Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire critique de la RSE

 | 
Nicolas Postel
, 
Richard Sobel

Théorie

Parties prenantes

Didier Cazal

Texte intégral

1La notion de parties prenantes est aujourd’hui très largement utilisée dans les débats publics et scientifiques, autour de la RSE en particulier mais pas uniquement. La notion est intuitivement parlante et séduisante puisqu’elle renvoie à l’idée que différents groupes ou collectifs puissent réclamer des comptes ou faire valoir des droits devant des entreprises. Elle permet ainsi de mettre en question, voire de contester, le poids des actionnaires dans les décisions affectant les entreprises (restructurations, délocalisations, réductions d’effectifs…). Elle permet également d’introduire dans les débats autour des entreprises ou avec elles des arguments autres que purement économiques, financiers ou marchands, d’ordre social, moral, politique ou culturel par exemple.

2Si le terme de parties prenantes s’est imposé pour rendre celui de stakeholders, d’autres termes peuvent néanmoins sembler plus pertinents fidèles ou appropriés, comme ceux de porteurs d’intérêts, porteurs d’enjeux ou parties intéressées, le terme anglais de stake couvrant à la fois des notions d’enjeu, d’intérêt et de mise en jeu.

3S’il n’en est pas l’inventeur, c’est à Freeman que l’on doit l’essor de la notion dans les milieux académiques. Désirant mettre sa formation de philosophe au service du monde de l’entreprise, il publie en 1984 un manuel de stratégie, fondé sur une approche en termes de parties prenantes. Par parties prenantes, il entend tout groupe ou agent dont l’entreprise est dépendante pour sa survie. Actionnaires, salariés, clients et fournisseurs constituent alors les principales parties prenantes et une bonne gestion doit alors consister à servir au mieux les intérêts de ces parties prenantes.

4À partir de cet ouvrage fondateur, s’est abondamment développé un courant de recherche, la théorie des parties prenantes (stakeholder theory), dans des champs de recherche comme Business ethics, business and society ou sur la RSE. Il est aujourd’hui largement admis que cette théorie constitue un fondement théorique majeur pour ces champs de recherche et elle en constitue de fait le corpus théorique prédominant. Elle ambitionne en effet de repenser l’entreprise et le management, notamment dans leurs relations avec la société, de dépasser une vision étroitement économique, en particulier centrée sur les actionnaires et le marché et de mieux intégrer considérations économiques et morales.

5Les théoriciens des parties prenantes ont cherché à approfondir la notion ; moins restrictive que celle de Freeman, la définition suivante fait l’objet d’un assez large consensus : tout groupe pouvant affecter le fonctionnement de l’entreprise ou être affecté par celui-ci. On distingue alors le plus souvent les parties prenantes centrales (primary), indispensables à la survie de l’entreprise ou à l’atteinte de ses objectifs, des parties prenantes périphériques, dont l’influence qu’ils exercent sur l’entreprise ou subissent de sa part est moindre.

6Il est également devenu d’usage de distinguer trois volets dans la théorie des parties prenantes : un volet instrumental, axé sur la portée économique de la prise en compte des parties prenantes ; un volet descriptif, visant à dresser l’état des relations entre entreprises et parties prenantes ; un volet normatif, visant à définir ce que les entreprises devraient entreprendre à l’égard de leurs parties prenantes.

7Si la question de l’identification et de la constitution des parties prenantes continue à susciter nombre de débats, certains (Mitchell et al., 1997) ont proposé trois critères à cette fin : le pouvoir, c’est-à-dire la capacité d’influence sur l’entreprise ; la légitimité, perception ou présomption des actions d’une entité comme désirables ou appropriées selon certains systèmes de normes ou de valeurs sociales ; l’urgence, caractère pressant des demandes portées par les parties prenantes, obligation pour les dirigeants d’y répondre dans des délais acceptables pour ces dernières.

8Malgré des intentions et ambitions louables, la théorie des parties prenantes comporte de graves faiblesses théoriques intrinsèques et extrinsèques.

9Les définitions données de la notion sont marquées par un flottement quant à la nature des parties prenantes : individus, agents, acteurs, groupes, entités, voire institutions. L’identification des parties prenantes centrales montre bien cette hétérogénéité : qu’y a-t-il de commun entre les salariés, clients, fournisseurs et actionnaires et dans leurs relations avec l’entreprise ? Ces différentes parties prenantes sont également bien hétérogènes et font appel à des moyens d’organisation et d’action bien différents : syndicats, associations de défense, organismes professionnels…

10Conséquence dommageable de ce flottement, la théorie des parties prenantes, dans sa volonté de n’accorder de statut privilégié à aucune partie prenante, les met littéralement à plat, nivelant les différences de statut, de modes d’influence et de formes de dépendance, d’organisation et de structuration, de types de contrats. Des collectifs constitués (salariés) voisinent avec des collections d’individus (clients), qui tous peuvent être représentés par des collectifs organisés, parfois multiples et en concurrence (associations de consommateurs, syndicats de salariés, associations de petits actionnaires…). Elle n’envisage de plus que des relations directes entre chaque partie prenante et l’entreprise, sans possibilités de coalitions ou conflits entre parties prenantes, ni le rôle d’intermédiaires, de porte-parole ou d’arbitres et médiateurs (coordinations, avocats, médias, collectivités locales). Il est enfin clair que faute de voix propres, certaines parties peuvent être réduites au silence, donc demeurer des « parties qui ne prennent pas », qu’il s’agisse de l’environnement naturel, des générations futures ou des plus démunis.

11L’examen des soubassements théoriques de cette théorie s’avère plus embarrassant encore. Elle se rallie très majoritairement à une conception contractuelle de la firme, puisant dans la théorie de l’agence, des coûts de transaction ou des droits de propriété. Elle propose moins une conception alternative à ces théories qu’une version étendue de celles-ci, les actionnaires ne constituant qu’une partie prenante comme les autres, la notion de parties prenantes (stakeholder) n’étant, comme l’a souligné Freeman, qu’une extension de la notion d’actionnaire (shareholder). Les relations avec les parties prenantes sont d’ordre essentiellement contractuel, donc relevant d’un ordre économique intégrant à la marge des considérations morales.

12Dans la théorie des parties prenantes, la conception de la société se limite à une collection d’individus autonomes, rationnels et responsables. Nombre d’auteurs se sont ainsi appuyés sur la théorie de la justice de Rawls, qui conçoit la société comme un contrat social autour de principes de justice. Certains, comme Freeman, se rallient au libertarisme, qui prône un primat absolu de la liberté de chacun et le refus intransigeant de toute ingérence, notamment étatique, donc une stricte auto-régulation.

13Libéralisme économique, certes un peu moralisé, et libéralisme politique marchent donc main dans la main au sein de la théorie des parties prenantes.

Conclusion

14La notion de parties prenantes, pour peu qu’on s’appuie sur la théorie qui la développe, fait donc peser nombre de risques sur les conceptions et pratiques de la RSE. Tout d’abord, elle invite à des visions largement libérales qui ont certes la faveur d’institutions, notamment européennes, mais il est douteux que le volontarisme permette d’envisager de manière pertinente et efficace les formes de régulation qu’appellent les préoccupations autour de la RSE. De plus, l’accent mis sur la centralité des parties prenantes conduit à réduire la RSE à une gestion des parties prenantes.

Bibliographie

Bonnafous-Boucher M., Pesqueux Y. (dir.) (2006), Décider avec les parties prenantes – Approches d’une nouvelle théorie de la société civile, Paris, La Découverte.

Capron M., Quairel-Lanoizelée F. (2007), La responsabilité sociale d’entreprise, Paris, La Découverte.

Cazal D. (2011), « RSE et théorie des parties prenantes : les impasses du contrat », Revue de la Régulation, n° 9, 1er semestre, (http://regulation.revues.org/index9173.html).

Freeman R. E. (1984), Strategic Management – A Stakeholder Approach, Boston, Pitman.

Igalens J., Gond J.-P. (2008), La responsabilité sociale d’entreprise, Paris, Presses Universitaires de France.

Martinet A. C. (1994), Management stratégique : organisation et politique, Paris, McGraw Hill.

Mitchell R. K., Agle B. R., Wood D. J. (1997), « Toward a theory of stakeholder identification and salience: defining who and what really counts », Academy of Management Review, 22(4), p. 853-886.

Annexes

Voir aussi

Concurrence, Efficacité, Gouvernance de l’entreprise, Marketing, Performance globale, Relation d’autorité, Stakeholder vs stockholder, Stratégie

Auteur

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540