Version classiqueVersion mobile

Jacob Bernays. Un philologue juif

 | 
John Glucker
, 
André Laks

Avant-propos

John Glucker et André Laks

Note de l’auteur

Lille/Tel Aviv, Octobre 1995

Texte intégral

1Le présent volume est issu d’un colloque qui s’est tenu à l’Université de Tel-Aviv en 1981, à l’occasion du dixième anniversaire de la Société Israélienne des Etudes Classiques. La Société avait coutume de se réunir annuellement dans l’une des Universités israéliennes. Hormis une conférence exceptionnelle donnée par un invité étranger, presque toutes les contributions émanaient de savants israéliens. Le dixième anniversaire de la Société fournissait une occasion propice à l’organisation d’un colloque international – le premier du genre en Israël dans le domaine des études classiques.

2La date coïncidait avec le centenaire de la mort de Jacob Bernays, le grand érudit et premier philologue juif de renom dans le domaine des études classiques, qui représente une figure de première importance dans la vie et l’activité de tous ceux qui, en Israël, étudient l’Antiquité classique. Bernays était un Juif engagé – et fut le premier Juif pratiquant à être nommé sur un poste proprement universitaire dans l’Allemagne du dix-neuvième siècle. Familier de la littérature hébraïque et juive dans tous ses aspects, il était en contact avec de nombreux écrivains et intellectuels juifs contemporains. S’agissant de l’Antiquité classique, il posa les fondements, par ses publications et son enseignement, d’une étude adéquate de plusieurs champs de recherche relativement négligés à son époque. L’analyse philologique précise des textes philosophiques anciens – tout spécialement en ce qui concerne la période de l’Antiquité tardive – lui doit beaucoup. On ne peut concevoir les études philologiques et historiques de la littérature et de la philosophie juives de langue grecque sans tenir compte de ses travaux, demeurés extrêmement influents. Il fut aussi l’un des premiers à comprendre l’importance, non seulement pour les spécialistes, mais aussi pour le public cultivé en général, de l’histoire de la philologie classique. Sa contribution au développement de nouvelles méthodes de critique textuelle, sans avoir le caractère révolutionnaire qu’on lui a parfois prêté, fut considérable. Dans tous ces domaines, il fit preuve d’un jugement tant d’une rare solidité que d’une remarquable sensibilité à l’égard des textes anciens. Il incarne parfaitement la synthèse moderne, chez un intellectuel juif, entre l’héritage judaïque et la culture européenne ambiante.

3L’anniversaire de la mort de Bernays, selon le calendrier hébraïque, devait tomber le 31 Mai 1981. La Société décida de tenir sa dixième conférence annuelle du 31 Mai au 2 Juin 1981. Les deux premières journées seraient consacrées à la mémoire de Jacob Bernays. Le comité d’organisation, composé de Akiva Gilboa, John Glucker, Ranon Katzoff, Zeev Rubin et Netta Zagagi, invita les classicistes Israéliens et étrangers à soumettre des contributions. Le sujet des exposés devait être en relation avec l’activité philologique de Jacob Bernays, et couvrir l’une au moins des entrées suivantes : 1. La vie et l’œuvre de Jacob Bernays et son horizon culturel ; 2. Héraclite d’Ephèse ; 3. La Poétique et les dialogues d’Aristote ; 4. Le texte et l’interprétation de Lucrèce ; 5. La littérature et la philosophie juives de l’époque hellénistique ; 6. L’histoire de la philologie classique, en particulier à la Renaissance, et à l’époque de Bernays lui-même.

4L’Université de Tel-Aviv accepta d’héberger le colloque. Elle mit à sa disposition l’une des plus belles salles du bâtiment des Humanités (Gilman Building), et fournit généreusement les fonds nécessaires à l’accueil des participants étrangers. Le colloque bénéficia aussi de l’aide et de la coopération de plusieurs étudiants. Rachel Gellert, polyglotte, prit soin de tous les problèmes logistiques. Alla Stein pourvut aux rafraîchissements. Drora Baharal et Ivor Ludlam décorèrent la salle de conférence avec des dessins et des illustrations tirés des livres de Bernays. Tous et toutes ont depuis commencé d’imprimer leur marque dans l’une ou l’autre branche des études classiques.

5L’appel d’offre suscita un certain intérêt et, en l’espace de quelques semaines, le comité d’organisation avait reçu de nombreuses propositions émanant d’Israël, de France, de Grande-Bretagne, d’Allemagne, d’Irlande et des Etats-Unis. La correspondance entre le comité d’organisation et les participants potentiels – dont certains durent finalement renoncer à venir-occupe un volumineux dossier, qui n’est pas sans intérêt pour la future histoire de l’érudition dans les années 1980.

6Le secrétaire du comité d’organisation pensait qu’il serait opportun d’ouvrir les travaux, avant même les mots d’accueil et les remerciements traditionnels, par une performance musicale. L’idée était d’autant plus bienvenue que l’Université comptait parmi ses membres un compositeur israélien bien connu, Yehezkel Braun, professeur (maintenant émérite) de musicologie à Tel-Aviv et par ailleurs classiciste accompli. Le colloque put donc débuter par l’audition de son fascinant Prooemium pour soprano et flûte, composé pour l’occasion sur le texte du proème au livre I de Lucrèce. Nous avons ici conservé cette ouverture, sous forme de partition.

7Un souffle d’enthousiasme, perceptible dès l’arrivée des hôtes étrangers, persista pendant toute la durée du colloque, qui fut marqué par des discussions intenses, après chaque exposé, lors des repas et des pauses, dans les chambres d’hôtels et les restaurants. Comme le remarquait Jean Bollack, le colloque s’amplifiait de séance en séance, chaque nouvel intervenant bénéficiant du savoir acquis grâce aux présentations et discussions précédentes. La chaleur de l’été commençant contribua à rendre l’atmosphère des entretiens encore plus détendue et plaisante.

8Les exposés furent prononcés en Anglais, en Français et en Allemand ; s’y ajoutèrent, le dernier jour de la Conférence annuelle, qui ne faisait pas partie du colloque commémoratif, quelques conférences en Hébreu. A peu près tous les aspects initialement envisagés furent couverts, donnant souvent lieu à d’intéressants recoupements : l’horizon historique et culturel de l’œuvre de Bernays (Ephraim Urbach, Jean Bollack,Mayotte Bollack, Bernhard Kytzler, Jacob Toury, John Glucker) ; Héraclite (Samuel Scolnicov) ; Aristote (Bernd Effe, Hermann Funke, Sarah Halperin) ; Lucrèce (Jeffrey Duban, Mayotte Bollack) ; le judaïsme hellénistique (Yehoshua Amir, John Dillon, Menahem Luz) ; l’histoire de la discipline (Jean Bollack, Mayotte Bollack, John Glucker). La plupart des textes, sous une forme parfois modifiée, sont publiés dans le présent recueil, dans la langue où ils ont été originellement présentés.

 

  • 1 L’article de John Dillon constitue maintenant une section de l’introduction à : Philo of Alexandria (...)
  • 2 Nous remercions la Bibliothèque de Bonn d’avoir autorisé la reproduction des « Aphorismen über den (...)

9Ce volume, dont Jean Bollack a très tôt encouragé la publication aux Presses Universitaires de Lille, sort plus tard qu’il n’aurait raisonnablement dû, et sans autre excuse que des difficultés circonstancielles. Que tous les auteurs soient remerciés de leur patience et de leur compréhension. et plus encore de leur loyauté, puisqu’une seule des contributions, tirée d’un ouvrage qui était déjà en cours de parution à l’époque, a entre temps été publiée ailleurs dans une langue européenne1. Le sujet n’a rien perdu de son actualité. Près de quinze ans après le colloque de Tel-Aviv, et en dépit du développement spectaculaire de l’histoire des disciplines classiques, l’imposante figure de Jacob Bernays, l’un des meilleurs judaïsants et classicistes à une époque aussi féconde pour la philologie classique qu’importante pour le mouvement d’émancipation juive, reste insuffisamment connue. Au reste, un bénéfice mineur, mais réel, du temps écoulé est que le volume initialement prévu s’est enrichi de plusieurs de ses textes, inédits ou publiés dans des organes quasi-confidentiels, que nous avons jugé opportun d’inclure sous forme d’annexes2.

  • 3 Nous avons néanmoins réussi à homogénéiser les références à l’étude fondamentale d’Arnaldo Momiglia (...)

10Le volume présente certaines imperfections éditoriales, en particulier dans le système de références3, dont nous ne sommes que trop conscients. La réalisation, commencée il y a une dizaine d’années, puis interrompue, a dû être achevée dans des circonstances acrobatiques, et selon une procédure qui n’autorisait qu’un minimum de révisions. Les deux éditeurs qui ont finalement assumé la responsabilité éditoriale ont pensé que cela ne constituait qu’un désagrément mineur, face à l’intérêt que représentait la parution, en écho au colloque de Tel-Aviv, du premier recueil d’études spécifiquement consacré à Jacob Bernays.

11Les difficultés techniques rencontrées n’auraient pu être surmontées sans le soutien de plusieurs chercheurs du Centre de Recherche Philologique de l’Université Charles de Gaulle – Lille III (en particulier Colette Douces et Perrine Nahum), qui ont scanné, relu et corrigé les nombreuses épreuves intermédiaires, ainsi que de l’assistance technique et du dévouement de Nadine Deregnaucourt, Marie-Madeleine Mouray et Christine Samain. Que toutes soient ici très vivement remerciées. Mais notre plus grande dette est à l’égard de Véronique Barré, qui a supervisé les phases finales, très délicates, de l’ensemble de l’opération. Nous remercions enfin le Magie Fund et le Committee for Research de l’Université de Princeton de nous avoir permis de couvrir une partie des frais engagés par les multiples opérations et manipulations sans lesquelles ce livre n’aurait pu voir le jour.

J.G et A.L

Notes

1 L’article de John Dillon constitue maintenant une section de l’introduction à : Philo of Alexandria : A commentary on De Gigantibus and Quod Deux sit immutabilis, John Dillon et David Winston (éds), Scholars Press, Chico, California 1983, p. 77-87. Nous remercions Scholars Press de nous avoir donné permission de reproduire ces pages. Par ailleurs, l’article d’Ephraim Urbach a été publié en hébreu dans la revue israélienne Tarbiz, 51, 1982, p. 107-124.

2 Nous remercions la Bibliothèque de Bonn d’avoir autorisé la reproduction des « Aphorismen über den gegenwärtigen Zustand der griechisch-römischen Philologie in Deutschland » et de « Vico », conservés dans le Nachlass Jacob Bernays respectivement sous les cotes S 956 et S 943.

3 Nous avons néanmoins réussi à homogénéiser les références à l’étude fondamentale d’Arnaldo Momigliano, « Jacob Bernays », Mededelingen der Koninklijke Nederlandse Akademie van Wetenschappen, Afd. Letter Kunde, 32, 5, 1969, p. 1-30 = 151-178 du vol. 32 (= Quinto Contributo alla storia degli studi classici e del mondo antico, vol. 1, Rome 1975, p. 127-158), simplement cité « Jacob Bernays ».

© Presses universitaires du Septentrion, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search