Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire critique de la RSE

 | 
Nicolas Postel
, 
Richard Sobel

Théorie

Rapport social à l’environnement

Sandrine Rousseau

Texte intégral

1Le « rapport à l’environnement » est un concept de l’analyse économique institutionnaliste qui permet un éclairage macroéconomique de la dimension environnementale des questions de RSE (Rousseau, Zuindeau, 2007). De façon générale, ce rapport social articule, d’une part, la perception de l’environnement (comprise comme construction sociale temporellement et géographiquement située), et, d’autre part, l’organisation socio-économique par laquelle est gérée la contrainte d’utilisation de la nature. Ces deux dimensions – qui se complètent et se renforcent l’une l’autre – mobilisent deux concepts centraux : le régime de propriété et les paradigmes scientifiques. La combinaison de ce régime de propriété et des paradigmes scientifiques définissent les fondements socio-techniques qui caractérisent les différents régimes d’accumulation. La mobilisation de ce rapport à l’environnement permet à la fois une mise en perspective historique des questions de développement durable (1) et un éclairage du lien parfois problématique entre dimension sociale et dimension environnementale (2).

Une périodisation historique rythmée par les transformations du rapport à l’environnement

2Pour être schématique et jusqu’à l’avènement du capitalisme, le régime traditionnel reposait sur une propriété commune des biens environnementaux et sur le principe d’une nature auto-régulée (d’abord par la main de Dieu, ensuite, par des lois mathématiques après les découvertes scientifiques de Galilée, Descartes ou Newton). La propriété de la terre qui reposait sur une organisation féodale et pour partie sur un ensemble de champs communs (the commons) va se voir clôturé en Grande Bretagne (Hardin, 1968) venant à signifier les prémisses d’une réification des éléments naturels. Ce changement d’organisation sociale autour des éléments naturels est d’ailleurs analysé par certains comme une des conditions d’émergence du système capitaliste. La fermeture de ces champs a en effet permis la libération massive de la main-d’œuvre paysanne (Lipietz, 1995 ; Polanyi 1944, O’Connor, 1998). En ce sens, la clôture des champs n’est pas une conséquence d’une modification d’un rapport salarial (comme cela est quelquefois présenté) ; au contraire, le développement du rapport salarial résulte en partie de la modification d’un rapport à l’environnement.

3Lorsque la révolution industrielle se met en place et, avec elle, le régime d’accumulation extensif, on assiste à un changement de régime de propriété fondé, cette fois, sur la propriété privée. En France, à la suite de la Révolution Française, et dans toute l’Europe, la possession privée des biens environnementaux, et de la terre en particulier, est non seulement favorisée mais étendue et surtout protégée par un ensemble de règles et de lois (Ost, Van de Kerchove, 1994). L’appropriation des biens environnementaux s’étend aussi au sous-sol et en permet tous les usages. Les connaissances scientifiques appuient l’idée que l’homme n’a pas ou peu d’influence sur les équilibres naturels. Ce sont en effet un ensemble de lois, susceptibles d’une description mathématique, qui régit le monde naturel (Latour, 1991, 1999). Dans la théorie économique, la nature est utilisable à volonté (Passet, 1979). Son abondance apparente permet d’en limiter la valeur d’échange. Ou, plus exactement, la faiblesse de sa valeur d’échange est perçue par les économistes comme la preuve de son absence de rareté. Si l’on reprend la terminologie conventionnaliste de Boltanski et Thévenot (1992), le principe d’une appropriation grandissante rabat progressivement l’idéal d’une nature relevant d’un ordre supérieur (cité inspirée) vers la construction plus prosaïque d’une marchandise, fut-elle fictive au sens de Polanyi. À des logiques, inspirées et domestiques, succèdent des logiques marchandes et industrielles où la valeur des biens environnementaux dépend moins de leur signification symbolique que de leur contribution au processus de production, notamment capitaliste, ou de leur valeur d’échange.

4Après les deux guerres mondiales, les Trente Glorieuses marquent un renforcement de la croyance profonde dans les vertus du progrès technique et dans la substituabilité entre capital technique et naturel. C’est une nouvelle étape dans le rapport à l’environnement. Le régime d’accumulation est désormais fondé sur « un paradigme sociotechnique [particulier] dans lequel la régulation production-consommation de masse repose sur certaines techniques de base recourant à une organisation particulière du travail »(Boyer, Durand, 1998, p. 68). Ce régime d’accumulation est aussi fondé sur un rapport à l’environnement particulier. La séparation de l’homme d’avec son environnement naturel atteint une sorte de paroxysme (Callon, Lascoumes ; Barthe, 2009 ; Latour, 2004). L’évolution et la démocratisation des modes de transports, la généralisation de l’usage du pétrole notamment, entretiennent l’illusion d’une émancipation des contraintes naturelles. La propriété privée y est encadrée par l’État Providence. Toutefois, la période est marquée par la faiblesse des lois environnementales de dimension nationale (Ost 1995 ; Lascoumes, 1994). Et si les connaissances scientifiques évoluent quelque peu, elles s’orientent plutôt vers une possibilité infinie de réparation des dommages causés. C’est à la fin de cette période que la théorie économique néo-classique modélise la substitution capital naturel/capital technique.

5Au tournant des années 1970-1980, au moment où le fordisme entre en crise, une série de catastrophes d’origine industrielle modifient la perception de l’environnement. Il s’agit notamment des accidents de Lacq, du Torrey Canyon, de l’Amoco Cadiz, de Bhopal, de Seveso. De plus, certaines recherches sur l’aspect limité des stocks de ressources naturelles (pétrole entre autre) comme l’augmentation des coûts d’extraction remettent en cause la vision jusqu’alors dominante. Les prix des intrants énergétiques vont se voir renchérir (c’est le choc pétrolier), ce qui va se répercuter sur l’ensemble de la sphère productive. En effet, le régime d’accumulation fordiste s’est vu tisser un lien de dépendance étroit aux éléments naturels. Les pollutions, par ailleurs, acquièrent un caractère transnational. Des conséquences d’activités industrielles très médiatisées comme les pluies acides en Allemagne bouleversent la vision de la nature. Le rapport à l’environnement entre alors lui aussi en crise. Les années soixante-dix voient la création d’associations non gouvernementales qui entendent exercer un contre-pouvoir face aux industriels (Greenpeace, WWF notamment) et face à l’État. Si le régime de propriété reste très largement privé, cette époque est le théâtre d’un changement de politiques publiques en matière d’environnement. Pour ne citer que quelques exemples : en 1970 est adopté aux États-Unis le Natural Environmental Policy Act, en France un Secrétariat d’État est créé en 1972, en 1977 en Irlande, 1974 en Allemagne, en 1982 aux Pays-Bas… La décennie 70 est donc marquée par la double volonté de réguler l’environnement et de le faire au niveau national ou fédéral. Des mesures telles que la création de réserves naturelles, de zones de protection autour de sites classés dangereux (cf. les zones Seveso du nom de la ville où une usine créa une pollution importante en 1976) se multiplient. Autant de symptômes d’une transformation dans le rapport qu’entretiennent les sociétés occidentales et développées à leur environnement. Transformation qui définit autant les règles d’usage que de non-usage des éléments naturels, et modifie la valorisation et la répartition des valeurs d’échanges et d’usage des intrants naturels.

6La période des années 70 à nos jours constitue une nouvelle étape dans le rapport à l’environnement. D’un côté, on assiste à une extension très nette de la propriété privée (au vivant par exemple). D’un autre côté, des notions telles que patrimoine commun ou patrimoine naturel laissent une place plus grande à la propriété et à la gestion collective. Parallèlement, les connaissances scientifiques sont profondément remises en cause par l’apparition de nouvelles pollutions et notamment par le phénomène de dérèglement climatique. La notion d’équilibre naturel s’efface ainsi progressivement au profit de celle de déséquilibre. La communauté scientifique « alerte » alors qu’elle « rassurait ». L’activité économique est dénoncée, la responsabilité de l’organisation économique est pointée, inversant ainsi les rôles. Alors que le productivisme s’était en partie appuyé sur les scientifiques pour se développer, ce sont désormais les chercheurs qui mettent en garde les entreprises et les pouvoirs politiques quant aux conséquences fâcheuses que peuvent avoir certaines pratiques.

Le rapport social à l’environnement comme forme institutionnelle, fondement du capitalisme

  • 1 Au sens d’Olivier Godard (1993 ; 1999).

7De ce qui précède, il est manifeste que les rapports à l’environnement successifs sont le résultat de rapports de force entre intérêts divergents, et qu’ils se nouent toujours intimement au rapport capital/travail, lui-même fondement du rapport salarial. En cela, il est un angle d’approche éclairant pour examiner les transformations du capitalisme et ses problèmes de régulation, comme le mouvement actuel de la RSE. Outre le fait que la substitution du travail par le capital se fait le plus souvent par une intensification du recours au capital naturel (O’Connor, 1998 ; Commoner, Corr et Stamler, 1971), l’environnement intervient aussi dans le partage de la valeur entre capital et travail en assurant ou non des sources de profit. En effet, le rapport social à l’environnement, tout comme le rapport salarial, se révèlent être source de valeur d’usage transfigurée par et pour le capital en valeur d’échange (cela semble des plus logique puisque le travail comme l’environnement ne sont qu’éléments traités fictivement comme des marchandises). De plus, il rend l’univers des capitalistes certain ou controversé1, venant justifier une répartition différente entre ceux qui possèdent le capital et qui donc prennent des risques et les autres, les salariés.

8La définition des rapports sociaux fondamentaux repose sur l’identification d’une forme de contradiction (Aglietta, Orléan, 1982). Mais comme le note B. Billaudot : « L’institution d’un rapport social revêt nécessairement une forme particulière, qui ne supprime pas la (ou les) contradiction(s) inhérente(s) à ce rapport, qui n’annule pas son ambivalence. Elle permet seulement de la (les) surmonter un temps » (1996, p. 32). L’historique du rapport à l’environnement montre qu’il résulte de conflits non complètement stabilisés. Or, il est indispensable que les conflits se stabilisent en divers compromis pour permettre un mode de développement stable. Les crises environnementales sont habituellement considérées comme exogènes au système capitaliste, alors même qu’elles résultent pourtant le plus souvent d’un mode de propriété, de consommation et de production qui ne leur sont pas extérieures. Le réchauffement climatique ou la perte de biodiversité qui menacent aujourd’hui la croissance économique (et sans doute l’organisation de la société dans son ensemble) sont avant tout le résultat de rapports sociaux (Brown, 2003) en vue de permettre la création de richesses marchandes. Plusieurs exemples l’illustrent : depuis l’exemple traditionnel de la forêt amazonienne pour laquelle les conflits ont été partiellement stabilisés en définissant les contours de la propriété, à celui, plus récent, de l’appropriation des réserves halieutiques qui se sont réglés autour de la définition de zones de pêche et donc in fine par la meilleure définition des droits de propriété. Notons cependant que ces redéfinitions des contours de la propriété n’ont pas réglé la répartition entre les pêcheurs à l’intérieur des zones ni les différences de perception de la valeur de ces réserves (entre pêcheurs et écologistes ou entre pêcheurs et biologistes par ex). Les conflits sur la définition de ce qui fait valeur ont toutefois été mis de côté par la prégnance d’une vision industrielle et marchande. Cet exemple illustre aussi l’importance que revêtent les controverses scientifiques et le mode d’appropriation de la ressource.

9Une illustration de ces ambivalences est le régime d’accumulation intensif fordiste. Le fordisme repose en effet sur une forme de compromis autour du principe du progrès compris comme progrès matériel et technique (Gadrey, Jany-Catrice, 2005). Le principe d’une croissance du PIB comme condition nécessaire à l’établissement du compromis social est ainsi acté. La méconnaissance des pollutions et de leurs effets d’un côté, les connaissances scientifiques considérant la nature comme indégradable de l’autre, encouragent la croyance dans les vertus du progrès technique. La pollution est tacitement acceptée comme contrepartie normale du progrès et du développement économique. Les entreprises bénéficient, durant les Trente Glorieuses, d’un accès large et gratuit à l’environnement. Ainsi, elles profitent de quasi-rentes sur l’environnement ayant un impact non négligeable sur la cohérence et l’articulation du régime d’accumulation en vigueur. L’État se fait par ailleurs garant de l’accès aux ressources en n’émettant que très peu de lois de régulation ou de diminution des pollutions durant cette période et via un accès aux ressources facilité par les colonies. Les mesures fiscales sont faibles, laissant aux entreprises l’illusion d’une possibilité illimitée de recours à la nature (aussi bien en amont du processus de production sous forme de matières premières, qu’en aval sous forme d’émissions de pollutions peu réglementées). L’absence conjuguée de mesures de régulation et d’internalisation des externalités permet aux entreprises de ne pas subir les coûts d’une protection même succincte de l’environnement. Ainsi, le compromis salarial fordiste, tant analysé, repose en grande partie sur un compromis social autour de l’utilisation possible des biens naturels, moins souvent analysé. Comme dans le cas du compromis salarial, l’efficacité est mise au service d’un objectif institutionnellement construit de croissance du niveau de vie de tous compris comme une amélioration des conditions matérielles de chacun.

10Ainsi, le cercle vertueux de la croissance du fordisme – l’articulation de la production de masse à la consommation de masse – trouve une surdétermination dans l’organisation sociale autour des éléments naturels. La production de masse est comprise uniquement comme outil du développement collectif et la consommation de masse n’est pas interrogée au regard de ses effets sur l’environnement. On n’envisage pas encore que ce progrès puisse dissimuler des problèmes pour les générations futures. Et lorsqu’il y a interrogation, c’est à l’intérieur du périmètre des États. L’environnement apparaît ainsi aux yeux des acteurs comme une ressource mobilisable sans coût et sans enjeu éthique. Ce compromis est par contre ébranlé dès que surviennent des catastrophes industrielles et un renchérissement des matières premières puisque la cohérence d’ensemble (du fait du jeu des complémentarités institutionnelles) se voit remise en cause par le déplacement profond d’une des parties.

11Au total, le rapport à l’environnement, compris comme l’interface socialement construite entre les agents d’une communauté venant à définir, par institutionnalisation, les règles tant d’appropriation que d’usage et de non-usage des éléments naturels, apparaît bien comme un outil analytique indispensable pour mettre aujourd’hui en perspective le mouvement de la RSE. En effet, pour qui souhaite comprendre l’articulation et la cohérence d’ensemble d’un système économique particulier, ses causes, comme ses conséquences socio-économiques sont nombreuses et leurs portées heuristiques et herméneutiques nous semblent loin d’être accessoires.

Bibliographie

Aglietta M., Orléan A. (1982), La violence de la monnaie, Paris, Presses Universitaires de France.

Billaudot B. (1996), L’ordre économique de la société moderne, Paris, L’Harmattan, coll. « Théorie sociale contemporaine ».

Boltanski L., Thévenot L. (1992), Les économies de la grandeur, Paris, Presses universitaires de France.

Boyer R., Durand J.-P. (1998), L’après fordisme, Paris, Syros.

Brown L. R. (2003), Eco-économie : une autre croissance est possible, écologique et durable, Paris, Le Seuil, coll. « Économie humaine ».

Callon M., Lascoumes P., Barthe Y. (2001), Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Le Seuil.

Commoner B., Corr M., Stamler P. J. (1971), « The causes of pollution », in Environnement.

FAO (2005), The state of food insecurity in the word, Eradicating word hunger – key to achieving the millenium development goals.

Gadrey J., Jany-Catrice F. (2005), Les nouveaux indicateurs de richesse, Paris, La Découverte, coll. « Repères ».

Lascoumes P. (1994), L’éco-pouvoir – Environnements et politiques, Paris, La Découverte.

Latouche S. (2001), La déraison de la raison économique, Paris, Albin Michel.

Latour B. (1991), Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, Paris, La Découverte.

Latour B. (2004), Politiques de la nature, Paris, La Découverte.

Latour B. (1999), Politiques de la nature. Comment faire entrer les sciences en démocratie, Paris, La Découverte, coll. « Armillaire ».

Lipietz A. (1995), « Écologie politique régulationniste ou économie de l’environnement ? », in R. Boyer, Y. Saillard (dir.), Théorie de la régulation : l’état des savoirs, Paris, La Découverte, coll. « Recherches », p. 350-356.

O’Connor J. (1998), Natural causes: Essays in ecological Marxism, New York, Guilford Publications.

Ost F. (1995), La nature hors la loiL’écologie à l’épreuve du droit, Paris, La Découverte, Textes à l’appui, Série Écologie et société.

Ost F., Van de Kerkhove M. (1994), Legal System Between Order and Disorder, Clarendon Press.

Passet R. (1979), L’économique et le vivant, 2e édition 1996, Paris, Economica.

Polanyi K. (1944), La Grande Transformation – Aux origines politiques et économiques de notre temps, traduction française de 1983, Paris, NRF Gallimard.

Rousseau S., Zuindeau B. (2007), « Théorie de la régulation et développement durable », Revue de la régulation, n° 1, http://regulation.revues.org/document1298.html.

Annexes

Voir aussi

Biens publics mondiaux, Contrat, Convention, Entreprise, Institution, Marchandises fictives, Règle, Théorie de la Régulation

Notes

1 Au sens d’Olivier Godard (1993 ; 1999).

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540