Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire critique de la RSE

 | 
Nicolas Postel
, 
Richard Sobel

Pratique

ONG

Guillaume Delalieux

Texte intégral

1Le développement des processus de RSE a vu apparaître un acteur politique en apparence nouveau dans les relations que les entreprises entretiennent avec les différents acteurs de leur environnement : les ONG. Indéniablement légitimées par la nouvelle conception du rapport social que portent les processus RSE, incitant notamment les entreprises à dialoguer avec leurs parties prenantes, les ONG se sont rapidement imposées comme les acteurs phares de ces parties prenantes, le plus souvent devant des acteurs traditionnels comme les syndicats de travailleurs ou les pouvoirs publics qui bénéficient d’un capital sympathie auprès de l’opinion publique bien moindre. L’émergence des ONG est souvent présentée dans la littérature académique au travers de discours naturalisant comme le résultat d’une émergence spontanée de mécanismes de marché portés par des entrepreneurs institutionnels avec des pouvoirs publics laissant faire. Nous montrerons que l’influence de ces derniers dans le développement de l’activité des ONG en matière de RSE reste cependant considérable. Cette légitimation du rôle des ONG dans les processus de RSE a été largement encouragée par des pouvoirs publics désireux de favoriser le développement de mécanismes de marché plutôt que leur propre intervention, conformément à la doctrine du néo-libéralisme. Dans le même temps la plupart des grandes entreprises, après une première période de méfiance vis-à-vis de ses nouveaux acteurs, plébiscitent les partenariats avec les ONG en particulier auprès de celles combinant popularité et réformisme modéré. Cette stratégie vise-t-elle simplement à affaiblir États et Syndicats, autrefois détenteurs de la parole politique, ou initie-t-elle une nouvelle forme, plus complexe de dialogue politique lié à la financiarisation/mondialisation du capitalisme ?

2La littérature existante sur le sujet en management est ambivalente. Le courant dominant des recherches sur les ONG cherche le plus souvent à améliorer l’efficacité de leurs pratiques en souscrivant implicitement à la vision prônée par le New Public Management d’un management calqué en partie sur celui des grandes entreprises privées, comme une pratique universelle supérieurement efficace, générique et pouvant de ce fait s’appliquer à tout type d’organisation (entreprise, administration, association). À l’opposé, la littérature peut être critique à l’extrême, certains assimilant les ONG à un cheval de Troie des politiques néolibérales qui les accompagneraient et faciliteraient leur développement (Banerjee, 2011) notamment dans les PVD ou les ONG seraient chargées d’atténuer la violence d’une mondialisation économique débridée. D’autres, dans un registre différent, cherchent à préserver, dans un réflexe de délimitation disciplinaire d’une chasse gardée très franco-français, la pureté d’un modèle originel associatif idéalisé notamment par Tocqueville comme « havre de paix » permettant l’expression de comportements altruistes et désintéressés (celle notamment du bénévolat) impossibles dans la sphère économique. Les ONG posséderaient leur ontologie propre, elles ne seraient saisissables qu’au travers d’une anthropologie du don, désintéressée, et rétive par nature à toute tentative de professionnalisation ou de discours portant sur l’efficacité, au risque de marginaliser le phénomène.

3Dans les deux cas de figure, cette apparente irruption des ONG participe à une reconfiguration des rapports de force entre acteurs traditionnels. Dans la mesure où les effets de cette reconfiguration sont le plus souvent occultés par des discours ventant l’efficacité, la plus grande transparence et la dimension participative des dispositifs mis en place par les ONG, nous chercherons dans cet article à tracer une voie médiane entre ces deux extrêmes permettant de souligner la nouveauté, l’intérêt mais aussi la très grande fragilité politique de ce nouvel et incertain acteur que sont les ONG.

Définitions, origines, contexte

4Comme leur nom l’indique, les Organisations Non Gouvernementales tendent généralement à être définies plus par ce qu’elles ne sont pas (non gouvernementales) que ce qu’elles sont. Le conseil de l’Europe définit les ONG internationales comme des organismes de droit privé à but non lucratif justifiant d’une utilité internationale et exerçant leur activité dans au moins deux États signataires (convention 124 du 27 avril 1986). L’acception populaire de la notion d’ONG reste cependant beaucoup plus large. Cela est d’autant plus vrai que les frontières avec des organisations plus classiques, gouvernementales, économiques ou syndicales sont de plus en plus évanescentes, du fait de l’irruption de ces dernières au sein de la société civile. Les acronymes anglo-saxons GONGO (Governement Owned NGO) et BONGO (Business Owned NGO) servent à caractériser cette pratique consistant pour une organisation à défendre ses positions au sein de la société civile en avançant masqué (larvatus prodeo) de manière à rendre ses positions moins aisément soupçonnables de défendre des intérêts corporatistes. Ce flou relatif bénéficie aux ONG qui sont tout à la fois considérées comme légitimes pour agir, mais non responsables de l’échec des médiations « organisées » par les interlocuteurs plus statutaires (syndicats, pouvoirs publics, entreprises). Elles en tirent une grande popularité mais l’efficacité de leur action peut en souffrir manquant, dans la plupart des cas, d’une base solide leur permettant de représenter à elles seules une véritable force de transformation.

5Les principaux domaines d’activité des ONG en matière de RSE sont centrés autour de la prestation de service, de la régulation et du plaidoyer (Bartley, 2012). L’origine des ONG semble tout aussi variable que peuvent l’être les discours sur les origines en général, selon la définition retenue mais aussi selon les intérêts que certains peuvent avoir à leur trouver une filiation ancienne ou plus récente. Au sens moderne, leur émergence est relativement récente en France (années 1960-1970, Ryfman, 2004) avec une accélération marquée que certains lient au désengagement de l’État, désengagement résultant lui-même des réformes inspirées des principes du New Public Management. Les principes de ces réformes peuvent expliquer comment le politique, après avoir été longtemps réticent et méfiant vis-à-vis de cette catégorie d’organisations, lui reprochant notamment son défaut de représentativité démocratique, est devenu très soucieux aujourd’hui de lui déléguer une partie des fonctions qu’il exerçait préalablement (Hély, 2009). Considérant les associations comme des sous-traitants de l’État, mais aussi afin de les associer de manière étroite au processus de démocratie participative, les ONG permettent aux pouvoirs publics de légitimer un processus de consultation politique ayant lui-même atteint ses limites (technocratie et gouvernements des experts). En tant que catégorie de partie prenante, la présence des ONG est même devenue nécessaire dans la plupart des processus de consultation politique (type Grenelle de l’Environnement) sur différentes thématiques de société, l’enjeu clé pour les politiques consistant à s’assurer de leur participation initiale aux discussions.

6Sur le temps long, l’émergence récente des ONG dans le domaine de la RSE peut aussi être interprétée comme le résultat d’un processus de sécularisation d’une action religieuse dans ce domaine beaucoup plus ancienne. Il est en effet possible de rapprocher l’action moderne des ONG de commerce équitable des premières formes de commerce équitable mis en place par les jésuites au Nicaragua aux XVIIe et XVIIIe siècles (Graham, 1998) ou sous un angle moins favorable, de rapprocher les partenariats modernes ONG – Entreprises dans les pays en développement, du rôle que certains missionnaires religieux ont pu jouer pour accompagner le processus de colonisation à la même époque. Si la perspective historique du temps long porte à questionner le rôle politique que les ONG modernes jouent dans le processus de mondialisation contemporaine à la lumière de celui joué par les organisations religieuses au moment de la colonisation, la perspective plus récente occulte plus volontiers ces questionnements.

7En tant qu’acteurs phares de la société civile, les ONG accompliraient un rôle de médiation sociale capable de pacifier et de réconcilier les points de vue divergents des autres acteurs de la société sur une adaptation libre du modèle de l’éthique de la discussion à la Habermas maintes fois cité dans les travaux en management (Scherer, Palazzo, 2007). Une discipline qui s’est d’ailleurs récemment emparée des ONG comme objet d’étude, à la différence des disciplines voisines comme la sociologie ou les sciences politiques, disciplines pour lesquelles les ONG sont un objet d’étude aussi ancien et naturel que l’entreprise peut l’être pour les sciences de gestion. D’un autre côté, les exigences plus récentes mais croissantes de reporting financier et opérationnel auxquelles les ONG sont soumises par leurs financeurs, donnent un sens à une analyse des ONG sous l’angle de l’efficacité et de la théorie des organisations, même si l’étude des ONG reste majoritairement en lien avec les questions de RSE (relations ONG – Entreprises étant l’angle d’approche le plus fréquemment privilégié) et plus rarement afin de la questionner sous l’angle de l’efficacité de leur action, en tant qu’organisation.

ONG et théorie des organisations

8La question théorique de la spécificité des ONG fait débat entre les partisans d’une spécificité des ONG et ceux qui à l’opposé considèrent les ONG comme des entreprises comme les autres. Entre ces deux extrêmes, des pistes d’analyse des ONG en théorie des organisations et sciences de gestion semblent néanmoins possibles. Les questions classiques en théorie des organisations (taille, structure, mode de coordination, règles de fonctionnement, de sélection des membres…) sont inégalement traitées. La question du degré de coordination de l’action semble particulièrement importante, puisqu’elle est supposée marquer la limite entre d’un côté des Mouvement Sociaux plus spontanés et celui des ONG plus structurées et coordonnées. La question du degré d’organisation de l’action des Mouvements Sociaux et ONG fait écho aux débats du début du XXe siècle concernant le degré de structuration des partis politiques opposant le point de vue d’un Lénine arguant de la nécessité d’une telle structure pour stimuler la conscience de classe à celui d’un Michels et sa loi d’airain de l’oligarchie (Snow, Soule, Kriesi, 2004) illustrant la possible dénaturation d’un mouvement politique par son organisation formelle. Certaines analyses tendraient à montrer que le degré croissant d’institutionnalisation augmente le risque de cooptation des membres et diminue d’autant la portée critique de leurs pratiques (Davis et alii, 2005), une trop grande structuration des ONG et un rapprochement trop important avec les acteurs économiques et gouvernementaux tendraient là aussi à limiter les capacités critiques effectives des ONG notamment dans le domaine de l’environnement (Rootes, 2004).

9Plus proches des problématiques classiques de gestion en entreprise, les ONG sont par définition, en tant qu’organisations, confrontées à des problèmes organisationnels (Queinnec, Igalens, 2004) de recrutement, de financement, de logistique, de communication et de marketing. Ces derniers se posent avec une acuité particulière du fait de l’intensification de la concurrence entre ONG. Si l’existence de ces problèmes ne peut raisonnablement être niée, leur examen ne doit pas pour autant faire perdre de vue les dimensions politiques et stratégiques de l’action des ONG. Comme le soulignaient Davis et alii (2005), les pratiques développées par les entreprises peuvent alors se révéler être des pistes de réflexion fécondes pour une application de ces pratiques ajustée au contexte des ONG, de la même manière qu’à l’opposé, les catégories classiques d’analyse des sciences politiques (pouvoir, élites, etc..) peuvent présenter des pistes fécondes pour l’analyse des entreprises (travaux beaucoup plus anciens dans ce domaine).

10Cependant, de la même manière que la prise de pouvoir de la finance de marché court-termiste au sein de la gouvernance des grandes entreprises a pu avoir des effets délétères sur les pratiques d’entreprises, la professionnalisation en cours des ONG voulues notamment par les pouvoirs publics n’est pas exempte de dérives, cela d’autant plus que le terme de professionnalisation peut recouvrir des acceptions bien différentes.

Limites et risques de dérives

11Les dangers de la professionnalisation des ONG tiennent notamment dans sa définition même, qui peut signifier des choses très différentes. Si pour les entreprises, professionnalisation rime le plus souvent avec capacité à fournir des services sur une base commerciale, pour les pouvoirs publics elle va se mesurer en fonction de la capacité de l’ONG à adopter les structures adéquates pour répondre aux appels d’offres, et offrir la transparence voulue pour mesurer l’efficacité des programmes. Ces pressions importantes exercées sur les ONG ont participé à la création de services commerciaux, de reporting, de communication et de marketing parfois en provenance directe des business schools ou des départements similaires des grandes entreprises (Lefevre, 2007) et aboutissant parfois à des dérives commerciales. La réforme des relations entre ONG et pouvoirs publics inspirée des principes du New Public Management peut amener une focalisation excessive des donneurs d’ordre/financeurs au moment des appels d’offres et des évaluations sur des indicateurs de performance souvent réducteurs ignorant la complexité des dimensions qualitatives des ONG. La mise en concurrence lors des appels d’offres des associations sur des quasi-marchés, c’est-à-dire entre les associations mais aussi avec des entreprises publiques ou privées aux ressources et contraintes (convention collective par exemple) bien différentes, peut aboutir à des dérives. Le comportement de certaines agences étatiques comme les ARS dans le domaine de la santé par exemple vis-à-vis des répondants aux appels d’offres n’a ainsi rien à envier à celui des acteurs de la grande distribution face à leurs fournisseurs. Les associations deviennent alors de simples prestataires de service sommés de réduire les coûts et les délais au détriment de la qualité de leur mission.

12De manière indirecte, sous couvert de professionnalisation et d’augmentation de la part des financements provenant directement d’entreprises, certains acteurs économiques attendent des ONG un comportement moins conflictuel, basé sur la collaboration, plus proche de leurs attentes directes. Si des ONG comme Greenpeace continuent d’être perçues comme radicales par le grand public du fait de certaines tactiques spectaculaires parfois employées, elles n’en restent pas moins réformistes en matière d’agenda politique puisque ne s’opposant pas aux règles fondamentales de fonctionnement du capitalisme (propriété privée, accumulation des capitaux, hiérarchie au travail) mais cherchant plutôt à le réformer à la marge. De manière indirecte, les pouvoirs publics ont tendance à conditionner les financements des ONG, explicitement ou pas, en fonction de leur propension à ne pas menacer les intérêts des entreprises qui représentent des intérêts économiques, des emplois et des taxes. (Bartley, 2007) parle de processus de canalisation de l’action des ONG, leur faisant ainsi perdre une bonne partie de leur répertoire tactique d’actions, et donc limitant leur capacité d’action.

13Sous couvert d’une professionnalisation insuffisamment explicitée, se déroulerait en fait un processus de domestication des ONG, notamment de leur capacité à interpeller les acteurs économiques et les pouvoirs publics en défendant des intérêts autres qu’économiques ou politiques, au sens de la majorité démocratiquement élue. La fonction politique des ONG dans les régimes démocratiques, comme rempart contre la tyrannie de la majorité, s’en trouverait alors menacée.

14Cette dernière vision de la fonction des associations au sein des régimes démocratiques, mérite toutefois d’être nuancée ici. Cette croyance implicite dans la capacité des ONG à réformer les pratiques des acteurs économiques, et même plus largement la vie politique, se heurte à des obstacles à la fois pratiques et théoriques. Sur le plan pratique, les ressources (financières, humaines, techniques…) à disposition des ONG restent sans commune mesure par rapport à celles qui sont consacrées par les entreprises privées pour influencer la société, la stratégie politique des entreprises, objet d’analyses plus récente et beaucoup moins développées dans le monde français (Courty, 2006) et anglo-saxon (Barley, 2010). De manière assez curieuse d’ailleurs, quoiqu’explicable en partie, les études consacrées à l’étude de ces phénomènes semblent inversement proportionnelles aux ressources à disposition des acteurs. La prolifération des études dans le champ de la RSE sur les bonnes pratiques des entreprises et les partenariats fructueux entre ONG et entreprises tranchent de manière radicale avec la quasi-absence d’études du phénomène inverse. Cette disproportion est caractéristique d’une sorte « d’effet lampadaire » déformant la perception de l’importance de chacun de ces phénomènes. Ce constat nécessite de rester vigilant pour éviter de tomber dans le piège d’une vision dominante qui véhicule une conception excessivement positive de la capacité des ONG, et plus largement des acteurs de la société civile, à réformer la société.

15Les rares études ayant porté sur l’efficacité des dispositifs développés par les ONG en matière de certification des pratiques sociales et environnementales (Wells, 2007 ; Ponte, 2008) soulignent les nombreux travers de ces démarches : en plus d’une efficacité limitée par des faiblesses organisationnelles internes tout autant que des relations de pouvoir externes déséquilibrées (Wells, 2007) ces dispositifs constituent une véritable bureaucratie néolibérale, dont le coût est injustement réparti (Ponte, 2008) entre les différents acteurs économiques. Plus largement, le développement de ces dispositifs se fait le plus souvent au détriment de mécanismes alternatifs, potentiellement plus émancipateurs comme le militantisme syndical ou la régulation étatique classique qui, bien que très peu efficace, pourrait néanmoins être l’objet de plan d’aide visant à les réformer. Cela nécessiterait cependant que les acteurs concernés comme le FMI et la Banque Mondiale se départissent de la doxa néolibérale véhiculée au travers des Plans d’Ajustement Structurels enjoignant les états à réduire au maximum leurs services publics afin de laisser place à l’initiative privée.

16Face à ce constat, penser que les mécanismes de marché développés par les ONG seraient en capacité de résoudre ces problèmes complexes que les États eux-mêmes peinent à solutionner, relève au mieux de la simplicité naïve ou de la complicité coupable avec une croyance qui réussit à réunir les partisans du libre marché et de la non-intervention de l’État avec ceux plus à gauche, critiquant les tendances totalitaires de l’État.

17Des conceptions alternatives de la société civile, plus critiques et reprenant les développements par les premiers penseurs de l’École de Francfort notamment (White, 2002), mériteraient d’être prises en considération afin d’orienter l’agenda des recherches futures. Il se pourrait en effet que sous couvert de représenter une forme de démocratie supérieure, plus participative, les ONG participent en fait à légitimer des formes de domination sociale moins visible (Murphy, 2010). Au lieu de contribuer à entretenir (in)volontairement l’idée de leur efficacité supérieure, il serait bénéfique de s’attacher à montrer les limites de l’action des ONG, et le moment où leur action nécessite d’être relayée par celle d’acteurs institutionnels plus puissants (partis politiques, pouvoirs publics et même syndicats) sous peine de voir l’action des ONG s’essouffler et être instrumentalisée par les acteurs auxquelles les ONG cherchaient précisément à s’attaquer…

18Sur ce point comme sur d’autres, les processus de RSE en délégitimant certains acteurs et en en légitimant d’autres, doté de pouvoirs normatifs et positifs moindres, ont certes allumé des contre-feux à la toute-puissance de la finance, mais des contre-feux dont les effets secondaires pourraient être délétères si les institutions internationales ne confortent pas ces nouveaux acteurs et ne tissent pas des liens cohérents entre anciennes et nouvelles forme de régulation.

Bibliographie

Banerjee S.B. (2011), « Voices of the Governed: towards a theory of the translocal », Organization, 18(3), p. 323–344.

Barley S.R. (2010), « Building an Institutional Field to Corral a Government: A Case to Set an Agenda for Organization Studies », Organization Studies, 31(06), p. 777-805.

Bartley T. (2007), « How Foundations Shape Social Movements: The Construction of an Organizational Field and the Rise of Forest Certification », Social Problems, vol. 54, n° 3, p. 229-255.

Beer C. T., Bartley T., Roberts W. T. (2012), « NGOs: Between Advocacy, Service Provision, and Regulation », in Levi-Faur D. (dir.), the Oxford Handbook of Governance, Oxford, Oxford University Press, p. 325-338.

Courty G. (2006), Les Groupes d’intérêt, Paris, La Découverte, coll. « Repères ».

Davis G. F., McAdam D., Scott W. R., Zald M. N. (2005), Social Movements and Organization Theory, New York, Cambridge University Press.

Graham C. (1998), A Vanished Arcadia, Being Some Account of the Jesuits in Paraguay, 1607 to 1767, Project Gutenberg.

Lefevre S, (2007), « Le sale boulot et les bonnes causes : institutionnalisation et légitimation du marketing direct au sein des ONG », Politix, 3, n° 79, p. 149-172.

Murphy J. (2008), « The Dark Side of the Third Sector », in Taylor R. (dir.), Third Sector Research, New York, Springer, p. 253-268.

Ponte S. (2008), « Greener than thou: The Political Economy of Fish Ecolabeling and its Local Manifestations in South Africa », World Development, vol. 36, n° 1, p. 159-175.

Queinnec E., Igalens J. (2004), Les organisations non gouvernementales et le management, Paris, Vuibert, coll. « Vital Roux ».

Rootes C. (2004), « Environmental Movements », in Snow D., Soule S., Kriesi H. (dir.), The Blackwell Companion to Social Movements, Oxford, Blackwell Publishing, p. 608-640.

Scherer A.-G., Palazzo G. (2007), « Toward a political conception of corporate responsibility: business and society seen from a habermassian perspective », Academy of Management Review, 32 (4), p. 1096-1120.

Snow D., Soule S., Kriesi H. (2004), The Blackwell Companion to Social Movements, Oxford, Blackwell Publishing.

Wells D. (2007), « Too Weak for the Job: Corporate Codes of Conduct, Non-Governmental Organizations and the Regulation of International Labour Standards », Global Social Policy, 7(1), p. 51-74.

White S. K. (2002), « Skeptics at the Celebration Civil Society and the Early Frankfurt School », in Rosenblum N. L., Post R. C. (dir.), Civil Society and Government, Princeton NJ, Princeton University Press.

Annexes

Voir aussi

Corégulation, Frontières de la firme, Indicateurs de richesse, ONG, Partenaires sociaux, Partenariats public-privé, Patrimoine commun, Union Européenne

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540