Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire critique de la RSE

 | 
Nicolas Postel
, 
Richard Sobel

Théorie

Financiarisation

Laurent Cordonnier

Texte intégral

1La financiarisation de l’économie désigne un processus historique qui s’est considérablement accéléré à partir du début des années 1980, et qui a consisté, d’une part, en une croissance vertigineuse des activités financières au niveau mondial et, d’autre part, en une subordination de plus en plus évidente de l’entreprise (la grande entreprise cotée, en particulier) aux exigences des acteurs financiers, au premier rang desquels les actionnaires. Ce double processus a été impulsé par la libéralisation de la sphère financière, au niveau national comme international, laquelle a promu de nouveaux acteurs – les investisseurs institutionnels – dans le rôle pivot de la mise en concurrence, à l’échelle planétaire, de l’ensemble des projets d’entreprises, des investissements productifs, des territoires, et des travailleurs. Cette nouvelle donne a profondément modifié les stratégies des grandes firmes et les dynamiques macroéconomiques, configurant un régime d’accumulation du capital particulier, qualifié de capitalisme financier, ou financiarisé. La domination de la finance sur l’entreprise s’est accompagnée d’une flexibilisation assez générale des marchés du travail, pris en étau par les nouvelles normes de rendement financier exigées, d’un côté, et la libéralisation des échanges internationaux, des investissements directs, et des mouvements de capitaux liquides (en quête de placements), de l’autre côté. C’est dans ce contexte de re-marchandisation de la monnaie, des formules de placement, et du travail, que la RSE peut se comprendre comme une tentative fragile de faire contrepoids à l’hégémonie du « point de vue financier » dans l’entreprise. Le mouvement managérial visant à l’extension du cercle des parties prenantes dans l’entreprise se nourrit de l’espoir de contrebalancer le pouvoir conquis par l’une d’entre elles (l’actionnaire), tout en préservant le principe (ou le vœu) d’une autorégulation des acteurs.

Croissance des activités financières

2La financiarisation de l’économie s’est traduite de la manière la plus visible par une croissance spectaculaire des activités financières sur la planète. À partir des années 1980, d’abord sous l’impulsion des gouvernements néoconservateurs, aux États-Unis et au Royaume-Uni, puis de l’ensemble des dirigeants politiques et économiques convertis (à des degrés divers) aux nouveaux dogmes libéraux, les marchés financiers ont été progressivement libéralisés et décloisonnés, tandis que l’épargne financière était encouragée par la fiscalité. Le point de fuite d’une liberté totale de circulation des capitaux liquides, tant à l’intérieur de chaque pays qu’entre les pays, ainsi que l’idéal d’un continuum de marchés financiers et d’institutions financières présentant toutes les formules de placement (ou de paris) imaginables, du plus au moins liquide, sont en passe de se réaliser. Les innovations financières ont pris la forme de nouveaux produits, de nouveaux marchés (à termes, d’options, de produits dérivés…) et ont promu de nouveaux acteurs gérant l’épargne collective ou intervenant dans le financement des entreprises et la propriété du capital : fonds mutuels, fonds de pension, hedge funds, compagnies d’assurance, institutions de crédit hypothécaires, etc. Les banques elles-mêmes sont devenues de plus en plus des intermédiaires du marché financier, leurs actifs comme leurs passifs étant constitués pour plus de la moitié de titres financiers, en lieu et place des dépôts de la clientèle et des crédits à l’économie (Plihon, 2009, p. 51).

3Le résultat le plus tangible de ce processus est que le volume des transactions financières a explosé, pour atteindre des magnitudes sans commune mesure avec les opérations de production et d’échange de marchandises. En l’espace d’une vingtaine d’années, le volume des transactions sur devises a été multiplié par six (et représente sur une année 25 fois le PIB mondial). Rien que sur la dernière décennie (entre 2001 et 2009), le montant total des actifs bancaires a été multiplié par 2,5. Au début des années 80, le montant cumulé des actifs financiers et immobiliers gérés par les fonds de pension, les fonds mutuels et les compagnies d’assurance s’élevait à 1 500 milliards de dollars. En 2009, cette somme a atteint plus de 70 000 milliards de dollars. Quant aux contrats passés de gré à gré et portant sur des produits dérivés – il s’agit de paris faits au sujet de l’évolution du cours d’un actif, d’un indice, ou d’un taux – la Banque des règlements internationaux estimait leurs encours à 582 000 dollars en juin 2010. Le secteur financier en est lui-même venu à occuper une place inédite dans l’économie : entre 1980 et 2009, la part du secteur financier dans la valeur ajoutée de l’ensemble de l’économie a doublé au États-Unis, en Australie et Canada, pour atteindre 8 % du PIB. Aux États-Unis, sur la même période, les bénéfices des entreprises financières ont été multipliés par 6 (contre 3 pour les entreprises non financières) (BRI, 2009). Cette ponction sur les richesses créées s’est opérée essentiellement aux moyens de commissions (sur le courtage, la structuration de produits, les fusion-acquisitions, le conseil) et de prises de positions risquées dans les activités de marché (opérations spéculatives).

Le retour de l’actionnaire

4En même temps qu’il alimentait cette excroissance de la sphère financière, le processus de financiarisation a conduit à des transformations institutionnelles tout aussi importantes, mais certes moins spectaculaires, qui ont profondément modifié le comportement des firmes et les régulations macroéconomiques. C’est sous cet angle que la réhabilitation de la finance fut en partie le résultat d’un dessein politiquement réfléchi et coordonné. Face à la crise du fordisme, au retour de l’inflation, à la montée des contestations sociales (dont le mouvement de mai 1968 fut l’acmé), aux premières difficultés de financement de l’État providence, à la perte de compétitivité des appareils industriels (mis sous tension par la concurrence asiatique)… les dirigeants politiques et économiques des pays anciennement développés ont vu dans la réhabilitation de la finance (à travers la restauration d’une gouvernance actionnariale), le deuxième pilier d’une remise en ordre de la société, à côté de la restauration des marchés, en vue de remédier à ce qui constituait à leurs yeux une crise majeure de « gouvernabilité » (Dixon, 1998). La réhabilitation de la finance, du « critère financier », comme disait Keynes, était le moyen de remettre les propriétaires aux commandes de l’entreprise et de l’économie. Tout comme les marchés devaient redevenir les garants de l’allocation optimale des ressources, les actionnaires, une fois revenus aux commandes des firmes, devaient garantir la rationalité de l’entreprise privée.

  • 1 Proportion atteinte dès 1996 aux États-Unis, alors qu’en 1975 les ménages détenaient encore directe (...)

5Le « retour de l’actionnaire » s’est accompli en grande partie grâce à la montée en puissance des investisseurs institutionnels, devenus aujourd’hui les détenteurs, pour plus de 50 %, du capital des entreprises cotées.1 L’emprise des investisseurs institutionnels et des fonds spéculatifs sur la stratégie des grandes firmes passe par trois canaux principaux : l’influence directe que ces investisseurs peuvent exercer par la voie de la « démocratie actionnariale » (à travers la composition des conseils d’administration), la mise en place de schémas de rémunération visant à aligner les intérêts du haut management sur celui des actionnaires, et le pouvoir de sanction acquis de facto sur le cours des actions en bourse (une firme dérogeant aux nouvelles normes de performance financière, une fois délaissée par ces investisseurs institutionnels, voit son cours déprécié en bourse… et devient la proie possible de rachats hostiles).

6La domination du « point de vue actionnarial » sur les entreprises a radicalement modifié leurs stratégies industrielles, en imposant les trois piliers d’une nouvelle doctrine managériale : le recentrage stratégique, le glissement vers l’aval, et les fusion-acquisitions (Batch, 2009). Le bras de levier de ces réorientations fut l’énoncé clair et persistant suivant lequel la lettre de mission du management était dorénavant de créer de la valeur pour l’actionnaire, une formule qui pouvait se décliner en objectifs différenciés de « taux de retour sur fonds propres », objectifs différenciés suivant les risques particuliers inhérents aux différents types d’industries et de services. Suivant les cas, la feuille de route du haut management est d’atteindre des seuils de 15 %, 20 %, voire 30 % de ROE (Return On Equity), seuils devenus la nouvelle norme pour apprécier l’intérêt et l’opportunité des projets d’entreprise à mettre en œuvre (Plihon et alii, 2002).

Un changement de comportement des entreprises

  • 2 C’est-à-dire : diminuer le rythme des investissements, et distribuer en dividende le Cash-flow deve (...)

7L’élévation du « critère financier » a eu des répercussions évidentes sur le comportement des grandes firmes occidentales. Soumises à ces nouvelles exigences actionnariales, et attirées vers de nouveaux Eldorados (les pays émergents) rendus accessibles par la globalisation, elles ont considérablement diminué le rythme de leurs investissements dans les pays anciennement développés (Stockhammer, 2004). La nouvelle maxime de l’entreprise sous la gouvernance actionnariale a pu être exprimée ainsi : « Downsize and distribute » !2 De ce fait, le rythme de l’accumulation du capital est resté complètement déprimé dans la plupart des pays développés depuis le début des années 80 (de l’ordre de 2 % par an, contre 5 % durant les trente glorieuses), alors que le montant des dividendes nets versés par les sociétés non financières est passé de 3 % de la valeur ajoutée créée à plus de 8 %.

8Cette réorientation brutale de la politique d’investissement des firmes, privilégiant le dividende à l’accumulation, a imprimé, par effet de composition, une dynamique macroéconomique tout à fait particulière au capitalisme de ce dernier quart de siècle. Pendant que les exigences des actionnaires déprimaient l’investissement, désormais cantonné à ses franges les plus rentables (au-dessus du seuil de ROE), et pendant que la progression des salaires était mise sévèrement sous l’éteignoir, se mettaient en place les conditions pour que le « frein » ainsi serré sur la formation de la demande globale ne se retourne pas complètement contre la croissance. L’investissement des entreprises et la consommation des salariés constituant les deux principaux piliers de la dépense totale dans l’économie, leur atonie aurait pu en effet se retourner contre les objectifs des actionnaires, en faisant baisser les profits au niveau macroéconomique. Mais la baisse de l’investissement des entreprises et de la consommation issue des salaires allaient progressivement se trouver relayées (en partie) par la consommation des dividendes versés aux actionnaires et par les dépenses des ménages financées par endettement (ce à quoi il convient d’ajouter l’augmentation de l’endettement public). Comme par un phénomène de vases communicants, la dépense qui n’allait plus à l’investissement alimentait tout de même la demande globale en gonflant la part des profits consommés, d’un côté, et les dépenses que les salariés ne pouvaient plus se payer avec leurs salaires étaient financées par la montée de leur endettement. En complément de ce bouclage plus ou moins réussi de la demande globale – Cordonnier (2006) ; Hein et Van Treeck (2010) –, l’envolée des marchés d’actions, poussés par les rendements élevés des firmes, et l’augmentation des prix de l’immobilier fournissaient un petit moteur d’appoint pour alimenter la consommation : les ménages se croyant plus riches, ils dépensaient davantage. Dans le même temps, les profits réalisés dans les pays émergents et rapatriés par les grandes entreprises américaines et européennes assuraient le reste.

Financiarisation et RSE : concomitance et contradiction

  • 3 Les dividendes versés par les entreprises, qui représentaient entre un gros tiers et la moitié de l (...)

9Le développement d’un capitalisme financiarisé, dans lequel les profits sont de moins en moins destinés à financer le développement des entreprises, et de plus en plus destinés à rémunérer les actionnaires3 – des actionnaires entretenant des liens de plus en plus distendus avec les firmes dont ils détiennent les actions – met en question le lien entre l’entreprise privée, les territoires, et le bien commun. La transformation des firmes en actifs financiers, gérées dans l’intérêt quasi-exclusif des actionnaires et des strates les plus aisées du salariat, ravive la quête de légitimation dont le capitalisme a besoin, pour justifier la délégation de pouvoir dont il jouit concernant l’administration de la chose économique. L’adéquation de l’intérêt d’une seule partie prenante de l’entreprise avec l’intérêt collectif passe par une porte de plus en plus étroite, dans laquelle la Responsabilité sociale de l’entreprise est venue glisser son pied.

10Il faut donc souligner l’étrange paradoxe du mouvement de la responsabilité sociale d’entreprise, qui nait en réaction à la financiarisation et s’érige contre le principe de la « valeur pour l’actionnaire »… sans pour autant remettre en cause le mouvement même de la financiarisation. Au contraire, la logique qui guide la RSE repose au départ sur l’engagement éthique, c’est-à-dire sur la liberté des dirigeants de prendre en compte (ou pas) l’intérêt de leurs parties prenantes dans leurs décisions stratégiques. Une logique « en phase » avec celle de la financiarisation…et qui pourtant propose un discours tout à fait contradictoire. En effet, comment s’engager éthiquement, à long terme, à être davantage soucieux du bien-être des salariés, ou de la possibilité de la vie humaine sur terre (pour paraphraser Hans Jonas)… en subordonnant prioritairement toute action aux critère financier (au point de vue actionnarial) ?

11Pour passer de la stratégie du pied dans la porte à celle d’un réel contrepoids à la logique financière, il faudra, que la RSE s’institutionnalise et « s’impose » avec une force, sinon égale, du moins comparable, à celle de la finance. Ceci passe très certainement par une représentation significativement accrue des différentes parties prenantes dans les organes de « tête » des grandes entreprises.

Bibliographie

Batsch L. (2009), Le capitalisme financier, Paris, La Découverte.

BRI (2009), 80e rapport annuel de la BRI.

Cordonnier L. (2006), « Le profit sans l’accumulation : la recette du capitalisme gouverné par la finance », Innovations, Cahiers de l’Innovation, n° 23, p. 51-72.

Hein E. Van Treeck T. (2010), « Financialisation in Post-Keynesian models of distribution and growth – a systematic review », in Setterfield, M. (dir.), Handbook of Alternative Theories of Economic Growth, Edward Elgar.

Dixon K. (1998), Les évangélistes des marchés, Paris, Raisons d’agir.

Lazonick W., O’Sullivan M. (2000), « Maximizing shareholder value, a new ideology for corporate governance », Economy and Society, 29, p. 13-35.

Plihon D., Kleinpeter M.-A., Passet O., du Tertre R. (2002), « Rentabilité et risque dans le nouveau régime de croissance », Rapport du groupe présidé par D. Plihon pour le Commissariat Général du Plan, Paris, La Documentation française.

Plihon D. (2009), Le nouveau capitalisme, Paris, La Découverte, p. 51.

Stockhammer E. (2004), « Financialisation and the slowdown of accumulation », Cambridge Journal of Economics, 2004, 28, p. 719-741.

Annexes

Voir aussi

Capitalisme, Chaînes globales de valeur, Fordisme, Modes de régulation, Post-Fordisme(s), Rapport salarial, Sous-traitance, Taylorisme

Notes

1 Proportion atteinte dès 1996 aux États-Unis, alors qu’en 1975 les ménages détenaient encore directement 70 % des actions (Batch, 2009, p. 13).

2 C’est-à-dire : diminuer le rythme des investissements, et distribuer en dividende le Cash-flow devenu inutile pour autofinancer l’investissement – Lazonick W., O’Sullivan M. (2000).

3 Les dividendes versés par les entreprises, qui représentaient entre un gros tiers et la moitié de leur résultat d’exploitation jusqu’au début des années 90, culminaient entre 100 % et 130 % de ce même résultat d’exploitation à l’aube de la crise financière. Voir Alternatives économiques, hors-série n° 88, 2e trimestre 2011.

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540