Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire critique de la RSE

 | 
Nicolas Postel
, 
Richard Sobel

Théorie

Entreprise

Alain Desreumaux

Texte intégral

1L’entreprise est un acteur essentiel du capitalisme. F. Perroux en fait son « institution cardinale » et définit le capitalisme comme une « économie d’entreprise » ; J. Schumpeter fait de l’entrepreneur une figure centrale de ce système d’organisation des activités économiques. Pour autant, la définition de l’entreprise ne va pas de soi ; il n’en existe pas de définition consensuelle.

2Les essais de définition, ou plutôt de théorisation, sont surtout le fait d’économistes, lesquels parlent le plus souvent de la « firme ». Les juristes semblent avoir renoncé à l’exercice et s’intéressent à la « société ». Quant aux gestionnaires, qui font de l’entreprise leur objet principal d’investigation, ils n’en ont pas de définition ni de théorisation propres ; ils procèdent par emprunt, tantôt aux économistes, tantôt aux théoriciens des organisations. Ces constats suscitent deux questions : Qu’est-ce qui explique cette difficulté de définir un objet considéré comme central et qui conduit à une concurrence d’énoncés théoriques sur ce qui constituerait, entre autres questions, son essence ? Peut-on surmonter cette difficulté et progresser dans une représentation de l’entreprise utile à la compréhension du fonctionnement de nos sociétés (et susceptible d’éclairer la question de la RSE) ?

La quête (apparemment) impossible de la théorie de l’entreprise

3Plusieurs raisons expliquent le fait que l’entreprise semble échapper à toute définition claire et consensuelle : elles tiennent à plusieurs caractères, en fait reliés, de l’entreprise :

Le caractère polymorphe de l’entreprise

4À un moment donné, le même vocable recouvre une grande variété de formes que l’on peut inventorier selon de nombreux critères (taille, structure du capital, forme juridique, nature de l’activité, comportements stratégiques, etc.). Ces formes coexistent, voire s’articulent dans des jeux de complémentarité et de compétition. Pourtant, les essais de théorisation, souvent sous-tendus par la quête de faits stylisés, renvoient très souvent à ce qui est considéré, à tort ou à raison, comme la forme dominante ou emblématique du ou d’un capitalisme.

Le caractère évolutif de l’entreprise

5L’entreprise évolue, se transforme au cours du temps, en interaction avec son univers d’insertion. Cela vaut à un point de vue en quelque sorte ontogénétique, en désignant ainsi le destin d’une entreprise particulière, nommément désignée. Certains se sont essayés, sans grand succès, à faire la théorisation de cette dynamique, par exemple en mobilisant la figure du cycle de vie. Cela vaut également à un point de vue en quelque sorte phylogénétique : en tant qu’institution ou élément de base de l’organisation des activités économiques, l’entreprise évolue, sans nécessairement qu’une forme nouvelle élimine toutes celles qui l’ont précédée. Différentes lectures de cette dynamique coexistent, les unes en termes de modèles qui se succèdent, les autres en termes de modèles enchevêtrés, mais la conséquence de cette caractéristique c’est que tout se passe comme si la théorisation était toujours à reprendre (sur un mode retardé puisque les théoriciens rationalisent a posteriori plus qu’ils n’anticipent les évolutions ; quand ils jouent aux prophètes, c’est très souvent en systématisant des cas, certes originaux, mais déjà observables).

Le caractère potentiellement subversif de l’entreprise

6Ce caractère renvoie à la capacité de l’entreprise à innover, pas simplement dans un registre technique ou marketing, mais également d’un point de vue organisationnel. Il est au cœur de la notion d’entrepreneuriat, même si tous les entrepreneurs ne sont pas des « héros schumpetériens » (on peut prospérer également dans les stratégies d’imitation ou de simple reproduction). Ce potentiel subversif est au fondement du capitalisme qui légitime la concurrence et fait de la « destruction créatrice » une véritable institution.

7Compte tenu de ces trois caractéristiques, on comprend que l’on ne dispose pas d’une définition de l’entreprise et d’une théorie, mais d’un ensemble de propositions. Ce n’est pas le lieu, ici, d’en faire un inventaire détaillé ; retenons simplement quelques points :

  • Les théories disponibles, qui sont essentiellement le fait de travaux d’économistes, s’analysent, dans leur succession, en remises en cause de tout ou partie des postulats de la théorie classique (assimilation de l’entreprise à un agent individuel ; rationalité parfaite du décideur ; optimisation des décisions par rapport à un objectif unique ; disponibilité et homogénéité des connaissances productives). Ces remises en cause nourrissent différentes écoles de pensée (de la théorie principal-agent aux approches évolutionnistes, en passant par la théorie behavioriste, la perspective introduite par E. Penrose, etc.).
  • Dans l’ensemble domine cependant, actuellement, la vision contractuelle (théorie des droits de propriété, théorie de l’agence, théorie des coûts de transaction) qui fait de l’entreprise tantôt une fiction juridique, tantôt une sorte d’étonnement quasi philosophique (pourquoi y a-t-il quelque chose – la firme – plutôt que rien – le marché ?).
  • À cette vision s’associe un agenda de recherche en quelques questions simples : motif de l’existence de la firme, explication de ses frontières, explication de son organisation interne, sources de la performance supérieure durable ?
  • Bien entendu, d’autres conceptions existent, nourries des apports de différents théoriciens plutôt « hétérodoxes », qui contribuent à une vision socio-cognitive de l’entreprise.

Voies de dépassement (ou propositions pour une conceptualisation enrichie de l’entreprise)

  • 1 Comme le disait J.-B. Eggens « […] devant tant de concepts, tant d’auteurs, tant de carrefours mena (...)

8Confronté à un objet apparemment insaisissable, il est tentant de renoncer à en donner une représentation et une théorisation générales1. Après tout, comme le dit N. Foss, on dispose de différentes conceptualisations de l’entreprise (fonction de production avec l’école néo-classique, entité contractuelle avec la théorie de l’agence et la théorie des coûts de transaction, répertoire de routines et de connaissances avec l’approche évolutionniste) qui saisissent toutes, de façon argumentée, des aspects réels de l’entreprise et que l’on peut mobiliser selon les besoins. En d’autres termes, la bonne définition et la bonne théorisation dépendent des questions que l’on se pose à propos de cet objet.

9A priori cette posture ne semble pas déraisonnable : a-t-on besoin de la même conceptualisation pour comprendre des questions aussi diverses que la formation des prix sur les marchés, la décision stratégique, les comportements des personnels au sein de l’entreprise, la source des avantages concurrentiels, etc. ? De fait, les différentes théories disponibles ont été développées pour traiter différentes questions renvoyant à différents niveaux d’analyse et en mobilisant différentes unités d’analyse (la transaction, le décideur, etc.)

10Pourtant, cette posture paraît contestable et peu féconde pour différentes raisons :

  • Si l’entreprise présente bien différentes facettes qui peuvent justifier des regards ou des analyses spécifiques (d’où le découpage des sciences de gestion en différentes sous-disciplines), elle n’est réductible à aucune d’entre elles. Comprendre l’entreprise suppose une approche intégrée2. C’est ce que nous apprennent les théories des organisations, même si ses différents courants nourrissent depuis longtemps une forme de dualisme consistant à saisir l’organisation tantôt comme un système rationnel, susceptible de calculs (un outil au service d’un ensemble d’objectifs), tantôt comme un système social/naturel étranger à une stricte rationalité instrumentale (Selznick, 1948).
  • Les niveaux d’analyse forment système et ne peuvent être traités indépendamment les uns des autres. C’est leur articulation qu’il faut explorer, dans l’esprit d’une approche co-évolutionniste. Il est ainsi évident que l’on ne peut dissocier l’entreprise des régulations globales (sectorielles, nationales, mondiales) dans lesquelles ses activités s’inscrivent, ni traiter de ces régulations sans prendre en compte le pouvoir agissant de l’entreprise ou de groupes d’entreprises à leur endroit.

11Même si une approche véritablement intégrée semble encore hors de portée, on peut progresser dans ce sens et introduire une conceptualisation plus riche de l’entreprise en s’appuyant sur deux entrées non indépendantes : l’entreprise est une organisation et en possède les traits distinctifs ; l’entreprise est une « unité active » au sein d’un système et manifeste un agir projectif.

L’entreprise est une organisation

12En management, le fait de considérer l’entreprise comme une organisation relève de l’évidence. En économie, c’est sans doute moins flagrant puisque la célèbre « boîte noire » est toujours plus ou moins dans les esprits, mais un certain nombre d’auteurs ont également adopté ce point de vue depuis longtemps. En théorie de la firme, F. Perroux fait partie de ces quelques auteurs qui considèrent l’entreprise comme une organisation au sens de constellation de ressources productives dont l’utilisation requiert une coordination via un organe administratif (il faudrait également, évidemment, citer H. Simon, E. Penrose, etc.).

13Cette façon de voir peut nous faire entrer dans une sorte de régression à l’infini : pour définir l’entreprise, il faut commencer par définir l’organisation, ce qui supposerait de définir encore autre chose. De fait, la définition de l’organisation ne va pas non plus de soi et il existe là aussi pléthore de propositions.

14On retiendra simplement ici quelques points qui semblent faire consensus, au moins en tant qu’éléments dont on peut débattre ou qui permettent de distinguer l’organisation d’autres groupes sociaux. On admet ainsi, d’ordinaire, qu’une organisation possède : des traits « structurels » : détention et/ou disponibilité de ressources, existence de frontières, caractère substituable des participants ; des traits « processuels » : finalisation (l’organisation est créée pour un objet), fonctionnement principalement par échange (mais aussi par contrainte et pseudo-don).

15Au-delà de ces propriétés, l’organisation présente trois facettes qui nourrissent chacune une tradition d’analyse : agent de production au sens large (tradition techno-économique), système social (tradition socio-culturelle), système politique (dès lors que l’on considère l’organisation, et c’est aussi une tradition au moins depuis C. Barnard, comme une coalition d’intérêts).

16Si l’on veut aller à l’essentiel, on dira que l’organisation (et donc l’entreprise) est la manifestation d’une action collective. C’est un phénomène qui ne va pas de soi, un phénomène non naturel, dont la genèse et la morphogenèse ressortissent à une dialectique de désencastrement/encastrement, c’est-à-dire :

  • désencastrement : l’organisation (l’entreprise) n’en vient à exister qu’à partir du moment où elle produit des règles spécifiques, qui ne sont pas partagées en dehors d’elle, constitutives de son identité propre. Un collectif se reconnaît et se fonde sur un certain nombre de règles ;
  • encastrement : l’organisation (l’entreprise) n’acquiert sa légitimité, le droit d’exister et de survivre, qu’en « composant »3 avec l’ensemble des règles prévalant dans son univers d’insertion. Le problème est de faire accepter la forme organisationnelle par le ou les univers de référence. En d’autres termes, l’organisation (l’entreprise) est soumise à un contrôle social4 et est jugée de cette façon par la « société ». L’univers d’insertion de l’organisation (l’entreprise) gagne alors à être décrit en termes d’environnement de « valeurs » au sens de E. Rhenman.

17Sur ces bases, en tant qu’organisation, l’entreprise peut être considérée comme un processus de construction permanente, tout autant que comme forme organisationnelle déterminée et plus ou moins figée (notamment dans une représentation théorique). Cela conduit à voir l’entreprise comme une « unité active » guidée ou inspirée par un Projet.

L’entreprise, « unité active », manifestation d’un agir projectif

18La limite des définitions et des théorisations conventionnelles de l’entreprise est de se focaliser sur une forme organisationnelle aux dépens d’une réflexion sur l’essence même de l’entreprise, le moteur ou la logique qui préside à la construction et à l’évolution de la forme organisationnelle.

19En un sens, les questions standards ou génériques qui inspirent bon nombre de courants théoriques en économie de l’organisation, mais aussi en stratégie, sont incomplètes ; Elles n’introduisent pas les questions normatives telles que : Qu’est-ce que les firmes devraient faire ? Pourquoi les firmes sont-elles autorisées à exister ? Quelle est la responsabilité de la firme envers la société ? Sans réponse à ces interrogations d’ordre supérieur, l’exploration d’une question comme « pourquoi les firmes existent-elles ? » risque fort d’être un exercice creux (Peteraf et al., 2008).

20Revenir à l’essentiel consiste à poser que l’essence de l’entreprise est la conception et la conduite d’un projet productif porté par un ou plusieurs acteurs. L’opérationnalisation de ce projet s’analyse en une action d’organiser qui se manifeste par la création d’une forme organisationnelle à même de produire les comportements de coopération et de coordination d’activités que requiert la nature du Projet. C’est ce dernier qui préside à la genèse et à la morphogenèse du collectif, qui participe de la construction de ses frontières, de son identité, de ses capacités dans le jeu des régulations globales dans lequel il s’inscrit.

21À l’origine et dans la durée, l’entreprise est d’abord affaire d’agir projectif, en comprenant par là qu’il s’agit d’un effort d’intelligibilité et de construction de l’action, fondé sur l’anticipation, inséparable de la construction du sens de l’action.

22Il est nécessaire d’introduire d’emblée, et non comme des biais, le fait que l’entreprise n’est, ex-ante, que projets, images, préférences, visions que s’en forgent des acteurs multiples, diversement engagés et impliqués dans des actions communes, que ces représentations sont nécessairement différentes, façonnées par les coordonnées sociales des acteurs, leur trajectoire passée et supputée dans et hors de l’organisation, leur niveau d’aspiration et leur énergie de changement (Martinet, 1995).

23La notion de Projet doit ici être prise dans son sens fondamental, et non simplement managérial, tel que le restitue par exemple J. P. Boutinet.

24Appliquée à l’entreprise, cette notion renvoie à une anticipation de type flou, à caractère opératoire, d’un futur désiré. Le Projet n’est jamais totalement réalisé, toujours à reprendre, cherchant continuellement à polariser l’action sur ce qu’elle n’est pas. Il exprime une intentionnalité, mais qui se comprend comme une régulation autoréflexive et non téléologique.

25Ce Projet présente à la fois un caractère existentiel et une dimension opératoire. Il exprime le fait qu’un collectif se donne des perspectives d’action en lien avec une recherche de sens et de légitimité à ses actes ; il est mobilisé pour réaliser et faire advenir. C’est en même temps un projet d’action : il ne peut se comprendre que par le contenu d’action qui participe à sa définition.

26Dit autrement, le Projet met en jeu le pourquoi, le quoi et le comment de l’existence d’un collectif. Dans le cas de l’entreprise, le Projet s’analyse en trois dimensions :

  • les dimensions éthiques et politiques qu’il met en jeu dans l’action (le « bien commun » dont l’action collective est porteuse) ;
  • les dimensions techno-économiques (les besoins ou missions que l’entreprise entend satisfaire à travers le métier qu’elle choisit d’exercer et les compétences qu’il recouvre) ;
  • les aspects structurels et d’animation par lesquels il se déploie dans le temps et dans l’espace.

27Tout Projet combine ainsi un projet politique, un projet économique et un projet organisationnel.

28Considérer ainsi le Projet comme étant à la base de l’entreprise c’est introduire une « Project-Based-View » qui ne prétend pas récuser toutes les lectures déjà proposées du phénomène « entreprise », mais revenir sur des questions fondamentales soit négligées, soit traitées sur la base de postulats discutables.

29En particulier, cela conduit à revenir sur la question de la rationalité en ne condamnant pas la recherche en management à s’inscrire dans une logique uniquement instrumentale dans la mesure où la question des finalités n’est pas renvoyée sur une instance extérieure (le marché ou l’État). La rationalité porte aussi sur les fins et met en jeu des savoirs et des valeurs. À travers le Projet, on ne dissocie pas le politique et le stratégique et, en corollaire, on s’autorise à prendre en compte la diversité des objectifs susceptibles d’inspirer la stratégie de l’entreprise plutôt que de postuler la seule maximisation du profit.

30Ces aspects sont manifestement au cœur d’une théorie de l’entreprise et de la question de sa responsabilité. Celle-ci ne peut être pensée sans comprendre comment les acteurs rationalisent leurs actions d’une part, et comment cette rationalisation est aussi régulation et participe des régulations qui la contraignent d’autre part.

31Ce détour par la notion de Projet peut paraître incongru au regard des transformations contemporaines de l’entreprise. Ce qu’elles donnent à voir c’est la financiarisation du capitalisme et la réduction des projets à des figures imposées et indifférenciées, comme le triptyque « recentrage sur un métier unique, cession d’activités dont le rendement est inférieur à la moyenne, rachat de ses propres actions » (Martinet, 2007). Mais c’est précisément ce genre de constats qui rend ce détour nécessaire.

Bibliographie

Eggens J.-B. (1975), « Peut-on parler d’une théorie générale de la firme ? », Revue Française de Gestion, mai et novembre.

Martinet A.-C. (dir.) (2007), Sciences du management. Épistémique, pragmatique et éthique, Vuibert/Fnege.

Peteraf M.-A., Pitelis C. N., Zollo M. (2008), « On The Metamorphosis of (the Theory of) the Firm », Organization Studies, 29/8&9.

Perroux F. (1973), Pouvoir et Économie, Paris, Bordas.

Rhenman E. (1973), Organization Theory for Long-Range Planning, Wiley.

Selznick P. (1948), « Foundations of the Theory of Organization », American Sociological Review, 13/1, p. 25-35.

Annexes

Voir aussi

Biens publics mondiaux, Contrat, Convention, Institution, Marchandises fictives, Rapport social à l’environnement, Règle, Théorie de la Régulation

Notes

1 Comme le disait J.-B. Eggens « […] devant tant de concepts, tant d’auteurs, tant de carrefours menant à tant de voies, on est tenté d’imiter le feuilletonniste qui, ne sachant plus que faire de tous les personnages qu’il a créés au fil de la plume, les réunit dans une île et la fait sauter » (in Revue Française de Gestion, nov. 1975).

2 En sciences de gestion, le langage stratégique peut exprimer cette approche intégrée, mais le langage financier a cette même prétention (Martinet, 2009).

3 Le terme « composant » désigne ici, implicitement, l’ensemble des stratégies possibles de l’entreprise vis-à-vis des règles en vigueur, plus généralement vis-à-vis des pressions institutionnelles : de la soumission (réelle ou de façade), au contournement, en passant par la contestation, l’action de modification des règles, etc.

4 Comme Simon (1947), Thompson (1967) et d’autres l’ont souligné, l’essentiel du « contrôle social » exercé sur les organisations s’exprime en normes prescrivant l’efficience et la rationalité.

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540