Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire critique de la RSE

 | 
Nicolas Postel
, 
Richard Sobel

Pratique

Investissement socialement responsable

Élise Penalva Icher

Texte intégral

1Argent et morale ne font traditionnellement pas bon ménage. Simmel, dans Philosophie de l’argent (1900) souligne la nature particulière de l’argent qui d’un moyen arrive à s’ériger en une fin. Cette spécificité a pour conséquence que l’argent qui devrait être une unité de mesure de la valeur acquiert une valeur propre et finit par s’imposer. Cette prééminence repose sur la facilité avec laquelle il permet d’agir dans un monde où les échanges sont complexes et constants. L’argent finit par s’imposer comme un régime de pensée, nous dit Simmel, celui-là même qui rend possible l’évaluation et établit le rapport que les individus entretiennent avec le monde. On peut reprendre les mots de Simmel qui décrit l’argent comme :

2« Un aiguillon permanent qui incite l’homme moderne à s’activer, il a désormais un but qui s’impose à lui d’emblée comme une pièce de résistance dès lors que d’autres buts lui laissent de la marge – un but qui est toujours là en puissance » (Simmel, 2006, p. 34).

3Les activités liées à l’argent ne répondent donc que difficilement à d’autres déterminants comme la morale ou l’éthique. Cette pluralité des régimes crée des dissonances et la rationalité issue de l’argent finie souvent par l’emporter. Cependant, depuis les années 1920 aux États-Unis et le milieu des années 1990 en France, on voit apparaître des formes d’investissement ne reposant pas uniquement sur des critères financiers, mais également sur des choix relevant de critères extra-financiers. Après avoir hésité entre la dénomination fonds éthiques ou fonds de développement durable, le terme d’investissement socialement responsable (ISR) s’impose en France au début des années 2000 pour décrire ces investissements extra-financiers. La définition de leur responsabilité renvoie parfois à des croyances religieuses, parfois à d’autres systèmes de valeurs. Le point commun de ces références est leur extériorité au monde de l’argent. Le système de valeurs structurant aujourd’hui cette responsabilité repose principalement sur la responsabilité sociale des entreprises, ce qui explique que le terme d’investissement socialement responsable a d’ailleurs fini par s’imposer. Certains fonds d’investissement ne veulent donc plus investir uniquement pour le profit. Ils se posent la question de la valeur morale, sociale, environnementale ou même religieuse de leurs titres et investissent de manière dite « socialement responsable ». Tout comme la Responsabilité Sociale des Entreprises interroge les déterminants de l’action dans l’entreprise, l’Investissement Socialement Responsable (ISR) le fait en finance. Comme l’a montré Max Weber avec sa typologie des déterminants de l’activité sociale, l’analyse des motivations de l’action passe par le repérage des certaines formes de rationalité comme la rationalité en valeurs ou la rationalité en finalité.

Quels déterminants à l’investissement socialement responsable ?

4À ce stade, on peut recenser deux possibilités pour déterminer ce principe de « responsabilité » en finance : soit l’investissement est soutenu par un système de valeurs externe au monde financier comme la religion, la morale ou le développement durable, soit il est intrinsèque au monde financier. Dans le cas d’une morale extérieure à la finance, l’éthique de l’investissement responsable suivrait une rationalité en valeur. Dans le cas d’une responsabilité qui repose sur des principes internes au monde financier, on comprend que celle-ci est mue par une rationalité en finalité.

5Nous allons examiner alternativement ces deux possibilités à l’aune des différentes pratiques qui sont désignées sous le vocable d’investissement socialement responsable. Cette typologie des différentes pratiques de l’Investissement Socialement Responsable repose sur une étude de ses formes variées d’investissements qui se désignent comme responsables en France, mais également dans d’autres pays du monde comme les États-Unis, le Royaume-Uni, les Pays-Bas ou la Belgique… Ce terme encore flou d’ISR renvoie à de pratiques d’investissement ou de gestion très diverses. On peut néanmoins les classer selon une opposition qui se dessine entre les pratiques d’exclusion et les pratiques de sélection.

Exclusion morale

6La pratique la plus courue dans la gestion d’actifs est celle du screening ou filtrage. Il s’agit d’un procédé classique en finance qui consiste à appliquer un filtre pour sélectionner les actions éligibles au portefeuille d’investissement. Ce filtrage peut être appliqué de manière négative. Il s’agit alors d’exclure certains secteurs d’activité. Dans ce cas, on parle d’exclusion ou de screening négatif. Ce procédé est utilisé par les fonds éthiques, qui écartent des secteurs qu’ils perçoivent comme « sensibles » (c’est-à-dire le tabac, l’alcool, l’armement ou la pornographie…). La sensibilité de ces secteurs ne se fonde pas sur des indicateurs économiques mais sur des valeurs morales, portées par d’autres groupes sociaux comme les institutions religieuses ou les groupes de pression de la société civile. Les secteurs d’activité visés ne peuvent donc pour des raisons morales – c’est-à-dire ici d’un autre ordre que financier – appartenir à l’univers d’investissement. Cette pratique de l’investissement éthique est celle des fonds originels américains qui sont apparus aux États-Unis pour répondre aux exigences de certains investisseurs religieux dans les années 1920. L’objectif est de bannir des sins stocks ou des actions financières justement désignées comme relevant du péché. Les bénéfices issus de ces titres seraient le fruit d’un péché, ou en terme plus sociologique d’une déviance, c’est-à-dire d’une transgression à la règle. Cette règle étant édictée par des entrepreneurs de morale qui sont des groupes sociaux qui ne tirent pas leur pouvoir de la finance, mais d’autres espaces sociaux (Becker, 1963). Plus tard, ce principe est repris par des groupes de pression politiques pour dénoncer les investissements liés à la guerre du Vietnam ou au régime d’Apartheid en Afrique du Sud.

7Les fonds de pensions néerlandais pratiquent eux aussi majoritairement ce screening négatif. Dans ce cas ils suivent néanmoins une logique un peu différente. Au Pays-Bas, l’exclusion est justifiée par une politique de gestion des risques. L’argumentation ne repose pas sur une morale religieuse ou politique, mais sur une morale économique, qui viendrait cependant elle aussi combler ce qui est perçu comme une amoralité financière par ces investisseurs se voulant responsables. Là encore le mode de justification arrive d’un monde social extérieur à la finance en ce qu’il oppose économie industrielle réelle et finance. On peut donner un exemple de cette conception de l’ISR autour du tabac. Certains investisseurs font l’hypothèse que le tabac finira par être prohibé à plus ou moins long terme ou qu’à moyen terme le nombre de fumeurs va décroître étant donné la surmortalité associée à la consommation de cigarettes. Le tabac ne représente donc pas un investissement rentable à long terme et c’est pourquoi il n’est pas responsable. L’investisseur n’est dans ce cas pas motivé par l’obtention d’une plus-value rapide. Il ne s’identifie pas à un spéculateur.

8Une autre pratique doit être incluse dans cette démarche d’investissement responsable, même si elle ne s’y apparente pas totalement. L’investissement communautaire ou solidaire ne consiste pas en une pratique d’investissement responsable à proprement parler dans le sens où ce n’est pas la gestion qui diffère, mais la finalité des bénéfices. Dans le cas de l’investissement solidaire, l’investisseur peut soit investir dans un projet qui n’a rien à voir avec le fait de faire de l’argent (comme par exemple un projet d’aide aux chômeurs ou d’aménagement du territoire), soit reverser une partie de ses bénéfices à une association. Cela relève de la logique du don et non du profit. Une partie des bénéfices sera alors versée à des organismes caritatifs ou des projets aidant une communauté. Dans le cas de ces fonds de partage, c’est bien l’adhésion à une éthique commune opposée à la logique financière qui motive ce don.

9Le cas de la finance islamique relève également de pratiques d’investissement liées à l’exclusion. Pourtant, les acteurs de l’investissement socialement responsable en France ont tendance à ne pas considérer la finance islamique comme relevant de leur activité. La raison en est qu’ils utilisent une définition de leur action qui s’appuie sur d’autres déterminants.

La performance comme valeur

10À présent intéressons-nous aux pratiques d’investissement responsables qui ne répondent pas à une rationalité en valeur mais à une rationalité en finalité. Alors que les pratiques précédemment citées partent du principe qu’il n’y a pas de morale en finance et qu’on doit lui apposer une échelle de valeurs extérieure, les pratiques que nous allons développer à présent reposent sur une éthique interne à la finance. Elles mettent donc en avant un principe d’action misant sur l’efficacité pour construire l’éthique de responsabilité. Le cœur de l’efficacité dans le monde financier s’exprime autour de la notion de performance.

11Dans le cas du screening positif, le filtrage n’est plus exclusif, mais sélectif. L’idée n’est plus d’exclure certains types d’entreprises, mais de les inclure pour leur plus-value sociale ou environnementale dans la notation des entreprises. Les entreprises sont alors sélectionnées sur leurs démarches de RSE pour intégrer les fonds. Le principe dit triple bottom line, qui traduit l’intégration des trois dimensions du développement durable (économie, société et environnement) à la performance d’une entreprise et dans une perspective de long terme prévaut.

12Cette sélection positive peut s’effectuer secteur d’activité par secteur d’activité. On parle alors de best-in-class. En effet, il est difficile de comparer les activités polluantes d’un groupe pétrolier avec celles d’une banque ; les enjeux et les unités de mesure ne sont pas les mêmes. L’idée sous-jacente au best-in-class est d’encourager les bonnes pratiques au sein d’un même secteur. Les acteurs comparent volontiers cette pratique à une forme de pédagogie incluant dans l’efficacité une volonté d’apprentissage et devant susciter une émulation des comportements. La difficulté réside dans la définition de ce qu’est une « bonne » pratique et a fortiori une « meilleure » pratique. Ce choix procède d’un calcul financier et également d’une classification plus subjective mais toujours ancrée dans le monde financier car elle repose sur la notion de performance.

13On peut ajouter une dernière pratique à ce panorama de l’investissement responsable. Il s’agit de ce que les Britanniques nomment engagement, et qui prend le nom en France d’activisme actionnarial. Cette pratique se situe en amont de la gestion des titres et vise à appliquer l’efficacité de l’évaluation financière des entreprises non plus en aval à des critères extra-financiers comme dans le cas du best-in-class, mais à la gestion même de l’entreprise. Ce dialogue est une intégration de l’ethos financier à la gestion des entreprises. En effet, il vise à augmenter la performance des entreprises en contrôlant leurs comportements sociaux ou environnementaux. La finance justifie alors par son éthique des pratiques qui ne la concernait pas à l’origine comme la gouvernance des entreprises, la protection de l’environnement ou de la société. La bourse devient le gendarme de l’industrie et lui applique ses échelles de mesures.

L’injonction de la performance

14Le screening positif et le best-in-class sont les pratiques majoritaires en France. Cette seconde forme de rationalité l’emporte donc dans la définition de l’investissement socialement responsable. Cela participe à un processus de rationalisation plus général qui vise à appliquer à des mondes sociaux extérieurs à la finance une injonction d’efficacité comme elle est définie en finance c’est-à-dire autour de la performance. En ce sens, l’investissement socialement responsable peut participer à un mythe progressiste qui utilise l’illusion de la performance financière pour s’imposer en s’appuyant sur la rationalité en finalité qui dérive de cette performance. Un des arguments pour dénaturaliser ce mythe progressiste se trouve dans l’abondante littérature en sciences de gestion qui interroge l’existence non prouvée à ce jour d’une sur-performance financière des fonds responsables (Gond, 2001 ; Allouche, Laroche, 2005). D’un point de vue sociologique, l’imposition de cette règle de la performance renvoie au groupe social qui la soutient. La question de la rationalité de l’investissement socialement responsable éclaire cet aspect politique du rapport du monde financier au reste de la société.

15Dans son œuvre, Simmel souligne également qu’en devenant une fin, l’argent intronise son mode calculatoire dans les mondes au sein desquels il est présent. Ainsi, l’ISR permet à la finance de mesurer des espaces qui jusque-là lui échappaient : la société et l’environnement. La rationalité financière peut désormais saisir des objets comme l’homme ou la nature et leur appliquer des standards de mesure. La RSE voudrait que la performance des entreprises soit une mesure qui ne relève pas que de la finance. La nature de l’argent introduit le risque que ce soit l’inverse qui se produise et que la société et l’environnement deviennent des objets de performance, résumable et comparable dans des échelles de mesures financières.

Bibliographie

Allouche J., Laroche P. (2005), « Corporate Social Responsibility and Corporate Financial Performance: a Survey », in Allouche J. (dir.), Corporate Social Responsibility. Performances and Stakeholders, Chapter 1, London, Palgrave Mac Millan.

Becker H. S. (1963 [1985]), Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié.

Godechot O. (2007), Working Rich : salaires, bonus et appropriation du profit dans l’industrie financière, Paris, La Découverte.

Gond J.-P. (2001), « L’Éthique est-elle profitable ? », Revue Française de gestion, n° 136, p. 72-86.

Orléan A. (1999), Le pouvoir de la finance, Paris, Odile Jacob.

Simmel G. (1928 [2006]), L’argent dans la culture moderne. Et autres essais sur l’économie de la vie, Éditions de la maison des sciences de l’homme, Québec, Presses de l’Université de Laval.

Weber M. (1964, [1905]), L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Plon.

Annexes

Voir aussi

Chine, Développement (Pays en), Développement territorial, Émergents (Pays), État social, Investissements fonciers à grande échelle, Valeur ajoutée

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540