Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire critique de la RSE

 | 
Nicolas Postel
, 
Richard Sobel

Pratique

Indicateurs de richesse

Florence Jany-Catrice

Texte intégral

  • 1 Cela n’est d’ailleurs pas propre à la richesse, et on peut faire ce constat de nombreux indicateurs (...)

1Les réflexions autour de la richesse et de sa mesure sont aussi anciennes que l’économie politique (Méda, 1999). Depuis le XVIIIe siècle, les économistes ont intimement imbriqué ces deux questions, conceptuelle et de mesure, jusqu’à atteindre le paroxysme actuel où un portefeuille d’indicateurs suffit parfois à incarner le concept1.

Les dé-mesures

2Au cours des quarante dernières années, la question sur les richesses et leur mesure semblait résolue, tant le capitalisme s’accommodait, en guise de finalité, d’une croissance continue et illimitée de la production et des consommations afférentes. Ce consensus a néanmoins été largement effrité, par la multiplication des constats des démesures engendrées par le système capitaliste. Démesure financière d’abord, qui se traduit par des systèmes comptables progressivement désincarnés des réalités tangibles qu’ils étaient censés refléter, et produisant des outils favorisant les bulles spéculatives, et dont les résultats finissent par échapper à la maîtrise humaine. Démesure des principaux outils de la régulation macroéconomique, ensuite. Ils se sont progressivement autonomisés de la raison humaine pour constituer de véritables outils de pilotage automatique (Ogien, 2010). L’hétéronomie de ces outils de régulation a fait place à une hégémonie qui leur est peu contestée : de moyens raisonnés et fruit de compromis, quelques outils macroéconomiques, véritable expression de valeurs accordant une large priorité à l’économie marchande et monétaire, sont devenus des finalités. La quête d’expansion continue du capital s’est accommodée de ce pilotage automatique, omettant souvent d’interroger le sens de ce qui est produit : la croissance est exigée pour elle-même. Démesure enfin liée au hiatus croissant entre, d’un côté, des indicateurs économiques et financiers, ressources et contraintes pour l’action publique, et de l’autre, un sentiment croissant parmi les citoyens que ces « instruments de gouvernement » (Lascoumes, Le Galès, 2005) ne reflètent pas ou plus, ni les réalités sociales et humaines, ni les nouveaux enjeux. Ce hiatus est largement lié à l’accroissement des inégalités économiques et sociales, productrices d’hétérogénéité croissante parmi les individus, dont les indicateurs « de moyenne », sur lesquels la statistique s’appuie copieusement, ne rendent pas compte.

3C’est dans ce contexte que la question de nouveaux indicateurs a émergé. Des acteurs très divers, organismes internationaux, collectifs citoyens, etc. ont élaboré des mesures visant à exprimer autrement les « richesses », le « progrès », voire, la soutenabilité, dans une période où les enjeux, de plus en plus pénétrés par les urgences environnementales et sociales, se sont amplement déplacés. Sont ainsi apparus des batteries d’indicateurs de développement durable (Guibert, 2007), des indices de développement humain (Pnud, 1990), des empreintes environnementales (empreinte économique, empreinte eau…) ; des indices composites sociaux à l’instar du baromètre des inégalités (Bip40) ou de l’indice de santé sociale (ISS). Des tentatives d’ajustement du PIB, comme les PIB verts, ou l’indicateur de bien-être économique (Osberg, Sharpe, 2002) ajoutent à l’agrégat des activités que son périmètre conventionnel ignore, et lui retranchent des coûts engendrés par le système productif.

4Quelle que soit leur diversité et les débats autour de la pertinence de ces initiatives, ces initiatives s’élaborent dans un environnement cognitif très particulier duquel leurs promoteurs, en quête permanente de légitimité, ne peuvent totalement s’extraire.

Un environnement contraignant

5La première contrainte part du constat que le PIB et la croissance ont constitué pendant les dernières années l’étalon principal de la richesse et du progrès dans la formation des jugements collectifs. Une deuxième contrainte est liée au rôle joué dans les sociétés contemporaines par la quantification, c’est-à-dire ce processus qui consiste à transformer des variables, des énoncés, des mots et des règles en information chiffrée. Cette production d’arguments quantifiés prend les atours de l’argumentaire suprême, c’est-à-dire, scientifique, et axiologiquement neutre, du fait que les données numérisées peuvent intégrer des dispositifs de raisonnement de logique mathématique. Cette illusion de la neutralité axiologique occulte le fait que la quantification est le fruit d’un double processus : celui par lequel il faut « convenir » de ce que l’on cherche à mesurer, puis celui qui vise à mesurer (Desrosières, 1993). L’analyse de leur contenu doit être fournie conjointement à celle des conditions institutionnelles et sociopolitiques de leur émergence, et de leur validation sociale.

Une diversité de processus de légitimation

6L’élaboration de nouveaux repères relatifs au progrès, qui viendraient compléter voire se substituer à des indicateurs aussi hégémoniques que la croissance, se déroule dans une période paradoxale marquée, en particulier en temps de crise, par une crispation politique autour de la croissance économique et des outils conjoncturels financiers : comment envisager que de nouveaux indicateurs puissent gagner en légitimité, qu’ils circulent, se diffusent, qu’ils soient progressivement appropriés par les acteurs, dans ce contexte ? Des travaux qui se sont attachés à ces questions, on extrait trois modalités – non exclusives les unes des autres – de légitimation.

7Un premier courant s’appuie sur des indicateurs conçus par des experts. Ces derniers sont équipés tout à la fois de leur référentiel théorique et de leur système de valeurs qui interviennent pour légitimer « scientifiquement » les choix opérés. Ainsi, le rapport de la commission Stiglitz (2009) est intéressant tant du point de vue de son processus d’élaboration véritable fruit d’un travail en chambre, que du point de vue de ses résultats, interprétables comme une succession de propositions émanant d’Écoles de pensées différentes : théorie des capabilités de Sen, économie du bien-être, économie du bonheur (dont les chercheurs les plus emblématiques étaient membres de la Commission Stiglitz) : Daniel Kanheman, Amartya Sen, Tony Atkinson, etc. (Méda, Jany-Catrice, 2010). Émanant souvent de la science économique, ces approches privilégient les indicateurs monétarisés, y compris pour valoriser des grandeurs non marchandes (production domestique ; activité bénévole ; valorisation monétarisée du capital humain, social ou environnemental). Elles mobilisent, pour ce faire, un appareillage théorique qui repose souvent sur l’hypothèse d’une substituabilité faible entre les grandes dimensions du développement durable, à l’instar de l’épargne nette ajustée, élaborée par la Banque mondiale.

8Un deuxième courant prend pour socle de légitimité le point de vue des individus. Partant du postulat que les concepts à appréhender ont toujours un degré élevé de subjectivité, les économistes qui les mettent en pratique considèrent que l’objectivation ne peut reposer que sur une collecte de choix et sentiments individuels. Adossées à une conception relative aux préférences individuelles, ces approches fondent leurs mesures sur des données issues de questionnaires administrés aux individus, en utilisant diverses méthodes, allant de simples questions relatives au niveau de « bonheur », à l’élaboration d’indices de satisfaction de vie, dont les évolutions seront mises en lien avec celles d’autres variables, de manière à révéler ou pas des corrélations (Easterlin, 1974 ; Kahneman, Krueger, 2006). En privilégiant un bien-être individuel, dont les agents sont censés poursuivre la maximisation, la notion de bien commun, et de sa préservation est, dans ce courant, abandonnée. De même que sont ignorées les conséquences d’un usage exclusif de ce type d’exploration subjectiviste sur les libertés individuelles et sur les responsabilités sociales (Sen, 2004).

9Un troisième courant émanant de chercheurs issus de différentes disciplines (économie institutionnaliste, sociologie, philosophie) développe, à partir des travaux de Méda (1999), le concept d’un bien-être collectif, non réductible à une somme de bien-être individuels, et argue l’existence d’un patrimoine commun (naturel et social) qui échoit à chaque génération (Méda, 2008), dont il s’agirait de faire l’inventaire et dont il faudrait suivre les évolutions (Perret, 2002 ; Méda, 1999 [2008] ; Gadrey, Jany-Catrice, 2005). Il s’interroge sur la manière de prendre en considération les évolutions d’agrégats renvoyant à la question des biens communs, de l’intérêt général, des évolutions de patrimoines collectifs. L’intérêt de ce courant est de ne pas découpler les questions d’ordre internaliste et conceptuel, de questions d’ordre plus externaliste, explorant les conditions institutionnelles par lesquelles ces nouveaux indicateurs peuvent s’affranchir de la domination d’indicateurs univoques tels que la croissance. La forme privilégiée de la prise de décisions collectives et de choix social, est, dans ces postures, celle de forums hybrides (Callon et alii, 2003) c’est-à-dire des espaces ouverts de débats et de discussions, où les experts côtoient la société civile, et où les processus délibératifs sont soignés (Habermas, 1992). Ces postures favorisent des formes rénovées de démocratie participative, formes qui ont été très développées dans les travaux du Conseil Européen par exemple (2009).

Monde de l’expertise Monde de l’individu Monde de la démocratie délibérative
Support principal de la légitimation Un « cadre théorique » (selon les experts mobilisés) Le cadre théorique utilitariste Démocratie délibérative
Acteurs de cette légitimation/valeurs Experts et technocrates/Hiérarchie entre « sachants » Individus/Individualisme méthodologique Citoyens/Démocratie et éthique communicationnelle
Processus retenu dans le choix des dimensions, variables, pondérations… Travail et délibération en « chambre », entre experts Sondage et agrégation des préférences individuelles des individus, préférences qui pré-existent et qui sont « révélées » Forums hybrides, co-élaboration des priorités à construire dans l’élaboration des biens communs
Fondement du processus Objectivation de l’expertise et de la science Subjectivité individuelle sublimée Réalité politique priorisée et élaborée

Source : Jany-Catrice, 2012.

Réconcilier les niveaux macro et micro

  • 2 Voir les États généraux de l’économie sociale et solidaire de 2011.

10Le mouvement très hétérogène autour de nouveaux indicateurs de richesse n’est pas l’exclusive d’enjeux macro-sociétaux. Les problématiques qu’il met en exergue ont une forme de validité pour l’ensemble des rapports sociaux, quelle que soit l’échelle scalaire retenue : les territoires par exemple sont souvent précurseurs dans les projets relatifs à l’élaboration délibérée politiquement sur le sens du développement des territoires. Elles concernent aussi, avec forte acuité, les acteurs de l’économie sociale et solidaire qui ont mis à leur agenda cette question des nouveaux indicateurs de manière tout à fait intéressante2.

11Plus généralement, l’énoncé des limites du PIB – somme des valeurs ajoutées des unités économiques – en tant qu’indicateur de bien-être collectif, ou de richesse sociale, bouscule les représentations collectives des richesses produites, et des frontières de ce que sont ces richesses. La représentation des entreprises et le sens qu’elles donnent à leur activité sont intimement imbriqués à cette remise en cause. Véritables outils de régulation interne et externe de ces acteurs, les bilans comptables et financiers, sont en effet un reflet de moins en moins efficace pour tenir compte des nouveaux enjeux, en négligeant une partie de leurs impacts sur les patrimoines, mais aussi en sous-estimant certains de leurs actifs immatériels, comme la confiance des clients ou l’engagement des salariés (Fair, 2011). Une refonte radicale des systèmes comptables, ou l’élaboration d’indicateurs micro socio-économiques renouvelés vise à rendre visibles les impacts de la production sur l’état des patrimoines (Merckaert, 2012) ; les activités considérées conventionnellement hors du périmètre des activités à valeur ajoutée ; la contribution des acteurs à la préservation du patrimoine social, environnemental, citoyen, ou leur contribution à la consolidation des droits humains fondamentaux… L’élaboration efficace de mesures qui permettent de combiner des logiques de responsabilité sociales, environnementale, et économique ne peut s’établir que dans un enchevêtrement des niveaux d’analyse et d’action.

12Abordées sous le prisme du politique par certains courants, les questions procédurales autour des nouveaux indicateurs invitent à ce que soient clairement révélés les acteurs en charge de définir les fins, comment les sélectionner, les prendre en compte, et pondérer les critères d’évaluation qui leur correspondent. Cette question traverse également les enjeux de la RSE. C’est dans le pluralisme et la démocratie économique et sociale que peut s’envisager une participation équitable des parties prenantes pour inventer le sens du développement du XXIe siècle.

Bibliographie

Callon M., Lascoume P., Barthes Y. (2003), Agir dans un monde incertain, Paris, Le Seuil.

Desrosières A. (1993), La politique des grands nombres, Histoire de la raison statistique, Paris, La Découverte.

Easterlin R. A. (1974), « Does economic growth improve the human lot? Some empirical evidence », in David P., Reder M. (dir.), Nations and households in economic growth, New York, Academic Press.

Fair, Faisandier O., Gadrey J., Jany-Catrice F. (dir.) (2011), « La richesse autrement », Alternatives Économiques, Hors-Série n° 48, mars.

Gadrey J., Jany-Catrice F. (2005), Les nouveaux indicateurs de richesse, Paris, La Découverte, coll. « Repères ».

Guibert B. (2007), « Adoption par l’Europe d’indicateurs de développement durable : conséquences pour la statistique environnementale française », Courrier des statistiques, n° 120, p. 77-88.

Habermas J. (1992), De l’Éthique de la discussion, Paris, Flammarion, coll. « Champs ».

Jany-Catrice F., Méda D. (2010), « Les conditions sociales de la production du rapport Stiglitz sur Les indicateurs de performance économique et de progrès social », XIXe Journées de l’Association d’Économie Sociale, Charleroi, 9 et 10 septembre, Belgique.

Jany-Catrice F. (2012), La performance totale, nouvel esprit du capitalisme ?, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion.

Kahneman D., Krueger A. (2006), « Developments in the Measurement of Subjective Well-Being », Journal of Economic Perspectives, vol. 20, n° 1, p. 3-24.

Lascoumes P., Le Galès P. (dir.) (2005), Gouverner par les instruments, Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences Politiques.

Méda D. (2008), Au-delà du PIB. Pour de nouveaux indicateurs de richesse ?, réed., Paris, Flammarion, coll. « Champs ».

Merckaert J. (2012), « Ne laissons pas les comptables régler leurs comptes entre eux », Projet, n° 331, décembre, p. 33-43.

Ogien A. (2010), « La valeur sociale du chiffre. La quantification du politique entre performance et démocratie », Revue française de socio-économie, n° 05, 1er sem.

Osberg L., Sharpe A. (2002), « An Index of Economic Well-Being for Selected OECD Countries », The Review of Income and Wealth, série 48, n° 3, p. 291-316.

Perret B. (2002), Indicateurs sociaux, État des lieux et perspectives, Rapport pour le Conseil de l’emploi, des revenus et de la cohésion sociale.

Sen A. (2004), L’économie est une science morale, Paris, La Découverte.

Stiglitz J., Sen A., Fitoussi J.-P. (2009), « Report of the Commission on the Measurement of Economic Performance and Social Progress ». Consultable en ligne : http://www.stiglitz-sen-fitoussi.fr/documents/rapport_anglais.pdf.

Viveret P. (2002), Reconsidérer la richesse, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Annexes

Voir aussi

Corégulation, Frontières de la firme, ONG, Partenaires sociaux, Partenariats public-privé, Patrimoine commun, Union Européenne

Notes

1 Cela n’est d’ailleurs pas propre à la richesse, et on peut faire ce constat de nombreux indicateurs cherchant à mesurer le progrès, le développement, la pauvreté, etc.

2 Voir les États généraux de l’économie sociale et solidaire de 2011.

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540