Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire critique de la RSE

 | 
Nicolas Postel
, 
Richard Sobel

Théorie

Marchandises fictives

Nicolas Postel et Richard Sobel

Texte intégral

1Il y a chez Polanyi – sans que cela soit toujours bien perçu notamment parce que Polanyi ne l’explicite jamais vraiment et systématiquement –, une théorie institutionnaliste très profonde et très pertinente des tenants et aboutissants du capitalisme. Cette théorie macroéconomique, qui s’articule sans problème majeurs avec les deux grandes représentations radicales du capitalisme (Marx et Keynes) et leur ajoute une perspective environnementale, constitue pour nous un cadre tout à fait productif pour mettre en critique l’approche de Freeman en termes de parties prenantes, et, ainsi, de comprendre les enjeux socio-politiques véritables de la RSE.

La nouveauté du marché autorégulateur

  • 1 Soulignons que ce que Karl Polanyi va appeler la « grande transformation », ce n’est rien d’autre q (...)

2Sans prétendre résumer l’œuvre de Karl Polanyi (Maucourant, 2005), il faut rappeler que son objet principal est cette grande rupture socio-économique qu’il identifie dans l’histoire récente des sociétés occidentales. Pour lui, dans toutes les sociétés humaines jusqu’au XIXe siècle, le domaine économique est resté confiné dans un statut social finalement subordonné aux systèmes des besoins. Quelles que soient leurs formes historiques – lesquelles pouvaient donner lieu à des relations de domination et à des inégalités –, ces activités se déployaient sous des formes encadrées et encastrées dans une existence sociale, maîtrisées et régulées par des institutions d’ordre juridique ou politique. Les sociétés, jusqu’à la Révolution industrielle, avaient mis en place des dispositifs sociaux complexes pour empêcher que la recherche du profit ne devienne une fin en soi et, surtout, une fin socialement dominante faisant courir à la cohésion sociétale un danger qu’Aristote avait déjà repéré (Polanyi, 1957). Mais, à la suite de bouleversements, de relâchement des protections et/ou de forces endogènes, l’économie marchande a fini par se désencastrer1.

3Karl Polanyi (1983) a essayé d’analyser ce désencastrement à partir de la fiction du marché autorégulateur, que l’idéologie libérale met en scène. Pour lui, le marché désigne le lieu abstrait – théorisé par les économistes classiques et néoclassiques – où se forment les prix, lesquels sont entendus comme la résultante objective et autonome – par rapport aux forces sociales et politiques – d’une confrontation entre deux flux anonymes (offre et demande, relevant de désirs hétérogènes). Ce marché autorégulateur est proche de ce que la théorie économique dite néo-classique appelle le marché de concurrence pure et parfaite. Bien avant l’avènement du marché autorégulateur il existait déjà des marchés. Mais d’une part la plupart d’entre eux étaient socialement régulés et ne produisaient pas un prix autonome de chacun des acteurs en présence (comme le veut la règle de la concurrence). D’autre part, et de manière finalement plus cruciale, l’environnement (que Polanyi qualifie maladroitement de « terre »), le cœur (c’est-à-dire le travail) et la mesure (la monnaie de crédit) de l’activité humaine de production (ou de récolte) n’étaient pas gérés par le marché.

La marchandisation nécessaire de la terre, du travail et de la monnaie

4Pour que le marché autorégulateur se mette en place, il est nécessaire que les facteurs de production, qui alimentent en continue la production soient eux aussi géré par un dispositif marchand. La relative autonomisation de la sphère économique grâce au développement du marché concurrentiel survient ainsi dans une société particulière, dont l’évolution socio-historique a permis progressivement le désencastrement (notamment, la construction d’une force de travail « libre » dans le cadre du rapport salarial). Cependant, la société ne peut pas devenir spontanément auxiliaire du marché, puisque le « marché » n’est pas une réalité naturelle sui generis et que ce sont forcément toujours des dispositifs politico-juridiques particuliers qui constituent les conditions de possibilité du marché – Droit de propriété, respect de la concurrence, monnaie pour la mesure et les transactions. Les travaux postérieurs de Michel Foucault (2004) permettent d’accentuer encore la position polanyienne : le marché autorégulateur est un construit politique très instrumenté, qui forme l’alpha et l’oméga de la politique libérale (qui ne se contente donc pas de « déréguler » mais qui au contraire fonde les institutions nécessaires à la mise en place de cette fiction de marché).

5Le cœur de cette construction réside donc dans la mise en place de trois marchés qui permettent le fonctionnement d’une activité de production « gérée » par le marché. Dans le sillage de la révolution industrielle, l’exigence de valoriser et d’accumuler le capital productif sans interruption et sur une longue période nécessite que l’on puisse fournir à l’industrie, de manière continue, un flux de travail, de matières premières naturelles, et de possibilité de financement des biens de production. Produire cela signifie, au fond, modifier des matières premières par l’application de travail humain et d’outils. Trois éléments sont donc indispensables pour la formation d’une activité de production tournée vers le marché : un marché des matières premières (associant à tout moment des éléments naturels à un prix), un marché du travail (dans lequel il est possible de puiser en permanence le nombre d’heures de travail nécessaires en fonction du prix associé à cette heure), un marché de la monnaie de crédit (sur lequel il est possible d’acquérir, par l’emprunt, des biens capitaux afin de produire). La construction politique de ces trois marchés est la condition sine qua non de l’apparition d’un marché autorégulateur et donc d’un processus de production déterminé par trois prix : celui des matières premières, du travail et du capital.

Pourquoi les facteurs de production (terre, travail, capital) sont des marchandises fictives

  • 2 Ce donné naturel et anthropologique, chaque génération le reçoit des précédente et la transmet aux (...)

6Ni le travail (au sens de travail-vivant, de force de travail), ni la terre (au sens d’environnement naturel du genre humain) d’une part, ni la monnaie de crédit (au sens d’institution sociale rendant possible l’échange marchand) d’autre part, ne peuvent être considérés comme des marchandises. Si on parle de marchandise (ou d’échange marchand) à leur propos, ce ne peut être que par abus de langage, en oubliant de façon plus ou moins explicite l’un ou l’autre des deux critères. Elles ne sont cependant pas à mettre tout à fait sur le même plan. À proprement parler et jusqu’à présent, ni la terre (dans sa globalité) ni le travail ne sont les produits d’un processus de production capitaliste. Ce sont des éléments essentiels qui témoignent qu’il y a du donné irréductible dans toute forme humaine de vie sociale2.

  • 3 On notera au passage que la critique keynésienne trouve là un point d’ancrage important : partagean (...)

7S’agissant de la monnaie, son impossibilité à être considérée comme une vraie marchandise ne se situe pas au niveau fondamental précédent, mais à un niveau secondaire : la monnaie n’est pas une condition naturelle (« terre ») ou anthropologique (« travail ») de toute économie, mais la condition sociale d’une forme particulière d’économie : l’économie de marchés (c’est-à-dire en fait, le capitalisme)3. On sait en effet que l’émergence du capitalisme est conditionnée par la possibilité du prêt, donc d’une monnaie de crédit fondée sur la possibilité de tirer profit du « temps » ce que les scholastiques condamneront longtemps. Mais la monnaie est aussi condition de possibilité de cette forme économique particulière en raison du lien collectif qu’elle supporte. La monnaie relève en effet toujours d’un pouvoir politique ou étatico-politique (le pouvoir de « battre monnaie », comme on disait jadis), témoigne en fait de la nécessité d’une intervention et d’une régulation socio-politique minimale de toute économie de marché (Aglietta, Orléan, 1998) [voir Fig. 1., page suivante].

8Faux ne signifie donc nullement, pour Polanyi, imparfait. Il se peut au contraire que les marchés « fictifs » fonctionnent exactement comme le conçoit la théorie de la concurrence pure et parfaite. La critique polanyienne n’est donc pas une critique fonctionnelle dénonçant le fait que, par exemple, le marché du travail ne saurait être qu’un « quasi » marché en raison du caractère peu flexible du travailleur. Pour distinguer cette critique le terme adéquat serait sans doute « artificiel » : puisque ces marchés s’organisent autour de biens et service dont l’existence préexiste à l’échange et qui ne sont donc nullement « produits pour être vendus ». Ces marchés sont faux parce que s’y échangent des marchandises « fictives » : c’est donc sur ce concept que repose finalement l’ensemble de l’édifice intellectuel polanyien. Le machinisme nécessite la construction d’un pseudo-marché pour ces trois éléments substantiels de la société qui deviennent ainsi « marchandises fictives » et se faisant l’économie marchande se désencastre de la société. Ces piliers de la vie sociale que sont l’environnement, la capacité d’action humaine et la possibilité (ici monétaire) d’accumulation d’outils productifs sont en effet placés artificiellement sous-évaluation marchande :

9« Le point fondamental est le suivant : le travail, la terre et l’argent sont des éléments essentiels de l’industrie ; ils doivent eux aussi être organisés en marchés ; ces marchés forment en fait une partie absolument essentielle du système économique. Mais il est évident que travail, terre et monnaie ne sont pas des marchandises ; en ce qui les concerne, le postulat selon lequel tout ce qui est acheté et vendu doit avoir été produit pour la vente est carrément faux. En d’autres termes, si l’on s’en tient à la définition empirique de la marchandise, ce ne sont pas des marchandises. […] [Or] aucune société ne pourrait supporter, ne fût-ce que pendant le temps le plus bref, les effets d’un pareil système fondé sur des fictions grossières, si sa substance humaine et naturelle comme son organisation commerciale n’étaient pas protégées contre les ravages de cette fabrique du diable » (Polanyi, 1983, p. 107-109).

10Derrière la fiction et l’artifice, ce que Polanyi entend désigner c’est le caractère insoutenable de cette fiction pour la société humaine, sous l’effet de laquelle elle se disloque. Et la nécessité d’une régulation.

Fig. 1. Le statut particulier de marchandises fictives.

Les trois marchandises fictives Premier critère d’existence sociale d’une marchandise au sens strict : Critère de production pour le marché Second critère d’existence sociale d’une marchandise au sens strict : Critère de validation sur le marché
Environnement-support naturel
« La terre »
Non pertinent
La « terre » a le statut ontologique d’un donné (et non d’un produit) que l’on ne peut que modifier partiellement (appropriation de telles ou telles parties ou « ressources naturelles »).C’est le marqueur fondamental de la finitude de la condition humaine
Pertinent
Une ressource naturelle est une valeur d’usage mise à la disposition des hommes par la nature et dont la quantité disponible n’est pas l’effet d’un travail. C’est une non-marchandise, au sens strict, bien qu’au sens large, elle puisse, sur un marché, faire l’objet de transactions portant à la fois sur un volume et sur un prix.
Environnement-support socio-anthropologique-anthropologique
« Le travail »
Non pertinent
Si le « travail » ne peut pas être considéré comme un donné naturel, c’est un construit particulier qui relève globalement d’un processus de socialisation extra-économique
Non pertinent
Sauf à confondre salariat et travail indépendant, le salarié ne vend aucune marchandise, mais loue l’usage de sa force de travail dans des conditions socialement déterminé. Le salaire n’est pas un prix mais une convention
Environnement-support économique
« La monnaie de crédit »
Non pertinent
La monnaie est une production sociale externe au champ de la marchandise
Non pertinent
  • 4 D’une certaine manière, la RSE s’inscrit dans la perspective néo-libérale qui conçoit la régulation (...)

11À l’aune d’une perspective institutionnaliste polanyienne, le mouvement de la RSE peut apparaître comme une réponse à la re-marchandisation du « travail » d’une part, et aux effets visibles de la marchandisation de la « terre » d’autre part, qui ont été menés dans le sillage de la révolution néolibérale des années 1970. Toutefois, la manière dont sont saisis les enjeux de cette double re-marchandisation fictive est pour le moins complexe. La RSE ne remet en effet formellement en cause ni le principe d’une marchandisation accrue de la monnaie (Aglietta, Rébérioux, 2006), ni celui d’une gestion par le marché du travail et des matières premières du « travail » et de la « terre ». Elle compte simplement sur les différents acteurs concernés – ce qu’il est désormais convenu d’appeler « les parties prenantes » – pour élaborer des conventions de mise sur le marché qui garantissent qu’au-delà de leur évaluation marchande, les éléments de la nature et du travail humain mis sur le marché le sont dans des conditions « légitimes »4. En ce sens, elle choisit une voie étroite dont l’ouverture suppose l’activation de soutiens institutionnels à ce processus en opposition à la logique contractualiste qui l’a popularisé (Postel, Sobel, 2011).

Bibliographie

Aglietta M., Orléan A. (1998), La monnaie souveraine, Paris, Odile Jacob.

Aglietta M., Rébérioux A. (2006), Dérives du capitalisme financier, Paris, Albin Michel.

Maucourant J. (2005), Avez-vous lu Polanyi ?, Paris, La Dispute.

Foucault M. (2004), Naissance de la biopolitique, Paris, Gallimard-Seuil.

Polanyi K. (1957), « L’économie en tant que procès institutionnalisé », in Polanyi K., Arensberg C. M., Pearson H. W. (dir.), Trade and Market in the Early Empires, New York, The Free Press, p. 239-260.

Polanyi K. (1983), La Grande Transformation, Aux origines politiques et économiques de notre temps (1re édition anglaise, The Great Transformation, 1944).

Polanyi K., Arensberg C. M., Pearson H. W. (dir.) (1957), Trade and Market in the Early Empires, New York, The Free Press. Traduction de C. et A. Rivière (1975), Les systèmes économiques dans l’histoire et la théorie, Paris, Larousse.

Postel N., Sobel R. (2011), « Polanyi contre Freeman », Revue de la régulation, 1er semestre, mis en ligne le 20 juin 2011, http://regulation.revues.org/index9187.htlm.

Annexes

Voir aussi

Biens publics mondiaux, Contrat, Convention, Entreprise, Institution, Rapport social à l’environnement, Règle, Théorie de la Régulation

Notes

1 Soulignons que ce que Karl Polanyi va appeler la « grande transformation », ce n’est rien d’autre que la nécessité devant laquelle vont se trouver, un moment donné, les nations capitalistes avancées de ré-encastrer « leur économie » dans « leur » société : le développement d’institutions de régulation sociale, notamment concernant l’usage et la reproduction de cette marchandise fictive qu’est le travail.

2 Ce donné naturel et anthropologique, chaque génération le reçoit des précédente et la transmet aux suivantes. Ce bien commun, qui a été et reste mal mené par la démesure de nos modes de production, est aujourd’hui au cœur des problématiques de développement durable. Le principe d’une humanité produisant toutes les conditions de sa survie amène à adopter sans distance critique l’idéologie prométhéenne qui domine dans les sociétés occidentales.

3 On notera au passage que la critique keynésienne trouve là un point d’ancrage important : partageant avec Ricardo le statut particulier du travail et de la terre (respectivement : loi d’airain des salaires et théorie de la rente), Keynes ajoute, finalement, une théorie particulière de la détermination du prix de la monnaie (le taux d’intérêt).

4 D’une certaine manière, la RSE s’inscrit dans la perspective néo-libérale qui conçoit la régulation en amont du marché, mais pousse cette logique le plus loin possible en dénaturalisant la marchandise « terre » et la marchandise « travail ».

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540