Version classiqueVersion mobile

Penser entre les lignes

 | 
Fosca Mariani Zini

2. Les controverses philosophiques

L’interprétation platonicienne de l’Enchiridion d’Epictète proposée par Politien : philologie et philosophie dans la Florence du XVe siècle, à la fin des années 70

Jill Kraye
Traduction de Fabienne Blaise

Texte intégral

  • 1 Cf. par exemple, R. Pfeiffer, History of Classical Scholarship from 1300 to 1850, Oxford, 1976 ; E (...)
  • 2 Cf., par exemple. Ch.B. Schmitt et B.P. Copenhaver, Renaissance Philosophy, Oxford. 1992, p. 67, p (...)
  • 3 Cf. A. Politien, Lamia : Praelectio in Priora Aristotelis Analytica, éd. A. Wesseling, Leyde, 1986 (...)
  • 4 Sur la collaboration intellectuelle entre Pic de la Mirandole et Politien dans les années 90, cf. (...)
  • 5 A. Politien, Opera. Centuria prima miscellaneorum, Coronis, p. 309-311, p. 310 : « Ego tenera adhu (...)

1Ange Politien apparaît comme une figure centrale dans toutes les études sur la philologie au XVe siècle1. Toutefois, sa contribution à la philosophie du XVe siècle a été bien moins largement reconnue et appréciée. On le mentionne dans des histoires récentes de la philosophie à la Renaissance, mais il se voit, au mieux, attribué un rôle marginal ; l’intérêt se concentre d’habitude sur les cours qu’il a donnés sur Aristote dans le studio florentin durant les dernières années de sa vie, de 1490 à sa mort, en septembre 14942. En fait, Politien est largement responsable de cette image : d’abord parce qu’il niait ostensiblement être philosophe, préférant parler de lui comme d’un grammaticus, ou d’un philologue qui considérait de son ressort tous les textes anciens, non seulement la poésie, l’histoire et la rhétorique, mais aussi la philosophie, la médecine et le droit3 ; ensuite parce qu’il prétendait avoir été indifférent à la philosophie jusqu’au retour, en 14894, à Florence de son grand ami, Pic de la Mirandole ; durant ses années d’études, disait-il, lorsqu’il avait assisté aux cours du célèbre Platonicien Marsile Ficin et de l’Aristotélicien distingué Jean Argyropoulos, il l’avait fait d’un « œil assoupi »5.

  • 6 Cf. J. Kraye, « Philologists and Philosophers », dans : J. Kraye (éd.), Cambridge Companion, p. 14 (...)

2Bien qu’elle soit fondée sur la présentation que Politien donne de lui-même, cette description du rapport qu’il entretient avec la philosophie n’est pas entièrement exacte. D’une part, même si des humanistes comme Politien ne se considéraient pas comme des philosophes, certains d’entre eux usaient de leur compétence philologique pour rendre des œuvres philosophiques anciennes accessibles aux lecteurs de la Renaissance, notamment en traduisant les sources grecques en latin. L’extension du répertoire de textes grecs accessibles aux philosophes, qui s’accomplit en grande partie grâce au travail des humanistes, fut un facteur important pour le développement du champ au début de l’ère moderne6. D’autre part, il faut prendre cum grano salis les remarques de Politien sur le manque d’intérêt qu’il manifestait pour la philosophie avant de subir l’impulsion et l’inspiration de Pic qui l’ont amené à reprendre cette étude ardue, car ses commentaires allient clairement à un auto-dénigrement ironique, dirigé contre sa jeune personne, la flatterie à l’égard de son ami, qu’il compare si avantageusement à deux des principaux philosophes qui jouaient un rôle actif à Florence.

3J’aimerais, dans cette contribution, analyser en détail un épisode dans lequel l’activité philologique de Politien fut étroitement liée à son implication dans des discussions philosophiques. Cet épisode, du reste, s’est produit à la fin des années 70, presque vingt ans avant que Politien lui-même ne prétendît manifester un intérêt sérieux pour la philosophie, et il n’a pas de rapport avec la philosophie péripatéticienne, mais plutôt avec un amalgame inaccoutumé de stoïcisme et de néoplatonisme. J’espère ainsi montrer que Politien, comme beaucoup d’autres humanistes, ne s’est pas attaché simplement à l’édition et à la traduction de textes philosophiques anciens, mais aussi à leur interprétation, et que cet intérêt s’est développé bien avant les cours aristotéliciens.

  • 7 A. Politien, Prose volgari inedite e poesie latine e greche edite e inedite, éd. I. Del Lungo, Flo (...)
  • 8 Cf. le récit de Politien dans son Pactianae conjurationis commentarium, Rome, 1478.
  • 9 Cf. la lettre de Politien à Laurent, datée du 22 mai 1479, publiée dans : G.B. Picotti, Ricerche u (...)
  • 10 A. Politien, « Ad Laurentium Medicem epistola », Opera, Bâle, 1553, p. 393-394 : « Hoc ego opus… L (...)

4Autour de juin 1470, Politien, alors âgé de vingt-cinq ans, dédia sa traduction latine de l’Enchiridion d’Epictète à Laurent de Médicis. L’arrière-plan de cet événement apparemment banal – il n’était pas rare, après tout, qu’un humaniste fasse présent d’une de ses œuvres à un protecteur riche et puissant – était en fait dramatique et lié à une intrigue politique. Politien était employé, depuis 1475, comme précepteur du fils de Laurent, Piero, âgé de trois ans, et plus tard, également de son frère, Giovanni. Outre la responsabilité de l’éducation des deux jeunes enfants confiés à sa charge, Politien devait affronter leur mère, Clarice Orsini, une femme très excitable et instable, continuellement tourmentée par des maladies réelles et psychosomatiques. Elle désapprouvait fortement le choix du précepteur qu’avait fait son mari, craignant que le brillant et arrogant Politien ne ravît ses fils à sa propre autorité maternelle. Les frictions étaient constantes entre eux, jusqu’à ce jour de mai 1479, où Clarice, à bout de ressources, finit par chasser Politien de la maison de Cafaggiuolo, où elle avait fui la peste de Florence7. Laurent, pris dans les longues et délicates négociations qui suivirent la conspiration des Pazzi d’avril 1478, au cours de laquelle son frère Julien fut tué, alors que lui-même avait de justesse échappé à la mort8, continua à protéger Politien, qu’il autorisa à demeurer dans une des villas Médicis, à Fiesole, tout près de Florence, au grand dam de Clarice9. Afin de le remercier du temps libre qui lui était accordé pour poursuivre ses travaux d’érudit dans un milieu agréable, avec la magnifique bibliothèque Médicis à sa disposition, Politien traduisit en latin l’Enchiridion d’Epictète, et dédia l’ouvrage à Laurent10.

  • 11 Cf. sa lettre à Lucrèce de Médicis, datée du 18 décembre 1478, dans : Politien, Prose volgari, éd. (...)
  • 12 Cf. en particulier, Epictète, Enchiridion, chap. 1.

5Politien venait de traverser des moments très difficiles : non seulement la peste, et ses fatigantes querelles avec Clarice, qui l’avaient amené à perdre son emploi de précepteur des enfants Médicis, mais aussi – et c’était de loin le plus inquiétant – le danger que courait son protecteur, et seul soutien, Laurent durant et après la conspiration des Pazzi11. Quelle meilleure consolation, en de si terribles circonstances, pour Politien et plus encore pour Laurent, qui était menacé, que la philosophie stoïcienne d’Epictète, enseignant que nous devrions ignorer tout ce qui échappe à notre maîtrise12. Femmes névrosées, tentatives d’assassinat, peste, guerre, mort, tout cela ne présentait aucun intérêt pour le sage stoïcien, qui était parfaitement indifférent aux caprices de la fortune. Comme l’affirmait Politien, dans sa lettre dédicatoire à Laurent, ce qu’offrait Epictète était de nous rendre invulnérable à la peur, à la souffrance et aux autres troubles émotionnels. Il menait un rude combat non pas contre des forces ennemies, mais contre la fortune, et contre l’opinion fausse que nous nous en faisons, en estimant qu’elle a pour nous une réelle importance. Comme le dit Politien à Laurent :

  • 13 A. Politien, « Ad Laurentium Medicem epistola », Opera, Bâle, 1553, p. 393 s. : « Bellum quidem hi (...)

Si je ne m’abuse, ce livre convient mieux que tout autre à votre nature, toujours engagée dans des affaires importantes et difficiles, et aussi à ces temps si durs, où la fortune s’acharne à vous tourmenter de tous côtés13.

  • 14 Cf. I. Xenakis, Epictetus Philosopher-Therapist, La Haye, 1969.

6L’ex-esclave Epictète a été décrit comme un « philosophe thérapeute », parce que son système éthique tourne autour du problème de la maîtrise de la souffrance. Les conseils qu’il donne dans son Enchiridion, ou Manuel, consistent essentiellement à rappeler que les choses sont éphémères, et les hommes vulnérables. Il est donc nécessaire de considérer les choses et les hommes avec détachement, et d’être préparé à les perdre d’une âme égale. La morale d’Epictète est, pour l’essentiel, une philosophie de la résignation et du pessimisme : tenter d’atteindre des choses qui dépassent notre maîtrise, c’était, selon lui, risquer la peur et l’inquiétude ; être optimiste revenait à provoquer la déception et la souffrance. Il vaut mieux, somme toute, se préparer au pire. Même la mort des êtres les plus proches et les plus chers appartient au royaume du monde extérieur, c’est-à-dire à ce domaine de la vie que nous ne contrôlons point, et qui ne devrait donc pas nous concerner. La mort devrait, d’ailleurs, être considérée comme une partie du programme providentiel dicté à l’univers par le logos divin14.

  • 15 Le poème philosophique de Laurent, Altercazione, par exemple, se fonde sur deux lettres de Ficin ; (...)
  • 16 Cf. V. Branca, « Tra Ficino ‘Orfeo ispirato’ e Poliziano ‘Ercole ironico’ », dans : G.C. Garfagnin (...)
  • 17 Cf. n. 4, ci-dessus.
  • 18 Cf. J. Hankins, Plato, 2, p. 451-452 : « The later 1470s were… the high-water mark of Ficino’s – a (...)
  • 19 Il nous reste seulement la dédicace à Laurent et un fragment de la traduction : cf. J. Hankins, Pl (...)

7Bien que les préceptes éthiques d’Epictète fussent manifestement en rapport avec sa propre situation et celle de Laurent, il y a pourtant quelque chose d’étrange dans la décision de Politien d’exprimer sa gratitude à son protecteur, en traduisant l’Enchiridion. Les intérêts philosophiques de Laurent, pour autant qu’il en eût, s’étaient formés, Politien le savait bien, sous l’égide de Marsile Ficin, et s’orientaient davantage vers le platonisme que vers le stoïcisme15. On pourrait d’ailleurs dire la même chose de l’orientation philosophique de Politien lui-même, à ce moment de son évolution intellectuelle. Plus tard, quand ses intérêts eurent emprunté une direction plus aristotélicienne, et qu’il eut subi de plus en plus l’influence de Pic16, Politien prétendit que, comme étudiant, il n’avait guère prêté attention aux cours de Ficin17 ; ses écrits reflètent cependant, à partir des années 70, l’influence indubitable de Ficin, et du flambeau platonicien qu’il brandissait18. La traduction latine du Charmide par Politien, qu’il dédia à Laurent en 1478, un an avant sa traduction d’Epictète, témoigne de l’enthousiasme qu’ils partageaient pour Platon19, que Politien appelle :

  • 20 Pour le texte de la préface dédicatoire, cf. J. Hankins, Plato, 2, p. 623-626, p. 625.

père et sans doute dieu de tous les philosophes, presque une sorte d’oracle terrestre, comme on dit, de toute sagesse20.

  • 21 Cf, le texte de Politien, dans : J. Hankins, Plato, 2, p. 625 : « Te unum, magnanime Laurenti Medi (...)
  • 22 Cf. J. Hunt (éd.), Politian and Scholastic Logic : an Unknown Dialogue by a Dominican Friar, Flore (...)

8Dans la préface dédicatoire, Politien compare Laurent au roi-philosophe de Platon, exactement comme l’avait fait Ficin, dans le proème de sa Théologie platonicienne de 147421. On puise à une source inattendue une preuve supplémentaire des sympathies platoniciennes de Politien à cette époque, le commentaire récemment identifié de l’Isagoge de Porphyre, qui fut écrit pour lui en 1480 par le Frère dominicain Francesco di Tommaso. Ce manuel de logique scolastique revêt la forme d’un dialogue entre le maître « Franciscus » et le disciple « Angelus », à qui est assigné le rôle de défendre Platon22.

  • 23 Cf. R.P. Oliver, Niccolò Perotti’s Version of the ‘Enchiridion’ of Epictetus, Urbana, Ill, 1954.

9Pourquoi alors Politien a-t-il choisi de traduire un manuel de morale stoïcienne pour Laurent ? Tout d’abord, l’Enchiridion doit avoir attiré le jeune humaniste plein d’avenir parce qu’il était un texte grec peu connu, lui offrant une excellente occasion d’établir une réputation – qu’il cultivera tout au long de sa carrière – d’érudit classique, de très grand spécialiste d’une discipline dont il possédait les arcanes. En fait, l’Enchiridion avait déjà été traduit en latin, en 1450, par Niccolò Perotti, le savant secrétaire du Cardinal Bessarion. Cette version demeura toutefois largement inconnue, et ne fut imprimée qu’à l’époque moderne23. Politien ne fait aucune référence à cette traduction antérieure, et n’en a peut-être pas eu connaissance.

  • 24 Cf. A. Politien, « Ad Laurentium Medicem epistola », p. 393 : « In duo omnino mendosissima exempla (...)
  • 25 Les manuscrits sont le Vaticanus graecus 327 et le Dresdenensis Da 55 : cf. G. Boter, « The Greek (...)
  • 26 Cf. I. Hadot (éd.), Simplicius : sa vie, son œuvre, sa survie. Actes du colloque international de (...)
  • 27 Cf. A. Politien, « Praelectio in dialectica », introduction à l’année académique 1490-1491, Opera,(...)
  • 28 N. Perotti incluait dans sa traduction de l’Enchiridion une traduction latine de la préface de Sim (...)
  • 29 Les emprunts de Politien à la préface de Simplicius sont énumérés par P. Hadot, « La Survie du com (...)

10Une seconde raison de choisir l’Enchiridion était qu’il permettait à Politien d’afficher sa maîtrise non seulement d’Epictète, mais aussi de son commentateur ancien, Simplicius. Dans sa préface à Laurent, Politien explique que, dans la mesure où les deux manuscrits de l’Enchiridion, qu’il a trouvés à la bibliothèque Médicis, étaient « extrêmement défectueux et largement mutilés en maints endroits », il avait comblé les lacunes, en recourant au commentaire du texte par Simplicius24. Les deux manuscrits grecs qu’il a utilisés ont été récemment identifiés : l’un est maintenant au Vatican, l’autre à Dresde. Le manuscrit du Vatican contient également le commentaire de Simplicius, avec le texte d’Epictète donné en lemmes ; et ce sont ces lemmes que Politien a utilisés pour corriger les deux versions corrompues de l’Enchiridion dont il disposait25. Comme Epictète, Simplicius, le philosophe grec du VIe siècle, l’un des derniers Néoplatoniciens anciens, connus principalement pour leurs commentaires d’Aristote26, ne faisait nullement partie du cursus humaniste, ni non plus du cursus philosophique ordinaire. Au début des années 90, quand Politien commença à donner un cours sur Aristote au studio florentin, il se targuait de traiter des commentateurs grecs tels que Simplicius, dont les œuvres lui avaient été rendues accessibles grâce à la générosité de Laurent, plutôt que de recourir aux logiciens médiévaux, comme il était d’usage parmi les philosophes de l’Université27. Politien sentait sans doute qu’il gagnerait la gloire critique pour sa connaissance d’une œuvre comme le commentaire par Simplicius de l’Enchiridion, qui sortait des sentiers battus – bien que, encore une fois, Perotti l’eût devancé28 – et bien plus encore pour l’utilisation philologiquement subtile qu’il en propose pour corriger le texte d’Epictète. Politien, en outre, emprunta la matière biographique sur Epictète à la préface de Simplicius : l’information sur la pauvreté qu’il s’était imposée, par exemple, et son dénuement volontaire, tout comme le fait que l’Enchiridion fût une courte anthologie tirée par Arrien de grands écrits d’Epictète29.

  • 30 Cf. A. Politien, « Ad Laurentium Medicem epistola », p. 393 : « Legerat …apud Platonem in eo dialo (...)

11Hormis cette manière typiquement humaniste de traiter le commentaire de Simplicius, Politien fit aussi un usage philosophique de l’ouvrage, en reprenant l’idée qu’Epictète en était venu à comprendre que l’essence véritable de l’homme était son âme rationnelle, en lisant le Premier Alcibiade de Platon : une œuvre dont on met aujourd’hui en doute l’authenticité, mais qui était considérée comme authentique par Simplicius et les savants de la Renaissance. Le dialogue de Platon avait fourni son fondement à la doctrine d’Epictète selon laquelle tout ce qui était extérieur à l’âme humaine – y compris son corps – ne devait pas lui importer30. En adoptant l’interprétation platonicienne d’Epictète proposée par Simplicius, Politien avait sans doute l’intention de rendre plus séduisant le sévère philosophe stoïcien, aux yeux de son protecteur au penchant platonicien, inclination qu’il partageait lui-même, comme nous l’avons vu, à cette époque.

  • 31 Cf. A. Brown, Bartolomeo Scala 1430-1497, Chancellor of Florence : The Humanist as Bureaucrat, Pri (...)
  • 32 Le premier ouvrage imprimé de B. Scala fut, comme pour Politien (cf. n. 7, ci-dessus), le récit pr (...)

12Bien que dédiée à Laurent, la traduction n’était évidemment pas destinée à lui seul. Peu de temps après avoir été achevée, elle commença à circuler parmi le cénacle d’intellectuels liés aux Médicis, et provoqua une réaction fortement négative chez, au moins, l’un d’entre eux : Bartolomeo Scala31. Protégé de Laurent, tout comme Politien, et en compétition avec lui pour gagner l’attention de leur protecteur32, Scala utilisa sa critique à l’égard de l’Enchiridion, fraîchement traduit, comme un moyen de marquer des points au détriment de son rival. Malheureusement, nous n’avons aucune trace, de la propre plume de Scala, de ses griefs contre Epictète – les critiques pourraient bien avoir été exprimées oralement plutôt que par écrit. Toutefois, Politien fait état des arguments de Scala dans une lettre qu’il lui adressa, datée du 1er août 1479. Il écrit à Scala :

  • 33 Cf. A. Politien, « Pro Epicteto stoico epistola ». dans : Prosatori latini del Quattrocento, éd. E (...)

Tu avances trois objections. Tu dis que ses préceptes sont obscurs, qu’il est au-delà des capacités humaines de les suivre, et qu’ils sont faux. Ses préceptes sont obscurs dans la mesure où tu nies qu’il ait expliqué ce que sont, en dernière analyse, nos responsabilités. Ils sont au-delà des capacités humaines dans la mesure où tu affirmes que la nature nous ordonne d’exprimer notre douleur ; et la domination de la nature, soutiens-tu, dépasse toutes les facultés humaines en efficacité et en puissance. Ses préceptes sont faux dans la mesure où tu prétends que, contrairement à ce que pense Epictète, notre corps fait partie de nous, puisque, selon toi, nous sommes composés d’un corps et d’une âme33.

13Politien commence sa réfutation des assertions de Scala par une confrontation de ses trois objections : la philosophie d’Epictète est fausse parce que celui-ci ne comprend pas que l’homme est composé aussi bien d’un corps que d’une âme. Pour débouter Scala, Politien recourt une fois encore à l’interprétation néoplatonicienne des préceptes d’Epictète proposée par Simplicius dans son commentaire de l’Enchiridion. Cette interprétation, nous l’avons vu, reposait sur l’idée que des éléments importants de la philosophie d’Epictète dérivaient de Platon, qui devient donc une pièce maîtresse dans la défense du philosophe de la part de Politien ; ainsi, il avertit Scala que :

  • 34 A. Politien, « Pro Epicteto stoico epistola », p. 912-914 : « Ut Homerus irruenti in Graecorum cas (...)

tout comme Homère mit Ajax de Salamine sur le chemin d’Hector, quand il attaquait le camp grec, de même je veux mettre Platon l’Athénien sur ta route34.

  • 35 Cf. l’analyse du Premier Alcibiade, 129-130, dans Simplicius, Commentarius, éd. C. Saumaise, p. 5- (...)
  • 36 A. Politien, « Pro Epicteto », p. 914 : « … quo in libro nihil esse aliud hominem quem dicimus pro (...)

14Le dialogue que Politien met en avant est le Premier Alcibiade ; et la description qu’il en donne, ainsi que son rapport avec Epictète, sont empruntés, presque mot pour mot, à la préface du commentaire de l’Enchiridion de Simplicius35. Reprenant sa préface dédicatoire à Laurent, Politien pose que Platon, dans son dialogue, « prouve que l’homme… n’est rien d’autre qu’une âme rationnelle »36. Il remarque que, dans le Premier Alcibiade, Socrate :

dit qu’un homme utilise sa main pour agir de la même manière qu’un cordonnier utilise une alêne,

15et en arrive à la conclusion que :

  • 37 A. Politien, « Pro Epicteto », p. 914 : « … ut cerdo, inquit, subula, ita homo ad agendum manu uti (...)

l’individu qui utilise son corps comme s’il était un instrument est le seul méritant vraiment d’être appelé un homme37.

  • 38 A. Politien, « Pro Epicteto », p. 914 : « …constare nimirum arbitror non esse in nobis corpus ».
  • 39 Virgile, Enéide IV, v. 177.

16Selon Politien, il est maintenant irréfutable « que le corps ne fait pas partie de nous »38, sur la foi de l’autorité de Platon, laquelle est si grande que, comme la Rumeur dans l’Enéide de Virgile, « sa tête est cachée dans les nuages »39, et de ses arguments, bardés de fer, solides comme du roc. L’interprétation donnée par Simplicius du Premier Alcibiade fournit ainsi à Politien les arguments platoniciens dont il avait besoin pour rétorquer à l’affirmation de Scala, selon laquelle le conseil prodigué par Epictète était faux, supposant que l’homme n’est fait que d’une âme, et non d’une combinaison de l’âme et du corps.

  • 40 Simplicius, Commentarius, éd. C. Saumaise, p. 4 s.
  • 41 Macrobe, Commentarii in Somnium Scipionis, éd. J. Willis, seconde édition, Stuttgart/Leipzig, 1994 (...)
  • 42 A. Politien, « Pro Epicteto », p. 916 : « Tertium est virtutum genus quae purgatorias vocant, qual (...)

17Politien aborde, ensuite, la première objection de Scala contre l’Enchiridion : il est obscur parce qu’Epictète n’explique pas clairement quelles sont les responsabilités de l’homme. Une fois encore, sa réponse à cette critique s’appuie sur Simplicius, tout en le transformant quelque peu. Simplicius avait traité cette question, en définissant le genre d’homme à qui Epictète adressait l’Enchiridion : il l’identifiait à l’individu qui a atteint le plus bas niveau dans la tripartition néoplatonicienne des vertus : contemplative, purifiante et civile. Selon Simplicius, l’homme politique qui opère au niveau des vertus civiles, et pour qui Epictète a écrit son Enchiridion, utilise son corps comme un instrument, mais, tout en reconnaissant que l’essence véritable de l’homme est son âme, reste attaché au corps40. Politien suit une stratégie analogue, mais ses trois niveaux sont plus près, du point de vue terminologique, de ceux qu’utilise un autre auteur néoplatonicien, Macrobe, dans son commentaire du Somnium Scipionis de Cicéron : vertus exemplaires, vertus de l’âme purifiée et vertus purifiantes41. Politien soutient que les vertus purifiantes ne sont pas le propre de l’homme tempéré, qui est déjà parvenu à une disposition arrêtée à l’égard de la vertu, mais plutôt de l’homme continent, qui n’a pas encore acquis une disposition vertueuse, mais se comporte bien, en s’imposant des contraintes42. La description qu’il donne alors de l’individu possédant les vertus purifiantes est une stricte paraphrase de celle proposée par Simplicius de l’homme ayant acquis les vertus civiles :

  • 43 A. Politien, « Pro Epicteto », p. 916 : « Has sibi virtutes (purgatorias) is iure vindicet, qui ra (...)

Celui qui s’est persuadé que l’homme est vraiment une âme rationnelle, et qui ne juge pas le corps comme l’égal de l’âme, ni ne pense que ce dernier contribue à la perfection de l’homme, mais qui a plutôt décidé que l’âme devrait se servir du corps comme de son instrument43.

18C’était pour ce genre d’homme, selon Simplicius et Politien, qu’Epictète écrivit l’Enchiridion. Une fois que Scala, lui dit Politien, comprendra que les préceptes d’Epictète visaient un individu de cette sorte, il n’ignorera plus ce que sont les responsabilités de l’homme.

  • 44 A. Politien, « Pro Epicteto », p. 916 : « Is (Epictetus) proculdubio cum statim subiciat ‘et quaec (...)
  • 45 A. Politien, « Pro Epicteto », p. 916-918.
  • 46 A. Politien, « Pro Epicteto », p. 918 : « Cum sit animus, id quod et Plato idem divine scribit (Ph (...)

19Il poursuit en expliquant que ces responsabilités dérivent de ces choses qui sont « en nous »44. Et, bien entendu, ce qui est en nous signifie ce qui est dans notre âme, car Politien vient de démontrer, en s’appuyant sur le Premier Alcibiade, interprété par Simplicius, que nous sommes non pas une combinaison de l’âme et du corps, mais plutôt une âme ne se servant du corps que comme d’un instrument. Eludant la question de savoir si les émotions dérivent du corps ou de l’âme, Politien soutient que toutes les émotions sont, d’une certaine manière, reliées à l’âme. Leur rapport ressemble à celui qu’entretient la bonne ou la mauvaise santé avec le corps, dit-il à Scala, car elles sont aussi bénéfiques ou nocives pour l’âme que ne l’est la bonne ou la mauvaise santé pour le corps. Dans un corps bien ajusté, la bonne santé est produite par un état d’équilibre, et elle est détruite quand la balance bascule du côté de l’excès ou du manque. C’est incontestablement vrai aussi des émotions : quand elles sont effrénées et violentes, elles nous rendent malheureux ; mais quand elles sont modérées et calmes, elles nous rendent heureux45. Faisant allusion à la célèbre métaphore de Platon dans le Phèdre, Politien soutient que, puisque l’âme est comme un conducteur de char et un cavalier, si elle ménage le fouet et fait un usage plus vigoureux des rênes, elle gagnera la course et parviendra facilement à la ligne d’arrivée. Si, au contraire, elle tient les rênes de manière trop lâche, ou use du fouet plus violemment que de raison, alors, comme Phaéton ou Bellérophon, elle s’écrasera inévitablement à terre46.

  • 47 Simplicius ne lui fournit pas d’arguments seulement lorsque Politien réfute la deuxième objection (...)

20La référence au Phèdre n’est pas empruntée à Simplicius, mais vient de Politien lui-même, de même que les exemples de Phaéton et de Bellérophon, par lesquels il embellit de façon poétique l’image platonicienne de l’âme comme conducteur de char. Mais même ici, la construction de Politien se fonde sur l’interprétation de Simplicius47. Il en va de même, vers la fin de la lettre, pour son explication de la raison pour laquelle il n’aurait pas été approprié, pour Epictète, d’exhiber les arguments platoniciens sur lesquels étaient fondées ses propres règles éthiques :

  • 48 A. Politien, « Pro Epicteto », p. 922-924 : « Praecepta… hoc libello tradit, et quasi leges promul (...)

Dans ce petit livre, il transmet des préceptes, promulgue des lois, pour ainsi dire, sans débattre des points litigieux… Tu peux remarquer que les mathématiciens ne présentent pas les preuves des principes, sur lesquels se basent leurs démonstrations, confiant la tâche aux métaphysiciens, puisque ces choses, que nous appelons universaux, sont de leur ressort… Epictète organise donc ce petit livre de telle sorte que ce qui a déjà été prouvé par Platon est considéré comme acquis, et que toute la série de préceptes s’entrelace uniformément avec cette matière48.

  • 49 Cf. Laurent de’ Médicis, Comento de’miei sonetti, éd. T. Zanato, Florence, 1991, p. 286 : « Second (...)

21C’était manifestement grâce à la lecture du commentaire de Simplicius que Politien développait cette idée selon laquelle l’Enchiridion reposait sur des principes platoniciens implicites. Il devrait être désormais évident que Politien a exploité cet ancien commentaire grec de l’Enchiridion dans un but philosophique autant que philologique. En reprenant l’interprétation platonicienne de l’Enchiridion proposée par Simplicius, il avait l’intention de rendre l’Epictète stoïcien plus conforme au goût platonicien, au sien et à celui de Laurent et de son cercle. Savoir s’il a atteint ou non son but est, bien sûr, une autre question, et il est extrêmement difficile d’y répondre. Scala ne semble pas avoir répondu à la lettre de Politien. Quant à Laurent, Epictète n’est mentionné qu’une fois dans le commentaire qu’il écrivit sur ses propres poèmes. Du reste, après avoir dit « selon Epictète », le protecteur à qui Politien avait dédié sa traduction de l’Enchiridion oublia de donner la citation correspondante49.

  • 50 La lettre est imprimée dans : A. Politien, Opera, p. 4 : « Ea… lege (libelli) ad te veniunt, ut ca (...)

22Politien trouva un lecteur plus attentif et favorable en la personne du jeune Pic, âgé de vingt ans. En mars 1483, Pic envoya à Politien, de neuf ans son aîné, un de ses poèmes amoureux, en lui demandant de corriger les erreurs, et d’infliger plus généralement aux vers les verges critiques qu’ils méritaient50. Politien répondit par une lettre taquine, mais affectueuse, à laquelle il joignit une copie de sa traduction de l’Enchiridion ; il renvoyait, disait-il, les poèmes amoureux :

  • 51 A. Politien, Opera, p. 4 : « Remitto ad te eos (versos), atque addo Stoico comitem, quem utinam ta (...)

… avec un compagnon stoïcien, en espérant qu’on lui rendît seulement la pareille pour ses vers, plutôt que de se moquer de lui. Quoi qu’il arrive, ce vieillard sévère aura de quoi exercer sa patience51.

23Pic, dans sa réponse, loua l’éclat de la traduction latine de son ami, qui avait rendu Epictète si éloquent que :

  • 52 Cf. A. Politien, Opera, p. 4-5, sp. 5 : « …non prius loqui desiit, quam nos ex Peripateticis Stoic (...)

… à la minute où il a fini de parler, il nous a transformés, nous Péripatéticiens, en Stoïciens, et que nous avons tous approuvé cette liberté à l’égard de l’émotion (apathia). Le résultat en fut que, alors que nous nous étions abandonnés, peu de temps avant, au bien-être et au plaisir, nous sommes maintenant devenus les plus capables, entre tous, de supporter l’adversité ; vulnérables, auparavant, aux blessures infligées par les autres, nous ne pouvons maintenant être blessés que par nous-mêmes ; nous ne luttons jamais contre le destin et espérons enfin que ces choses, qui ne relèvent pas de notre responsabilité, arrivent comme le souhaitent les dieux, sans que nous ne les blâmions ou les accusions ; rien ne nous cause de la peine ; nous ne nous plaignons de rien ; nous ignorons la manière d’être esclaves ou enchaînés ; nous pratiquons la philosophie dans nos actes, et non pas dans nos paroles ; …l’opinion que les autres ont de nous, et les choses de cette espèce qui sont extérieures à nous, nous n’y prêtons pas attention plutôt que de les rejeter ; …nous aimons le silence, si bien que nous ne régurgitons rien qui fût à moitié digéré ; …et, pour résumer tout Epictète en une phrase, nous avons parfaitement appris à supporter l’adversité et à nous abstenir du plaisir52.

  • 53 A. Politien, Opera, p. 5 : « Id quod quanquam in ceteris admiratus sum, in me tamen uno vel maxime (...)
  • 54 A. Politien, Opera, p. 5-6, sp. p. 5 : « Accessit meritis erga me tuis Manualis nostri viri docti (...)

24Pic conclut la lettre en disant qu’il était très surpris de s’être mué si vite en Stoïcien, alors qu’il avait toujours fréquenté soit le Lycée, soit l’Académie, et jamais le Portique ; le vieil homme l’avait à ce point acquis à son discours qu’il avait renoncé à ses anciennes convictions philosophiques, et embrassait désormais, de tout son être, les idées d’Epictète53. En réponse, Politien le remercia pour son « élégante lettre », que le savant auteur de l’Enchiridion trouverait plus douce à lire que le miel du Mont Hymette, ou tout autre nectar54.

  • 55 Cf., par exemple, la préface du De Ente et uno, dans : Pic de la Mirandole, De Hominis dignitate, (...)
  • 56 Il reste des traces de son enthousiasme de jeunesse pour le platonisme et le stoïcisme dans la Lam (...)

25Tout comme Pic revint rapidement, après une brève passade pour le stoïcisme, à sa véritable passion, en instaurant la concorde entre philosophies platonicienne et aristotélicienne55, Politien, également, oublia bientôt les intérêts stoïciens et platoniciens, qu’il avait si habilement combinés dans sa traduction et sa défense de l’Enchiridion d’Epictète. Ce ne sera pas avant les années 90, quand il aura atteint sa pleine maturité de philologue, et reporté sa fidélité philosophique sur l’aristotélisme, que philologie et philosophie seront réunies dans l’œuvre de Politien56.

Notes

1 Cf. par exemple, R. Pfeiffer, History of Classical Scholarship from 1300 to 1850, Oxford, 1976 ; E.J. Kenney, The Classical Text : Aspects of Editing in the Age of Printing, Berkeley/Los Angeles/Londres, 1974, p. 4-10 ; S. Timpanaro, La Genesi del metodo del Lachmann, Florence, 1963, p. 4-10 ; A. Grafton, Joseph Scaliger : A Study in the History of Classical Scholarship, 2 vol., Oxford, 1983-1993, chap. 1 ; L.D. Reynolds et N.G. Wilson, Scribes and Scholars : A Guide to the Transmission of Greek and Latin Literature, 3e édt., Oxford, 1991, p. 143-146 ; N.G. Wilson, From Byzantium to Italy : Greek Studies in the Italian Renaissance, Londres, 1992, chap. 12 ; M.D. Reeve, « Classical Scholarship », dans : J. Kraye (ed.), Cambridge Companion to Renaissance Humanism, Cambridge, 1986, p. 20-46, en particulier p. 29 s.

2 Cf., par exemple. Ch.B. Schmitt et B.P. Copenhaver, Renaissance Philosophy, Oxford. 1992, p. 67, p. 104, et p. 175 ; Routledge History of Philosophy, Londres, 1993, IV ; The Renaissance and the I7th Century Rationalism, chap. 1, en particulier p. 23-24, p. 34-35, p. 40 et p. 45 ; P. Rossi et C.A. Viano (éds.), Storia della filosofta. Dal Quattrocento al Seicento, Rome, 1995, III, p. 54-57, p. 371-372, p. 757 ; J.M. Mandosio, « Filosofia, arti e scienze : l’enciclopedismo di Angelo Poliziano », dans : L. Secchi Tarugi (éd.), Poliziano nel suo tempo, Atti del VI Convegno Internazionale, Chianciano-Montepulciano 18-21 luglio, Florence, 1996, p. 135-164 ; cf. cependant Ch.B. Schmitt et al. (éds.), Cambridge History of Renaissance Philosophy, Cambridge, 1986, où, en plus de la discussion sur ses intérêts aristotélicens, p. 194-195, p. 582, p. 773-774, p. 777, p. 782 et p. 794, est mentionnée sa traduction de l’Enchiridion d’Epictète, p. 80, p. 364, p. 782 et p. 833.

3 Cf. A. Politien, Lamia : Praelectio in Priora Aristotelis Analytica, éd. A. Wesseling, Leyde, 1986, p. 16 : « Ego me Aristotelis profiteor interpretent. Quam idoneum non attinet dicere, sed certe interpretem profiteor, philosophum non profiteor… An non Philoponus ille Ammonii discipulus Simpliciique condiscipulus idoneus Aristotelis est interpres ? At eum nemo philosophum vocat, omnes grammaticum… Grammaticorum enim sunt hae partes, ut omne scriptorum genus, poetas, historicos, philosophos, medicos, iureconsultos excutiant atque enarrent ». Cf. aussi sa lettre à Bartolomeo Scala, dans : A. Politien, Opera omnia, Bâle, 1553, p. 179 : « Verum exactiora a philosopho expectantur. At nos a philosopho didicimus, loquendum esse ut multi, sentiendum ut pauci. Nec tamen pro philosopho me gero, quamvis Aristotelis publice libros enarrem » ; cf. également sa lettre de 1493 à Pic de la Mirandole, dans : A. Politien, Opera, p. 167-170, p. 168 : « Optarem profecto tu quoque adfuisses nobiscum, quanquam popularia ista vos philosophi magni contemnitis, mihi tamen philosophastro adhuc venia dabitur credo, si pluris id spectaculum feci, quam tuum quoque convivium ».

4 Sur la collaboration intellectuelle entre Pic de la Mirandole et Politien dans les années 90, cf. A. Grafton, Commerce with the Classics : Ancient Books and Renaissance Readers, Ann Arbor, 1997, chap. 3 ; tr. fr. « Jean Pic de la Mirandole : déboires et triomphes d’un omnivore », dans ce volume même.

5 A. Politien, Opera. Centuria prima miscellaneorum, Coronis, p. 309-311, p. 310 : « Ego tenera adhuc aetate, sub duobus excellentissimis hominibus, Marsilio Ficino Florentino, cuius longe felicior quam Thracensis Orphei cithara veram (ni fallor) Euridicen, hoc est, amplissimi iudicii Platonicam sapientiam, revocavit ab inferis, et Argyropulo Byzantino, Peripateticorum sui temporis longe clarissimo, dabam quidem philosophiae utrique operam, sed non admodum assiduam… Postea vero rebus aliis negotiis prementibus, sic ego nonnunquam de philosophia, quasi de Nilo canes, bibi, fugique, donec reversus est in hanc urbem… princeps hic nobilissimus Ioannes Picus Mirandula, vir unus, an heros potius omnibus fortunae, corporis, animique dotibus cumulatissimus… Is me instituit ad philosophiam, non ut antea somniculosis, sed vegetis vigilantibusque, oculis explorandam… ».

6 Cf. J. Kraye, « Philologists and Philosophers », dans : J. Kraye (éd.), Cambridge Companion, p. 142-160.

7 A. Politien, Prose volgari inedite e poesie latine e greche edite e inedite, éd. I. Del Lungo, Florence, 1867, lettre à Laurent de Médicis, datée du 6 mai 1479, p. 70 : « Io sono qui a Careggi, partito di Cafaggiuolo per comandamento di madonna Clarice ». Sur cet épisode, cf. E. Garin, « L’Ambiente del Poliziano », dans : Poliziano e il suo tempo, Atti del IV Convegno internazionale di studi sul Rinascimento, Florence, Palazzo Strozzi 23-26 septembre, Florence 1957, p. 17-39, sp. p. 26 ; J. Hankins, Plato in the Italian Renaissance, 2 vol., Leyde, 1990, II, p. 450-451 ; A. Stewart, Close Readers : Humanism and Sodomy in Early Modern England, Princeton, 1997, chap. 1.

8 Cf. le récit de Politien dans son Pactianae conjurationis commentarium, Rome, 1478.

9 Cf. la lettre de Politien à Laurent, datée du 22 mai 1479, publiée dans : G.B. Picotti, Ricerche umanistiche, Florence, 1955, p. 72-73 ; cf. également la lettre de Clarice à Laurent, datée du 28 mai 1479, publiée dans : A. Fabroni, Laurentii Medicis Magnifici vita, 2 vol., Pise, 1784, II, p. 228 : « Harei caro… che Messer Agnolo (non) possa dire che starà in casa vostra a mio dispetto ».

10 A. Politien, « Ad Laurentium Medicem epistola », Opera, Bâle, 1553, p. 393-394 : « Hoc ego opus… Latinum facere aggrederer, ut indulti a te nobis huius tam suavis otii rationem aliquam reddere… Nam cum universam tuae pulcherrimae bibliothecae supellectilem, quam tute nobis tuendam concessisti, hoc unum merito opusculum, quasi ex horto flosculum, quod tibi offerem. delibavi ». Pour le texte de la traduction de Politien. cf. Opera, p. 394-405, et Epictète, Manuale, trad. de A. Politien, éd. G. De Ruggiero, Milan, 1971. Cf. aussi R.P. Oliver, « Politian’s Translation of the Enchiridion », Transactions of the American Philological Society 89, 1958, p. 185-217 ; I. Maïer, Ange Politien : la formation d’un poète humaniste (1469-1480), Genève, 1966, p. 374-380 ; A. Perosa (éd.), Mostra del Poliziano nella Biblioteca Medicea Laurenziana : manoscritti, libri rari, autografi e documenti. Catalogo, Florence, 1955, p. 87 s. ; A. Lenzuni (éd.), All’Ombra del lauro : documenti librari della cultura in età laurenziana, Florence, Biblioteca Laurenziana, 4 mai-30 juin 1992, Florence, 1992, no 3-4.

11 Cf. sa lettre à Lucrèce de Médicis, datée du 18 décembre 1478, dans : Politien, Prose volgari, éd. I. Del Lungo, p. 67 s. : « Vi parrei la malinconia se Voi me vedesse… non fo nè veggo nè sento cosa che mi diletti, immodo mi sono accorato questi nostri casi !… quando sono restucco di studio mi do a razolare tra morie e guerre, e dolore del passato e paura dell’avvenire… ». Pour le manuscrit autographe de cette lettre, cf. A. Perosa (éd.), Mostra, p. 155.

12 Cf. en particulier, Epictète, Enchiridion, chap. 1.

13 A. Politien, « Ad Laurentium Medicem epistola », Opera, Bâle, 1553, p. 393 s. : « Bellum quidem hic vir… cum fortuna cumque opinione acerrimum gessit… Hic enim unus est liber, nisi me opinio fallit, qui et naturae isti tuae ad magna quaedam semper atque arduae excitatae, et his tam duris temporibus, quibus te undique fortuna exercendum accepit, maxime omnium conveniat ».

14 Cf. I. Xenakis, Epictetus Philosopher-Therapist, La Haye, 1969.

15 Le poème philosophique de Laurent, Altercazione, par exemple, se fonde sur deux lettres de Ficin ; cf. Laurent de Médicis, Scritti scelti, éd. E. Bigi, Turin, 1955, p. 49-107 ; M. Ficin, Lettere, éd. S. Gentile. Florence, 1990, I, p. XLIX-LI, 201-204 (Ep. I, 115-116) ; cf. aussi P.O. Kristeller, « Lorenzo de’Medici platonico », dans ses : Studies in Renaissance Thought and Letters, Rome, 1956, I, p. 213-219 ; S. Gentile, « Ficino e il platonismo di Lorenzo », dans : B. Toscani (éd.), Lorenzo de’Medici. New Perspectives, New York. 1993, p. 23-47 ; et J. Hankins, « Lorenzo de’Medici as a Patron of Philosophy », Rinascimento 34, 1994, p. 15-53, qui montre que la « période d’influence réelle de Ficin sur Laurent ne dura que deux ans, de la fin de 1473 à 1475 », p. 34. Pour les thèmes platoniciens dans le Comento de’miei sonetti de Laurent, cf. J. Kraye, « The Transformation of Platonic Love in the Italian Renaissance », dans : A. Baldwin et S. Hutton (éds.), Platonism and the English Imagination, Cambridge, 1994, p. 76-85, p. 81.

16 Cf. V. Branca, « Tra Ficino ‘Orfeo ispirato’ e Poliziano ‘Ercole ironico’ », dans : G.C. Garfagnini (éd.). Marsilio Ficino e il ritorno di Platone, 2 vol., Florence, 1986, II, p. 468-475. A. Wesseling a montré, dans son édition critique de Lamia, p. XVI s., que Ficin était l’un des « vampires » qui se moquèrent de Politien dans sa praelectio de 1491 ; de plus, la dédicace, en 1492, à Politien de la part de Pic, dans son De Ente et uno, en fait clairement un opposant à l’interprétation néoplatonicienne que Ficin donne du Parménide : cf. Pic de la Mirandole, De Hominis dignitate ; Heptaplus ; De Ente et uno, e scritti vari, éd. E. Garin, Florence, 1942, p. 386-388 ; sur la dédicace, cf. le catalogue d’exposition : P. Viti (éd.), Pico, Poliziano e l’Umanesimo di fine Quattrocento, Biblioteca Medicea Laurenziana, 4 novembre-31 décembre 1994, Florence, 1994, p. 119-121. Cf. aussi la dernière lettre de Politien à Ficin, datée du 30 août 1494, Opera, p. 135, dans laquelle il parle d’« Aristoteles meus » et de « Plato semper tuus ».

17 Cf. n. 4, ci-dessus.

18 Cf. J. Hankins, Plato, 2, p. 451-452 : « The later 1470s were… the high-water mark of Ficino’s – and Plato’s – influence upon Poliziano ; the Stanze per la Giostra (1475-1478) are surely the most Neoplatonic of all Poliziano’s compositions » ; cf. V. Branca, « Tra Ficino… e Poliziano », p. 459-475. Dans un recueil d’extraits, compilé par Politien en 1478, ou en 1479, on trouve beaucoup de citations tirées de sources platoniciennes et néoplatoniciennes : cf. à cet égard, L. Cesarini Martinelli, « Un Ritrovamento polizianesco : il fascicolo perduto del commento alle Selve di Stazio », Rinascimento 22, 1982, p. 183-212 ; p. 186-187.

19 Il nous reste seulement la dédicace à Laurent et un fragment de la traduction : cf. J. Hankins, Plato, 2, p. 449-453, qui date l’ouvrage de 1478 environ.

20 Pour le texte de la préface dédicatoire, cf. J. Hankins, Plato, 2, p. 623-626, p. 625.

21 Cf, le texte de Politien, dans : J. Hankins, Plato, 2, p. 625 : « Te unum, magnanime Laurenti Medices, id quod videre aliquando ille (sc. Plato) perquam impense cupiebat, ex universa hominum multitudine existere intelligat qui et rempublicam sapienter geras et philosophiam ipsam omnium bonarum artium parentem longo iam tempore exulantem quasi postliminio in patriam revocas… ». Cf. M. Ficin, Théologie platonicienne de l’immortalité des âmes, 3 vol., Paris, 1964-1970, I, p. 35-37, p. 37 : « Plato noster hoc nostro erga te (sc. Laurentium) officio gratulaturus admodum videatur, quoniam quod ille in magnis quondam viris potissimum exoptabat, ipse philosophiam una cum summa in rebus publicis auctoritate coniunxeris ». Cf. Platon, République, V, 473d.

22 Cf. J. Hunt (éd.), Politian and Scholastic Logic : an Unknown Dialogue by a Dominican Friar, Florence, 1995, p. 35, p. 92-100, surtout p. 93 : « Angelus :… Maxime autem impossible mihi videtur dictu ut Platonem ilium, quem evocasti divinum, credamus tantum deliquisse », et p. 98 : « Franciscus : Pro defensione Platonis arguis egregie ».

23 Cf. R.P. Oliver, Niccolò Perotti’s Version of the ‘Enchiridion’ of Epictetus, Urbana, Ill, 1954.

24 Cf. A. Politien, « Ad Laurentium Medicem epistola », p. 393 : « In duo omnino mendosissima exemplaria incidi, pluribusque locis magna ex parte mutilata, Quapropter… permisi mihi, ut sicubi aliqua capita aut deessent, aut dimidiata superforent, ea ego de Simplicii verbis, qui id opus interpretatus est, maxima (quantum in me esset) fide supplerem ».

25 Les manuscrits sont le Vaticanus graecus 327 et le Dresdenensis Da 55 : cf. G. Boter, « The Greek Sources of the Translations by Perotti and Politian of Epictetus’ Enchiridion », Revue d’histoire des textes 23, 1993, p. 158-188, p. 169. Politien possédait un manuscrit des Dissertations d’Arrien, cf. A. Perosa (éd.), Mostra, p. 60.

26 Cf. I. Hadot (éd.), Simplicius : sa vie, son œuvre, sa survie. Actes du colloque international de Paris (1985), Berlin/New York, 1987. Cf. aussi. R. Sorabji (éd.), Aristotle Transformed : The Ancient Commentators and Their Influence, Londres, 1990.

27 Cf. A. Politien, « Praelectio in dialectica », introduction à l’année académique 1490-1491, Opera, p. 528-530. p. 529 ; et sa référence, dans la Lamia, à Simplicius en tant que disciple de Philopon ; cf. n. 3, ci-dessus. Cf. aussi J. Kraye, « Lorenzo and the Philosophers », dans : M. Mallett et N. Mann (éds.), Lorenzo the Magnificent. Culture and Politics, Warburg Institute Colloquia 3, Londres, 1996, p. 151-166, p. 164.

28 N. Perotti incluait dans sa traduction de l’Enchiridion une traduction latine de la préface de Simplicius à son commentaire : cf. R.P. Oliver, Niccolò Perotti’s Version, p. 70-80.

29 Les emprunts de Politien à la préface de Simplicius sont énumérés par P. Hadot, « La Survie du commentaire de Simplicius sur le Manuel d’Epictète du XVe au XVIIe siècles : Perotti, Politien, Steuchus, John Smith, Cudworth », dans : I. Hadot (éd.), Simplicius, p. 326-367, p. 357 s.

30 Cf. A. Politien, « Ad Laurentium Medicem epistola », p. 393 : « Legerat …apud Platonem in eo dialogo, qui Alcibiades primus, aut de natura hominis inscribitur : eum proprie vereque hominem esse, cuius omnis in rationali animo substantia consisteret. Quapropter quicquid extra hunc hominem foret, id ad se minime pertinere arbitratus est ». Cf. Simplicius, Commentarius in Enchiridion Epicteti, trad. de H. Wolf, commentaire de C. Saumaise, Leyde, 1640, p. 5.

31 Cf. A. Brown, Bartolomeo Scala 1430-1497, Chancellor of Florence : The Humanist as Bureaucrat, Princeton, 1979.

32 Le premier ouvrage imprimé de B. Scala fut, comme pour Politien (cf. n. 7, ci-dessus), le récit pro-Médicis de la conspiration Pazzi : Excusatio Florentinorum ob poenas de sociis Pactianae in Medices coniurationis, Florence, 1478.

33 Cf. A. Politien, « Pro Epicteto stoico epistola ». dans : Prosatori latini del Quattrocento, éd. E. Garin, Milan/Naples, 1952, p. 912-925, p. 912 : « Tria… sunt quae obicis… quod obscura, quod supra hominis vires, quod falsa praeceperit. Obscura, ut cum negas explicatum ab eo quaenam tandem nostra sint opera. Supra hominis vires, ut cum nos naturae imperio gemere asseveras ; id quod plus posse pollereque affirmas, quam ullam hominis facultatem. Falsa, ut cum corpus contra Epicteti sententiam in nobis esse contendis, quando ex animo, ut ais, constemus et corpore ». Pour une traduction anglaise complète de la lettre, cf. J. Kraye (éd.), Cambridge Translations of Renaissance Philosophical Texts, Cambridge, 1997, I, Moral Philosophy, p. 192-199.

34 A. Politien, « Pro Epicteto stoico epistola », p. 912-914 : « Ut Homerus irruenti in Graecorum castra Hectori Salaminium Aiacem, ita nos tibi Atheniensem Platonem obiciemus ».

35 Cf. l’analyse du Premier Alcibiade, 129-130, dans Simplicius, Commentarius, éd. C. Saumaise, p. 5-7. Pour les parallèles avec la « Pro Epicteto stoico epistola » de Politien. p. 914, cf. P. Hadot, « La Survie du commentaire de Simplicius », p. 355-356.

36 A. Politien, « Pro Epicteto », p. 914 : « … quo in libro nihil esse aliud hominem quem dicimus probat, nisi rationis participem animum » ; cf. n. 26, ci-dessus.

37 A. Politien, « Pro Epicteto », p. 914 : « … ut cerdo, inquit, subula, ita homo ad agendum manu utitur… Turn inducit, homo vero is est, qui suopte corpore quasi instrumento utitur ».

38 A. Politien, « Pro Epicteto », p. 914 : « …constare nimirum arbitror non esse in nobis corpus ».

39 Virgile, Enéide IV, v. 177.

40 Simplicius, Commentarius, éd. C. Saumaise, p. 4 s.

41 Macrobe, Commentarii in Somnium Scipionis, éd. J. Willis, seconde édition, Stuttgart/Leipzig, 1994, p. 36-39 (I.8), surtout p. 37 : « Quattuor… sunt genera virtutum. Ex his primae politicae vocantur, secundae purgatoriae, tertiae animi iam purgati, quartae exemplares ». Les trois catégories de vertus énumérées par Politien sont les purgatoriae, animi purgati et exemplares : cf. sa lettre : « Pro Epicteto », p. 914-916.

42 A. Politien, « Pro Epicteto », p. 916 : « Tertium est virtutum genus quae purgatorias vocant, qualis in continente esse statuimus, negamus in temperante ».

43 A. Politien, « Pro Epicteto », p. 916 : « Has sibi virtutes (purgatorias) is iure vindicet, qui rationis participem animum vere hominem esse sibi persuaserit, quique neque corpus animae esse par iudicet, neque ad hominem perficiendum concurrere ipsum arbitretur, sed eo quasi instrumento utendum animum induxerit ». Pour les analogies avec Simplicius, cf. P. Hadot, « La Survie du commentaire de Simplicius », p. 330-333, et p. 356-357.

44 A. Politien, « Pro Epicteto », p. 916 : « Is (Epictetus) proculdubio cum statim subiciat ‘et quaecumque nostra opera sunt’ (Enchiridion, chap. 1), ea nostra esse definit, quae ex iis quae sint in nobis deducantur ».

45 A. Politien, « Pro Epicteto », p. 916-918.

46 A. Politien, « Pro Epicteto », p. 918 : « Cum sit animus, id quod et Plato idem divine scribit (Phaedrus 246a-b), velut auriga quidam et rector, is, si et stimulis parcat et loris fortius utatur, facile ad calcem secundo cursu perveniat. Si vero aut lora nimis remittat aut acrius quam par est stimuli citet, is ceu Phaeton aut Bellerophon aliquis praeceps feratur necesse est ». Pour le commentaire de ce passage du Phèdre chez Ficin, cf. Marsilio Ficino and the Phaedran Charioteer, éd. M.J.B. Allen, Berkeley/Los Angeles/Londres, 1981, p. 96-100.

47 Simplicius ne lui fournit pas d’arguments seulement lorsque Politien réfute la deuxième objection de Scala : les préceptes d’Epictète dépassent les capacités humaines : cf. A. Politien, « Pro Epicteto », p. 918-920.

48 A. Politien, « Pro Epicteto », p. 922-924 : « Praecepta… hoc libello tradit, et quasi leges promulgavit, non contentionibus pugnat… Vides ut mathematici demonstrationum suarum principia non probent, sed earum patrocinium ei quem primum philosophum dicimus commendent. Ad eum enim illa pertinent, quae universa nuncupantur… Ergo et Epictetus hunc ita libellum orditur, ut quod a Platone probatum sit, pro concesso accipiat, aeque eo omne, praeceptorum seriem intertexat ».

49 Cf. Laurent de’ Médicis, Comento de’miei sonetti, éd. T. Zanato, Florence, 1991, p. 286 : « Secondo Epitteto, (‘in nobis quaecumque nostra sunt opera’)… » ; la citation, omise dans la tradition manuscrite, a été donnée par l’éditeur, qui montre (p. 81) que Laurent avait à l’esprit ce passage célèbre du premier chapitre de l’Enchiridion, également discuté par Politien dans sa lettre à Scala : cf. n. 40, ci-dessus.

50 La lettre est imprimée dans : A. Politien, Opera, p. 4 : « Ea… lege (libelli) ad te veniunt, ut castigentur, ut vapulent, ut erratorum poenas et ungue et obeliscis luant ». Sur l’échange de lettres entre Pic et Politien, cf. P. Viti (éd.), Pico, Poliziano e l’Umanesimo, p. 108-114.

51 A. Politien, Opera, p. 4 : « Remitto ad te eos (versos), atque addo Stoico comitem, quem utinam talione tantum referiant ipsi, ac non plane habeant ludibrio. Utcunque erit, habet senecio superciliosus ubi patientiam suam exerceat ».

52 Cf. A. Politien, Opera, p. 4-5, sp. 5 : « …non prius loqui desiit, quam nos ex Peripateticis Stoicos fecerit, et apathiam illam omnes approbaverimus ; ut iam videre paulo ante delicatos homines, iam factos omnium tolerantissimos ; qui lacesseri quidem possimus ab aliis, laedi a nobis tantum ; qui fato reluctemur nunquam, et quae nostra non sunt, si fieri demum velimus, ut dii volunt, et eos nec culpemus unquam, nec accusemus ; nihil doleamus, nihil expostulemus ; servire, vinci nesciamus ; re, non oratione, philosophemus ;…aliorum de nobis opinionem, atque id genus alia, quae externa sunt, negligamus potius quam reiiciamus ;… silentium amemus, ne quicquam evomatur non concoctum ; …et ut uno Epictetum totum verbo complectar, et sustinere adversa et abstinere voluptatibus abunde didicerimus ». Dans la dernière phrase. Pic fait écho à la préface dédicatoire de Politien à Laurent : cf. A. Politien, « Pro Epicteto », p. 393-394 : « Sed quod in toto hoc libello pluribus explicate, id omne Epictetus duobis his verbis… comprehendere est solitus : sustine et abstine » ; la source est Aulu-Gelle, Nuits Attiques XVII, 19, 6 : « Verba haec duo dicebat (Epictetus) : ἀνέχου et ἀπέχου ».

53 A. Politien, Opera, p. 5 : « Id quod quanquam in ceteris admiratus sum, in me tamen uno vel maxime, qui cum semper in Lycio, vel Academia, nunquam in Porticu sim versatus, ita victus sum oratione senis, ut in eius sententiam non pedibus modo, sed manibus quoque et toto corpore discesserim ».

54 A. Politien, Opera, p. 5-6, sp. p. 5 : « Accessit meritis erga me tuis Manualis nostri viri docti elegans epistola, Hymettio illo, unde scilicet eam legit, melle atque omni nectare dulcior ».

55 Cf., par exemple, la préface du De Ente et uno, dans : Pic de la Mirandole, De Hominis dignitate, p. 386 : « … qui Aristotelem dissentire a Platone existimant, a me ipsi dissentiunt, qui concordem utriusque facio philosophiam ».

56 Il reste des traces de son enthousiasme de jeunesse pour le platonisme et le stoïcisme dans la Lamia : beaucoup de textes platoniciens et néoplatoniciens figurent parmi les sources de Politien ; cf. l’introduction d’A. Wesseling à son édition critique de la Lamia, p. XXIIIXXV ; on y trouve une référence explicite, et quatre allusions, à l’Enchiridion d’Epictète cf. p. XXXI.

© Presses universitaires du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search