. aussi des actions non consolidées en faveur de l’environnement (ex. arbres replantés) : de telles actions mériteraient sûrement une réflexion globale dont le périmètre ne peut être qu’une seule entreprise…

15 Cf. ICS : http://www.ics-asso.org/doc4/presse/2007_rapport.pdf, p. 13 sur le travail des enfants.

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540