Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire critique de la RSE

 | 
Nicolas Postel
, 
Richard Sobel

Théorie

Fordisme

Nicolas Postel et Richard Sobel

Texte intégral

1Par commodité, même si cela demande à être nuancé s’agissant des « applications nationales », on désigne sous le nom de fordisme les systèmes de relations professionnelles et sociales qui se sont mis progressivement en place durant la première moitié du XXe siècle et développés après-guerre (Aglietta, 1976 ; Coriat, 1979). D’un point de vue institutionnaliste, l’analyse du fordisme ne doit pas se limiter à une simple approche macroéconomique fonctionnaliste, mais doit mettre au jour et problématiser le compromis sociopolitique qui le sous-tend. Manière d’éclairer le mouvement actuel de la RSE comme un phénomène co-extensif à la « crise du fordisme » et aux dérégulations du « post-fordisme ».

Le compromis socio-politique fordiste

2Le fordisme peut être considéré comme une forme d’intégration du salariat au mode de production capitaliste à travers la constitution du rapport salarial administré. Ce dernier intègre la « force de travail » par « les deux bouts » dans la dynamique économique, c’est-à-dire certes en tant que « force de production »dans le procès de valorisation du capital, mais aussi et surtout en tant que force de consommation essentielle à la validation des productions marchandes à travers l’extension sociale d’une norme de consommation.

3Cette articulation vertueuse entre rentabilité et débouchés s’est opérée sur la base du compromis politique fordiste : il désigne une phase historique durant laquelle le rapport salarial, incorporant sous la forme de « compromis institutionnalisés » (André, Delorme, 1983) des conquêtes sociales et politiques du mouvement ouvrier organisé depuis la fin du XIXe siècle, concilie, sur une base d’accumulation essentiellement nationale, dans une certaine mesure, efficacité économique et justice sociale (Boyer, 1991). Ce compromis associe entre les interlocuteurs sociaux :

  • Dans les entreprises, l’acceptation par les syndicats des prérogatives des directions en matière d’organisation, de technologie et de politique de produits, c’est-à-dire l’acceptation des méthodes tayloriennes et fordiennes comme support, dans les secteurs moteurs, d’une croissance désormais intensive, c’est-à-dire basée sur l’obtention accrue et systématique des gains de productivité.
  • Et, en contrepartie, l’institutionnalisation d’une formule salariale basée sur la généralisation de l’emploi à durée indéterminée, lui-même conforté par un droit du travail enrichi et par une politique de conventions collectives menées au niveau du secteur, de la branche ou de la nation. Ce rapport salarial garantissait par le biais d’avantages financiers portant soit sur le salaire direct soit sur les avantages sociaux, une progression du niveau de vie plus ou moins proportionnée à la dynamique de la productivité. Piliers des « État-providence » nationaux, la protection sociale et l’extension des services publics complétaient cette consolidation du rapport salarial en constituant un véritable contrepoids à une logique purement concurrentielle (dominante dans le rapport salarial partiel du XIXe siècle, où l’intégration du salarié est minimale et précaire, et socialement dévalorisée) et en faisant reposer la stabilité de la condition sociale sur des droits collectifs conquis. Grande intégratrice, la condition salariale s’est ainsi constituée, dans un système malgré tout capitaliste, en situation sociale enviable et attractive (Aglietta, Brender, 1984 ; Castel, 1995).
  • Le fordisme repose ainsi sur une forme de compromis autour du principe du progrès compris comme progrès matériel et technique. Le principe d’une croissance du PIB comme condition nécessaire à l’établissement du compromis social est ainsi acté1. La méconnaissance des pollutions et de leurs effets d’un côté, la prégnance du paradigme scientifique considérant la nature comme inaltérable et renouvelable de l’autre, encouragent la croyance dans les vertus du progrès technique. Pour le dire autrement, le rapport social à l’environnement naturel est non problématique (Rousseau, Zuindeau, 2007).

4L’aspect proprement macro-économique, à savoir les « cercles vertueux de la croissance fordiste » (L’aptitude à faire de la production de masse, avec de fortes économies d’échelle et des gains de productivité correspondant à la capacité de promouvoir une consommation de masse procurant des débouchés croissants), est désormais bien connu et peut être formalisé dans le cadre d’une modélisation qui combine approches régulationniste et postkeynésienne (Boyer, 2011). C’est sur un aspect institutionnaliste plus fondamental que nous voudrions ici insister : le compromis salarial fordiste peut être interprété comme une tentative de fonder macroéconomiquement les règles éthico-politiques présidant à la coopération conflictuelle entre capitalistes et salariés. L’intérêt de cette perspective est de montrer que la question des rapports entre éthique et économie n’est pas contemporaine du mouvement de la RSE. Ce dernier prend une forme particulièrement illusoire lorsqu’il s’annonce comme une rupture fondamentale dans l’ère des rapports entre capital et travail, mieux, comme une rupture définitive et moderne avec l’ancienne forme « conflictuelle » des rapports productifs. Le compromis fordiste représente une forme très subtile et solide d’articulation de l’éthique et de l’efficacité, mais, à la différence du mouvement de la RSE, elle se situe au niveau macro-social. Par commodité, nous parlerons dorénavant de « macroéthique » fordiste, mobilisant des « macroacteurs ».

Un échelon éthique macro social « autour » de l’entreprise…

  • 2 L’État-nation jusqu’à présent, mais cela est amené à changer avec le processus de construction poli (...)

5La « macroéthique » fordiste s’incarne dans toute une série d’institutions concourant à la démarchandisation du travail, et donc à la consolidation de la condition salariale dans le cadre général d’un rapport salarial administré. Du point de vue du monde du travail, le processus de démarchandisation du travail prend la forme institutionnelle collective de l’emploi – au sens large, incluant la protection sociale –, forme qui au-delà de l’espace productif capitaliste dominant, tend à se développer à toutes les formes publiques de mise au travail. Au cœur du rapport salarial fordiste ou rapport salarial administré, l’emploi rassemble en effet, en une forme institutionnelle et dans un espace sociopolitique donné2, une série de dimensions constitutives de toute activité de travail intégrée au fonctionnement de nos économies : la mobilisation du travail, l’usage du travail et l’entretien du travail.

  • 3 Pour les salariés, la régulation quotidienne du travail est le fait de règlement intérieur.

6Le propre de ces dimensions est de rattacher toute relation de travail à un espace de discussion et de production réglementaire essentiellement collectif. La mobilisation met en œuvre les règles d’accès au travail général pour tout individu. Dans nos sociétés, la reconnaissance de cet accès prend une voie majoritaire (le rapport de subordination à un employeur, privé ou public, ou à un donneur d’ordre) et une voie minoritaire (le travail indépendant). Si l’on considère les seuls emplois salariés, la reconnaissance se formalise par le contrat de travail. Les règles d’usage concernent, quant à elles, directement l’exercice même du travail. Ces règles définissent le produit, la qualification, les compétences, les lieux, les horaires, l’intégration au collectif, le degré d’autonomie du travail exercé. Elles sont, pour l’essentiel3, définies à un certain niveau de généralité par des dispositifs conventionnels, le plus souvent articulés à des dispositions légales (conventions collectives pour les salariés, contrats Etat-professions pour les indépendants). Quant aux règles concernant les modalités d’entretien du travail, elles concernent la rémunération et les ressources du travail au sens large, c’est-à-dire directe et indirecte. Cette rémunération n’est pas marchande, mais relève d’un barème des ressources socialisées, fruit de la négociation collective et de la réglementation étatique. Au travers de ces trois dimensions, l’emploi se présente essentiellement comme une construction sociale relevant d’un jeu complexe d’acteurs collectifs institués (les représentants du monde du travail, ceux des employeurs, et la puissance publique). Bien évidemment, cette construction ne s’est pas faite en un jour et sans douleur. Elle a une histoire, celle des « conquêtes sociales » fruits des luttes ouvrières et mises en forme par des « compromis institutionnalisés » (Delorme, André, 1983 ; Friot, 1998), sous l’égide de l’État (Castel, 1995 ; Ramaux, 2012). Cette construction, grâce à laquelle n’avoir que son travail à vendre pour vivre est enfin devenu un statut social stable et digne, témoigne de l’affirmation sociopolitique du monde du travail dans nos sociétés démocratiques, sociétés dans lesquelles l’ordre économique reste dominé par le mode de production capitaliste.

7Les éléments institutionnels de ce compromis salarial sont très solidifiés. Les acteurs de ce compromis ne sont pas des individus, ou des groupes d’individus, ce sont des acteurs collectifs, fortement institués, et principalement : les syndicats d’employeurs et les syndicats de salariés, sous l’égide de l’État social, dont les élites technocratiques participent encore de l’idéologie républicaine du progrès social. Ces acteurs collectifs gèrent paritairement le compromis salarial à travers des négociations régulières, nationales ou de branche, mais pratiquement jamais situées au niveau de l’entreprise. Ils prennent des décisions qui ont force de loi. Les conventions collectives propres à une branche ne sont elles-mêmes pas des « conventions » à proprement parler : elles sont explicites, fondées sur un engagement légal, et coercitives, comme l’est le droit du travail. Ces acteurs institués peuvent s’appuyer sur l’État, qui joue le rôle de garant du bon respect des termes de l’accord, qui participe aux négociations et les oriente tel un arbitre, mais qui ne se situe pas comme un acteur évoluant sur le même plan que les patrons et les salariés.

8Que reste-t-il alors à décider au niveau micro-économique ? Peu de chose en réalité. Les marges d’interprétations sont réduites et le jeu local des acteurs se joue sur un périmètre étroit et non déterminant. Ce sont bien les décisions institutionnelles qui finalement s’imposent aux acteurs de terrains. Leurs modalités d’action se situent à l’intérieur de cette voie institutionnelle et non pas directement de gré à gré entre le salarié et l’employeur. Cette forme macro-sociale porte en elle le principe d’un compromis entre éthique et économie. En ce sens, on peut dire que les entreprises fordistes sont engagées dans une forme très prégnante et contraignante de « responsabilité sociale ». Elles ont acté avec les salariés le principe d’un partage des gains de productivité et d’une forme de sécurisation des salariés contre les « aléas du marché ». En échange, les syndicats de salariés ne dénoncent que formellement le capitalisme et acceptent de jouer le jeu du rapport salarial ainsi aménagé. C’est là une réponse commune au risque, pointé par Marx et Keynes, quoique de deux manières très différentes, d’une forme de déliquescence fatale et programmée du rapport salarial sous le coup de la hausse de la composition organique du capital et de la hausse subséquente de la plus value, ou bien encore d’une incapacité du système à générer le plein-emploi. Cette réponse est d’abord économique, comme l’ont montré les travaux de la régulation. Mais elle est aussi, et de manière également essentielle, éthique. Le compromis fordiste prend une forme éthique au sens où il indique les fins de l’action commune en des termes de justice sociale. Il décrit ce que doit être in fine le rôle de l’entreprise : sa capacité à gérer efficacement les ressources, toutes les ressources, doit permettre, non seulement de dégager suffisamment de profit pour poursuivre et amplifier son activité mais encore et surtout de tenir ces engagements sociaux au fondement d’un « contrat » social d’ensemble. Il y a là construction d’un accord collectif sur un certain sens de la justice, et par-là même, un certain accord sur le progrès que doit permettre le pilotage collectif du capitalisme.

… Mais pas d’éthique au niveau de l’entreprise

  • 4 « L’auteur croit sérieusement qu’il devrait être possible d’entraîner un gorille intelligent et d’e (...)
  • 5 Cette distinction entre agir instrumental (dimension de l’efficacité productive) et agir communicat (...)

9Ce compromis social englobe et contient le principe d’efficacité propre à l’entreprise et la relation interindividuelle entre un employé et son employeur. L’efficacité est mise au service d’un objectif sociopolitique institutionnellement construit de croissance du niveau de vie de tous (Boyer, 1991 ; Favereau, 1994). Cette articulation permet en retour la claire libération de l’impératif d’efficacité et le laisse régir, dans une forme quasi-pure, l’organisation interne de l’entreprise. Les rapports interindividuels dans l’entreprise sont ainsi instrumentalisés le plus possible et déshumanisés4. On retrouve ici le pendant taylorien de la norme salariale fordiste. Les gains de productivité nécessaires au bon fonctionnement de cet accord sont obtenus entre autre par une « aliénation maximale » du travailleur (Coriat, 1979). Celui-ci perd toute autonomie, toute pensée sur son acte de travail, et tout accès au langage dans le cadre d’une discussion pouvant avoir lieu dans l’ordre productif à propos des fins de la production (Zarifian, 1995). Pour ainsi dire, le travailleur n’est qu’un outil, vivant mais non pensant, de la réalisation de l’objectif productif de l’entreprise5. On voit donc par-là que le pendant du compromis macrosocial est l’évacuation absolument nécessaire de l’éthique du niveau microéconomique du lieu de production : il ne saurait être question pour le salarié d’apparaître comme un individu ayant droit à la parole sur son activité. Le compromis est « frayé » avant, au-dessus (Boltanski, Thévenot, 1991) et implique d’une certaine manière cette renonciation à l’intentionnalité des microacteurs. Il n’y a donc pas d’éthique dans l’entreprise car il y a un compromis éthique autour et au-dessus de l’entreprise.

10Dans ce cadre théorique, il est alors possible de défendre l’hypothèse suivante : la RSE préfigure un mode de recomposition de la norme salariale fordiste. Cette mise en perspective permet de comprendre le phénomène de la RSE comme étant coextensif au « dégonflement » des institutions collectives du mode d’accumulation et de régulation fordiste et conduit à analyser et à jauger le type de compromis et les potentialités éthico-politique que cette reconfiguration institutionnelle du capitalisme engage (Postel, Rousseau, Sobel, 2006 ; Postel, Rousseau, 2008).

Bibliographie

Aglietta M. (1997), Régulation et crises du capitalisme, Paris, Odile Jacob, coll. « Opus » [1re édition 1976, Calmann-Lévy].

Aglietta M., Brender A. (1984), Les métamorphoses de la société salariale, Paris, Calmann-Lévy.

Boltanski L., Thévenot L. (1991), De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

Boyer R. (1991), « Justice sociale et performances économiques : de la synergie au conflit », in Affichard J., De Foucauld J. B. (dir.), Justice sociale et inégalités, Paris, Le Seuil, p. 33-71.

Boyer R. (1995), « Vingt ans de recherches sur le rapport salarial : un bilan succinct », in Boyer R., Saillard Y. (dir.), Théorie de la régulation. L’état des savoirs, Paris, La Découverte, p. 106-114.

Boyer R. (2011), « Post-keynésiens et régulationnistes : Une alternative à la crise de l’économie standard ? », Revue de la régulation, 10, 2e semestre, http://regulation.revues.org/9377.

Castel R. (1995), Les métamorphoses de la question sociale, Paris, Fayard.

Coriat B. (1979), L’atelier et le chronomètre, Paris, Bourgois.

Delorme R., André C. (1983), L’État et l’économie, Paris, Le Seuil.

Donzelot J. (1984), L’invention du social, Paris, Point Seuil.

Ewald F. (1986), L’État-providence, Paris, Grasset.

Favereau O. (1994), « Règle, organisation et apprentissage collectif : un paradigme non standard pour trois théories hétérodoxes », in Orléan A. (dir.), Analyse économique des conventions, Paris, Presses Universitaires de France.

Friot B. (1998), Puissances du salariat. Emploi et protection sociale à la française, Paris, La Dispute.

Habermas J. (1987), Théorie de l’agir communicationnel, (trad. de J. M. Ferry), Paris, Fayard.

Gadrey J., Jany-Catrice F. (2005), Les nouveaux indicateurs de richesse, Paris, La Découverte.

Jobert B. (dir.) (1994), Le tournant néolibéral en Europe, Paris, L’Harmattan.

Meda D. (1995), Le travail : une valeur en voie de disparition, Paris, Aubier.

Postel N., Rousseau S., Sobel R. (2006), « La responsabilité sociale et environnementale des entreprises : une reconfiguration du rapport salarial fordiste ? », Économie appliquée, Tome LIX, n° 4, p. 77-104.

Postel N. et S. Rousseau (2008), « RSE et éthique d’entreprise : la nécessité des institutions », M@n@gement, vol. 11, n° 2, septembre.

Ramaux C. (2012), L’État social. Pour sortir du chaos néolibéral, Paris, Milles et Une nuits.

Rousseau S., Zuindeau B. (2007), « Théorie de la régulation et développement durable », Revue de la régulation, n° 1, http://regulation.revues.org/document1298.htlm.

Zarifian P. (1995), Travail et communication, Paris, Presses Universitaires de France.

Annexes

Voir aussi

Capitalisme, Chaînes globales de valeur, Financiarisation, Modes de régulation, Post-Fordisme(s), Rapport salarial, Sous-traitance, Taylorisme

Notes

1 Les récentes discussions sur le concept de richesse mettent en évidence cette confusion entre richesse industrielle et progrès propre au fordisme (Gadrey, Jany-Catrice, 2005).

2 L’État-nation jusqu’à présent, mais cela est amené à changer avec le processus de construction politique de l’Union Européenne.

3 Pour les salariés, la régulation quotidienne du travail est le fait de règlement intérieur.

4 « L’auteur croit sérieusement qu’il devrait être possible d’entraîner un gorille intelligent et d’en faire un manutentionnaire aussi efficace que n’importe quel homme » (F.W. Taylor).

5 Cette distinction entre agir instrumental (dimension de l’efficacité productive) et agir communicationnel (dimension éthico-poltique) s’appuie sur les distinctions de J. Habermas (1987).

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540