Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire critique de la RSE

 | 
Nicolas Postel
, 
Richard Sobel

Théorie

Utilitarisme ou anti-utilitarisme de la RSE ?

Alain Caillé

Texte intégral

1En principe, les choses sont assez simples. Les entreprises privées, petites, moyennes, grandes ou énormes, poursuivent des intérêts financiers privés. Quand elles sont très grandes, cotées en bourse, leur but est de créer, dit-on désormais, de « la valeur pour l’actionnaire ». Les associations ou les entreprises de l’économie sociale et solidaire, coopératives, mutuelle etc. se forment, pour leur part, en vue de satisfaire des intérêts communs, soit ceux de leurs membres ou adhérents, soit (conjonction non disjonctive) ceux d’un public – celui des enfants pauvres du quartier, par exemple –, d’un pan de nature –  la rivière locale à dépolluer –, ou d’un type de culture – sauver une œuvre d’art, par exemple –, déterminés. L’État quant à lui prend en charge les biens publics, c’est-à-dire les biens réputés d’intérêt commun pour toute la communauté politique. Enfin, à une échelle plus vaste que celle des États, organismes internationaux et ONG se soucient des biens communs de l’humanité.

2À chacun de ces niveaux d’action, toujours en principe, correspondent des types d’acteurs, d’intérêts et de motivation différents. Les intérêts privés sont supposés pouvoir et devoir être satisfaits par le seul jeu du marché et de la concurrence qui ne connaît que les relations entre des individus mutuellement indifférents. Les associations, comme les organisations de l’économie sociale et solidaire, regroupent des personnes dans une logique de l’interconnaissance qui fait prévaloir la réciprocité, c’est-à-dire l’esprit du don, sur les mobiles strictement pécuniaires. Au minimum, leur fonctionnement suppose une certaine dose de désintéressement. Les administrations publiques de leur côté ne s’adressent pas à des individus ou à des personnes mais à des citoyens, c’est-à-dire à des membres de la communauté politique. Leur moyen d’action spécifique est la contrainte, l’ensemble des moyens de faire respecter lois, décrets, règlements et arrêtés. Leurs acteurs sont des fonctionnaires animés par l’esprit du service ou du bien publics. Les ONG ou les organismes internationaux n’agissent pas pour le compte des individus, des personnes ou des citoyens mais pour des êtres humains génériques. Ces organismes internationaux produisent des normes juridiques qui s’imposent en principe aux normes juridiques émises par les États et les contraignent. Les ONG déploient l’esprit anti-utilitariste du don à une échelle plus vaste que les associations locales ou nationales. Elles ne donnent pas aux gens du village, du canton, du département ou du pays, pas aux sociétaires ou aux copains de l’entreprise qu’on vient de sauver de la faillite en en faisant une coopérative, mais à l’humanité tout entière.

3Dit en d’autres termes, les entreprises seraient animées par un utilitarisme individualiste, les États par un utilitarisme collectif – visant à maximiser la somme des intérêts individuels et à les unifier en un intérêt collectif ou général –, les associations seraient mues par l’esprit du don local, autrement dit par un anti-utilitarisme restreint, et les ONG par un anti-utilitarisme généralisé.

4Cette présentation, qui synthétise les interprétations les plus courantes et spontanées, a le mérite de la simplicité et de la clarté, mais l’inconvénient d’être largement fautive. Il n’est pas difficile de montrer que les entreprises du secteur privé ne sont efficaces que pour autant qu’elles savent mobiliser les réseaux de don et de contre don qui relient leurs salariés ainsi que leur désir de s’adonner à leur travail et aux objectifs de l’organisation (Akerlof, 1984 ; Alter, 2009). Et elles ne peuvent fonctionner que dans un cadre légal et juridique défini et protégé par l’État. Personne, à l’inverse, n’ignore les scandales qui affectent périodiquement les grandes associations, comme celui de l’Arc en France hier ou celui de l’Association des mères de la place de Mai en Argentine aujourd’hui. Ni que les dirigeants ou les salariés des mutuelles sont largement aussi bien rémunérés que dans le privé (Frémeaux, 2011). Marx avait déjà critiqué l’illusion hégélienne de la neutralité des fonctionnaires, de cette classe universelle (allegemeiner Stand) censée ne s’intéresser qu’au bien public, pour montrer comment elle devait en venir à s’approprier l’État et en faire son bien propre. Quant aux ONG, leur degré d’indépendance véritable par rapport aux États ou aux entreprises est toujours sujet à question, sans parler de celles qui, comme le CIO (Comité International Olympique), par exemple, deviennent elles-mêmes des entreprises particulièrement prospères et puissantes.

5On le voit : dans la réalité tout se dialectise et on assiste à un brassage permanent de l’intérêt individuel, de l’intérêt commun, de l’intérêt public et de l’intérêt commun de l’humanité, ou encore de l’échange, du don restreint, de la contrainte publique et du don généralisé. Même si, en moyenne, chacun de ces quatre principes d’action reste dominant dans son domaine propre. Au moins faut-il l’espérer.

6C’est en ayant ces considérations présentes à l’esprit qu’il convient de poser la question du statut possible de la RSE.

7Pour toute une série d’auteurs, qui estiment que seul l’État, à titre éminent, ou les associations, à titre secondaire, ont vocation à s’intéresser au bien commun ou public et peuvent le faire véritablement, la RSE ne saurait en aucun cas s’affranchir d’un utilitarisme étroit. Toujours instrumentalisante, son évocation ne peut servir qu’à redorer le blason d’entreprises qui veulent faire oublier leurs pratiques douteuses et, en définitive, imposer de nouvelles formes de contrôle aux salariés. « Il est tentant, donc, de n’y voir qu’un enjeu de communication interne ou externe » (Salmon, 2011). Au mieux les motivations des firmes relèvent d’un « utilitarisme stratégique » (Perrow, cité par Capron et Quairel-Lanoizelée, 2010, p. 18). La RSE leur permet de déjouer la contestation des ONG à l’échelle mondiale, de conquérir de nouveaux marchés et de nouvelles clientèles, pauvres mais prometteuses – comme on le voit dans le cas de l’action en Inde de Danone sur les yaourts ou de Veolia sur l’eau –, et de motiver leurs salariés en misant sur leurs aspirations anti-utilitaristes. Comme les actions de RSE déployées par le secteur privé ne peuvent se déployer que pour autant qu’elles se traduisent par un retour sur investissement significatif, toute cette rhétorique de la RSE ne sert en définitive qu’à tenter de faire oublier le dessaisissement de l’État au profit du privé. Nombre de grandes entreprises ne feraient ainsi que développer des « stratégies de greenwashing pour apparaître responsables sans modifier leurs décisions réelles » (Capron, id. p. 75).

8Pour d’autres, au contraire, la nécessité où se trouvent les firmes de tenir compte des diverses parties prenantes de l’entreprise, des stakeholders (Freeman, 1984), et la montée d’une opinion publique mondiale influente, concrétisée par l’adoption de normes de RSE mondialement acceptées, ouvrent une véritable brèche. Là où les États se révèlent impuissants et les ONG largement insuffisantes, les entreprises, elles aussi, se retrouvent en mesure d’inventer de nouvelles normes et d’impulser de nouvelles actions qui vont dans le sens du bien commun de l’humanité. Selon Corinne Gendron (2011), par exemple, la nouvelle norme internationale de RSE, la norme ISO 26000 « aura, une portée qui pourrait surprendre ceux qui seraient tentés d’en minimiser l’importance, et ceci pour au moins trois raisons. 1) le texte auquel le processus de rédaction élargi, à la fois multipartite et international, a conféré une légitimité qui n’était pas acquise, vient stabiliser le contenu et les contours d’un concept qui était, et est encore aujourd’hui, sujet à d’abondantes controverses… 2) La norme pourrait devenir un outil de dialogue et même de négociation entre l’entreprise et les différents acteurs sociaux. 3) Enfin, et malgré ce que prétend explicitement son texte, ISO 26000 formalise le droit coutumier international en matière de responsabilité sociale ; elle sera vraisemblablement invoquée dans les tribunaux qui seront saisis d’affaires concernant l’une ou l’autre des questions centrales constitutives de la responsabilité sociale, acquérant ainsi le statut de véritable norme juridique ».

9Si une telle évolution se confirmait, elle irait dans le sens des conclusions de Richard Sobel et Nicolas Postel qui refusent d’abandonner la RSE au seul bon vouloir des entreprises et plaident en faveur de son institutionnalisation. « Il n’y a véritablement de potentialité éthique dans une négociation marchande, écrivent-ils, que lorsque celle-ci est adossée à des institutions… Sans institution collective il n’y a tout simplement pas de place pour l’éthique » (Postel et Sobel, 2011 p. 393).

10Reprenons. Nous avons fixé au départ l’idée régulatrice qui doit présider à la logique, respectivement, des entreprises (le profit), des associations (le don), de l’État (l’intérêt général), des ONG (le don généralisé). Mais, dans le monde réel, les rôles se chevauchent, s’entremêlent et, parfois, s’intervertissent. Les associations se substituent à l’État défaillant. Ou réciproquement. L’État remédie à la pénurie d’entreprises performantes. Etc. L’idéal de la RSE est d’amener les entreprises à jouer pour partie le rôle des États, des associations ou des ONG. Est-ce souhaitable ? Acceptable ? Ne vaudrait-il pas mieux que chacun reste à sa place et ne joue que le rôle pour lequel il est a priori le mieux fait ? En principe, peut-être. Mais, dans le monde réel, si certaines entreprises jouent effectivement un rôle positif dans l’évolution des normes et des pratiques sociales et environnementales, on ne voit pas trop au nom de quoi les en condamner. Parce qu’elles prendraient la place des associations et de l’État ? Mais quid si eux ne font rien ? Parce qu’elles n’y croiraient pas vraiment, et ne s’y lanceraient qu’en vue d’une rentabilité ? Ici encore, il importe de dialectiser et de bien comprendre les réversibilités possibles entre utilitarisme et anti-utilitarisme. Tentons d’en prendre une première mesure sur trois points :

  • Sur la question de l’utilitarisme stratégique des entreprises, il convient de généraliser le paradoxe de Dale Carnegie, le célèbre auteur du best-seller « Comment se faire des amis ? ». On connaît la réponse : « En les aimant ». Gageons que l’entreprise réellement efficace en matière de RSE, celle qui à la fois la mettre effectivement en œuvre et en tirera profit sera celle qui y croira véritablement. Ou, en tout cas, qui comptera en son sein suffisamment de collaborateurs qui y croient et s’y investissent pour de bon. Même si les motivations de départ sont utilitaristes, elles ne produiront de résultats qu’en devenant peu à peu et peu ou prou anti-utilitaristes.
  • Dans quelle mesure ? Et faut-il, d’ailleurs, tenter de la déterminer et, plus généralement, de quantifier toutes les actions entreprises pour évaluer l’efficacité RSE des firmes ? Voilà qui pose la question, redoutable, du statut des indicateurs et du reporting. Qu’il est possible de résumer ainsi : ce qui importe est-il que des entreprises obtiennent de bonnes notes à un indicateur ou à de multiples indicateurs d’efficacité RSE, ou bien qu’elles soient véritablement efficaces en la matière ? Si la question se pose c’est parce qu’il y a tout lieu de penser que ne seront efficaces que des acteurs mus par des motivations intrinsèques, anti-utilitaristes (le sens du devoir, le goût des autres, la passion) qui ne pourront qu’être découragées si l’essentiel du temps n’est pas consacré à s’assurer qu’on remplira bien les grilles d’évaluation. Qui comportent généralement de 300 à 400 questions, très hétéroclites (Capron, p. 96). Quant à l’idéal d’un indicateur de performance globale, il est de l’ordre de la chimère (id. p. 90). Plutôt, donc, que de se fier aux rapports d’agences de notation qui ne contribuent qu’à développer la quantophrénie généralisée en misant tout sur des grilles d’évaluation quantitatives, mieux vaudrait songer à instituer, par exemple, un corps d’inspecteurs de la RSE – comme il y a des inspecteurs du travail – qui s’appuieraient largement autant sur des entretiens qualitatifs avec les acteurs de la RSE que sur les données chiffrées.
  • Enfin, observons, pour conclure, qu’en dernière instance ce qui décidera de l’importance et de l’efficacité de la RSE, ce ne sera pas tant les décisions prises par telles ou telles directions de telles ou telles entreprises particulières que, bien plus généralement, l’évolution de l’opinion publique mondiale. Ce n’est que si celle-ci se convainc de l’urgence absolue et du caractère impérieux des enjeux sociaux et environnementaux que tous, entreprises, associations, États et ONG deviendront responsables. Ou encore, pour que vive la RSE, il faut que nous devenions tous responsables sociaux et environnementaux.

Bibliographie

Akerlof G. A. (1984), « Labor contracts as partial gift exchange », in An Economic Theorist’s Book of Tales, Cambridge University Press.

Alter N. (2009), Donner et prendre. La coopération en entreprise, La Découverte/MAUSS, Paris.

Capron M., Quairel-Lanoizelée F., La responsabilité sociale de l’entreprise, (2010 [2007]), Paris, La Découverte, coll. « Repères ».

Frémeaux P. (2011), La nouvelle alternative. Enquête sur l’économie sociale et solidaire, Alternatives économiques.

Freeman R. E. (1984), Strategic Management: a Stakeholder Approach, Marshall, M. A. Pitman, Boston.

Gendron C. (2011), « L’entreprise comme vecteur du progrès social. Débat sur la responsabilité sociale de l’entreprise (III) », Revue du MAUSS permanente, 15 mars 2011, http://www.journaldumauss.net/spip.php?article784 [en ligne].

Postel N., Sobel R. (2011), « Le capitalisme n’est pas soluble dans les “parties prenantes”. Une critique polanyienne de Freeman », in Postel N., Cazal D., Chavy F., Sobel R. (dir.), La Responsabilité Sociale de l’Entreprise. Nouvelle régulation du capitalisme ?, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion.

Salmon A. (2011), « L’entreprise providence. Espoir ou consternation ? Débat sur la responsabilité sociale de l’entreprise (II) », Revue du MAUSS permanente, 15 mars 2011, http://www.journaldumauss.net/spip.php?article785 [en ligne].

Annexes

Voir aussi

Définir la responsabilité sociale, Esprit du capitalisme, Justice sociale, Libéralisme égalitaire, Moralisation, Principe responsabilité, Responsabilité, Travail

Auteur

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540