Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire critique de la RSE

 | 
Nicolas Postel
, 
Richard Sobel

Théorie

Efficacité

Irène Berthonnet

Texte intégral

1L’efficacité est une question primordiale pour les économistes contemporains, et les mutations socio-politiques en cours visibles à travers le mouvement de RSE viennent remettre en question l’analyse économique de l’efficacité de l’entreprise. En effet, un des intérêts du mouvement de RSE est – en modifiant les pratiques des entreprises – d’obliger ses observateurs à réfléchir de manière approfondie sur ce qui fait qu’une entreprise est ou n’est pas efficace. Il s’agit de comprendre si les pratiques de RSE se font au détriment ou en complément de l’efficacité de l’entreprise, ou encore si ces pratiques bouleversent l’analyse économique de l’efficacité de l’entreprise.

Les conventions d’efficacité

2La manière d’apprécier l’efficacité de l’entreprise a varié au cours du temps, et le critère retenu est toujours une convention qui satisfait certains intérêts plutôt que d’autres. Comme le montre Doeringer (1986), la convention d’efficacité de l’entreprise en vigueur aujourd’hui est différente de celle qui a prévalu de la fin de la 2e guerre mondiale jusqu’aux années 1970.

3Dès 1945 commence à s’organiser le mode de régulation fordiste. Ce cadre conditionne l’organisation de l’entreprise (Boyer et Freyssenet, 2000) et donc nécessairement l’analyse en efficacité de l’entreprise. Celle-ci est essentiellement dynamique : grâce à une politique de salaires élevés et d’emploi stable et protégé, la direction de l’entreprise réussit à motiver davantage ses travailleurs. Ceux-ci deviennent alors plus productifs, et les gains de productivité ainsi dégagés par l’entreprise sont redistribués à l’intérieur de celle-ci. Ainsi, est créé un « marché du travail interne » (Doeringer, 1986) qui fonctionne selon une norme d’efficacité collective. Cette norme d’efficacité mêle intimement l’efficacité et l’équité dans l’entreprise ; même, l’éthique est un moyen d’augmenter l’efficacité collective de l’entreprise.

4Dans les années 1970, le tournant néolibéral général change l’organisation de l’entreprise et la nature de l’emploi : en conséquence, la manière de concevoir l’efficacité de l’entreprise est modifiée. Le collectif n’est plus aussi stable (précarisation de l’emploi et individualisation des évaluations) et perd en légitimité. Aujourd’hui, une entreprise est dite « efficace » si elle maximise sa valeur boursière (Aglietta et Rébérioux, 2004). L’efficacité de l’entreprise est donc parfaitement liée aux intérêts des actionnaires ; ceux-ci sont perçus comme des créanciers résiduels (c’est-à-dire les seuls dont la rémunération varie avec l’efficacité globale de l’entreprise), et par conséquent comme le seul groupe de l’entreprise qui aurait authentiquement intérêt à maximiser l’efficacité de l’entreprise. Il est donc logique que l’indicateur synthétique d’efficacité de l’entreprise soit identique à celui des actionnaires.

Les limites de la juste valeur

5Cette conception de l’efficacité de l’entreprise – largement acceptée au moins jusqu’à la récente crise financière – pose néanmoins de nombreux problèmes. Le principal est la prise en compte de la dynamique essentiellement collective de la production de l’entreprise. Les évaluations individualisées du travail et la précarisation des salariés notamment réduisent la solidarité du collectif et la possibilité de coopération, diminuant ainsi le potentiel créatif d’un groupe de travail. De même, l’efficacité n’est plus conçue dans le long terme mais consiste à maximiser un paramètre de l’entreprise (la valeur de l’action) à un moment donné. Elle ne prend pas en compte l’efficacité dynamique, ni dans la gestion de l’environnement physique, ni dans la gestion du travail. La valeur de l’entreprise n’est donc appréhendée qu’au travers de sa valeur marchande, et plus particulièrement de sa valeur sur le seul marché financier.

La RSE comme reconfiguration de l’efficacité de l’entreprise ?

6Le mouvement de RSE et ses pratiques – soit l’application du développement durable à l’entreprise – remettent en question cette analyse partielle et partiale de l’efficacité de l’entreprise au profit des actionnaires. Ce faisant, ils invitent à reconsidérer la convention actuelle de l’efficacité de l’entreprise. En effet, le mouvement vise à introduire des considérations éthiques dans l’entreprise, mais en restant porteur d’une cohérence économique qui la rende plus efficace. Si l’entreprise s’attache volontairement (c’est-à-dire sans y être contrainte juridiquement) à la mise en place de dispositifs de RSE – alors même qu’à première vue ceux-ci semblent s’opposer au critère d’efficacité économique, censé guider et orienter l’action économique des entreprises – c’est bien parce que pour les responsables de l’entreprise, l’introduction de règles éthiques dans les pratiques économiques n’est pas contradictoire avec l’efficacité économique, ou tout au moins avec une certaine forme d’efficacité économique.

7Pour comprendre la nature exacte de cette nouvelle acception de l’efficacité, il faut procéder catégorie par catégorie. L’efficacité de l’entreprise ne peut être analysée qu’à partir des différents secteurs de l’entreprise. Les différentes évaluations en efficacité des secteurs de l’entreprise doivent néanmoins former une cohérence globale, de laquelle il soit possible de déduire un indicateur synthétique d’efficacité pour l’entreprise. La RSE vient proposer une solution pour l’analyse en efficacité de chacune de ses activités : l’exploitation des ressources naturelles et environnementales, le travail, éventuellement le consommateur et pourquoi pas tous ceux qui sont affectés par les externalités dont est responsable l’entreprise.

8En ce qui concerne les ressources naturelles et environnementales, le mouvement de RSE propose de ne plus les considérer uniquement comme ressources mais également comme contraintes : elles doivent être gérées conformément aux exigences de renouvellement, de manière à ne pas atteindre le seuil d’épuisement. Il faut donc les gérer dans une logique de temps long et non comme un facteur de production disponible à court terme dont il s’agirait d’extraire une rente. Cette modification de l’analyse en efficacité de la gestion des ressources naturelles et environnementales a aussi des conséquences pour la mesure de l’efficacité de la production du bien ou service final.

9Le mouvement de RSE réouvre également le débat sur l’efficacité du travail dans l’entreprise. Il porte une dénonciation de l’analyse en efficacité dominante dans la période précédente : l’efficacité du travail au sein de l’entreprise ne se mesure pas de manière individuelle mais de manière collective. Ici aussi elle doit être repensée sur le long terme : il ne s’agit plus uniquement d’efficacité de l’échange économique, mais également de celle du processus économique. Les salariés seront efficaces si leur cadre de travail leur convient, car c’est principalement leur cadre de travail qui conditionne l’engagement des salariés dans leur emploi (Boltanski et Chiapello, 1999). Dans les pratiques de RSE il s’agit donc de prendre en compte les valeurs des individus et le cadre du travail de manière à créer des interactions positives qui rendent ainsi la production dans l’entreprise efficace.

10Enfin, les pratiques de RSE viennent remettre en question l’efficacité de l’entreprise parce qu’elles se posent contre l’idée communément admise que les actionnaires sont les propriétaires de l’entreprise. Les pratiques de RSE – en ce qu’elles imposent de prendre en considération tous les groupes constituant l’entreprise et non plus seulement les actionnaires – permettent de considérer la propriété de l’entreprise comme plus étendue. Dès lors il n’est plus légitime d’analyser l’efficacité de l’entreprise strictement comme celle qui prévaut pour les actionnaires. Un argument juridique vient sous-tendre cette affirmation : les actionnaires ne sont en réalité propriétaires que de leur action, et non de la totalité de l’entreprise (Robé, 1999), mais les pratiques de RSE en prenant en compte tous les groupes composant l’entreprise, contribuent à la comprendre comme une petite société politique dont l’action influe sur de nombreux acteurs et dont l’efficacité ne peut légitimement être évaluée sur le seul plan des intérêts des actionnaires. La RSE, en intégrant tous les acteurs que l’activité économique de l’entreprise intéresse, suscite une réflexion sur la propriété de l’entreprise, puisqu’elle impose de mieux penser les nombreuses contraintes qui pèsent sur elle, et donc de mieux les gérer dans le cadre d’un compromis politique pertinent et efficace dans un temps et dans un espace plus large que celui de l’entreprise stricte. En d’autres termes, elle permet de penser la responsabilité de l’organisation.

11Ainsi, la généralisation du mouvement et des pratiques de RSE révèle qu’une nouvelle conception de l’efficacité de l’entreprise pourrait être en train d’émerger, à la fois en ce qui concerne le travail et les ressources naturelles et environnementales, et aussi en rapport avec la structure de propriété de l’entreprise. Cela remet en cause la pertinence de la valeur de l’action comme seul indicateur synthétique légitime de l’efficacité de l’entreprise. Cependant, si les pratiques de RSE permettent de soulever certains problèmes de la précédente conception de l’efficacité de l’entreprise et même d’amorcer l’émergence de nouveaux types d’évaluations sectorielles, elles ne permettent pas (encore ?) de définir ce que pourrait être un nouvel indicateur synthétique de l’efficacité de l’entreprise. Le mouvement de RSE préfigure un changement dans les conventions d’efficacité de l’entreprise, mais ne permet pas d’indiquer quelle sera l’ampleur de la mutation, puisque celle-ci dépend en grande partie de l’appropriation du débat par d’autres acteurs, de manière à établir un indicateur synthétique d’efficacité de l’entreprise qui soit juste et cohérent.

Bibliographie

Aglietta M., Rébérioux A. (2004), Dérives du capitalisme financier, Paris, Albin Michel.

Boltanski L., Chiapello E. (1999), Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Boyer R., Freyssenet M. (2000), Les modèles productifs, Paris, La Découverte, coll. « Repères ».

Doeringer P. (1986), « Internal Labor Markets and Noncompeting Groups », The American Economic Review, vol. 76, n° 2, p. 48-52.

Robé J.-P. (1999), L’entreprise et le droit, Paris, Presses Universitaires de France.

Annexes

Voir aussi

Concurrence, Gouvernance de l’entreprise, Marketing, Parties prenantes, Performance globale, Relation d’autorité, Stakeholder vs stockholder, Stratégie

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540