Version classiqueVersion mobile

Penser entre les lignes

 | 
Fosca Mariani Zini

1. Savoir lire

Marulle, ou la correction latine

Mayotte Bollack

Texte intégral

  • 1 Cf. M. Lehnerdt, « Lucretius in der Renaissance ». dans : Festschrift zur Feier des 600 jährigen Ju (...)
  • 2 Sur les pratiques de la correction et de l’émendation, contemporaines de la découverte de l’imprime (...)
  • 3 K. Lachmann, dans : T.L. Cari de rerum natura commentarius, Berlin, 1850, 4e éd., 1882,

1Manille a marqué d’une manière décisive la réception du texte de Lucrèce. Dans le siècle de sa redécouverte, alors que, les copies de manuscrits, précédant en éclaireurs les premières éditions, se diffusaient avec lenteur et retard1, il a lu, et corrigé de sa main manuscrits et textes imprimés2. Les premières éditions de Lucrèce lui doivent leurs perfectionnements progressifs, au gré des collations et malgré l’absence d’une théorie de la recension. En particulier celle de 1512, qui inscrit son nom au début. « Manille a plus fait pour le texte, que même de plus savants après lui ». C’est le jugement du plus autorisé des philologues, K. Lachmann3. Pourtant il reste difficile de s’entendre soit sur la nature de l’intérêt (éditorial, poétique, ou philosophique), qui a déterminé la qualité de son travail, soit sur sa compréhension de l’épicurisme, et du poème en particulier.

  • 4 Cf. I. Dionigi, « Marullo e Lucrezio : tra esegesi e poesia », Res Publica Literarum 8, 1985, p. 47 (...)
  • 5 Cf. C. Moreschini, « Osservazioni sugli Hymni Naturelles di M. Marullo », Res Publica Litterarum 5, (...)
  • 6 Cf. S. Viarre, « Quelques emprunts de Marulle à la poésie latine classique », dans : Proceedings of (...)
  • 7 Sur la cosmologie des hymnes, cf. Ch. Harrauer, Kosmos und Mythos. Die Weltgotthymnen und die mytho (...)

2Quand on s’intéresse à sa relation avec Lucrèce, on trouve, dans les bibliographies, des recherches thématiques sur l’imitation de Lucrèce dans les Hymni naturelles, réminiscences lexicales ou concordances de sujets ou de mythes, comme on en trouve chez d’autres, chez Pontano ou Politien. Dans les Epigrammes mêmes, qu’on pouvait croire vierges de toute influence, I. Dionigi4 découvre plus qu’un emprunt, une interprétation de Lucrèce dans le fait qu’il réunit par l’imitation le thème du Suave mari magno, dans le prologue du livre II, et la fin de II et de III, nouant ces passages entre eux, comme on doit le faire, lorsqu’on a saisi la raison compositionnelle de l’œuvre. Plus encore que le matériau mythique, la mine d’images et de topoi à exploiter, Lucrèce offre aux poètes de la Renaissance, la matière – les mots, les phrases et les formules ; leurs emprunts ont été souvent étudiés5. Cependant mots, tournures, thèmes lui viennent aussi de Catulle ou d’Ovide6. L’affinité intellectuelle ou doctrinale reste problématique7.

  • 8 « Es liegt nicht viel an einem richtig emendierten Autor », écrit F. Nietzsche, dans les fragments (...)

3Le rapport pourrait être mieux saisi, non pas dans ses poèmes, mais dans ses corrections sur le texte. Le travail d’examen n’a pas été encore conduit sur les opérations philologiques, parce qu’il est difficile de distinguer la correction, quand elle est juste, du texte, et, quand elle est fausse, elle ne retient pas l’intérêt. Pourtant l’intervention est rarement neutre. Il est utile de la considérer. Non seulement pour ce qu’elle apprend sur l’attente du correcteur, à quoi, lorsqu’on l’a répertoriée, on peut la ramener, mais aussi sur la matière traitée, qui apparaît sous un jour neuf lorsqu’elle a été allégée de surcharges parfois centenaires ; la réserve de Nietzsche à l’égard de l’émendation (émendé ou pas, l’auteur reste ce qu’il est8), marquée par sa prévention contre la philologie, ne tient pas devant les gains obtenus.

1. – Difficultés de l’examen

  • 9 Cf. H.A.J. Munro, Titi Lucreti Cari Libri Sex, 1re éd. Cambridge, 1864, 4e éd. revue en 3 vol., 188 (...)
  • 10 H.A.J. Munro, dans la préface de sa 1re édition (Text, p. VIII) justifie son travail, qui paraît ap (...)
  • 11 Voir K. Müller, « De Codicum Lucretii Italicorum origine », Museum Helveticum 30, 1973, p. 166-178, (...)
  • 12 Le manuscrit qui a servi de modèle à Niccoli est perdu. Nous avons sa copie, le Laurentianus 35, 30 (...)
  • 13 Codex Victorianus = Codex Monacensis 816 a.
  • 14 Munich Bayerische Staatsbibl. 4° A lat. a 317. Un autre exemplaire de la même édition de Venise por (...)
  • 15 L 35, 32, voir H.A.J Munro, Text, ad. 1013.
  • 16 M.D. Reeve, « The Italian Tradition », p. 47.
  • 17 Cf. l’apparat critique de Munro, ad VI, 25. Elles proviennent de l’édition de Venise travaillée par (...)

4Marulle n’a laissé que des notes marginales, des schedulae, ou parfois de simples signes diacritiques. Son opinion est signalée haut et fort dans l’édition du De Rerum natura, dite Juntine (chez l’éditeur Filippo Giunta, Florence, 1512-1513), due à son ami Pietro Candido, accompagnée de son nom, mais elle est admise dans la première Aldine, faite par Avanzi, l’année de sa mort (chez l’éditeur Aldo Manuzio, Venise, 1500), et elle est indiquée déjà, avant que Candido ne la proclame, dans le commentaire du poème de Giovan Battista Pio (Bologne 1511). « 11 est évident », écrit H.A.J. Munro9, l’éditeur anglais de Lucrèce au XIXe siècle, dont l’admirable travail sur les lectures de Marulle n’a pas été dépassé10, « que le labeur de Marulle était connu même avant sa mort ». Et sans doute existait-il plus d’une copie annotée, l’une n’étant pas toujours en accord avec l’autre ». Il est admis que les manuscrits italiens dérivent de l’un des deux manuscrits sur lesquels repose notre connaissance de la tradition antique, le manuscrit dit Oblongus (O)11 par la copie faite pour Poggio par Niccolo’ Niccoli12. Munro a scruté les traces encore lisibles de sa critique dans un manuscrit13 et dans un exemplaire d’une édition antérieure à l’Aldine (Venise, 1495), faisant partie du fonds Vettori, où le grand érudit du XVIe siècle avait reporté de sa propre main les corrections de Manille14. Les copies manuscrites du poème qui circulaient en Italie, avant l’imprimerie, portent également des traces de sa lecture. L’une d’entre elle15 conserve dans la marge une référence explicite, dont l’Aldine et la Juntine ne tiennent pas compte ; Munro en conclut qu’on tient la preuve d’un changement d’avis, « d’un jugement plus mûr, en tout cas meilleur ». Inférence malheureusement inutilisable, puisque ce n’est pas « Marullus », c’est « Marcellus », successeur de Politien dans sa chaire de Florence, qui, d’après Reeve16, a posé la fameuse lacune après I, 1013. Munro a mal lu le nom indiqué par le Laurentianus. Les fluctuations n’en restent pas moins attestées ailleurs. Obscure, parfois fantomatique comme les traces de sa main, son action s’étend souterrainement jusque sur l’édition de Giffen, parue en 1565 à Anvers, où ses « immutationes » déterrées, peuvent encore être invoquées comme inédites17.

  • 18 Voir H.A.J. Munro, Text, ad 551-627, et pour un autre exemple, ibid., ad VI, 25.

5Ces corrections, éparses et inconstantes, ne sont pas toujours notées dans les apparats critiques, lorsqu’elles n’ont pas été retenues – le corps du délit a donc pu disparaître. Leurs variations en rendent parfois l’établissement difficile. C’est le cas encore d’une transposition importante de vers, proposée par lui d’après la Juntine : I, 577-583 après 627, et 551-564 après 583. A cet endroit Candido, l’admirateur et l’ami, prouve sa fidélité, en adoptant l’ordre proposé, mais le lecteur érudit d’un autre manuscrit contemporain, signalant la correction, ajoute : « En vérité il semble que Marulle attachait peu d’importance à la manière de lire ces vers »18. Une invention infatigable apparaît dans la richesse de cette production critique, qui la rend aussi difficile à fixer.

6La difficulté principale de l’examen n’est cependant pas dans le repérage. Quand l’émendation est bonne et qu’on l’a retenue, quel est l’intérêt d’en parler ? Une fois célébrée l’admirable intuition du correcteur, son génie divinatoire, ne suffit-il pas qu’elle améliore le texte, et n’est-ce pas Lucrèce qui compte alors ? Il est vrai qu’on découvre parfois qu’elle est discutable, toute reconnue qu’elle est. Dans ce cas, la discussion informe à la fois sur Marulle et sur Lucrèce. Mais c’est paradoxalement lorsqu’elle est insoutenable, qu’elle a le plus d’intérêt, comme témoin d’une sensibilité linguistique ou d’une esthétique. Ainsi ce flamma inséré en quatrième position, après l’air, l’eau, la terre, en II, 940 ; il a définitivement disparu des éditions modernes. La symétrie fausse ici le sens, elle est absurde, et son inadéquation même, en révélant le besoin d’harmonie inadapté, souligne l’irrégularité du modèle.

7Les interventions de Marulle ont été immédiatement reconnues comme indispensables, et elles le sont en grande partie. Elles correspondaient évidemment à l’attente et aux besoins des lecteurs si manifestement que l’on peut être tenté par la construction de M.D. Reeve :

  • 19 Sur Bernardinus Cipellarius, voir M.D. Reeve, « The Italian Tradition », p. 31, n. 4.
  • 20 M.D. Reeve, « The Italian Tradition », p. 48.

Florence, la mort prématurée dans les tourbillons de la rivière, des amis dévoués, qui n’arrachent aux eaux après la noyade que le livre du poète bien-aimé, voilà qui assure une audience. Trente-trois ans d’enseignement à Plaisance [Cipellarius19], et un manuscrit de 1507 à la Bibliothèque communale, manquent d’éclat20.

8Une renommée de poète, rehaussée par une mort tragique, favorisait le coup publicitaire, le « scoop » de l’éditeur. Il faut donc se résoudre à courir le risque de lire parfois « Marullus » pour « Marcellus ». Inversement, lorsqu’on s’intéresse à l’esprit qui a dicté ses corrections et reconnu leur caractère, on a une chance de pouvoir se prononcer sur leur authenticité. La recherche des parentés entre manuscrits est plus déconcertante et apporte moins de certitudes.

9Comme l’écrivait Pier Candido dans sa préface :

  • 21 Voir Diogène Laërce. 4, 31 dans la vie d’Arcesilaos, philosophe platonicien fondateur de l’Académie (...)
  • 22 « Agrigentinum Empedoclem, quern (sc. Lucretium) nitidissimum Poetam, quum eorum uitio, Thoma Sothe (...)

L’Empédocle d’Agrigente je veux dire Lucrèce, quand j’eus découvert, illustre Thomas Soderini, que, par la faute de ceux qui, totalement ignorants de la philosophie, ou peu familiers de la littérature humaniste [litterarum humanarum], étaient tombés sur un texte de lui, et avaient changé, chacun suivant sa capacité de compréhension, ce qu’ils n’avaient pas compris, il débordait de tant d’abcès, de tant d’ulcères, était miné par tant d’horreurs véritablement fétides, ce Lucrèce, déchiré de toutes parts, misérablement mutilé qui circulait dans des exemplaires si différents entre eux, et si incohérents chacun, j’ai pensé, sur les exhortations d’hommes éminents et en même temps des plus savants et qui m’en priaient très fort, qu’il importait, en comparant les exemplaires anciens que nous avons acquis dans notre ville, dès sa fondation de tous les arts les plus élevés et des sciences, et en recourant aux obèles des plus remarquables poètes de notre temps, Pontano et Marulle, par l’excision des insertions irréfléchies, non pas de couvrir d’un pansement les ulcères putrides qui suppuraient dans le texte d’un poète si raffiné, ce que la plupart ont fait jusqu’ici, mais sans relâche de les vider en profondeur jusqu’au vif et jusqu’à la racine. Marulle, autrefois notre ami bien aimé, dont nous avons suivi de préférence la critique dans cet ouvrage, fut toute sa vie si épris de la beauté de Lucrèce qu’il n’allait presque nulle part sans lui. Il ne se retirait jamais pour aller dormir sans avoir lu à fond et examiné quelques passages des poèmes de Lucrèce (ce que l’on raconte aussi d’Arcesilaos et de la rhapsodie d’Homère)21. Et même, dans la perte déplorable que subirent les Muses latines dans les eaux de la Cécina, et leur désastre insigne, Lucrèce seul fut sauvé22.

10Pier Candido, dans une seule et même longue phrase, lourde d’images morbides, parle de la ruée sur les exemplaires imprimés ou sur les copies de manuscrits qui fait que le texte souffre d’horribles ulcères recouverts d’emplâtres. Il caractérise la méthode de Pontano et de Marulle par les obèles (seclusit Marullus, se lit en effet plus d’une fois au bas des pages de nos éditions), ou l’excision de ce qu’on prenait à tort ou à raison pour des interpolations téméraires. Il l’interprète comme un travail d’assainissement. On se sentait submergé sous une masse d’excroissances. On se disait que la particularité du texte de Lucrèce avait pu susciter le désir de l’augmenter pour le clarifier. En y regardant de plus près, on découvre que le désarroi provient du texte même, et que la conjecture répond à la difficulté. L’excision peut toucher, non l’excroissance, mais le corps qu’elle atteint.

11Toutes les corrections, même les plus légères, procèdent chez Marulle d’une même volonté de lisibilité, qui rejoint parfois le vrai, et le rejoignant dans le détail, elles ont engagé la confiance des éditeurs dans les plus lourdes. Si toutes n’éclairent pas la façon de faire, étant de simples redressements, certaines font apparaître la différence du fond rocailleux et accidenté sur lequel il travaille. Ces accidents, qui peuvent aussi bien être l’effet du temps que celui de l’art, sont en tout cas au principe de l’attrait de Lucrèce. Ce sont ces difficultés qui ont intrigué et sollicité Marulle. On ne saurait dire ce qui est le plus excitant, de la ruine ou de la recomposition, et ce qui fait plus, pour un poète et un lecteur de sa trempe, la beauté de l’œuvre.

12J’ai réexaminé, dans cette étude, quelques unes des corrections encore relevées par les éditeurs modernes. D’autres, non moins intéressantes, n’ont pas été consignées ou ne l’ont pas été par une des éditions que j’ai consultées. Parmi les corrections retenues, certaines sont évidentes, donc sans intérêt ; ne se détachent que celles qui ne collent pas tout à fait. Mais beaucoup ne figurent plus dans les apparats critiques ; ce sont des corrections extravagantes qui n’ont pas été accueillies par la tradition dominante, et dont la particularité nous instruirait sur l’esthétique et le sentiment historique qui les a conçues.

13Ces corrections sont de plusieurs types : 1. Marulle supprime, expungit, seclusit, et ces oblitérations signalent en général les chantiers sur lesquels travaillent encore les philologues ; 2. Il interrompt par l’indication d’une lacune ; 3. Il augmente par un mot, ou par un vers qui fait charnière ; 4. Il clarifie la suite des idées, au besoin par l’interversion et par la transposition ; il huile lorsque le texte grince.

2. – Le trait brillant

  • 23 Ce vers dans une copie de l’édition de Venise (Paris BN, Rés. MY c 397, voir plus haut n. 13), est (...)

14Il y a les restitutions habiles et instruites, qui réparent une coquille : par l’addition d’une lettre ou d’une syllabe qui manquent. Marulle fait d’un omne un omnem en V, 318, restitue un infinitif archaïque gignier pour gigni en VI, 246, le génitif ipsius pour ipsis en VI, 309. Par la suppression, au contraire, il retrouve omne pour omnes en II, 305, orbi pour orbis en VI, 329. L’ablatif terminal calore pour calores à la fin du vers VI, 360 fournit un chiasme après un frigore initial et rectifie la construction23. Il rétablit un et tombé en VI, 368, reconnaît le uerum qui se cachait sous un utrum en VI, 710, obtient le monosyllabe et le pied manquant en VI, 568. Observant une faute fréquente, il remplace un fluant par un fiant en V, 533. Il a la compétence du lecteur professionnel. Certains bas de pages des éditions critiques font apparaître et réapparaître son nom ; il suffit de les feuilleter pour se convaincre de l’étendue d’une contribution à la simple correction, qu’il n’était sans doute pas le seul en mesure d’apporter, mais dont on ne manquera pas d’admirer souvent la remarquable acuité.

  • 24 Cf. I, 154 ; VI, 57 et 91.

15Il y a aussi les conjectures brillantes. Elles s’appuient sur une fréquentation et une connaissance parfaites du poème : en II, 168, il remplace reddi qui ne se construit pas par rentur, qui fournit la clausule lucrétienne24, ou un peu plus loin, dans le même livre (1062), il inscrit le mot caractéristique, exordia à la place du ex ordine, difficile. Dans le tableau du renouvellement incessant de la source périssable des rayons solaires au livre V, il intervient excellemment deux fois : au vers 297, il reconstitue l’accélération, effacée dans une forme proche, mais faible de sens, properant pour proferant, grâce à laquelle se redouble dans le meilleur style lucrétien un properanter trois vers plus loin ; au vers 301, il joue avec des syllabes homophones de sens complémentaire, celeri celatur, la rapidité, la dissimulation, rivalisant de virtuosité avec son modèle. La simple association phonique du polyptote celeri celeratur. note, plus platement peut-être dans le manuscrit qu’il corrige, le parallélisme entre disparition accélérée (exitium… celeratur), et naissance accélérée (celeri… origine) ; en plus, le passif « est hâté » est difficile à justifier dans un verbe de sens pronominal.

16La technique du rapprochement interne à l’œuvre (Lucrèce rétabli par Lucrèce) apparaît également dans la correction de V, 823, animal pour animas ; elle s’appuie sur un groupe lu en I, 227 (animale genus) ; celle de VI, 296, fulmine pour culmine reprend un emploi analogue en VI, 282. Lorsqu’au vers I, 657 un muse étrange l’arrête (muse O, mussant 1 31), ce n’est pas à Diogène Laërce 9, 1, 12, attestant l’attribution du titre Les Muses au livre d’Héraclite, ou à Platon opposant les Muses ioniennes aux Muses de Sicile qu’il pense. Si l’on en croit la Juntine, il risque, en complétant par multa, la figure bien connue, par d’autres passages, du poème du polyptote : sed quia multa cernunt contraria multi.

17Il est vrai qu’on regrette d’avoir à concéder à son ingéniosité le neutre pluriel alia, que, par la mutation d’une lettre, il substitue à un alio en I, 681 : « Qu’importeraient en effet la disjonction et le départ de certaines parties, l’adjonction de certaines autres… » ? Bailey note la conformité avec La Lettre à Hérodote, § 54, où la symétrie du départ et de l’arrivée est soulignée. Cette logique, Marulle l’atteint par la correction, directement, et sans doute sans consulter Diogène Laërce. Et si, au contraire, Lucrèce s’était permis un écart et une précision ? « Qu’importeraient en effet la disjonction et le départ de certaines parties, leur déplacement en un autre endroit ? » Dans ce cas c’est l’auteur, non le copiste, que redresserait le correcteur.

18Sans doute aimerait-on laisser à Lucrèce le remarquable possum du prologue du livre I (I, 104), où il s’affirmerait et se récuserait, à la fois, comme le uates qu’il aurait pu être : « Toi-même quelque jour, vaincu par les récits effrayants des poètes sacrés, tu chercheras à te séparer de nous » (v. 102 s., trad. Ernout). « Et en effet combien de rêveries pourrais-je maintenant imaginer à ton intention, qui renverseraient tes règles de vie… ! » (v. 104 s., ma traduction). Le philosophe s’éloignerait momentanément de son propre projet, comprenant d’avance le relâchement à venir de Memmius, le destinataire de sa diatribe, parce que les sortilèges de la parole sont puissants, parce que les défenses de la doctrine sont fragiles. Cependant il est plus confortable, après réflexion, de revenir à la conjecture de Marulle possunt, qui a été retenue à juste titre. Le jeu des pronoms (tu, v. 102, je, v. 104, ils, v. 107) est difficile.

  • 25 Voir cependant les réserves de Bailey, ad loc., et la référence à un emploi virgilien (Enéide, I, 2 (...)

19Dans un autre passage, sa correction peut soulever un doute. En II, 1081, la plume est facile qui, dans un passage sur l’innombrable quantité des formes semblables, modifie un geminam en un genitam, « la progéniture jumelle de l’homme » en « la progéniture issue de l’homme ». L’abondance dans une même espèce pourrait être multipliée par deux, si le masculin et le féminin venaient diversifier l’espèce humaine. On hésite devant cette figure biblique qui distinguerait l’homme et la femme premiers. La proposition de Marulle est simplement moins frappante ; le bon sens, ou le sens plat étant contagieux, elle a été universellement acceptée25.

  • 26 Voir encore I, 1086, 1085, IV, 251, 250, et 261, 260 (la catoptrique).

20L’émendation consiste encore à remettre en ordre une séquence perturbée. L’origine (unde) et le comment (quo…modo) se suivent aujourd’hui comme il convient en I, 155-158 ; l’articulation et la logique sont également sauves, depuis Manille, en V, 570-573, et en V, 590-595 dans l’évaluation par inférence de la grandeur du soleil, à partir de la forme qui nous en apparaît : il aura suffi chaque fois du déplacement d’un vers : dans le livre I, le vers 155 descend après 158 ; dans V, le vers 573 remonte avant 570 ; ou de deux vers, V, 592-593 se hissant à la suite de 58926. Ces réarrangements convaincants, qui trahissent un même souci de clarté, confèrent à Manille une autorité certaine. S’il est vrai qu’on l’a souvent pris en défaut, leur plausibilité a répandu la pratique du réaménagement, appliquée abusivement après lui.

  • 27 Adoptée par Lachmann, Munro, Bailey, Martin.
  • 28 « Elle est plus encline à se mouvoir quand elle est poussée par une cause légère » (Bailey, le comp (...)

21L’évidence même peut être trompeuse. Petite correction qui semble aller de soi, un mouentur dans la démonstration de la finesse des parties de l’âme (III, 430) a paru indiscutable27. « Marullus rightly… », note Bailey. C’est une cause, un stimulus plus petit encore que la plus petite des particules, celle de la fumée, qui émeut l’âme, dit Lucrèce, puisque fumées et nuages sont mis en mouvement (avec un glissement de sens de « mû », « ébranlé » pour l’âme à « mû », « déplacé » pour les simulacres) dans l’imaginaire des rêves, dans des simulacres mobiles plus fins encore que ceux qui nous apparaissent les yeux ouverts, car ce sont bien, dans le cas du rêve, des simulacres qui affluent vers nous, sans corps à proximité, sans point d’attache solide (III, 429-433). En corrigeant le pluriel en un singulier mouetur, Manille et les philologues qui l’ont suivi disent que l’âme est émue par une cause infime, parce qu’elle est émue dans les songes, évitant le glissement de sens, l’analogie de l’émotion et du mouvement, mais écrasant le comparatif du vers 429, qui fait de l’âme un plus petit que le petit d’une petite chose28.

3. – En-deça d’Epicure

  • 29 Voir, par exemple, la fin du paragraphe 130 dans La Lettre à Ménécée d’Epicure.
  • 30 Voir Ch. Harrauer, Kosmos und Mythos, p. 66 s., pour mens, principe divin chez l’homme dans les Hym (...)
  • 31 Bailey vol. II, ad loc, accepte le texte, mais à son corps défendant : « I agree with Munro that in (...)

22« La nature pour elle ne demande rien si ce n’est que la douleur soit absente, disjointe du corps, qu’il jouisse en pensée d’une sensation de plaisir, souci et crainte éloignés » (II, 17-19). Cette maxime épicurienne29 qui distribue les parties du corps dans un tableau abstrait, dominé par la nature, préserve la dualité du corps et de la pensée dans l’empire plus vaste d’une puissance matérielle. Avec la correction de Marulle, mensque pour mente, ce n’est plus la nature qui connaît le bien dans la pensée des hommes, mais la pensée elle-même ou l’âme, qui s’émancipant de ses liens, jouit du bonheur. La parataxe lucrétienne fait du corps, réceptacle libéré du mal, le sujet capable d’éprouver le plaisir, et le renversement s’effectue sous nos yeux. L’âme et le corps s’équivalent, étant corps tous deux. C’est méconnaître la pensée d’Epicure que de mettre l’âme au-dessus du corps30. Pourtant le changement proposé a été, comme on dit, presque universellement adopté31.

  • 32 Voir la correction qu’il suggère plus haut.

23Certaines corrections valent par le témoignage qu’elles apportent sur l’intérêt qu’a suscité un passage. Il serait utile de noter les suites de vers où elles abondent, où le nom de Marulle est récurrent. Ce sont les lieux qu’a fréquentés sa lecture. Toute la critique des présocratiques au livre I a été lue avec une attention évidente, et parfois funeste, faisant disparaître les Muses d’Héraclite au vers 65732, émoussant le raisonnement anaxagoréen du « tout est dans tout » (par l’excision de 873-874), et d’abord enrayant le mouvement qui tend l’arc entre ses deux extrémités, le ciel et la terre :

Et même ils [les successeurs d’Héraclite et d’Empédocle] remontent au ciel et à ses feux ; premièrement ils font que le feu se change dans les brises de l’air, de là que le feu naît, et que la terre croît à partir du feu, et inversement que toute chose retourne dans la terre, l’eau d’abord, puis l’air, puis la chaleur.

  • 33 Lucrèce, I, 782-786.

Quin etiam repetunt a caelo atque ignibus eius
et primum faciunt ignem se uertere in auras
aeris, hinc ignem gigni terramque creari
ex igni retroque in terram cuncta reuerti
umorem primum, post aera, deinde calorem33.

  • 34 Héraclite, fr. 60. Voir J. Bollack et H. Wismann, Héraclite ou la séparation, 1re éd., Paris 1972, (...)
  • 35 Cf. la discussion de ce passage dans mon article : « Un Désaccord de forme : Lucrèce et Héraclite » (...)

24L’arc est tendu du feu au pôle contraire en un premier mouvement qui dessine en même temps le schéma global prêté aux héraclitéens. On est parti du feu (voir un peu avant, v. 782 : ils remontent au ciel et à ses feux). Le feu primordial, primum, au v. 784, produit le monde dans les brises de l’air ; c’est une cosmogonie ; de là émergent les parties du monde ; ciel igné et terre au centre bourgeonnent et éclosent sur ce chemin, qui s’ouvre à partir d’un terme-racine : le feu, hinc, de là ; in auras conduit à in terram ; la première transformation conduit à la seconde. A l’autre extrême, la terre ramène à elle les corps qui se sont successivement formés. Le retour suppose l’accomplissement. Ce dernier aspect peut être symbolisé par une descente de proche en proche, katô, à moins qu’on ne l’envisage suivant son principe, le feu, comme une remontée, anô. Le chemin va vers le bas ou vers le haut avec le regard qui tantôt se pose sur l’origine, tantôt développe ses conséquences. « Chemin vers le haut, vers le bas, un et le même »34. Ce n’est pas une vraie genèse, ce sont ses grandes lignes que Lucrèce prête à ceux qui dans la mouvance d’Héraclite et d’Empédocle (v. 734 et s.) reconstituent la chaîne des transformations35.

  • 36 « …the change is considerable », Bailey, II, ad loc. (qui accepte néanmoins la correction ; Munro l (...)
  • 37 Cicéron, De Natura deorum, II, 33, 84

25La correction lourde de Marulle rétablit un cycle complet et régularise la succession des degrés de l’échelle montante et descendante : du feu naît l’air, de l’air l’eau, de l’eau la terre, puis à l’inverse de la terre l’eau, de l’eau l’air, et de l’air le feu36. Il lui aura suffi d’écrire deux fois « eau » à la place de « feu », et de convertir le point d’arrivée en point de départ pour obtenir le schéma clair d’une doxographie stoïcienne qu’il lisait dans Cicéron37, si clair qu’on ne s’est pas soucié depuis de retrouver dans ces vers la contraction fulgurante de l’Ephésien. Arrêtés d’abord par le passage d’un plan à un autre, de l’arc, qui va du principe au second niveau que sont les choses elles-mêmes, passage qu’articule un hinc charnière, puis par l’absence de l’eau incluse dans la terre, enfin par le renversement de la perspective qui considère la terre comme un point d’arrivée, à l’autre extrémité de l’arc, ne voyant pas les deux temps qui précèdent le rétablissement, Marulle et tous les éditeurs après lui, réécrivent le texte.

26Un peu plus loin, un apparat critique encombré atteste que les homéomères d’Anaxagore ont sollicité la réflexion des lettrés. La critique que fait Lucrèce d’Anaxagore (I, 830-920) est toute pénétrée par la découverte de la vérité atomistique. Trois praeterea (v.859, 869, 873) prennent le sens propre d’un dépassement (praeter), articulant le raisonnement (l’adverbe est analysé).

  • 38 Chaînon restitué : il manque en effet vraisemblablement un vers après le v. 860.

27La nourriture fait croître le corps ; c’est que, si l’on va plus loin (praeterea, v. 859), ou bien les veines et tout le reste sont nourris par des éléments d’une autre nature qu’eux38, ou bien, selon les Anaxagoréens, la nourriture contient de petits éléments de veines et de tout le reste identiques aux corps qu’ils nourrissent, mêlés en elle tels qu’ils sont, os et tendons, sang et sanie.

28En allant toujours plus loin (praeterea, v. 869), on se dira que, si tout ce qui vient de la terre est dans la terre, la nourriture qu’elle apporte contient les corps hétérogènes qui sortent d’elle. L’origine et le résultat ont la même structure, à la fois identique et hétérogène.

29Le bois offre une inférence (transfer, v. 870) ; la flamme, la cendre, la fumée sont produites par lui, le bois est donc nourri par ce qui sort de lui, flamme, cendre, fumée ; ce sont des corps autres que le bois.

  • 39 Alit auget au v. 873 est une variation du v. 859, auget… alitque.

30En passant à un autre niveau encore (praeterea, v. 873), on se dira que la terre, globalement, fait croître tous les corps qu’elle nourrit39 avec de l’hétérogène, par cet hétérogène qui apparaît dans la chaîne de toutes ses productions (ce seront les atomes), dans le bois qu’elle a fait d’éléments variés, et dans ce qui jaillit du bois (quae lignis exoriuntur, v. 874). Homogène pour la substance, hétérogène pour la formation, une constitution commune relie tous les corps, de la terre-origine aux bourgeons et aux fruits :

mais des semences, mêlées de maintes manières doivent être tapies, communes à maintes choses, dans les choses.

  • 40 Lucrèce, I, 895 et s.

uerum semina multimodis immixta latere
multarum rerum in rebus communia debent40.

31Marulle est intervenu pour supprimer deux vers (873 et 874), arrêté par le pléonasme apparent contenu dans alit augetque (v. 873). Ces deux vers, les éditeurs modernes les gardent, mais ils peinent, les intervertissant, et ouvrant une lacune, soit à leur suite, soit entre eux deux, ou alors ils en modifient la succession. Il semble qu’ils soient gênés par la répétition des mêmes éléments. Là encore le texte est rude, comme s’il représentait ou jouait une argumentation ou une dispute. En réalité on passe clairement à travers une série, terre, bois, fumée ou cendre ; il s’agit toujours de corps communs. La nourriture (alit) est un enrichissement (auget), une variation.

  • 41 Voir VI, 131 : le pariter de Marulle n’a pas été accepté, mais il a supprimé un paruum plus simple, (...)

32La petite correction, dite légère, inaugure souvent, en disparaissant, un concours de conjectures qui se prolonge jusqu’à nous. Elle survit en mourant. Ainsi une petite intervention, même si elle n’a pas été retenue, continue par corrections interposées à occuper les commentateurs ; sa postérité illustre les conséquences que peut avoir une décision de lecture prise il y a quatre siècles, et fait voir les aléas ou les chemins tortueux de la compréhension41.

  • 42 En II, 164, il remplit la lacune indiquée par Pontano à l’aide d’un vers de son crû, qui s’applique (...)

33Elle peut affecter gravement l’enseignement d’Epicure. Dans un passage sur la vitesse des simulacres, Lucrèce les fait se mouvoir dans l’espace suivant leur inclination (IV, 179 : diuerso numine tendunt). Numen en relation avec adnuo, hocher la tête pour dire oui, implique un assentiment, marqué par un mouvement. Mais les atomes n’ont pas d’intention. Manille, en substituant momen, le poids, à numen, supprime l’analogie, dessinée dans le passage fameux du livre II, entre la volonté et le clinamen des atomes. Les simulacres n’ont pas d’intention, mais ils en figurent le principe par la diversité de leurs directions. Il suffit de considérer ce terme pour suivre la tentation d’associer, qui est toujours au principe de l’interprétation d’un texte ; en exploitant les ressources linguistiques, le rapprochement approfondit, élargit et vivifie. Ce numine qui arrête, et dont le momine de Marulle est l’approximation phonique la plus réussie, arrête sur une métaphore : l’inclination de l’âme imite en effet l’inclinaison des corps. Le mot est là, devant lequel Marulle recule, parce que l’analogie même lui paraîtrait compromettre la nature séparée des insensibles42. Les éditeurs qui l’ont gardé, comme un glissement de sens (impulse, Bailey), devraient en noter le double sens : numen a quelque chose à voir avec le mouvement et avec la volonté. « Inclination », qui n’efface pas l’analogie, serait une meilleure traduction qu’« inclinaison » (Ernout). « Marulle voulait lire momine, qui serait bien plus facile, écrit Bailey (III, ad loc.), mais tout en conservant des doutes, je pense qu’on peut retenir numine ». Il faut ajouter que momen est incorrect en bonne physique épicurienne : il n’est pas question ici de poids, mais de rebond.

  • 43 Voir H.A.J. Munro, II, p. 135, ad v. 292.

34Si familier de Lucrèce que soit le poète de la Renaissance, si imprégné de sa poésie, il reste séparé de lui par toute la distance que crée une information puisée dans Cicéron. Insania, absurditas, note-t-il dans la marge, à propos de la déclinaison des atomes43 avec une violence contumélieuse qui rappelle le De fato. Le sens poétique a son domaine et ses limites ; il a beau lui ouvrir, en dehors de toute information, l’accès de la pensée, le souci de transparence et de lisibilité prime ; il l’amène à méconnaître des traits inattendus, propres à poésie et à la création lucrétienne.

  • 44 La correction qui n’a pas été retenue n’est pas toujours notée dans les apparats.

35En I, 517, un inane…rerum hardi, « le vide des choses », accepté depuis, l’a gêné : le tour associe le vide et les corps, deux natures antinomiques ; c’est plus qu’une figure, plus qu’un équivalent du vide « dans les choses », c’est une saisie de la chose, le fond invisible, par les mots. Marulle enlève rerum et place un tectum : « le vide recouvert »44. Or Lucrèce, dans l’antilogie du plein et du vide, qui occupe le livre I à partir du vers 503, jusqu’à la réfutation des Présocratiques, construit pas à pas comme une tour. Un escalier en spirale monte la forteresse des deux « choses » de la nature double, le plein et le vide ; toute « chose » est portée, avec son « vide », ou ses intervalles ; la matière (hylè = materia, v. 516) est matrice (materies, v. 517) ; il n’y a ni synonymes, ni valeur exclusive. Un mot se glisse à la place d’un autre comme dans un jeu de cartes, res prend aussi la valeur élargie de corps du monde, à côté de corps premier. Marulle là est allé trop vite : enlever un mot dérange une ligne de pensée : inane rerum est un oxymore, mais aussi un sens propre, un nom nécessaire pour un référent qui n’a pas d’autre traduction dans la langue. Il s’agit d’une utilisation spécifique des ressources poétiques ; la philosophie est celle d’une promiscuité. La panspermie devient une idée vraiment matérialiste, où le vide est aussi matière, où la matière est aussi vide, l’un juxtaposé à l’autre, et cette polyvalence est ignorée par la correction.

4. – Le sens de l’ordre a-t-il le goût du désordre ?

36Un autre trait, le didactisme quelque peu affecté du poème, qui accompagne souvent un rythme que sa lourdeur puissante soulève jusqu’au sublime, échappe à la rhétorique marullienne.

37Un programme (ou syllabus) est un tremplin que se crée le poète pour s’élancer dans un nouveau livre. Au début du livre IV, livre des simulacres, deux de ces programmes se succèdent. L’un, dans les vers 26 à 44, renvoie au livre précédent (sur la mortalité de l’âme), l’autre, dans les vers 44 à 53, à un livre plus lointain, plus fondamental, le livre II, sur les mouvements des atomes.

  • 45 Encore adopté par Ernout.
  • 46 Cf. les v. 45-48 ; 26-43 ; 515-5 ; 44. Sur cette correction, voir mon livre, La Raison de Lucrèce, (...)

38Manille, là encore, a cherché l’ordre plausible45, à partir de ce qu’il prend pour un désordre accidentel et réparable, en antéposant le second au premier, ce qui l’oblige à déplacer quelques autres vers46. En un second temps, il omet les vers 49-50.

39La pratique de l’interversion, de la lacune et de l’omission supposent que l’on croit surtout à des fautes ou à des accidents de la copie, plutôt qu’à un remaniement de rédaction. C’est le métier de la lecture qui est en cause. Le rejet de l’interpolation introduit le dehors, le travail d’un scoliaste. Le « doublet » en revanche, auquel le nom de Lachmann est attaché, se présente comme un dehors interne – trace d’un inachèvement. Ainsi Bailey renonce-t-il à l’interversion marullienne par impuissance devant le temps et la mort, causes d’une perte irréparable.

  • 47 Voir l’apparat de H.A.J. Munro. Il ne figure pas dans la Juntine.
  • 48 Cité d’après H.A.J. Munro.
  • 49 Unum affirmare ausim « omnis enim » cum quinque sequentibus ex prologo cum abundent, demendos esse (...)
  • 50 Martin. Bailey, Bignone (cf. Rivista di Filologia classica 47, 1919, p. 423) les font précéder d’un (...)
  • 51 Ernout les imprime en italiques. Voir Ernout-Robin, Lucrèce, De Rerum natura. Commentaire exégétiqu (...)

40Le fameux passage, dit locus theologicus, qui, après la prière à Venus, exprime dans les termes de la maxime d’Epicure, l’indifférence des dieux aux affaires des hommes (I, 44-49), est simplement omis par le groupe marullien47. Isaac Voss, au XVIIe siècle, suggéra explicitement la dérision. Le piège avait été tendu par un scoliaste, qui fournit donc l’explication historique48. Peut-être y avait-il seulement, chez les premiers éditeurs, comme un effroi devant l’« abondance », le pléonasme, puisque les vers sont répétés en II, 646-651, et le sentiment d’un défaut dans l’enchaînement logique49. Aujourd’hui les vers sont maintenus dans plusieurs éditions50, omis dans d’autres51. La suspicion, une fois née, perdure à jamais, comme le mensonge ou la calomnie.

  • 52 Voir aussi Bailey. Sur ces vers, voir mon livre, La Raison, p. 201s.

41Lucrèce passe abruptement de la prière à Venus à la maxime de l’ataraxie. C’est que la prière embrasse l’ataraxie et le dieu. La demande reçoit d’emblée sa réponse dans la contemplation qui suspend le souci. Le paradoxe est levé par là. D’autre part la rupture est un trait de la composition. Il n’est donc pas nécessaire non plus d’atténuer la rudesse du passage à la parénèse de la seconde partie du proème, après cette réflexion, en instituant une lacune au vers 49 avec Lachmann52.

  • 53 La copie de Vettori donne à Marulle, au lieu de ce vers, (que Lambin ne revendique pas, contraireme (...)
  • 54 Sur le procédé de l’asyndète, chez Epicure, cf. J. Bollack, La Pensée du plaisir, Paris, 1975, p. 6 (...)
  • 55 Sa réfection : gauderet praelonga senex aut cornua senex coule comme le vers d’Ovide, Ars, 3, 78 : (...)
  • 56 Que Lambin retient, mais case après le vers 823.

42En II, 528, où la transition, après une parenthèse dans le style de la démonstration épicurienne, est brusque, à la place d’une lacune, la première Aldine et la Juntine tentent un quod quoniam docui nunc suauiloquis age paucis (« puisque je l’ai montré, maintenant dans quelques [vers] d’une suave éloquence… »53). La conjecture est belle. La formule et le rythme sont de Lucrèce. Pourtant l’ajout est inutile, comme l’est même la correction de Munro du vers 529 (ostendens, pour ostendam), adoptée en son lieu par les éditeurs modernes, si l’on accepte la possibilité d’une césure après la parenthèse, introduite par etenim (v. 525), de facture plus épicurienne encore54. En III, 614, dans l’une des preuves de la mortalité de l’âme, Marulle ajoute un vers qui sert à achever une unité, par un besoin de clausule. La chute pourtant est une clôture plus étonnante encore : ut anguis, « comme le serpent »55. En III, 823, dans la réfutation des arguments en faveur de l’immortalité de l’âme, quelques vers semblent tombés. Pour combler la lacune, les pastiches ont fleuri à l’envi. Marulle écrit : Scilicet a uera longe ratione remotumst56. Lachmann : Multa tamen tangunt animam mala, multa pericla. Le vers de Marulle est plutôt plus proche des modèles lucrétiens, et plus sobre.

43Le vers 608 du même livre fournit le cas d’une rupture dont Marulle a tenté d’effacer la rudesse. Lucrèce commence une unité par un :

Principio mare mirantur non reddere maius naturam

En premier lieu, on s’étonne que la nature ne fasse pas la mer plus grande.

  • 57 Munro, Text, II, ad loc.

44La concision est dans le style doxographique que Lucrèce adopte dans le livre VI. Mais le poète de la Renaissance écrit : Nunc ratio reddenda augmen cur nesciat aequor. On a renoncé depuis à augmenter le texte, non que l’on accepte le procédé de Lucrèce, mais parce qu’on subodore « l’addition postérieure qui n’a pas été convenablement intégrée au reste »57.

45Les « compléments » s’autorisent des défauts de la transmission. Le plus s’appuie sur un moins. Le texte et sa production s’interpénètrent. La contamination correctrice applique comme une broderie sur une matière qu’elle n’a pas encore rendue méconnaissable.

  • 58 Voir cependant Martin.
  • 59 Munro après Lachmann.
  • 60 Ernout.

46Et pourtant Manille est sensible à la construction esthétique et à la raison compositionnelle du texte de Lucrèce. Par exemple, il a vu la fonction de la répétition. Ainsi les vers 351 à 363 du livre V sont la pure répétition, à une forme verbale près, des vers 806 à 818 du livre III. Les éditeurs restent convaincus que les répétitions de ce genre sont des traces de l’inachèvement, aussi considèrent-ils58 que les vers sont ou bien à éliminer, comme une glose de lecteur59, ou bien à traiter comme un résidu de rédaction antérieure, un moignon atrophié60. On a jugé qu’ils seraient mieux à leur place dans le livre V, et qu’ils introduiraient dans le livre III une citation, arrêtée au moment où elle ne peut plus s’appliquer à l’âme. Manille a bien vu la symétrie entre macrocosme et microcosme, « l’intention » de l’auteur, si bien qu’il a cherché à compléter l’analogie par quelques vers de sa façon ; il n’était pas frappé par l’excès de la répétition, mais par le manque de plénitude. Il ne résiste pas au plaisir de mettre du liant, parce que les ruptures n’entrent pas dans le canon du bien dire.

  • 61 Cf. H.A.J. Munro, Text, p. 13.

47Il est entraîné vers la réécriture, par son talent et sa mémoire, mais aussi par sa rhétorique, qui leur est liée. Ainsi en II, 164, il comble la lacune, inscrite par Pontano. Celui-ci est plus court, note Munro : il s’arrête à la lacune et « dit fragment, où [Marulle] supplée un vers avec plus ou moins de bonheur. L’élève achève donc ce que le maître a commencé »61.

5. – Une naturalisation

  • 62 Marulle, Epigrammes, I, 16, v. 5.

48L’intérêt de Marulle pour Lucrèce est d’abord pratique. Il s’adresse au poète, à l’homme de l’art ; la qualité de ses corrections dépend de cette sensibilité plutôt que d’une philosophie. Certes Lucrèce est admiré pour sa poésie cosmologique, la poésie du tout, à laquelle est réservée l’attribut de « grand », magnus, dans l’épigramme d’allégeance à la poésie latine62 ; il est l’Empédocle latin, que dit Candido dans la dédicace de la Juntine ; Epicure est absorbé, sinon racheté dans le sublime. Ce pourrait être un alibi, le masque d’une dissidence, – mais c’est surtout un malentendu. Lucrèce n’a pas pu draper son génie dans les habits de l’épicurisme comme un humaniste dissimuler sa différence sous le couvert de la poésie.

  • 63 Voir mon livre, La Raison, p. XXXV.

49Le poète de prédilection ne se réduit pas à un thème ou à un sujet. Le modèle est aussi le style, coulant ou brisé. C’est dans Lucrèce que deux générations plus tard, à partir de Lambin63, les humanistes apprendront la rhétorique. Mais le Lucrèce de Lambin a déjà été aménagé par Marulle – et quand Marulle est allé à Lucrèce, le texte était un peu moins cicéronianisé ; il charriait des mots rares ou archaïques ; il était rempli d’excroissances et de failles ; il était marqué par les ruptures et les déplacements qu’il a essayé de réduire. N’est-ce pas, contradictoirement peut-être, cette différence, que l’on pourrait parfois prendre pour une anti-rhétorique qui l’a attiré, même s’il ne l’a pas toujours laissé subsister ? Le texte fragmenté, le texte en ruines stimulait l’imagination par les fautes qui restaient à corriger ; le chantier était un champ d’exercice magnifique, le délabrement, qui n’était pas encore aimé pour lui-même, appelait la restauration.

  • 64 Il parle d’une correction de II, 44, qui n’a pas été retenue par les éditeurs, tumefactae (peut-êtr (...)

50L’équité philologique demande que le jugement soit double. Certes Marulle a cultivé la conjecture. Pier Vettori, qui a recopié les corrections de Marulle, est sévère, malgré les excuses qu’il lui reconnaît – il y avait tant de fautes ! L’état défectueux du texte lui servait de justification, et beaucoup de ses propositions étaient bonnes. Mais il se laissait aller à sa pente, et corrigeait comme il écrivait, suivant son idée64.

  • 65 A. Grafton, Joseph Scaliger. A Study in the History of Classical Scholarship, Oxford, 1983, p. 170 (...)
  • 66 Voir Epigrammes, III, 11, 1-2 ; Epigrammata Varia, 1, 13 et Michaelis Marulli Carmina, éd. A. Peros (...)

51On comprend, une fois définis les points de vue, et les antagonismes, qu’un siècle plus tard Joseph Juste Scaliger l’accable, visant à travers lui la pratique d’un autre philologue qu’il combat, Marc Antoine Muret65. Celui-ci s’était servi de Marulle comme d’un bouclier contre Politien dans la discussion d’un passage de Catulle, défendant une réécriture téméraire et une véritable interpolation66 contre une restitution, fondée sur la connaissance de la forme grecque, traitant, par la technique bien connue du renversement propre à la mauvaise foi, d’interpolation aventureuse ce qui s’est avéré parfaitement juste. Scaliger fond sur Marulle : un petit Grec, Graeculus, insolent, et il s’attaque à son « édition » de Lucrèce :

  • 67 Cf. J.J. Scaliger, Castigationes, p. 80s. : « Nullus enim ueterum auctorum ita male ab ullo correct (...)

Il n’y a pas d’auteur ancien qui ait été plus maltraité que Lucrèce par ce petit Grec brutal… Marulle a l’esprit vif, et impétueux, mais il semble mieux fait pour cracher des vers improvisés, les uns bons, les autres moins bons que pour émender les bons auteurs67.

  • 68 J. Bernays, Joseph Justus Scaliger, Berlin, 1855, réimpr. 1965, p. 6.

52Son jugement exprime à coup sûr le rejet d’un humanisme à ses yeux trop libre, trop esthète et il est entaché par un parti pris. Bernays pense peut-être à lui, lorsqu’entre Valla et Scaliger, il juge avec mépris la pratique italienne : « Ainsi dans la critique inférieure, l’usage s’est établi de réparer les dégâts au petit bonheur, d’enjamber les trous à la hâte pour donner sans attendre au moins l’apparence d’un tout intact »68.

53La finalité éditoriale pousse dans le même sens. Lorsqu’avec Pontano, il pose ses lacunes, qu’il transpose des vers pour améliorer la lisibilité, qu’il rectifie les transitions et corrige les coquilles, ce travail est inséparable de la préparation de l’édition et donc de la lecture par le public lettré le plus large possible ; le résultat est immédiatement et largement productif, et en même temps, quoi qu’en aient dit ses confrères, profitable à la philologie. Lecteur attentif de l’ensemble autant que du détail, Marulle promeut certaines de ses techniques les plus riches d’avenir dans la science du texte, comme la transposition.

  • 69 A. Grafton, Defenders of the Text. The Tradition of Scolarship in an Age of Science : 1450-1800, Ca (...)
  • 70 Ibid., p. 57-64.

54La défense de l’immense savant qu’est Politien69 montre que la méthode historique de Lachmann a été anticipée par l’humaniste florentin. Politien a vu l’étendue de l’imitation grecque, et initié la recherche des sources ; il a distingué les manuscrits et reconnu la prééminence du codex ancien, « vétuste », établi entre des textes parents un ordre de filiation70. Conjectures, transpositions, verdicts de lacune montrent, en revanche, chez Manille, un souci esthétique de recomposition de l’œuvre que n’ont pas toujours les philologues. Il restitue une image plus ou moins juste de l’ensemble et cherche le projet ; ainsi il a vu la fonction de la répétition, saisi la valeur des formules et des correspondances. C’est que, dans l’empire diversifié des belles lettres, il n’a pas la philologie comme métier, bien qu’il en ait la connaissance ; il s’abandonne à une passion. Comme il n’a pas laissé d’Annotationes, ou de Castigationes, son nom manque dans les histoires de la philologie. Ce n’est pas un professeur, mais c’est un lecteur inlassable, une imagination jaillissante. Cela même est un des caractères les plus nets de son épicurisme et qui le lie à Lucrèce, sans avoir rien de doctrinaire : le jeu avec le langage.

  • 71 Marulle est capable, parce qu’il est étranger à toute idéologie nationale, d’accéder aux forces viv (...)
  • 72 Corrections discutées : 1, 44-49 ; 517 ; 784 s. ; 873s. 2, 17-19 ; 528 ; 1081. 3, 430. 4, 26-53 ; 1 (...)

55Les chemins de la science de l’épicurisme ne passent peut-être pas par Manille, malgré les services rendus à l’édition de Lucrèce, plutôt par le grec que, curieusement, il n’a pas exploité, par Plutarque, ou par Diogène Laërce. Manille, le Graeculus, traduit Lucrèce en latin, non en grec71. Ce n’est pas lui qui remarque les idiotismes grecs de Lucrèce, le grec de son latin, mais Vettori. Il met un texte difficile à la portée d’un public, et le latin qu’il trouve sous la main est le meilleur : c’est celui d’une langue châtiée et de la poésie néo-latine de Pontano. Il est poussé par son statut particulier vers le transfert. Paradoxalement, c’est le Byzantin qui défend le latin, le natif de Montepulciano qui découvre le grec sous le latin. Manille, le Grec, s’identifiait sans doute à un Lucrèce qu’il sentait autre comme lui. Son intérêt pour lui révèle leur différence commune. A ce titre il s’autorise les réécritures latines72.

Notes

1 Cf. M. Lehnerdt, « Lucretius in der Renaissance ». dans : Festschrift zur Feier des 600 jährigen Jubiläums des Kneiphöfischen Gymnasium zu Königsberg in Preussen, Regensburg, 1904, p. 6 s.

2 Sur les pratiques de la correction et de l’émendation, contemporaines de la découverte de l’imprimerie, ope codicum ou ope ingenii ou coniecturae, cf. J.F. D’Amico, Theory and Practice in Renaissance Textual Criticism, Berkeley, 1988. p. 10 s.

3 K. Lachmann, dans : T.L. Cari de rerum natura commentarius, Berlin, 1850, 4e éd., 1882,

4 Cf. I. Dionigi, « Marullo e Lucrezio : tra esegesi e poesia », Res Publica Literarum 8, 1985, p. 47-69, et en particulier p. 53.

5 Cf. C. Moreschini, « Osservazioni sugli Hymni Naturelles di M. Marullo », Res Publica Litterarum 5, 1982, p. 191-204 ; G. Boccuto, « L’Influsso di Lucrezio negli « Inni Naturali » di Michele Marulle », Rivista di Cultura Classica e Medioevale, n. 1-2-3, 1984, p. 117-133. Mais on a toujours tort de s’arrêter aux échos stylistiques ou thématiques. La « forme » résulte d’un faisceau dont ils ne sont qu’un élément.

6 Cf. S. Viarre, « Quelques emprunts de Marulle à la poésie latine classique », dans : Proceedings of the Second International Congress of Neo-Latin Studies, Munich, 1979, p. 1031-1042, et id., « La Place de Marulle dans l’histoire de l’élégie : facture et thématique », dans : L’Elégie romaine. Enracinement. Thèmes. Diffusion, Bulletin de la Faculté des Lettres de Mulhouse, fasc. 10, p. 180-188.

7 Sur la cosmologie des hymnes, cf. Ch. Harrauer, Kosmos und Mythos. Die Weltgotthymnen und die mythologischen Hymnen des Michael Marullus, Vienne, 1994, et F. Mariani Zini, « L’Univers trop harmonieux de Marulle », dans : L. Secchi Tarugi (éd.), Disarmonia, bruttezza e bizzarria nel Rinascimento, Florence, 1998, p. 357-372, et ead., « L’Inquiétude des mondes : Marulle lecteur de Platon et de Lucrèce », dans : A. Neschke (éd.), Le Timée dans la pensée européenne, Louvain, 2000.

8 « Es liegt nicht viel an einem richtig emendierten Autor », écrit F. Nietzsche, dans les fragments posthumes de 1875 (notes préparant l’Inactuelle non achevée, « Nous autres philologues »), Kritische Studienausgabe, vol. 8, p. 89 (5 [168]).

9 Cf. H.A.J. Munro, Titi Lucreti Cari Libri Sex, 1re éd. Cambridge, 1864, 4e éd. revue en 3 vol., 1886, vol. 1, Introduction, p. 10-11.

10 H.A.J. Munro, dans la préface de sa 1re édition (Text, p. VIII) justifie son travail, qui paraît après l’édition de Lachmann : cet énorme amas de notes d’auteurs divers, plus concis que les variorum d’antan, devra à l’avenir, il s’en rend compte, être plus concis encore. Nous lui devons plus qu’une édition intempestive de la dernière heure : une histoire de l’édition, « l’exemple classique du genre qui a fourni à Housmann plus d’une idée pour ses propres préfaces », comme l’écrit E.J. Kenney, The Classical Text, Berkeley, 1974, p. 49 s.

11 Voir K. Müller, « De Codicum Lucretii Italicorum origine », Museum Helveticum 30, 1973, p. 166-178, repris dans son édition, Zurich, 1975, p. 297-319. Depuis M.D. Reeve, « The Italian Tradition of Lucretius », Italia Medioevale e Umanistica 23, 1980, p. 27-48, a dénombré 53 italiens, il en a examiné 52 -aucun ne suppose une autre source ; certains manuscrits auraient par ailleurs eu directement accès à O, ou à une copie médiévale de cet ancêtre. Marulle a-t-il disposé d’une lecture de l’Oblongus autre que celle qu’a copiée Niccoli ?

12 Le manuscrit qui a servi de modèle à Niccoli est perdu. Nous avons sa copie, le Laurentianus 35, 30. On reconnaît la qualité de sa lecture au fait que, lorsqu’il corrigeait, il ne détruisait pas la leçon rejetée. Voir la bibliographie de J.F. D’Amico, Theory, p. 212.

13 Codex Victorianus = Codex Monacensis 816 a.

14 Munich Bayerische Staatsbibl. 4° A lat. a 317. Un autre exemplaire de la même édition de Venise porte les corrections de Marulle et de Pontano, également reportées par Vettori, et Munro y délimite la contribution propre à Marulle par soustraction.

15 L 35, 32, voir H.A.J Munro, Text, ad. 1013.

16 M.D. Reeve, « The Italian Tradition », p. 47.

17 Cf. l’apparat critique de Munro, ad VI, 25. Elles proviennent de l’édition de Venise travaillée par Vettori, cf. Munro, Text, p. 15. Voir aussi ibid., ad II, 465. M.D. Reeve, « The Italian Tradition », p. 45, note la ressemblance entre l’écriture des notes marginales du Laurentianus 35, 25, et de celles de l’un des manuscrits de Munich, le Monacensis 816 a, où ont été reportées les corrections de Marulle, celui dont on fait la source de la Juntine marullienne de Candido. Par contre, une copie de l’édition de Venise, augmentée des corrections transcrites par Vettori et conservée à Paris (BN, Rés., MYc 397), a été étudiée par J. Masson, « Marullus’s Text of Lucretius », Classical Review 11, 1897, p. 307, et id., Lucretius, Epicurean and Poet. Complementary Volume, Londres, 1909, p. 194-195 : elle est annotée par trois écritures. Une des trois mains que l’on y distingue est la sienne : en effet, l’une des corrections qui lui est attribuée par Vettori est introduite par l’affirmation : « Je pense qu’il faut lire… ». D’après J. Masson, « Marullu’s Text », cette main attribue un peu avant, ad VI, 357, un rapprochement avec Homère à Petrus Monachus à qui Pio avait emprunté une copie des lectures de Marulle ; elle a corrigé en plusieurs endroits qui ne sont pas mentionnés par Munro. Les deux autres mains n’ont pas été identifiées, et M.D. Reeve se pose la question de l’émendateur qu’elles transcrivent. Est-ce toujours Marulle ?

18 Voir H.A.J. Munro, Text, ad 551-627, et pour un autre exemple, ibid., ad VI, 25.

19 Sur Bernardinus Cipellarius, voir M.D. Reeve, « The Italian Tradition », p. 31, n. 4.

20 M.D. Reeve, « The Italian Tradition », p. 48.

21 Voir Diogène Laërce. 4, 31 dans la vie d’Arcesilaos, philosophe platonicien fondateur de l’Académie moyenne.

22 « Agrigentinum Empedoclem, quern (sc. Lucretium) nitidissimum Poetam, quum eorum uitio, Thoma Sotherine clarissime, qui aut Philosophiae penitus ignari, aut litterarum humanarum expertes, in eius lectionem incidissent, quaeque minus perceperant, pro suo quisque captu inuertissent, tot uomicis, tot perscatere ulceribus, tot faedis (sic dixerim) confici monstris deprehendissem, quippe qui concerptus, undecumque, miserisque lacer modis, per tam diuersa inter se, parumque sibi constantia exemplaria circumferretur, operae pretium facturum me aexistimaui, summis, iisdem doctissimis adhortantibus uiris, impendioque id a me efflagitantibus, si uetustis, quae in nostra Urbe optimarum omnium artium, ac disciplinarum iam inde a iactis fundamentis altrice nacti sumus, collatis exemplaribus, praestantissimorum aetatis nostrae uatum Pontani, Marullique obelis, temere inducta expungendo, adhibitis, tam putida in eleganti poeta manantia ulcera, non splenio, quod factum antehac est a plerisque contegerem, quin ad vivum usque penitus radicibusque exantlarem. Marullus sane amicus olim noster iucundissimus, cuius in hoc oper censuram potissimum secuti sumus, Lucretianae adeo veneris per omnem aetatem studiosus fuit, ut nuspiam fere, non eo comite itaret, numquam cubitum (quod de Archesiao, Homerique rapsodia traditur) nisi perlectis aliquot exploratisque Cari carminibus sese reciperet. Quin etiam ex miseranda illa in mediis Cecinae, undis latinarum musarum iactura, cladeque insigni, unus est Lucretius receptus ».

23 Ce vers dans une copie de l’édition de Venise (Paris BN, Rés. MY c 397, voir plus haut n. 13), est accompagné de la glose : « puto legendum ventique calore ».

24 Cf. I, 154 ; VI, 57 et 91.

25 Voir cependant les réserves de Bailey, ad loc., et la référence à un emploi virgilien (Enéide, I, 274) qui pourrait confirmer la leçon des manuscrits.

26 Voir encore I, 1086, 1085, IV, 251, 250, et 261, 260 (la catoptrique).

27 Adoptée par Lachmann, Munro, Bailey, Martin.

28 « Elle est plus encline à se mouvoir quand elle est poussée par une cause légère » (Bailey, le comparatif portant sur l’ensemble de la phrase).

29 Voir, par exemple, la fin du paragraphe 130 dans La Lettre à Ménécée d’Epicure.

30 Voir Ch. Harrauer, Kosmos und Mythos, p. 66 s., pour mens, principe divin chez l’homme dans les Hymni naturales, suivant Platon.

31 Bailey vol. II, ad loc, accepte le texte, mais à son corps défendant : « I agree with Munro that in spite of its ackwardness the text of OQ should be retained ». On peut mieux argumenter que par le rejet des propositions faites. Ernout, qui corrige, est entraîné par le parallélisme à traduire comme s’il ne le faisait pas.

32 Voir la correction qu’il suggère plus haut.

33 Lucrèce, I, 782-786.

34 Héraclite, fr. 60. Voir J. Bollack et H. Wismann, Héraclite ou la séparation, 1re éd., Paris 1972, éd. revue en 1995, p. 205.

35 Cf. la discussion de ce passage dans mon article : « Un Désaccord de forme : Lucrèce et Héraclite », dans : Actes du VIIIe Congrès de l’Association Guillaume Budé, Paris, 5-10 avril 1968, Paris, 1969, p. 386 s.

36 « …the change is considerable », Bailey, II, ad loc. (qui accepte néanmoins la correction ; Munro la disait « peremptorily required », Text, ad loc.).

37 Cicéron, De Natura deorum, II, 33, 84

38 Chaînon restitué : il manque en effet vraisemblablement un vers après le v. 860.

39 Alit auget au v. 873 est une variation du v. 859, auget… alitque.

40 Lucrèce, I, 895 et s.

41 Voir VI, 131 : le pariter de Marulle n’a pas été accepté, mais il a supprimé un paruum plus simple, qui n’a plus été repris et qui pourrait être juste : la petite vessie produit un petit son.

42 En II, 164, il remplit la lacune indiquée par Pontano à l’aide d’un vers de son crû, qui s’applique aux atomes, et maintient le caractère absolu de la séparation : nam neque consilio debent tardata morari (« unmeaning », juge Munro, Text, ad loc.).

43 Voir H.A.J. Munro, II, p. 135, ad v. 292.

44 La correction qui n’a pas été retenue n’est pas toujours notée dans les apparats.

45 Encore adopté par Ernout.

46 Cf. les v. 45-48 ; 26-43 ; 515-5 ; 44. Sur cette correction, voir mon livre, La Raison de Lucrèce, Paris, 1978, p. 53 et s.

47 Voir l’apparat de H.A.J. Munro. Il ne figure pas dans la Juntine.

48 Cité d’après H.A.J. Munro.

49 Unum affirmare ausim « omnis enim » cum quinque sequentibus ex prologo cum abundent, demendos esse (Avanzi, dans la 1re Aldine, qui ne les supprime pas, mais les déplace après 61).

50 Martin. Bailey, Bignone (cf. Rivista di Filologia classica 47, 1919, p. 423) les font précéder d’une lacune ; Diels les met entre crochets, comme un doublet.

51 Ernout les imprime en italiques. Voir Ernout-Robin, Lucrèce, De Rerum natura. Commentaire exégétique et critique, Paris, 1925.

52 Voir aussi Bailey. Sur ces vers, voir mon livre, La Raison, p. 201s.

53 La copie de Vettori donne à Marulle, au lieu de ce vers, (que Lambin ne revendique pas, contrairement aux indications d’Ernout) simplement un nunc vero, substitué au uersibus du vers 529 : « Marullus’ first thought » (cf. Munro, Text, ad loc.).

54 Sur le procédé de l’asyndète, chez Epicure, cf. J. Bollack, La Pensée du plaisir, Paris, 1975, p. 625.

55 Sa réfection : gauderet praelonga senex aut cornua senex coule comme le vers d’Ovide, Ars, 3, 78 : nec faciunt cervos cornua iacta senes, qui lui a peut-être fourni ses mots.

56 Que Lambin retient, mais case après le vers 823.

57 Munro, Text, II, ad loc.

58 Voir cependant Martin.

59 Munro après Lachmann.

60 Ernout.

61 Cf. H.A.J. Munro, Text, p. 13.

62 Marulle, Epigrammes, I, 16, v. 5.

63 Voir mon livre, La Raison, p. XXXV.

64 Il parle d’une correction de II, 44, qui n’a pas été retenue par les éditeurs, tumefactae (peut-être inspiré par Ovide) pour un timefactae rare (mais le mot se trouve aussi dans Cicéron) : cf. P. Vettori, Explications, p. 33 : « Fuit autem Marullus, admirabilis ingenii uir, et elegantissimus poeta, Lucretiique in primis ita studiosus, et admirator, ut fere nunquam e manibus dimitteret : magnam praeterea in eo, cum foedissimis mendis scateret, purgando collocauit, multaque foeliciter restituit. Quandoque tamen cum nimis ingenio suo indulgeret, nonnulla quae corrigere uoluit, deprauavit : parum enim manu scriptos codices, cum tarn corruptos passim inueniret, sequebatur ; quaeque suo iudicio probasset, ea recta iudicans, multis locis deceptus est ».

65 A. Grafton, Joseph Scaliger. A Study in the History of Classical Scholarship, Oxford, 1983, p. 170 s.

66 Voir Epigrammes, III, 11, 1-2 ; Epigrammata Varia, 1, 13 et Michaelis Marulli Carmina, éd. A. Perosa, Turin, 1951, Index nominum, sv Oarion.

67 Cf. J.J. Scaliger, Castigationes, p. 80s. : « Nullus enim ueterum auctorum ita male ab ullo correctorum acceptus est, ut Lucretius ab illo audace Graeculo… Rapidum quidem ingenium Marulli fuit, et torrens, sed quod uersibus nunc bonis nunc malis ex tempore effutiendis potius quam bonis auctoribus emendandis natum uidetur ». Pour la défense de Politien contre Muret et Marulle, cf. ibid., p. 101-102.

68 J. Bernays, Joseph Justus Scaliger, Berlin, 1855, réimpr. 1965, p. 6.

69 A. Grafton, Defenders of the Text. The Tradition of Scolarship in an Age of Science : 1450-1800, Cambridge (Mass.), 1991, p. 47-75.

70 Ibid., p. 57-64.

71 Marulle est capable, parce qu’il est étranger à toute idéologie nationale, d’accéder aux forces vives de l’humanisme. Voir C. Dionisotti, c.r. du livre de Benedetto Croce sur Marulle, Bari 1938 dans : Giornale Storico della Letteratura ltaliana 115, 1940, p. 83-87.

72 Corrections discutées : 1, 44-49 ; 517 ; 784 s. ; 873s. 2, 17-19 ; 528 ; 1081. 3, 430. 4, 26-53 ; 179. 6, 131.

© Presses universitaires du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search