Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Dictionnaire critique de la RSE

 | 
Nicolas Postel
, 
Richard Sobel

Pratique

Fantasme

Bénédicte Vidaillet

Volltext

1Mobilisant principalement la théorie des parties prenantes (cf. les entrées Parties prenantes de D. Cazal et Stakeholder vs stockholder ? de A. Acquier dans cet ouvrage) comme soubassement théorique, le discours de la RSE suppose des acteurs internes et externes – les parties prenantes – capables de s’appuyer sur une justice procédurale et distributive, pour construire collectivement les règles qui définiront l’activité de l’entreprise en tenant compte au mieux des intérêts respectifs. Il s’agit en général de faire émerger un « consensus », autour de quelques « principes partagés », assurant « la bonne écoute de tous les partenaires », afin d’aboutir par la négociation à « un accord collectif » sur les règles permettant d’intégrer volontairement des préoccupations sociales et écologiques. Le mirage d’une conciliation possible est ici omniprésent ; réunis autour de valeurs partagées et adhérant pleinement, en toute liberté, au processus, les individus sont censés aboutir par la négociation à des compromis acceptables pour tous et ultérieurement mobilisateurs. En s’appuyant sur et en élargissant même une conception contractuelle de la firme, la théorie des parties prenantes envisage la société comme une collection d’individus rationnels, autonomes, évoluant hors-institutions et hors-histoire, et capables de définir par la négociation des règles sur lesquelles ils puissent s’entendre. Leurs capacités à s’auto-réguler contractuellement vont de soi.

2Cette conception évacue d’emblée la possibilité que la société, et a fortiori les organisations, puissent être traversées par des antagonismes profonds et inhérents à la structuration du champ social. Dans un tel modèle social relationnel et contractuel, il n’y a pas de places assignées, productrices d’antagonismes irréductibles. Les structures de pouvoir sont remplacées par l’illusion d’un espace de négociation toujours en mouvement, permettant de parvenir à un consensus « gagnant-gagnant ». Les idéaux d’unité, d’harmonie et de complétude possibles prévalent et l’idée même de luttes, de rapports de forces et de conflits entre parties opposées aux intérêts irréconciliables est délégitimée.

3Il ne manque pas d’arguments théoriques et empiriques pour mettre radicalement en doute de telles conceptions. Pourtant, force est de constater que le discours autour de la RSE n’a cessé de croître au cours des dernières années, gagnant une légitimité dans les sphères politiques, économiques mais aussi syndicales. Les chercheurs qui travaillent sur ce concept hésitent à le mettre en doute, même lorsque les éléments empiriques semblent montrer qu’il s’agit plus d’une opération discursive de mise en forme de pratiques à des fins de justification interne et externe à l’organisation – malgré la bonne foi des acteurs responsables des démarches de RSE dans leur organisation –, que d’un changement radical de pratiques. Pourquoi est-il si difficile de déconstruire ce discours ? Ne faut-il pas poser l’hypothèse qu’il s’est développé parce qu’il vient solliciter l’adhésion subjective de chacun d’entre nous ? Que vient subjectivement mobiliser ce discours pour qu’il entraîne un tel désir d’adhésion ?

Les relations pouvoir-sujet : deux paradigmes opposés pour appréhender le discours de la RSE

4Dans une approche essentialiste de la nature humaine, Hobbes, Locke, Kant ou Rawls ont conceptualisé le sujet comme une entité rationnelle, autonome, libre, définie a priori. En conséquence, la liberté est comprise comme résultant d’un processus conscient et volontaire du sujet, tandis que le pouvoir, à combattre, est perçu comme ce qui nie l’individu, le réprime, le freine. Dans ce cadre, la démarche de RSE apparaît comme respectueuse de la liberté des individus, réunis sous l’étiquette de « parties-prenantes », de négocier librement des compromis in fine satisfaisants pour tous, ce qui exclut a priori que les relations entre ces parties soient prises dans des enjeux de pouvoir structurants. Les compromis trouvés ne seraient que provisoires et sujets à de constants remaniements.

5À l’opposé, les approches structuralistes ont amplement souligné qu’une telle conception du sujet sous-estimait l’impact de forces extérieures susceptibles de structurer le champ des relations de pouvoir entre parties, de fortement restreindre la « liberté » des sujets soumis à ces effets de pouvoir et de reproduire les conditions de leur domination. Si le marxisme offre indéniablement un tel cadre théorique, Althusser et Foucault ont plus récemment contribué chacun à leur manière à ce débat. Ainsi, Althusser (1970) a défini le sujet comme un effet de l’idéologie plutôt que comme un agent s’auto-déterminant, tandis que Foucault conçoit le sujet non comme une source de discours mais comme une fonction et un effet du discours. Que ce soit par l’interpellation, au sens d’Althusser, ou par la production d’un discours comme l’entend Foucault, le sujet résulte toujours d’une soumission initiale au pouvoir. Dans ce cadre, le discours de la RSE – ou « l’idéologie de la RSE » – fonctionne comme un pouvoir subtil, visant, entre autres, à faire oublier la structure des relations de pouvoir, et à assurer ainsi l’hégémonie du pouvoir économique. Il n’est pas anodin que le discours de la RSE mette au centre de sa production l’entreprise elle-même, supposée s’engager volontairement dans des démarches censées limiter son propre pouvoir. Une implication logique de ces théories est de dénoncer l’imposture que représentent de tels discours et leur dangereuse contribution à la reproduction des structures de domination (Lordon, 2003).

6Cependant, la question à laquelle ces théories ne permettent pas de répondre est la suivante : « comment se fait-il que les sujets acceptent, et même désirent activement se construire en relation avec ces discours, c’est-à-dire, pourquoi se retournent-ils quand ils sont interpellés ? » (Jones, Spicer, 2005, p. 224). De plus, en définissant ainsi le sujet par le pouvoir auquel il est soumis, elles sont peu convaincantes quant aux possibilités éventuelles, pour le sujet, de résister au pouvoir sans contribuer pour autant à mettre en place un nouveau régime de pouvoir. Au cours des dernières années, une approche particulièrement convaincante s’est développée dans le champ des théories critiques du pouvoir, fondée sur une relecture des travaux de Jacques Lacan, et qui permet d’éviter avec une certaine subtilité les simplifications et les limites des deux paradigmes définis ci-dessus.

Le sujet lacanien

  • 1 L’Autre lacanien renvoie non pas à un Autre physique mais au fait que le sujet est « défini » par d (...)

7Lacan (1966) insiste sur un aspect essentiel de la subjectivité en définissant le sujet dans son rapport au manque. Cette ontologie négative a plusieurs conséquences : tout d’abord, l’idée du sujet comme manque ne peut être séparée du fait que le sujet cherche perpétuellement à masquer ce manque constitutif à travers des actes d’identification. Le manque stimule le désir du sujet de s’identifier à des objets d’identification socialement disponibles, tels que ceux fournis par l’idéologie, les rôles sociaux ou les schémas de consommation, qui lui viennent toujours de l’Autre (l’Autre étant ici l’Autre symbolique, celui qui utilise le langage par lequel le sujet « est défini »). C’est ici qu’intervient le lien entre sujet et pouvoir : le sujet désire sa subjection au pouvoir de l’Autre. Mais l’incapacité de ces identifications à couvrir le manque subjectif et à produire une « identité pleine », conduit le manque à ré-émerger et le sujet à rechercher de nouvelles identifications. C’est ici qu’il faut trouver, dans la conception lacanienne, la possibilité d’échapper au pouvoir : le cadre symbolique dans lequel se font les identifications ne peut jamais déterminer complètement le sujet, puisque toute identification est toujours insuffisante à couvrir le manque. Aucun cadre symbolique (ce que Lacan appelle le grand Autre) n’est totalement clos et déterminant (Lacan, 2008). Les structures de pouvoir échouent donc à déterminer entièrement le sujet. Ainsi, paradoxalement, la détermination au champ de l’Autre1 est nécessaire et même inévitable, mais elle ne suffit jamais. Aucune identité ne peut « recouvrir » complètement le sujet parce que toute identité passe par le recours au langage et que dans cette opération, il y a toujours un reste, quelque chose qui échappe à jamais à toute tentative de symbolisation, quelque chose par quoi s’échappe sans fin la fiction d’un sujet unifié. Lacan qualifie de Réel (le Réel), ce noyau qui échappe à toute représentation, à toute détermination, et qui n’est pas symbolisable. En entrant dans la société humaine (via le langage), le sujet a dû renoncer à une jouissance définitivement perdue, et c’est cette jouissance perdue, désormais inaccessible et irreprésentable, qui cause le désir du sujet cherchant en vain à la retrouver.

8Ceci étant posé, il n’en reste pas moins la question suivante : pourquoi certains cadres symboliques prédisposent-ils plus que d’autres le sujet à obéir, à se soumettre ? Ou pourquoi certains discours, certaines idéologies conduisent-ils à des identifications plus durables que d’autres, des identifications capables de susciter une meilleure adhésion du sujet (Stavrakakis, 2008) ? Dans la conception lacanienne, c’est la capacité à rendre invisible, à masquer l’insuffisance de l’Autre à le déterminer entièrement qui assure cette soumission. Une grande partie de l’énergie psychique du sujet est consacrée à essayer de recouvrir ce manque, de le rendre invisible, et si l’on suit Lacan, c’est précisément la fonction du fantasme que de le masquer. Le fantasme s’appuie sur la promesse imaginaire de retrouver la jouissance perdue (qui assurerait une harmonie et une plénitude du sujet sans manque), il suppose une fiction expliquant pourquoi la jouissance perdue l’a été et ce qui permettra de la récupérer. Le contenu de cette fiction peut être très variable : il peut s’agir d’imaginer que si la jouissance totale est impossible, ce n’est pas à cause de l’entrée du sujet dans l’ordre symbolique (dans le langage), c’est parce qu’elle a été volée, dérobée, par un mauvais autre qui s’acharne à nous en priver. C’est ainsi que certains discours politiques attribuent à l’immigré ce rôle de capteur de jouissance, empêchant la nation de retrouver la béatitude et l’unité originelles du paradis perdu (Zizek, 2009). Dans la paranoïa, le fantasme est qu’il y a un « Autre de l’Autre », caché derrière lui, « maniant les ficelles », programmant « (ce qui nous apparaît comme) les effets inaperçus de la vie sociale », et prélevant ainsi sa jouissance sur le sujet (Zizek, 2006, p. 98). Éradiquer cet Autre de l’Autre serait alors le moyen de récupérer la jouissance perdue et de supprimer l’inconfort du manque.

Le discours de la RSE comme fantasme

9Dans ce cadre, la crédibilité du discours de la RSE dépend de la capacité fantasmatique de l’histoire racontée à fournir une explication convaincante à l’absence de jouissance totale dans le présent et aux moyens de retrouver, à l’avenir, la jouissance perdue. Derrière l’idée de négocier et d’arriver collectivement, raisonnablement, à un compromis qui finisse par mettre d’accord toutes les parties prenantes, est préservée la fiction suivante : il faut que tous y perdent éventuellement un peu maintenant – il y a des compromis respectifs, réciproques et nécessaires – pour que TOUS retrouvent collectivement, à l’avenir, la jouissance perdue. C’est par le compromis et la négociation ici et maintenant que se définiraient les conditions d’un avenir bon pour tous, dans lequel au final, le gain de jouissance pour chaque partie justifierait une perte éventuelle maintenant (de Cock, Böhm, 2007). La jouissance est simplement différée, ce qui est perdu maintenant sera récupéré plus tard.

10Dans cette optique également, chacun peut se limiter seul, de manière raisonnable, et notamment l’entreprise : il n’est pas besoin de mettre en place des structures « dures », dévolues explicitement à définir de l’extérieur les limites de son action et à la contrôler, puisqu’elle serait capable de renoncer d’elle-même à une partie de la jouissance qu’elle pourrait obtenir maintenant, pour l’accroître à l’avenir. Nul besoin de passer par les conflits et l’établissement de rapports de forces, qui supposeraient des gagnants et des perdants, et même le risque que tous y perdent à terme, alors que tous pourraient y gagner. Ce fantasme nie l’existence d’une structure des rapports sociaux, dans laquelle la perte serait irrémédiable, car justement induite par la mise en place de ces rapports. Il nie l’inégalité structurelle des positions dans la captation de jouissance immédiate et dans les « sacrifices à faire ». Il permet de maintenir la fiction de sujets libres et inaliénables qui n’auraient pas à passer par une perte irrémédiable pour justement s’inscrire dans des rapports sociaux. Il empêche le Réel de la domination et de l’exploitation capitaliste d’émerger dans toute son horreur, révélant la structure des relations de pouvoir et la dissymétrie des acteurs.

Literaturverzeichnis

Althusser L. (1970), « Idéologie et appareils idéologiques d’État » (notes pour une recherche). Article original publié dans la revue La Pensée, n° 151, juin 1970, puis dans Althusser L. (1976), Positions (1964-1975), Paris, Les Éditions sociales, p. 67-125.

De Cock C., Böhm S. (2007), « Liberalist fantasies: Zizek and the impossibility of the open society », Organization, 14(6), p. 815-836.

Jones C., Spicer A. (2005), « The sublime object of entrepreneurship », Organisation 12(2), p. 223-246.

Lacan, J. (1966), Écrits, Paris, Le Seuil.

Lacan J. (2008), D’un discours qui ne serait pas du semblant, Le séminaire XVIII, Paris, Le Seuil.

Lordon F. (2003), Et la vertu sauvera le monde…, Paris, Raisons d’Agir Éditions.

Stavrakakis Y. (2008), « Peripheral vision: subjectivity and the organized Other: between symbolic authority and fantasmatic enjoyment », Organization Studies, 29(7), p. 1037-1059.

Zizek S. (2006), La subjectivité à venir, Paris, Flammarion.

Zizek S. (2009), Violence, London, Profile Books.

Anhänge

Voir aussi

Code de conduite, Communication, Économie Sociale et Solidaire, Engagement personnel, Enseignement, Leximin

Anmerkungen

1 L’Autre lacanien renvoie non pas à un Autre physique mais au fait que le sujet est « défini » par des mots qui lui viennent forcément de l’Autre. L’Autre est essentiellement l’Autre du langage qui donne au sujet un nom (« tu es Un Tel »), une place dans la filiation, etc.

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540