Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire critique de la RSE

 | 
Nicolas Postel
, 
Richard Sobel

Théorie

Chaînes globales de valeur

Corinne Vercher-Chaptal et Florence Palpacuer

Texte intégral

  • 1 Soulignons ici la proximité du concept avec la chaîne de valeur porterienne (1986).

1Ancrée, à l’origine, dans l’orientation des systèmes-monde (Wallerstein, 1974), l’approche Chaîne Globale de Valeur contribue au cours de la dernière décennie à nourrir l’abondante littérature qui se développe sur les réseaux de production, conduisant à progressivement décrire ces derniers comme des Chaînes Globales de Valeur (CGV). Le concept de chaîne de valeur1, qui se réfère à la séquence des processus par lesquels les biens et les produits sont conçus, fabriqués et mis sur le marché, est mobilisé dans l’approche CGV afin d’éclairer le phénomène de mondialisation. Il permet de mettre au jour les mécanismes, jusque-là inexplorés, selon lesquels les grandes firmes des pays du Nord ont réorganisé les processus de production à l’échelle mondiale. L’approche constitue un outil d’analyse « de chaînes de valeur désormais transnationales, organisées dans des enchevêtrements complexes de réseaux intra et inter-entreprises et dans lesquelles la hiérarchisation des activités, les systèmes de décision, les rapports de pouvoir et les relations au territoire ont profondément évolué » (Palpacuer, Balas, 2010, p. 90).

2C’est en plein cœur des CGV, et des situations socio-économiques contemporaines de la mondialisation dont elles sont constitutives, que cette entrée situe le phénomène RSE. Le cadre d’analyse CGV est mobilisé pour (re)contextualiser – et de fait (re)politiser – le phénomène. Il contribue, ce faisant, à la mise au jour de « l’arrière-plan institutionnel » de la RSE offrant dès lors la possibilité d’en réinterroger l’origine et la visée, et d’en apprécier les effets et les ambiguïtés.

Aux origines de la RSE : La face cachée de l’entreprise dans la mondialisation contemporaine

  • 2 La généalogie des cadres d’analyse des chaînes globales met au jour trois grandes générations, depu (...)

3C’est la publication en 1994 de l’ouvrage coordonné par G. Gereffi et M. Korzeniewicz, le premier à être entièrement consacré aux chaînes de valeur, qui marque le début de l’approche CGV en tant que « paradigme relativement cohérent » (Daviron et Ponte, 2005). L’approche y apparaît alors sous le terme d’analyse des Chaînes Globales de Commodité, en référence au processus de marchandisation (commodification) qui porte la croissance du capitalisme mondial2.

4L’une des assertions centrales de l’approche est que l’internationalisation de la production est de plus en plus intégrée dans des systèmes globalisés de coordination et de contrôle qui modifient la manière dont les personnes, les lieux et les processus de production sont reliés les uns aux autres dans l’économie mondiale, et qui peuvent être caractérisés en tant que Chaînes Globales de Valeur (Gereffi, Korzeniewicz, 1994).

Nouvelle configuration de la création de valeur : sans frontière ni loi

5Gereffi situe l’origine des CGV dans l’intensification, au cours des années 1990, des stratégies d’externalisation des grandes firmes. Ces évolutions stratégiques se traduisent par un éclatement et une dispersion géographique des différentes activités participant à la création de la valeur, qui étaient réalisées jusqu’alors à l’intérieur des frontières de l’entreprise selon une logique d’intégration verticale. C’est désormais à l’échelle mondiale que les actes complémentaires induits par le processus de conception, production et commercialisation des produits et des services sont éclatés et relocalisés. C’est bien une conceptualisation de la reconfiguration des chaînes de valeurs nationales et verticalement intégrées caractéristiques de l’économie fordiste que propose le cadre CGV. La conceptualisation fournie par l’approche est multidimensionnelle. Gereffi (1995) identifie quatre dimensions inter-reliées selon lesquelles les CGV doivent être analysées : leur structure input-output, leur territorialité ou configuration géographique, leur dimension socio-institutionnelle et leur mode de gouvernance.

6Si au travers de cette dernière dimension, le concept de CGV entend éclairer les modes de coordination inter et intra-firmes, il permet également de saisir les rapports de pouvoir qui structurent l’organisation des échanges et la répartition de la valeur créée le long de la chaîne. Les auteurs soulignent l’apparition d’« acteurs clés » des CGV (« lead firms » ou encore « chain drivers ») incarnés par les grandes firmes des pays industrialisés. Ce sont ces « firmes pilotes » qui assurent la répartition et la coordination de l’activité productrice grâce aux NTIC et en tirant profit à la fois de la dérégulation du transport de marchandises, de la libéralisation des échanges, et d’une importante main-d’œuvre de production disponible au Sud. Le schéma de reconfiguration mondiale de la production suivi par les « firmes pilotes » est le suivant :

  • elles concentrent leurs investissements sur les activités immatérielles (développement des produits et/ou gestion de la marque) qui, dans un contexte de saturation des marchés, apparaissent les plus créatrices de valeur ;
  • elles se désengagent progressivement des activités matérielles de transformation et de fabrication, lesquelles sont réalisées dans des réseaux transnationaux composés d’une kyrielle de filiales, fournisseurs et/ou sous-traitants dispersés dans les pays du Sud3.

7Cette reconfiguration de la chaîne, qui établit une nouvelle hiérarchie entre les firmes têtes de réseaux au nord et les entreprises satellites au Sud, fait émerger de nouveaux ensembles productifs économiquement centralisés et socialement éclatés au sein desquels la logique économique est extraite de l’espace national pour être restructurée dans un espace global au fonctionnement autonome puisqu’échappant aux mécanismes de régulation traditionnels qui demeurent attachés à des périmètres nationaux (Palpacuer, 2008).

8Au cours des années 2000, plusieurs travaux mettent au jour des liens empiriques forts entre la globalisation des chaînes de valeur et la financiarisation de leur gouvernance. Les auteurs pointent la montée en puissance de la sphère financière, composée d’investisseurs institutionnels et du top management des firmes têtes de réseau des CGV, entraînant un pilotage financier des stratégies de globalisation alors jugées à l’aune du retour sur capital investi (Useem 1996 ; Lazonick, O’Sullivan, 2000).

La face cachée : profondes inégalités et inconciabilité des intérêts

9Au sein des CGV, l’interconnexion et la mise en concurrence mondiale des ressources autorisent une diminution des coûts de production, un accroissement de la flexibilité et la réalisation d’économies d’échelle au niveau mondial. Si ces évolutions permettent aux « firmes pilotes » d’obtenir des niveaux de rentabilité toujours plus élevés et d’accroître les flux de liquidité distribués à leurs actionnaires, dans le même temps, elles s’opèrent au détriment de la qualité des conditions de travail chez les fournisseurs et sous-traitants au Sud comme au Nord, et provoquent une croissance sans précédent des inégalités (Bair, 2005). Les travaux éclairent la logique selon laquelle les exigences et les pressions des marchés financiers provoquent implicitement un transfert des risques des actionnaires vers la firme, qui à son tour trouve des mécanismes pour reporter les risques sur les salariés et les fournisseurs au travers des formes variées d’externalisation déployées dans des espaces géographiques élargis au sein des CGV (Baudru, Maurin, 1999).

  • 4 La notion de sweatshop (atelier de la sueur) date des premiers mouvements humanistes qui dénoncèren (...)

10Cette face sombre de la globalisation – largement dissimulée dans la littérature derrière les perspectives de « mise à niveau » (upgrading) censées s’offrir aux producteurs des pays du Sud par leur incorporation dans les CGV – est dénoncée aux tournants des années 2000 par une littérature féministe et militante. Les travaux mobilisent l’approche CGV pour mettre au jour l’exploitation systématique des travailleurs, une majorité de femmes, dans les maillons intensifs en main-d’œuvre situés à l’extrémité des chaînes au Sud (Carr, Chen, Tate, 2000 ; Chen, Sebstad, O’Connel, 1999). Cette dégradation des conditions sociales de production est particulièrement observable dans l’industrie textile où le double phénomène de financiarisation-globalisation des chaînes, conjugué à la faiblesse des systèmes de régulation et de défense des droits du travail dans les pays du Sud, conduit les grandes marques et les enseignes, qui ne confectionnent quasiment plus aucun des vêtements vendus sous leurs noms ou dans leurs magasins, à exercer au travers de leurs pratiques d’achat des pressions croissantes sur les principales dimensions de la relation d’emploi dans les usines des fournisseurs et sous-traitants, qu’il s’agisse des horaires de travail, du niveau des salaires ou des conditions d’hygiène et de sécurité. Le secteur de l’habillement devient alors le théâtre de la résurgence des sweatshop4. Au début des années 1990, un mouvement anti-sweatshop (ou « global justice ») issu de la société civile se constitue dans les pays du Nord afin de dénoncer la prolifération des cas de violation des droits humains au travail dans ces « ateliers de la sueur » (Bair et Palpacuer, 2008 ; Vercher, 2010).

Au cœur de la RSE : Pressions de la société civile et structuration de « champs organisationnels contestés »

11À l’image de la coalition activiste anti-sweashop, et visant à révéler la face cachée de la globalisation dans ses déclinaisons tant sociales qu’environnementales, de nouveaux mouvements sociaux s’organisent au cours des années 1990 autour de campagnes médiatiques de grande envergure. Ces dernières provoquent une vague de scandales en Amérique et en Europe du Nord qui nuisent à l’image des firmes multinationales et suscitent une vague de méfiance à leur encontre.

12Ces initiatives de contestation peuvent être appréhendées au travers du prisme CGV – dont elles illustrent la dimension socio-institutionnelle – dans la mesure où elles visent à restaurer la responsabilité des « firmes pilotes » du Nord quant aux conditions sociales de production chez les fournisseurs ou les filiales des pays du Sud, et/ou concernant les dégâts environnementaux qui y sont causés. En outre, sur un plan stratégique, ces campagnes de dénonciation visent l’activité de marketing et l’image, qui occupent aujourd’hui une place prépondérante dans les stratégies concurrentielles des grandes firmes. Touchant ainsi un des maillons les plus sensibles, ces campagnes provoquent une réponse immédiate des « firmes pilotes ». Ces dernières réagissent aux campagnes des ONG en adoptant des démarches qualifiées de « responsabilité sociale » autour du concept d’approvisionnement éthique (ethical sourcing). Il préside au déploiement de dispositifs et de discours par lesquels les firmes s’engagent à résoudre les problèmes que pointe la critique en matière d’exploitation sociale ou de destruction des ressources environnementales au sein des CGV formant « la nébuleuse réformatrice de la RSE » (Chiapello, 2009) qu’une perspective élargie des CGV permet de relier à l’émergence progressive d’un champ institutionnel.

13La mise au jour des dimensions socio-institutionnelles des CGV, au travers de la montée en puissance des nouveaux mouvements sociaux, de leur action de contestation et de la réponse des firmes qu’elle suscite en écho, permet de considérer que les stratégies de globalisation et de financiarisation qui président à la création de la valeur et à son partage au sein des chaînes relèvent d’une logique éminemment conflictuelle. Cette perspective élargie des CGV ouvre dès lors la voie à une démarche de « re-politisation de la nature de la production » (Levy, 2008). C’est à cette entreprise de dénaturalisation des processus de création des richesses et des modalités de son partage que s’attellent les relectures néo-gramsciennes des CGV. Dans ces travaux, les CGV sont appréhendées comme des « champs organisationnels contestés » (Okoye, 2009) où s’affrontent et coopèrent de multiples acteurs engagés dans la délimitation même des champs (Levy, Kaplan, 2008). Cette approche ouvre sur une vision élargie de la gouvernance et de la dynamique des CGV incluant non seulement l’action des firmes pilotes mais également « les règles, les institutions et les normes qui canalisent et contraignent l’activité économique et ses impacts. Elle n’inclut donc pas seulement le niveau national de régulation et les accords internationaux, mais également la coordination de la supply chain et la promulgation des codes de conduite relatifs aux normes sociales et environnementales » (Levy, 2008, p. 944). Cette perspective élargie de la gouvernance permet de situer la RSE en plein cœur des interactions entre une pluralité d’acteurs qui tentent de façonner les CGV en fonction de leur finalité, faisant d’elles des lieux de tensions permanentes entre pouvoirs et contre-pouvoirs, hégémonie et contre-hégémonie.

Apport de l’approche CGV : une lecture systémique et politique de la RSE

  • 5 Qualifiée en introduction de ce dictionnaire d’« approche contractualiste ».

14L’approche CGV permet de situer le débat autour de la RSE en plein cœur des situations socio-politico-économiques de la mondialisation contemporaine saisie dans toute sa complexité, selon une variété de facettes et en articulant plusieurs niveaux d’analyse et d’interactions entre acteurs. Cette approche nous invite à faire un pas de côté afin d’envisager sous un nouvel angle les principales caractéristiques de la RSE – à savoir son origine et sa nature, sa visée et sa portée – véhiculées par l’approche dominante standard5.

Fig. 1. Une relecture CGV des caractéristiques standards de la RSE. Source : synthèse élaborée par les auteurs

Conceptions RSE
Caractéristiques
Lecture standard de la RSE Lecture CGV de la RSE
Origine Spontanée
(Librement décidée par l’entreprise)
Contrainte
(Inscrite dans la dynamique des CGV : RSE résultante des rapports politiques et sociaux qui les façonnent)
Nature Instrumentale
(Des « best practices » à adopter et transmettre)
Matérielle et idéelle
(Une bataille idéelle et matérielle : confrontation de représentations, intérêts, finalités et enjeux variés)
Visée Éthique
Redonner du sens au processus de production. Répondre aux besoins collectifs et à la qualité de vie des parties prenantes
Réabsorption de la critique
Maintien de l’hégémonie de la valeur actionnariale
Portée Volontariste et Factuelle
(De nouvelles pratiques de gestion et production de normes incitatives ou contraignantes, formelles ou informelles pour aller au-delà de la loi)
Minimaliste et Discursive
(Des discours et quelques pratiques médiatiques « responsables » qui ne touchent pas le cœur de métier. Pas de remise en cause des processus de création de la valeur et de son partage au sein des CGV)

15C’est d’abord l’origine et la nature de la RSE que nous permet de réinterroger le cadre CGV. L’approche standard donne à voir la RSE comme une initiative spontanée de l’entreprise qui, en dehors de toute pression susceptible de contraindre ou d’habiliter son action, met librement en œuvre de nouvelles méthodes de gestion formant autant de « best practices » à volontairement adopter et transmettre. À l’inverse, une lecture systémique du phénomène permet de resituer l’action de l’entreprise au cœur des pressions qui s’exercent tant à l’amont qu’à l’aval des chaînes de valeur, qu’il s’agisse des pressions actionnariales qui orientent les stratégies de globalisation des firmes pilotes, ou des pressions sociétales qui mettent en visibilité et dénoncent l’exploitation sociale ou la destruction des ressources environnementales que ces stratégies occasionnent. La RSE apparaît ici bien davantage contrainte que spontanée, résultant des rapports politiques et sociaux qui se jouent au-delà des frontières de l’entreprise, à un niveau plus large. Il s’agit du niveau des CGV dont la gouvernance et la dynamique résultent d’interactions entre une diversité d’acteurs impliqués et/ou concernés par la création de la valeur et les formes de sa répartition le long de la chaîne : citons les firmes pilotes des chaînes qui diffusent et tentent de maintenir l’hégémonie de la maximisation de la valeur actionnariale, les ONG et contre-pouvoirs qui y interviennent pour en aménager les conditions sociales et environnementales ou y substituer des alternatives radicalement différentes, ou encore les États soucieux d’orienter la trajectoire socio-économique de leur pays. L’inscription de la RSE au cœur d’un champ de pressions et de forces, tant idéel que matériel, permet de mieux comprendre le paradoxe évoqué en introduction de ce dictionnaire selon lequel « l’entreprise devient responsable au moment où elle ne peut plus l’être ».

16Si cette lecture systémique et politique proposée par l’approche CGV permet de décoder les paradoxes apparents que véhicule la RSE, elle conduit également à en réinterroger la visée et la portée régulatoire.

17Justifiée, dans l’approche standard, par l’éthique et la croyance des dirigeants dans les effets bénéfiques de l’engagement sociétal sur la performance, la RSE viserait à redonner du sens au processus de production afin de répondre aux besoins collectifs et à la qualité de vie de l’ensemble des parties prenantes. Les lectures néo-gramsciennes des CGV, qui mettent au jour leur dimension idéologique, permettent d’introduire une réflexivité critique quant à ces discours en matière de RSE. En effet, ces derniers y sont vus comme un moyen pour les firmes pilotes de réabsorber la critique, en répondant aux nouveaux enjeux sociétaux tout en occultant les rapports de force dans lesquels ils s’inscrivent, et en demeurant ainsi à même de maintenir l’hégémonie de la valeur actionnariale – dans ses dimensions matérielles, organisationnelles et idéologiques – au sein des CGV.

18Reconsidérer la visée de la RSE autorise à interroger sa portée régulatoire, en réévaluant ses effets. Vue comme une démarche volontariste de l’entreprise, la RSE dans l’approche standard est supposée présider à des engagements allant au-delà de la loi en débouchant sur de nouveaux systèmes de gestion et en favorisant la production de normes, incitatives ou contraignantes, formelles ou informelles, de régulation de l’activité productrice. Les travaux qui adoptent un cadre CGV pour évaluer les effets des stratégies RSE conduisent à largement nuancer l’optimisme de cette approche. Pour les firmes pilotes, la RSE semble de facture plus discursive que factuelle, à l’exception de quelques démarches médiatiques « responsables » qui demeurent fragmentées et déconnectées du cœur de métier et des systèmes de gestion. Les pressions exercées au sien des CGV, tant par les firmes pilotes (au travers de leurs pratiques d’achats, en termes de prix et de délais), que par les actionnaires (en termes de retour attendus sur capitaux) ne sont pas questionnées par les dispositifs RSE, alors même que ces pressions sont à l’origine de la dégradation des conditions sociales et environnementales de la production et du creusement des inégalités. Un pas plus loin, d’autres travaux alertent sur les effets pervers de certains dispositifs RSE, tels les codes de conduites qui, sous couvert d’apporter une garantie éthique, contribuent au contraire à creuser les inégalités dans la mesure où ils transfèrent la responsabilité de l’éthique – et avec elle une part accrue du risque de marché – vers les acteurs faibles des chaînes que sont les sous-traitants et les salariés (Sum, 2009 ; Vercher, Palpacuer, Charreire-Petit, 2011).

Conclusion

19L’objet de cette entrée consistait à éclairer l’apport de l’approche CGV à la construction d’une lecture systémique et politique de la RSE qui donne à voir « tout le contexte » dans lequel se déroule le phénomène. Seules la mise au jour et la prise en considération de « tout ce contexte », et des rapports sociopolitiques qui s’y nouent et le structurent, permettra d’éviter que les débats et les initiatives RSE ne soient enfermés dans une « arène dépolitisée » qui conduirait – et/ou viserait – à minimiser « l’inconciliabilité des intérêts » (Ireland, Pillay, 2009) et la croissance des inégalités. C’est bien contre les risques d’un tel « déficit démocratique » (Bendel, 2004) de la RSE, nuisant à l’établissement de nouveaux compromis stables et négociés entre les finalités économique, sociale et environnementale du mode de production capitaliste, que nous met en garde l’approche CGV.

Bibliographie

Bair J. (2005), « Global capitalism and commodity chains: looking back, going forward », Competition and Change, 201 (36), p. 103-120.

Bendell J. (2004), « Barricades and Boardrooms: a contemporary history of the corporate accountability movement, Technology, Business and Society », Paper n° 13, juin, United Nations Research Institute for Social Development.

Chiapello E. (2009), « Le capitalisme et ses critiques », IVe Congrès du RIODD, Lille, 25-27 juin.

Daviron B., Ponte S. (2005), The Coffee Paradox: Global markets, commodity trade, and the elusive promise of development, London, Zed Books.

Gerreffi G. (1995), « Global production system and the third World development », in Stallings B. (dir.), Global Change, Regional Response : The new international context of development, New York, Cambridge UP.

Gereffi G., Korzeniewicz M. (1994), Commodity Chains and Global Capitalism, Westport CT, Praeger.

Ireland P., Pillay R. (2007), « Corporate social responsibility and the new constitutionalism », UNRISD conference on Business, Social Policy and Corporate Political Influence in Developing Countries, Geneva, Switzerland, 12-13 novembre.

Lazonick W., O’Sullivan M. (2000), « Maximizing shareholder value: a new ideology for corporate governance », Economy and Society, vol. 29 (1), p. 13-35.

Levy D. L. (2008), « Political Contestation in global production networks », Academy of ManagementReview, vol. 33, n° 4, octobre 2008, p. 943-963.

Levy D., Kaplan R. (2008), « Corporate Social Responsibility and Theories of Global Governance: Strategic Contestation in Global Issue Arenas », in Crane A., McWilliams A., Matten D., Moon J., Siegel D. (dir.), Oxford Handbook of Corporate Social Responsibility, Oxford, Oxford University Press.

Okoye A. (2009), « Theorising Corporate Social Responsibility as an Essentially Contested Concept: Is a Definition Necessary? », Journal of Business Ethics, 89, p. 613-627.

Palpacuer F. (2008), « Firme-réseau globale et réseaux transnationaux d’ONG: vers un nouveau mode de régulation », Revue de la Régulation, n° 2, janvier.

Palpacuer F., Balas N. (2010), « Comment penser l’entreprise dans la mondialisation ? », Revue Française de Gestion, n° 210, p. 89-102.

Sum N-L. (2009), « Articulation of “New Constitutionalism” with “New Ethicalism”: Wal-Martization and CSR-ization in Developing Countries », in Utting P., Marquez J. (dir.), Corporate Social Responsibility and Regulatory Governance – Towards Inclusive Development?, London, Palgrave.

Vercher C. (2010), « Chaînes globales de valeur, mouvement anti-sweatshops et responsabilité sociale des marques et des enseignes de l’habillement en France », Revue Française de Gestion, vol. 36, n° 201, p. 177-193.

Vercher C., Palpacuer F., Charreire-Petit S. (2011), « La responsabilité sociale des entreprises au sein des Chaînes globales de valeur : étude comparative des codes de conduite et des systèmes d’alerte éthique », La Revue de la Régulation, n° 9, premier semestre 2011.

Useem M. (1996), Investor capitalism. How money managers are changing the face of corporate America, New York, Basic Books/HarperCollins.

Wallerstein I. (1974), « The Rise and Future Demise of the World Capitalist System: Concepts for Comparative Analysis », Comparative Studies in Society and History, vol. 16, n° 4, p. 387-415.

Annexes

Voir aussi

Capitalisme, Financiarisation, Fordisme, Modes de régulation, Post-Fordisme(s), Rapport salarial, Sous-traitance, Taylorisme

Notes

1 Soulignons ici la proximité du concept avec la chaîne de valeur porterienne (1986).

2 La généalogie des cadres d’analyse des chaînes globales met au jour trois grandes générations, depuis leur origine dans la théorie des systèmes-monde jusqu’à la formulation la plus récente en termes de chaîne globale de valeur (CGV), en passant par le cadre des chaînes globales de commodité (CGC). Si ces différentes conceptions de la chaîne revêtent des affinités théoriques et disciplinaires spécifiques, les frontières entre CGC et CGV ne sont pas clairement tracées. Nous utilisons dans cette entrée, la formulation la plus récente CGV.

3 Ces évolutions conduisent Gereffi à introduire une distinction entre les chaînes pilotées par les grands producteurs (producer-driven-chain) qui contrôlent – et souvent possèdent – plusieurs niveaux de fournisseurs dispersés au niveau mondial, des chaînes où s’exerce le pouvoir des distributeurs (buyer-driven-chain) qui développent des marques globales sans posséder les usines où sont fabriqués les produits qu’ils vendent et qui contrôlent des réseaux lointains de sous-traitance. Les premières sont caractéristiques des industries intensives en capital et en technologie justifiant le maintien d’un investissement des firmes tête de réseaux, alors que les secondes sont représentatives des industries intensives en main-d’œuvre où la production est entièrement réalisée en sous-traitance.

4 La notion de sweatshop (atelier de la sueur) date des premiers mouvements humanistes qui dénoncèrent les conditions de travail dans les ateliers américains de confection à la fin du XIXe et le début du XXe siècle. Cette terminologie fut à nouveau mobilisée par le mouvement transnational « anti-sweatshop » pour combattre le retour de ces formes d’exploitation sociale typiques des débuts de l’ère industrielle.

5 Qualifiée en introduction de ce dictionnaire d’« approche contractualiste ».

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540