Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire critique de la RSE

 | 
Nicolas Postel
, 
Richard Sobel

Théorie

Performance globale

Florence Jany-Catrice

Texte intégral

1La performance s’impose comme un dispositif majeur et de repère cognitif et de coordination dans une grande diversité de situations : dans l’élaboration d’outils macroéconomiques nouveaux (Stiligtz, Sen, Fitoussi, 2009), dans les mutations de l’État – à l’instar de la Loi organique relative aux lois de finances (Lolf) –, ou encore pour évaluer les organisations à but lucratif. D’une quête de performance dans un système éducatif caractérisé par la méritocratie (Dubet, 2004) en passant par la performance du système policier, ou celles des organisations, la performance est devenue un enjeu central des économies capitalistes du XXIe siècle. C’est en particulier en matière de travail qu’elle s’impose avec le plus de force devenant une modalité ordinaire de la coordination et d’incitation (Aubert, Gaulejac, 2007).

2Pour autant, ce qu’est la performance, ce qu’on dit qu’elle est, et la place qu’elle occupe dans les représentations ont connu des transformations majeures, en particulier durant les deux dernières décennies. C’est d’autant plus vrai dès lors qu’avec l’émergence des processus de « RSE », la notion de performance a été élargie, depuis un dénominateur strictement économique, à une dimension sociale et/ou environnementale. C’est ce que désigne la notion de « performance globale » à propos des organisations (Capron, Quairel, 2006) ; concept souvent décliné en performance sociétale ou sociale lorsqu’il s’agit d’évaluer des organisations à but non lucratif voire des territoires (Offredi, Ravoux, 2010).

3Nous cherchons à saisir ici les risques et enjeux qui se cachent derrière cette association de l’ancienne thématique de la « performance » et de celle, émergente, de la RSE.

Multiplicité des fondements sémantiques de la performance

4La définition de la « performance » la plus largement admise trouve sa source dans les approches managériales proches de l’audit et du contrôle. Elle renvoie à l’idée d’une comparaison quantifiée d’un résultat à un objectif simple et ciblé, dans un contexte d’accountability. Ce terme anglo-saxon véhicule la norme et l’exigence de « rendre compte » et « rendre des comptes », qui ont fini par trouver leur apogée dans le « compte » et le chiffre.

5Cette définition de l’audit managérial est sous-tendue par une épistémologie réaliste : une épistémologie qui prend pour hypothèse que la réalité, et la vérité, pré-existeraient à la mesure, et seraient dévoilées par elle (Desrosières, 2000). Cette posture, fréquente, traverse les faits et les problématiques. Elle s’oppose au constructivisme des dispositifs et des mesures. L’approche constructiviste, souvent associée à une posture institutionnaliste fortement représentée dans ce dictionnaire, refuse en effet de dissocier la discussion sur la performance d’une part des choix qui sont faits pour en proposer une traduction dans des « montages cognitifs » (Desrosières, 2006), et d’autre part des contraintes et pratiques dans laquelle elle est mise en œuvre (Jany-Catrice, 2012). L’approche constructiviste est essentielle dans le cadre de la performance globale.

Tertiarisation des économies et compromis fordiste

6L’origine du concept de performance se situe sans doute dans la notion de productivité au cœur du compromis fordiste. Les partenaires sociaux négociaient en effet des accords visant à partager ce qu’elles avaient identifié comme des gains de « productivité ». Une telle identification, supposant l’existence d’un ratio simple entre l’output et l’input, requiert que ce qui est considéré comme le « produit » ait des contours bien déterminés.

7Le glissement progressif vers une économie de services a rendu de plus en plus contingente cette identification du « produit » (Gadrey, 1996) : l’usage mécanique de la « productivité industrielle » comme modalité d’incitation au travail et de reconnaissance de l’activité est devenu de plus en plus délicat, lorsqu’il s’est agi de l’appliquer à des activités de services. À rebours de ce qui se passait dans les économies dominées par les activités industrielles, où les ajustements sur ce qui pouvait être défini comme « la production » étaient plutôt mineurs (le nombre d’automobiles, ou celui d’épingles), dans une économie de service en particulier relationnelle, la question se pose de la manière d’envisager un accord sur le produit. L’identification de la « production » du domaine de la santé, de l’éducation, de celui du care, ou encore de la finance ou du consulting n’est pas immédiate, et est même largement incertaine tant que la prestation de service n’a pas eu lieu. L’incertitude est accentuée par la variabilité de la qualité du résultat, et de ses effets. Elle se traduit par une instabilité croissante des repères cognitifs concernant les fruits de l’échange, et par une fréquence élevée de situations de singularité de la production (Karpik, 2007), ou de requalification des produits. Si cette mutation tertiaire et structurelle du système productif et de consommation est importante dans l’avènement de la performance, elle n’épuise cependant pas l’ensemble des raisons qui concourent à l’émergence d’un régime de performance que l’on pourrait qualifier de « totale » (Jany-Catrice, 2012). L’autre origine tient à l’évolution de la vision de l’action publique.

Les mutations de l’État et de ses performances

8Tout au long de la seconde moitié du XXe siècle, les mutations de l’État se sont accompagnées de profondes transformations dans la manière par laquelle les politiques et l’action publiques étaient évaluées. La version la plus contemporaine de l’évaluation a pris la forme d’une multiplication de dispositifs de mesure de la performance des services publics et de leur action. Ces dispositifs qui visent à alléger la charge de calcul des agents constituent ainsi « des simplificateurs cognitifs qui focalisent l’attente sur certaines tâches, routinisent des normes pratiques de comportement » (Eymard-Duvernay, 1999). La performance apparaît ainsi non seulement comme l’expression d’une apologie de la raison instrumentale (Heilbrunn, 2004, p. 10) mais aussi comme celle de la « raison statistique » (Desrosières, 1993).

9Parmi les dispositifs de codification, celui qui consiste à passer par le « chiffrage » (indicateurs, systèmes internationaux de classification, benchmarking, etc.) semble d’une nature spécifique (Ogien, 2010), tant la force des chiffres prend le dessus dans la capacité des individus à argumenter et à produire la preuve (de leur bonne foi dans le travail etc.). Le chiffre réduit en quelque sorte le champ des incertitudes qui vont être comptées, au risque d’en oublier l’essentiel (Bardet, Jany-Catrice 2010 ; Ogien, 2010).

10Cette prééminence de la mesure de la « performance métrique » des services publics dans l’évaluation des politiques est le marqueur d’une double dissolution : dissolution d’abord de l’évaluation des politiques dans la mesure des performances des services publics, qui elle-même valide le glissement structurel d’un État social (Castel, 1995), garant de la cohésion sociale, de l’égalité d’accès et de traitement pour tous, vers un État prestataire de service. Dissolution ensuite de la performance collective, et avec elle du progrès social, dans la somme des performances individuelles, omettant, ce faisant, une attention visant la préservation des biens communs et des droits fondamentaux, qui échappe par essence aux approches individualistes.

Pluralité des performances

11Ainsi l’affirmation de la logique de la performance s’accompagne d’un double glissement : glissement d’abord d’une logique évaluative itérative et plurielle vers une logique de mesure univoque ; glissement ensuite d’un État social vers un État prestataire de service. Face à ce glissement dont est porteur le paradigme de la performance, que peut-on attendre de l’idée d’une performance « globale », c’est-à-dire visant à souligner la dimension multiple de la performance ?

12Seule une réhabilitation des espaces de débat sur les missions, dans une vision négociée et plurielle, et non pas hiérarchique, technocratique et univoque de ce qu’« efficace » veut dire dans un monde traversé par une multitude d’opinions, de valeurs et de représentations de la justice, peut faire basculer les représentations de l’efficacité des politiques publiques ou de leurs performances sociétales.

13C’est la thèse que porte une partie des théoriciens de la RSE (Capron, Quairel, 2006), de ceux qui cherchent à déterminer et identifier l’utilité sociale des associations (Offredi, Ravoux, 2010), ou encore certains de ceux qui mettent à leur agenda la question des indicateurs de bien-être (Méda, 1999 ; Viveret, 2002 ; Gadrey, Jany-Catrice, 2005).

14Ces mondes de performances, traversés par deux controverses majeures, cohabitent déjà.

15D’abord parce que le processus de production d’un dispositif de performance peut être négocié ou planifié. Planifié, il relève d’un cadre de contrat complet, est construit de manière unilatérale et est caractérisé par une mise en chiffres qui lui donne une forme « aboutie ». Négocié, il tiendra compte en revanche de l’ensemble des parties prenantes, et sera réalisé sur une base plutôt concertée, fruit de compromis, et, le cas échéant, non contraignante.

16Ensuite parce que les critères de mesure et d’évaluation mobilisés peuvent être unis ou multidimensionnels. Contre l’idée d’un critère unique de performance, le principe de l’évaluation multicritères rend compte tout à la fois du caractère conventionnel et de la multiplicité des activités et des produits de services rendus, dans la logique des « économies de la grandeur » de Boltanski et Thevenot (1991).

  • 1 Empruntant en cela la démarche adoptée par Bessy et Eymard-Duvernay (1997), à propos des « régimes (...)

17Ces deux champs de controverse les plus structurants1 permettent de dégager quatre régimes de performance, au double sens où la performance a le statut de dispositif de coordination dans un monde tertiaire, individualisé et quantifié ; et où le régime est structuré par des arrangements conduits par des règles explicites, et des normes implicites.

Source : Jany-Catrice, 2011 ; 2012.

Évaluation à caractère unidimensionnel Évaluation à caractère pluridimensionnel
Processus planifié Régime autocratique Régime managérial
Processus négocié Régime fordiste Régime délibératif

18Au couple processus négocié/performance unidimensionnelle on rattache le régime fordiste de performance matérialisé par la « productivité du travail industriel ». Au couple « planifié/multidimensionnel », on rattache le régime managérial qu’incarne la Lolf. Le cas le plus paradigmatique du régime délibératif, caractérisé par le couple évalu-ation négociée/évaluation multidimensionnelle, émane des associations qui explorent les manières de rendre compte de leurs performances et de leur « utilité sociale ».

19C’est ce à quoi devrait tendre une authentique démarche de RSE visant à la performance globale.

Conclusion

20Lorsqu’elle est le fruit d’un travail raisonné, et adossée à l’étude du réel, l’évaluation des performances peut être validée, et appropriable. Mais elle est plus souvent devenue une activité de mesure mécanique et aveugle, conduisant à des dérives « quantophréniques » (Gaulejac, 2005). Cette floraison d’indicateurs dans la formation des jugements collectifs interroge. Elle marque l’incapacité de réhabiliter le qualitatif, dans un système où le chiffre a les vertus illusoires de la neutralité axiologique évacuant le caractère politique du processus de quantification (Ogien, 2010). Il circule ainsi facilement d’espaces dans lesquels il est élaboré, aux espaces d’appropriation publique, perdant souvent en route les métadonnées qui en font sa singularité. Il évite le temps long de l’apprentissage cognitif collectif. Il peut être soumis à la répétition, ce qui en favorise l’acculturation collective rapide, et l’insertion dans les jugements collectifs. Contre cette quantophrénie, une démarche RSE fondée sur la performance globale devrait porter haut la nécessité d’un régime délibératif quand il s’agit de savoir ce qui pour nous, l’humanité (au sens de Jonas), « compte » vraiment.

Bibliographie

Aubert N., Gaulejac de V. (2007), Le coût de l’excellence, Paris, Le Seuil.

Bardet F., Jany-Catrice F. (2010), « Les politiques de quantification. Introduction », Revue Française de socio-économie, n° 05.

Bessy C., Eymard-Duvernay F. (1997), Les intermédiaires du marché du travail, Paris, Presses Universitaires de France.

Boltanski L., Thévenot L. (1991), De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, coll. « NRF Essais ».

Capron M., Quairel F. (2006), « Évaluer les stratégies de développement durable des entreprises : l’utopie mobilisatrice de la performance globale », Revue de l’Organisation responsable, vol. 1/1.

Castel R. (1995), Les Métamorphoses de la question sociale : une chronique du salariat, Paris, Fayard, coll. « L’espace du politique ».

Desrosières A. (1993), La politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique, Paris, La Découverte.

Desrosières A. (2000), « L’État, le marché et les statistiques », Courrier des statistiques, n° 95-96, décembre p. 3-10.

Desrosières A. (2006), « Les recherches de Ian Hacking sur l’histoire des usages des probabilités et des statistiques dans le raisonnement inductif », Journ@l Électroniquede l’Histoire des Probabilités et des Statistiques, vol. 2, n° 1, juin.

Dubet F. (2004), « Critique de la performance comme modèle de justice », in Heilbrunn B. (dir.), La performance une nouvelle idéologie ?, Paris, La Découverte, coll. « Critique & Enjeux ».

Eymard-Duvernay F. (1999), « Approches conventionnalistes des entreprises », Gérer et comprendre, n° 58, p. 58-71.

Gadrey J. (1996), Services, La productivité en question, Paris, Desclée de Brouwer.

Gadrey J., Jany-Catrice F. (2005), Les nouveaux indicateurs de richesse, Paris, La Découverte, coll. « Repères ».

De Gaulejac V. (2005), La société malade de la gestion, Idéologie gestionnaire, pouvoir managérial et harcèlement social, Paris, Le Seuil.

Heilbrunn B. (dir.) (2004), La performance. Une nouvelle idéologie ? Paris, La Découverte, coll. « Critique & enjeux ».

Jany-Catrice F. (2011), « Performance(s) », in Bévort A., Jobert A., Lallement M., Mias A. (dir.), Dictionnaire du travail, Presses Universitaires de France, coll. « Quadrige ».

Jany-Catrice F. (2012), La performance totale : nouvel esprit du capitalisme ?, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion.

Karpik L. (2007), L’économie des singularités, Paris, Gallimard.

Méda D. (1999 [2008]), Qu’est-ce que la richesse, Au-delà du PIB. Pour une autre mesure de la richesse, Paris, Flammarion, coll. « Champs », rééd. 2008.

Offredi C., Ravoux F. (dir.) (2010), La notion d’utilité sociale au défi de son identité, Paris, L’Harmattan.

Ogien A. (2010), « La valeur sociale du chiffre. La quantification du politique entre performance et démocratie », Revue française de socio-économie, n° 05, 1er sem., p. 19-40.

Stiglitz J., Sen A., Fitoussi J.-P. (2009), Report of the Commission on the Measurement of Economic Performance and Social Progress. Disponible à cette adresse : http://www.stiglitz-sen-fitoussi.fr/documents/rapport_anglais.pdf.

Viveret P. (2002), Reconsidérer la richesse, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Annexes

Voir aussi

Concurrence, Efficacité, Gouvernance de l’entreprise, Marketing, Parties prenantes, Relation d’autorité, Stakeholder vs stockholder, Stratégie

Notes

1 Empruntant en cela la démarche adoptée par Bessy et Eymard-Duvernay (1997), à propos des « régimes d’action » et en la transposant aux régimes de mise en place des dispositifs d’évaluation des performances dans les organisations.

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540