Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire critique de la RSE

 | 
Nicolas Postel
, 
Richard Sobel

Théorie

Post-Fordisme(s)

François-Xavier Devetter

Texte intégral

1Si le mode de production fordiste a pu faire l’objet d’un relatif consensus au sein de la théorie de la Régulation et même bien au-delà, il n’en va pas de même pour le mode de régulation qui lui succède. Certes, la remise en cause et la crise du modèle fordiste est largement constatée mais les transformations en cours sont relativement diverses et peuvent donner lieu à des scénarios variés d’évolution. Les candidats à « l’après fordisme » sont multiples et le post-fordisme semble d’abord s’écrire au pluriel.

2Les travaux visant à définir le ou les successeurs au régime de production fordiste se sont le plus souvent d’abord intéressés aux transformations du rapport salarial et plus encore de l’organisation du travail et de la production (section 1). La recherche de la cohérence d’un mode de régulation post-fordiste intégrant l’ensemble des formes institutionnelles n’est venue qu’ensuite et sa définition demeure largement en débat (section 2).

Une nouvelle forme d’organisation de la production marquée par la flexibilité…

3La remise en cause du fordisme s’est traduite par des évolutions multiples de l’organisation du travail et de la production mais derrière cette pluralité de transformations, l’émergence d’une plus grande flexibilité apparaît comme un trait dominant. En effet, la contestation du fordisme passe d’abord par la critique de son caractère rigide et uniforme. La demande de « flexibilité » tant de la part des entreprises que des salariés eux-mêmes (en matière de temps de travail par exemple) apparaît comme une caractéristique majeure de l’après-fordisme (Boyer et alii, 1986). Cette flexibilité accrue se traduit par trois phénomènes complémentaires modifiant en profondeur l’organisation du travail et de la production : le renforcement du rôle apparent du consommateur, le passage d’une logique de débit à une logique de l’événement et enfin un recours plus important à l’externalisation.

4L’organisation de la production fordiste se transforme d’abord en accordant, tout au moins en apparence, une place accrue à la figure du consommateur. Les logiques de personnalisation, de production sur-mesure, ou encore les stratégies de diversification se développent et s’opposent à la standardisation stricte censée caractériser le fordisme. L’irruption du client dans le processus de production renforce les exigences de flexibilité qui se répercutent sur l’organisation du travail. Cet effet est particulièrement visible au niveau de l’organisation des temps de travail. Le régime temporel fordiste marqué par une grande rigidité et l’existence de rythmes collectifs fortement respectés s’effrite au profit d’une pluralité de formes d’organisation des temps de travail accordant parfois plus de souplesse aux salariés (horaires à la carte) mais exigeant le plus souvent une disponibilité temporelle plus forte via l’annualisation du temps de travail par exemple (Devetter, 2002). La volonté de flexibiliser le système de production passe également par la mise en œuvre de dispositifs du type « juste à temps », dans lequel les quantités et la variété des biens et des services à produire sont déterminées à partir de la demande. Le rôle des stocks est considérablement amoindri. Ceci implique également la « miniaturisation » de l’entreprise par l’élimination des gaspillages (d’espace, d’invendus, de machines) et, surtout, par la réduction de la force de travail en excès par rapport à la demande. Enfin, l’émergence du client dans l’organisation de la production s’appuie aussi sur l’affirmation de nouveaux secteurs comme idéaux-types (services, bâtiment, etc.). Le modèle de la production industrielle et de la grande industrie (notamment automobile) s’estompe au profit de secteurs tertiaires comme la grande distribution. À nouveau ces transformations semblent particulièrement visibles au niveau des temps et des rythmes de travail : les temporalités marchandes s’imposent assez largement, même si les contraintes purement industrielles (travail à la chaîne, rythmes répétitifs) sont loin de disparaître (Coutrot, 2002).

5Le système productif est également influencé par les innovations technologiques et notamment la diffusion des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication. Le développement des nouvelles technologies favorise la « transversalition des domaines » et renforce l’importance dans le système productif des connaissances et des savoirs généraux. Pour caractériser ces phénomènes on parlera d’économie de la connaissance ou d’économie de l’information. Associées à la poursuite de la tertiarisation, les NTIC renforcent le poids les activités « communicationnelles » ou « relationnelles » aux dépens des tâches directement liées à production matérielle. La logique industrielle du débit est alors remplacée par une logique de l’événement (Zarifian, 1995) qui accroît la séparation entre exécution (ouvriers spécialisés) et programmation (techniciens, cadres). Ces nouvelles formes de division du travail sont ainsi davantage marquées par les « rapports sociaux de services » (Gadrey, 2003). Les relations qui se nouent autour de la relation de service impliquent ainsi une redéfinition du rapport salarial atténuant, en apparence, l’antagonisme marquant la production industrielle.

6La recherche de flexibilité passe enfin par de nouvelles méthodes de gestion de ressources humaines mais qui peuvent suivre des voies assez éloignées. Ainsi à côté de stratégies visant au dépassement de la parcellisation des fonctions typiques du taylorisme (d’où la polyvalence affichée de l’ouvrier postfordiste), se développent également des méthodes de production assises sur une flexibilité externe. La recherche de l’élimination des rigidités contractuelles implique alors plusieurs évolutions de l’emploi qui ont les caractéristiques suivantes depuis les années quatre-vingt :

  • Il s’agit d’abord de la précarisation des contrats et de la diffusion des formes particulières d’emplois (intérim, contrats à durée déterminée, temps partiel). Si le CDI reste largement dominant en termes de stocks, il devient rapidement minoritaire en termes de flux. La description de la précarisation de l’ensemble de la population active doit certes être fortement nuancée : l’ancienneté moyenne dans l’emploi reste ainsi élevée en France et tend même à croître durant les années 80-90 mais la croissance de l’emploi précaire se concentre sur les franges les plus fragiles du salariat (jeunes, immigrés, femmes) dont l’insertion plus récente sur le marché du travail rend les positions délicates.
  • La volonté de réduire les rigidités du rapport salarial favorise également les processus d’individualisation notamment des rémunérations, des temps de travail, et des carrières, et donc une croissance des inégalités salariales.
  • Enfin, la volonté de flexibiliser la production encourage les phénomènes d’externalisation (sous-traitance) de toutes les fonctions productives « annexes ». Cette tendance est alors à l’origine de l’émergence d’une nouvelle couche de travailleurs indépendants ou de salariés de PME dépendantes, soumis directement aux fluctuations de la demande et ne bénéficiant plus des protections de la grande entreprise (présence syndicale, Comité d’Entreprise, etc.).

7Au final, la crise du fordisme se traduit par une « remarchandisation » (au sens de Polanyi) du travail (Sobel et alii, 2010) mais cette dernière n’implique ni les mêmes conséquences ni se s’applique avec la même vigueur au sein de tous les segments du marché du travail.

… qui induit une polarisation plus grande de la société

8Les premiers travaux relatifs aux post-fordismes se sont d’abord intéressés à l’organisation du travail, mais il est clair que ces transformations ont des répercussions plus larges sur l’ensemble du mode régulation. À nouveau, si la diversité des évolutions et des trajectoires ne permet pas de dresser le portrait d’un seul mode de production post-fordiste aussi cohérent que son prédécesseur, nous pouvons en souligner la caractéristique centrale que constitue une polarisation plus grande de la société. En effet si d’autres scénarios possibles existent, celui d’une évolution vers un modèle libéral, dual et assistanciel (Sobel, 2008) demeure, pour le moment, le plus probable. La flexibilité accrue de la production a ainsi induit un dualisme plus important du système d’emploi. Ce dualisme, associé à la financiarisation et à la globalisation de l’économie a parallèlement favorisé une croissance nette des inégalités d’autant plus qu’aux inégalités sociales s’ajoutent de nouvelles formes d’injustices et de revendications autour de la notion de « reconnaissance ».

9Le développement des formes particulières d’emplois favorise le maintien d’un segment secondaire du marché du travail (en termes de stabilité de l’emploi, de rémunération, de disponibilité). Les logiques de marchés internes sont remises en causes et nombre d’entre eux sont fortement déstabilisés. Pour autant tous les emplois ne sont pas touchés, et au contraire certains segments du marché du travail conservent leur stabilité et bénéficient de la montée des qualifications. Les créations d’emplois depuis la fin des années 80 concernent à la fois des emplois très qualifiés (montée rapide de la part des cadres et ingénieurs) mais également des emplois non qualifiés. Ainsi la part des emplois non qualifiés qui diminuaient de manière régulière depuis la seconde guerre mondiale atteint un seuil plancher en 1993 et remonte assez rapidement depuis, notamment du fait du développement des postes d’employés non qualifiés dans les services (commerce de détails, hôtellerie-restauration, services personnels et domestiques). Le système d’emploi est ainsi plus dual avec une croissance concomitante des « bons » et des « mauvais » emplois. Les inégalités salariales sont croissantes et le sentiment de déclassement ou la crainte de basculer dans la précarité deviennent des peurs sociales répandues (Maurin, 2009).

10Ce dualisme est renforcé par le poids croissant des revenus du patrimoine à la fois immobilier et financier. Ainsi les inégalités de niveau de vie sont sensiblement plus fortes que celles liées aux seuls écarts de revenus d’activité. La concentration des revenus du patrimoine est particulièrement forte en haut de la distribution : alors que le revenu disponible des 20 % des ménages les plus aisés représente 40 % du revenu disponible de l’ensemble des ménages, ce sont 81 % des revenus financiers qui vont à ce dernier quintile. La financiarisation ainsi que le processus de globalisation, pèsent sur le partage de la valeur ajoutée dans un sens défavorable aux salariés, notamment dans un contexte de chômage élevé. De nouvelles formes de pauvreté, à l’image des working-poors, tendent également à se développer.

11Enfin, les transformations de l’organisation du travail nécessitent souvent une implication plus grande des salariés qui peut déboucher sur un « management de la subjectivité ». Il en résulte un changement profond du travail comme expérience sociale, les dimensions liées au « savoir-être » sont valorisées aux dépens des « savoir-faire ». La question de la « reconnaissance » est alors d’autant plus intense et prend davantage d’importance au sein des revendications des salariés, sans pour autant faire disparaître les questions de redistribution (Fraser, 2004). La « souffrance au travail » (Dejours, 2009), la dignité du travailleur, les questions de discriminations s’ajoutent aux luttes plus traditionnelles relatives au partage de la valeur ajoutée. Parallèlement, cette demande d’implication, cumulée à une exigence plus forte en termes de disponibilité temporelle (mais également en lien avec une croissance nette de l’activité féminine par rapport à la période fordiste), rend plus délicate la séparation des sphères professionnelles et non professionnelles. Le compromis fordiste – échangeant salaire contre acception d’un travail aliénant – est à ce niveau largement remis en cause.

12Dans ce cadre, la Responsabilité Sociale des Entreprises semble jouer un rôle important d’atténuation et d’accompagnement (notamment en permettant une négociation partielle) des transformations en introduisant notamment des dimensions éthiques dans le comportement des agents. Pour autant, en reposant sur une vision « contractualiste » (les règles mises en place demeurent librement consenties, Sobel et alii, 2010), les processus de RSE ne permettent pas de faire face à la croissance des inégalités caractérisant les systèmes d’emplois post-fordistes.

13L’érosion du rapport salarial fordiste laisse ainsi place à une situation beaucoup moins stable comme l’illustre la difficulté qu’éprouvent les chercheurs à la nommer. L’appellation « post-fordisme » s’effectue bien par défaut tandis que les termes candidats pour une formulation positive sont multiples : Toyotisme, Uddevalisme, société de la connaissance, économie immatérielle, capitalisme financiarisé, etc. Le mode de régulation post-fordiste apparaît ainsi pluriel. Cette pluralité est visible à travers la diversité des modèles nationaux mais surtout, au sein de chacun de ces modèles, à travers la tendance à l’éclatement d’un rapport salarial majoritaire.

14La disparition progressive du rapport salarial fordiste ne profite pas à un modèle alternatif mais laisse la place au contraire à au moins deux types d’organisation du travail et de l’emploi. Si pour une part des salariés (les plus qualifiés, les plus protégés) la sortie du fordisme apporte une forme de souplesse choisie, la régression des protections et des rythmes collectifs se traduit par une flexibilité et une précarité accrues pour les franges les plus fragiles de la population active. Ainsi au-delà de la diversité des évolutions nationales, le dualisme semble bien la caractéristique majeure du post-fordisme.

Bibliographie

Boyer R. (dir.) (1986), La Flexibilité du Travail en Europe, Paris, La Découverte.

Coutrot T. (2002), Critique de l’organisation du travail, Paris, La Découverte, coll. « Repères ».

Dejours C. (2009), Travail, usure mentale : Essai de psychopathologie du travail, Paris, Bayard.

Devetter F.-X. (2002), « Quelle convention post-fordiste de disponibilité temporelle au travail ? » Formation Emploi, n° 78, juin 2002.

Fraser N. (2004), « Justice Sociale, redistribution et reconnaissance », Revue du MAUSS, n° 23, p. 151-164.

Gadrey J. (2003), Socio-économie des services, Paris, La Découverte, coll. « Repères ».

Maurin E. (2009), La Peur du Déclassement, Sociologie des régressions, Paris, Le Seuil, coll. « La République des Idées ».

Sobel R. (2008), « Travail salarié et “société salariale” : de Marx à Marx, en passant par la sécurité sociale », L’Homme et la Société, n° 170, septembre-décembre.

Sobel R. et al. (2010), « La RSE : une nouvelle forme de démarchandisation ? », L’Économie politique 1/2010, n° 45, p. 83-98.

Zariffian P. (1995), Le travail et l’événement, Paris, L’Harmattan.

Annexes

Voir aussi

Capitalisme, Chaînes globales de valeur, Financiarisation, Fordisme, Modes de régulation, Rapport salarial, Sous-traitance, Taylorisme

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540