Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire critique de la RSE

 | 
Nicolas Postel
, 
Richard Sobel

Théorie

Concurrence

Françoise Quairel

Texte intégral

  • 1 Voir l’entrée Parties prenantes de D. Cazal.

1S’interroger sur les liens entre le concept de responsabilité sociale/sociétale de l’entreprise (RSE) et la concurrence met en lumière les oppositions entre les approches théoriques et managériales de la RSE et les approches économiques. En effet, alors que, en économie de marché, les décisions des entreprises sont, en théorie, déterminées par leur situation concurrentielle, les théories de référence sur la RSE, n’évoquent pratiquement jamais le thème de la concurrence. Dans cette approche, la société dans laquelle est insérée l’entreprise et dont les enjeux sont portés par les parties prenantes1 est plus consensuelle que concurrentielle ; paradoxalement, la concurrence n’est intégrée qu’au travers de « l’avantage compétitif » procuré à l’entreprise grâce à une stratégie RSE. Les auteurs font l’hypothèse qu’il y a convergence entre l’intérêt économique de l’entreprise et la satisfaction des attentes des parties prenantes, attentes identifiées à l’intérêt social commun. En jetant un voile sur la réalité du contexte concurrentiel mondial, en n’intégrant pas dans leurs analyses les antagonismes d’intérêts résultant de la concurrence, les auteurs de référence sur la RSE donnent une vision incomplète du concept de RSE et de sa mise en œuvre. Nous allons présenter, dans un premier point les approches théoriques des liens RSE – concurrence et nous analyserons dans un second point les implications, pour le concept de RSE, de « l’avantage compétitif » qui pourrait être obtenu par des stratégies RSE, ce qui nous permettra de dégager les postulats sur lesquels repose le concept et de mettre en évidence ses enjeux et ses limites.

Les approches théoriques du lien concurrence-RSE

2L’intégration d’objectifs RSE dans les décisions stratégiques des entreprises donne lieu à des analyses largement opposées selon le champ académique des auteurs.

Dans la vision économique, RSE et concurrence sont incompatibles

3L’approche économique classique décrit la concurrence comme un mécanisme qui assure une gestion efficiente des ressources, incite à l’innovation et donc produit un résultat positif pour la collectivité. Ce dogme est mobilisé comme argument par les auteurs de l’école de Chicago comme Friedman (1971) qui affirment que la seule responsabilité de l’entreprise est d’être profitable pour ses actionnaires, puisqu’un marché concurrentiel assure la convergence entre la maximisation de la valeur à long terme de l’entreprise et la maximisation du bien-être social (Jensen, 2001). En conséquence, l’introduction d’objectifs non-économiques et la prise en compte des attentes des parties prenantes sont inutiles, voire dangereuses.

4L’analyse des pratiques de la concurrence oligopolistique sur les marchés mondialisés conduit à des conclusions diamétralement opposées. Exacerbée et loin du rôle que lui prêtent les économistes classiques, la concurrence entre les grandes multinationales conduit à des pressions fortes sur les coûts qui impliquent de nouvelles politiques d’externalisation, de délocalisation vers des pays où le cadre réglementaire social et environnemental est moins exigeant. Les firmes jouent sur les inégalités entre les espaces économiques, pour (re)déployer le capital là où se présentent les meilleures conditions de sa valorisation et pour profiter de la faiblesse des instances politiques locales de pays ou de région, de leur dépendance économique afin d’imposer leurs conditions. Les conséquences sont connues : écrasement des coûts, prédation des espaces naturels, non-prise en considération des aspects sociaux des territoires et, d’une manière générale, absence de prise en compte des externalités négatives. Dans ce contexte, l’intensité de la concurrence génère donc inéluctablement des coûts sociaux et environnementaux unanimement dénoncés par les mouvements altermondialistes.

5Au niveau de la rationalité micro-économique, les coûts d’une politique de protection de l’environnement devront être inférieurs aux avantages escomptés. Les décisions relatives aux actions sociales ou environnementales qui ont pour objectif la réduction des coûts de production (économie de consommation, diminution des déchets…), la croissance du chiffre d’affaires, le renforcement des parts de marché, la diminution de risques directs… sont soumises à ce calcul. Il est improbable que les entreprises s’engagent dans des démarches RSE si l’anticipation des bénéfices obtenus n’est pas supérieure aux coûts générés. La limite de la prise en compte de l’intérêt général, dans le cadre du calcul économique, est clairement celle de la maximisation du résultat. Une forte concurrence sur les prix est alors un frein à la RSE. Pour les économistes classiques, comme pour ceux qui dénoncent les excès de la mondialisation, les mécanismes du marché et la concurrence internationale ne sont donc pas compatibles avec des politiques de responsabilité des entreprises dont l’objet serait de contribuer au développement durable et à l’intérêt général.

Les théories de la RSE ignorent la pression de la concurrence

6Les théories qui analysent les déterminants de la RSE « explicite » se rattachent à trois axes : « Business Ethics, Business and Society, Social Issue Management » (Gendron, 2000). Quelle que soit l’approche, la concurrence est passée sous silence chez tous les auteurs de référence en matière de RSE. Les tenants du courant « Business Ethics » affirment l’existence d’un devoir moral de l’entreprise et de ses dirigeants de prendre en compte l’intérêt général ; les contraintes concurrentielles sont donc hors de leur vision de la RSE. L’approche consensuelle du courant « Business and Society » est présente chez presque tous les auteurs ; ils partent d’une représentation du rôle de l’entreprise dans la société qui a comme postulat la convergence entre l’intérêt économique de l’entreprise et l’intérêt social commun de ses parties prenantes ; ils gomment tous les dilemmes et les conflits. La responsabilité de l’entreprise est d’établir des relations de confiance avec les parties prenantes et de montrer une sincère conduite éthique ; elle obtient alors un avantage compétitif en raison de la qualité de ces relations. Cet avantage compétitif est l’entrée majeure de la concurrence dans la vision utilitariste « Social Issue Management ». Cette vision s’inscrit dans les théories du management stratégiques et affirme que, d’un strict point de vue managérial, les stratégies RSE sont des jeux « gagnant-gagnant ». La recherche d’un avantage compétitif est alors l’un des leviers pour une stratégie de RSE. Le concept de RSE s’est développé dans la littérature académique notamment aux USA, sans prendre en compte les conflits et les contraintes imposées par la concurrence.

7L’abondante littérature liée au courant utilitariste et qui étudie les relations entre les performances socialement et environnementalement responsables d’une entreprise et ses performances économiques et financières, ne fait presque jamais ressortir la contrainte concurrentielle comme un déterminant d’une relation (négative) entre ces deux champs de la performance. Tout se passe comme si les auteurs cherchaient à réconcilier la RSE avec une logique économique qui la rejette (Allouche, Laroche, 2005). L’analyse d’Orlitzky (2011) apporte une confirmation en mettant en évidence les logiques institutionnelles qui sont à la base de ces études : les études de corrélations entre performances financières et performances sociétales qui concluent positivement sont beaucoup moins nombreuses dans les revues économiques et financières que dans les revues managériales et les revues du courant « Social Issue Management ».

8Absentes de l’approche théorique de la RSE, les pressions concurrentielles sont aussi gommées du discours RSE des grandes entreprises. En comparant l’utilisation des termes « concurrence, concurrent, compétition, compétitif ou compétitivité » dans le rapport développement durable RSE des entreprises du CAC 40 destiné aux parties prenantes et au public, d’une part, et, d’autre part, dans le document de référence déposé à l’Autorité des marchés financiers (AMF) destiné aux investisseurs, on constate que ces termes sont utilisés, en moyenne, moins de 10 fois dans les rapports développement durable alors que pour la même année, ces termes sont utilisés, en moyenne, 46 fois dans le document de référence (Quairel, 2010). La concurrence est présentée comme un facteur de risque dans les documents destinés aux investisseurs. Dans les rapports « développement durable », lorsqu’elle est citée, la concurrence, conformément à la théorie, l’est toujours positivement : elle est relative à l’avantage concurrentiel lié à l’innovation et aux codes de conduites adoptés au niveau de l’entreprise ou au niveau sectoriel.

9Même non dite, la concurrence reste cependant une préoccupation importante, y compris en matière de réputation RSE. Interrogés sur ce thème, les directeurs développement durable de grands groupes rappellent qu’ils portent la plus grande attention aux divers classements, à l’appartenance à des indices éthiques et notamment ceux comme le Dow Jones Sustainable Index (DJSI) qui sélectionnent les entreprises « best in class ». À l’instar des publications comptables et financières, on peut noter leur réticence à publier, dans le rapport développement durable, certaines informations qui pourraient être utilisées par des concurrents. La pression concurrentielle, présente dans toute l’analyse stratégique, est occultée dans le discours et les théories RSE car elle en révèle les dilemmes. L’avantage compétitif qui serait obtenu grâce à une stratégie RSE est présenté comme une voie de convergence entre concurrence et RSE. Le point suivant se propose d’analyser de façon plus détaillée ses enjeux et ses limites.

RSE et avantage concurrentiel

10La prise en compte de la responsabilité sociétale de l’entreprise dans ses décisions stratégiques est analysée par les théories managériales comme l’un des leviers de la rentabilité et de l’efficacité. Le « business case » présente tous les arguments qui justifient cette intégration de stratégies RSE, dans le management. La RSE y est mobilisée pour créer de la valeur globale pour les parties prenantes et l’intérêt général, et simultanément, elle est le moteur d’un management innovateur et dynamique qui améliore les performances économiques de l’entreprise. Dans cette approche, la concurrence n’apparaît qu’en positif dans la constitution de l’avantage compétitif. Cependant la constitution d’un avantage compétitif lié à la RSE présente plusieurs limites liées à l’existence d’une « demande pour la vertu » (Vogel, 2005) et à son caractère inimitable. La construction d’une nouvelle norme de marché et la définition de nouvelles conditions d’accès semblent plus pertinentes comme leviers pour les politiques RSE que l’avantage concurrentiel.

L’avantage concurrentiel dans le « business case »

11Dans le plaidoyer développé dans le « business case », les arguments s’organisent autour de la nécessaire légitimité des entreprises auprès de leurs parties prenantes, autour d’une meilleure efficience de l’utilisation des ressources, autour de l’acquisition de nouvelles compétences managériales y compris dans l’anticipation des législations futures, et autour d’une plus forte incitation à l’innovation sur les produits et les procédés. La conformité symbolique ou effective aux valeurs dominantes dans le champ organisationnel où l’entreprise est encastrée, la diminution du « risque de réputation », la diminution des risques de conflits avec les parties prenantes ou du risque juridique, la meilleure valorisation du capital humain constituent de nouvelles opportunités stratégiques de différenciation et la constitution d’un avantage compétitif. Porter et Kramer (2006) soulignent l’interdépendance entre l’entreprise et les territoires où elle exerce ses activités : la concurrence et la responsabilité passent ainsi des entreprises aux pays : les infrastructures, la qualité de la formation du personnel, la qualité de la gouvernance du pays et de son cadre législatif, le niveau d’exigence des consommateurs et de la société civile créent, selon ces auteurs, des conditions favorables pour que les politiques de RSE créent de la valeur pour toutes les parties prenantes ; Zadek (2006) affirme que les pratiques responsables des entreprises contribuent à la compétitivité nationale ou régionale. La « compétitivité responsable » d’une entreprise ou d’un territoire se construit alors dans un cercle vertueux qui institutionnalise les valeurs sociales et environnementales.

12L’avantage concurrentiel mobilisé dans tous ces raisonnements se réfère à l’analyse stratégique de Porter (1982) qui définit les facteurs clés qui permettent d’obtenir un avantage concurrentiel durable. Ce sont d’une part, les coûts de l’entreprise comparés à ceux des concurrents et d’autre part, la valeur ajoutée des produits de l’entreprise perçue par les clients comparée à celle perçue pour les produits des concurrents. Ainsi, lorsque les domaines d’activité stratégiques se situent sur des marchés « dominés par les coûts » où les clients ne valorisent pas la qualité sociétale de l’entreprise ou de ses produits, tout accroissement des coûts conduit à une impasse concurrentielle et au contraire, toute décision destinée à compresser les coûts, même au prix d’un dumping social ou environnemental est bénéfique pour l’entreprise. À l’inverse, si les clients valorisent la politique RSE soit en acceptant un surprix par rapport à des produits concurrents moins conformes aux normes de qualité sociale ou environnementale, soit, s’ils ont une préférence forte pour ces produits (par exemple liées à la santé ou la sécurité alimentaire, à l’efficience énergétique…), la stratégie de différenciation liée à la RSE sera, en termes de management stratégique, la meilleure. La réduction de l’asymétrie d’information par une certification ou un label renforce cet avantage compétitif.

13Des analyses récentes ont remis en cause le concept d’avantage concurrentiel durable dans les contextes de rupture technologique. L’entreprise doit développer sans arrêt des sources d’avantages compétitifs nouveaux (concept d’hypercompétition, D’Aveni, 1999). Cette approche peut s’appliquer à certains produits et procédés utilisant les « technologies vertes » en pleine mutation, elle peut difficilement s’appliquer à une vision plus globale du comportement responsable de l’entreprise. L’avantage compétitif naît alors des ressources intangibles liées aux compétences et aux connaissances organisationnelles, valorisant le capital humain (Hart, 1995).

14En conclusion, si les entreprises les plus influentes peuvent déployer de stratégies pour changer les règles du jeu concurrentiel en imposant de nouvelles normes de référence d’un secteur par leurs innovations, tant au niveau des produits qu’au niveau des processus, voire au niveau du business model, encore faut-il qu’il existe une demande actuelle ou anticipée pour la RSE, que l’avantage ne soit pas imitable et crée une différenciation.

Les limites de l’avantage concurrentiel lié à la RSE

15La première limite est liée à la définition même de cet avantage : « Y a-t-il une demande pour la vertu ? » (Vogel, 2005) et si oui, est-elle de nature à rentabiliser les investissements pour la RSE ? La réponse à cette question permet de distinguer nettement les stratégies RSE « produits » et les stratégies de responsabilité sociale plus globales portant sur les questions clés définies par exemple dans la Norme ISO 26000.

16La demande pour les « produits verts et plus sains » ou pour les « technologies vertes » émerge, en partie en anticipation de régulations environnementales plus contraignantes. Cette demande peut donc créer un avantage compétitif pour les entreprises qui développent ces nouveaux produits. Pour M. Porter et M. Kramer (2011), anticiper l’évolution de la demande est la démarche stratégique courante des managers ; si cette demande va dans le sens d’une meilleure prise en compte des impacts sociaux et environnementaux de l’activité de l’entreprise, cela crée une « valeur partagée » avec les parties prenantes.

  • 2 La loi 2009-967 du 3 août 2009 dite « Gre­nelle 1 », dans son article 48 prévoit que : « L’État fav (...)

17La demande d’un comportement global de l’entreprise socialement et environnementalement responsable reste faible. Elle émerge dans la demande publique2 mais reste plus symbolique qu’effective chez les donneurs d’ordre privés, sauf en ce qui concerne les fournisseurs de pays où les conditions de travail font courir un risque de réputation à l’entreprise. Les entreprises doivent survivre dans un marché hautement concurrentiel, sous la pression des marchés financiers et, en dépit de quelques cas emblématiques (Nike), il n’y a pas de preuve d’une sanction effective pour un comportement irresponsable (Vogel, 2005). L’absence de dispositifs fiables d’information sur les performances RSE (labels, certifications…) accentue la faiblesse de la demande.

18La demande de comportement global RSE peut aussi venir des apporteurs de ressources clé qui sont aussi des parties prenantes économiquement puissantes ; leur demande de RSE constituerait alors un avantage concurrentiel dans l’accès aux ressources. Les investisseurs sur le marché financier intègrent peu les comportements socialement responsables ; les fonds ISR exigeant un comportement responsable de l’entreprise représentent, en France, par exemple, moins de 1 % du total des actifs sous gestion.

19Il ressort de cette brève analyse que la « demande pour la vertu » est très inégale, mais demeure globalement faible, alors que la concurrence exerce une forte pression sur les prix. La logique de marché peut difficilement expliquer l’avantage concurrentiel généré par la RSE. Celui-ci ne se rencontre que dans des situations assez rares.

20Il peut sembler paradoxal d’affirmer que la RSE est une réponse aux pressions croissantes des nouveaux mouvements sociaux qui dénoncent le comportement irresponsable des grandes multinationales dans le cadre d’une dérégulation internationale, alors que la demande effective de RSE est faible et n’équilibre pas les pressions nées de la forte concurrence mondiale. Les acteurs de la société civile : ONG, syndicats… sont des « porteurs d’enjeux », porte-parole des grands problèmes planétaires ou locaux ; ils veillent aux biens publics et, en l’absence d’État fort, demandent aux entreprises soit par le dialogue direct, soit le plus souvent par médias interposés, de modifier leur comportement ; ils ont le pouvoir d’agir sur la réputation, mais force est de constater que les « attentes » de la société civile ne se traduisent qu’exceptionnellement en « demande économique directe » à l’entreprise.

21Il faut également souligner que l’avantage compétitif de l’entreprise pro-active en matière de RSE tient à l’existence d’une demande mais aussi aux compétences qu’elle a acquises et qui doivent être difficilement imitables. Ce dernier aspect met en lumière un autre paradoxe de l’articulation concurrence et avantage compétitif RSE : si la RSE est source d’un important avantage compétitif, l’intérêt de la firme serait de décourager ses concurrents de l’imiter, or du point de vue de l’intérêt général, le mimétisme des autres entreprises du même secteur permet la progression de pratiques plus responsables dans la société.

Concurrence et mimétisme : la construction de nouvelles normes de marché

  • 3 Il est impossible de fournir une liste exhaustive de ces initiatives qui se comptent par centaines. (...)
  • 4 Par exemple : De Beers, leader dans l’extraction du Diamant, suite à l’accord international sur le (...)

22Bodet et Lamarche (2007) soulignent le fonctionnement mimétique qui caractérise les forces concurrentielles : en situation d’incertitude, les entreprises tendent à se ressembler, ce qui peut être considéré comme positif dans le champ de la RSE. Vogel (2005) constate que les entreprises cherchent moins à décourager leurs concurrents qu’à les inciter à être plus responsables et à supporter les mêmes coûts qu’elles. Ceci tend, bien sûr, à prouver que l’intérêt de l’avantage compétitif est faible et qu’il est préférable, pour ces grandes entreprises, de définir les conditions de la concurrence et du marché. Elles se sont engagées dans des stratégies RSE, soit de façon pro-active, soit en réaction à la pression d’ONG bien relayée par les consommateurs, comme par exemple dans le secteur de l’habillement et des chaussures de sport. Elles préfèrent alors construire le marché par la diffusion de normes RSE sectorielles (codes de conduite sectoriels, par exemple). Ces codes ou chartes sont en général peu contraignants, mais ils contribuent à renforcer le marché émergent de la RSE. Ces initiatives recouvrent la production volontaire de règles et d’engagements au niveau d’un secteur en associant tout ou partie des entreprises concurrentes, et parfois d’autres parties prenantes (ONG, Syndicats…)3. L’objectif de telles actions collectives s’analyse comme une entente entre les entreprises d’un même secteur pour définir les règles du jeu concurrentiel tout en prenant garde de ne pas tomber sous le coup des législations garantes de la concurrence sur les marchés. Ces actions sont en général à l’initiative des plus grandes entreprises du secteur qui ne sont pas trop vulnérables aux passagers clandestins, puisque ce sont elles qui ont le plus intérêt à cette coordination et au renforcement de la légitimité du secteur4. La coopération est alors préférée à la concurrence.

23Ces codes relaient les principes des grands textes (OIT, DUDH…) et constituent l’amorce d’une nouvelle forme de régulation ; ils assurent un rôle de diffusion de la RSE et influencent les attentes du marché en matière de qualité sociale ou environnementale, ce qui renforce, pour les entreprises, l’intérêt économique de la RSE. La publication d’un engagement sur les principes du Pacte Mondial ou sur un code de conduite sectoriel peut favoriser le développement du marché en constituant une convention de qualité (Orlean, 2007). Ces codes sont aussi analysés comme des barrières à l’entrée pour de nouveaux concurrents venant de pays où les législations environnementales et sociales sont peu exigeantes.

24Ces codes sectoriels, s’ils ne restent pas symboliques, peuvent aussi conduire à éliminer des concurrents « non conformes » et ils servent de support au lobbying exercé par les grandes entreprises d’un secteur pour influencer le cadre de la réglementation lorsqu’une autorité politique nationale est en mesure de l’imposer. D’ailleurs, paradoxalement, on remarque que lorsque la concurrence s’intensifie, les entreprises les plus pro-actives demandent une régulation plus contraignante pour institutionnaliser la demande de RSE et rétablir les conditions de la concurrence. Les politiques RSE, éventuellement définies par ces codes, ne s’analysent pas comme la construction d’un avantage compétitif mais comme une condition de survie : « The licence to operate ».

Conclusion

25L’étude de l’articulation entre concurrence et RSE souligne les limites du cadre théorique dominant en matière de RSE. Ce dernier met en avant, le « business case » et plus particulièrement le levier de l’avantage compétitif obtenu grâce à un comportement responsable de l’entreprise. Il passe sous silence les freins liés à la concurrence mondialisée, concurrence entre les entreprises mais aussi entre les États. La convergence entre les intérêts des parties prenantes et l’avantage compétitif ont certainement un caractère performatif, mais l’avantage compétitif ne peut exister lorsque la demande directe est insuffisante. Cette question conduit, d’ailleurs, à distinguer les politiques RSE portant sur les « produits » et les politiques portant sur un comportement plus global de l’entreprise.

26Dans un contexte de forte concurrence, la valeur ajoutée d’une politique RSE ne peut se baser que sur une demande directe anticipée forte. Or les attentes des parties prenantes portant des enjeux des biens publics et de l’intérêt collectif se traduisent rarement par une demande directe des clients ; il n’y a que peu de « demande pour la vertu ». La RSE n’est donc pas tirée par la demande directe et elle se heurte aux freins générés par une forte concurrence. Au niveau managérial, la non-prise en compte des pressions concurrentielles remet en cause les théories de référence de la RSE.

27Ces constats sur les relations entre concurrence et RSE, sur l’articulation entre la vision macro-économique et managériale, peuvent être lus au travers des approches économiques régulationnistes. Les changements du contexte institutionnel : désengagement de l’État, faiblesse de la gouvernance mondiale pour limiter les stratégies agressives… conduisent à souligner le rôle déterminant des grandes entreprises multinationales dans la régulation du modèle capitaliste. Comme nous l’avons vu, ces entreprises vont jouer un rôle moteur dans la définition des normes du marché. Les pratiques d’autorégulation de la RSE (Chartes éthiques, codes de conduites…) qui se développent sous l’influence du mimétisme caractéristique des forces concurrentielles, constituent un nouveau mode de régulation économique et social, dans une vision plus coopérative de la concurrence. Cependant les mutations des formes de la concurrence oligopolistique mondialisée (Barrère, 2008) tendent au renforcement de la composante « rivalité et l’affrontement concurrentiel », c’est-à-dire une concurrence dure, au détriment d’une composante « coopération » qui viserait à une forme plus douce et limitée de concurrence favorisant une intégration de la RSE dans les normes du marché. Dans ce contexte, la construction de nouvelles normes de qualité sociale est plus symbolique qu’effective.

28Comme nous l’avons vu, il convient de distinguer au sein de la RSE, d’une part, ce qui concerne le comportement global de l’entreprise et d’autre part, le choix de ses « produits ou services ». Concurrence et comportement global RSE sont rarement compatibles alors que les demandes anticipées en matière de « produits ou services responsables » offrent des opportunités d’innovations et d’avantage compétitif ; ne s’agit-il pas alors, simplement, d’un bon management stratégique classique ?

Bibliographie

Allouche J., Laroche P. (2005), « Responsabilité sociale et performance financière : une synthèse de la littérature », Communication, colloque sur « la responsabilité sociale de l’entreprise entre mythe, réalité et mystification », Nancy.

Barrère C. (2008), « Durcissement de la concurrence et conventions de concurrence en France », Revue de la régulation, n° 3/4.

Bodet C., Lamarche T. (2007), « La responsabilité sociale des entreprises comme innovation institutionnelle. Une lecture régulationniste », Revue de la Régulation, n° 1, http://regulation.revues.org/document1283.html.

D’Aveni R. (1995), Hypercompétition, Paris, Vuibert.

Friedman M. (1971), Capitalisme and Liberté, trad. fr., Paris, Robert Laffont.

Gendron C. (2000), « Enjeux sociaux et représentation de l’entreprise », Revue du MAUSS, n° 15, p. 320-326.

Hart S.L. (1995), « A natural-resources-based view of the firm », Academy of Management Review, vol. 20, n° 4, p. 986-1025.

Jensen M.C. (2001), « Value maximization, stakeholder theory, and the corporate objective function », Journal of Corporate Applied Finance, vol. 14, n° 3, p. 8-21.

Orlean A. (2007), « Les croyances et les représentations collectives en économie » in Économie Cognitive sous la direction de B. Walliser, Paris, Orphys et MSH.

Orlitzky M. (2011), « Institutional Logics in the Study of Organizations: The Social Construction of the Relationship between Corporate Social and Financial Performance », Business Ethics Quarterly, vol. 21, n° 3, p. 409-444.

Porter M. E. (1982), Choix stratégiques et Concurrence, trad. Française, Paris, Economica.

Porter M. E., Kramer M. R. (2011), « Creating shared value », Harvard Business Review, janvier-février, p. 63-77.

Quairel-Lanoizelée F. (2011), « Are Competition and Corporate Social Responsiblity Compatible? The Myth of Sustainable Competitive Advantage », Society and Business Review (SBR) (Emerald), vol. 6, n° 1, p. 77-98.

Vogel D. (2005), The market for virtue. The potential and limits of corporate social responsibility, Washington D.C., Brookings Institution Press.

Zadek S. (2006), « Responsible competitiveness: reshaping global markets through responsible business practices », Corporate Governance, vol. 6, n° 4, p. 334-348.

Annexes

Voir aussi

Efficacité, Gouvernance de l’entreprise, Marketing, Parties prenantes, Performance globale, Relation d’autorité, Stakeholder vs stockholder, Stratégie

Notes

1 Voir l’entrée Parties prenantes de D. Cazal.

2 La loi 2009-967 du 3 août 2009 dite « Gre­nelle 1 », dans son article 48 prévoit que : « L’État favorisera le respect de l’environnement dans l’achat public par un recours croissant, dans les marchés publics des administrations et services placés sous son autorité, aux critères environnementaux et aux variantes environnementales ».

3 Il est impossible de fournir une liste exhaustive de ces initiatives qui se comptent par centaines. Quelques exemples : les principes d’Équateur (banques), Responsible Care (l’industrie chimique) en réaction à la catastrophe de Bhopal, codes au niveau des industries électroniques (EICC), au niveau de la filière de la joaillerie (CRJP), des industries sucrières (signés avec les syndicats), des industries du vêtement (FLA, signés avec des ONG), l’Initiative Clause Sociale au niveau de la grande distribution en France…

4 Par exemple : De Beers, leader dans l’extraction du Diamant, suite à l’accord international sur le processus de Kimberley, initie le « Council for Responsible Jewellery Practices » pour étendre les engagements à toute la filière.

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540